fbpx

Nos coups de coeur lecture de la rentrée !

Comme chaque année, les tables des librairies sont couvertes depuis début septembre des nombreuses parutions de la rentrée. J’en ai lu beaucoup : certains m’ont plu, d’autres moins… et comme d’habitude, peut-être plus car c’est un très bon cru, j’ai eu quelques gros coups de coeur.

Ce sont ces très beaux textes que j’ai décidé de vous présenter aujourd’hui. Ils accompagneront, je l’espère, les belles journées de plage qui s’annoncent dans les Emirats et les soirées au coin du feu pour celles et ceux qui voyagent sous des cieux moins cléments.

• CLARA LIT PROUST de Stéphane Carlier

« L’existence n’a guère d’intérêt que dans les journées où la poussière des réalités est mêlée de sable magique… où la poussière des réalités est mêlée de sable magique… »

Un client oublie son livre dans le salon de coiffure de madame Habib où travaille Clara et le monde de la jeune coiffeuse s’en trouve bouleversé. Elle l’emporte chez elle, l’oublie puis se met à le lire… C’est le début d’une nouvelle vie.
Ce livre, c’est Du côté de chez Swann de Marcel Proust et il sera suivi de tous les autres tomes de La Recherche qui ouvriront à l’héroïne de toutes nouvelles perspectives.

On avance avec plaisir dans la lecture de Clara qui aborde un classique souvent considéré comme une somme insurmontable avec une simplicité tout à fait rafraîchissante, enthousiaste et tellement communicative que l’on a envie de suivre son exemple et d’oser Proust, si ce n’est pas encore fait.

Contre toute attente, Clara change de vie, elle prend conscience du pouvoir positif de la littérature. Stéphane Carlier joue avec les clichés : une coiffeuse bercée par les bavardages du salon et les tubes de la station de radio Nostalgie qui lit Proust ! Surprenant, improbable, irréaliste…
Et pourquoi pas ? La jeune femme lit,s’ouvre et se déploie à l’ombre du grand écrivain ; d’intime et silencieuse, sa lecture va même devenir publique.

Il faut déguster ce roman comme une petite madeleine, légère et réconfortante qui longtemps vous laissera sa douce saveur à l’esprit.

Se le procurer à Dubai

• DESSOUS LES ROSES de Olivier Adam

« Je n’avais aucune raison de plaisanter. J’avais juste la gorge serrée de les voir comme chien et chat depuis si longtemps maintenant tous les deux. J’étais juste triste de constater qu’ils étaient devenus incapables de déposer les armes, même un jour comme celui-là. »

Olivier Adam fait partie de ces auteurs dont j’attends toujours avec impatience le nouveau roman… Dessous les roses contient tous les ingrédients qui d’emblée me séduisent : un huis clos, les relations entre frères et sœur, une réflexion profonde.

Antoine, Claire et Paul se retrouvent auprès de leur mère dans la maison familiale la veille de l’enterrement de leur père.Adultes depuis longtemps, ils rejouent les scènes de leur enfance et régénèrent les conflits passés. Antoine est le cadet, celui qui a réussi après des études classiques, fils dévoué et tellement lisse en apparence ; le contraire de Paul, le fils aîné réalisateur qui a pris ses distances avec la famille et règle ses comptes par films interposés. Et au milieu des deux frères ennemis, il y a Claire, le trait d’union, généreuse et bienveillante, toujours tournée vers les autres. Et pourtant, Claire est en pleine révolution intérieure, prête à changer de vie sans personne à qui confier son désarroi, seule au sein de cette famille recomposée le temps d’un enterrement.

C’est Paul qui est au centre des préoccupations de tous … Viendra-t-il? Que pense-t-il? Comment réagira-t-il aux agressions de son jeune frère ulcéré par l’image qu’il donne de leur famille et en particulier de celui à qui ils vont rendre le lendemain un ultime hommage ?

