Philippe Blanchard : une curiosité « universelle »… comme la candidature pour laquelle il travaille : Dubai Expo 2020 ! Un article paru en septembre 2013…Analyser puis synthétiser et trouver des solutions, c’est son métier et sa passion. C’est ainsi que Philippe est venu vivre à Dubaï avec sa famille pour participer à cette extraordinaire aventure et y apporter savoir-faire et expérience dans la gestion des méga-évènements (ndlr : évènements ayant une visibilité planétaire avec des coûts et des enjeux à l’avenant : Coupes du monde, Jeux Olympiques… ).Avant de rejoindre l’équipe dirigée par Son Excellence Reem Al Hashimy, Ministre d’État, Philippe avait déjà participé à l’organisation des JO d’hiver d’Albertville en tant que consultant, puis travaillé pendant plusieurs années au Comité International Olympique à Lausanne, donc les méga-évènements ça ne lui fait pas peur.Pourtant…une exposition universelle, c’est un vrai marathon, avec des épreuves qualificatives (candidature), puis plusieurs années de travail pour délivrer à temps ce que l’on a promis …au monde entier ! Il faut ensuite  assurer la sécurité et le bon fonctionnement de l’ensemble pendant les six mois durant lesquels sont attendus 180 000 visiteurs en moyenne chaque jour, dans les pavillons des 182 pays participants* !Rappelons que les Expositions Universelles ont lieu environ tous les 5 ans, la première s’étant tenue à Londres en 1851 et la dernière, à Shanghai en 2010. Nous les français, gardons bien sûr à l’esprit celle de 1900 grâce à la tour de Gustave Eiffel construite à cette occasion et qui participe encore tous les jours au rayonnement de notre capitale !Comment devient-on un des pilotes de ce qui n’est encore qu’un « méga-projet » mais qui, on l’espère, deviendra le 27 novembre 2013 une réalité et une chance pour Dubaï de faire connaître au monde entier ses qualités et peut-être de corriger ses quelques défauts ? En prenant de la hauteur….du haut de ses 1.97 m, Philippe est bien placé pour avoir une vue d’ensemble sur une problématique complexe. Il a toujours aimé la conceptualisation, la stratégie et l’organisation. Il sait analyser de façon transversale les problématiques complexes et coordonner les compétences verticales (expertises) nécessaires à leur réalisation. Il peut s’en donner à cœur joie avec le thème  de la candidature de Dubaï** : « Connecter les esprits, construire le futur » …vaste programme et vaste chantier !Mais c’est chez lui une passion et une seconde nature que de s’immerger dans une problématique et d’en démêler les fils puis d’élaborer des grandes lignes en pensant aussi aux « détails ». C’est d’ailleurs ce qu’il a fait pendant plusieurs années dans un grand cabinet de conseil, où sa curiosité intellectuelle lui a permis de s’adapter à des missions dans des environnements aussi divers que la sécurité sociale, l’armée de terre ou le MEDEF !Depuis toujours, trois domaines l’attiraient également, l’entreprise, la science et la médecine. Il finalement choisi, en faisant du conseil son métier, de combiner les trois en appliquant à l’entreprise une approche médicale (diagnostic puis traitement) avec des outils aussi scientifiques que possible. Sa double formation (grande école de commerce puis 3ème cycle d’ingénieur à l’Ecole Centrale) et sa passion pour l’informatique lui ont permis de se doter des outils nécessaires, sa prestance, sa gentillesse et son humour ont fait le reste. Il est en effet parfaitement à l’aise également avec l’aspect politique inhérent à ces métiers « transversaux » sans pour autant afficher la froideur de ceux qui pour avoir l’air de tout savoir sur tout, ne disent rien ! Lui, il s’intéresse à tout, même à ce qu’il ne connaît pas et reste chaleureux et modeste. Quand il raconte son parcours il l’emmaille des noms  de personnes qu’il admire ou à qui il exprime sa reconnaissance. Comme par exemple Juan Antonio Samaranch  qu’il a côtoyé et beaucoup apprécié ou Peter Drucker grand acteur et théoricien du management et de l’innovation dont il a fait sienne l’approche.Mais en plus de l’intérêt de sa mission elle-même, Philippe a besoin d’aimer et admirer les gens avec qui il travaille pour donner le meilleur de lui-même et c’est apparemment le cas dans son équipe de Dubaï, dont il vante l’intelligence et les talents professionnels.Ce métier de catalyseur d’énergies, à la fois compositeur et chef d’orchestre, reste un métier où le succès n’est pas garanti, malgré la quantité de travail fournie. On ne peut jamais tout anticiper et modéliser, il faut sans cesse se remettre en question, savoir s’adapter sans perdre le cap, gérer les imprévus et parfois avancer par « trial and error », tout en gardant équilibre et confiance en soi.Et puis parfois, comme un autre de ses mentors, JP Guillon (patron du MEDEF Nord-Pas-de-Calais), le lui a appris, il faut savoir se poser une question fondamentale : qu’est-ce que l’on gagne…. si l’on perd ?Voilà une approche à la fois pragmatique et philosophique, plus profonde qu’il n’y paraît et que l’on pourrait appliquer presque quotidiennement à toute forme de compétition dans laquelle on accepte de s’engager, comme par exemple… une exposition universelle !Un dernier mot : Bonne chance Dubaï 2020 !…et n’oubliez pas d’aller « liker » https://www.facebook.com/DubaiExpo2020*Interview de Chris Scott par Sananda Sahoo dans The National, sept 10, 2013 **Pays en lice pour l’organisation de l’Exposition Universelle  2020 : La Turquie, La Thaïlande, Le Brésil, La Russie, Les Émirats Arabes Unis.En savoir plus sur la candidature Dubai 2020 : www.expo2020dubai.ae/fr/www.expolive.ae/FRhttp://expo2020dubai.ae/en/multimedia/video/dubai_means_business_cultureRetrouvez tous les portraits réalisés par Véronique Talma sur son blog : http://verotalma.wordpress.com/
A l’approche de l’événement sportif de l’année, Dubaï Madame est vraiment ravie de vous offrir une interview de Donal Kilalea, le CEO de Promoseven Sport, qui gère depuis maintenant 11 ans l’organisation du tournoi.Donal a bien voulu jouer le jeu avec Valerie et nous livre les dessous du plus grand évènement sportif de Dubai... avec toute sa passion pour le rugby. Comment êtes vous devenu Mr. Emirates Dubai Rugby Seven ?En 2003 alors que je dirigeai depuis une vingtaine d’années une société de marketing et de conseil en publicité, Fortune Promo Dubai, Emirates nous a lancé un appel d’offre pour prendre en charge ce tournoi dans tous ses aspects : sportifs, organisationnels, marketing, publicité,… Nous avons gagné cet appel d’offre et j’ai donc créé la société Promoseven Sport Marketing.Ce premier succès était important pour vous ?Je suis né en Afrique du Sud, j’ai joué au rugby toute ma jeunesse et j’ai toujours été passionné par ce sport. S’occuper de l’organisation d’un tel tournoi est un rêve d’enfant devenu réalité.Votre premier souvenir du Rugby Seven ?Il y a plus de 20 ans alors que ce n’était encore qu’un tournoi  local d’amateurs, les terrains étaient en sable. L’entrée était libre, on venait avec sa voiture et son pic-nic et on s’asseyait sur le coffre ou le toit pour encourager ses amis ou l’équipe de son pays… le village ne ressemblait en rien à ce qu’il est aujourd’hui et c’était déjà un rendez-vous de bonne humeur.Votre meilleur tournoi ?Tous, mais le meilleur, le plus important pour nous fut surement celui de 2008 car nous inaugurions le nouveau terrain et recevions 50 000 personnes le samedi. Et ce fut un grand succès. Mais ce fut aussi le plus difficile car il fallait prendre ses marques dans ce nouveau lieu pas tout à fait terminé… Chaque année apporte ses nouveautés et ses nouveaux défis donc à la fin de chaque tournoi c’est toujours le même sentiment de bonheur d’avoir réussi  à amener beaucoup de plaisir et de joie aux spectateurs.Votre plus belle émotion ? Regarder la finale en sachant que le tournoi est un succès ! Et je dois dire que celle de 2011, France- Angleterre, était très émotionnelle avec en plus la Banda Lous Berretes autour du terrain plus déchainée que jamais.Le plus dur des challenges ?