Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) a commencé ses opérations d’urgence avec le soutien de travailleurs du monde entier, fournissant des services pour l’ensemble de la communauté humanitaire: distribution de denrées alimentaires et d'articles de secours de première nécessité, support logistique et opérations de télécommunication. Le séisme au Népal laisse derrière lui un paysage de désolation Le 25 avril à 11h56, un séisme dévastateur d’une magnitude de 7.8 sur l’échelle de Richter, dont l’épicentre se situe à environ 60km de la Vallée de Katmandou, a frappé le Népal. D’après les dernières estimations, le séisme aurait fait plus de 7000 morts et des milliers de blessés. 30 des 75 provinces du pays ont été touchées, et les plus sévèrement atteintes sont Gorkha, Lamjung, Sindhulpalchok, Katmandou, Bhaktapur, and Lalitpur, zones urbaines et rurales. Le gouvernement a officiellement déclaré l’état d’urgence et demandé l’aide de la communauté humanitaire internationale. À Katmandou, des immeubles et des murs se sont effondrés, et particulièrement dans le centre historique. Dans la vallée de Katmandou, les hôpitaux sont surpeuplés, et médecins, médicaments, et lits pour les blessés font défaut. Bir Hospital, le plus vieil hôpital du Népal soignait la semaine dernière les blessés dans la rue. Encore aujourd’hui, de nombreuses familles restent dehors pour éviter d’être blessées par les répliques du séisme ou des écroulement d’immeubles. On estime qu’environ 8 millions de personnes ont été affectées par le séisme. Les premières estimations des équipes d’évaluation du PAM – qui travaillent avec des images satellites et les données existantes – indiquent qu’environ 1,4 millions de personnes situées dans les zones prioritaires ont urgemment besoin d’aide. Cinq équipes conduisent actuellement des évaluations sur le terrain, dans 11 districts, afin de vérifier ces résultats. La réponse du PAM Des distributions de riz ont démarré la semaine dernière à Gorkha, en utilisant les stocks que le PAM avait déjà dans le pays pour ses opérations existantes avant le tremblement de terre. Seulement une semaine après le séisme, le PAM a fourni une aide alimentaire d’urgence a plus de 80,000 personnes et préparé des stocks pour nourrir 250,000 personnes dans les zones les plus touchées du pays. Les besoins des familles qui ont tout perdu sont d’autant plus préoccupants à l’approche des moussons. Les camions de vivres du PAM sont à l’œuvre, essayant d’atteindre les survivants; les glissements de terrain et les routes en mauvais état rendent les conditions de transport particulièrement difficiles. Des vivres sont distribuées par hélicoptère dans les villages les plus éloignés, inaccessibles par la route. Des approvisionnements alimentaires d’urgence, y compris des biscuits à haute teneur énergétique, ont également été acheminés par voie aérienne depuis les entrepôts du PAM à Dubaï et au Bangladesh. Un avion du PAM, géré par le dépôt humanitaire des Nations Unies en Malaisie, est arrivé à Katmandou la semaine dernière transportant des hôpitaux de campagne, des fournitures médicales, et des travailleurs humanitaires. «Nos pensées sont avec le peuple du Népal pendant ce moment terrible» a déclaré Pippa Bradford, la Directrice pays et représentante du PAM au Népal. «En dépit de leurs tragédies personnelles et de nos conditions de travail difficiles, notre personnel népalais et leurs collègues internationaux travaillent d’arrache-pied pour soutenir ceux qui ont besoin d’aide humanitaire. Il est essentiel d’acheminer rapidement des vivres à ceux qui en ont urgemment besoin.» En plus des distributions alimentaires, et en tant que responsable du Groupe Logistique de la communauté humanitaire, le PAM fournit également un soutien logistique à l’ensemble des opérations au Népal. A l’aéroport international de Tribhuvan à Katmandou, le PAM a mis en place un hub de secours pour la gestion et l’envoi de cargo dans le pays. La zone de transfert humanitaire a été ouverte le mois dernier dans le cadre des travaux de préparation d’urgence du PAM en partenariat avec le gouvernement du Népal, dans le but de se préparer à une urgence comme celle-ci. En tant que co-responsable du Groupe pour les Télécommunications d’urgence, le PAM facilite également le système de communication de la communauté humanitaire. Afin de soutenir les opérations logistiques, de télécommunication, et le transport aérien pour l’ensemble de la communauté humanitaire, le PAM a besoin de 34USD millions pour les trois prochains mois. Le PAM est entièrement financé par des contributions volontaires. Dans le cadre de telles urgences, deux dirhams suffisent au PAM pour fournir une aide alimentaire à une personne pendant un jour. Pour en savoir plus sur le travail du PAM au Népal et les moyens d’y contribuer, rendez-vous sur leur site www.wfp.org. Le PAM mobilise son aide pour le Népal dans les Dépôts Humanitaires des Nations Unies aux quatre croins du monde, comme ici à Dubai.Copyright : WFP/Doris Mauron Le PAM est la plus grande agence humanitaire qui lutte contre la faim dans le monde en distribuant une assistance alimentaire dans les situations d'urgence et en travaillant avec les communautés pour améliorer leur état nutritionnel et renforcer leur résilience. Chaque année, le PAM apporte une assistance à quelque 80 millions de personnes dans près de 75 pays.
Dubaï, Doha, ou Ryad… ces villes quasiment inconnues il y a vingt ans sont aujourd’hui synonymes de mondialisation, de gigantisme et d’extravagance. Pourtant, derrières les tours toujours plus hautes vivent des hommes qui ont construit ces villes. Nationaux et immigrés forment le visage de ces villes du futur où commencent à émerger de nouvelles cultures urbaines. Les caractéristiques communes de ces villes : explosion urbaine, immigration massive, projets gigantesques, rendent les comparaisons pertinentes pour répondre à la question suivante : Qu’est-ce que la ville du Golfe du XXIe siècle ? Pourquoi ces villes réinterrogent LA ville ? Dans le cadre de l’action pédagogique pilote, « Des villes et des hommes » initiée l’an dernier par le Conseiller pédagogique d’Histoire-Géographie de la zone AEFE Moyen-Orient/Péninsule indienne basé à Riyad, le LFIGP accueillera à Dubai des élèves des autres lycées français du Golfe. Du 14 au 16 avril, élèves et professeurs se retrouveront pour présenter leurs productions, échanger avec leurs camarades, participer à des activités en journée et en soirée et participer également à la grande finale devant un jury composé notamment de l’inspecteur d’Académie d’histoire géographie près l’AEFE, Monsieur Michel Héron. Deux soirées seront ouvertes à la fois aux élèves participants mais également aux familles, à tous les élèves du lycée (de la seconde à la terminale), aux personnels du LFIGP et également aux francophones de Dubai qui seraient intéressés par le thème. Conférence le 14 avril à 18h: lecture croisée et historique de la ville et des politiques urbaines dans le monde arabe par Mme Semple et M. Duchesne, professeurs agrégés d’Histoire-géographie. Un architecte, M. Amer Mneimneh, proposera ensuite une conférence adoptant une approche concrète du métier d’architecte et des projets urbains dans le Golfe. Le 15 avril à 18h, nous recevrons le cinéaste Mahmoud Kaarbour qui projettera son film, Champ of the camp, sur les travailleurs immigrés vivant aux Emirats Arabes Unis. Conférence débat avec le réalisateur, projection des travaux des élèves de 4ème : « Les Hommes & la Ville : portraits d’immigrés ». Plus d’informations sur : http://lfigp.org/project/des-villes-et-des-hommes/ Pour assister à l’une ou l’autre de ces conférences qui débuteront à 18h à Academic city, dans la salle de conférence de l’école élémentaire (gratuites, accessibles dans la mesure des places disponibles, parking assuré), merci d’envoyer un mail à emailProtector.addCloakedMailto("ep_0ae797df", 1); en donnant vos coordonnées et mentionnant le nombre de participants.  
