Bur Dubaï vu par Hugues, homme d’affaires en transit Hugues, rencontré dans les fauteuils si confortables du café Lutétia à Paris, est un fervent adulateur des vieux quartiers « populaires » de Dubaï. Après avoir voyagé à de nombreuses reprises à Dubaï, quand la ville n’était qu’un désert, il est venu y habiter 4 ans pour en repartir mais y revenir aujourd’hui, très très régulièrement. Plus de trois fois par an, plus de 10 jours, sans compter les nombreuses courtes périodes de transit entre 2 pays. Hugues revient souvent à Dubaï, pour les affaires. Il a créé son entreprise chargée de livrer les bons produits gastronomiques français aux hôtels de luxe et tous les 5 étoiles de Dubaï. Par exemple, les fromages au lait cru et les huîtres que vous pouvez déguster au Burj Al Arab, c’est lui !! Devant la réussite de ce projet, il est aussi co-fondateur de « Ze Blue Box », ce site internet par lequel vous pouvez recevoir en un rien de temps, pour un prix bon marché, nos produits français qui nous sont si chères : des huîtres, du fromage, des paniers de légumes qui ont du goût (puisqu’ils sont bio avec toute l’éthique environnementale qui va avec …). Hugues nous explique que le marché de Dubaï n’est pas facile. D’une part, les règles d’importation changent régulièrement et, d’autre part, les communautés, très hermétiques les unes aux autres, ne facilitent pas l’échange. Toutefois, le produit a pris et aujourd’hui « Ze Blue Box », se décline dans de nombreux pays… et même à Paris ! Mais Hugues revient souvent à Dubaï, aussi parce qu’il aime revenir dans cette ville. Il ne souhaite plus y vivre désormais mais il aime y retourner et plus précisément, il aime flâner dans Bur Dubaï. Pour Hugues, Dubaï est en train de perdre son âme dans de nombreux quartiers mais Bur Dubaï, ne change pas : les marchands de soie et les magasins de bricoles en tout genre restent les mêmes… et ce, même si le souk a été refait. Hugues aime particulièrement un « brocanteur-antiquaire » tenu par une vieille dame charmante. Cette boutique est un véritable capharnaüm de coquillages et articles en tout genre et est toujours identique depuis des dizaines d’années. Hugues y va les yeux fermés, dans cette boutique de la rue principale du souk de Bur Dubaï… mais nous n’aurons pas plus d’indications. A vous de vous y perdre et de « tomber » dessus ! Il y a aussi les petits restaurants, ou plutôt les petits « boui-boui » qui servent des plats bien épicés et délicieux juste derrière le musée. Quand il vient à Dubaï, Hugues loge donc dans un petit studio d’un hôtel situé à Bur Dubaï, va faire ses courses au marché aux poissons et au marché aux légumes situé à côté. Ces légumes provenant d’Al Ain sont bien meilleurs que tous les produits que l’on peut acheter dans les grandes surfaces. Hugues aime aussi se promener dans Satwa, même si ce quartier devient de plus en plus cher. Il affectionne d’ailleurs particulièrement le restaurant pakistanais avec sa devanture verte, juste à côté de l’hôpital Iranien. Deira, en revanche, perd petit à petit de son âme. Les chinois ont pris d’assaut le quartier et en ont modifié l’image, le goût et les odeurs. De plus, la modification des législations et l’augmentation des taxes ont conduit de nombreuses boutiques à fermer. Par exemple, la petite échoppe qui vendait des sandwichs au caviar pour 20 AED a bel et bien disparu depuis 3 ans. Il en est de même de Sharjah dont le souk superbe a complètement été refait et transformé. Quand il habitait Jumeirah, qui n’a pour lui, que peu d’intérêt, Hugues aimait aller se baigner sur la plage à côté du Ladies club, près de la mosquée. C’est également la plage où les locaux aiment se promener. Il était d’ailleurs possible de croiser régulièrement Sheickh Mohamed. Hugues malgré tous ces changements, reste admiratif de la création de Dubaï et des opportunités offertes par cette ville en perpétuel changement. Le capitalisme forcené de cette ville n’est pas forcément bien géré mais permet de pouvoir créer et mettre en place des projets. Informations pratiques supplémentaires : ZeBlueBox : www.zebluebox.fr Quand leur passion, c'est leur bateau: http://www.dubaimadame.com/guide-pratique/chronique-expat/490-portrait-dhommes
