« Maman, on voudrait un chien ! »Que répondre à cette rengaine enfantine qui, l’air de rien, pose une double problématique : avoir un chien tout court et, si oui, comment ça se passe à Dubai ?Ils en veulent tous ou presque… car il y a aussi ceux qui veulent des chats ! Mais même avec la meilleure volonté du monde, un enfant ne peut pas prendre un chien (et encore moins un chiot, qui est lui-même encore un enfant !) en charge tout seul ! C’est donc toute la famille qui va devoir s’impliquer et surtout celle qui va passer le plus de temps avec le chien, c’est-à-dire en général…vous !Alors, à vous de décider si vous êtes prêtes à sauter le pas pour les 15 à 20 prochaines années.Pour vous y aider voici quelques réflexions puis les conseils de la vétérinaire française Valérie Battistella.PASSONS EN REVUE QUELQUES IDEES REÇUES SUR LE SUJET :« Dubai n’est pas l’endroit idéal pour avoir un chien »Tout dépend à quoi on se réfère, personnellement je préfère avoir un chien dans une villa à Dubai, que dans un appartement à Paris !Cependant, il est certain que Dubai n’est pas complètement « Dog friendly » et ce pour 2 raisons principales, le climat et l’aspect « culturo-religieux »: ni l’un, ni l’autre ne sont particulièrement adaptés aux chiens !Le premier est facile à résoudre : au lieu de faire venir un chien d’Europe (sauf bien sûr si on l’avait déjà avant !) pourquoi ne pas prendre un chien local, un « desert dog ». Ils ont souvent du sang de Saluki, le lévrier local, dont les caractéristiques physiques et les gènes sont plus adaptés à la région et au climat.D’ailleurs en ce moment, le refuge K9 friends (prononcer canine, l’équivalent de la SPA locale) regorge de chiens et chiots adorables qui n’attendent que votre visite. (http://www.k9friends.com/)Pour ce qui est de l’image du chien dans la culture arabe, il a certes le statut d’animal impur, mais certains Emiratis les élèvent pour les courses et savent apprécier leurs qualités. Et sur ce point Dubai est paraît-il plus ouvert et tolérant que la capitale. Notons cependant qu’il est interdit de promener son chien sur la plage et dans les parcs, du coup trouver un endroit pour faire courir ce quadrupède, dont c’est en général l’activité favorite, relève parfois de la gageure, surtout en été ! Cet environnement « hostile » est une raison de plus pour avoir un chien bien dressé et respectueux, comme ses maîtres, de la sensibilité des habitants du pays dans lequel nous vivons.Il faut également respecter les lois en vigueur qui exigent que tous les chiens soient vaccinés, « microchippés » (c’est déjà le cas de tous les chiens de K9) et enregistrés à la municipalité (contacter un vétérinaire pour plus de détails).« Maman je m’en occuperai, je lui donnerai à manger ! »Alors là attention, malgré la bonne foi évidente de cette déclaration, elle n’est pas à prendre en compte, car donner à manger prend environ 2 minutes par jour et c’est à la fois facile et gratifiant. D’ailleurs est-ce qu’un enfant vous a déjà dit « maman je ramasserai ses crottes » ? Tâche plus ingrate et encore plus répétitive que de le nourrir !Plus complexe et important à gérer, surtout avec un chiot ou un jeune chien, c’est l’éducation. Cela nécessite un investissement en temps et en énergie non négligeable. On peut certes confier cette tâche à un professionnel, mais il faudra néanmoins un référent à la maison et là encore un enfant ou une maid ne peuvent pas assumer ce rôle qui nécessite autorité et douceur, calme et patience, persévérance et constance si on veut des résultats probants. C’est donc un rôle qui revient de facto à celui ou celle qui est le plus souvent à la maison et y investit de son temps.Que faire pendant l’été !Laisser son chien à sa maid (si elle est d’accord !), le mettre dans un chenil, faire appel à un service de doggysitter (eh oui ça existe!) qui passe 2 fois par jour s’occuper du chien chez vous ou bien… le ramener en France. Si vous adoptez cette dernière solution sachez que le voyage du retour vous coûtera beaucoup plus cher que l’aller car pour entrer aux EAU la législation oblige à faire voyager les chiens avec un transporteur en cargo. Bref un petit chien coûte moins cher à l‘aller, car moins lourd et au retour, car moins grand (le prix augmente très vite avec la taille de la cage ! )Pour conclure :Non, Dubai n’est pas l’endroit idéal pour avoir un chien, mais un chien est une contrainte partout, il faut la mesurer et l’assumer.Non, avoir un chien ce n’est pas que du fun, il faut être soi-même discipliné, constant, persévérant, rigoureux, ferme parfois, mais c’est une merveilleuse addition à toute famille, surtout si sa place y est bien définie.NON, on ne peut pas s’en débarrasser une fois qu’on l’a choisi ! Car même sans tomber dans l’excès, sans aller jusqu’à « humaniser » ce qui doit rester un animal, le chien est un être vivant,fondamentalement gentil avec ses maîtres, qu’il faut aimer et respecter en retour même dans les moments moins faciles, sinon … à quoi bon ? Donc même si il met des poils partout, qu’il aboie, fait des trous dans le jardin, chaparde le gigot, court après les chats … (certains de ces « défauts » peuvent s’améliorer avec l’éducation, d’autres non) il faut juste le savoir et vivre avec !OUI, c‘est un investissement non négligeable en temps, en énergie, en soucis, en argent et … en bonheur, pour en moyenne, les 15 prochaines années!Enfin si vous n’êtes pas sûre de vous, K9 offre une option qui permet de se réaliser la charge que représente un chien au quotidien et de leur rendre service en même temps : le « fostering ». Cela consiste à héberger un chien chez vous pour le soustraire, pendant un temps limité fixé à l’avance, au chenil et lui offrir la chaleur d’une vie de famille même si ce n’est pas définitif. Les responsables de K9 affirment que ça leur fait du bien même si la séparation doit être difficile au moment de le rendre et ce n’est à mon avis pas sans « risque » de le garder, car on s’attache vite!LES CONSEILS DE VALERIE :Alimentation L’alimentation doit veiller à respecter les besoins de votre chien tant au niveau de l’apport énergique que de l’équilibre des différents nutriments, minéraux et vitamines. Ce n’est pas toujours facile avec une alimentation « maison », sans compter le temps passé à la préparation des repas de votre compagnon ! L’alimentation industrielle est une excellente alternative, à condition de choisir une alimentation « premium » (disponible en animalerie ou chez votre vétérinaire mais pas en supermarché). L’alimentation sèche a de nombreux avantages : effet positif contre le tartre du fait de l’action abrasive, quantités à donner moins importantes (moins de stock), meilleure conservation (important sous nos climats), selles plus consistantes (et plus faciles à ramasser !). Le chien n’a pas besoin de varier son alimentation si celle-ci est adaptée à son âge et à son mode de vie. Hygiène Dents : Plus de 2/3 des chiens de plus de 3 ans ont des problèmes bucco-dentaires (gingivite, parodontite). Le meilleur moyen d’éviter ces maladies est de prévenir la formation du tartre par un brossage régulier (au minimum tous les 2 jours) à l’aide d’une brosse spéciale et d’un dentifrice pour chien. Commencez idéalement à habituer votre chien au brossage dès son plus jeune âge, progressivement, mais il n’est jamais trop tard pour bien faire ! Bains La règle d’or est de ne pas utiliser des produits destinés aux humains qui ne correspondent pas du tout aux particularités de la peau et des poils du chien. La fréquence dépend de la race du chien, de sa capacité à se salir mais attention : les bains à répétition (une fois par semaine par exemple) altèrent la couche de sébum qui protège la peau de votre chien contre les agressions extérieures et les infections. Notez qu’un bon toilettage canin commence par un bon brossage : le bain n’est pas toujours indispensable. ParasitesExternes :Les puces ne sont pas vraiment un fléau à Dubai, mais dans certains quartiers les tiques sont abondantes ! Pour ne pas prendre de risque, un traitement mensuel avec un antiparasitaire en pipette (ex. Frontline) est recommandé. Autres petites bestioles très fréquemment rencontrées : les aoûtats ! Contrairement à ce qu’on observe en France, on peut les trouver pratiquement toute l’année à Dubai. Ces petits acariens adorent se loger entre les doigts de votre chien et démangent énormément. Si votre chien se lèche les pattes constamment, consultez votre vétérinaire ! Internes : Il est recommandé d’administrer un vermifuge efficace à la fois contre les vers plats et les vers ronds tous les 3 mois. ExerciceUn chien a besoin de se dépenser, mais les besoins d’un Chihuahua ou d’un Labrador ne sont pas les mêmes !Attention cependant aux fortes chaleurs, évitez alors de sortir votre chien aux heures les plus chaudes et ayez avec vous une bouteille d’eau pour le rafraichir et le désaltérer. Pensez également que les sols en béton ou le sable peuvent atteindre plus de 60° en plein soleil ! Préférez les endroits ombragés ou la pelouse si