(Rire)Négocier avec la Banda ! (en l’occurrence moi ! puisque chaque année depuis 9 ans je le harcèle pour qu’il m’aide entre autre à faire venir la Banda Lous Berretes …NDRL) mais c’est toujours du plaisir ! Le plus difficile c’est la dernière nuit à 3h du matin, à quelques heures seulement du lever de rideau, et quand en plus comme l’année dernière la pluie est annoncée alors la pression monte d’un sacré cran. Comment sera le millésime 2013 ? Plus sec je l’espère ! Avec toujours des nouveautés et des surprises !3 tournois en un : un tournoi amateur avec 180 équipes invitées, 2 tournois de professionnels , 16 équipes masculines dans le tournoi HSBC homme et  12 équipes féminines. Plus de 2000 joueurs non professionnels participeront à cette grande fête du rugby cette année.Qu’est-ce qui fait que le Tournoi de Dubai est différent de ceux de Hong Kong, de l’Afrique du Sud ou de l’Australie… ?La différence est justement le tournoi non professionnel par invitation. Ce tournoi a commencé en tant que rencontre locale amateurs et en se développant, il a su rester une fête du rugby pour tous les joueurs et amoureux de ce sport qui vivent aux émirats et le pratiquent de 7 à 77 ans ! C’est aussi le plus grand événement sportif de Dubai, plus de 100 000 personnes vont venir pendant ces 3 jours. C’est un tournoi porté par une équipe de bénévoles, chose plutôt rare à Dubai. Tout le monde ou presque fait ça pour l’amour du rugby ! L’équipe comporte plus de 400 personnes et 80 % sont bénévoles, la majeure partie des arbitres, les assistants de match, les coordinateurs de match, les enfants ramasseurs de balle mais aussi tous ceux qui encadrent, organisent, coordonnent, soignent, transmettent les informations … Et tout cela dans une ambiance familiale : souvent toute la famille est impliquée et beaucoup sont devenus des habitués depuis 11 ans.Votre conseil pour profiter au mieux du tournoi ?Arriver tôt, trouver une bonne place, s’habiller de façon confortable (prévoir de se protéger du soleil). Vous n’avez même pas besoin d’être un connaisseur en rugby ! Il suffit de se laisser porter par l’ambiance souvent survoltée à l’approche de la finale.Un  bon souvenir à partager ?La Banda Lous Berretes pour moi fait partie des bons moments du tournoi. Ils me procurent toujours du plaisir, quand je les vois je suis heureux. Ils respirent la joie de vivre et c’est communicatif. Et je pense qu’ils sont une part importante du succès du tournoi aujourd’hui.
Pour s’y retrouver parmi les tonnes d’applications disponibles pour i-tunes et ‘droids, voici une selection des meilleures app. pour les hommes. Libre à vous de compléter la liste avec vos suggestions !SPORTMen’s Health WorkoutsPlus de 20 exercices parmi les plus populaires, des instructions pas à pas, un journal de bord et un chrono. JeFitUn choix complet de programmes d'entraînement personnalisé et évolutif.SAS Survival GuideComment survivre à n’importe quelle situation, n’importe où dans le monde ! Des astuces, des vidéos, des photos, un compas, une boussole et des instructions de secourisme…betscores® liveTous les événements mondiaux pour six sports différents avec des résultats en direct et des cotes en temps réel. L’application la plus complète pour tous les amateurs de sports.MUSIQUESongPop FreeUne trentaine de playlists pour écouter des extraits de milliers de chansons.Tunein RadioPlus de 70 000 stations et 2 millions de programmes à la demande pour rester connecté sur les ondes du monde entier.JEUXAsphalte 7LA référence des jeux de course mobile. Nouveaux circuits (Paris, Londres, Shanghai, Miami, Hawaï), nouvelles voitures (Ferrari F50, BMW X6...), on comprend mieux pourquoi cette appli est parmi les plus téléchargées au monde.Score! Classic GoalsPour que vous rejouiez les plus belles actions du football de ces dernières décennies. Un des meilleurs jeux de foot sur smartphone.PRATIQUEConvertisseurConvertisseur de longueur, de volume, de températures, de pression, de vitesses...Easy WifiLa seule application qui permet d’utiliser différents opérateurs afin de bénéficier d’une compatibilité maximale : il suffit qu’au moins un réseau compatible soit à proximité pour qu’Easy Wifi s’y connecte. Pour optimiser votre connexion dans n'importe quel endroit.Genius ScanGrâce à cette application, ce que vous prenez en photo est immédiatement numérisé. Vous pouvez alors ajuster la taille du document, corriger la perspective, le transformer en PDF et même l’envoyer par mail. Rapide et efficace pour compléter votre bureautique sur smartphone.Stanley Level (Niveau à bulles)Pour vos sessions bricolo…Easy Battery SaverUn logiciel se charge d'évaluer les applications qui déchargent inutilement de la batterie… et de les couper pour faire durer la batterie un peu plus lontemps…AppsGratisChaque jour vous decouvrez une application gratuite au hasard.VOITURE etc.TwoNav PremiumUne application très complète qui fait aussi bien GPS auto avec guidage vocal (alertes limites de vitesse / radars, recherche par adresse, calcul rapide du trajet), GPS piéton. De nombreux formats de cartes avec une précision rare en 2D, 3D ou 3D.Viper SmartstarDéverrouiller sa voiture, contrôler l'état général du véhicule, configurer sa musique, lancer le moteur…le tout à distance.  Viper relie Internet, smartphone et véhicule, le tout grâce à la technologie du Cloud. Wow !Slow downSi la vitesse autorisée est dépassée, le rythme de la musique ralentit, jusqu'à extinction complète. Un bon garde-fou…Flightradar24Pour jouer les experts Flighradar24 permet d’identifier et de visualiser en réalité virtuelle le trafic aérien. Elle indique le modèle d’avion, la compagnie et le numéro de vol, la provenance et la destination, l’altitude et la vitesse.SAVOIR VIVREHow to Tie a TieCette appli enseigne l’art de faire son nœud de cravate. 30 nœuds…de quoi ne jamais se lasser de porter le costume-cravatte…L'Atelier Cocktail200 recettes pour confectionner des cocktails en fonction de ce qu'il reste dans le frigo, de calculer le taux d’alcoolémie et …de commander un taxi, une appli. qui pense à tout !Un Mets, Un vinUn moteur de recherche par vin, par région ou par plat qui permet d’accéder rapidement à plus de 10.000 références de vins. Un véritable sommelier portable pour éviter les associations douteuses.UntappdUn réseau social pour les amateurs de mousse, qui vous aide à identifier une bière, l'évaluer, la noter et indiquer le bar où elle se trouve.Weber’s On the Grill AppL’homme et son barbecue… cette appli. délivre plus de 250 recettes, 100 astuces sur l’art de faire griller sa viande, un timer special grill qui vous permet de savoir combien de temps telle viande doit griller et quand la retourner et une douzaine de vidéos démo’AH OK…Art of Manliness AppL’appli virile de la liste : on vous assure que rien que le fait de télécharger cette appli vous rendra 274% plus virile… oui oui ...