RUBRIQUE DUBAI MONSIEURLes hommes nous livrent leur passion et les adresses qui leurs sont chères…Jean-Phi, Laurent et la Coupe du Monde de Football 2010, version française !Aaaaaaaaaaahhhh les hommes et le foot….cela commence souvent dès le plus jeune âge. Aujourd’hui, nos garçons, quand ils ne vont pas jouer au foot avec leurs copains, passent leurs journées, à échanger, acheter, collectionner le maximum de Match Attax, vous savez ces cartes des joueurs de football des équipes anglaises, semblables aux anciens« Paninis » qu’affectionnait leur père.Quand ils grandissent et par les fortes chaleurs estivales, ils passent au baby-foot et peuvent même y passer leurs soirées entières… comme Jean-Phi et Laurent, grands organisateurs dans l’âme. Aujourd’hui adultes responsables et papa, Jean-Phi et Laurent après avoir organisé pendant des années des rencontres de football à Dubaï, ont lancé depuis 6 ans, une compétition de baby-foot exclusivement masculine (sic !), le TIBAD (le Tournoi International de Baby-Foot à Dubaï). Comme le dit si bien le Président du TIBAD, Emmanuel, « l’important c’est de participer »…Et justement pour « participer » à la coupe du Monde 2010, qui débute ce 11 juin, Jean-Phi et Laurent s’y préparent déjà. Trois matchs amicaux (de préparation) = Trois formules différentes à tester !! Ils nous livrent leurs adresses préférées.La première formule, assez courante, est associée aux matchs de qualifications. Il s’agit de prendre des bains d’ambiance avec différentes nationalités dans des pubs anglais. Par exemple, au Fibber Magee’s (derrière la Saeed Tower sur la Sheikh Zayed road), pub anglais typique où l’on retrouve beaucoup de français jeunes de 25 ans. En 2006, Jean-Phi nous raconte que l’ambiance « chauffée à blanc » était extraordinaire. En outre, à la mi-temps, des groupes de musique jouaient en « live » et la clientèle pouvait entonner la marseillaise puis la chanter à tue-tête. Le Scarlett aux Emirates Tower, avec sa population très bien habillée et cravatée mais sachant se décontracter à la vue d’un match de foot permet de prendre un bon bain d’ambiance aussi. Les multiples écrans accrochés partout dans le pub permettent de ne pas rater une miette des matchs, où que vous soyez.Le Double Decker Pub (Al Murooj Rotana Hotel en face de Dubai Mall). Ce spécialiste du rugby et du foot, est également un grand classique. Le Icon Bar and Lounge  (Radisson Blu Hotel, Dubai media city) situé en hauteur sur le toit de l’hôtel, au bord de la piscine est agréable. On peut même y danser.La deuxième formule consiste à aller, entre copains, dans un endroit « lounge » dédié aux matchs dans les hôtels ou restaurants de Dubaï. A ce titre, le Barasti Beach Stadium (Méridien) avec ses gradins climatisé sous un dôme et son entrée libre les tente beaucoup. Jean-Phi et Laurent essaieraient bien cette année, pour les matchs des premiers tours,  une nouvelle formule proposée par le Royal Mirage qui lance « live the world cup with style ». L’ambiance y sera feutrée, chaque groupe d’amis de 7/8, pourra regarder les matchs dans une alcôve qui leur sera dédiée avec leur propre écran.Toutefois, Jean-Phi et Laurent m’explique que plus les matchs avancent dans le tournoi, plus l’envie de se retrouver entre français est forte. La troisième formule, testée ce 26 mai, est donc leur préférée pour les matchs importants, à savoir les matchs avec l’équipe française en quart ou huitième de final. Il s’agit d’organiser un dîner à la maison, avec les femmes, avant le match puis, de regarder le match entre copains exclusivement, devant un bel écran de télévision (pendant que « les femmes qui se retrouvent entre copines » s’organisent différemment …). A cet égard, les horaires des matchs de la CDM de cette année, sont totalement appropriés à ce type de formule.Dans le même