Un homme, un bateau

Écrit par  Dorothée Kahn 27 JUIL 2014

"L’homme et la mer "


Quand on pense à Dubaï, on pense immédiatement à la mer. Quand on pense à la mer, on pense immédiatement à s’y baigner mais aussi à y naviguer.

Malgré son histoire intimement liée à son port de commerce, la navigation de loisir n’est pas si répandue à Dubaï (comparé à d’autres villes côtières). Elle reste toutefois accessible et facilement envisageable comme nous le racontent si bien ces différents hommes aux différents bateaux que nous avons rencontrés pour vous.


Quatre hommes, quatre passions, quatre bateaux.


Marco et son voilier

Marco, 40 ans, est depuis toujours un passionné de voile. Cette passion a largement été pratiquée dans ses précédentes expatriations, que ce soit en windsurf ou en voilier. Ce fervent navigateur n’a pas attendu longtemps pour acquérir à Dubaï de quoi satisfaire cette soif de sensations marines.

Marco nous raconte donc qu’il est l’heureux propriétaire d’un J22, quillard monotype vif et réactif mais également convivial, qui permet de combiner régates organisées au sein du DOSC (Dubaï Offshore Sailing Club) et sorties en famille avec sa femme et ses deux jeunes enfants.

Compte tenu de sa vie professionnelle, Marco ne peut (hélas !) naviguer que le week-end, en face de Dubaï. Même si la navigation, affaire de passion, peut se pratiquer toute l’année, la période la plus intéressante se situe de novembre à avril.

Ce bateau acheté d’occasion par amis d’amis d’amis, autour des 55K AED, était sale, abîmé mais Marco laisse entendre que sa réfection, petit à petit, lui procure  autant de plaisir que la navigation.

Lorsqu’il est au repos ce bateau est amarré au port du DOSC.


Rainier et son bateau à moteur de sports nautiques

Rainier est aussi un passionné de navigation mais d’un tout autre point de vue. Rainier aime les sports nautiques, les sports de glisse : le ski nautique, le wakeboard (relié par une corde à un bateau à moteur, le surfeur glisse sur l'eau en se maintenant sur une planche de type surf ou skate) et maintenant le wakesurfing (le surfeur glisse sur la vague produite par un bateau sans être attaché à ce dernier, oui oui, sans être relié au bateau).

Depuis 13 ans à Dubaï, Rainier a toujours pratiqué ces sports nautiques, avant à Gantoot, au club de ski de l’hotel Jezeera, à Abu Dhabi ou bien dans la creek (mais celle-ci était un peu trop polluée à son goût).

Ces sports nautiques sont très facilement réalisables en famille. Le wakesurfing est un sport très convivial et familial car la vitesse du bateau est lente (15km/h) et le surfeur est proche du bateau. Rainier emmène même sa fille de 4 ans, sur sa planche pour la faire profiter des joies de la glisse. Sa femme, Isabelle, préfère les sensations du monoski …. Et même avant 5 ans, les bouées tractées font la joie des enfants.

Aussi, après avoir été longtemps sans bateau à Dubaï, Rainier, aujourd’hui père d’enfants de deux et quatre ans, est de nouveau propriétaire d’un bateau à moteur. Ce bateau de marque américaine Correct Craft de 21 pieds, à moteur central (à savoir placé au milieu du bateau) a été spécifiquement conçu pour les sports nautiques et plus particulièrement pour le wakesurfing afin de créer une vague suffisamment importante à l’arrière du bateau. Ce bateau a été acheté neuf au distributeur local BRISTOL (à Dubaï Marina, en face du restaurant Johnny Rocket) à 250k AED. Rainier a choisi un marron glacé relevé d’une bande jaune, ces couleurs sont superbes !

Vous l’aurez compris, Rainier et sa famille sont donc pratiquement tous les week-end de l’année (même l’été, en fin d’après midi), sur l’eau, en famille ou avec des amis, en face du Méridien Mina Sayehi ou bien, en période de forte affluence, près de l’ïle en face du Sunset mall, près de Jumeira Beach Park.

Mais comme Marco ou Julien, Rainier n’a pas le temps de naviguer en semaine, son bateau est donc rincé, désalé et bâché après chaque sortie et garé sur sa remorque pas loin de sa maison.

Rainier conseille aussi d’aller naviguer à Abu Dhabi où les îles sauvages, l’eau transparente et les dauphins vous feront croire au paradis !


Julien et ses bateaux : son catamaran et son épave (!)

Julien, 38 ans, a partagé l’achat de ses bateaux avec d’autres couples ; pratique courante à Dubaï afin de partager les frais et de bons moments.

D’abord un catamaran Nacra 5.0. Ce catamaran de sport est à la fois très performant et facile d'utilisation. Il est rapide, léger et surtout plus tolérant aux enfournements que le très connu Hobbie Cat 16.

Julien l’a donc choisi pour enfin réaliser son envie latente de débuter la voile. Dubaï offre cette opportunité de pouvoir posséder facilement un bateau à voile et de l’entreposer au club.  Cet achat offre une bonne alternative aux sorties désert, piscine ou plage. Ce changement d’air comme une bouffée d’oxygène est réalisable, en outre, pratiquement toute l’année.

