3 bonnes raisons de (re)découvrir Willy Rovelli, sur scène, à Dubai.

Écrit par  Mathilde Corgnet 04 NOV 2018
Il y a tout juste un an, le charismatique humoriste, Willy Rovelli, montait pour la première fois sur la scène du DUCTAC, en partenariat avec Culture Emulsion. Depuis, celui qu’on a du mal à qualifier, tant ses casquettes sont multiples, n’a pas lésiné. Entre une séance de dédicace pour son recueil de chroniques, à Paris ; l’écriture d’un 2ème ouvrage, plus personnel ; et la préparation de sa 2ème date, à Dubai : nous avons eu le plaisir de pouvoir échanger (et un peu rire aussi) sur son état d’esprit, ses nouveaux projets, et surtout sur cette nouvelle page à écrire… Retenez bien la date du 23 novembre prochain à 20h00. On the rôde again, à The Junction.
 
Pas encore complètement convaincus ? Voici nos 3 raisons d’aller applaudir Willy :
 
1. Pour découvrir un vrai show-man !
Oui, Willy Rovelli, évidemment ça nous parle, mais cela semble peut-être un peu lointain. Parce qu’il faut l’avouer, on ne suit plus vraiment ni l’actualité, ni la télé. Ce qu’on a quand même retenu c’est que celui-ci s’est installé à Dubai, la moitié de l’année… et qu’il a même survécu à l’été ! En effet, Willy partage désormais son temps entre Paris et les Emirats, et “ c’est vraiment l’équilibre que j’ai trouvé.” nous confie t-il. 
 
Depuis le 12 septembre dernier, date de la sortie du recueil de chroniques Dans 3 min j’ai fini ! dans toutes les librairies de France (disponible chez Culture & Co à Dubai), les fans ont été nombreux a venir rencontrer l’humoriste : “ L’accueil était super chaleureux, j’ai beaucoup de chance d’avoir un public si large et si fidèle. J’ai été agréablement surpris par l’enthousiasme des gens vis à vis de ce premier bouquin, j’ai vraiment pris un bain d’amour et ça fait du bien ! ” raconte-t-il. 
Il est vrai que Willy a déjà marqué plusieurs générations : des mamies à leurs petits enfants, il a vraiment su toucher le coeur de tous les Français ! 
Willy a d’abord commencé par faire ses armes à l’antenne, en tant que chroniqueur (RMC, France Inter, Europe 1) puis en tant qu’animateur dans son émission C’est Midi c’est Willy sur Europe 1, diffusée jusqu’à l’été 2017. Parrallèlement, Willy reste un enfant de la télé, puisqu’il est présent sur les écrans depuis 2007, dans plusieurs émissions de divertissement, et sur différents plateaux télé.
 
Mais c’est en 2008, que celui-ci fera ses pas sur scène avec son premier one man show Willy en grand ; puis Willy encore plus grand, à partir de 2014. Aujourd’hui, le nouveau QG de Willy ce sont les cuisines de Ford Boyard, dans lesquelles il mijote des plats les plus répugnants les uns que les autres, pour des invités forcés d’y goûter. 
On peut dire que le petit “ Willy” en a fait du chemin :“ J’ai fait ce que j’aimais, j’ai exploré, mais surtout je suis allé au bout de mes envies et de mes idées.” conclut-il.
La publication du top 50 de ses meilleures chroniques symbolise la fin du chapitre du chroniqueur, désormais loin du tourbillon médiatique, l’humoriste prend le temps de mûrir de nouveaux projets : “ Cette opportunité de venir à Dubai tombait à pic, j’avais besoin de prendre du recul. J’ai fait des chroniques pendant 25 ans… j’avais envie de passé à autre chose.” nous confiait-il quelques mois plus tôt.
 
Quoi de mieux donc qu’un nouvel horizon pour sortir de sa zone de confort, et oser tout recommencer à zéro ! Nous, on dit Bravo et “ Bienvenue à Dubai ! ”
 
2. Parce qu’il cultive l’auto-dérision mieux que personne !
Ce qu’on retient de Willy, c’est sans hésiter, sa plume bien aiguisée, avec toujours en toile de fond l’actualité, que lui seul sait décortiquer. C’est indéniablement ce qui a fait le succès de ses chroniques pendant des années à la radio.
 