A l’occasion du grand prix de Formule 1 d’Abu Dhabi, qui se déroule ce week-end*, nous avons rencontré Jules Bianchi, l'un des jeunes pilotes français présents sur les circuits du championnat du monde lors de la conférence de presse organisée par Q-net.Jules et son jeune coéquipier Max sont les deux poulains de l’écurie Marussia. Ils sont tous les deux rentrés cette année dans le cercle très fermé des pilotes titulaires de F1 (22 dans le monde), pour exercer ce métier qui fait rêver et vibrer  des millions de spectateurs aux quatre coins du monde.Comment devient-on pilote de F1 ?Pour la plupart d’entre nous c’est en commençant par le karting.Jules est  d’ailleurs « tombé dedans quand il était petit » en s’entrainant sur les pistes de Kart de son père (ancien pilote comme son propre père) dans le sud de la France. Il fut champion de France et 4ème aux championnats du monde.Faire partie de cette élite à 24 ans, un rêve qui se réalise ?Oui, même si on travaille dur depuis des années pour ça, cela reste un rêve car il y a beaucoup de candidats et peu d’élus !Votre vie au quotidien ?Beaucoup de voyages pendant toute la saison, un saut chez moi le temps de faire une lessive (rires) et beaucoup d’heures passées au centre d’entraînement de l’écurie.En Russie ?Non à Banbury près d’Oxford, car si l’actionnaire principal de l’écurie est maintenant russe, toute l’équipe est anglaise ! Vous avez un coach ?Oui bien sûr pour l’entraînement physique nécessaire pour avoir suffisamment d’endurance et pour rester mince. Je fais de la course, de la natation et du vélo, je dois aussi travailler la concentration… dans tous ces domaines j’ai beaucoup appris à la Ferrari Driver Academy (une pépinière de talents prometteurs, dont il fût la première recrue). Comment se déroule la préparation d’une course ?Sur simulateur pour ce qui est du pilotage, car on n’a pas le droit de piloter nos voiture avant la séance d’essais du vendredi.Jules parle très bien anglais (et italien aussi paraît-il), il est posé, sympathique et n’a pas la grosse tête bien qu’il soit l'un des espoirs de la F1, son ingénieur le qualifie d’ailleurs de « rapide et intelligent », alors on lui souhaite bonne chance pour ce week-end et pour la suite de sa jeune carrière.* lire notre article pour en savoir plus
Avec tout le sable qui nous entoure ça semble tomber sous le sens, pourtant Luc Marin fût le premier à pratiquer cet art éphémère et poétique ici, à Dubai. « Inventé » par un artiste  hongrois dans les années 80, ce curieux langage qui raconte une histoire avec … des poignées de sable, a fait depuis quelques émules à travers le monde. Quand on connaît un peu Luc on ne s’étonne pas que sa créativité, qui s’exprime déjà dans de nombreux domaines, ait trouvé dans ce  médium original un nouvel exutoire !Car dire de Luc qu’il est créatif, c’est un euphémisme.  Il l’est par son métier et sa formation, mais pas seulement, c’est aussi toute son approche de la vie qui est créative !Tout petit déjà il dessinait plutôt bien, ensuite, renonçant au Deug de math et physique qu’il avait débuté, il s’inscrit aux Beaux-Arts à Bordeaux et y apprend à exprimer son potentiel créatif. Il en sort avec un métier qui lui permet de vivre en utilisant ses dons : graphiste.En créant des logos, des identités graphiques…qui véhiculent, sous forme de messages ou d’images, un imaginaire qui fait appel à notre subconscient, sollicite notre mémoire affective ou notre bagage culturel, il partage sa vision créative du monde qui nous entoure. Finalement sa nature c’est de partager mais aussi d’interpeller, dans son look, son métier et certains de ses hobbies, parfois de façon  un peu provocante, mais toujours avec beaucoup de  bienveillance.D’ailleurs ce qu’il aime, par-dessus tout, c’est raconter des histoires, pas dans le sens baratineur ou hâbleur, dans le sens conteur, « raconteur », tout en finesse, maniant le verbe avec subtilité, une touche de poésie et souvent beaucoup d’humour. C’est ce qu’il fait quand il a l’occasion de monter sur scène en tant qu’amateur, en écrivant des textes pour d’autres ou encore en inventant des histoires avec ses enfants.Il aime aussi écrire et comme les idées ne lui manquent pas, il s’est lancé dans l’écriture d’un roman, mais chuuuttt, ne lui en parlez pas avant qu’il soit terminé, car bien que Bordelais et rugbyman ;) Luc est discret et il n’aime pas se vanter, ni parler de ce qui n’est pas encore achevé. Un portrait de Luc ne serait pas complet sans parler du Rugby qui fait aussi, depuis presque toujours, partie de son quotidien. Après avoir passé sa jeunesse à jouer dans des clubs de la région bordelaise, avec les joies et les blessures qui vont avec, il nourrit maintenant sa passion à Dubai en tant que joueur amateur dans l’équipe des Sharks ou la partage avec RPF (rugby père et fils). C’est une association qu’il anime chaque vendredi matin pendant l’hiver, pour transmettre aux enfants les valeurs du rugby en partageant avec leurs  pères un moment agréable*.Mais au fait comment Luc a-t-il quitté sa belle province, son club de rugby et ses plages de surf pour venir vivre à Dubai ? Avec la flamboyante Elsie, sa femme, elle-même artiste et entrepreneuse, ils sont venus découvrir les EAU en 2004. Ils ont aimé le dynamisme qui y régnait et ont donné à toute la famille Marin un nouvel élan vers l'Est, sans sponsor, sans contrat d’expatriation,  armés de leurs seuls talents grâce auxquels ils y ont chacun recréé, avec succès, leur propre entreprise. Bravo et bon vent …de sable ;)Site internet : www.sandartist.aeVideo de l’artiste en pleine action : http://www.youtube.com/watch?v=55F-6MHFRug *Lire notre article Retrouvez tous les portraits réalisés par Véronique Talma sur son blog : http://verotalma.wordpress.com/
La semaine de la moto à Dubai c’est maintenant, du 24 au 26 octobre!L’année dernière petits et grands étaient ravis, y compris les non bikers, tous agréablement surpris par le niveau d’une expérience pleine d’action dont surtout les mémorables circuit de motocross, les cascades, les rampes FMX et bien sûr la parade (plus de 1000 participants en 2012) !Devinez? ...Oui c'est lui, c'est ShadiPrix de l’entrée : 60 AED par personne et pour ce prix là vous avez accès à : - Un Festival Musique qui accueillera 12 groupes pour une série de 15 mini-concerts sur les 3 jours - Cascades de rue par Shadi Al Dhaheri pour Red Bull - « Flair Riders » avec Jack Field et Essais en Freestyle - « Bike Pump Track » - Adventure HQ - Une compétition de Tuning moto - Thunder Parade – la plus grosse réunion et la plus grande parade de motos du Moyen Orient pour un départ à 14h de Media City à travers la ville, vendredi 25. - Le brunch des « Bikers » fournie par le JW Marriott - Et puis la représentation de plus de 100 marques et de leurs nouveaux produits.Tickets disponibles via http://bit.ly/1a6yHaUPour en savoir plus : www.gulfbikeweek.com  et www.facebook.com/bikeweekGulf Bike Week: 24 - 26 Octobre 2013, 16h-23h le jeudi/ 13h30-23h le vendredi et 13h30-21h30 le samedi.Dubai Media City Amphitheatre
