Fashionista dans l'âme, il vous est, depuis peu, impossible d'enfiler vos jeans sans grimacer. Vous vous réveillez avec le tee-shirt devenu brassière, et vos talons, un temps synonyme d'élégance et de légèreté, vous narguent chaque jour depuis leur placard, d'un " Tu vas avoir mal au dos ". 
Bébé est en chemin et la reconversion stylistique n'est pas évidente. Mais ventre rond ne signifie pas mode à l'abandon ! Nous avons déniché quelques adresses et sites où retrouver, selon votre budget et vos envies, le goût du shopping pour les neuf prochains mois.
 
Les boutiques 
 
- H&M - Dubai Mall, Ibn Battuta Mall
Idéal pour vous procurer quelques basiques. 
Les pièces phares : Les leggings et jeans (sans oublier les salopettes) de la Collection Mama. Bien coupés, agréables à porter, ils affinent la silhouette et s'adaptent à l'évolution du ventre au fil des mois. Un bel investissement, vous pouvez les arborer avant que le ventre ne s'arrondisse de même que dans les mois suivant l'arrivée du bébé. Effet anti-ballonnements garanti ! 
Budget : Leggings à 99 AED; Jeans de 149 à 199 AED.

H&M Dubai
 
- Smitten Boutique - Marina Mall
Un magasin pépite, des choix éclectiques. Une boutique au sens premier du terme, qui pioche dans divers univers pour allier confort et originalité. Roshini, sa fondatrice, y construit la collection Ohma au gré de coups de coeur. Vous trouverez également chez Smitten une petite collection bébé ainsi que la pratique ceinture de grossesse.
La pièce phare : Le tee-shirt aux imprimés " Baby Loading ..." ou " 9 months challenge " et aux couleurs discrètes mais tendance.
Budget : De 79 AED à 199 AED le tee-shirt.
 
- Seraphine - Dubai Festival Centre 
Certes, les robes Séraphine sont portées par la Duchesse de Cambridge, la Princesse de Suède et bien d'autres mamans célèbres. Pour autant, la sélection demeure variée et accessible. De nombreux modèles présentent l'avantage de pouvoir être portés durant la grossesse mais également lors de votre phase d'allaitement. Des emplettes distinguées et tendance à la fois !
La pièce phare : La robe chic. Le premier magasin ouvert aux Emirats regorge de modèles classiques et élégants, à porter au bureau comme en soirée. 
Budget : Robes de 210 AED à 450 AED.

Seraphine Dubai
 
- Mango - Dubai Mall 
Nul besoin de présenter la marque espagnole. Sa collection maternité est certes limitée aux Emirats mais son habillé décontracté se révèle utile en période de disette stylistique. 
La pièce phare : Le jean, en particulier si vous préférez un effet plus " jean authentique " à celui " legging ".
Budget : 159 AED le jean ; 119 AED le soutien-gorge d'allaitement en dentelle.
 
- Design by S&S - JLT (Cluster U)
Susanna et Sophie ont une fibre créative sans égale. Elles apportent aussi, à la demande, une touche raffinée aux modèles déjà existants sur lesquels vous auriez craqué, que ce soit en lisant le dernier Grazia ou Harper's Bazaar en date. Les étoffes de qualité, associées à un riche mélange d'influences indiennes et occidentales, offrent des pièces uniques pour les grandes occasions. Susanna crée également de modèles à porter au quotidien, qu'elle revisite selon votre goût et style. Cette robe en dentelle, qui souligne avec délicatesse son « baby bump », en est un exemple.
La pièce phare : La robe longue de soirée. Parfaite si vous venez de recevoir une invitation à un événement dont la date tombe lors de votre dernier trimestre !
Budget : A partir de 399 AED.
 
- Destination Maternity – Marina Mall, Dubai Mall
Une enseigne à ne pas mettre de côté malgré un merchandising parfois peu vendeur. Ne vous fiez pas aux vitrines et osez entrer pour shopper une petite robe d’été, un joli maillot de bain ou encore une chemise de nuit colorée pour la maternité. Chaque pièce est adaptée à votre (petit ou gros) bidon tout rond. Vous retrouverez également une large sélection de soutien-gorge d’allaitement ainsi que que des pantalons de grossesse de tous les styles (et de toutes les coupes !). Le petit plus sympa : les cabines d’essayage sont équipées d’un faux ventre de 9 mois (en moyenne) vous permettant facilement de vous projeter en début de grossesse ! 
La pièce phare : Le soutien-gorge d’allaitement oui, mais aussi sexy ! Couleur ou dentelle, à vous de choisir.
Budget : Entre 219 et 279 AED le soutien-gorge.

destination Maternity Dubai
 
Les sites de livraison en ligne
 
Des tops d'allaitement aussi abordables que pratiques aux jolies robes de plage, The Mommy.co offre une petite collection pleine de pièces qui vous accompagneront tout au long des neuf mois de grossesse.
La pièce phare : La jupe fourreau qui offre un look professionnel pour celles travaillant en bureau : une alternative séduisante et confortable au tailleur !
Budget : Tops de grossesse et allaitement à 99 AED ; Jupe fourreau de 139 à 165 AED.
L'envoi est gratuit dès 300 AED d'achats.
 
Les classiques ne le sont pas sans raison. Asos dispose d'une collection maternité littéralement haute en couleurs. Des sous-vêtements de grossesse aux robes de plage et maillots de bain, le site présente aussi la spécificité de proposer des lignes en fonction de la silhouette. Les plus menues (Petite Maternity) et les plus grandes (Tall Maternity) disposent ainsi leurs collections dédiées.
La pièce phare : Les tuniques d'un noir ébène côtoient celles aux tons chauds ou motifs floraux. Pour une impression de légèreté dont on a grand besoin.
Budget : Tuniques et robes légères de 85 AED à 160 AED.
Les retours sont désormais gratuits depuis les Emirats. Prévoir un délai de 3 à 6 jours ouvrés.

Asos
 
L'homologue de Smitten, mais en ligne. A ce titre, la majeure partie des pièces à découvrir sur le site sont des robes. Avec ses modèles monochromes, à motifs géométriques ou fleuris discrets, la collection en évoquerait presque la galerie d'art Majlis du quartier historique d'Al Fahidi. Ça tombe bien, c'est sur Littlemajlis.com que l'on trouve les articles de Stork Maternity ! 
La pièce phare : La combinaison chocolat, qui met en valeur le ventre arrondi et affine la silhouette. Trendy et coquette, à porter le jour en baskets et le soir, si vous en avez le courage, avec vos escarpins.
Budget : La combinaison à 220 AED ; les robes de 260 à 599 AED.
 
Réputé pour ses listes de naissance, Mumzworld l'est aussi pour ses corsets et autres articles de lingerie de maternité. Robes, leggings, sélection coton bio pour maman et bébé, le choix est vaste. A vos claviers !
La pièce phare : Le blazer, bleu marine ou beige au choix, légèrement plus long qu'un blazer traditionnel pour s'adapter au top de grossesse et le pimenter.
Budget : Blazer à 185 AED ; tops classiques à 99 AED.
 
