MEET THE “FRENCH” DOCTORS : Dr Herve Ouanezar, Chirurgien orthopédique à Dubai !

Écrit par  la rédaction 30 SEPT 2019
Depuis combien de temps à Dubaï ? 
En décembre, cela fera tout juste un an. Nous faisons donc partie des français fraichement débarqués
 
D’où venez-vous ?
Je suis né à Lyon et j’ai grandi à Lyon. C’est une ville que j’adore, très dynamique, jeune, universitaire, proche de la montagne et de la mer. C’est une ville où la médecine, le sport et la gastronomie ont une place très importante.
 
Quel est votre métier/spécialité ? En quoi consiste-t-il ? Quels sont domaines d’expertise ou de prédilection ?
Je suis chirurgien orthopédique, il s’agit d’une spécialité chirurgicale consistant à corriger et à traiter les problèmes liés à l’appareil locomoteur. Mon domaine d’expertise est la chirurgie du genou et plus particulièrement le genou du patient sportif. Je m’occupe des accidents, des fractures, des traumatismes, des entorses et même de l’arthrose. C’est une articulation passionnante.
 
À partir de quel âge avez-vous eu envie de prendre cette voie et pour quelle raison ?
Très tôt, j’ai toujours voulu être chirurgien : une vocation. Ma passion pour l’anatomie, pour la biologie et pour la biomécanique m’a toujours poussé vers cette spécialité qui est purement fonctionnelle.
 
Où avez-vous étudié ?
Après avoir été diplômé de la faculté de médecine de Lyon, j’ai réalisé mon internat et mon clinicat dans cette même ville pendant 8 ans. J’ai eu la chance pendant ces années de bénéficier du solide enseignement de « l’école lyonnaise » en chirurgie du genou. J’ai également voyagé pour parfaire ma formation avec un semestre à Garches chez le Pr Judet (temple de l’orthopédie parisienne), un Fellowship au Qatar à Aspetar, fameux hôpital dédié à la médecine du sport et un dernier Fellowship, cette fois-ci aux USA, à New York dans l’hôpital classé numéro 1 en orthopédie aux USA depuis dix ans (HSS). J’ai pu bâtir ma propre expérience en observant, en apprenant et en échangeant avec les meilleurs spécialistes du monde entier.
 
Pourquoi avoir choisi Dubaï pour exercer ?
Après avoir goûté à l’expatriation, nous ressentions le besoin de partir à nouveau. Dubaï est une ville de challenge. Après avoir discuté avec mes confrères installés ici, et malgré une très forte compétition, il me semblait envisageable de construire une activité médicale saine, éthique et surtout de qualité pour la communauté des UAE. Pouvoir exporter une partie du savoir-faire de la médecine française est une chance. De plus, venir à Dubaï était aussi pour nous une affaire de famille.
En effet, cela fait dix ans que nous venons ici régulièrement depuis que ma belle-famille s’est installée et a lancé son entreprise de conception et d’agencement de boutiques de luxe : StoreMotion.
 
Quelles sont les challenges/difficultés/facilités pour exercer le métier de médecin à Dubaï ? 
Primum Non Nocere. Le challenge le plus important dans le secteur médical à Dubaï, c’est de garder son intégrité et de conserver une véritable forme d’éthique dans l’intérêt du patient. Il est très important de ne pas tomber dans le piège de la médecine dite « de consommation », de prescrire des examens inutiles voire parfois même d’opérer des patients qui n’en n’auraient pas vraiment besoin. Je pense que la communauté des médecins francophones, de par notre formation, excelle à ce niveau-là. Il y a un niveau d’entraide entre nous qui fait chaud au cœur.
Concernant les facilités, je peux tout de même souligner les moyens mis à notre disposition pour pratiquer une médecine de pointe. Je vous donne l’exemple d’un matériel sur-mesure 3D (fabriqué en France) que j’ai pu utiliser pour une intervention complexe du genou.
Je ne suis pas sûr que dans d’autres villes, j’aurais eu accès facilement à cette technologie.
 
Est-ce plus simple ou plus compliqué qu’en France ?
Les choses sont globalement plus simples qu’en France lorsque le groupe qui vous emploie est motivé et réactif pour vous aider dans votre travail quotidien (Emirates Hospital pour moi).
 
Dans votre spécialité, rencontrez-vous des pathologies plus spécifiques / plus courantes à Dubaï ?
Les problèmes de genou sont assez fréquents ici au Moyen-Orient. Ceux-ci sont liés au mode de vie, aux activités physiques et sportives ainsi qu’aux positions en hyperflexion liées au fait de faire la prière. On rencontre principalement trois types de patients :
 
- Le patient jeune, sportif qui se blesse pendant son activité physique. C’est en général une entorse du genou, c’est à dire une lésion des ligaments, ou une atteinte de ses ménisques.
- La personne âgée de plus de 60 ans, qui a des douleurs, des raideurs et des gonflements de l’articulation depuis longtemps, et qui présente des lésions dites « dégénératives ». C’est l’Arthrose.
- On voit de plus en plus de patients très actifs, autour de 40/50 ans qui présentent des lésions dégénératives débutantes. Ce sont les patients les plus difficiles à traiter car leur motivation pour le sport reste intacte. Tout le challenge consiste à leur faire reprendre le sport sans douleur mais surtout sans danger pour le futur de l’articulation.
 
Quels sont les éléments les plus motivants de votre métier ?
En premier lieu, je dirais la satisfaction des patients. L’orthopédie est une spécialité fonctionnelle. Lorsqu’un athlète peut retourner sur le terrain après une grave entorse, lorsqu’un patient peut remarcher après un grave accident de voiture et une fracture ou lorsque qu’une personne âgée est de nouveau autonome après la mise en place d’une prothèse, c’est à ce moment-là qu’on trouve la satisfaction dans notre quotidien.
 
La deuxième chose la plus motivante, je dirais que ce sont les parties techniques et scientifiques. Continuer à lire et à écrire des articles scientifiques sur le ligament croisé antérieur me motive toujours autant. J’ai la chance de faire partie d’un groupe d’étude international très dynamique (SANTI Group). Nos échanges quotidiens nous permettent d’améliorer nos pratiques.
 
Avec le recul, que referiez-vous différemment ?
J’essayerais d’aménager plus de temps libre pour ma famille et pour mes proches. Mais aujourd’hui Dubaï m’a permis de trouver ce bon équilibre et me donne cette chance de consacrer plus de temps à ceux que j’aime.
 
Vos deux bonnes adresses à Dubaï ?
Restaurant : 3Fils à Jumeirah
Personal Trainer : Coach Meddy
 

LE MOT DE LA FIN
Remerciements à Dubaï Madame et Emirates Hospital
Hâte de lire l’interview de mon ami le Dr Thomas Colson, le meilleur chirurgien plasticien des UAE.
 
Consultation avec le Dr Herve Ouanezar, Consultant & Chirurgien Orthopédique : 
What’s App: +97156 867 4376
Addresse: Emirates Hospital Motor City, Emirates SportsMed Palm Jumeirah, Emirates SportsMed Dubai Healthcare City
 
Si vous êtes un professionel de la santé francophone et souhaitez apparaitre dans la liste des medecins francophones avec votre interview, contactez-nous.
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus et suivez-nous sur Instagram ou Facebook !
 
 
  
Dernière modification le dimanche, 06 octobre 2019 09:28
  1. Les + lus
  2. Les + récents