Flyboard qui peut!

Écrit par  Sophie 08 FEV 2015



Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais je fais partie de ces gens qui aiment bien essayer les nouveautés !....Ce qui peut s’avérer très sympa quand on parle d’une couleur de vernis à ongle ou d’un nouveau smoothie…mais beaucoup plus périlleux lorsqu’il s’agit d’un sport potentiellement dangereux !

Cela faisait plusieurs mois que je lorgnais, allongée sur ma fouta, ces drôles de bonhommes propulsés dans les airs... Pour vous la faire courte, cette activité communément appelée Flyboard est un dérivé du Jetlev, un réacteur dorsal permettant à son utilisateur de s’envoyer en l’air. Ce dernier étant relié à un jet ski par un tuyau et pour votre expulsion, le jet ski envoie dans ses turbines l’eau nécessaire…

Je ne suis pas sûre que je me serais roulée par terre pour tenter l’aventure mais lorsque mon mari reçut le «voucher» pour son anniversaire, j’eu bien envie d’élargir ma culture !!!

Arrivés à la date d’expiration du bon, alors qu’il ne cessait de mettre en avant la dangerosité de l’activité, je n’eus d’autre possibilité que de lui proposer d’aller m’éclater les os à ses côtés. Proposition illico validée, le weekend d’après fut booké !
C’est ainsi que par une belle matinée ensoleillée, toute la famille sur le sable s’est échouée…

Présentations faites, mon mari, ce héros ;) sauta dans la combi et partit au combat !
C’est à ce moment-là que je réalisais que ce n’était pas exactement ce que j’imaginais… nous n’étions dotés que d’une vulgaire life jacket et force était de constater que ce qui m’apparaissait aisé par le gilet s’avérerait d’une plus grande complexité par les pieds !!!
En effet, après avoir enfilé la combi, le gilet, et un casque (d’une classe indiscutable !) on lui fixa une espèce de grosse boite noire hyper lourde aux pieds. S’en suivit une explication concise, en gros : se mettre à verticale dans l’eau, se gainer à mort et advienne !!!!
Je tentais alors de le rassurer en argumentant avoir vu Leonardo Dicaprio en photo le pratiquant dans les magazines people ;)
Oui : «rassurer» car si mon mari est beaucoup moins connu, il est beaucoup moins gros et beaucoup plus sportif ;)…bon ok tout cela reste très subjectif…mais à mes yeux il avait plus de chance, d’espoir…de s’en sortir sans se ravager le pif !!!

Et c’est iphone au poing que je le vis s’éloigner…20 minutes plus tard, j’avais tout immortalisé et quel plaisir de le retrouver entier ;-)

alt

Quand ce fut mon tour, la première difficulté consista à enfiler la combi toute mouillée (oui une pour deux, heureusement que je n’étais pas la vingtième à passer !) … ! Ensuite, le «moniteur» me rappela les consignes. D’abord sur le ventre, le regarder de temps en temps, se mettre à la verticale etc…Ok ok ok, c’est parti mon kiki, alors qu’il m’entrainait au large je voyais s’éloigner mes enfants qui étaient beaucoup plus captivés par un petit poisson que par mes nouvelles tribulations !

Une fois loin du rivage et près des rochers, je n’avais plus qu’une obsession : parvenir à me tenir au-dessus de la boite noire fixée à mes pieds ! Car mine de rien la poussée d’Archimède n’aide en rien l’immersion d’un bipède ! J’avais beau me tordre de tous côtés je fus la première surprise lorsque je fus expulsée ! Ne me demandez pas à combien de mètre de haut j’étais, j’eus juste le temps de me demander quels os j’allais me fracasser !!!! Il n’y a pas que la sortie, il y a l’atterrissage aussi !!!!

Entre essais avortés où, bien que je clamais que je n’étais pas en position, l’homme envoyait quand même la pression, et sorties réussies…je commençais à m’habituer quand soudain j’entendis «l’instructeur» me hurler dessus «You didn’t look at me !!!»

Oh, oh, oh…Dis donc Coco : «Tu didn’t listen to me non plus !» Je sentis alors mon bras bloqué dans un fil et pendant que j’étais en train d’essayer de l’enlever pensant qu’il s’agissait d’un reliquat de mon gilet, je réalisais que j’étais enroulée dans les canes à pêches de deux vieux pécheurs interloqués !!!!!!!! Deux hommes en habit traditionnel, consternés par une pêche si peu habituelle !

Libérée, je demandai à l’homme de me ramener mais il me fit comprendre qu’on resterait encore quelques minutes, histoire d’alimenter son Facebook ! Et c’est ainsi que je me suis retrouvée à faire un salto arrière non prémédité !

Une fois sur la terre ferme son collègue m’expliqua que je ne devais pas avoir les genoux assez solides !...Comment ça ?! Des rotules qui ont supporté 20 kilos à chaque grossesse!!!!

Allez, je dois être honnête, même si je ne suis pas certaine de réitérer,

Je suis ravie d’avoir essayé

Et même si cela demande quelques efforts,

Je serai toujours partisane de sortir de sa zone de confort ;)

alt

Sophie, comédienne, raconte au travers de billets d’humeurs humoristiques les péripéties d’une famille d’expat à Dubaï, retrouvez les sur son blog : www.journalexpat.com

Dernière modification le samedi, 28 novembre 2015 13:07
  1. Les + lus
  2. Les + récents