Mademoiselle from Paris - Sur catalogue
La lingerie et les maillots de bain de grossesse de Mademoiselle from Paris sont idéalement conçus pour sculpter votre silhouette en évolution. Les tons et coupes rappellent la fraîcheur des modèles d'EnviedeFraise, qu'il est plus coûteux d'importer à Dubaï (http://www.enviedefraise.fr en cas de séjour en France).
La pièce phare : Le maillot une pièce, monochrome ou bicolore. 
Budget : Promotion en cours : de 100 à 200 AED.
Contact : Marie vous envoie, sur demande, un catalogue des maillots disponibles. Vous pouvez la contacter par e-mail :
 
Crédit photo : Julia Flabat @secretlyjulia.com

N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
 
Petites annonces   

 
 
Dans la continuité des sessions de préparation à la naissance et des visites à domicile postnatales, l’équipe francophone de sages-femmes « Babies & Beyond » accueille les parents et leurs bébés, tous les mardis de 10h00 à 11h30, pour un nouveau rendez-vous !

Le but est simple : aborder des thématiques sur la petite enfance et la parentalité lors d’échanges de conseils très pratiques, prodigués par deux sages-femmes françaises. Une super initiative dont nous avions envie de vous parler ! Retour sur notre rencontre avec Laure et Sophie.
 
2 expertes pour un duo de choc !
 
La mise en place de ces nouveaux ateliers s’est faite à l’initiative de deux femmes et mamans, aux parcours atypiques mais à la passion commune : celle d’accompagner les individus sur l’extraordinaire, mais parfois sinueux, chemin de la parentalité…
Nous avons donc rencontré Laure Lewis (qu’on ne présente plus ? Quoique !) et Sophie Janin, exerçant respectivement leur métier de sage-femme depuis plus de 20 ans.

Babies and Beyond
Sophie à g. et Laure à d.
 
Laure, Sophie, pouvez vous vous présenter ?



Laure : " Pour ceux qui ne me connaissent pas encore, je suis à Dubai depuis 11 ans… que le temps passe vite ! J’ai commencé à exercer mon métier de sage-femme à Paris, dans la fonction publique puis, après des études de santé publique, auprès d’une ONG. Mon approche est résolument tournée vers la dimension humaine et la construction d’une relation de confiance. Nous avons beaucoup voyagé avec mon mari, qui a travaillé pour les Nations Unies, à la découverte d’autres cultures comme l’Irak, le Yémen et l’Erythrée. Lorsque nous nous sommes installés à Dubai en famille (nos ados ont maintenant 15 et 17 ans) il n’y avait quasiment aucune structure d’accompagnement pour les parents… "
 
Sophie : " Je suis arrivée à Dubai depuis 1 an et demi, après avoir exercé mon métier en Isère et en région parisienne. Ma première expatriation s’est faite à Hangzhou en Chine durant plusieurs années où j’ai expérimenté la maternité, loin de ma culture et de mes repères… ces 4 ans ont été semés de belles découvertes mais aussi d’épreuves. De retour en France, j’ai fait une formation de conseillère conjugale (à l’école des parents) avant d’obtenir mon diplôme de sexologue en septembre dernier. Maman de 3 enfants (9, 14 et 16 ans), avec du recul sur mes différentes expériences, j’accorde beaucoup d’importance à la préparation avant la naissance mais aussi à l’accompagnement du couple après l’arrivée de l’enfant."
 
Qu’est-ce qui vous a donné envie de mettre en place ces ateliers ?
 
Laure : " La demande et l’envie de transmettre… encore et toujours ! En arrivant ici, j’ai beaucoup observé la culture et l’approche de mon métier aux Emirats. Ici, notre rôle est différent de celui en France : ce sont les obstétriciens qui accouchent, nous avons moins de responsabilités ce qui peut s’avérer parfois un peu frustrant. Face à un réel besoin, j’ai donc rapidement voulu initier ou prendre part à des projets pour les francophones autour de la préparation à l’accouchement et l’accompagnement des mamans et des bébés (loin de notre culture, de nos références) de manière autonome*. Je suis également devenue consultante en allaitement (IBCLC) car les avancées scientifiques sur ce sujet sont passionnantes ! "
* Laure fait également partie du groupe de paroles Bulles de maman.
 
Sophie : " Mon expérience personnelle de maman en expatriation et l’envie de prendre part à un nouveau projet ! Notre rencontre avec Laure a été une superbe opportunité… J’ai envie d’apporter mon expertise aux parents et couples issus de cultures différentes (francophones, émiriens, indiens etc.) afin de les aider à vivre au mieux leur parentalité et leur sexualité. Le sujet est un peu tabou ici, mais bien souvent au cœur des questions du couple. J’aime également me rendre chez les gens, prendre part à leur quotidien (en post-partum) afin de mieux les comprendre et répondre à leurs attentes, leurs angoisses, les rassurer et les soutenir. "
 
Comment se déroule un atelier ?
 
Laure : " Les ateliers accueillent les parents, et leurs bébés, dans un cadre convivial afin de répondre à leurs questions concernant une thématique pendant environ 1h30. Nous avons conçu un programme en fonction des questions récurrentes des mamans et de notre propre expérience. Il s’agit donc d’un temps d’informations suivi de questions/réponses où chacun peut s’exprimer librement. "
 
Sophie : " L’objectif est double : répondre aux questions mais aussi encourager la création d’un véritable réseau de parents afin de favoriser les échanges entre les mamans (et les papas) … en dehors des ateliers ! Nous sommes aussi là pour rassurer les parents, peser le bébé par exemple, ou les orienter dans des situations particulières etc. "
 
Le programme du semestre !
 
Les ateliers ont commencé au début du mois d’avril 2017 et voici le programme de l'année 2018. Ceux-ci sont dispensés en français.
 
Mardi 9 janvier : alimentation de bébé : allaitement au sein, au biberon, mixte, sevrage.
Mardi 16 janvier : des petits boutons aux premières fièvres, tous les petits tracas des premiers mois.
Mardi 23 janvier : les coliques du bébé : mythe ou réalité
Mardi 30 janvier : pour ou contre instaurer une routine dans la journée d’un bébé
Mardi 6 février : comprendre le sommeil de bébé, préserver le sommeil de chacun
Mardi 13 février : voyager avec un bébé, conseils pratiques ; les avantages du portage.
Mardi 20 février : la diversification alimentaire : bébé est-il prêt ? Méthodologies.
Mardi 27 février : vie de maman, vie de femme : retrouver sa forme physique et sa vie de couple.
Mardi 6 mars : être maman et travailler ? reprise du travail, mode de garde
Mardi 13 mars : Le développement de l’enfant : reconnaitre et accompagner les différents stades et choix d’activités avec bébé.
Mardi 20 mars : élargir la famille ? accueillir un petit frère ou petite sœur...se préparer.
 