esprit de se retrouver entre copains pour les matchs importants, la formule proposée par l’Oasis Beach Tower (Dubai Marina) qui propose de réserver un endroit dédié à partir de 40 personnes (pour 125 à 250 AED par personne) les tente également.Mais pour montrer qu’ils sont également ouvert à tout échange même pour les matchs importants avec la France, Jean-Phi et Laurent gardent un excellent et mémorable souvenir des matchs du Championnat d’Europe de 2004, notamment France/Angleterre, admirés sur un écran géant à partir de la piscine du Grand Hyatt (vu la chaleur) ou en train de boire un verre sur la terrasse ou son restaurant jouxtant.Papa exclusivement de filles, peu enclines à regarder le football, l’idée est surtout de partager ces moments entre copains. Mais, ils pensent que les pères de garçon aimant le foot devraient essayer la formule proposée par les « Grand Cinemas ».Alors à vos pronostics !Un indice particulièrement précis : Jean-Phi et Laurent pensent que les demi- finalistes pourraient être le Bresil, l’Espagne, l’Argentine et l’Angleterre avec un invité surprise parmi seulement 4 équipes : une équipe Africaine (enfin !), ou Allemande (car ils sont toujours là alors qu’on ne les y attend pas !), ou Française (bien sûr !), voire Italienne (car ils savent y faire…). Informations pratiques supplémentaires : •    Barasti Beach Stadium : pour toute précision : 04 318 1313 ou sur facebook, Barasti group•    Grand Hyatt : 45 AED de droit d’entrée par personne incluant l’accès à la tente et une boisson / offres sur mesure sur demande au 04 317 2618•    Grand Cinemas : 35 AED de droit d’entrée au début du tournoi, jusqu’à 100 AED pour la final. En vente sur le site internet des Grand cinema•    Et aussi le Crowne Plaza – Sheick Zayed road, dirigé par un français propose la formule suivante : Pas de droit d’entrée mais des consommations minimales de 50 AED (les matchs de 15:00 et 18:00) à 100 AED (matchs de 22:30 et à partir des seixième de final). Promotions avec les sponsors officiels de la CDM : Budweiser et Nederburg.Les bons plans de Jean-Phi et Laurent pour faire plaisir à leur femme :•    Pour les week-end : o    Version étoiles dans les yeux : Evason Hideaway at Ziggy Bay & Six Senses SPA - Musandam, Omano    Version famille : Rotana Resort & Spa - Al Aqah Beach, Fujairaho    Autre version famille, avec des paysages spectaculaires : Mercure Grand Jebel Hafeet - Al Ain•    Pour le soir :o    Encore et toujours, le restaurant Pier Chic de l’hôtel Al Qsar, avec son ponton sur la mero    Le café chic du Méridien - Dubai, Garhoud•    Pour prendre un café le matin :o    Le Central Perk situé sur Umm Al Sheif, dans lequel ils ont minutieusement organisés (et oui, quand je vous dis que Jean-Phi et Laurent sont des organisateurs dans l’âme), pendant plusieurs mois, le matin, les anniversaires surprises des 40 ans, de leurs femmes, anniversaires dont les festivités ont duré pas moins d’1 semaine….La Coupe du Monde de Football 2010, version internationale ! The FIFA World Cup 2010Mais il y a aussi les autres, ceux qui veulent voir les autres matchs. Nous avons donc interrogés des personnes d’autres nationalités qui nous ont donné leurs adresses :•    Pour une ambiance Allemande, Joerg supporter de la « Mannschaft », nous conseille d’aller au Kempinski ou au Rotana, près de Satwa. •    Pour une ambiance Italienne, Antonio supporter de la « Squadra Azura » italienne, nous conseille d’aller au Good Fellas (Regal Hotel) à Bur Dubai ou au Nelson's Bar (Media Rotana Hotel) à Al Barsha.•    Pour une ambiance Hollandaise, Anneke fan des « Oranje », nous conseille le Emirates golf Club. •    Selon Enrique, Galia et Greg, les Espagnoles, les Anglais et les Sud-Africains, se retrouvent au Barasti Bar du Meridien Mina Seyahi.•    Pour une ambiance Argentine, Nicky nous indique que les Sud Americains regardent beaucoup les matchs entre eux, chez eux !•    Selon Claire, les Canadiens aiment se retrouver au Double Decker pour soutenir leurs équipes favorites.