vous avez la chance d’avoir un jardin, et mouillez les pattes de votre chien quand vous passez sur un sol qui a chauffé car n’oubliez pas que, lui, ne porte pas de chaussures. Mais sachez que des chaussons pour chiens existent, fort utiles pendant ces longs mois d’été...!Véto Un check-up annuel à l’occasion du rappel des vaccinations est suffisant si votre chien n’a pas de souci de santé particulier.La voiture, la salle d’attente de la clinique peuvent être un stress pour votre chien. Pour éviter cela, certaines cliniques vétérinaires vous proposent des visites à domicile. Dr Valerie Battistella :Al Barsha Veterinary Clinicwww.abvc.ae ADRESSES www.k9friends.com Un refuge très bien tenu, géré par des bénévoles, qui recueille chiens et chiots dans d’excellentes conditions. Tous les chiens y sont vaccinés, « microchippés » et stérilisés. Il y a des chiens de race, des bâtards, des chiots à peine sevrés, des jeunes chiens et aussi ceux qui sont là depuis plusieurs années …dans tous les cas, vous faites une bonne action qui vous simplifie la vie (le chien est là tout de suite, pas cher, déjà vacciné, « micro-chippé » et si vous ne le prenez pas trop jeune, souvent propre avec un dressage basique). Les bénévoles sont très professionnelles et l’endroit émouvant bien sûr, mais pas du tout sordide.Consultez leur site et inscrivez-vous sur leur page Facebook pour recevoir des informations sur les chiens à adopter.Education : Pour vous aider à éduquer votre chien et instituer obéissance et complicité avec vous : Laura chez Positive Paws est une excellente « dog trainer » qui vous donnera les clefs du dressage moderne.Nikkies world (www.nikkiesworld.com) : très bon « dog behaviorist » qui peut aussi se déplacer à domicile…. Chenils :Positive paws, http://www.positivepaws.ae/Paws and pet planet, http://www.pawspetplanet.comUrbanTail, http://www.urbantailsdubai.com/Dubai Kennel and Cattery, http://www.dkc.ae/Dog sitting :http://www.homelypetz.comNote : cet article n’est pas exhaustif et tous les membres de la communauté des propriétaires de chiens sont les bienvenus pour commenter et partager leurs bonnes adresses ;)morosité, le blanc s’invite depuis plusieurs saisons maintenant dans nos dressings d’hiver. Cette saison, il se porte en différentes nuances et en couches superposées, pour une sensation à la fois douce et réconfortante. A porter en total look comme chez Isabel Marant, Valentino ou Céline. De gauche à droite: défilés Valentino, Isabel Marant et Céline Une tendance à voir également chez Stella McCartney, Elie Saab, Nina RicciImprimés naïfs Des cœurs en all over sur une robe, des étoiles sur un gilet ou Bambi sur un sweatshirt… Cette saison les imprimés marquent clairement la silhouette d’une empreinte régressive. Une tendance contrastée par un jeu de transparence et de cuir verni chez Burberry, un look grunge chez Saint Laurent ou du noir intense chez Givenchy. De gauche à droite: défilés Saint Laurent, Burberry Prorsum et Givenchy Une tendance à voir également chez Hermès, Lanvin, Kenzo, Paul & JoeBelle de jour Fourrure portée à même la peau, détails de lingerie, trench en vinyle… Faussement sage, la garde robe de la bourgeoise 2013 s’encanaille. Une inspiration qui rappelle le personnage de Catherine Deneuve dans le film Belle de Jour de Luis Buñuel... Quand les vêtements réalisent eux-mêmes les désirs inassouvis. De gauche à droite: Marc Jacobs, Burberry Prorsum et Prada, Une tendance à voir également chez Saint Laurent, Louis Vuitton, Versace, Rag & BoneGarçonne Une touche rétro et un petit air nonchalant, cet hiver le look féminin-masculin s'inspire du personnage de Gavroche dans les Misérables. Comme chez Giorgio Armani où la veste de costume sans manche se porte sur un pantalon en velours taille haute, chez Ralph Lauren où le top Magdalena Frackowiak défile avec une casquette noire de travers, une chemise large portée sous un gilet de serveur et un pantalon rentré dans des bottines. Une tendance également vue chez Comme des Garçons, où le costume rétro est plié, plissé et transformé pour donner un petit air d'Anna Piagi à la silhouette., De gauche à droite: défilés Giorgio Armani, Ralph Lauren et Comme des Garçons, Une tendance à voir également chez Dries Van Noten, Vivienne Westwood, Maison Martin MargielaAnnées 40 Lauren Bacall, Ingrid Bergman, Veronica Lake, Katherine Hepburn... Les icônes des années 1940 sont à l’honneur des collections automne-hiver 2013-2014. Epaules douces, tailles fines, jupe aux genoux, hanches arrondies et décolletés généreux, la silhouette en sablier (tailleur bar) fait des émules chez les créateurs et prouve son pouvoir de séduction éternel. De gauche à droite: défilés Prada, Bottega Veneta et Gucci Une tendance à voir également chez Christian Dior, Marc by Marc Jacobs, Carolina HerreraTailoring Cet hiver, les filles empruntent les costumes de leur boyfriend. Et pourquoi pas ceux de leur père, larges et parés de fines rayures, pour un look à la mafiosa comme ici chez Stella McCartney ou Yohji Yamamoto. Une tendance vue également chez Maison Martin Margiela où la coupe du costume fait penser à celle de Gatsby dans le roman de F. Scott Fitzgerald.De gauche à droite: défilés Yohji Yamamoto, Stella McCartney et Maison Martin Margiela Une tendance à voir également chez Ralph Lauren,Vivienne Westwood, Emanuel UngaroCamouflage Imprimés camouflage, rangers montantes ou dominance kaki... les codes de la légion prennent du galon chez les créateurs. Inspirées par la rigueur de l’armée, les silhouettes se font plus strictes, et les tenues se parent du fameux imprimé camouflage décliné en fourrure chez Michael Kors, en acier et en violet chez Christopher Kane et version craquelée chez Balenciaga.De gauche à droite: défilés Michael Kors, Alexander Wang et BalenciagaFIGAROLa touche fourrure Gilet sans manches en fourrure, Max  &  Moi, pantalon en cuir blanc, Giorgio  &  Mario. Boucles d’oreilles, et bracelet, Dary’s, chaussures, Pierre Hardy.Le print mix Manteau en laine à col en fourrure, Moncler, débardeur en coton rayé, Alexander Wang, jean en velours imprimé, Isabel Marant. Collier serpent et bracelet, Monsieur Honoré, escarpins, Christian Louboutin.Le noir et blanc L’atout cuirLa cape légère La maille jacquard Le look collège L’esprit masculin  Caban en lainage, Comptoir des Cotonniers, pull en maille, Cop. Copine, pantalon en lainage gris, COS. Boucles d’oreilles, Isabelle Michel, bracelet, Hélène Zubeldia, escarpins, Christian Louboutin
Comme de “faux amis” qu’ils ne sont pas, il arrive que l’on confonde encore Institut Français et Alliance Française. Alors voici pour la première fois, “l’Institut Français pour les nuls” pour que vous soyez désormais incollables sur le sujet. B.A, BA.Depuis quand existent les Instituts Français?Ils ont été créés par la loi du 27 juillet 2010 sous la présidence de Nicolas Sarkozy afin “d’accroître la force de frappe de la diplomatie française”. Ils seraient désormais les opérateurs de l’action culturelle de la France.Comment fonctionnent-ils?Ils sont sous la tutelle du ministère des Affaires Étrangères et du Développement International et présidés par Xavier Darcos. Les Instituts Français ne sont aujourd’hui rien d’autres que les services culturels des ambassades. Il était prévu à l’origine de les constituer en établissements publics à caractère industriel et commercial (EPIC), indépendants du ministère, sur le modèle des British Councils ou des Goethe-Institutes. Mais après expérimentation dans une douzaine de villes, dont Abu Dhabi, l’idée a finalement été abandonnée en 2014.Le rattachement de l’ensemble du réseau aurait coûté plus de 50 millions d’euros. De cette réforme, leur reste une identité visuelle reconnaissable (voir logo) et une marge de manœuvre plus importante: ils ont la capacité de lever des mécénats. A leur tête leur directeur a un rôle régalien de conseiller de coopération et un rôle d’action culturelle dont il oriente la programmation.Quelle différence avec les Alliances françaises?Leur rôle est complémentaire de celui des Alliances Françaises. De plus, alors que les Instituts Français sont un service de l’État, les Alliances sont des Associations Loi 1901 dont le fonctionnement est collégial. Elles sont dirigées par un bureau avec à leur tête une personnalité locale proéminente comme Hussain Al Jaziri à Dubaï et d’autres francophones, dont le directeur de l’Institut Français. Les directeurs d’Alliances Françaises sont sous l’autorité administrative du conseiller de coopération et d’action culturelle, soit le directeur de l’Institut Français. Une organisation un peu “schizophrène” du réseau culturel Français dans le monde qui obligerait Instituts Français et Alliances Françaises à être complémentaires dans leurs programmations respectives.Source photo: iciCombien y en-a-t-il?Il existe 144 Instituts Français dans le monde et plus de 800 Alliances françaises. Les Émirats Arabes Unis comptent trois Alliances françaises à Abu Dhabi, Al Ain et Dubaï.Quelles sont les spécificités de l’Institut Français