Pour vous inscrire au prochain atelier, envoyez un mail à /.
Prix : 100 AED/atelier
Poussettes bienvenues.
 
Vous ne connaissez pas Babies & Beyond ? 

 
C’est une structure d’accompagnement parental située à Media city, qui propose dans ses locaux différents types de services en anglais, en français, en suédois ou en farsi.En plus des ateliers du mardi, vous pourrez retrouvez en français :
- les sessions de préparation à la naissance (groupe/individuel)
- le suivi postnatal à domicile
- les consultations spécifiques d'allaitement
- le conseil conjugal/sexologie 
 
Ainsi que différents workshops et services à domicile (notamment du baby-sitting).
Babies & Beyond est une structure accréditée DHA, où une équipe de professionnelles de la santé exerce dans un cadre sécurisé et équipé, acceptant une prise en charge par la CFE ainsi que bon nombre d’assurances médicales internationales.
 
Plus d’informations sur www.babiesandbeyond.ae
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
 
       Petites annonces

 
Afin de vous permettre d'évaluer vos frais de grossesse à Dubai, nous avons recueilli et synthétisé un ensemble de coûts génériques.
L’intégralité de ces coûts ne sera bien entendu pas à votre charge si vous disposez d’une assurance. Néanmoins des écarts significatifs de contribution personnelle sont à envisager, et il convient d’évaluer votre situation en amont pour une grossesse sereine et armée !
 
Depuis votre test jusqu’à l'accouchement, 3 facteurs influenceront l’impact financier de l’heureux événement : 
- Votre emploi,
- les modalités de prise en charge de votre assurance,
- votre environnement (gynécologue, hôpital, type d’accouchement et cours de préparation associés). 
 
Le congé maternité et ses coûts associés
 
3 cas de figure principaux se présentent :
Le plus classique, si vous êtes salariée à temps plein : Selon la loi aux Emirats, votre employeur doit vous accorder 45 jours calendaires de congé maternité durant lesquels vous bénéficierez de l’intégralité de votre salaire. S’il y est enclin, vous pouvez également négocier de prendre une partie de vos congés annuels ou de vos 15 jours de maladie pour étoffer la durée de cette interruption, mais ce n’est en aucun cas automatique.
Le plus généreux : Si votre employeur dispose d’une politique de maternité plus souple, un contrat oral ou écrit peut stipuler des conditions particulières de retour à l’emploi. Certaines grandes compagnies internationales octroient jusqu'à 6 mois de congé bien que cela reste rare, d’autres autorisent un retour à temps partiel pendant 3 mois tout en maintenant vos conditions de rémunération. Renseignez-vous !
Le plus contraignant : Si vous travaillez "en freelance" et êtes rémunérée à l’activité, vous ne bénéficiez d’aucune prise en charge. Les semaines ou mois sans activité seront donc aussi des mois sans rémunération. En effet, dans la mesure où il n’existe pas de cotisations à un régime des indépendants, il n’existe pas non plus de congé afférent. 
Pour le service public :  à partir du 1er mars 2017, une nouvelle loi qui sera mise en application pour les employés du gouvernement de Dubai leur donnant le droit à un congé maternité de 3 mois (120 jours calendaires).
 
Les différences principales avec la France : environnement et impact financier
 
Au-delà du congé maternité moins standard, des différences majeures d’approche peuvent contribuer à accroître vos frais. A ce titre, notez que la césarienne et l’induction sont des techniques très courantes, et privilégiées par une grande partie de gynécologues / obstétriciens à Dubaï. La césarienne implique un séjour plus long en hôpital, une opération, et par conséquent une rémunération plus élevée de votre obstétricien. Rassurez vous tous les gynécologues(et notamment les francophones) ne poussent pas la césarienne quand elle n’est pas nécessaire.
L’induction, moins coûteuse en soi, génère souvent des coûts associés, et qui ne sont pas toujours couverts par votre assurance (péridurale obligatoire, durée de travail en hôpital souvent accrue, et césarienne en cas d'échec). 
 
Une autre différence principale avec la France réside dans le nombre d’échographies réalisées au cours des neuf mois. Outre les 3 échographies principales réalisées en France (Clarté nucale à 12 semaines, échographie détaillée à 20 semaines, et échographie du 8e mois), la majeure partie des gynécologues réalisent une échographie lors de chaque visite de contrôle, soit tous les mois, voire toutes les deux semaines à l’approche du terme. Le supplément s’établit alors entre 300 et 500 AED par visite. 
 
Si pour des raisons d’approche ou pour des raisons financières, vous ne souhaitez pas effectuer un nombre d’échographies plus nombreux que celui réalisé en France et ne souhaitez pas que l’on vous propose une césarienne ou une induction non médicalement justifiées, il vous faudra initialement rechercher un médecin réputé pour son approche " plus naturelle ", approche qui, en France, serait considérée comme standard. 
 
Notre estimation des coûts 
Les fourchettes ci-dessous sont proposées à titre indicatif et visent à vous aider à anticiper les frais restant à votre charge. 
Seul dans le cas où vous ne bénéficiez d’aucune prise en charge devez-vous financer l’intégralité de ces coûts.
 
Les coûts liés au suivi pendant les 9 mois
 
Le test de grossesse (analyse de sang) : 270 - 360AED 
Pensez à vous rendre chez votre médecin pour un premier rendez-vous de grossesse. Si vous vous présentez spontanément, le remboursement ne sera pas automatique.
 
Le 1er RDV pour confirmer la grossesse (optionnel) : 400 - 600 AED
Ce rendez-vous n'est pas obligatoire mais permet notamment d'obtenir une ordonnance pour le test.
- Consultation : 400-500 AED
- Test d'urine (optionnel, selon votre gynécologue) : 100 AED
 
Le 1er RDV de suivi de grossesse : 2800 - 3700 AED
- Consultation : 400-500 AED
- Test sanguins de début de grossesse (toxoplasmose, hépatites, sucre, etc.) appelés "antenatal" : 1800 - 2600 AED
- Échographie de datation : 500 AED
- Test urine : 100 AED
 
Les autres RDV de suivi de grossesse : 500 - 1275 AED
En moyenne, lorsqu'il ne s'agit pas d'un mois où l'une des 3 échographies est réalisée, vous verrez votre gynécologue une fois par mois, voire une fois toutes les deux semaines à partir de la 28ème semaine. Selon l'approche de votre gynécologue, une échographie sera proposée systématiquement ou non.
- Consultation : 400 - 500 AED
- Échographie (optionnel) : 500 AED
- Test urine : 100 AED
- Contrôle de la toxoplasmose si vous n'êtes pas immunisée : 175 AED
 
Le RDV des 12 semaines (Trisomie 21) 1350 - 1450 AED
L'échographie comprend une partie du test évaluant le risque de trisomie 21 (clarté nucale) et est associée à des analyses de facteurs sériques dans le sang.
- Échographie : 700 AED
- Consultation : 400 - 500 AED
- Tests sanguins (trisomie 21 + tirages sériques) : 500 AED
 