Nous avons posé 10 questions à Cyril Rozes* professeur de golf au Creek Golf clubQuelles sont les qualités développées par la pratique du golf ?Le golf est un sport d’adresse qui nécessite de la concentration et de la force, si ce n’est pas un sport très « cardio », sa pratique s’avère beaucoup plus physique qu’on ne le croit quand on ne l’a jamais pratiqué !Un parcours de 8 à 10 km dure environ 4 heures et correspond à une dépense énergétique comprise entre 600 et 1000 K calories.Il n’y a pas de précautions particulières à prendre, si ce n’est que le mouvement de golf nécessite une torsion du corps qui est peu recommandée pour les personnes souffrant de mal de dos, et que les articulations des épaules sont très sollicitées.A quel âge peut-on commencer ?A l’école de golf de DUBAI CREEK, nous prenons les enfants à partir de 5 ans et nous mettons tout particulièrement l’accent sur le respect des autres et l’étiquette, la maîtrise de soi et la concentration ainsi que la beauté de l’environnement.Comment se déroulent les leçons, combien de leçons en moyenne avant de pouvoir faire un parcours ?A DUBAI CREEK, nous avons la chance de posséder un petit parcours de golf composé de 9 trous dits « par 3 ». Celui-ci permet aux débutants d’aller très vite sur un parcours et de s’amuser. En général, je peux emmener mes élèves sur le parcours après 2 ou 3 leçons de golf et ainsi peaufiner avec eux les règles et l’adresse au petit jeu.Quel est selon vous le défaut le plus courant à corriger ?En général, c’est le « grip », à savoir la prise en main du club. Mais, comme pour tous les sports, avec de bonnes bases dès le début, il est plus facile de progresser.Quels sont les particularités de la pratique du golf à Dubai ?Les particularités de Dubai sont bien sûr liées aux conditions climatiques, il faut donc s’hydrater très régulièrement et bien se protéger du soleil. En contrepartie, il fait beau tous les jours, on  peut donc s’entrainer et jouer tout au long de l’année et les beaux parcours sont nombreux !Quels sont les évènements « golfiques » à ne pas rater à Dubai ?Les 3 principales dates à retenir sont : le DP World Tour Championship du 14 au 17 Nov. au Jumeirah Golf Estates (entrée gratuite !), le Ladies Master du 1er au 7 déc. au Emirates Golf Club (entrée gratuite), et enfin l’incontournable Oméga Dubai Desert Classic qui se déroulera cette année du 27 janvier au 2 février au Emirates Golf Club.Où prendre des cours en français ?Venez me voir au Dubai Creek Golf Club ! En français ou en anglais, j’y exerce ma profession depuis maintenant 15 ans. Cet été l’académie a été rénovée  et dotée d’un magnifique simulateur de golf (ou de F1 !), elle offre également un grand espace pro-shop avec un atelier pour l’entretien ou la personnalisation de vos clubs de golf.Quel est le matériel nécessaire pour débuter et où s’équiper à Dubai ?En général, le matériel de golf est fourni gratuitement lors des leçons. Toutefois, si vous souhaitez acquérir un équipement de base, il vous suffit d’acheter une demi-série composée de 5 fers, 1 bois et 1 putter. Les prix débutent vers 800AED et peuvent monter jusqu’à 15 000AED pour une série complète de haute qualité. Vous trouverez du matériel dans tous les pro-shops de golfs ou dans les points de vente tels que Decathlon, Go Sport, Sun and Sand …Quel est le prix moyen/ recommandé, en cours particulier et collectif ?Pour les prix pratiqués au DCGC, je vous invite à consulter notre site www.dubaigolf.com ou appeler directement l’Académie de Golf Creek au 04 295 6000 qui vous expliquera les différents packages disponibles ainsi que leur prix.Pour les juniors, je leur propose l’école de golf qui s’organise par sessions de  8 semaines et qui comprend : 8 x 50 mn de leçon, le prêt de l’équipement et l’accès gratuit au practice de golf, ainsi que le passage d’un diplôme à la fin de chaque session. Son prix varie entre 775dhs et 950dhs (en fonction de l’âge de vos enfants et du membership ou non).Pour les femmes, nous avons la formule « Ladies Coffee Morning » qui est très conviviale ! Egalement sur 8 semaines avec 8 x 1 heure de cours, le prêt de l’équipement et l’accès gratuit au practice de golf, ainsi qu’une boisson à la fin de chaque cours. C’est un bon moyen pour se faire de nouvelles amies tout en pratiquant un sport. Le prix est de 1,100AED ou 1,200AED selon que vous soyez membre ou non.Sinon, le cours particulier d’1/2 heure coûte 200AED pour les membres, 230aed pour les non-membres, et les cours collectifs d’1 heure coûtent 150AED.Adresses  à connaître ?Sur le site de la fédération de golf des Emirats, vous trouverez une multitude d’informations concernant le golf : les clubs, les compétitions, les tarifs… Si le golf vous intéresse, je vous encourage vivement à le consulter : www.emiratesgolffederation.com.*Lire le portrait de Cyril Rozes: ici
Course Paris-San Remo, 1903.Bourvil interprète le rôle d'un inventeur de vélocipède au début du siècle dans le fameux film d'Alex Joffé de 1967 : Les Cracks.Il raconte : " Je suis inventeur d'un vélo révolutionnaire avec roue libre du début du XXeme siècle. On peut descendre les côtes en se reposant !"(...) Il est un peu lourd parce qu'il a toute sorte d'invention: un klaxon pour faire peur aux vaches,(…) il a un système qui permet de hausser le guidon en le tournant comme un moulin à café, et puis il a une selle qu'on peut même régler en marche avec une manivelle. C'est un vélo surtout pour faire rire !!". Extrait des " rois de la petite reine" de Pierre Tchernia.Grand moment cinématographique! Ce rôle est joué avec le talent remarquable de Bourvil, acteur chevronné et grand sportif dans le civil aussi. Le spectateur, quant à lui, est assis bien confortablement dans son siège et suit cette course folle entre les concurrents avec joie et hilarité! De là, l'effort parait moindre, évidemment. Nous riions de bon cœur en remontant le temps ...Le vélo antique des Cracks, quant à lui, se retrouva dans un musée et est admiré par tous les aficionados de ce sport national à la Chapelle Notre-Dame des cyclistes de l'Abastide-Armagnac dans les Landes!Mais une autre course en revanche se préparait, la vraie: 1903 était l'année de naissance du premier tour de France!Contrairement au vélo héroïque de Bourvil qui se plaignait de sa lourdeur, notre vélo contemporain est allégé, solide et puissant. Plus d'un cycliste se retrouve dessus par loisirs ou pour affronter d'autres sportifs dans un esprit de compétition.Dubai, aujourd'hui, en 2013. Où se retrouver pour pratiquer et partager cette passion?Sans craindre les voitures, leur vitesse, leur queue de poisson, leur manque de courtoisie, leurs clignotants inexistants, bref, un endroit où nous pouvons pédaler, à notre guise et à notre rythme sans danger!?Sheikh Mohammed Ben Rachid Al Maktoum a offert aux mordus du cyclisme des pistes rien que pour eux où ils peuvent rouler sur un circuit en toute sécurité et en toute confiance mais aussi dans un esprit amical et sportif.Nous avons rencontré deux passionnés du guidon.Geert Gabriels et Joel Demay, la quarantaine flamboyante, mariés, pères de famille et hommes d'affaires globe-trotteurs, prennent le temps. Le temps de monter sur un vélo. C'est presque la continuité d'eux même, une évidence, un exutoire face au tourbillon de la vie en général. De cette discipline qui mêle force et endurance, ils ont fait une passion et de cet engouement est né un lien qui soude et fraternise!En somme : " Vive le sport! " mais laissons leur la parole: ***********************************Joel Demay- Geert GabrielsA quel moment de votre vie êtes-vous monté sur un vélo? Geert Gabriels : En tant que "flandrien" de naissance, j'ai sans doute reçu mon premier (tri-)cycle à l'âge de 2 ans ( j'ai encore un vague souvenir du vélo en question)Joel Demay : A 4 ans. Depuis quand