Pour le moment, les sorties se font entre hommes mais Julien espère à court terme pouvoir le faire avec ses enfants, qui suivront peut être avant, des cours au DOSC ou au Mina Seyahi Watersports Club.

Acheté d’occasion en très bon état (pour 12K AED) à un passionné de voile via une petite annonce au Mina Seyahi Watersports Club  du DIMC (Dubaï International Marine Club, anciennement Mina Seyahi Sailing Club), ce bateau n’a pas de vice caché… contrairement à son ami le bateau à moteur !

En effet, Julien est également en possession d’un bateau à moteur, un Glastron 16 pieds, à l’origine pour faire du wake ou du ski nautique en famille le week-end.

Comparé aux prix français, les coûts des bateaux à moteur achetés à Dubaï sont bas et, surtout, il n’y a pas besoin d’avoir de permis bateau (NDLR : ce qui n’est pas toujours une bonne chose…). En revanche, une permission à chaque mise à l’eau est obligatoire afin de faire savoir que vous êtes sur l’eau. Si l’on aime faire des ronds dans l’eau, du wake ou du ski nautique, le bateau à moteur est donc une bonne idée selon Julien. Sa mise à l’eau dans plusieurs endroits de Dubaï est aisée. Reste qu’il faut avoir de la place pour le stocker près de chez soi.

Mais le bateau acheté 22k AED, d’occasion, très vieux, sans référence d’âge, ni historique, ni carnet d’entretien ne s’est pas révélé une bonne affaire … Une fois sur deux, le bateau ne veut pas démarrer. Julien déconseille donc d’acheter un trop vieux bateau sans référence qui risque de ne pas bien fonctionner. Résultat, il ne s’en sert qu’en de très rares occasions.


Valery et son canoë

Valery, qui a toujours 18 ans dans sa tête, mais 3 enfants, adore l’aventure et la découverte de lieux inaccessibles, désertiques, secrets, « magiques ». Quel meilleur moyen alors que d’aller à l’encontre de la nature en canoë, de découvrir un lac ou une mangrove par cette voie ? … Pour Valéry, le canoë c’est « la liberté, l’aventure et la communion avec les grands espaces », c’est « l’embarcation idéale pour des aventures en famille sur mer, lacs ou rivières ».

Valery a donc acheté (pour 2K Euros) en 2005, auprès du fabricant allemand Pouch Boats, un canoë neuf de 5,50 mètres qui peut contenir 5 personnes et donc  loger toute sa famille.

Ce canoë a une belle armature en bois de peuplier et se glisse aisément dans son enveloppe en caoutchouc très solide. Une fois démonté, le canoë tient dans deux (grands !) sacs qui permettent de le stocker et de le transporter en voiture (dans le coffre) très facilement. Il se monte en 30 minutes.

Valéry, également grand bricoleur dans l’âme, y a rajouté un petit moteur pour les excursions plus ambitieuses… Attention toutefois de ne pas se laisser emporter par la frénésie et de partir quand la mer est agitée …

Dans les UAE, le canoë sert régulièrement (une à deux fois par mois), quand bien entendu il ne fait pas trop chaud pour ramer…parfois le soir en famille, quand les enfants ne rechignent pas trop au départ, mais plus souvent le week-end.

Le canoë a déjà été utilisé par exemple pour faire le tour du Burj Al Arab à partir d’une plage de Dubaï, pour aller voir les flamands roses dans les mangroves de Umm Al Qwain, ou pour admirer les dauphins dans les fjörds de Mussandam… Mais bien entendu le canoë peut servir dans le monde entier : il a traversé plusieurs lacs en Bourgogne, remonté une rivière dans le Sussex… et c’est toujours un plaisir de  se poser au bord d’une rive, faire un feu, camper et voir les oiseaux sauvages au coucher du soleil….


***

Alors, à vos gilets de sauvetage ! Car le choix est vaste, il y en a pour tous les goûts.

Qu’attendez-vous ? Vous n’avez plus d’excuse, paré à virer ?


Informations pratiques supplémentaires :

Pour avoir plus d’informations sur :

· le J22, cliquez sur : http://www.j22-france.com/

· les canoës Pouch Boats, cliquez sur :  http://www.pouchboats.com/

· les bateaux Correct Craft, spécialement conçu pour les sports nautiques : http://www.correctcraft.fr/presentation.php

Le DOSC est situé sur la beach road, au bout de Umm Al Sheif road.

Tel: +971 (0)4 3941669 http://www.dosc.ae/

Le Mina Seyahi Watersports Club est situé à côté du Méridien Mina Seyahi : http://dimc.ae/index.php/watersports-club


Et pour plus de sensations extrêmes: http://www.dubaimadame.com/guide-pratique/sports-et-loisirs-a-dubai/476-jai-teste-ifly-pour-vous

Dernière modification le vendredi, 27 novembre 2015 15:29
  1. Les + lus
  2. Les + récents