L'échographie détaillée des 20 semaines ("morphology scan") : 1300 - 2000 AED
- Échographie : 1300 - 1500 AED 
- Consultation en cas d'anomalie : 400 - 500 AED
 
L'échographie des 8 mois (ou échographie de croissance) : 800 - 1050 AED
 
Les coûts annexes courants : 1130 - 2370 AED 
Acide folique et/ou Multivitamines et/ou fer : 1000 AED en moyenne
Vaccin Bostrix (coqueluche, semaine 32-34) + Test de Combs + Recherche Strep B : 130 - 220 AED
Test diabète gestationnel (optionnel mais encouragé par la majeure partie des gynécologues) : 800 - 1150 AED
 
Les cours de préparation à l'accouchement (optionnel) : 1650 - 2200 AED 
A Dubai, ces cours ne sont en général pas pris en charge par les assurances. Une exception : si vous êtes suivie et comptez accoucher à City Hospital, vous pourrez vous y inscrire à titre gratuit. 
 
L'accouchement : 4000 - 23000 AED 
 
Accouchement par voie basse : 3800 - 7000 AED
 
Les suppléments suivants peuvent intervenir selon vos préférences et selon la situation :
- Accouchement dans l'eau : 1000 AED 
- Péridurale : 1800 - 3,400 AED
- Bébé additionnel (jumeaux)  : environ 4000 AED
- Accouchement instrumental : forceps, spatule, ventouse. Coûts selon les hôpitaux.
 
Accouchement par césarienne : prévoir entre 3000 et 6000AED de plus que l’accouchement par voie basse
 
NB : Il faut également prendre en compte les frais d’hospitalisation en chambre privée. En général, comptez 2 nuits pour un accouchement par voie basse et 4 nuits pour un accouchement par césarienne. 
 
L'impact de votre couverture sociale sur le "reste à charge"
 
Vous l’aurez compris, votre compagnie d’assurance ou celle de votre compagnon sera un facteur déterminant de votre « reste à charge » :
 
- Certaines compagnies couvrent les frais de grossesse à 100%. Il s’agit du cas de figure optimal. Dans ce cas, rares sont alors les frais non pris en charge. Les difficultés principales que vous pourrez rencontrer seront liées à l’avance de frais, régulièrement requise par cette formule.
- D’autres compagnies d’assurance prennent également tous les frais en charge, mais établissent une limite de dépense. Il s’agit d’un « package » allant de 25000 à 32000 dirhams en moyenne.
- Nombre de compagnies d’assurance requièrent un co-paiement (de 5 à 20% de chacun de vos frais) et ne prennent pas en charge certains vaccins ou encore la péridurale. Pour éviter des surprises, il est important de toujours faire autoriser les dépenses les plus conséquentes (notamment l’échographie du 5ème mois) en amont de la réalisation de l’acte.
 
Quoiqu'il advienne, mieux vaut prévoir une enveloppe grossesse afin que vous puissiez l'aborder le plus sereinement possible et ne pas vous retrouvez dans une position délicate... à l'aube des plus beaux jours de votre vie !
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
       Petites annonces
 
Vous souhaitez aborder votre accouchement avec confiance et sérénité ? 
Vous privilégiez, pour vos cours de préparation à l'accouchement, l’apprentissage de techniques de relaxation, de respiration et de visualisation ? 
Vous envisagez, si les conditions sont optimales, de ne pas faire de péridurale, et peut-être même d’accoucher dans l’eau à Al Zahra, mais vous souhaitez aussi rester souple en fonction de votre résistance à la douleur le jour J, ou de toute circonstance justifiant d’une intervention médicale ? 
Si certains de ces questionnements vous taraudent, comme cela a été le cas pour notre rédactrice, Marianne, qui a testé la méthode : les cours d’HypnoBirthing proposés par Jasmine Collin à Inspire Nursery en 4 ou 5 séances sont peut-être les plus adaptés à vos dernières semaines de future maman. 
 
Qu’est-ce que l’HypnoBirthing ?
 
Il s’agit d’une méthode de préparation à l’accouchement développée par Marie Mongan aux Etats-Unis et fondée sur 6 principes : Education, Respiration, Approfondissement, Relaxation, Visualisation, Affirmations.
Au cours des années 1950, bien qu'elle ait alors communiqué sa volonté d'accoucher en pleine conscience à son docteur, Marie Mongan est complètement anesthésiée et ses enfants sont extraits au forceps, une technique alors privilégiée aux Etats-Unis. Pour les deux accouchements suivants, elle s'assure que l'on respecte son souhait de donner la vie le plus naturellement possible en menaçant de changer de clinique.
Dans les années 1990, alors que sa fille est enceinte, elle développe la méthode HypnoBirthing, une préparation à l'accouchement fondée sur la pratique régulière de techniques non médicamenteuses visant à gérer la douleur (auto-hypnose, visualisation, affirmations, respiration).
Le calme des trois premières mamans / élèves qui suivent les 6 principes et techniques lors de l’accouchement font alors connaître la méthode.
 
Qu’est-ce qui différencie les cours d’HypnoBirthing de ceux proposés par les hôpitaux ?
 
Similitudes :
- Vous vous familiarisez avec les étapes de l’accouchement, le moment le plus opportun pour vous rendre à l’hôpital, ou encore comment rédiger un « birth plan ».
- Vous apprenez à respirer entre et pendant les contractions, ainsi qu’au moment de la sortie du bébé (les techniques diffèrent néanmoins).
- Vous rencontrez des couples partageant la même épopée !
- Certaines pratiques peuvent être reliées à celles de l'haptonomie, couramment choisir pour la préparation à l'accouchement.
 
Différences :
- Le temps accordé à la pratique d’exercices et de techniques de gestion naturelle de la douleur, à la fois en cours, et sous forme de devoirs, y est nettement plus important (environ 1h30 à chaque cours de 3 heures). Les 3 respirations y sont pratiquées lors de chaque cours par exemple.
L’approche est non médicalisée mais éducative : Vous apprenez notamment l’impact que peuvent avoir l’induction ou la péridurale sur la durée de votre accouchement, la douleur, ou encore le ressenti de votre bébé.
- Pour autant, vous apprenez aussi à vous préparer à l’éventualité de la nécessité d’une intervention (césarienne, induction) et à rester calme en cas de changement de plan médicalement justifié. La souplesse et non l'idéalisation !
- Une séance quasi-entière est dédiée aux différentes positions à adopter, en fonction du placement de votre bébé, de la douleur ressentie et de vos préférences. 

hypnobirth
 
Les bénéfices de l'HypnoBirthing :
 
- Présider aux choix médicaux qui vous sont proposés
A Dubai, les césariennes et inductions sont beaucoup plus courantes qu’en France. Jasmine vous aidera en amont à choisir un docteur et un hôpital qui privilégient les accouchements par voie naturelle, si c’est votre souhait. Celle-ci vous recommandera également des lectures et études vous permettant de faire des choix éclairés sur la nécessité d’interventions plus médicales si celles-ci vous sont proposées (un exemple : suite à une perte des eaux sans contraction, faut-il déclencher l'accouchement immédiatement ?)