Dans les pas des résidents à Dubai… Suivez leurs inspirations : Art, Mode, Beauté, déco et Food dans la ville. Révisez vos classiques, entrez dans des lieux confidentiels et découvrez les nouvelles adresses incontournables de Dubai… "My favorite place in Dubai" : Salt… Sabine Blanchard, à Dubai depuis 3 ans. Créatrice de Bettydivine, le personnage central d'un blog d'illustrations humoristiques, sur les aventures d'une parisienne à Dubai… Sa créatrice, dit avoir voulu "s'attirer un capital sympathie" en se lançant dans les aventures de ce personnage, une ravissante idiote qui porte un regard émerveillé, voire sociétal, mais toujours plein de tendresse sur la ville de Dubai Architecte et artiste, Sabine Blanchard présentait sa première exposition de "peintures sculptures" à La Galerie Nationale à Alserkal Avenue en Septembre dernier. bettydivine.com "Je trouve Salt très dépaysant ! Sur la kite beach, j'ai l'impression d’être aux US et les minis hamburgers sont très gourmands…» Instagram @findsalt Find Salt at Kite Beach, Umm Suqeim Dubai 12:00 pm to 12:00 am My favorite place in Dubai : Meydan Beach Club… Sophia Banoori, PR & Social Media Executive H&M «J’adore me reposer au Meydan Beach Club, j’aime tellement l’atmosphère durant la journée et l’ambiance cool pendant l’après-midi. Les chaises longues dans la piscine sont parfaites pour bronzer dans l’eau, et je peux passer des heures dans les bungalows à rideaux blancs avec leurs fabuleux cocktails et mes meilleurs amies.» Information Meydan Beach : http://www.meydanbeach.com/ Facebook: facebook.com/Meydanbeach/ Instagram : @MeydanBeach My favorite place in Dubai: Fortum & Mason ! Isabelle,15 années à Dubai, française, 3 enfants. «Retrouver ici un peu de l’ambiance de mon "department store" et salon de thé favori à Londres, Fortum and Mason. C’était inespéré, et pourtant, Dubai l’a fait ! Nichée dans un petit immeuble indépendant, entre The Address Down Town et Dubai Mall, la terrasse offre une vue imprenable sur Burj Khalifa. Un peu du «vieux continent» au beau milieu de la modernité de ma chère Dubai… J’adore!» Fortum & Mason Downtown Dubai Entre Dubai mall & The Address Hotel Sheikh Mohammed Bin Rashid Boulevard T: 04 388 2627 "My favorite place in Dubai" : Mon Atelier ! Katya Traboulsi Artiste libanaise, depuis 26 ans à Dubai. «Mon Atelier, mon espace…» Une maison à Jumeirah, une adresse incontournable connue des artistes de passage à Dubai, une dépendance à l'arrière… Entrez dans l'Atelier de l'Artiste Katya Traboulsi : «Dans mon atelier je suis dans ma zone de confort. C'est le lieu où je suis le plus en connexion avec moi. C'est mon espace de création, j'arrive ici à m'exprimer en toute liberté. J'ai trouvé dans ce lieu une plénitude dont je me remplis au moment de l’inspiration.» Katya Traboulsi est representée par ArtSpace difc Dubai. Visitez son studio :www.katya-traboulsi.com info : emailProtector.addCloakedMailto("ep_74bb2d89", 1); My favorite place in Dubai : O'de rose concept store eclectic Prisca Tiphaine 35 ans, 10 ans à Dubai, mère ivoirienne et père français, mère de 3 enfants. Créatrice de Dubai Wonders, les tee-shirts street-style de Dubai @dubaiwonders (notre article) www.lesateliersquso.com «Le sentiment que vous avez en entrant dans ce concept store dépasse le simple shopping et vous projette dans une expérience où chaque objet a une histoire…» Info : O'de rose concept store 999 al wasl road umm suqeim 2 dubai & O'de rose Galeries Lafayette Dubai Mall T:+97143487990 emailProtector.addCloakedMailto("ep_1f432217", 1); Instagram :@oderosedubai https://www.facebook.com/pages/O-De-rose/108745962566448Retrouvez le 1er volet de ce micro trottoir, iciRetrouvez toutes les chroniques et adresses de Maude sur son sublime blog : « dubai address by maude »
Dans les pas des résidents à Dubai… Suivez leurs inspirations : Art, Mode, Beauté, déco et Food dans la ville.Révisez vos classiques, entrez dans des lieux confidentiels et découvrez les nouvelles adresses incontournables de Dubai…Al Serkal Avenue !Le quartier des Galeries dans le quartier Industriel d'Al Qoz...Véronique, française, à Dubai depuis 6 ans.Rédactrice freelance :www.verotalma.wordpress.com"MY FAVORITE PLACE" Al Serkal Avenue, situé dans le quartier industriel d'Al Quoz.Ce sont d'anciens entrepôts reconvertis pour abriter des galeries d'Art, un peu dans l'esprit d'East End à Londres il y a quelques décennies.Lors de ses soirées portes ouvertes en particulier, c'est un endroit vivant où se croisent les cultures dans une ambiance bon enfant et décontractée.Galleries Night- De gauche à droite et de haut en bas:Installation de l'artiste Sabine Blanchard, à La Galerie Nationale, Al Serkal Avenue, Galleries Night édition 2014.Set of 6 chairs Jean Prouvé La Galerie NationaleArtist Mohammed Hindash, FN Designs BeautopsyWILD & The MOON Urbans EatStreet style ALSERKAL À propos d'Alserkal Avenue 2015:Al Serkal Avenue célèbre la "Dubai Art Week 2015", lundi 16 mars avec les "Galleries Night" : plus de 20 galeries d'Art Contemporain ouvrent leurs portes au public de 18h00 à 21H00 pour des expositions et des événements.Urbanist Store - BOX PARK !Nazha, Libanaise, depuis 12 ans à Dubai,"Luxury brand development professional", passionnée de mode & design.Fondatrice de Theophile & Patachou aux émirats."MY NEW FAVORITE PLACE" : Le concept store Urbanist store qui vient juste d'ouvrir ses portes au Box Park.C'est un concept "lifestyle" où vous trouverez un mix d'Art, d'antiquités de design et de mode...Tout ce que j'aime voir dans un concept store !Sensationnel !"Un lieu contemporain avec un twist oriental dans le nouveau quartier urbain & designBox Park Al Wasl road Dubai.Urbanist, un concept store qui combine harmonieusement Mode, Art & Design.Urbanist Store - Box ParkAl Wasl road, Jumeirah 1, DubaiInsta @urbaniststorewww.UrbanistStore.comBOX PARK : Faire son shopping dans le dernier "urban district", un nouveau lieu design à Dubai...http://boxpark.aeLa cantine du Faubourg !Solange, à Dubai depuis 6 ans."MY FAVORITE PLACE" : La cantine du Faubourg... "Une petite touche parisienne débarque à Dubai... Après Paris, La Cantine du Faubourg arrive aux Jumeirah Emirates Towers. J'attends impatiemment son ouverture officielle qui ne saurait tarder, pour pouvoir profiter de sa terrasse bar-lounge avec vue sur le DIFC et déguster ses incroyables 'signatures dishes'."