d’Abu Dhabi?Depuis sa création en 2012, “c’est le seul exemple d’Institut Français au monde avec celui de Singapour à réussir à collaborer avec les Alliances Françaises locales, sans se télescoper. C’est aussi le seul à lever des mécénats dans des proportions aussi grandes”, explique son directeur Denis Douveneau. L’Institut travaille ainsi avec 600 délégations d’entreprises Françaises et étrangères en fonction des projets.Quelle est la stratégie de l’Institut Français d’Abu Dhabi?Elle se construit autour de deux axes: créer des ponts entre les cultures Française et Émirienne et donner une image de la France contemporaine multiculturelle. “On cherche à être à la croisée des cultures,” explique Denis Douveneau. “C’est le fondement de la francophonie politique: dialogue des cultures, tolérance, respect de la légalité internationale et promotion des droits humains”.Source photo: iciQuel est le budget de l’Institut Français d’Abu Dhabi?Non communiqué mais selon son directeur, en 2013, il a été estimé que sur 1 euro dépensé, 2,50 euros auraient été ramenés en espèces ou en nature à l’Institut Français.Comment est constituée son équipe?L’Institut Français aux EAU se targue d’être un organe réactif, mobile 24/24 ou presque: sept personnes à Abu Dhabi et trois à Dubaï, basées au consulat. “Nous fonctionnons comme une start-up,” déclare son directeur. Exemples de projets à venir?Une grande exposition photographique mettant en valeur le travail de Français et d’Émiriens. La mise en contact de deux designers de mode Français et Émirien qui revisitent la gandoora et l’abaya.Une grande exposition à Al Ain qui permettra au public de découvrir 37 années de fouilles archéologiques dans tous les émirats, sauf Dubaï, dirigées par des scientifiques Français.A quand remonte l’action culturelle extérieure de la France?Elle se fonde sur une longue tradition historique datant de l’Ancien Régime.Tout au long du XIXème siècle, elle va accompagner la diplomatie. Au sortir de la Première Guerre mondiale, la France dynamise son action culturelle extérieure et crée en 1922 l’Association Française d’expansion et d’échanges artistiques, qui préfigure l’Association Française d’Action Artistique (AFAA). Alors que les échanges intellectuels et culturels ne cessent de croître, une nouvelle impulsion est donnée en 2006 avec la création de Cultures France sous la double tutelle du Ministère de la Culture et des Affaires Étrangères. L’Institut Français lui succèdera en 2011 avec des missions élargies.Site officiel de l’Institut Français des E.A.Uwww.if-uae.comKyradubai
Dubai + 2 ans, Emmanuelle, mariée, 4 enfantsIl est toujours sage de regarder en avant, mais il est difficile de regarder plus loin qu'on ne peut voir. Winston ChurchillAprès Dubai, partir ailleurs encore ou rentrer chez soi, la démarche n'est pas la même, mais quelle est la plus difficile ?Rentrer… à PARIS ou ailleurs en FRANCE... Peut-être faudra t-il aborder sa ville comme une ville nouvelle pour ne pas avoir le sentiment d'un retour en arrière…De nouvelles destinations : BUCAREST, MOSCOU, TOKYO, MIAMI, BRUXELLES, LA JORDANIE… Nouvelle ville, nouvelle vie .Dubaimadame.com enquête , quelques expériences à partager pour se préparer au meilleur ou pour s’armer face à ces changements qui ne sont pas rien dans nos vies ! Puisez quelques astuces de ces témoignages, mais vous ne saurez pas tout avant de vivre votre propre aventure !Rentrer chez soi, dans sa ville, ou ailleurs… Dubai + 2 ans, Emmanuelle, mariée, 4 enfants… Emmanuelle:"La vie après Dubaï on se dit comment ce sera possible ! surtout quand un week-end "on-lache-tout-on-part-dans-le-désert" devient un centre de gestion des flux école, saxo, scout, tennis, soirée, piano, natation, quand une école épanouissante qui laisse du temps pour le sport, devient une machine à enfants stressés qui engloutissent un gouter avant 2 heures de travail, quand la gentille dame douce qui prépare les dîners et nettoie la maison devient une mère de famille hystérique qui ouvre son paquet Picard de poêlée forestière en hurlant car elle a passé 2 heures à refaire des familles de chaussettes, quand les dîners spontanés deviennent des événements "doodle.com" programmés 2 mois à l'avance, quand son mari sur le point de surpasser kelly slater se voit flanqué d'un velib' comme seule machine de sport, quand tout simplement les bottes et le manteau ne sont plus seulement un accessoire qu'on rêve de porter quand par extraordinaire on descend à 13 degrès, mais l'objet d'un dilemme pour savoir quelle paire sur les 12 on mettra aujourd'hui.Mais pourtant nous sommes heureux dans notre nouvelle vie de parisiens. Heureux d'avoir retrouvé nos familles, première grande motivation du retour, nos amis, 2ème grande motivation, heureux de voir que nos enfants ne souffrent pas et sont ravis d'une liberté nouvelle, heureux d'un brin de culture supplémentaire (heureusement que les expositions et les salles de concert sont là pour nous protéger de la pluie), heureux des couleurs du printemps et de l'automne, des cueillettes de champignons, des grandes marches en forêt, heureux de refaire du ski et de pêcher des gobies en méditerranée...bref, ce que l'on croyait impossible, là où nous pensions ne jamais nous remettre de l'absence de nos amis et du soleil, nous avons réussi car finalement : la différence fait l'intérêt."Une enquête réalisée par Maude VerliacÀ Dubai.Vous êtes restés à Dubai combien d’années ? Dans quel quartier ?Pure Jumeirah Jane, je suis passée en 6 ans de Jumeirah 2 à Jumeirah 3 pour finir dans ce qu’un ami bien inspiré a appelé le fameux VVF, où nous avons construit de belles amitiés de voisinage.Le weekend à Dubai pour vous c’était…Des vrais weekends de 2 jours et demi, désert ou plage… sorte de chose dont on se dit maintenant, avec nos misérables dimanches après-midi en famille, que c’était le bon temps.5 mots pour définir votre réaction quand vous avez su que Dubai c’était fini…Notre Choix Dur Mais AssuméVotre soirée de départ…2011, un grand cru de départ. Nous étions 6ème en liste d’attente, le temps de bien pleurer pour chacun et à notre tour de vivre une émotion unique – au DOSC – un grand moment de chaleur (dans tous les sens du terme !!)Dans l’avion, rire, larmes, c’était comment ?Un grand vide. La sensation d’une page qui se tourne. Tout à fait différent du départ de Paris où l’on savait qu’on reviendrait un jour. Un objet qui vous rappelle Dubai et que vous garderez toujours …Un ? Non tout. Tout ce qui est estampillé Dubai je garde (déjà que je ne suis pas une jeteuse naturelle) : le volant en moumoute du land cruiser en passant par le foulard vestige de mes 40 ans organisés dans une yourte mongole par ma chère voisine … à Dubai !!!Il y en a dans tous mes placards des souvenirsEn un mot, pour vous Dubai ça a été…!!! la fête !!!16ème arrondissement de ParisVotre nouvelle vie.Belle aussi. Différente. Moins festive moins ensoleillée mais riche de culture, de promenades à pied, d’événements parisiens.Maintenant vous habitez… Depuis ?Retour aux sources depuis 2 ans. La grosse aventure du retour dans le 16ème arrondissement de Paris. Presque comme si on ne l’avait pas quitté.Dans cette nouvelle vie, ce que vous préférez c’est…Le Velib’Comment se passait une journée typique aux Émirats?De genre de celles que l’on ne peut décrire. Des journées archi remplies mais dont il est difficile de faire un résumé à son mari quand il rentre le soir.Et maintenant?Velib’ –boulot-dodo Ce qui reste en commun universellement (comme à Dubai, Paris, Tokyo, Bruxelles, Aman etc…) : faire tourner la maison, faire faire les devoirs aux enfants, organiser une vie sociale, rester encore un peu taxi driver.La première chose que vous ayez faite en arrivant sur votre nouvelle destination/rentrant en France Comme tous les étés : faire un plein d’essence en cachette (la peur d’avoir oublié comment on met le pistolet dans le réservoir…)Votre couple/ vos enfants/ votre famille, comment vivez-vous ensemble ces changements ?Le déménagement est paraît-il une des premières sources de traumatisme. Notre troisième,7 ans, en a fait les frais. Un cataclysme ! Et puis après 3 mois et maintenant presque 2 ans, tout va bien. Un mari très présent et des dîners en famille presque tous les soirs (sans maid pour préparer et faire dîner les enfants en avance voilà ce qui arrive …)Votre nouvelle occupation… (pro, hobby etc)Ce que j’aime à Paris c’est le côté anonyme de notre vie. Mais ce n’est pas forcément le cas pour tout le monde. Il y a beaucoup de pauvreté et de solitude. Salariée d’une grosse ONG, je milite pour l’aide de proximité, la rencontre des gens seuls. Je dirige une vaste étude nationale sur le délitement des liens sociaux. Une façon de me dire que je sers à quelque chose.Les Émirats vous manquent pour…Nos amis et le désert (hélas 2 choses éphémères dans ce pays d’expatriés… heureusement certains amis semblent vouloir y rester pour longtemps et l’on retrouvera ailleurs, et le désert résistera peut être à la ville).Ce qui ne vous manque pas du tout…Le mois d’août (que je n’ai jamais connu d’ailleurs !)Un anniversaire à Dubai…… la même chose, un an plus tard à ParisVous avez réalisé que vous aviez vécu trop longtemps à Dubai quand…Mon fils m’a demandé un hummer limousine pour ses 7 ans « ben quoi ? »Vous avez renoué avec …La famille : un grand bonheur retrouvé (plus que renoué d’ailleurs).En quelques mots, vos astuces et conseils pour réussir un nouveau départ après DubaiSe nourrir de témoignages qui disent que ce sera horrible et même pire après Dubai : finalement on est agréablement surpris !Plus de micro trottoir « la vie après Dubai » :À Aix en Provence À Bucarest À Moscou puis Marseille À Madrid