- Accorder du temps au couple… aussi
Entre les courses pour la chambre de bébé, les journées de travail et la fatigue de la maman, vous n’avez peut-être pas pris le temps ou trouvé l’énergie d’évoquer votre vision de l’accouchement « idéal » avec votre partenaire. Les cours facilitent ce dialogue par le biais de tests ou encore de temps d'échange. Par ailleurs, le futur papa participe aussi aux exercices de relaxation (il en aura besoin lors des courtes nuits !), il crée des playlists pour la maman, apprend à la masser, et surtout comprend sa démarche. 
 
- Apprendre des techniques utiles pour l'accouchement certes, mais aussi pour les années à venir
Les techniques d'auto-hypnose seront tout aussi bénéfiques après l’accouchement : Les CD de relaxation ou techniques de détente pourront vous aider lors des premières années de votre chérubin ou de votre petite princesse. Ils pourront même être utilisés par votre enfant si celui-ci, à un âge plus avancé, rencontre des problèmes de sommeil.
 
Retour d’expérience : Les (Mes) techniques préférées !
 
- Associer la récitation de vos affirmations à des sensations : Un mélange d’huiles essentielles (en inhalation), une liste de musiques apaisante, ou encore des images propices à la relaxation. Le jour venu, vous pourrez ainsi reproduire ces conditions relaxantes en écoutant vos affirmations (en inhalant quelques gouttes des huiles essentielles que vous avez pris l’habitude de diffuser sur un petit mouchoir, ou en écoutant votre playlist préférée). Il s’agit de vous conditionner et de créer vous-même, en amont, les " déclencheurs d’apaisement " qui vous aideront lors des contractions.
 
- Le " light touch massage " : réalisé par le papa qui énonce un mot-clé pratiqué au cours des semaines précédant l'évènement. Ce massage doux permet de libérer des endorphines, hormones essentielles au bien-être et à la relaxation. Une bonne occasion de se faire cajoler sous prétexte de faire ses devoirs !
 
- La " rainbow relaxation " : pratiquée seule, ou avec le partenaire, consiste en un script pré-enregistré qu'il convient d'écouter aussi régulièrement que possible. A l'issue de la première écoute, on choisit la couleur qui nous accompagnera lors des visualisations pour se détendre le jour de l'accouchement. La détente musculaire facilitera la gestion de la douleur associée aux contractions. 
 
Pour en savoir plus :
 
- Lire le manuel de Marie Mongan, disponible en Anglais à BookWorld au Dubai Mall (ou en français sur www.Amazon.com)
- Contacter Jasmine Collin à ou au 050 1323 669
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter pour recevoir toute nos actus !
 
 
   Petites annonces


 
Vous aviez prévu de partir en vacances, en amoureux, à l’autre bout du monde… Mais voilà, vous venez d’apprendre que dans moins de 9 mois, vous ne serez plus seuls ! Heureuse de cet événement, vous vous sentez catastrophée à l’idée d’annuler vos prochaines vacances si attendues… Pas de panique ! Vous allez pouvoir partir, il va juste falloir bien s’organiser !
 
La période la plus sécuritaire est celle se situant entre la 18ème et la 24ème semaine. Chaque grossesse étant unique, il faudra toujours prendre un avis médical préalable. 
La première chose à faire est donc de parler de votre super projet à votre gynéco ! Il vous précisera s’il n’est pas contre-indiqué de prendre l’avion dans votre cas et quels sont les éventuels risques encourus en fonction du déroulement spécifique de votre grossesse.
 
Au départ de Dubaï, pas beaucoup d’autres choix que de prendre l’avion !
 
Une fois que votre « gygy » a donné son accord, il va falloir vérifier les règles de la compagnie aérienne. En effet, certaines compagnies émettent des restrictions : obligation de vous procurer un certificat médial ou encore refus de certaines femmes enceintes à compter d’un certain mois de grossesse. 
Au départ de Dubaï, Emirates, à l’inverse d’Air France, demande un certificat médical à partir de la 29ème semaine de grossesse. Il doit indiquer :
- la confirmation d’une grossesse simple ou multiple,
- l’indication selon laquelle la grossesse se déroule sans complications,
- la date d'accouchement prévue,
- la date jusqu'à laquelle vous êtes en mesure de pouvoir voyager,
- que vous êtes en bonne santé,
- qu'il n'existe pas de contre-indication à un voyage en avion.
 
Il est tout de même recommandé d’éviter les vols trop longs (plus de 4h) dès les premiers mois en raison d’un risque de phlébite. Pour éviter le problème, pendant le vol, portez des bas de contention et marchez dans l’avion. Je ne vous promets pas une balade des plus divertissante…
 
Pour celles qui suivent un régime alimentaire spécifique, la plupart des compagnies proposent un large choix de repas spéciaux ! Pour ce, précisez votre choix lors de la réservation de votre billet ou de votre enregistrement en ligne. Il est préférable de choisir un repas léger pour éviter des désagréments intestinaux, fréquents pendant la grossesse. 
N’oubliez pas de boire ! L’air est tellement sec, que vous allez vous déshydrater plus vite que d’habitude !
 
Dernier point et pas des moindres : votre assurance ! Plus vous vous rapprocherez de votre terme, plus le risque d’accoucher dans l’avion s’accroît… Cela pourrait être une jolie histoire à raconter à votre chérubin, non ? Plus sérieusement, que ce soit pour le trajet en avion ou pour votre séjour dans le pays, vérifiez, avant votre départ, que votre assurance prend en charge un éventuel accouchement ou des complications médicales, hors de votre territoire de résidence, ainsi que votre rapatriement. 
 
Ou atterrir ?  Le choix de la destination !
 
Outre la durée du vol, d’autres contraintes vont venir s’ajouter au moment du choix de votre destination. Certains pays limitent l’entrée des femmes enceintes sur leur territoire. Rapprochez-vous donc de l’ambassade ou du consulat du pays envisagé.
 
Le paludisme peut causer des troubles de santé importants chez un fœtus, en plus de ceux qu’il causerait à la future maman. Il est donc fortement déconseillé de voyager dans des pays où la transmission du paludisme existe. Cela permet de faire un tri efficace : plus de 90 pays sont concernés ! On dit donc au revoir à la plupart des destinations exotiques...
 
Au départ de Dubaï, il vous reste tout de même quelques destinations romantiques telles que les Maldives, les Seychelles ou encore la Réunion… Vous pouvez aussi faire le choix de certains pays du Moyen-Orient dont les paysages, la culture et l’histoire vous transporteront ! Je pense surtout à Oman, au Liban, la Jordanie, la Turquie ou encore à l’Iran. Faite un tour dans notre rubrique VOYAGES pour vous inspirer...
 