À propos de "La cantine du Faubourg" : Le restaurant chic parisien, du 105 rue du Faubourg Saint-honoré à Paris dans le 8ème, ouvre ses portes dans le cœur de Dubai à Jumeirah Emirates Towers. Un oasis urbain, on pressent déjà La Cantine du Faubourg à Dubai comme le nouveau lieu incontournable de la nuit Dubaiote...LA CANTINE DU FAUBOURGContemporary Parisian restaurant, bar and lounge.Emirates Towers Hotel - DUBAI - UAE+971 43 527 105emailProtector.addCloakedMailto("ep_4a212725", 1);Site webFacebook la Cantine du Faubourg Dubaiinstagram @lacantinedubaiLe Paradis - French KitchenGéraldine, parisienne à Dubaï depuis deux ans, maman de Charlie 7 ans.Architecte d'intérieur."MY NEW FAVORITE PLACE" : Le Paradis - French Kitchen...J'aime " Le Paradis " car l’atmosphère est élégante et décontractée, la carte est diverse et peut satisfaire quasiment toutes les envies. Pour couronner le tout le service est impeccable.Un vrai moment de détente avant de se baigner dans la mer voisine.À propos du Paradis French Kitchen Dubai :On aime le souvenir d'un autre paradis, le Paradis du Fruit avenue de Wagram à Paris...On l'aime à Dubai, à la folie...Les délicieuses cocottes mijotées signent un lieu gourmand et ludique ! Les salades sont fraîches… notre coup de cœur la "Mama salad" et dans le tartare de saumon on peut voir se glisser quelques edamame... On aime les jus au lait de soja et celui aux fruits tendance "green attitude"...On aime les jus c'est Le Paradis ! Le Paradis, French KitchenBREAKFAST / LUNCH / DINERThe Beach Mall JBRFacing open beach Dubai / UAETel: +971 4 425 7769Facebook Le Paradis French Kitcheninstagram @leparadis_uaeXVA !Melika, à Dubai depuis 11 ans. Créatrice de la marque numa."My favorite place in Dubai" : XVA !Mon endroit préféré à Dubai, XVA :Il y a déjà 11 ans, je déménageais de New York, pour Dubai et l'installation fut difficile au début. Je ne remercierai jamais assez mon amie artiste Gino Castoriano de m'avoir emmenée à Bastakiya et XVA. Enfin : une oasis loin des malls et tours en construction, un endroit avec une âme, une histoire et de la profondeur.Un endroit où le temps s'arrête...XVA était devenu mon refuge, son fabuleux Lemon and Mint, ma boisson préférée ; la boutique XVA, mon plan cadeaux et j'avais toujours hâte de découvrir les derniers petits miracles artistiques de Nelda Guilliam et toutes autres les expositions dans cette demeure habilement orchestrée par Mona Hauser.XVA est une maison et on se sent chez soi.Le patio intérieur et les voiles blancs qui pendent du ciel me rappellent la méditerranée.Bastakiya est aussi notre fenêtre sur le vieux Dubai et une promenade sur la creek ne peut que faire aimer cette ville et ses gens.Bur Dubai est mon quartier préféré. J'aime le mélange des populations, l'harmonie entre cultures et religions, la vue d'une mosquée partageant la rue avec un temple hindou et la magie au détour d'une petite rue débordant de couleurs et d'offrandes de fleurs. J'aime la sensation de vrai, marcher reste le meilleur moyen de transport, les bruits de la crique sont mystiques et partager du temps et des sourires dans un taxi sur l'eau n'a pas de prix.XVA Gallery Contact:http://www.xvagallery.comFutures expositions:Samira Abbassy: An Autobiography & Other ConfessionsExhibition dates: February 7th – April 1st, 2015XVA GALLERY:Al Fahidi Historical Neighborhood, Bur DubaiHalim Al Karim: Chaos Exhibition dates:March 14th - May 14th, 2015 XVA GALLERYAl Fahidi Historical Neighborhood, Bur DubaiFrom Sumerian to American, this chaos is this man.Chaos is a multimedia installation including sculpture, video, photography, LED light panels and ‘Sumerian Skin’.Et dans le quartier de Bastakiya cette semaine :Une semaine pour célébrer l'Art avec la SIKKA Art Fair...Retrouvez toutes les chroniques et adresses de Maude sur son sublime blog : « dubai address by maude »
À Dubai depuis 10 ans, cette femme de caractère au grand cœur, mère de 3 enfants est devenue une des guides touristiques* incontournables pour les visiteurs de passage ou les expatriés curieux. Originaire du Chesnay (près de Versailles) elle a fait ses premiers pas à L’Ile D’Yeu qui est depuis devenu son refuge chaque été. Quand on parle avec Valérie on se rend compte rapidement de son goût prononcé pour l’histoire, les civilisations, le mode de vie des populations (normal, ses diplômes vont avec) et c’est ce que l’on retrouve lorsque l’on part en visite à Dubai avec elle dans cette ville qu’elle a tout de suite aimée pour ses contrastes et ses constants aller retour entre tradition et modernité. N’allez pas lui dire que vous n’aimez pas Dubai elle vous fera changer d'avis en moins de 3h ! Son approche d'un circuit touristique? Raconter une histoire, des histoires: la petite comme la grande, celle des figures qui ont fait ce pays, comme celle de ceux que l’on croise dans les rues en la suivant lors de ses visites. Et comme "on ne guide bien que ce que l’on aime bien" faire une visite avec Valérie c’est un peu comme demander à sa best friend de nous faire connaitre sa ville. "J'aime cette ville, ce mélange des cultures et des religions. Dans mon travail j’essaie de montrer les vrais Emirats, afin d’enlever les œillères aux voyageurs. Je ne les conforte pas dans leurs idées reçues, au contraire je les fais rentrer chez eux avec une autre vision. Dubai entre autre est une terre promise, cosmopolite où la méritocratie a encore une place importante et tout précepte occidental est rarement applicable." Rencontre avec cette guide touristique pas comme les autres, qui nous livre ses confessions et ses bonnes adresses à Dubai: DM : Je me lève le matin avec : Mon téléphone, je regarde mes mails pour savoir si j'ai des demandes de devis pour des tours et ça énerve mon mari (rire). DM : Plutôt thé ou café ? Ni l'un ni l'autre je n’ai besoin de rien pour me donner la pêche ! DM : Je déjeune entre amis… Je mange tous les jours avec mes