A vous les hommes de Dubaï…Notre chroniqueuse Dorothée, dynamique et sportive, capable de se mesurer à vous, les hommes en surf, tennis, voile, ski, équitation… devient votre porte parole dans le magazine. Dorothée vous propose à travers ses portraits d’hommes des rencontres prometteuses d’adresses pour eux.Les hommes nous livrent leur passion et les adresses qui leurs sont chères…Amaury et le kartingLes fortes chaleurs ayant repris le dessus, il nous faut maintenant trouver des occupations et activités réalisables « indoor ». Pour nous, shopping mall, yoga, danse… et pour vous messieurs ? Amaury, passionné de musique aime aussi les belles mécaniques, et le son souvent mélodieux de leur moteur… De son expérience chez Porsche, il a donc gardé le goût des voitures d'exception et des sensations fortes liées a la conduite sportive... C’est donc naturellement qu’il nous livre une des activités facilement réalisables à Dubaï, l’été : le karting, véritable activité sportive et physique.Plusieurs sites à Dubaï offrent l’opportunité de pratiquer cette activité : Jebel Ali (Emirates Kart Centre), Zabeel Parc mais surtout le site de l’Autrodrome, créée par un double champion du monde de Kart, David Terrien.Dubaï autodrome dispose de deux pistes : l’une située à l’extérieur est idéale pendant les saisons « froides », l’autre climatisée permet également de pratiquer le karting pendant les saisons de fortes chaleur et particulièrement en juillet et août, quand mesdames sont reparties en Europe.La piste extérieure est longue, large, les courbes y sont intéressantes et les chicanes surprenantes. La piste intérieure est, par définition, plus courte mais par ses virages incessants est extrêmement physique.Par ailleurs, le matériel loué à l’autodrome est performant et réglable pour chaque gabarit.Amaury explique que cette activité plaît en général aux hommes, mais peut très facilement s’exercer en famille.D’une part, nul besoin d’avoir son permis de conduire, voire de savoir conduire puisque même les enfants de plus de 7 ans peuvent s’y essayer.Les enfants (de moins de 13 ans) ont accès à la même piste, alternativement avec les adultes par session de 15 mn, avec des karts appropriés à leur gabarit et à leur force. Les 13 ans et plus peuvent faire la course avec leurs parents …D’autre part, la procédure d’accès est facile. Tout le matériel est fourni (combinaison, gants, cagoule jetable et casque) et un briefing vous rappelle, à chaque fois, les règles à suivre et le fonctionnement général. Une borne électronique vous délivre une carte avec votre photo et votre « nickname ». Cela vous permet de vous attribuer un numéro de kart et d’avoir, en fin de séance (envoyé par mail), le rapport détaillé de votre conduite avec votre temps, votre position, votre progression tel que cela apparaissait sur les écrans digitaux du circuit pendant votre session.Enfin, malgré les sensations de « risque » que le karting procure, ce sport est très « safe ». Des caméras de surveillance postées partout permettent de suivre la conduite de chacun et de sortir, voire d’arrêter les comportements dangereux. Par ailleurs, chacun se doit de suivre les indications du commissaire de piste.Chaque séance de Karting dure 15 minutes, ce qui correspond à une vingtaine de tour en salle et à environ 6 tours en extérieur. Cela peut paraître très court aux non initiés mais Amaury explique que 2 (voire 3) séances suffisent amplement et permettent réellement de se défouler. Les bras, les cervicales n’ont pas l’habitude d’être autant sollicitées et les sensations de compétition et de vitesse, au ras du sol, alors que le conducteur est engoncé dans son siège, avec l’air en plein visage épuisent réellement. Les plus habitués pourront jouer avec les dérapages et leur poids (ah le problème du poids...) dans les virages pour trouver la meilleure trajectoire possible. Enfin, si vous n’êtes pas épuisés ou lassés, vous pourrez avant de rentrer, essayer le laserdrome au 1er étage de l’autodrome, puis s’ils vous restent un peu d’énergie, aller admirer les voitures exposés au « used car complex » d’Al Quoz où des centaines de show room exposent des modèles de voitures extravagantes.Alors lancez-vous !Informations pratiques :Prix : 100 AED pour 15 mn Téléphone : 04 367 8744Adresse : Dubaï autodrome, à Motor city, près du rond point de Arabian RanchesPour plus de précisions: http://www.dubaiautodrome.comAutres idées d’Amaury pour les mois chauds :•    Au 1er étage de Dubaï Autodrome, un centre de lasertag.•    A Jebel Ali, en face de l’hotel, un centre climatisé de tir au pistolet •    Le mur d’escalade au Wafi centreLes bons plans d’Amaury pour faire plaisir à sa femme :•    Oman et son hôtel Chedi à Muscat•    Le restaurant Pier Chic de l’hôtel Al Qsar, avec son ponton sur la mer•    Le Roof Top de l’hôtel Royal Mirage pour boire un verre•    Une balade en famille, en vélo dans Jumeira•    Et pourquoi pas… le karting !
