Nos ados et les relations amoureuses

Écrit par  Rachel Rousseau 08 OCT 2015


L’amour… 50% des 13-18 ans en parlent souvent entre eux, et si la moitié des ados sont amoureux, 16% d’entre eux déplorent que leurs sentiments ne sont pas réciproques.


Selon des études réalisées par le Dr. Jennifer Connolly à l’Université York, les 2 questions principales des ados sont:


Comment se trouver un partenaire et en quoi consiste une relation saine?


Le sujet de notre article aujourd’hui: la majorité des parents sont indécis en ce qui concerne les amours de leurs enfants, beaucoup préfèrent éviter le sujet quand d’autres au contraire se montrent trop intrusifs dans leur volonté de bien faire et de se montrer «cools», le confident idéal… Quel est le juste milieu?

Pour Connolly, «les parents devraient jouer un rôle actif et enseigner à leurs enfants ce que sont des comportements normaux dans une relation», ainsi qu’établir des limites afin de les protéger… Admettons-le, cette résolution, parfois inconfortable certes, est tout de même plus honnête et responsable que d’interdire (ou déconseiller) à son ado d’avoir un partenaire.


Comment commence une relation amoureuse?


On rencontre généralement l'élu de son coeur à l'école car, où les rencontres partent d'abord d’une sympathie mutuelle et, progressivement, se construit une affinité.
Puis viennent les sorties en groupe: on passe du groupe de garçons ou de filles seulement à des groupes mixtes où les deux sexes se côtoient amicalement (l’intérêt est là, mais les adolescents ne sont pas encore en couple).
Connolly conseille aux parents d’imposer des limites sur ce que les adolescents font leur donne du temps en groupe, pour apprendre dans un contexte plus détendu et amical, tout en leur donnant la confiance.
Et si votre enfant n’a pas de relation amoureuse au sein d’un groupe, ou s’il ne montre aucun interêt, c’est parfaitement normal. Finalement, les relations ne sont qu’un moyen parmi tant d’autres de développer l’estime de soi.


Ceci dit, pourquoi la plupart des pré-adolescents veulent-ils avoir des relations amoureuses?


Un chiffre qui surprend: 1 ado sur 5 «sort» avec la même personne depuis plus d'un an.

Le sociologue Michel Fize constate à quel point «les valeurs d'amour, de fidélité sont prégnantes dans le discours des adolescents.»
Mais il ne faut pas non plus oublier qu’à cet age, les ados veulent aussi apprendre, comprendre et donc expérimenter sans avoir d’engagement ni de perspective à long terme…

Nos ados sont alors en période d’apprentissage: le rapport à l’autre, le respect de l’autre, la dynamique au sein d’une danse amoureuse (ou flirt) et leur orientation sexuelle.


alt


Quelle est la place des relations sexuelles?


Selon les sondages divers sur le sujet, dans leurs relations avec l'autre sexe, les jeunes d'aujourd'hui sont à la fois patients, prudents et sentimentaux.

Si, «grâce» au net et autre publicité lascive pour vendre de la lessive, la théorie n'a guère de secret pour eux, nos ados attendent sagement d'être «prêts», voire amoureux, pour passer à la pratique.


L'âge moyen de la perte de la virginité est d’ailleurs relativement proche de celui d’il y a 30 ans: l'âge moyen du premier rapport reste de 17 ans…

«81% des filles, pensent qu'il faut «être amoureux pour avoir des relations sexuelles avec quelqu'un»; 61% ne le feraient «jamais» avec un partenaire dont elles ne sont pas amoureuses. De leur côté, les garçons sont respectivement 54% et 21% à affirmer la même chose.»


Un effet paradoxal de notre société de «voyeurisme» aussi: les adolescents pensent que puisque la société leur donne accès à la sexualité dès qu’ils sont en âge de la comprendre, ils veulent qu'elle comporte une dimension romantique.

Pour la majorité des adolescents de 12 et 13 ans l’interaction avec son amoureux/se se limite à le/la prendre dans ses bras, se tenir la main et s’embrasser. Et pour 1 ado sur 3, «faire des choses ensemble, partager» .