clients qui deviennent très vite des amis. À Dubai je les amène souvent déjeuner à la galerie XVA dans Bastakya ou sur la Creek chez Bait Al Wakheel. DM : Ma tenue mode Pendant mes visites touristiques je porte toujours un accessoire orange pour me faire reconnaitre, le orange se repère plus vite, les vendeurs des souks me reconnaissent et m’appellent souvent the orange girl… Sinon pour sortir le soir j'aime bien les petites robes et accessoires de petits créateurs que je découvre en vacances, j’adore les robes d’une créatrice de l’Ile d’Yeu : Morgane à www.madeinyeu.fr et je ne quitte plus en journée mon sac KeenBags qui est devenu un accessoire de référence... DM : Ma déco, astuces et adresses… Je suis assez bricoleuse, j’aime travailler avec mes mains, En France nous avons rénové de fond en comble nos 2 premières maison : murs à la chaux, carrelage, j’aime les textures et les couleurs. À Dubai j’ai fait ma déco sur mesure en peignant mes propres toiles pour habiller les nombreux murs de la maison. Je peints à base de pigments indiens que j’achète au souk dans la secrète ruelle appelée Hindi Lane. Je mélange ces pigments avec des vernis ou du stucco. J’aime bien y mêler aussi des matières, du papier, des pétales de fleurs … DM : Un quartier ? Sans hésiter les quartiers des souks parce que j’y suis chez moi, j’y rencontre tous les jours des visages avenants et bienveillants qui me sourient et me portent toute la journée. Au fil du temps j’ai forgé des amitiés avec le directeur du musée de la municipalité ou celui de l’architecture, Younes et mon marchand d’épices Abbas. DM : Un coiffeur ? J’entretiens mon blond au salon discret "La femme" au Beach Center sur la Beach Road, jamais de queue et ce n’est pas cher (150 aed pour une couleur)! La coiffeuse est indienne et le salon très souvent rempli d’Emiriennes. DM : Un sport ? Le yoga, il a sauvé ma vie et mon dos et le vélo tous les étés à l’Ile d’Yeu. Mais je suis surtout une marcheuse : pendant mes tours et dans mon quotidien. DM : Ma musique, mon tube du moment ? J 'écoute très souvent Abu Dhabi classique Fm, et les BO de films (de la guerre des étoiles au seigneur des anneaux en passant par West side story,...) DM : Un livre, qui vous a marqué ? J’aime 2 choses en particulier dans la littérature : la science fiction et l'histoire. 2 auteurs ont marqué ma jeunesse et m’ont vraiment donné goût à la lecture de fond (je crois avoir tout lu d’eux ou presque) : James Michener pour ses grandes sagas historiques qui permettent de tout comprendre : « l’alliance » sur l’histoire de l’Afrique du Sud, « Pologne », « Chesapeake », … et Anne Mac Caffrey: pour commencer« la ballade de Pern » : des dragons et des femmes pour héros, un univers de fantasy riche de plus de 20 volumes. DM : Une passion ? Les histoires, la grande, la petite, celle de mon voisin, j’aime les gens donc j’aime leur histoire ! DM : Une manie, une obsession ? Si je n’ai pas mis mon parfum je ne suis pas bien « un peu comme Marylin»...je porte 24 faubourg de Hermès depuis plus de 25 ans. DM : Vos amis disent de vous... On peut compter sur elle. DM : Petite vous vous disiez, quand je serai grand je serais ? Héroïne avec une épée sur mon cheval ou mon dragon, en tout cas chevauchant quelque animal aux dons fantastiques… DM : Un regret… Je n'ai pas de regrets car même avec une adolescence pas très linéaire je ne regarde pas derrière moi, nos erreurs font ce que l'on est et j’en ai fait pas mal. DM: Qu'est ce qui vous manque de la France ? La diversité des terroirs ! Pouvoir goûter des vins français de propriétaires et autres produits nés de la passion d’un producteur, allez discuter avec eux, déguster leurs créations. C’était mon premier métier et j’ai adoré ça. DM: Qu'est ce que vous aimez le plus à Dubai ? Cette absence de barrière sociale, tout le monde peut se retrouver au même endroit au même moment pour partager le même plaisir : le spectacle des fontaines musicales. J’aime aussi ce sentiment de sécurité qui nous permet de franchir toutes les barrières sociales et culturelles pour échanger avec tout le monde. Et puis ici tout le monde te sourit et te dit bonjour. Il y a toujours un sourire pour éclairer ta journée. DM : Un week-end pour s’échapper ? Le désert et les zones inhabitées chargées d'histoire, vers Al Ain, Salahla.... DM : Vos 3 meilleurs spots pour boire un verre ou manger entre amis le soir ? Le Pai Thai au Al Qasr, prendre l’abra au souk Madinat est déjà un dépaysement assuré. Al Samak et son red sniper grillé, et je reste toujours fan des fontaines musicales La terrasse du Shangri la sur la Sheikh Zayed , la musique n'y est pas trop forte on s’entend parler et les cocktails ne sont pas trop chers on a à la fois le coté palmiers et le coté gratte-ciels. DM : Une soirée en tête à tête pour vous ça se passe où ? Je déteste le restaurant en tête à tête, je dirai plutôt chez moi avec mon mari, un bon fois gras et un Pacherenc-du-vic-bilh ! DM : Un secret pour être heureux dans la vie : Donner sans rien attendre, un sourire, un regard, de l’attention, de la considération, du temps… DM : Comment vous vous voyez dans 30 ans? À l'Ile d’Yeu avec mon mari, mes enfants, mon frère, ma famille, mon chien, mon potager, mes fleurs, mes amis et mes promenades en vélo. Contacter Valérie : Tel : +971502549250 Mail : emailProtector.addCloakedMailto("ep_30ecc002", 1); Valérie passe sur TF1 : https://www.youtube.com/embed/5trpgYzGNNw www.visiterdubaiabudhabi.over-blog.com *Val Tour en quelques images: ici Trip advisor : Tour Val Dubai
