Dubaï, une ville à la mesure de Marie-Christine de Warenghein

Écrit par  Véronique Talma 18 JAN 2011

On pourrait penser qu’il est nécessaire de passer de nombreuses années dans un pays pour le connaître à fond ; mais quand on rencontre Marie Christine de Warenghien on s’aperçoit qu’il s’agit plus d’une question de volonté et de travail, que de temps !
En 6 ans cette femme dynamique et curieuse, a acquis une connaissance encyclopédique de Dubaï (et des autres émirats) dont elle a fait son métier, ce qui l’a amenée à créer, en janvier 2010 après plusieurs années de free lance, sa propre entreprise : « Arabian Spirit ».



Racontez nous comment vous avez commencé ?
Par du bénévolat !
Il y a 5 ans j’ai suivi mon mari à Dubai pour notre première expatriation et je me suis retrouvée sans enfant (ils sont restés faire leurs études à Paris ndlr), sans travail, dans cette ville que je ne connaissais pas.
J’avais quitté une vie professionnelle parisienne très active (après avoir été directrice de la communication dans plusieurs grandes entreprises, MC de W avait créé sa propre agence de relations publiques 7 ans auparavant ndlr), et il fallait que je m’occupe… mais le point de croix et le cartonnage, ce n’est pas pour moi !
Alors je me suis présentée comme  bénévole à l’UFE (Union des français de l’étranger) dont j’ai assuré la présidence pendant 4 ans. Ce fût une expérience enrichissante mais qui demandait  beaucoup de travail et une grande disponibilité.


Comment avez-vous acquis une telle connaissance  de Dubaï ?
Au départ, grâce à des formations de guide touristique des Ministères du Tourisme Dubai d’abord,  puis il y a 4 ans, j’ai été la première guide officielle française d’Abu Dhabi, j’ai fait la même chose à Sharjah et je suis même une des premières guides du circuit de Formule 1 de Yas Island !
Ensuite je me suis intéressée à certains aspects culturels et historiques de la vie des émirats et j’ai beaucoup lu sur des sujets aussi variés que l’élevage des chameaux ou l’architecture, ce sont les rencontres et ma curiosité qui ont fait le reste.


Sharjah ! Pourtant cet émirat n’a pas une très bonne réputation auprès des touristes ?
C’est vrai, et c’est dommage car il y a plein de choses intéressantes à y voir et on l’ignore souvent mais avec ses 18 musées, Sharjah est un émirat d’un grand intérêt culturel. D’ailleurs, parmi toutes les formations de guides que j’ai suivies, celle de Sharjah fût probablement la plus passionnante !


Qu’est-ce qui vous différencie des autres guides de Dubaï ?
Le sens du détail, la personnalisation et l’angle culturel.
Je connais mieux que les anglo-saxons les goûts et les attentes des français et je suis la seule à proposer des visites avec des guides francophones, sans accent (pour les personnes âgées par exemple, c’est important).
Mais mon vrai savoir faire, c’est l’approche culturelle au sens large, c’est là où je m’amuse, car on peut innover sans cesse. Je suis spécialisée dans les visites thématiques, le thème comme la forme sont adaptées à l’auditoire.
On ne fait pas visiter Dubaï de la même façon à des retraités, à un couple avec des enfants ou à un groupe corporate !


Le tour classique de Dubaï, c’est du prêt à porter et vous, …vous faites du sur mesure !
Exactement, ce qui m’intéresse c’est de proposer à mes clients ce que l’on ne voit pas ailleurs, c’est qu’ils repartent en ayant appris quelque chose, pas seulement en ayant vu des choses.
Je fais des visites passionnantes sur l’architecture des tours de Dubaï, la perle est aussi un de mes thèmes favoris, mais si vous vous intéressez aux faucons par exemple, je peux vous emmener prendre le thé, puis entraîner, (la chasse au faucon est interdite aux émirats) voire camper avec un fauconnier dans le désert ! Et puis à Dubaï ou Abu Dhabi il y a toujours quelque chose de nouveau à voir, il faut sans cesse se renouveler.


Pour cela on peut lui faire confiance car avec son profil de tête chercheuse, Dubai est une ville à sa mesure et puis quand on est entrepreneuse, on ne se refait pas :
devant le succès de sa formule « cousue main », pour continuer dans la métaphore de la mode,  MC de W à décidé de passer à la vitesse supérieure et a donc fondé, avec un associé basé en France, « Arabian Spirit », une agence de voyage qui propose de visiter les Emirats et le Sultanat d’Oman autrement. Regroupées autour de plusieurs thèmes emblématiques de la région (le sable, l’eau …) les visites proposés sont toutes haut de gamme et là encore toutes les « customisations » sont possibles en fonction des besoins des clients.


Voilà comment Marie-Christine de Warenghien est devenue en quelques années une « ambassadrice » passionnée des UAE auprès de ses clients mais aussi des entreprises et des médias français. Elle a donc la légitimité nécessaire pour affirmer : « dire qu’il n’y a pas de culture à Dubai, c’est…un manque de culture ! ». Merci Marie-Christine pour cette jolie  formule à laquelle j’adhère totalement et qui nous permettra de clouer le bec à tous les détracteurs méprisants de cette ville pourtant extraordinaire, née entre mer et désert qui ne ressemble à aucune autre…ou bien encore mieux, nous vous les enverrons pour une petite visite et vous saurez les faire changer d’avis !


Contact :

www.arabianspirit.com

Dernière modification le vendredi, 27 novembre 2015 15:29
  1. Les + lus
  2. Les + récents