Un tiers des 13-18 ans ont un(e) petit(e) ami(e) (42% des 17-18 ans).

C’est rassurant: il semble que les amis jouent un rôle pour ce qui est d’empêcher les adolescents d’aller trop loin. Les filles surtout ont tendance à avoir leurs propres règles limitant les contacts sexuels «vrais» et interviennent lorsqu’elles sentent qu’une des leurs est prête à sauter le pas trop rapidement.


Le rôle des parents dans les relations amoureuses de leurs enfants :


alt


Parler des relations amoureuses est une chose… parler de relation sexuelle en est une autre.


Le fait de permettre à son enfant d’avoir un partenaire, même en groupe, peut être effrayant pour certains parents.
Voici quelques conseils dont s’inspirer:


• Apprenez à connaître le groupe d’amis de votre adolescent en l’invitant à venir à la maison par exemple (restez alors à l’écart, observez de loin)

• N’imposez pas de restrictions absolues à votre adolescent pendant ses temps libres, il ne ferait que vous cacher la vérité pour ne pas risquer votre courroux…

• Parlez à votre adolescent et écoutez-le, surtout si vous êtes inquiet au sujet de ses fréquentations, l’écouter est le seul moyen d’arriver à un compromis.

• Il faut aussi savoir que les filles aboutissent à la rencontre physique par le sentiment amoureux alors que les garçons accèdent au sentiment amoureux à travers la relation physique… C’est pourquoi, lorsque votre fille ira à son premier rendez-vous amoureux seule, aidez-la à s’y préparer en lui donnant les leçons et les conseils dont elle aura besoin, de manière saine et pas intrusive.

• En cas de rupture, vous pouvez lui en parler et l’inciter à en tirer les aspects positifs. Demandez-lui par exemple « Quels sont les aspects de la relation que tu n’aimais pas? De combien de façons différentes peux-tu passer à autre chose? » explique Connolly


Maintenant, en ce qui concerne la sexualité.


Pour plus de 40% des 13-18 ans, celle-ci fait partie des sujets de conversation abordés entre copains.

En revanche, seulement 30% en parlent avec leur mère, et 16% avec leur père… à peine un tiers se tournent vers leurs parents lorsqu'ils ont besoin d'informations.

Il faut reconnaitre que le manque de communication peut venir des deux côté…Que dire? Comment le dire? Les parents sont souvent dans l'incertitude sur les messages à délivrer, et les enfants oscillent entre désir de se confier et volonté de préserver leur vie privée. C’est pourquoi il est recommandé de confier, parfois, ce sujet à des tiers*.


Vous pouvez toujours vous en tenir à cette conduite:

• Respectez sa pudeur en toute circonstance. Parfois aussi, lorsqu’un enfant utilise un langage cru, cela cache une extrême confusion ou une gène. Ne vous arrêtez pas là, ne vous en offusquez pas et mettez-le en confiance

• Ne soyez pas trop intrusif, au risque de créer une inhibition chez votre ado.

• Ne le taquinez pas sur ses amours et ses transformations pubertaires…surtout pas en public!

• Facilitez l'accès à l'information et aux méthodes de contraceptions, auprès des filles mais aussi des garçons afin de les responsabiliser: conséquences des rapports sexuels non-protégés, enjeux affectifs etc.

• Et comme toujours, prêchez par l’exemple: monsieur, montrez à quel point vous respectez les femmes par exemple…, Madame montrez à quel point la femme peut prendre ses propres décisions sans compromettre qui elle est pour plaire…


*Vous voulez en savoir plus pour vous rassurer vous et votre ado?
Teenstar, une initiative de Claire Bustarret qui avait déjà connu un grand succès à Dubai l’année dernière, propose des ateliers sous forme de parcours adressés aux filles et répond à toutes leurs questions.
La réunion d’information des parents a lieu le mercredi 21 octobre à 20H30 pour les parents et le mercredi 04 Novembre, à 20h pour les ados.


Plus d’info ci-dessous:


alt

Dernière modification le samedi, 28 novembre 2015 13:07
  1. Les + lus
  2. Les + récents