À Dubai depuis 10 ans, cette femme de caractère au grand cœur, mère de 3 enfants est devenue une des guides touristiques* incontournables pour les visiteurs de passage ou les expatriés curieux. Originaire du Chesnay (près de Versailles) elle a fait ses premiers pas à L’Ile D’Yeu qui est depuis devenu son refuge chaque été. Quand on parle avec Valérie on se rend compte rapidement de son goût prononcé pour l’histoire, les civilisations, le mode de vie des populations (normal, ses diplômes vont avec) et c’est ce que l’on retrouve lorsque l’on part en visite à Dubai avec elle dans cette ville qu’elle a tout de suite aimée pour ses contrastes et ses constants aller retour entre tradition et modernité. N’allez pas lui dire que vous n’aimez pas Dubai elle vous fera changer d'avis en moins de 3h !Son approche d'un circuit touristique? Raconter une histoire, des histoires: la petite comme la grande, celle des figures qui ont fait ce pays, comme celle de ceux que l’on croise dans les rues en la suivant lors de ses visites. Et comme "on ne guide bien que ce que l’on aime bien" faire une visite avec Valérie c’est un peu comme demander à sa best friend de nous faire connaitre sa ville. "J'aime cette ville, ce mélange des cultures et des religions. Dans mon travail j’essaie de montrer les vrais Emirats, afin d’enlever les œillères aux voyageurs. Je ne les conforte pas dans leurs idées reçues, au contraire je les fais rentrer chez eux avec une autre vision. Dubai entre autre est une terre promise, cosmopolite où la méritocratie a encore une place importante et tout précepte occidental est rarement applicable."Rencontre avec cette guide touristique pas comme les autres, qui nous livre ses confessions et ses bonnes adresses à Dubai:DM : Je me lève le matin avec :Mon téléphone, je regarde mes mails pour savoir si j'ai des demandes de devis pour des tours et ça énerve mon mari (rire).DM : Plutôt thé ou café ? Ni l'un ni l'autre je n’ai besoin de rien pour me donner la pêche !DM : Je déjeune entre amis… Je mange tous les jours avec mes clients qui deviennent très vite des amis. À Dubai je les amène souvent déjeuner à la galerie XVA dans Bastakya ou sur la Creek chez Bait Al Wakheel.DM : Ma tenue modePendant mes visites touristiques je porte toujours un accessoire orange pour me faire reconnaitre, le orange se repère plus vite, les vendeurs des souks me reconnaissent et m’appellent souvent the orange girl…Sinon pour sortir le soir j'aime bien les petites robes et accessoires de petits créateurs que je découvre en vacances, j’adore les robes d’une créatrice de l’Ile d’Yeu : Morgane à www.madeinyeu.fr et je ne quitte plus en journée mon sac KeenBags qui est devenu un accessoire de référence...DM : Ma déco, astuces et adresses…Je suis assez bricoleuse, j’aime travailler avec mes mains, En France nous avons rénové de fond en comble nos 2 premières maison : murs à la chaux, carrelage, j’aime les textures et les couleurs. À Dubai j’ai fait ma déco sur mesure en peignant mes propres toiles pour habiller les nombreux murs de la maison. Je peints à base de pigments indiens que j’achète au souk dans la secrète ruelle appelée Hindi Lane. Je mélange ces pigments avec des vernis ou du stucco. J’aime bien y mêler aussi des matières, du papier, des pétales de fleurs … DM : Un quartier ?Sans hésiter les quartiers des souks parce que j’y suis chez moi, j’y rencontre tous les jours des visages avenants et bienveillants qui me sourient et me portent toute la journée. Au fil du temps j’ai forgé des amitiés avec le directeur du musée de la municipalité ou celui de l’architecture, Younes et mon marchand d’épices Abbas.DM : Un coiffeur ?J’entretiens mon blond au salon discret "La femme" au Beach Center sur la Beach Road, jamais de queue et ce n’est pas cher (150 aed pour une couleur)! La coiffeuse est indienne et le salon très souvent rempli d’Emiriennes.DM : Un sport ?Le yoga, il a sauvé ma vie et mon dos et le vélo tous les étés à l’Ile d’Yeu. Mais je suis surtout une marcheuse : pendant mes tours et dans mon quotidien.DM : Ma musique, mon tube du moment ?J 'écoute très souvent Abu Dhabi classique Fm, et les BO de films (de la guerre des étoiles au seigneur des anneaux en passant par West side story,...) DM : Un livre, qui vous a marqué ?J’aime 2 choses en particulier dans la littérature : la science fiction et l'histoire.2 auteurs ont marqué ma jeunesse et m’ont vraiment donné goût à la lecture de fond (je crois avoir tout lu d’eux ou presque) : James Michener pour ses grandes sagas historiques qui permettent de tout comprendre : « l’alliance » sur l’histoire de l’Afrique du Sud, « Pologne », « Chesapeake », … et Anne Mac Caffrey: pour commencer« la ballade de Pern » : des dragons et des femmes pour héros, un univers de fantasy riche de plus de 20 volumes. DM : Une passion ? Les histoires, la grande, la petite, celle de mon voisin, j’aime les gens donc j’aime leur histoire !DM : Une manie, une obsession ?Si je n’ai pas mis mon parfum je ne suis pas bien « un peu comme Marylin»...je porte 24 faubourg de Hermès depuis plus de 25 ans.DM : Vos amis disent de vous... On peut compter sur elle.DM : Petite vous vous disiez, quand je serai grand je serais ? Héroïne avec une épée sur mon cheval ou mon dragon, en tout cas chevauchant quelque animal aux dons fantastiques…DM : Un regret…Je n'ai pas de regrets car même avec une adolescence pas très linéaire je ne regarde pas derrière moi, nos erreurs font ce que l'on est et j’en ai fait pas mal.DM: Qu'est ce qui vous manque de la France ?La diversité des terroirs ! Pouvoir goûter des vins français de propriétaires et autres produits nés de la passion d’un producteur, allez discuter avec eux, déguster leurs créations. C’était mon premier métier et j’ai adoré ça.DM: Qu'est ce que vous aimez le plus à Dubai ?Cette absence de barrière sociale, tout le monde peut se retrouver au même endroit au même moment pour partager le même plaisir : le spectacle des fontaines musicales. J’aime aussi ce sentiment de sécurité qui nous permet de franchir toutes les barrières sociales et culturelles pour échanger avec tout le monde. Et puis ici tout le monde te sourit et te dit bonjour. Il y a toujours un sourire pour éclairer ta journée.DM : Un week-end pour s’échapper ?Le désert et les zones inhabitées chargées d'histoire, vers Al Ain, Salahla....DM : Vos 3 meilleurs spots pour boire un verre ou manger entre amis le soir ?Le Pai Thai au Al Qasr, prendre l’abra au souk Madinat est déjà un dépaysement assuré. Al Samak et son red sniper grillé, et je reste toujours fan des fontaines musicalesLa terrasse du Shangri la sur la Sheikh Zayed , la musique n'y est pas trop forte on s’entend parler et les cocktails ne sont pas trop chers on a à la fois le coté palmiers et le coté gratte-ciels.DM : Une soirée en tête à tête pour vous ça se passe où ?Je déteste le restaurant en tête à tête, je dirai plutôt chez moi avec mon mari, un bon fois gras et un Pacherenc-du-vic-bilh !DM : Un secret pour être heureux dans la vie :Donner sans rien attendre, un sourire, un regard, de l’attention, de la considération, du temps…DM : Comment vous vous voyez dans 30 ans?À l'Ile d’Yeu avec mon mari, mes enfants, mon frère, ma famille, mon chien, mon potager, mes fleurs, mes amis et mes promenades en vélo.Contacter Valérie :Tel : +971502549250Mail : emailProtector.addCloakedMailto("ep_e5defb79", 1);Valérie passe sur TF1 : https://www.youtube.com/embed/5trpgYzGNNwwww.visiterdubaiabudhabi.over-blog.com*Val Tour en quelques images: ici Trip advisor : Tour Val Dubai