Après Dubai, partir ailleurs encore ou rentrer chez soi, la démarche n'est pas la même, mais quelle est la plus difficile ?Nouvelle ville, nouvelle vie, Dubaimadame.com enquête.Quelques expériences à partager pour se préparer au meilleur ou pour s’armer face à ces changements qui ne sont pas rien dans nos vies... Puisez quelques astuces de ces témoignages!Christelle, mariée, 2 enfants a Madrid depuis 2 ansVous êtes restés à Dubai combien d’années ? Dans quel quartier ?7 ans à Umm SuqeimLe weekend à Dubai pour vous c’était…Plage, piscine, barbecues et fêtes avec les copains5 mots pour définir votre réaction quand vous avez su que Dubai c’était fini…On passe à autre chose !Votre soirée de départ…Autour de la piscine avec quelques amis.Dans l’avion, rire, larmes, c’était comment ?C’etait bizarre… des émotions contradictoires, beaucoup de tristesse mais en même temps de l’excitation et de l’appréhension…Un objet qui vous rappelle Dubai et que vous garderez toujours …Pas un en particulier, il y en a partout dans la maison !En un mot, pour vous Dubai ça a été…Le soleil, la plage, la fête, une vie douce et facileVotre nouvelle vie.Maintenant vous habitez ? Depuis ?Madrid. Depuis bientôt 2 ansDans cette nouvelle vie, ce que vous préférez c’est…Une vraie ville, un centre dans lequel on marche dans les rues, on s’arrête sur une petite place pour boire un café en terrasse.Madrid est une ville facile, pas d’embouteillages monstres, pas de stress …Comment se passait une journée typique aux Émirats?Lever à 6:30, préparation des enfants pour le bus de l’école à 7:15, puis au choix sport, plage, courses ou café avec les copines quand je ne travaillais pas (je donnais des cours de français à l’institut Berlitz). Au retour des enfants vers 14:30, aide aux devoirs, puis selon les jours et le temps, on se réunissait avec d’autres mamans au parc, à la plage ou autour de la piscine. Et maintenant?Ce qui a surtout changé, c’est le rythme scolaire (de 9h à 17h) d’autant plus que nous habitons tout près de l’école et que les enfants y vont seuls et à pieds, ils se lèvent donc à 8:00 !La première chose que vous ayez faite en arrivant sur votre nouvelle destination ? Nous balader dans le centre-ville, visiter les musées… et prendre des cours d’espagnol.Votre couple/ vos enfants/ votre famille, comment vivez-vous ensemble ces changements ?Le plus dur, ça a été le climat ! Ma fille de 8 ans est née à Dubai et ne connaissait pas les saisons.Elle a adoré faire des bouquets de feuilles mortes à l’automne, et a découvert avec ravissement les collants en laine et les feux de cheminée ! Mais notre premier hiver ici a été particulièrement pluvieux et on en a eu vite marre, on en voyait pas la fin…Heureusement, cet hiver ci a été très ensoleillé ! Sinon pour notre fils (un ado de 14 ans), le grand changement, c’est l’autonomie totale, il fait tout à pieds ou en vélo, école, sorties, activités…Et surtout, se lever plus tard, déjeuner à 15h… on a tous des rythmes plus cools.Votre nouvelle occupation… (pro, hobby etc)Heu .. le ménage? Sans rire, j’ai découvert ici le padel (non non, pas le paddle board), un sport qui mélange le tennis et le squash et qui se joue à 4, très convivial !Les Émirats vous manquent pour… Son soleil et nos amisCe qui ne vous manque pas du tout…Les lunchbox !!! 7 ans de casse-tête quotidien!Vous avez réalisé que vous aviez vécu trop longtemps à Dubai quand…Quand nous avons dit aux enfants que nous partions vivre à Madrid et que nous aurions sûrement un logement plus petit, … ils ont eu une réaction horrifiée : “pas aussi petit que chez Tatie quand même ??!!” (bon, c’est une maison de 160 m2 avec jardin et piscine…..)Vous avez renoué avec …Les commerçants: il y a beaucoup de marchés couverts ici, avec des bouchers, poissonniers, primeurs… extra-fraicheur, qualité des produits, et conseils des commerçants !En quelques mots, vos astuces et conseils pour réussir un nouveau départ après Dubai.Ne pas oublier ce qu’est la “vraie vie” en Europe, ça permet d’apprécier d’autant plus la vie à Dubai tout en facilitant le retour à la réalité !Vous avez aimé ce témoignage? Vous aimerez ceux-ci:"La vie après Dubai"À Aix en ProvenceÀ Bucarest À Moscou puis MarseilleÀ Paris
Après Dubai, partir ailleurs encore ou rentrer chez soi, la démarche n'est pas la même, mais quelle est la plus difficile ?Nouvelle ville, nouvelle vie, Dubaimadame.com enquête.Quelques expériences à partager pour se préparer au meilleur ou pour s’armer face à ces changements qui ne sont pas rien dans nos vies... Puisez quelques astuces de ces témoignages!Christelle, mariée, 2 enfants a Madrid depuis 2 ansVous êtes restés à Dubai combien d’années ? Dans quel quartier ?7 ans à Umm SuqeimLe weekend à Dubai pour vous c’était…Plage, piscine, barbecues et fêtes avec les copains5 mots pour définir votre réaction quand vous avez su que Dubai c’était fini…On passe à autre chose !Votre soirée de départ…Autour de la piscine avec quelques amis.Dans l’avion, rire, larmes, c’était comment ?C’etait bizarre… des émotions contradictoires, beaucoup de tristesse mais en même temps de l’excitation et de l’appréhension…Un objet qui vous rappelle Dubai et que vous garderez toujours …Pas un en particulier, il y en a partout dans la maison !En un mot, pour vous Dubai ça a été…Le soleil, la plage, la fête, une vie douce et facileVotre nouvelle vie.Maintenant vous habitez ? Depuis ?Madrid. Depuis bientôt 2 ansDans cette nouvelle vie, ce que vous préférez c’est…Une vraie ville, un centre dans lequel on marche dans les rues, on s’arrête sur une petite place pour boire un café en terrasse.Madrid est une ville facile, pas d’embouteillages monstres, pas de stress …Comment se passait une journée typique aux Émirats?Lever à 6:30, préparation des enfants pour le bus de l’école à 7:15, puis au choix sport, plage, courses ou café avec les copines quand je ne travaillais pas (je donnais des cours de français à l’institut Berlitz). Au retour des enfants vers 14:30, aide aux devoirs, puis selon les jours et le temps, on se réunissait avec d’autres mamans au parc, à la plage ou autour de la piscine. Et maintenant?Ce qui a surtout changé, c’est le rythme scolaire (de 9h à 17h) d’autant plus que nous habitons tout près de l’école et que les enfants y vont seuls et à pieds, ils se lèvent donc à 8:00 !La première chose que vous ayez faite en arrivant sur votre nouvelle destination ? Nous balader dans le centre-ville, visiter les musées… et prendre des cours d’espagnol.Votre couple/ vos enfants/ votre famille, comment vivez-vous ensemble ces changements ?Le plus dur, ça a été le climat ! Ma fille de 8 ans est née à Dubai et ne connaissait pas les saisons.Elle a adoré faire des bouquets de feuilles mortes à l’automne, et a découvert avec ravissement les collants en laine et les feux de cheminée ! Mais notre premier hiver ici a été particulièrement pluvieux et on en a eu vite marre, on en voyait pas la fin…Heureusement, cet hiver ci a été très ensoleillé ! Sinon pour notre fils (un ado de 14 ans), le grand changement, c’est l’autonomie totale, il fait tout à pieds ou en vélo, école, sorties, activités…Et surtout, se lever plus tard, déjeuner à 15h… on a tous des rythmes plus cools.Votre nouvelle occupation… (pro, hobby etc)Heu .. le ménage? Sans rire, j’ai découvert ici le padel (non non, pas le paddle board), un sport qui mélange le tennis et le squash et qui se joue à 4, très convivial !Les Émirats vous manquent pour… Son soleil et nos amisCe qui ne vous manque pas du tout…Les lunchbox !!! 7 ans de casse-tête quotidien!Vous avez réalisé que vous aviez vécu trop longtemps à Dubai quand…Quand nous avons dit aux enfants que nous partions vivre à Madrid et que nous aurions sûrement un logement plus petit, … ils ont eu une réaction horrifiée : “pas aussi petit que chez Tatie quand même ??!!” (bon, c’est une maison de 160 m2 avec jardin et piscine…..)Vous avez renoué avec …Les commerçants: il y a beaucoup de marchés couverts ici, avec des bouchers, poissonniers, primeurs… extra-fraicheur, qualité des produits, et conseils des commerçants !En quelques mots, vos astuces et conseils pour réussir un nouveau départ après Dubai.Ne pas oublier ce qu’est la “vraie vie” en Europe, ça permet d’apprécier d’autant plus la vie à Dubai tout en facilitant le retour à la réalité !Vous avez aimé ce témoignage? Vous aimerez ceux-ci:"La vie après Dubai"À Aix en ProvenceÀ Bucarest À Moscou puis MarseilleÀ Paris