Un roman qui rappelle forcément des scènes vécues entre larmes et fous rires,entre disputes et réconciliations. Comment trouver sa place dans la fratrie ?

Simplement les choses de la vie comme Olivier Adam sait si bien les rapporter…

Se le procurer à Dubai

• LA NUIT DES PERES de Gaëlle Josse

« Son appel, c’était il y a deux mois, aux premiers jours de l’été, lorsque tout semble se figer pour toujours dans l’explosion de tous les verts de la création, dans cette exubérance du végétal à son apogée, dans l’ombre profonde des grands arbres, dans ces journées qui s’allongent sans vouloir finir. C’est ma saison préférée. »

Gaëlle Josse dresse en quelques traits la silhouette d’une famille : une mère tampon entre ses deux enfants, Isabelle et Olivier et leur père, un homme taciturne à la sourde violence. Il guide les touristes dans la montagne, l’épouse et les enfants l’attendent. Isabelle surtout attend un signe, une attention qui lui indiquerait un peu d’amour paternel. Elle ne reçoit que des paroles dures comme les pierres de cette montagne qu’il aime exclusivement. Blessée, elle quittera vite la maison familiale pour construire sa vie ailleurs …

Olivier l’appelle des années plus tard, la mère n’est plus et le père vacille. Il est temps de se retrouver avant qu’il ne soit trop tard. A contre-coeur elle revient auprès de ce père destructeur au pied de la montagne qu’elle a quittée depuis longtemps et qu’elle retrouve avec un mélange d’effroi et de familiarité.
Cernée par les sommets, la famille meurtrie est acculée aux dernières vérités qui finiront par émerger au-delà de la retenue et de la pudeur.

Gaëlle Josse livre avec douceur mais sans complaisance les échanges, les silences et les pensées de chacun des protagonistes jusqu’à trouver le point d’achoppement originel. Il en va ainsi des familles, elles supportent le poids des choses du passé qui les rongent.

Un roman puissant, porté par une écriture directe et limpide qui continue de faire son chemin une fois la dernière page tournée.

Se le procurer à Dubai

• L’HOMME PEUPLE de Franck Bouysse

« Depuis qu’il ne neige plus, le gel opère comme une dentellière travaillant sans relâche à crocheter des fils de givre éclairé par un soleil aux contours incertains, semblable à la lune surprise au réveil. Le vent ne soulève rien, il n’est qu’un son lancinant, un murmure. Le paysage ressemble à une immense pièce dans une maison abandonnée aux meubles recouverts de draps blancs, confinant à l’épure. »

Franck Bouysse part toujours d’une image pour écrire un livre… C’est une petite mésange charbonnière posée sur le rebord de la fenêtre face au hameau enneigé qui l’a inspiré cette fois. Une petite musique s’est alors mise à jouer dans sa tête, L’homme peuplé est entré en scène.

Magie des mots pour décrire des tableaux de givre et de pierre, des personnages de chair et de sang, d’encre et de papier. Jeu de miroirs déformants et trompeurs qui confond les ombres et les vivants pour mettre en scène une histoire d’amour pluriel qui nous emmène au bout des croyances, au-delà des apparences.

Un écrivain cherche l’inspiration ou plutôt une envie d’écrire qui l’a quitté. Il s’installe dans une vieille ferme isolée dont les voisins ont la réputation d’être un peu sorciers. La tentation est grande de franchir les barbelés qui séparent les deux propriétés, la réalité et l’imaginaire pourraient se rencontrer là… Franck Bouysse réunit deux personnages opposés ;Caleb, le paysan et Harry, l’écrivain dont les destinées vont être mêlées dans une intrigue captivante au dénouement inattendu.

Ce roman se lit d’une traite, comme une légende que nous livrerait la petite mésange posée sur le rebord de la fenêtre.