On ne sait pas pour vous mais pour nous l’année est passée à une vitesse incroyable !Alors pour ne rien oublier de 2014, nous avons décidé de compiler les articles les plus lus de Dubaimadame, vos favoris, pour ceux qui aimeraient y revenir ou pour ceux à qui certains auraient échappé.5 best of par rubrique, c’est parti!(cliquez sur les photos pour lire l'article)MODE ET BEAUTÉ1- Me coiffer en français… à Dubai Nos rédactrices partagent avec vous leurs bonnes adresses en photos, celles qui ont fait leur preuve et que l’on recommande les yeux fermés…entrez dans la confidence !2- Comment mettre son jean à ses pieds… Pour trouver son style sans faux pas, adoptez la bonne formule : 5 jeans et 2 paires de chaussures = 10 possibilités.3- La valise de l’Été - SYSTÈME D !La rédaction de Dubaimadame.com vous confie les bonnes idées pour surmonter l’étape valise avant les vacances.4-Vivre Dubai autrement : le luxe à prix sacrifié. Parce que se faire plaisir en gérant bien son budget, c’est possible aussi, nous vous proposons notre top 10 des meilleurs dépôts vente mode de luxe sur Dubai.5-En mode… sportive à Dubai Inspirez-vous de ces femmes sportives : leur tenue de sport, leur allure ! Chacune dans leur catégorie...GUIDE D’EXPAT1-Guide pratique du Ramadan à Dubai.A faire ou ne pas faire pendant le mois de Ramadan : quelques petites règles de conduite à respecter pendant ce mois saint entre tous en terre d’Islam.2- Avoir un chien à Dubai, Oui ? Non ? Pourquoi pas ?Pour vous y aider voici quelques réflexions puis les conseils de la vétérinaire française Valérie Battistella.3- Impôts: les obligations déclaratives des non-résidents Quitter la France pour s’installer à l’étranger mérite une attention toute particulière quant aux démarches à effectuer auprès de l’administration fiscale française.4- Micro-trottoir : La vie après Dubaï … à Paris Après Dubai, partir ailleurs encore ou rentrer chez soi, la démarche n'est pas la même, mais quelle est la plus difficile ?5-Les médecins et professionnels de la santé francophones à dubai Votre kit de survie à Dubai.SECTION MAMAN1-Scolariser ses enfants à Dubai : le choix d'une École française ou internationale. Première priorité pour toute famille arrivant à Dubai, trouver l’école qui conviendra à ses enfants mais qui pourra aussi les accueillir !2-Ces séries de romans que j’aime voler aux ados On adore trainer dans les rayons jeunesse des librairies et des bibliothèques car on trouve aujourd’hui énormément de romans de qualité qui nous ont cruellement manqués à l’époque.3-Les Crèches francophones de Dubai. Nous traitonns des crèches françaises et francophones mais aussi des crèches bilingues pour ceux qui voudraient offrir à leurs enfants la possibilité de se familiariser avec les deux langues dès ses premiers pas à l’école.4-Le LFIGP sélectionné pour la coupe du monde des lycées français de l’étranger au Brésil ! Le LFIGP a été retenu parmi les 10 équipes sélectionnées qui se rendront au BrésilEt PS: il a gagné!!5-Lunch box à Dubai : "parole d'enfant" ! Pour celles qui s'épuisent de menus en astuces depuis quelques années… voici des idées à partager !SECTION CUISINE ET DECO1-Comment personnaliser votre décoration intérieure : 10 conseils pour devenir collectionneur d’art. Pour vous aider à commencer une collection, voici ici quelques conseils glanés auprès de personnalités du monde de l’art et de collectionneurs.2-Où trouver de la viande à Dubai? Attention végétariens s'abstenir!!3-Un corner « Catering .Cakery .Epicerie » by Stéphane Glacier Au Mercato, Stéphane Glacier exporte son concept de "catering", une vitrine dédiée à la vente à emporter dans un corner contemporain pour la plus grande joie des résidents de Jumeirah !4-Reportage maison, Un dhow déco à Dubai. Entrez dans l'univers atypique et magique d'un dhow revisité par un couple de français à Dubai.5- Idées de desserts au gingembre Dubai Madame a trouvé des idées de desserts avec une pointe de cette plante exceptionnelle.SECTION DUBAI MONSIEUR1-Olivier Dolz, le faiseur de rêves. L’incroyable ascension du party planner français préféré à Dubai.2-Il a le cuir dans la peau! Nous avons eu la chance de visiter la tannerie d'Al Khaznahet son directeur français Jean-Marie Gigante3-Pour vous donner envie de … faire du kite-surf à Dubai ! Xavier Sedaghat, professeur de Kite-surf à Dubai depuis 8 ans, répond à nos questions.4-Une journée avec Stéphane Brismontier, Monsieur 100 000 volts, à Dubai ! Rencontre avec Stephane Brismontier, cette personnalité à l'énergie débordante et au positivisme omniprésent qui nous livre ses confessions et ses bonnes adresses à Dubai...5-Surf House : Le Retour ! Surf Dubai revient donc en force avec un nouveau concept, dans un espace flambant neuf, convivial et entièrement dédié au monde de la glisse : la Surf Dubai Beach House.SECTION SORTIR1-40 Kong : Le nouveau lounge urbain de Dubaï ! Prenez de la hauteur avec ce nouveau hot spot de Dubaï, 40Kong .2-Ces 30 séries TV plébiscitées par les spectateurs. Le classement des meilleures séries TV récentes. De quoi vous donner envie de réinstituer le plateau TV!3 - Resto coup de cœur : le Seaview ! Une adresse assez rare à Dubai.4-Les 10 meilleurs Bars panoramiques de Dubai 5- Abécédaire de la blogosphère des Emirats Nous nous sommes penchés sur l’univers des blogs locaux: les plus consultés et encore actifs.