Le programme sur place : vigilence et détente !
 
Celles qui ont l’habitude de voyager le savent : il va falloir être vigilante concernant l’hygiène de la nourriture et la qualité de l’eau. Quelques petits rappels (à ajouter à vos interdictions quotidiennes de femme enceinte) :
• Ne buvez que de l’eau minérale en bouteille. Si vous en achetez sur place, vérifiez le bouchon.
• Ne mangez pas de crudités : vous ne saurez jamais si elles ont été lavées avec une eau convenable.
• Evitez les glaçons souvent confectionnés avec l’eau courante.
• Assurez-vous que l’eau de votre thé ou de votre café soit bien de l’eau minérale.
 
Si vous rêviez de traverser l’Asie à dos d’éléphant ou de faire un safari en Afrique, les plus « casse-cou » d’entre vous vont être déçues… Le maître mot de ces prochaines vacances : « détente ». 
Evitez les longs trajets en train ou en voiture qui secouraient un peu trop bébé. De même, laissez de côté les activités trop sportives et les journées de visites intensives. Chaque jour, pensez à vous garder un temps de repos et surtout écoutez votre corps.
 
Lors de l’élaboration du séjour, n’oubliez pas de rester proche d’infrastructures médicales adaptées lors de vos déplacements dans le pays. Faites-vous une liste avec le nom, l’adresse et le numéro de ces structures ainsi qu’une liste de numéros d’urgence. Et pendant votre voyage, ne jouez pas aux dures à cuire : un peu de température suffit à tirer la sonnette d’alarme ! 
Si vous en avez l’occasion, pourquoi pas vous rapprocher d’une agence de voyage. La société choisie vous aidera dans toute cette organisation, s’adaptera aux difficultés liées à votre grossesse et vous aurez une oreille sur place en cas de problème. On laisse son sac à dos d’aventurière à Dubaï et on se laisse porter… 
 
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter pour recevoir toute nos actus !
 
       Petites annonces
 
 
 
En France, la rééducation du périnée est proposée à toute femme venant d’accoucher. Elle est remboursée par la Sécurité Sociale à hauteur de 10 séances, quelle que soit la façon dont se soit déroulée la mise au monde. Il s’agit d’une prise en charge systématique dont peu de pays peuvent se targuer !
A Dubai, les gynécologues-obstétriciens ne parlent pas spontanément de cette étape post-partum fondamentale. Il est courant d’attendre que des problèmes d’incontinence ou de pesanteur se manifestent et persistent, en particulier après une seconde grossesse, pour être envoyée chez un spécialiste. Nous faisons donc le point sur les bienfaits de cette pratique.
 
Le périnée, c’est quoi au juste ? 
 
Le périnée est un ensemble complexe de muscles superficiels et profonds, essentiels au bon fonctionnement de l’appareil urogénital. Ils soutiennent les viscères, sont directement impliqués dans la réalisation de besoins physiologiques primaires, et permettent d’avoir une sexualité épanouissante. Leur faiblesse est souvent mise en cause dans les cas d’incontinence comme dans ceux de descentes d’organes.
 
Dans quels cas faire la rééducation du périnée ?
 
Contrairement aux idées reçues, la rééducation n’est pas exclusivement destinée aux femmes ayant vécu un accouchement par voie basse difficile ou faisant l’expérience de problèmes d’incontinence et de douleurs vaginales. Les raisons pour lesquelles il est recommandé de prendre un avis médical avant de décider de s’en passer sont les suivantes :
 
Tout d’abord, le poids du bébé sur le périnée durant la grossesse tend à favoriser un relâchement musculaire, avant même que l’accouchement n’entre en jeu. Même en cas de césarienne, il n’est donc pas inutile de consulter pour s’assurer que le périnée n’ait pas été trop affecté par la grossesse.

Par ailleurs, un accouchement relativement « aisé » ou rapide peut être lié à un relâchement des tissus ou à un manque de tonicité initial. Celui-ci peut créer des inconforts et dysfonctionnements plus ou moins contraignants plusieurs années plus tard, alors même que la femme concernée se sent parfaitement normale quelques semaines après l’arrivée de son bébé.
 
Enfin, l’accouchement tend à conforter des asymétries préexistantes, que l’on soit trop tonique ou trop laxe, que l’on ait poussé longtemps ou non. L’angle de sortie du bébé, et non seulement une éventuelle épisiotomie, sont ainsi en cause.
 
Par prudence, il est donc judicieux, quelles qu’aient été les conditions de votre accouchement, de vous rendre chez un kinésithérapeute spécialisé. Celui-ci sera le plus à même de recommander le nombre de séances nécessaires (5 à 10 en moyenne si vous n’avez pas de symptômes gênants, 10 à 25 si la zone a été plus malmenée).
 
Pourquoi ne pas réaliser les exercices seule ?
 
Effectuer des contractions périnéales seule est possible, et parfois bénéfique, sur conseil médical. Mais même si vous avez la sensation que tout fonctionne « comme avant », et que vous vous sentez en mesure de réaliser des contractions du périnée tranquillement assise chez vous, voici quelques arguments en faveur d’un suivi médical :
 
- Entre la perception que vous avez de votre capacité à contracter votre périnée et votre capacité effective, il peut y avoir une différence non négligeable.
- La capacité à activer les muscles est certes essentielle, mais celle à les détendre l’est tout autant.  En particulier si vous envisagez une autre grossesse. L’aide d’un professionnel se révèlera précieuse pour apprendre la détente au même titre que l’activation.
- Un spécialiste saura déceler des asymétries pouvant générer des douleurs à court ou long terme, notamment lors des rapports. Et il pourra y remédier en vous aidant à renforcer vos muscles d’un côté plus que de l’autre.
 
Quand commencer ?
 
Il est préconisé de commencer environ 6-8 semaines après l’arrivée au monde de votre bébé. Pas de panique si vous décalez cette reprise de quelques semaines. Il faut parfois un peu de temps pour se sentir prête et à l’aise.
Et si vous n’avez pas fait votre rééducation juste après vos accouchements, et rencontrez à présent des difficultés pour vous retenir ou pour porter une protection hygiénique, tout n’est pas perdu ! Il est certes plus facile de stimuler les muscles, notamment en manuel, peu après l’accouchement, et de faciliter une reconnexion active avec la zone lors de cette période. Mais mieux vaut tard que jamais : une rééducation quelques années après vos accouchements sera plus facile à entreprendre que d’éventuelles complications à la ménopause ne seront à gérer.
 
Quelle prise en charge ?
 
La séance d’évaluation coûte en général 450 AED, les séances de suivi entre 380 et 420 AED.
Certaines assurances privées prennent en charge tout ou une partie de la rééducation. Il vous faut pour cela demander un « referral » à votre gynécologue ou votre obstétricien lors de la visite des 6 semaines postpartum.
Si vous cotisez à la CFE, vous pourrez être remboursée sur la base de dix séances de rééducation périnéales, mais au tarif français.

périnée
 
Qui consulter à Dubai ? 
 