Lorsque deux françaises expatriées  installées à Dubai se lancent le défi de partir au Maroc pour faire le rallye Cap Femina ça fait envie ! Un projet un peu fou qui trotte déjà depuis quelques années dans la tête de Carine Abou Huguet . Il ne lui manquait plus que de trouver sa copilote  Mathilde Rottembourg qui a tout de suite dit oui. Leurs points communs ? Le goût du défi, une bonne complémentarité physique et intellectuelle et surtout un lien fort ...l’amitié. Dubaimadame sera le partenaire francophone de cette aventure, nous vous la ferons partager avant, pendant et après ! Rencontre avec ce duo sportif : Qu'est ce que le Rallye Cap femina ? C’est un rallye 100 % féminin, organisé dans le désert Marocain depuis 3 ans par les mêmes équipes que le Rallye des Gazelles avec une vocation plus solidaire. Il se compose d’équipe uniquement féminine. L'an passé, 54 voitures ont participé, toutes de nationalité francophone (Canadienne, Suisse, Belge).... Notre équipe y est déjà enregistrée sous le nom de Yallah Dubai #397. Au delà du défi sportif, quel est l'objectif de ce rallye ? Chaque année l'association Cœur de Gazelle identifie un village au Maroc dans lequel les équipages de Cap Femina s'arrêtent pour repeindre l'école, planter des arbres dans la cour, distribuer leurs dons en espèce et en nature et pour installer les équipements sportifs et informatiques récoltés par les équipes avant leur départ. Le but est d'améliorer l'environnement pédagogique de ces enfants pour qu'ils puissent apprendre dans de meilleures conditions. Un incroyable chantier qui permet de transformer l'école ! En amont de l'action solidaire, des artisans sont engagés par l'association Coeur de Gazelles pour préparer le chantier et réaliser la partie technique de la rénovation. Nous avons établi un budget qui est le minimum large dont nous aurions besoin pour partir et participer à l'aventure mais l'objectif est de dépasser amplement le montant pour redistribuer un maximum à l'association Coeur de Gazelles qui se charge de la mission solidaire. Avez-vous déjà trouvé des sponsors? Oui, grâce à nos contacts et à l’énergie de notre duo nous avons déjà trouvé notre sponsor Officiel presse anglophone : Gulf News, qui va nous suivre pendant la préparation, et sur place également. Nous ne pouvions espérez mieux ! Maintenant il nous reste à financer le billet d’avion et la location de la voiture sur place. On espère sensibiliser les compagnies aériennes et autres concessionnaires. A bon entendeur .... Une telle aventure ça se prépare longtemps en avance, parlez-nous un peu du défi en lui même ? Il est certain que pour se lancer dans ce type d'aventure une bonne condition physique est indispensable . Nous avons couru récemment deux courses de 10 km à Dubai. Au delà de la course, nous partons dans le désert nous entrainer le weekend, encadrées par nos amis proches. Quelle est la plus grande difficulté de ce rallye ? Contrairement aux autres rallyes, nous ne disposons pas de GPS. Nous partons d’un point A à un point B à l’aide d'un simple compas et d’une boussole. Le duo gagnant est celui qui fera le moins de kilomètres pour arriver au point B. Comment va se faire la répartition des tâches ? De manière assez naturelle Mathilde, de part son ancien métier (croupier) a une facilité avec les chiffres, le calcul mental et c’est elle qui va nous guider. Quant à moi, je vais me contenter de rouler sans m'ensabler, l’idée étant d’être interchangeables nous tournerons selon les jours et la difficulté des routes. Comment peut on vous suivre et vous contactez pour vous aidez à financer le projet ? Par mail emailProtector.addCloakedMailto("ep_78831d28", 1); Nous avons créé une page Facebook : http://www.facebook.com/yallahdubai397 et notre blog, hébergé par Cap Femina et bénéficiant ainsi de leur visibilité, est en cours de création. Toutes les info sur ce rallye: www.capfeminaaventure.com Voir la vidéo du teaser cap Femina : ici
Quel beau projet ! Culture Emulsion a pour ambition de promouvoir toutes les formes d’expressions artistiques francophones à Dubai et dans la région, à commencer par le théâtre et la musique mais pas seulement. C’est déjà ce que font certaines institutions françaises me direz-vous ? Exactement, mais cette fois il s’agit d’une initiative privée qui, en collaboration avec lesdites institutions, comme l’alliance française ou le FBC, a pour but de catalyser l’offre culturelle francophone. Pour ce faire, Culture Emulsion vise non seulement la valorisation des talents francophones locaux, mais compte aussi faire venir des artistes, de France ou d’ailleurs, pour le public francophone de Dubai. En rencontrant Cécile Herman et Stéphane Brismontier, les cofondateurs de Culture Emulsion, on est immédiatement  conquis par leur enthousiasme. Comment cette idée leur est-elle venue ? Tout naturellement, car Stéphane est comédien amateur (vous l’avez peut-être déjà vu sur scène en janvier avec Nadia Lorenzon dans « Ils se sont aimés » qui fut un franc succès ! Lire notre article), passionné de théâtre et de musique depuis toujours. Cécile, quant à elle représente la cité des sciences et de l’industrie dans la région depuis plusieurs années, donc la valorisation des initiatives française fait  déjà partie de son quotidien. Toutes les types d’expression culturelle les intéressent, toutes les initiatives avec une réelle  qualité artistique  les motivent, toutes les formes de collaboration en vue d’offrir un spectacle de qualité au public de la région retiennent leur attention. Mais les spectacles ne sont pas leur seule ambition, il y a aussi la culture au quotidien, qu’ils comptent développer au travers de summer camps de théâtre pour enfants, d’ateliers de prise de parole en public pour adultes, d’animations culturelles pour des évènements privés ou corporate, d’organisation  de team building culturels …bref, ils ont des projets plein la tête ! Dans la région ce ne sont pas les opportunités, ni les talents qui manquent et comme en témoigne le succès des spectacles en français de qualité déjà présentés à Dubai, le public francophone est au rendez-vous. Culture Emulsion  compte bien le choyer avec une offre de plus en plus riche et éclectique, à commencer par les 2 prochains évènements programmés: un spectacle d'improvisations théâtrales en avril avec une troupe parisienne* et la reprise par une troupe locale de la célèbre pièce, portée ensuite  à l’écran, « le prénom » les 13 et 14 juin ! Alors que vous soyez artiste avec un projet ou public avide de prestation culturelle de qualité, n’hésitez pas à les contacter et à suivre leur actualité leur page Facebook puis réservez vos billets sur leur site internet**. Les tickets sont également en vente sur Timeout tickets et à l'Alliance Francaise *« Theatral suspects » Lieu : DUBAI- ALLIANCE FRANCAISE- OUD METHA, Horaires : 20h00 les 17 et 19 Avril Ticket : 150 DHS en vente à l’ALLIANCE FRANCAISE – OUD METHA et online sur Timeout tickets Lieu : ADU DHABI - HILTON GRAND CAPITAL Horaires : 19h30 le 18 Avril Ticket : 150 DHS en vente à l’ALLIANCE FRANCAISE – OUD METHA et online sur Time out tickets **http://www.culture-emulsion.com/
Ne soyez pas surpris si un jour de beau temps vous aperceviez, depuis la plage ou un kayak, dans les eaux turquoises de la mer d’Arabie un ou plusieurs ailerons. Trois espèces de dauphins croisent régulièrement dans les eaux des EAU. Pourtant, nous ne savons pas grand-chose d’eux. Heureusement le UAE Dolphin Project vient combler cette lacune !Ada NatoliC’est en constatant le manque d’informations scientifiques sur la population de dauphins des Emirats Arabes Unis qu’Ada Natoli, chercheuse en génétique des populations appliquée à la conservation des espèces et en particulier des dauphins et des baleines, eut l’idée de lancer le projet UAE Dolphin Project. Pourquoi les dauphins ?Comme les thons ou les requins, les dauphins sont au sommet de la chaîne alimentaire dans le milieu marin et sont des super-prédateurs. En cas de problème dans l’écosystème entraînant une diminution de la ressource alimentaire (pollution, surpêche, maladies etc.), ils sont immédiatement affectés et l’état de leurs populations est un excellent indicateur de la santé de l’environnement marin. Comme l’explique Ada, « entreprendre des initiatives de conservation des super-prédateurs permet de protéger l’ensemble de la chaine alimentaire et des espèces associées et bénéficie donc à l’ensemble de l’écosystème ».Mais point de conservation possible sans bases scientifiques préalables… Mieux connaître pour mieux protéger, tel pourrait être le credo du projet qui se distingue par 2 grands objectifs : caractériser scientifiquement les populations de dauphins et informer le public sur ces espèces et la nécessité de leur conservation.Collecter des données scientifiquesComment ? Grâce à vous, oui, vous qui habitez aux EAU car chacun d’entre nous peut contribuer à fournir de l’information en rapportant où et quand