est-ce devenu une passion? Peut-on parler de " Passion " ? G.G : depuis 1 an et demi, oui on peut dire qu'il s'agit d'une passion. Avec un minimum d'assiduité les progrès sont rapides et importants.Ensuite cela devient une drogue,  un moment d'effort en plein air qui vous fait oublier le quotidien.Une fois la sortie terminée, on se sent tellement plus "léger", serein et heureux (merci les endorphines!).J.D : D'abord c'était un moyen de transport. Vers 19/20ans, j'ai eu une grosse période, puis un vide entre 22 et 35 ans. Et depuis l'âge de 35 ans, je pratique. J'ai du perdre environ 10kg entre l'âge de 35 ans et aujourd'hui. Où roulez vous à Dubai ? Est ce facile? Donnez-nous votre lieu de prédilection! G.G : Je préfère les sorties en groupe, car elles sont plus sympathiques, vont plus loin, sont surtout plus "safe" et le parcours est plus varié. Dans les sorties quotidiennes : Ce sont les sorties des Roadsters qui sont les plus variées.En partant du Lime Tree Cafe  en direction de Al- Awir en passant par Meydan, Academic City et Mirdiff.Il y a aussi les sorties organisées par Cycling Safe Dubai* qui sont moins variées mais qui se passent désormais en toute sécurité sur les pistes cyclables autour de Al Qudra road et Endurance city (le secteur entre Arabian Ranches et l'hotel Bab Al Shams) En revanche, il y aussi celle du samedi matin : une boucle de 60km , aller-retour, avec un arrêt petit- déjeuner à l'hôtel Bab-Al-Shams. Pour d'autres sorties : la Coast to Coast Ride*,( 220km de Dubai à Dibba en passant par les montagnes à l'ouest de Fujairah) ou la course Dubai92 Cycle Challenge*, organisée une fois par an au mois de décembre (une boucle de 92 km avec départ et arrivée au Dubai Autodrome en passant par quelques "landmarks" Dubaiotes tels que Burj Khalifa et Burj Al Arab) …J.D : Beaucoup d'endroit! Mais l'endroit le plus magique est Nad al Sheba. C'est là où l'aristocratie Emiratie habite. Le quartier est merveilleux. J'aime aussi beaucoup les montages d'Hatta, Al Ain et Jebel Hateef.  Il a y aussi le nouveau circuit vers Bab el Shams.Est ce un sport individualiste ou d'équipe?G.G : Plutôt de groupe voire d'équipe. L'effort fourni en solo n'a rien a voir  avec celle en groupe, la dernière vous permet d'aller plus loin, plus haut, plus vite...Alors que l'effort "solo" convient mieux aux petites sessions d'entrainement avec le circuit de Nad al Sheba (Meydan) et ses 3 boucles (4-6-8 km) qui s'y prête à merveille.J.D : C'est le plus collectif des sports individuels! Est ce un sport matinal ? A quelle heure le pratiquez-vous ? pourquoi? G.G : oui, les départs se font généralement entre 5h30 et 6h00 l'été. 30 minutes plus tard en l'hiver.Pour la fraicheur (toute relative en été, j'en conviens) et aussi parce que les routes sont  peu encombrées.J.D : A toute heure, le vendredi Matin à 5h30 avec trois cents autres aficionados (les Dubai-Roadsters) ou le soir aussi : Nad al Sheba Night Riders* de 18 à 21h, mardi soir ou dimanche pour les confirmés. Quelle est votre tenue du parfait cycliste? G.G : Mon BIB  (cuissard de cycliste à bretelles) sigle " ronde van vlaanderen" ( le tour des Flandres, une des plus grandes courses sur une journée au monde et qui se passe dans la région, en Belgique là où j'ai grandi.),Mon maillot aux couleurs (noir et jaune) et à l'emblème de la Flandre : le Lion.Des chaussettes courtes blanches avec l'élastique tricolore belge (noir, jaune, rouge)Mes chaussures de vélo qui ont une semelle très rigide avec son système de clip pour bloquer la chaussure "sur" la pédale.Ma paire de mitaines pour cyclistes rouge, pas trop pour éviter les ampoules aux mains mais plutôt pour s'essuyer le visage en cas de grosse transpiration.J.D : Ma tenue officielle Dubai Roadsters, disponible chez Wolfi , une Paire de lunette Oakley (Jawbone), un Cardi fréquence mètre Garmin Edge 500, un toujours un casque (pour moi ZeroRH+_) Quelle est la marque de votre vélo? Où l'avez-vous acheté? En Europe ou à Dubai ? G.G : J'ai un SCOTT CR1 Elite, en carbone, acheté ici à Dubai chez "le maitre", le fameux WOLFI.J.D : J'ai déménagé à Dubai avec 1 valise et 1 vélo, mais en effet Wolfi est la "Mecque" du vélo à Dubai … Wolfi a "créé" le vélo à Dubai! Avez- vous fait des émules? Et quelles en sont les nationalités? G.G : Oui, 2 français qui m'ont d'abord souvent questionné pour ensuite s'acheter chacun un vélo de route et faire des sorties avec Cycle Safe Dubai.J.D : Français, Belge, Monténégrin, Slovène, Australien, Américain, Canadien, Emiratis, Péruvien, Italien, Grec, Syriens, Kiwis, Algérien, Britanniques, etc...Pour vous, le vélo est une histoire de mode ou de passion? G.G : Une passion, une fois mordu par le microbe, il n'y a pas de remède autre que celui d'enfourcher son"biclou"...J.D : C'est un art de vivre! **************************Vous l'aurez noté, un zeste de folie, une once de passion, le goût de l'aventure et du dépassement de ses limites rendent ce sport si prenant et si attachant. Joël et Geert sont de vrais passionnés, oui !Parce c'est un sport d'équipe qui se partage entre le goût de l'effort et une franche amitié, c'est un lien qui fraternise.Faire du vélo ne se conjugue pas uniquement au masculin pluriel! De très nombreuses femmes aussi sont dans la course. Elles participent avec enthousiasme et dynamisme et beaucoup y excellent. Certaines forcent le respect avec les 60 km effectués dernièrement.Le sport est une évasion qui donne au corps et à l'esprit une molécule bienveillante: La Joie! Elle devrait être imprégnée dans notre patrimoine génétique!L'esprit sportif est ce véhicule qui nous pousse à partager et à recevoir. Monter sur un vélo pour flâner seulement ou plus, à l'inverse, dans la compétition et l'effort, est un moyen de donner et de se donner.De plus, il donne la santé, offre une certaine discipline et apprend le dépassement de soi. C'est une ligne de conduite qui devrait sans doute être suivie tout au long d'une vie. Pourquoi pas ?Alors, le nez au vent ou la tête dans le guidon, pédalons! Dubai ou ailleurs, la règle d'or de tous est la sécurité.Port du casque obligatoire dans tous les cas de figure: de jour comme de nuit, petits ou grands. Phares de nuit, des bouteilles d'eau en bagages et une tenue près du corps avec short confortable et peut être même, pour certain, rembourré aussi!.Qui est Wolfi?Wolfgang " Wolfi " Hohmann: passionné de cyclisme depuis son plus jeune âge, il en a fait son " dada" de l'Allemagne aux Emirats. Tous passent par ses magasins et ses conseils. Un sens de l'organisation notoire ( les courses, son club de cyclisme ), son expérience et son enthousiasme le rendent incontournable!Trois noms et adresses à retenir : Cycle Safe Dubai, Cycle Challenge et Dubai RoadstersSorties organisées par ces associations :www.cyclesafedubai.comcontact emailProtector.addCloakedMailto("ep_479cdcde", 1); Emma:  050 680 45 28www.cyclechallenge.ae rubrique Cycle Safe DubaiInfos sur les sorties, contacter Stewart au 050 680 4528www.dubairoadsters.com.emailProtector.addCloakedMailto("ep_7fd80d2e", 1);+ 971 4 339 4453Différentes courses avec différents challenges:Pour débutants et pour s'entrainer avant de retrouver les autres coureurs : cyclechallenge.aeSoirées à Dubai Autodrome les mercredis soirs, route d'Um Suqueim road vers Motor City ou Cycle Park de Nad al Sheba. Téléphoner à Emma.Entre Bab et Shams et Al Qudra road après Arabian Ranches: cyclechallenge.ae Pistes de 35km, 45km, 65km, 85km, 100km et 120km. Pour les expérimentés: Cycle Safe et Wolfi, organisent des randonnées tous les vendredis matins à 6h30 en hiver ou 6h en été :  défis à intensités diverses selon vos capacités et toujours en groupe : départ au Café LimeTree de Jumeirah 1 ou le Lime Tree de JBR. Challenge : de 40 à 100 km .   