Cela dépend de l’approche qui vous correspond le mieux et de la durée qui s’est écoulée depuis votre accouchement :
 
- Pour une approche douce mais efficace, permettant une (re)prise de contact avec chacun des muscles du plancher pelvien en isolation, rendez-vous à la Koster Clinic où exerce Olivia Faujour.
Cette française, kinésithérapeute, formée à la méthode des hypopressions abdominales par la célèbre Dr de Gasquet, privilégie la rééducation manuelle. Cependant, elle n’hésitera pas à utiliser une sonde si vous éprouvez de grandes difficultés à contracter votre périnée par vous-même. Olivia pourra également vous accompagner en cas de cicatrice gênante ou inconfortable.
Retrouvez son contact (rubrique physiothérapistes) sur la liste des médecins et professionnels de la santé francophones à Dubai !
 
- A proximité de Jumeirah Beach Park se trouve Physioart, une clinique où exerce la kinésithérapeute Hafsa Sliman. Formée au Maroc puis en France où elle a pratiqué onze années, elle s’est spécialisée dans l’accompagnement pré et post-natal et a effectué une formation spécifique avec l’Ecole Internationale de Rééducation du Plancher Pelvien. Elle privilégie en général une approche mixte. Ainsi, les séances commencent avec une évaluation manuelle et se poursuivent avec la pratique d’exercices avec biofeedback.
Retrouvez son contact (rubrique physiothérapistes) sur la liste des médecins et professionnels de la santé francophones à Dubai !
 
- Pour une approche privilégiant l’électrostimulation, orientez-vous vers Laura Barrett, kinésithérapeute formée en Angleterre. L’électrostimulation est particulièrement utile lorsque les muscles sont faibles et qu’une déconnexion entre intention et contraction effective est constatée. En cas de manque de tonicité sévère, Laura Barrett peut également vous proposer des séances de laser.

N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
       Petites annonces

 
Bébé est enfin là, et avec lui une envie de retrouver votre corps, votre garde-robe et votre énergie de pré-grossesse !
L’activité physique post-partum favorise un amincissement sain ; accompagne le rééquilibrage hormonal ; et libère notamment des endorphines, ces hormones reines du bien-être. Pour vous être pleinement bénéfique, il lui faut cependant respecter certaines étapes-clés. Votre corps s’est en effet transformé pendant 9 mois, et pour le retrouver, il faut envisager environ la même durée.
 
Nous avons demandé à Marianne, notre coach Pilates certifiée en pratiques pré- et post-natales, de nous éclairer sur le moment opportun ainsi que les activités les plus appropriées pour se lancer.
Elle vous propose une reprise en 3 étapes principales avec des suggestions d’activités post-natales à Dubaï, ainsi que quelques conseils-clés concernant les abdominaux et l’allaitement. 
 
QUAND REPRENDRE ? ET QUEL PROGRAMME ?
La réponse à cette question dépend des facteurs suivants :
-Votre type d’accouchement : La récupération après une césarienne est plus longue qu’après un accouchement par voie basse. Et pour ce dernier, l’utilisation d’instruments (forceps, vacuum), peut allonger le temps de convalescence.
-Le type d'activité que vous envisagez de pratiquer. On ne reprendra bien entendu pas la marche active au même moment que la préparation d’un semi-marathon.
-Votre pratique sportive avant de tomber enceinte. La mémoire musculaire est un facteur à ne pas négliger. Si vous ne faisiez jamais d’abdominaux avant votre grossesse, il faudra les renforcer avec d’autant plus de patience. A l’inverse, si vous avez toujours pratiqué la course à pied, vous n’aurez peut-être pas besoin d’attendre 9 mois pour reprendre cette pratique à impact.
-Vos organes se sont bien remis en place. Votre gynécologue peut évaluer cela au cours de la visite post-natale dès 6 semaines.
 
A noter : Il est judicieux, avant la reprise, de faire votre réeducation du perinée et de consulter un ostéopathe indépendamment de votre visite prévue chez le gynécologue. Les déséquilibres créés en fin de grossesse par l'hormone relaxine au niveau du bassin, une position gynécologique prolongée durant l'accouchement, les mauvaises postures adoptées pour compenser la douleur d'une éventuelle épisiotomie sur un côté, ou lors de l'allaitement, sont autant de facteurs qui peuvent affecter les équilibres du corps. Votre coccyx peut être bloqué par exemple, et pour bénéficier pleinement de votre reprise, mieux vaut rééquilibrer les articulations déplacées au préalable.
 
Etape 0 : Marche, périnée et remise en place ! 
Moment opportun pour se lancer : 2 semaines / 6 semaines
Il s’agit des premières journées voire des premières semaines suivant la naissance de votre enfant. Cette date de départ dépend principalement de votre type d'accouchement.
Programme :
- 30 minutes de marche, si possible 3 fois par semaine. Outre le fait qu’il s’agisse d’une activité aisée et naturelle, allant de pair avec la nécessité de promener bébé ; la marche réactive le transit, souvent bloqué lors des suites de couches.
- Exercices du périnée : Même si vous avez subi une épisiotomie, la contraction du périnée associée à une longue expiration est recommandée dès 2 jours après la naissance de votre enfant. Pratiquez une série de 10 expirations / contractions, 2 fois par jour.
- Etirements du dos et de la nuque : L’allaitement et le port du bébé à l’extérieur du corps sur-sollicitent le cou et les pectoraux, ce qui résulte en tensions. 
- Remise en place du bassin. Avec un petit ballon entre les jambes, allongée sur le côté, les genoux pliés, effectuez des pressions symétriques 20 fois de chaque côté, 2 à 3 fois par jour.  Le bassin se replace, les hanches se rapprochent.
A noter : Bien-être et maternité du Dr Bernadette de Gasquet est un excellent guide pour ces suites de couche, truffé d’explications et d’exercices pratiques faciles à réaliser seule à la maison, même alitée !
 
Etape 1 : Privilégier les pratiques douces 
Moment opportun : 6 semaines / 3 mois
Si les organes et les articulations semblent en place, et que vous en ressentez l’envie, vous pouvez reprendre dès 2 semaines après l’accouchement ! Ce cas est bien entendu réservé aux plus sportives d’entre nous, qui ont par ailleurs connu un accouchement expéditif et sans complications. 
En cas de césarienne, il existe un risque de déchirure ou d’inconfort lié à tout soulèvement brusque ou faux mouvement. Les risques d’infection sont également à considérer. Il est donc plutôt recommandé d’attendre 6 semaines avant la pratique d’activités même douces.
Dans tous les cas, si vous ne vous sentez pas prête, poursuivez les recommandations de l’étape zéro et attendez votre rendez-vous post-natal pour être rassurée.
Programme :
- 1 séance de Yoga post-natal pour retrouver sérénité et tonus en pratiquant des séquences d'étirements et poses appropriées. Le studio Life N One à Jumeirah est l'un des rares à offrir des cours uniquement dédiés au postnatal : http://www.lifenone.com/class-schedule/
- 1 séance de Pilates post-natal (sur tapis) pour allier exercices du périnée, renforcement des abdominaux profonds et mouvements de rééquilibrage de la posture, notamment du bassin et du dos.
-1 à 2 séances de nage libre. Assurez-vous néanmoins de ne plus avoir de saignements. 
-De la marche plusieurs fois par semaine si vous en avez le temps.
A noter : La plupart des centres sportifs ne vous accepteront en cours de groupe qu'à partir de 6 semaines. Rien ne vous empêche de prendre des cours privés ou de proposer de signer une décharge si vous êtes en pleine forme avant cette date.
 