il ou elle a aperçu des dauphins. Nul besoin d’être un spécialiste en biologie marine, ni d’avoir un bateau, une mer lisse et un peu de patience suffisent pour espérer voir ces mammifères marins le long des côtes. Créé en décembre 2012, le site www.uaedolphinproject.org permet, entre autres, de saisir et collecter les renseignements (lieux, dates, photos ou vidéos). Ces informations sont absolument fondamentales pour identifier les zones dans lesquelles les animaux évoluent le plus fréquemment et même, dans certains cas, identifier des individus. Des dauphins ont été ainsi repérés dans la Palm de Jumeirah, le long de JBR, près de Burj El Arab ou vers Sadiyaat Island et parfois dans des lieux plus inattendus comme le rapporte Ada donnant l’exemple d’un résident qui, au lieu du bateau-taxi qu’il attendait au bord de la Creek, a vu passer un dauphin ! Grâce au soutien de sponsors comme Duretti Boat Manufacturing fournissant, pour la durée de l’étude, un bateau et Dubai Marina Yacht Club offrant un emplacement pour ce dernier à la Marina , les travaux en mer ont pu commencer en octobre 2013. Sur une zone s’étendant entre la Deira Palm et celle de Jebel Ali, Ada et ses volontaires recensent méthodiquement les dauphins afin d’évaluer, grâce aux statistiques, la taille de la population de ces cétacés dans la région et la fréquence des différentes espèces présentes : le Grand Dauphin du Pacifique, le Dauphin à Bosse du Pacifique et le Marsouin de Cuvier (qui ne possède pas de nageoire dorsale). Ce travail est couplé avec de la photo-identification qui fournit des précisions notamment sur les ailerons (forme, taille, marques, couleur,…) et qui permet de reconnaître un dauphin parmi d’autres lors d’une prochaine observation. Comme l’explique la directrice du projet «Toutes ces informations sont précieuses pour apprécier si les dauphins observés de la région sont résidents ou migrateurs et, sur le long terme, pour mieux comprendre leurs comportements sociaux ou évaluer leur durée de vie. ». Si évidemment nous les apprécions davantage lorsqu’ils sont vivants, les dauphins morts et échoués sur les côtes sont également une source précieuse de renseignements en tous genres : caractérisation des espèces sur le plan de la taxonomie ou de la génétique, régime alimentaire, taux de polluants dans les tissus, cause de la mort etc. A moyen terme, le UAE Dolphin Project espère d’ailleurs développer le réseau d’information sur les dauphins échoués.Sensibiliser à la préservation des espècesL’ensemble des informations collectées et analysées fournira à terme le substrat pour des publications scientifiques dans des revues internationales spécialisées mais aussi, comme c’est déjà le cas, des éléments d’information pour attirer l’attention du public et des autorités sur la préservation des dauphins. En effet, depuis 2013, l’équipe intervient dans les écoles et même certaines universités pour présenter les dauphins et leur environnement ainsi que sensibiliser les futures générations à la préservation des écosystèmes. Inutile donc de vous étonner si, après avoir assisté à l’une des interventions d’Ada dans son école, votre enfant vous demande de renoncer définitivement aux sacs plastiques distribués dans les supermarchés et dont l’ingestion est souvent fatale aux dauphins ! Le UAE Dolphin Project mène également diverses actions de communication et de sensibilisation au travers d’événements comme par exemple le Dubai Marine & Heritage Festival, le International Dubai Boat Show ou la National Day Boat Parade en 2013 pendant laquelle vous avez peut-être aperçu le bateau du projet déguisé en dauphin ou participé au concours « Dessine un dauphin ». L’un des souhaits d’Ada Natoli est que « le UAE Dolphin Project puisse être identifié comme la première étape vers la reconnaissance d’un champ d’activité pouvant fournir des emplois ».Comment aider UAE Dolphin Project ?Le UAE Dolphin Project est un projet ambitieux et une initiative personnelle à but non-lucratif, mené dans son intégralité par des bénévoles passionnés. Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues et particulièrement celles contribuant au repérage des dauphins. Si vous en apercevez, communiquez ces informations sur le website, si possible avec vidéos ou photos, sachant comme le dit Ada que « Même une photo floue peut donner de l’information ! ». Cerise sur le gâteau, si votre témoignage permet d’identifier un animal, vous aurez peut-être la possibilité de lui choisir son nom ! Si vous souhaitez vous impliquer davantage, n’hésitez pas à contacter l’équipe du projet par mail (emailProtector.addCloakedMailto("ep_52c5e206", 1);) ou à les suivre sur facebook.A noter ! UAE Dolphin Project sera présent au prochain Dubai Marine & Heritage Festival ce mois de Février.
Le Consul Général de France à Dubai, Monsieur Eric Giraud Telme, suite au Gala du FBC en 2013 : « Le Gala annuel du FBC est l’évènement le plus important pour la communauté française après le 14 juillet.» Ce gala du FBC a en effet autant pour but la rencontre professionnelle et l’étendue de ses relations que l’aspect bonne humeur et divertissements. L’idée : que tous, professionnels et individuels, passent un excellent moment, se retrouvent entre connaissance ou en tissent de nouvelles, le tout sur la toile de fond prestigieuse du Golf Club, pour une soirée élégante et raffinée comme ambassadrice du savoir-vivre français. Événement : Gala Annuel du French Business Council, ouvert à tous et unique à Dubai Lieu : sur les pelouses du prestigieux Emirates Golf Club, la tête sous les étoiles et les lumières de la skyline du quartier Marina en décor… Mémorable ! Date : jeudi 3 avril 2014 Tarifs : •    650 Dhs pour les non-membres •    550 Dhs pour les membres •    400 Dhs pour les VIE •    Et 5,000 Dhs pour une table de 10 personnes Attention les places partent déjà très très vite et il n'y en a que 1,000 . Dépêchez-vous ! L’objet du gala annuel est aussi, et peut être même avant tout, de remercier ses membres en leur donnant un événement de prestige et haut de gamme où chacun est encouragé à inviter qui il souhaite, clients, partenaires ou amis, son équipe aussi. Car le concept original du Gala Annuel du FBC réside dans les « ateliers culinaires » autour desquels « papillonner » et qui sont orchestrées par les Chefs des plus grands Restaurants haut de gamme de Dubai, lesquels proposent des mets originaux à déguster sans modération. L’ouverture de ces « Live Cooking Stations » est toujours un moment très attendu par les gourmets et les gourmands car qualité et quantité sont au rendez-vous ! En 2014, les Chefs ont été encore plus nombreux à répondre à l’appel et ce n’est pas moins de 15 « ateliers culinaires » qui vous attendent : entrées, plats chauds, dessert, chocolats… Il y en a pour tous les goûts ! Des cocktails spécialement préparés pour cette occasion unique désaltèreront les invités tout au long de la soirée. : venez par exemple goûter une fameuse Vodka française, des vins français, et du champagne bien sûr. 1,000 personnes sont attendues au gala cette année dont des personnalités importantes de la communauté des affaires françaises à Dubai, des invités d’honneur, des personnalités locales (Ambassadeur, Consul, Directeur de la Chambre de Commerce de Dubai, etc.) et des représentants de la communauté d’affaires émiratie. Un groupe de musiciens avec chanteurs, venu de France, reprendra les standards français en accompagnement du cocktail et du diner et, comme l’année dernière, ils joueront des musiques et tubes de ces récentes dernières années pour la partie dansante de la soirée. En 2014, la « French Touch » sera partout, y compris dans l’animation artistique. Alors ouvrez les yeux et laissez-vous surprendre… Ce gala ne serait bien sûr pas possible sans le soutien des Sponsors et Partenaires du FBC. Parmi les Sponsors on retrouve : CHALHOUB GROUP, RENAULT MIDDLE EAST, BNP PARIBAS, EDEN PARK, THALES, AXA INSURANCE, AIR FRANCE KLM GROUP, MICHELIN, AURIS HOTEL et TOTAL. Les Partenaires Média : SPORT 360 et INTERNATIONAL NEW YORK TIMES Les Partenaires techniques : CASSIOPEE, AIRSTAR MIDDLE EAST Sans oublier les mets que vous aurez la chance de goûter et qui vous seront préparés par les chefs des plus grandes tables du pays : ceux de l’EMIRATES GOLF CLUB, DUBAI CREEK GOLF, PULLMAN DUBAI DEIRA CITY CENTRE, DUBAI MARINE RESORT & SPA, NESPRESSO, NOVOTEL DEIRA, SHANGRI LA, SOFITEL THE PALM, SOFITEL JBR, RAMADA PLAZA, CROWNE PLAZA, AL BUSTAN ROTANA, FRENCH BAKERY, LAFAYETTE GOURMET, VENDOME PARIS Pour en savoir plus et pour vous inscrire à cet événement exceptionnel, qui se veut un juste mixte entre la bonne humeur du 14 juillet et le professionnalisme des soirées de « networking », visitez le site internet du French Business Council, « Save the date », http://www.fbcdubai.com/ Le gala du FBC cette année, en bref ? : Plus d’invités, plus de moyens techniques (son, lumière), plus de cooking stations et toujours plus de surprises… Le tout pour une soirée unique, raffinée et élégante!  