Il est 16h pile, lorsque les portes du Global Village s’ouvrent en grand, pour accueillir les grands comme les tous petits.Située aux abords de Dubaï, cette foire qui entre dans le cadre de Dubaï Shopping Festival, est constituée de Pavillons pour la plupart du Moyen Orient, de salles de spectacles, et de restaurants en plein air. Le public averti sait qu’il doit se montrer sélectif, car il ne sera pas possible de tout visiter le jour même.Tous les ingrédients sont là pour aiguiser les appétits, susciter la curiosité et l’enjouement, mais également développer le sens de la négociation.Le premier pavillon qui accueille les visiteurs est celui de l’Inde, dans la grande cour intérieure, les marchands avisés nous reçoivent avec sourires et chaleur. Nous sommes entrés au cœur de l’Inde avec ses bijoux fantaisie, ses saris et ses écharpes en pashmina.A chaque regard posé sur un stand ou sur un article en particulier, les marchands nous interpellent et nous invitent à examiner de plus près leurs marchandises. L’odeur de l’encens a des effets envoûtants, celle des épices également. Une fois le Pavillon Indien visité, nous voilà plongés au cœur du Royaume d’Arabie Saoudite, dans un nouvel environnement, une nouvelle culture où les vendeurs nous reçoivent dans leurs tenues traditionnelles, arborant fièrement keffieh et toge blanche si communes dans la région du Golfe Persique.Abbayas, et voiles de couleur noire ornent les stands, chacun comportant un détail qui les distinguent des autres. Des produits authentifiés comme provenant de la Mecque, encens, chapelets, parfums attirent le pieux visiteur en quête de spiritualité. Des couleurs fantasmagoriques de l’Inde, nous passons à un univers plus sobre, et plus consensuel.Le pavillon du Qatar, à l’image du pavillon Saoudien, a l’originalité de proposer des masques traditionnels en cuir ou plastifiés recouverts d'une feuille d'or, très rarement portés par les femmes citadines du Golfe et plus souvent par les Bédouines à Oman et au Yémen et censés améliorer la protection contre le soleil. De grandes statues à l’effigie de Pharaons, et des Pyramides en carton mâché, de taille réelle attisent notre curiosité. L’Egypte a mis l’accent sur son passé, et a même conçu un musée pour l’occasion rassemblant quelques copies de figurines et des maquettes de navires Egyptiens antiques. Les papyrus, porte-clés et autres accessoires comportant des hiéroglyphes, sont proposés par des vendeurs parés de leur tenue de Pharaon. Le restaurant Egyptien attire de nombreux amateurs de shawarmas, de purée de fèves, et surtout de « Kachoris », un plat de fête ayant la particularité de mêler pâtes, riz, lentilles, tomates et couvert de morceaux de poulet ou de viande et d’oignons frits.D’un pavillon à un autre des kiosques proposent également de manger sur le pouce, des beignets frits arrosés de miel, des crêpes locales fourrées aux œufs et aux fromages, des pommes d’amour, glace au lait de chamelle (si si, essayez !) et d’autres mets aux milles saveurs.Pour les gourmets, les Pavillons Turques, Syriens, Iraniens et Palestiniens représentent des temples dédiés à la confiserie orientale, avec les loukoums, les baklavas, les glaces parfumées à la pistache, ou les nougats aux fruits secs.KachorisLe Yémen est celui qui aura le plus marqué les esprits, la plupart des stands offrant le fameux miel de Jujubier « véritable caviar » du pays. Un petit pot coûte une fortune.Les « Khanjars », magnifiques poignards en argent qu’arborent les hommes à la ceinture et les bijoux orientaux sont mis en apparence sur les murs et les étalages des stands. Pays de l’encens par excellence avec Oman, il se dégage dans tout le pavillon un doux parfum qui embaume les sens, similaire à celui des Eglises en Europe.Les paniers remplis d’épices sont chargés en cannelle, cardamome, noix de muscade, paprika, safran, citrons confits, henné, encens, et pétales de roses.Pour faire l’acquisition de tous les articles mentionnés, il faut souvent rivaliser d’astuces et de malices avec les marchands qui n’en manquent pas, et qui adorent s’adonner aux jeux des négociations. Un ami qui m’accompagnait s’est vu affubler du titre honorifique de « Hadramaouti », homme originaire d’une région du même nom au Yémen, et connu pour être intraitable en matière de négoces. Chaque pavillon ou presque a son spectacle, de nombreux concerts se jouent un peu partout avec des groupes de toutes les provenances, Afrique, US, Europe…On en redemande d’autant plus que cette année et en 2015 le focus de Global Village se situe justement dans son offre de spectacles et divertissements de qualité : concerts mais aussi Thrill shows (sports extrêmes), cultural shows et feux d’artifices…En bref : allez-y et pour 15 AED l’entrée seulement, passez une fin de journée de dépaysementsincèrement géniale en famille !Pour plus de détails, visitez : http://www.globalvillage.ae/
« Maman, on voudrait un chien ! »Que répondre à cette rengaine enfantine qui, l’air de rien, pose une double problématique : avoir un chien tout court et, si oui, comment ça se passe à Dubai ?Ils en veulent tous ou presque… car il y a aussi ceux qui veulent des chats ! Mais même avec la meilleure volonté du monde, un enfant ne peut pas prendre un chien (et encore moins un chiot, qui est lui-même encore un enfant !) en charge tout seul ! C’est donc toute la famille qui va devoir s’impliquer et surtout celle qui va passer le plus de temps avec le chien, c’est-à-dire en général…vous !Alors, à vous de décider si vous êtes prêtes à sauter le pas pour les 15 à 20 prochaines années.Pour vous y aider voici quelques réflexions puis les conseils de la vétérinaire française Valérie Battistella.PASSONS EN REVUE QUELQUES IDEES REÇUES SUR LE SUJET :« Dubai n’est pas l’endroit idéal pour avoir un chien »Tout dépend à quoi on se réfère, personnellement je préfère avoir un chien dans une villa à Dubai, que dans un appartement à Paris !Cependant, il est certain que Dubai n’est pas complètement « Dog friendly » et ce pour 2 raisons principales, le climat et l’aspect « culturo-religieux »: ni l’un, ni l’autre ne sont particulièrement adaptés aux chiens !Le premier est facile à résoudre : au lieu de faire venir un chien d’Europe (sauf bien sûr si on l’avait déjà avant !) pourquoi ne pas prendre un chien local, un « desert dog ». Ils ont souvent du sang de Saluki, le lévrier local, dont les caractéristiques physiques et les gènes sont plus adaptés à la région et au climat.D’ailleurs en ce moment, le refuge K9 friends (prononcer canine, l’équivalent de la SPA locale) regorge de chiens et chiots adorables qui n’attendent que votre visite. (http://www.k9friends.com/)Pour ce qui est de l’image du chien dans la culture arabe, il a certes le statut d’animal impur, mais certains Emiratis les élèvent pour les courses et savent apprécier leurs qualités. Et sur ce point Dubai est paraît-il plus ouvert et tolérant que la capitale. Notons cependant qu’il est interdit de promener son chien sur la plage et dans les parcs, du coup trouver un endroit pour faire courir ce quadrupède, dont c’est en général l’activité favorite, relève parfois de la gageure, surtout en été ! Cet environnement « hostile » est une raison de plus pour avoir un chien bien dressé et respectueux, comme ses maîtres, de la sensibilité des habitants du pays dans lequel nous vivons.Il faut également respecter les lois en vigueur qui exigent que tous les chiens soient vaccinés, « microchippés » (c’est déjà le cas de tous les chiens de K9) et enregistrés à la municipalité (contacter un vétérinaire pour plus de détails).