Etape 2 : Diversifier les activités 
Moment opportun : 3 mois / 6 mois
Suite à votre rendez-vous post-natal, vous devriez être en mesure de diversifier vos activités, à l'exception toujours des sports impliquant le port de poids lourds ou des chocs trop importants. L'hormone relaxine, qui détend les ligaments pour faciliter la mise au monde, est parfois présente dans votre corps jusqu’à 5 mois après l'accouchement. Il est donc plus sage de s'initier à de nouvelles pratiques temporairement en attendant de renouer avec vos cours de BodyPump et votre course à pied.
Programme
-1 séance de cardio de 25-40 minutes. Si vous disposez d'une salle de sport à proximité, choisissez l'elliptique, le vélo, ou le rameur qui limitent les impacts mais brûlent les calories et galbent la silhouette.
-1 séance d'aqua exercice. Les pratiques aquatiques amortissent les chocs, protégeant vos articulations, votre périnée (accouchement par voie basse) ou votre ventre (césarienne). Elles sont par ailleurs des alliées de choix contre la rétention d'eau et l'aspect cellulite !
Au Jebel Ali Village Recreation Club, Jacqui propose des cours ouverts à tous, et notamment aux femmes enceintes ou aux jeunes mamans, dans une ambiance détendue pour tonifier le haut comme le bas du corps. Pour plus d'informations, c'est ici.

Le centre Aquafit, récemment ouvert au Sunset mall permet également de reprendre en douceur et bruler des calories sans brusquer le corps. Pour plus d'informations, lisez notre article.
-1 séance intense de "barre" à Define Body, à la Marina pour tonifier les fessiers et l'intérieur des cuisses par le biais de pliés, mais aussi les abdominaux (attendez toutefois d'avoir les grands droit refermés pour ces séances : lire "Un cas à part : Les abdominaux") : http://dubai.definebody.com. Bon à savoir : Le premier cours est gratuit !
ou
-1 séance de Pilates machines post-natal. A ce stade, vous êtes prête pour réintroduire de la résistance dans votre pratique. Poids légers et machines viennent accentuer le travail de renforcement musculaire, renforcement du périnée, et le travail des abdominaux profonds pour retrouver un réel gainage et améliorer la posture. Si vous souffrez de tensions au niveau de la nuque liées à l'allaitement, ou de douleurs lombaires, choisissez cette option.
 
Etape 3 : Réintroduire les sports avec poids / impact
Moment opportun : 6 mois / 1 an
C'est le moment de reprendre les activités avec poids / impact qui vous sont chères, telles que la course, le fitness, le kickboxing, tout en guettant d'éventuels signaux d'alarme (douleurs abdominales, fatigue musculaire intense, saignements). 
Commencez pendant 2 semaines par limiter l'activité concernée à 1 à 2 fois par semaine, et 30 minutes maximum. Si tout se déroule bien, vous pouvez progressivement augmenter la fréquence et l'intensité de vos séances.
Si vous souhaitez poursuivre des activités vous permettant de passer du temps avec votre bébé et de rencontrer d'autres nouvelles mamans, voici quelques suggestions :
-Baby Swimmer : Entre octobre et avril, le Méridien Mina Seyahi propose d'initier les bébés de plus de 3 mois, en compagnie de leurs mamans, aux plaisirs de l'eau. 
-Mom and Baby Yoga : Les lundis et jeudis matins, le studio de yoga 136.1, situé dans la tour Trident, propose des cours adaptés .
 
UN CAS A PART : LES ABDOMINAUX
Du 5e au 7e mois de grossesse, les grands droits, ces abdominaux qui constituent la fameuse tablette de chocolat, s'allongent de près de 15 centimètres et se séparent en leur centre pour faire de la place au bébé. A la sortie de la maternité, la séparation existe toujours, créant un "gap" peu esthétique et assez peu agréable, en particulier si ces muscles étaient préalablement toniques. Si vous contractez les grands droits, vous voyez alors une petite crête se former au centre. Tant que celle-ci existe, il est inutile, voire délétère, de pratiquer des abdominaux en fléchissant la nuque (c'est-à-dire la plupart des séries que vous avez pratiquées tout au long de votre vie !).
 
Pour tester cette séparation, appelée "diastasis recti", allongez-vous, placez vos doigts entre vos côtes et descendez jusqu'au bas du ventre tout en contractant les grands droits. Si 6 semaines après l'accouchement, vous avez la place de mettre plus de deux doigts, prudence, les abdominaux ne se sont pas encore refermés, et les travailler ne peut que les consolider dans cette position séparée.
 
Pour laisser le temps à la nature de retendre les fibres musculaires et resserrer les grands droits, il est par contre utile de travailler les abdominaux les plus profonds (les obliques et les transverses). Ces abdominaux accompagnent le resserrage au centre, tout en définissant les bas et les côtés du ventre, et en vous évitant des douleurs lombaires.
Vous pouvez pour cela effectuer diverses planches sur le côté, sur l'avant-bras ou la main (1 minute, 2 à 3 fois par jour, en alignant bien vos hanches). 
Les cours de Pilates post-natal sont particulièrement bénéfiques si vous souhaitez accélérer les retrouvailles avec vos tablettes de chocolat et apprendre des séries plus variées de travail des obliques et transverses.
 
ALLAITEMENT ET GROSSESSE
Allaitement et sport ne sont en aucun cas incompatibles. Toutefois, l'effort musculaire génère la production d'acide lactique, ce qui peut rendre votre lait plus acide et ne pas plaire à votre bébé. Pour éviter qu'il n'y réagisse, nourrissez-le juste avant votre séance plutôt que juste après, ou tirez votre lait en amont.
Par ailleurs, de nombreux docteurs emploient volontiers la formule suivante : en allaitant, vous demeurez "à moitié enceinte" d'un point de vue hormonal. La production de relaxine peut par exemple se poursuivre plus longuement et mieux vaut dans ce cas éviter les sports à impacts tant que vous donnez le sein.
 
Et si vous ne pouvez pas réattaquer aussi rapidement que possible, pas de panique, le corps a parfois besoin de plus de temps pour récupérer ! Mettre au monde un enfant est déjà une bien belle prouesse, soyez patiente, votre corps vous le rendra !
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
 
   Petites annonces
 
 
 
  1. Les + lus
  2. Les + récents