Un livre à lire et à relire! Si un jour dans votre vie il vous prenait la légitime envie de voyager, de vous dépayser, choisissez donc Bali. Bali, ce sont des bassins couverts de fleurs de lotus sous l’ombre bienveillante des frangipaniers exhibant de grosses fleurs blanches au parfum si enivrant que s’en est impudique. Bali nous porte à l’immersion dans l’eau douce et tiède d’une mer calme et bleutée. Bali vous régale de cocktails multicolores face au soleil, qui le soir, nimbe de sa couleur orangée un ciel qui montre sa lune.Pour Laurent Goumelle, spécialiste du développement personnel et romancier  à ses heures, Bali, c’est rencontrer « l’homme qui voulait être heureux », Julian, et le sage balinais qui le guide sur les pas de la découverte de soi. A travers ce roman au phrasé épuré, vous découvrirez médusé puis avide et impatient une nouvelle façon de penser votre vie, une technique novatrice et énergique pour trouver la voie d’un bonheur authentique et sacré. « L’homme qui voulait être heureux » ne se lit pas, il se pratique avec son cœur qui nous révèle un bon sens que notre société occidentale et pressé a si cruellement escamoté. C’est une sorte de psychothérapie apaisante qui vous bouscule pour vous mener vers plus de sérénité.Vous ne serez pas seule sur ce chemin qui donne la clef.  Dans ce pays  « où il n’y a pratiquement pas de panneaux indicateurs », vous le rencontrerez, lui, qui « sait poser la question, celle qui touche délicatement du doigt précisément là ou il faut » et vous vous réveillerez à tous vos possibles. Plongez vous le cœur grand ouvert dans les mots du vieil homme éclairé. Lancer vous à la découverte d’une sagesse infinie. Exposez-vous l’esprit éperdument déployé aux secrets de l’ainé. La réponse, la lumière sont dans ses anecdotes.  Les pages défilent  sur lesquelles il y bat des histoires, fouettées comme du sucre scintillant. Dans le récit de nos vies ordinaires, il fait briller soudain une magie, des enjeux magnifiques.  Le vieux sage a un pied dans la réalité, un autre au ciel des songes, un doigt dans la belle langue, un autre dans la plèbe des temps modernes.Avec L'homme qui voulait être heureux, c'est tout un monde de possibilités nouvelles qui s'ouvre à nous à la lecture de cette histoire passionnante, où l'on découvre comment se libérer de ce qui nous empêche d'être vraiment heureux. C’est un livre riche d’enseignements et qui redonne confiance en soi. Et ne laissez personne dicter vos choix !!Ce livre est une petite merveille … j’en aurais voulu plus … une suite peut être ?!Biographie de l'auteur : Laurent Gounelle est spécialiste du développement personnel. Depuis quatorze ans, il parcourt le monde à la rencontre de praticiens exceptionnels, qu'ils soient experts américains en neurosciences, shamans péruviens ou sages balinais.
  1. Les + lus
  2. Les + récents