« Quand le jazz est là, la java s’en va… » mais si Alexandra est là, la Java reste, avec le Rock, la Soul, la Variété, le Blues  … !Alexandra a une belle voix et elle en a fait son métier, car elle aime la musique, elle aime chanter et elle aime être sur scène. Depuis toujours, Alexandra chante, dans la chorale de son collège, dans un groupe amateur au lycée, pendant ses études de linguistique ou avec son mari, qui est batteur amateur. C’est grâce à sa rencontre avec un pianiste de Jazz qui sera son mentor musical, qu’elle est devenue professionnelle et ils ont déjà enregistré plusieurs albums ensemble. Ce qu’elle aime dans le jazz c’est la liberté de l’improvisation, mais elle sait s’adapter et son répertoire qu’elle a constitué à Paris en se produisant dans de nombreux restaurants, pianos-bars et clubs, est vaste. Pour suivre son mari à Dubai, Alexandra a quitté la Compagnie des Bateaux Parisiens, sur lesquels elle se produisait depuis une dizaine d’années, toujours avec le même bonheur et le même enthousiasme.Heureusement, elle a décidé de continuer à partager son amour et son don pour la chanson ici, à Dubai, où elle chante en français ou en anglais.  Car Alexandra peut s’adapter à toutes les circonstances grâce à son réseau de musiciens professionnels, basés ici à Dubai, qu’elle sollicite en fonction du répertoire et de l’évènement,  mais elle peut aussi se produire seule avec sa propre sono. Sa voix chaude donne une toute autre dimension et une ambiance festive « live » à une soirée, que ce soit devant un large public ou en petit comité !Petit apperçu: iciNous n’avons bien-sûr pas résisté au plaisir de soumettre Alexandra au questionnaire, désormais célèbre de notre collaboratrice Maude Verliac, pour en savoir plus sur elle et pour qu’elle nous  dévoile ses bonnes adresses à Dubai !Dans les pas d’Alexandra à Dubai.DM : Je me lève le matin avec…une grande tasse de café noir Nespresso !DM : Je déjeune entre amies…au Remo…simple, sympa et quelle vue !DM : Je ne sors jamais sans…mon téléphone…je suis accro !DM : Je lis… « Les visages » de Jesse Kellerman, un polar sympa !DM : Ma tenue de mode et mes adresses incontournables ! LipsyJe n'ai pas une tenue ou un style particulier, je m'habille en fonction de mes humeurs, mes RDV, tantôt rock, tantôt classique, décontractée ou robe du soir quand je chante !Mes adresses, H&M, Newlook, NewYorker, American Outfitters, Topshop mais aussi des créateurs sympas chez Debenhams. Pour les robes de soirées ici, c'est le paradis, j'aime beaucoup la boutique Lipsy, il y a de très jolies petites robes ballerines mais aussi des robes longues, du choix aussi chez Newlook et de très belles robes de soirée encore chez Debenhams !DM : Ma déco astuce et adresses…c'est encore là un mélange, du classique, du fonctionnel et beaucoup d'objets ramenés de mes voyages. J'aime beaucoup le magasin Crate and Barrel, et Marina Exotic furniture.DM : Ma coupe de cheveux ? Pas de coiffeur depuis 2 ans, un rêve de petite fille...je laisse pousser mes cheveux !DM : Un geste beauté ?Kiko Une crème hydratante de jour Nivea et une crème de nuit L'Oréal, la quarantaine approchant, je me maquille  tous les jours, même en jogging !J’aime la boutique Kiko pour son grand choix et toutes ses couleurs ! Je suis aussi fan de Mac et de son fabuleux Lipstick : Russian Red, couleur Pinup et dernière touche à ma tenue de scène !DM : Mon sport ? Je suis assez sportive mais depuis quelques temps je me suis un peu laissée allée...j'aimerai me remettre à la danse et au Pilate.DM : Ma musique ?Je suis très éclectique et je passe facilement du Jazz, au classique, à la Pop, au hard rock… cela dépend totalement encore de mes humeurs, de ce que je suis en train de faire, de mon état d'esprit du moment ! En ce moment le dernier album de Daft Punk passe en boucle dans la voiture !DM : Ma passion…Bien sûr la musique tient une part importante dans ma vie mais les voyages sont aussi une source inépuisable de bien-être et d'enrichissement. J'ai commencé à 17 ans et je dois bien avoir visité une trentaine de pays, une bonne partie de mon budget y est englouti chaque année ! Dernier voyage, 15 jours au Tamil Nadu et au Kérala, prochain en vue le Népal...vivement !!DM : Dans mon jardin...Pour une petite pause à contempler la skyline de la Marina et à me dire combien j'ai de la chance d'être là ! La vie est une question de choix et d'opportunité et nous l'avons saisi avec ma famille, il y a quelques mois en venant vivre à Dubai ! Aucun regret !!!DM : Un quartier. La Marina, impressionnante, les bords de mer Umm Suqeim, la beach road, très californienne mais aussi la Creek, un autre Dubai...DM : Une plage ? Une petite plage calme près des pêcheurs, Umm Suqeim.DM : Un refuge…Mon monde intérieur.DM : Une manie, une obsession ?? Une obsession, ne rien rater de la vie de mes enfants, être là pour chaque moment, un vrai casse-tête en termes d'organisation, de priorité, de choix professionnel…DM : Un regret…Avoir arrêté la danse à 17 ans, j'aurais rêvé être meneuse de revue !DM : Mon dernier mauvais goût pour ? Un plat culinaire que j'aurais raté...DM : Un drink ! Le mojito pour les soirées festives et le Champagne pour les soirées en tête à tête !DM : Une gourmandise d’ici ! Une pâtisserie chez Shakespeare and Co, j'adore le côté «  choux à la crème » de cet endroit !DM : Mon école ? Mes enfants sont scolarisés à Raffles World Academy, Umm Suqeim,  une vraie expérience et un grand changement : 30 nationalités représentées, un enseignement en anglais, les cours dispensés par différents professeurs, une plus grande autonomie, une valorisation de l'enfant et non juste de l'écolier, une façon plus empirique d'approcher certaines matières, une ouverture sur le monde, ses différentes cultures et religions, une plus grande implication des parents, bref, nous on adhère et les enfants aussi ! Seul bémol : les lunch box à préparer !!!!!DM : Une rencontre ?Plutôt des rencontres...d'autres gens comme nous, en quête de changements, d'expériences, de challenges, d'aventures… mais si il n’y en avait qu’une à mentionner : celui qui partage ma vie depuis maintenant 20 ans, un amour inconditionnel et intemporel!DM : Un week-end pour s’échapper ! Musandam, OmanDM : Je sors tous les soirs au…ShimmersQue d'endroits pour sortir ici ! J'adore le Nassimi Beach et sa vue fantastique, le Barasti, plus décontracté mais bien sympa pour boire un verre au pied des tours les pieds dans le sable ! , le rooftop bar du JW Marriott à la Marina, une petite ballade à l' Al Qasr Madinat Jumeirah, le Restaurant Bar Neos, The adress Dowtown Dubai, vraiment magique de déguster un petit cocktail face au Burj Kalifa, mais aussi, le Shimmers, petit diner romantique face à la mer, le Beach bar and grill du Royal Mirage. Un dernier car vraiment exceptionnel, testé pour une soirée en amoureux : le Pierchic Jumeirah !DM : Ça me manque…Ma famille, mes amis de France, l'automne, ma saison préférée !DM : Avant Dubai je ne faisais pas…Skype, indispensable !!!DM : Un secret pour être heureuse à Dubaï ?! Du soleil, la mer, des rencontres, des voyages...je suis heureuse ici !