Attention ! Si vous savez rouler à plus de 30km/h , vous êtes des leurs!Course en peloton de 80 km ou 120kmContact : Emma!!Dernière ! Cycle Safe Dubai aura très bientôt des vélos à louer sur le Cycle Park .Premier- rond point sur direction Nad el Sheba, après l’ interchange 47.Training rides : dubairoadster.comSur Nad el Sheba Cycle Park et  Meydan, vue donnant sur Burj Khalifa et Downtown. Entrainements : Mardis et dimanches soirs de 18h/21h30. Environ 60km.Contact :  Josh au 04 339 44 53 pour confirmer.Et le premier dimanche de chaque mois, entrainement intensif et perfectionnement à 19h30.Contacter Wolfi ou Josh pour confirmer 04 339 44 53Entrainements: Al Qudra Road, cyclesafedubai.comLes samedi matins 6h à 9h30 :" Legendary Bab al Shams Coffee Run" ( ±60km ). Pause thé, cafés avec vue sur les dunes!Après l'effort, quelques boissons rafraîchissantes dans ce magnifique hôtel.Participation 40 aed.Pour explications : Emma ou 050 680 452 des ride bike shop-eventsSur Al Qudra piste : cycle path al Qudra road: cyclesafedubai.comParcours : du rond-point d'Al Qudra sur la route d'Um Suqueim road. Aller/retour sur la route de Bab el shams après Arabian Ranches, les Dubai Roadsters.Vendredi 6h du matin, distance 80/120/140kmPOUR LES CONFIRMÉS:Nad el Sheba-Night Riders:Dubai Roadsters-NAS night Riders on Facebook.Dimanche et mardi soir de 18h à 19h30, sortie de 50 km. Rendez-vous au Cycle Park près de Meydan.http://www.facebook.com/groups/333901049960222/?fref=tsPOUR LES FOUS DE VITESSE:-Le circuit de TrainYas a Abu dhabi, emailProtector.addCloakedMailto("ep_bd5a77f6", 1);POUR LES ENFANTS: -Parc d'Al Barsha, calme et vert. -Jumeirah beach avec sa piste qui longe la mer!-Piste de Nad et Sheba, parcours très ludique non loin de la tribune royale.EVENEMENTS PARTICULIERS: *La Dubai Spinneys 92, Cycle Challenge.A faire en couple ou en famille.www.cyclechallenge.ae organisé par Stewart Howinson ( propriétaire de Probike et organisateur de Cycle Safe Dubai)Courses de vélo sponsorisées par Spinneys et organisées par le Dubai Sport Council.*Dubai Coast to Coast Ride: Pour plus d'informations :www.dubairoadsters.com * Hatta rideemailProtector.addCloakedMailto("ep_6e516729", 1);*Marathon site web:www.dubairoadsters.com/events_calendar.htmlOù acheter ou louer son vélo ( s'y prendre à l'avance)  ?*Chez WOOLFI'S BIKE SHOPSheikh Zayed Road, (entre interchange 2 & 3), exit 43 al manara road, passer au dessus de la Sheik Zayed,  près de Natuzzi furniture, 4/4 motors. Ouvert du samedi au jeudi de 9h à 19h , fermé le vendredi. +971 4 3394453F +971 4 3394452Email: emailProtector.addCloakedMailto("ep_eaf36afc", 1);*RIDE BIKE SHOP -Sheikh Zayed Rd -cote Al Quoz +971 4 339 5602Organisateur d'événements aussi. Allez sur leur site!www.ridebikeshop.com.-Mirdiff City Centre, magasin 26904 284 00 38*REVOLUTION CYCLES ( pas de location)à Dubai Autodrome, Motor city , Shop Number 5 , Apex Atrium04 369 7441Propriétaire Stewart Howison -organisateur de Cycle Safe Dubai et du Spinneys Dubai92 cycle challenge -  Site : www.rcdxb.com*PROBIKE .magasin et atelier de réparationssite : www.probike.aeemailProtector.addCloakedMailto("ep_2039c17a", 1);Shop 13, next to Al Barsha 1 Business Point, derrière le MOE, 04 325 57 05Achats:* Pour avoir "le nez au vent", et rouler à une allure citadine, allez à Satwa. Au bout de la rue des plantes prenez à droite, vous trouverez un grand magasin de vélos. Moins de 400 aed.Allez à gauche, les échoppes vous proposeront entre tissus et quincaillerie des vélos non pas de courses mais de simples vélos pour ceux qui ont l'âme à la flânerie et pour pédaler doucement sur les trottoirs…*Faites votre propre style sur le vélo, suivez ces sites: http://zerorh.com/sport/en/man/summer/bike-helmets/http://www.oakley.com/custom/jawbone*DECATHLONMirdiff Centre04 283 93 92*INTERSPORT-Dubai Festival City+971 4 206 6581Fax    +971 4 232 6278ouvert du lundi au dimanche de 9h à 22h*Times SquareIntersection No # 4+971 4 341 8214*HQ AdventureTimes Square, Sheikh Zayed Road+971 4 346 6824emailProtector.addCloakedMailto("ep_0cbb4942", 1);samedi au mercredi de10h à 22h jeudi et vendredi de 10h à Minuit.
Il vit entre Dubai et Beyrouth (où il a son autre salon de coiffure) depuis 15 ans et jongle en français, anglais ou arabe, entre ses voyages, son métier et ses loisirs avec aisance. Décontracté et sérieux à la fois, il évolue dans le milieu de la beauté et de l’image avec professionnalisme et enthousiasme, sans prendre la grosse tête, pour son plus grand plaisir et celui de ses clientes !A Dubai, c’est dans le superbe Meydan Beach Club sur le Walk à JBR que Fadi Chedid a choisi d’ouvrir son nouveau salon, discret et exclusif.Quand on arrive à le faire sortir de sa réserve naturelle, à le faire parler de lui, on apprend que Fadi, qui a un tempérament d’artiste, est rentré dans la coiffure presque par hasard.Il est d’ailleurs resté très proche de ses premières amours, car quand il ne coiffe pas une de ses clientes dans son salon, Fadi est en studio et s’occupe du maquillage et de la coiffure d’un mannequin pour un défilé ou un shooting, d’une star internationale de passage pour une soirée à Dubai, ou encore d’une future mariée pour qu’elle soit la plus belle le grand jour !Dans son métier, qui le passionne tant par son côté artistique que technique, son credo c’est l’innovation. Il aime découvrir, apprendre les dernières techniques, pour ce faire, il voyage beaucoup en Europe, observe et se forme sans cesse, toujours dans la recherche du meilleur pour ses clientes. Fadi n’est pas quelqu’un qui suit les tendances sans se poser de question, au contraire il aime les adapter au style et à la personnalité de chaque client ou cliente,  pour un résultat qu’il qualifie lui-même de « naturel sophistiqué ».Nous n’avons bien sûr pas résisté au plaisir de le soumettre au questionnaire, désormais célèbre, de notre collaboratrice Maude Verliac, pour en savoir plus sur lui et pour qu’il nous  dévoile ses bonnes adresses à Dubai ou à Beyrouth !http://www.fadichedid.com/https://www.facebook.com/Fadi.Chedid.SalonDans les pas de Fadi à Dubai ou à Beyrouth :DM : Je me lève le matin avec……Bonne humeur !DM : Je déjeune entre amis…A dubai au « Sky » ou au « Petit gris » à Gemayze, mon quartier préféré à Beyrouth.Chez Paul et S.T.A.Y, Downtown Beyrouth ?DM : Je ne sors jamais sans……parfum !DM : Ma tenue de mode et mes adresses incontournables !Black jacket Dsquared, Diesel jeans, chaussures Prada.DM : Ma déco, astuces et adresses…Epurée, intemporelle, par exemple à THE One Fusion Al Quoz Theatre & Deli, Junction 3 Sheikh Zayed Road, et Galerie Vivre Cercle Hitti à BeyrouthDM : Mon barbier ?Bader qui travaille chez moi !DM : Un geste beauté ?Shisheido moisturizer pour hommeDM : Le sport ?Tennis et tir au pistolet (au Jebel Ali shooting club) sont mes favoris DM : Ma musique ?Techno ,lounge DM : Ma passion…mon métier !DM : Un quartierAutour du Garhoud Meridien HotelDM : Une manie, une obsession ??Le rangement DM : Un regret…Hummm, non pas de regret !DM : Mon dernier mauvais goût pour ?La dernière collection de Marc Jacob pour LV ;)DM : Un drink !Un Gin ou un Chablis DM : Une gourmandise d’ici !La salade niçoise de la Petite MaisonDM : Vos amis disent de vous...PersévérantDM : Une couleur…pour mon Nespresso ?Toutes les très  foncées !DM : Un week-end pour s’échapper !Une plage à  Chypre DM : Je sors tous les soirs au…Dans les bars du quartier JBR : à Dubai au Sky Bar Hilton ou au Rosso bar Rotana Amwaj the WalkDM : Un secret pour être heureux dans la vie :Vivre l’instant présent (ici et maintenant)Retrouvez tous les portraits réalisés par Véronique Talma sur son blog : http://verotalma.wordpress.com/