Se le procurer à Dubai

• LES GENS DE BILBAO NAISSENT OU ILS VEULENT de Maria Larrea

« Dans la queue des douanes, je n’avais pas encore dix ans que je me sentais déjà coupable de je ne sais quoi. Je me sentirai coupable toute ma vie, devant les portillons des grands magasins, ceux de l’aéroport, devant les flics, les professeurs, les contrôleurs et les directeurs. »

Quand une tarologue révèle à Maria Larrea qu’elle n’est probablement pas la fille de ses parents, la jeune femme interroge sa mère et se lance dans une vaste recherche sur ses origines.C’est le journal de cette aventure personnelle, « le livre des coupables » comme elle l’appelle qui deviendra son premier roman : Les gens de Bilbao naissent où ils veulent.

Elle raconte simplement et sans artifice comment Victoria et Julian, orphelins de la vie et de l’amour ont donné à la petite Maria la place centrale dans leur modeste loge de concierges. Des parents aimants mais déséquilibrés qui chercheront un semblant de réconfort dans l’alcool pour l’un et les médicaments pour l’autre. Maria n’est pas malheureuse même si elle souffre parfois de son statut de petite fille d’immigrés au bas de l’échelle.
Elle raconte ses démarches pour retrouver sa mère biologique mais elle décrit aussi les difficultés et les petits bonheurs avec ses parents adoptifs et ce qui ressort de cet émouvant récit intime, c’est l’amour qui unit tous ces personnages tellement attachants.

Maria Larrea est scénariste et réalisatrice, elle nous livre son premier roman sous forme autobiographique qui nous prouve que la réalité est souvent plus romanesque que la fiction.
Je vous invite à la suivre de Paris à Bilbao pour comprendre la définition qu’elle donne de l’écriture : « le chemin de la lumière ».

Se le procurer à Dubai

• LE SOLDAT DESACCORDE de Gilles Marchand

« L’amour, ça se partage bien, t’en prends un bout, il en reste autant à celui qui t’a raconté l’histoire. C’était facile d’être généreux. Et pour cela, celui qui était le meilleur, d’après tous ceux qui l’avaient rencontré, c’était Joplain. Son histoire surpassait toutes les autres. Macaret, Létoile, Moriceau, tous en parlaient avec des lumières plein les yeux. »

C’est vraiment mon chouchou de la rentrée ! Je l’ai lu sur les conseils d’une libraire avisée qui m’avait invitée à une rencontre avec l’auteur. J’ai hésité, était-il vraiment nécessaire de lire un énième roman sur la première guerre mondiale ? Séduite par la couverture, je me suis laissée tenter…

Et j’ai adoré ce récit poétique qui raconte l’extraordinaire enquête menée par un ancien combattant mandaté par une mère pour retrouver son fils soldat disparu. L’enquêteur, lui-même ancien poilu a laissé une main dans les combats et ne parvient pas à revenir pour de bon parmi les vivants. Pendant plus de dix ans , il suit la trace d’Emile Joplain et découvre ses secrets. Il arpente les champs de bataille et questionne tous les témoins qu’il peut rencontrer.
Se dessine alors une incroyable histoire d’amour avec l’enfer de la guerre en toile de fond. Emile et Lucie s’aimaient en cachette jusqu’à ce que le jeune homme soit mobilisé. Elle n’a eu de cesse de le chercher.

Gilles Marchand nous plonge dans l’horreur des tranchées dont il parvient pourtant à évoquer la profonde humanité et l’on entend la petite musique des différents personnages au coeur du tintamarre de l’horreur.

A la frontière du polar et du roman historique, Le soldat désaccordé joue une partition poétique qui célèbre la part de magie d’une réalité pourtant des plus cruelles.

Se le procurer à Dubai

Bonnes lectures et à bientôt pour une book list spéciale Christmas !

N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Vendredi pour recevoir toutes nos actus et suivez-nous sur Instagram  ou Facebook !
 
  

 

Frédérique Vanandrewelt - Gradisnik

Professeure de français et passionnée par la littérature, Frédérique dévore les livres, et nous en parle… il y’en a toujours pour tous les goûts, tous les styles, et tous les niveaux.

Vous aimerez aussi