« Quand le jazz est là, la java s’en va… » mais si Alexandra est là, la Java reste, avec le Rock, la Soul, la Variété, le Blues  … !Alexandra a une belle voix et elle en a fait son métier, car elle aime la musique, elle aime chanter et elle aime être sur scène. Depuis toujours, Alexandra chante, dans la chorale de son collège, dans un groupe amateur au lycée, pendant ses études de linguistique ou avec son mari, qui est batteur amateur. C’est grâce à sa rencontre avec un pianiste de Jazz qui sera son mentor musical, qu’elle est devenue professionnelle et ils ont déjà enregistré plusieurs albums ensemble. Ce qu’elle aime dans le jazz c’est la liberté de l’improvisation, mais elle sait s’adapter et son répertoire qu’elle a constitué à Paris en se produisant dans de nombreux restaurants, pianos-bars et clubs, est vaste. Pour suivre son mari à Dubai, Alexandra a quitté la Compagnie des Bateaux Parisiens, sur lesquels elle se produisait depuis une dizaine d’années, toujours avec le même bonheur et le même enthousiasme.Heureusement, elle a décidé de continuer à partager son amour et son don pour la chanson ici, à Dubai, où elle chante en français ou en anglais.  Car Alexandra peut s’adapter à toutes les circonstances grâce à son réseau de musiciens professionnels, basés ici à Dubai, qu’elle sollicite en fonction du répertoire et de l’évènement,  mais elle peut aussi se produire seule avec sa propre sono. Sa voix chaude donne une toute autre dimension et une ambiance festive « live » à une soirée, que ce soit devant un large public ou en petit comité !Petit apperçu: iciNous n’avons bien-sûr pas résisté au plaisir de soumettre Alexandra au questionnaire, désormais célèbre de notre collaboratrice Maude Verliac, pour en savoir plus sur elle et pour qu’elle nous  dévoile ses bonnes adresses à Dubai !Dans les pas d’Alexandra à Dubai.DM : Je me lève le matin avec…une grande tasse de café noir Nespresso !DM : Je déjeune entre amies…au Remo…simple, sympa et quelle vue !DM : Je ne sors jamais sans…mon téléphone…je suis accro !DM : Je lis… « Les visages » de Jesse Kellerman, un polar sympa !DM : Ma tenue de mode et mes adresses incontournables ! LipsyJe n'ai pas une tenue ou un style particulier, je m'habille en fonction de mes humeurs, mes RDV, tantôt rock, tantôt classique, décontractée ou robe du soir quand je chante !Mes adresses, H&M, Newlook, NewYorker, American Outfitters, Topshop mais aussi des créateurs sympas chez Debenhams. Pour les robes de soirées ici, c'est le paradis, j'aime beaucoup la boutique Lipsy, il y a de très jolies petites robes ballerines mais aussi des robes longues, du choix aussi chez Newlook et de très belles robes de soirée encore chez Debenhams !DM : Ma déco astuce et adresses…c'est encore là un mélange, du classique, du fonctionnel et beaucoup d'objets ramenés de mes voyages. J'aime beaucoup le magasin Crate and Barrel, et Marina Exotic furniture.DM : Ma coupe de cheveux ? Pas de coiffeur depuis 2 ans, un rêve de petite fille...je laisse pousser mes cheveux !DM : Un geste beauté ?Kiko Une crème hydratante de jour Nivea et une crème de nuit L'Oréal, la quarantaine approchant, je me maquille  tous les jours, même en jogging !J’aime la boutique Kiko pour son grand choix et toutes ses couleurs ! Je suis aussi fan de Mac et de son fabuleux Lipstick : Russian Red, couleur Pinup et dernière touche à ma tenue de scène !DM : Mon sport ? Je suis assez sportive mais depuis quelques temps je me suis un peu laissée allée...j'aimerai me remettre à la danse et au Pilate.DM : Ma musique ?Je suis très éclectique et je passe facilement du Jazz, au classique, à la Pop, au hard rock… cela dépend totalement encore de mes humeurs, de ce que je suis en train de faire, de mon état d'esprit du moment ! En ce moment le dernier album de Daft Punk passe en boucle dans la voiture !DM : Ma passion…Bien sûr la musique tient une part importante dans ma vie mais les voyages sont aussi une source inépuisable de bien-être et d'enrichissement. J'ai commencé à 17 ans et je dois bien avoir visité une trentaine de pays, une bonne partie de mon budget y est englouti chaque année ! Dernier voyage, 15 jours au Tamil Nadu et au Kérala, prochain en vue le Népal...vivement !!DM : Dans mon jardin...Pour une petite pause à contempler la skyline de la Marina et à me dire combien j'ai de la chance d'être là ! La vie est une question de choix et d'opportunité et nous l'avons saisi avec ma famille, il y a quelques mois en venant vivre à Dubai ! Aucun regret !!!DM : Un quartier. La Marina, impressionnante, les bords de mer Umm Suqeim, la beach road, très californienne mais aussi la Creek, un autre Dubai...DM : Une plage ? Une petite plage calme près des pêcheurs, Umm Suqeim.DM : Un refuge…Mon monde intérieur.DM : Une manie, une obsession ?? Une obsession, ne rien rater de la vie de mes enfants, être là pour chaque moment, un vrai casse-tête en termes d'organisation, de priorité, de choix professionnel…DM : Un regret…Avoir arrêté la danse à 17 ans, j'aurais rêvé être meneuse de revue !DM : Mon dernier mauvais goût pour ? Un plat culinaire que j'aurais raté...DM : Un drink ! Le mojito pour les soirées festives et le Champagne pour les soirées en tête à tête !DM : Une gourmandise d’ici ! Une pâtisserie chez Shakespeare and Co, j'adore le côté «  choux à la crème » de cet endroit !DM : Mon école ? Mes enfants sont scolarisés à Raffles World Academy, Umm Suqeim,  une vraie expérience et un grand changement : 30 nationalités représentées, un enseignement en anglais, les cours dispensés par différents professeurs, une plus grande autonomie, une valorisation de l'enfant et non juste de l'écolier, une façon plus empirique d'approcher certaines matières, une ouverture sur le monde, ses différentes cultures et religions, une plus grande implication des parents, bref, nous on adhère et les enfants aussi ! Seul bémol : les lunch box à préparer !!!!!DM : Une rencontre ?Plutôt des rencontres...d'autres gens comme nous, en quête de changements, d'expériences, de challenges, d'aventures… mais si il n’y en avait qu’une à mentionner : celui qui partage ma vie depuis maintenant 20 ans, un amour inconditionnel et intemporel!DM : Un week-end pour s’échapper ! Musandam, OmanDM : Je sors tous les soirs au…ShimmersQue d'endroits pour sortir ici ! J'adore le Nassimi Beach et sa vue fantastique, le Barasti, plus décontracté mais bien sympa pour boire un verre au pied des tours les pieds dans le sable ! , le rooftop bar du JW Marriott à la Marina, une petite ballade à l' Al Qasr Madinat Jumeirah, le Restaurant Bar Neos, The adress Dowtown Dubai, vraiment magique de déguster un petit cocktail face au Burj Kalifa, mais aussi, le Shimmers, petit diner romantique face à la mer, le Beach bar and grill du Royal Mirage. Un dernier car vraiment exceptionnel, testé pour une soirée en amoureux : le Pierchic Jumeirah !DM : Ça me manque…Ma famille, mes amis de France, l'automne, ma saison préférée !DM : Avant Dubai je ne faisais pas…Skype, indispensable !!!DM : Un secret pour être heureuse à Dubaï ?! Du soleil, la mer, des rencontres, des voyages...je suis heureuse ici !
Il vit entre Dubai et Beyrouth (où il a son autre salon de coiffure) depuis 15 ans et jongle en français, anglais ou arabe, entre ses voyages, son métier et ses loisirs avec aisance. Décontracté et sérieux à la fois, il évolue dans le milieu de la beauté et de l’image avec professionnalisme et enthousiasme, sans prendre la grosse tête, pour son plus grand plaisir et celui de ses clientes !A Dubai, c’est dans le superbe Meydan Beach Club sur le Walk à JBR que Fadi Chedid a choisi d’ouvrir son nouveau salon, discret et exclusif.Quand on arrive à le faire sortir de sa réserve naturelle, à le faire parler de lui, on apprend que Fadi, qui a un tempérament d’artiste, est rentré dans la coiffure presque par hasard.Il est d’ailleurs resté très proche de ses premières amours, car quand il ne coiffe pas une de ses clientes dans son salon, Fadi est en studio et s’occupe du maquillage et de la coiffure d’un mannequin pour un défilé ou un shooting, d’une star internationale de passage pour une soirée à Dubai, ou encore d’une future mariée pour qu’elle soit la plus belle le grand jour !Dans son métier, qui le passionne tant par son côté artistique que technique, son credo c’est l’innovation. Il aime découvrir, apprendre les dernières techniques, pour ce faire, il voyage beaucoup en Europe, observe et se forme sans cesse, toujours dans la recherche du meilleur pour ses clientes. Fadi n’est pas quelqu’un qui suit les tendances sans se poser de question, au contraire il aime les adapter au style et à la personnalité de chaque client ou cliente,  pour un résultat qu’il qualifie lui-même de « naturel sophistiqué ».Nous n’avons bien sûr pas résisté au plaisir de le soumettre au questionnaire, désormais célèbre, de notre collaboratrice Maude Verliac, pour en savoir plus sur lui et pour qu’il nous  dévoile ses bonnes adresses à Dubai ou à Beyrouth !http://www.fadichedid.com/https://www.facebook.com/Fadi.Chedid.SalonDans les pas de Fadi à Dubai ou à Beyrouth :DM : Je me lève le matin avec……Bonne humeur !DM : Je déjeune entre amis…A dubai au « Sky » ou au « Petit gris » à Gemayze, mon quartier préféré à Beyrouth.Chez Paul et S.T.A.Y, Downtown Beyrouth ?DM : Je ne sors jamais sans……parfum !DM : Ma tenue de mode et mes adresses incontournables !Black jacket Dsquared, Diesel jeans, chaussures Prada.DM : Ma déco, astuces et adresses…Epurée, intemporelle, par exemple à THE One Fusion Al Quoz Theatre & Deli, Junction 3 Sheikh Zayed Road et Galerie Vivre Cercle Hitti à BeyrouthDM : Mon barbier ?Bader qui travaille chez moi !DM : Un geste beauté ?Shisheido moisturizer pour hommeDM : Le sport ?Tennis et tir au pistolet (au Jebel Ali shooting club) sont mes favoris DM : Ma musique ?Techno ,lounge DM : Ma passion…mon métier !DM : Un quartierAutour du Garhoud Meridien HotelDM : Une manie, une obsession ??Le rangement DM : Un regret…Hummm, non pas de regret !DM : Mon dernier mauvais goût pour ?La dernière collection de Marc Jacob pour LV ;)DM : Un drink !Un Gin ou un Chablis DM : Une gourmandise d’ici !La salade niçoise de la Petite MaisonDM : Vos amis disent de vous...PersévérantDM : Une couleur…pour mon Nespresso ?Toutes les très  foncées !DM : Un week-end pour s’échapper !Une plage à  Chypre DM : Je sors tous les soirs au…Dans les bars du quartier JBR : à Dubai au Sky Bar Hilton ou au Rosso bar Rotana Amwaj the WalkDM : Un secret pour être heureux dans la vie :Vivre l’instant présent (ici et maintenant)
  1. Les + lus
  2. Les + récents