Tout tout tout, vous saurez tout sur les nouvelles tendances à surveiller d’urgence pour cette rentrée ! (Petit aparté en guise d’introduction : vous êtes nul en mode mais vous ne voulez surtout pas que ça se sache ? Pour parler mode c’est simple, il semble suffire d’ajouter « s’encanaille » à chaque référence vestimentaire… c’est LE mot fétiche chez les journalistes mode cette saison : s’encanailler, oui la mode « bourgeoise s’encanaille », « le banquier s’encanaille », la parka « s’encanaille », « la collection Brioni s’encanaille ». Il fallait le savoir, voilà qui est fait.)Nous pouvons maintenant passer aux choses sérieuses, « encanaillée » ou pas, cette saison, la mode homme se veut classique mais pas trop, mystique, une version kitsch des seventies, alpine…virile surtout, androgyne parfois. On bouscule gentiment les codes, les classiques sont brillamment revisités, à commencer par le costume. L'été en hiver Des couleurs pop, des tons vitamine, vert qui flashe, fuchsia, bleu ciel, jaune soleil couchant. Quand la mode Femme appuie sur les couleurs sombres (notre article ), les tendances Homme prennent le contre pied et c’est tant mieux !De gauche à droite : Kolor,Gucci, ArmaniChic & kitsch les seventies !Raf Simons et PradaUn peu de sex appeal ? David Bowie inspire la mode automne hiver 2013.Pas seulement dans les coupes et les couleurs, mais aussi jusqu’aux mannequins androgynes, certains créateurs invitent d’ailleurs sur leur podium homme des femmes pour un mélange des genres.  On ressort le sous-pull en acrylique de notre enfance à porter tel quel ou sous un manteau sans manches…Les silhouettes évoquent le dandysme à la Bowie. Le kitsch se retrouve dans des touches de glitter ou patchwork de couleurs … qui nous piquent les yeux il faut l’avouer. (Paul Smith les deux photos de droite, et Walter Van Beirendonck les 2 premières photos de gauche)! On préfère de loin la version Seventies chic de Raf Simons (les 2 premières photos) et Prada.MysticismeLes Émirats passeront leur tour sur cette tendance peut être ? À vous de voir …Le triangle tête en bas chez Mugler (à droite) s’entoure d'un cercle chez Dior Homme, comme symbole de perfection (à gauche).On ne vous les montrera pas mais D&G orne ses T-shirts d’anges…kabbalistiques pendant que Givenchy met des étoiles, oui ces fameuses étoiles, partout... Costumes « with a twist ». On bouscule les codes du parfait costume de banquier, enfin, dans la mesure du possible ! À rayures, couleurs vives ou tartan (grande, très grande tendance le tartan cette année on le rappelle), Rock n roll et Glamour aussi chez Westwood et Versace!De gauche à droite Dolce & Gabbana,  Jil Sander, ArtlingDe gauche à droite Versace, V. Westwood, V.Westwood, Fendi.Et en bref, les finitions de look incontournables de la saison:La parka ou la doudoune! (penser ski et business trips dans des contrées qui connaissent le véritable hiver). Elle se porte oversized jusqu'à la capuche, mix des matières entre toiles enduites et jacquards ethniques, manches en maille et poches en cuir…l’inspiration alpine est incontournable cet hiver.Kenzo/Armani .A retenir aussi :  le pull cachemire et le col roulé .
Quelle belle image de la culture française que la gentillesse et la bienveillance qui émanent du regard de son représentant à Dubai!On sent tout de suite qu’Hubert Sevin  est passionné par son travail et dévoué à sa tâche de directeur de l’alliance française (af). Il compare son rôle à celui d’un chef d’orchestre qui met en musique les partitions des 12 permanents qui y travaillent et de la vingtaine de professeurs de français qui y sont vacataires. Ce qui lui plaît, entre autres, dans son métier c’est qu’aucune de ses - pourtant longues - journées de travail ne ressemble à la précédente.Hubert est instituteur de formation, mais depuis plus de 20 ans il parcourt la planète avec sa femme, qui est enseignante de FLE (français langues étrangères) et d’Histoire, au gré des postes de professeur, puis de directeur de branches de l’af qu’il occupe.Ils partagent cette passion des cultures et des voyages, qui leur a permis de vivre dans des pays aussi différents que la Corée du sud, Hong-Kong, Cuba, le Mexique, l’Australie et des Dom Tom (Guyane et  Réunion). Et quand on demande à Hubert lequel  il a préféré, on sent qu’il les a tous aimés d’une façon ou d’une autre. Car où qu’il soit, il s’intéresse à la vie et aux personnes qui l’entourent, observe sans préjugés, aime découvrir les autres cultures, apprendre…bref partout où il est passé, il s’est plu et on devine sans peine qu’il a plu aussi !Mais au fait, c’est quoi exactement l’alliance française ? Une association, créée à Paris en 1883, soutenue par des grands noms de l’époque (J. Vernes, L. Pasteur, F. de Lesseps…), qui est rattachée au ministère des affaires étrangères et dont le directeur est lui-même détaché du ministère de  l’éducation nationale !Cette description bureaucratique s’efface totalement derrière le sourire empathique d’Hubert. Ce qui lui importe c’est de remplir avec intelligence, lucidité et humanité sa mission de propagation de la langue et la culture française.Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer l’af, n’est pas un organisme qui vit des subventions de l’état français, mais une association qui s’autofinance essentiellement grâce aux revenus  des cours de français qu’elle dispense.En effet des milliers de personnes apprennent  notre belle (et difficile !) langue dans une des 1,000 branches de l’af réparties à travers le monde. L’enseignement est donc la mission première des af, la plus ardue et la plus exigeante. C’est aussi le nerf de la guerre qui permet de remplir une autre tâche également importante et plus glamour, faire rayonner la culture française. Cette noble ambition est toutefois limitée par le coût d’organisation des manifestations. Et aux esprits grincheux qui disent « l’af devrait faire ceci ou cela », Hubert répond, toujours avec le sourire, qu’elle fait de son mieux avec ce qu’elle a ! Il raconte par exemple qu’il existe aux émirats une taxe spéciale de 1,200 dhs pour chaque musicien qui se produit en public…on a vite fait le calcul pour un orchestre, même pas philharmonique !Malgré ces contraintes évidentes, l’af organise régulièrement des rencontres (café philo, présentations de livres, soirées conversation…) et des évènements de qualité (projection de films, expositions, pièces de théâtre…) dont l’acmé qui a lieu le 21 juin, avec la fête de la musique.Hubert est ouvert à toutes les bonnes idées, il écoute, il ouvre ses portes aux créatifs comme aux bénévoles (n’hésitez pas à le contacter pour animer des soirées conversation ou prêter main forte lors d’évènements), il aime discuter, échanger  et accueillir.Qui prend des cours à l’af ? Tout lemonde ! Des enfants (il y a aussi des cours pour les enfants dont le français est la langue maternelle), des adultes, des