Aujourd’hui, avec son nouveau spectacle On the rôde again, son talent est intact :  il dépeint les portraits de personnages, de situations et d’expériences de sa vie, avec beaucoup d’ironie. Tout se lie parfaitement, des faits divers français à ses anecdotes dubaïotes : Willy Rovelli tisse un spectacle au ton juste, parfois grinçant mais toujours bienveillant.
 
“ Ceux qui ont su lire entre les lignes, ont compris que les choses ont parfois été difficiles pour moi.” explique Willy. Parce qu’il faut le dire, malgré ses efforts, on l’a vite démasqué : derrière le personnage intrépide, super-énergique, quasi hystérique, se cache l’âme d’un hypersensible oscillant avec force et fragilité dans les tumultes d’une vie, qui ne lui a pas toujours fait de cadeau.
Assez pudique sur sa vie personnelle, Willy utilise la scène comme exutoire et n’hésite pas à rire de tout : “ Les limites sont celles du bon goût et on se les fixe soi-même.” expliquait-il récemment, lors d’une interview pour un magazine français.
En 3 mots : c’est drôle, c’est cru, c’est cash…et ça fait du bien, surtout à Dubai !
 
3. Parce qu’il aime prendre des risques…
Vous en connaissez beaucoup, vous, des humoristes qui lâchent tout pour repartir à 0 ? Franchement, ils se comptent sur le doigt de la main. Et sur ce point, on ne peut que saluer l’humilité de l’humoriste. “ Ici, je ne suis personne. J’ai tout à faire, tout à construire, mais c’est un challenge super excitant ! ” explique t-il.
En effet, Dubai est arrivé, au bon moment. Après avoir fait ses adieux à la radio, Willy avait besoin de se ressourcer au soleil. Finalement, et un peu par hasard, il contacte Culture Emulsion, puis rapidement un partenariat se crée. Aujourd’hui Willy anime des masterclass pour des amateurs, afin de leur transmettre son art de la chronique : “ J’adore partager ce que j’ai appris, mes petits secrets, au contact de gens très différents. Ils n’ont peut-être jamais fait cela, et on se rencontre dans ce cadre, c’est très enrichissant pour moi.” ajoute-t-il avec enthousiasme.
 
C’est donc avec beaucoup d’authenticité que Willy se confie sur son trac “comme celui d’une première fois” avant de monter sur scène, et l’envie de relever ce nouveau défi, pourtant pas gagné d’avance.
Quand on lui demande la fatidique question “ Est-ce que tu aimes Dubai ? ”, il nous répond que “ Oui, il aime cette ville et son émulsion” et son incontournable phénomène “ d’attirance et répulsion”. Pour le reste, il nous invite à aller voir son spectacle.
 
Oui c’est vrai, un peu comme Dubai, que l’on aime ou pas, Willy ne laisse certainement pas indifférent. Serait-ce cela, finalement, la clé du succès ?
 
Retrouvez Willy pour un week-end spécial !
 
- Le vendredi 23 novembre, de 10h à 13h.
Pour une masterclass Ecriture d’une chronique 
Lieu : The junction Theatre, Alserkal Avenue
Prix : 495 AED
Réservatiions :
Nombre de places limité.
 
- Le vendredi 23 novembre, à 20h00.
Pour le spectacle On the rôde again
Lieu : Lieu : The junction Theatre, Alserkal Avenue
À savoir : ce spectacle est réservé aux adultes.|
Prix : 195 AED – 145 AED / tarif abonné.
Pour acheter vos places, rdv ici.
 
- Le samedi 24 novembre, de 15h à 18h.
Pour une séance de dédicace Dans 3 min j’ai fini !
Lieu : Librairie Culture & Co, Oud Metha
Entrée libre.
 
Pour plus d’infos sur ces évènements, rdv sur le site www.culture-emulsion.com
Suivez Willy sur Instagram : @willy_rovelli_
 
JEU-CONCOURS !
GAGNEZ VOS PLACES POUR ASSISTER AU SPECTACLE EN PARTICIPANT ICI.
TIRAGE AU SORT MARDI 20 NOVEMBRE A MIDI.
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
  Petites annonces
 
Dernière modification le jeudi, 15 novembre 2018 07:09
  1. Les + lus
  2. Les + récents