hommes et des femmes et en terme de nationalité c’est un « minidubai », puisque presque toutes y sont représentées dans des proportions en rapport avec la taille de la communauté à Dubai. En moyenne ce sont environ 2,800 étudiants qui, par sessions de 7 semaines, s’inscrivent chaque année à l’af.Les professeurs sont triés sur le volet, car le FLE ça ne s’improvise pas (et l’af en recrute toujours, avis non pas aux amateurs, mais aux titulaires de diplômes de FLE, lettres ou enseignement !). L’essentiel du recrutement des élèves se faisant par le bouche à oreille, l’excellence de l’enseignement est une priorité. La formation continue et l’accompagnement des enseignants  est une autre mission dont Hubert s’acquitte avec plaisir et aisance en raison de sa longue expérience dans ce domaine.Hubert est arrivé à Dubai en septembre, le choix de ce poste a été guidé par sa curiosité naturelle car le Moyen Orient est une des parties du monde qu’il ne connaissait pas encore. Et comme on pouvait s’y attendre à la fois d’un esprit aussi ouvert et d’une ville aussi extraordinaire… il s’y plaît ! A Dubai, Hubert aime la diversité des cultures et des rencontres, la Creek pour son charme et ses abras et les wadis de  Ras Al Khaimah où il peut s’adonner à sa passion pour la marche et la randonnée. Enfin, il est trop modeste pour le dire, mais je l’ai entendu d’autres sources, Hubert est déjà très apprécié par les francophones de Dubai, ravis de tout ce qu’il a déjà accompli en si peu de temps avec détermination et gentillesse…comme un apôtre !www.afdubai.orgRetrouvez tous les portraits réalisés par Véronique Talma sur son blog : http://verotalma.wordpress.com/
Ils ont joué le jeu pour Dubai Madame, mettent leur grain de sel et nous confient leurs recettes…À Dubaï au carrefour des cultures, le food se frotte aux inspirations d’ailleurs… Francophiles à Dubaï, haut lieu de rencontres culturelles, la cuisine traditionnelle française se revisite pour notre plus grande joie gustative de notes orientales ou asiatiques…Farid Bedjaoui et Karim Haïdar signent de leurs recettes, une leçon de cuisine culturelle !Karim Haidar nous a dédicacé son livre « CUISINE LIBANAISE d’hier et d’aujourd’hui » et nous à la rédaction on a fondu !Fondu pour la préface de son livre signé d’Amin Maalouf : « Pour ceux qui ont quitté leur pays, la cuisine est – si j’ose détourner un dicton célèbre – ce qui reste de la culture d’origine quand on a tout oublié… Et elle a fait mieux que de survivre, elle s’est propagée, vers Paris, Londres, Rio, Montréal, et New York, vers Djedda, Dubaï ou Jérusalem, ignorant souverainement les frontières politiques et les aires de civilisation. »Fondu comme son foie gras qu’il sait détourner comme personne, ou pour sa cuisine libanaise qu’il sait adapter à nos palais traditionnels français.Fondu pour leurs recettes, pour lui Karim Haïdar et pour Farid  Bedjaoui aussi : tous ses hommes qui excellent en cuisine font preuve d’une sensibilité exquise qui se lit dans leurs plats !Les filles prenons en de la graine d’homme et d’oriental : ils savent oser, n’ont pas peur de créer !RENCONTRES DANS LES ASSIETTES DE FARID BEDJAOUI ET KARIM HAÏDAR…RECETTES et ASTUCES :Ma salade esprit « Zuma » es-tu là ? by Farid BedjaouiChez Farid Bedjaoui, nous sommes passés à table dans l’Art de la Table traditionnel à la française, de la nappe blanche à la simplicité de la table dressée à la perfection et là nous avons reconnu la jolie main de sa femme…Pour la salade, on l’a vu… C’était bien lui... :Farid Bedjaoui en cuisine !La salade aux saveurs d’ailleurs terminait de signer le raffinement de cette soirée…D’une simple salade verte, comment frôler la grandeur ? Dans la subtile association des saveurs et des matières !  Le parfum de la coriandre et le croquant d’une pousse de légume vous offriront cette expérience sensorielle.La coriandre « persil arabe » doit s’utiliser comme les feuilles de persil frais sans aucun besoin d’être chauffé pour offrir toutes ses saveurs.Notez : Au delà des préparations culinaires, la coriandre possède des vertus de somnifère et d’anxiolytique reconnues. Pour bien dormir la nuit sans voir des monstres des océans, il faut les dévorer… Crevettes en salades !Recette de la salade « … » de Farid Bedjaoui :Salade Thaï de crevettes et son assaisonnement au tamarin (pour 4 personnes) :Assaisonnement :6 cuillères à soupe de jus de citron vert,6 cuillères à soupe de sucre de palmier « palm sugar »,*6 cuillères à soupe de « fish sauce »,*3 cuillères à soupe d’eau de tamarin « tamarin water »,*3 tiges de citronnelle blanchies à la poêle et émincées.* Vous trouverez ces ingrédients aux rayons asiatiques de vos supermarchés Choitram ou Spiney’s. Les expressions laissées en anglais dans le texte vous permettront de les reconnaître plus facilement dans ces rayons. Salade :500 gr gambas blanchies et coupées en morceaux,8 échalotes coupées en tranches très fines,1 poignée de feuilles de menthe,1 poignée de feuilles de coriandre,2 verres de pousses d’haricots,200 gr de vermicelle, « rice noodles »,*1  long chili rouge en julienne (en fines lamelles),1/4 échalotes grillées4 oignons nouveaux équeutés.La coriandre fraîche explose en bouche et signe d’une note orientale une salade aux accents pourtant asiatiques… Des saveurs inoubliables comme cette soirée.Ma verrine… by Karim HaïdarPour moi, une verrine n’est pas juste un contenant. La recette doit lui convenir. Il ne suffit pas de mettre n’importe quoi en forme de verrine. Pour justifier son usage, il faut du liquide, et pour la rendre intéressante, il faut d’autres consistances, molles et croustillantes.Les verrines ont souvent un goût d’enfance. Je pense que des céréales au chocolat avec leur lait feraient une superbe verrine de dessert.La verrine que je propose, est d’ailleurs sucrée et directement liée à l’enfance. Elle est la traduction d’une recette servie au Liban pour fêter la première dent d’un enfant.« Snayniyé ou blé sucré à la grenade »Préparation : 20 minTrempage : 1 nuitCuisson : 30 min100 g de blé mondé à cuire1 grenade25g de pignons de pin25g d’amandes entières25g de pistaches décortiquées non salées50g de suce en poudre5cl d’eau de fleur d’orangerLa veilleMettre à tremper séparément les pistaches et les pignons de pin dans l’eau fraîche.Le jour même•    Cuire le blé 30 min à couvert dans de l’eau bouillante.•    Ajouter le sucre et l’eau de fleur d’oranger en fin de cuisson. Bien mélanger.•    Égrener la grenade. Enlever la peau des amandes et des pistaches.•    Mélanger l’ensemble et servir dans une verrine transparente.Bon à savoir Le blé mondé est le blé dont ont a retiré la peau. Il est essentiel à cette recette car il est plus fondant que le blé que l’on trouve en supermarché. Vous le trouverez dabs les épiceries orientales ou les boutiques diététiques.Livre de cuisine de Karim Haïdar préface Amin Maalouf : « CUISINE LIBANAISE d’hier et d’aujourd’hui » disponible à Dubaï chez O’de Rose al wasl road ou O’de Rose Galeries Lafayette Dubai Mall.Vous pourrez le retrouver à Paris à :•    la branche d’olivier, Cuisine libanaise de la mer, 44 rue de Naples, 75008, www.labranchedolivier.fr•    Pointbulles, Restaurant à champagne, 7 rue Clément, 75006 Paris, www.pointbulles.com•    Kilali, Salon de thé vert japonais, 3 rue des 4 vents, 75006 Paris, www.kilali.frEt à Beyrouth à Zabad, Cuisine libanaise contemporaine, Zaytunay Bay, Beyrouth .
  1. Les + lus
  2. Les + récents