« Maman je m’en occuperai, je lui donnerai à manger ! »Alors là attention, malgré la bonne foi évidente de cette déclaration, elle n’est pas à prendre en compte, car donner à manger prend environ 2 minutes par jour et c’est à la fois facile et gratifiant. D’ailleurs est-ce qu’un enfant vous a déjà dit « maman je ramasserai ses crottes » ? Tâche plus ingrate et encore plus répétitive que de le nourrir !Plus complexe et important à gérer, surtout avec un chiot ou un jeune chien, c’est l’éducation. Cela nécessite un investissement en temps et en énergie non négligeable. On peut certes confier cette tâche à un professionnel, mais il faudra néanmoins un référent à la maison et là encore un enfant ou une maid ne peuvent pas assumer ce rôle qui nécessite autorité et douceur, calme et patience, persévérance et constance si on veut des résultats probants. C’est donc un rôle qui revient de facto à celui ou celle qui est le plus souvent à la maison et y investit de son temps.Que faire pendant l’été !Laisser son chien à sa maid (si elle est d’accord !), le mettre dans un chenil, faire appel à un service de doggysitter (eh oui ça existe!) qui passe 2 fois par jour s’occuper du chien chez vous ou bien… le ramener en France. Si vous adoptez cette dernière solution sachez que le voyage du retour vous coûtera beaucoup plus cher que l’aller car pour entrer aux EAU la législation oblige à faire voyager les chiens avec un transporteur en cargo. Bref un petit chien coûte moins cher à l‘aller, car moins lourd et au retour, car moins grand (le prix augmente très vite avec la taille de la cage ! )Pour conclure :Non, Dubai n’est pas l’endroit idéal pour avoir un chien, mais un chien est une contrainte partout, il faut la mesurer et l’assumer.Non, avoir un chien ce n’est pas que du fun, il faut être soi-même discipliné, constant, persévérant, rigoureux, ferme parfois, mais c’est une merveilleuse addition à toute famille, surtout si sa place y est bien définie.NON, on ne peut pas s’en débarrasser une fois qu’on l’a choisi ! Car même sans tomber dans l’excès, sans aller jusqu’à « humaniser » ce qui doit rester un animal, le chien est un être vivant,fondamentalement gentil avec ses maîtres, qu’il faut aimer et respecter en retour même dans les moments moins faciles, sinon … à quoi bon ? Donc même si il met des poils partout, qu’il aboie, fait des trous dans le jardin, chaparde le gigot, court après les chats … (certains de ces « défauts » peuvent s’améliorer avec l’éducation, d’autres non) il faut juste le savoir et vivre avec !OUI, c‘est un investissement non négligeable en temps, en énergie, en soucis, en argent et … en bonheur, pour en moyenne, les 15 prochaines années!Enfin si vous n’êtes pas sûre de vous, K9 offre une option qui permet de se réaliser la charge que représente un chien au quotidien et de leur rendre service en même temps : le « fostering ». Cela consiste à héberger un chien chez vous pour le soustraire, pendant un temps limité fixé à l’avance, au chenil et lui offrir la chaleur d’une vie de famille même si ce n’est pas définitif. Les responsables de K9 affirment que ça leur fait du bien même si la séparation doit être difficile au moment de le rendre et ce n’est à mon avis pas sans « risque » de le garder, car on s’attache vite!LES CONSEILS DE VALERIE :Alimentation L’alimentation doit veiller à respecter les besoins de votre chien tant au niveau de l’apport énergique que de l’équilibre des différents nutriments, minéraux et vitamines. Ce n’est pas toujours facile avec une alimentation « maison », sans compter le temps passé à la préparation des repas de votre compagnon ! L’alimentation industrielle est une excellente alternative, à condition de choisir une alimentation « premium » (disponible en animalerie ou chez votre vétérinaire mais pas en supermarché). L’alimentation sèche a de nombreux avantages : effet positif contre le tartre du fait de l’action abrasive, quantités à donner moins importantes (moins de stock), meilleure conservation (important sous nos climats), selles plus consistantes (et plus faciles à ramasser !). Le chien n’a pas besoin de varier son alimentation si celle-ci est adaptée à son âge et à son mode de vie. Hygiène Dents : Plus de 2/3 des chiens de plus de 3 ans ont des problèmes bucco-dentaires (gingivite, parodontite). Le meilleur moyen d’éviter ces maladies est de prévenir la formation du tartre par un brossage régulier (au minimum tous les 2 jours) à l’aide d’une brosse spéciale et d’un dentifrice pour chien. Commencez idéalement à habituer votre chien au brossage dès son plus jeune âge, progressivement, mais il n’est jamais trop tard pour bien faire ! Bains La règle d’or est de ne pas utiliser des produits destinés aux humains qui ne correspondent pas du tout aux particularités de la peau et des poils du chien. La fréquence dépend de la race du chien, de sa capacité à se salir mais attention : les bains à répétition (une fois par semaine par exemple) altèrent la couche de sébum qui protège la peau de votre chien contre les agressions extérieures et les infections. Notez qu’un bon toilettage canin commence par un bon brossage : le bain n’est pas toujours indispensable. ParasitesExternes :Les puces ne sont pas vraiment un fléau à Dubai, mais dans certains quartiers les tiques sont abondantes ! Pour ne pas prendre de risque, un traitement mensuel avec un antiparasitaire en pipette (ex. Frontline) est recommandé. Autres petites bestioles très fréquemment rencontrées : les aoûtats ! Contrairement à ce qu’on observe en France, on peut les trouver pratiquement toute l’année à Dubai. Ces petits acariens adorent se loger entre les doigts de votre chien et démangent énormément. Si votre chien se lèche les pattes constamment, consultez votre vétérinaire ! Internes : Il est recommandé d’administrer un vermifuge efficace à la fois contre les vers plats et les vers ronds tous les 3 mois. ExerciceUn chien a besoin de se dépenser, mais les besoins d’un Chihuahua ou d’un Labrador ne sont pas les mêmes !Attention cependant aux fortes chaleurs, évitez alors de sortir votre chien aux heures les plus chaudes et ayez avec vous une bouteille d’eau pour le rafraichir et le désaltérer. Pensez également que les sols en béton ou le sable peuvent atteindre plus de 60° en plein soleil ! Préférez les endroits ombragés ou la pelouse si vous avez la chance d’avoir un jardin, et mouillez les pattes de votre chien quand vous passez sur un sol qui a chauffé car n’oubliez pas que, lui, ne porte pas de chaussures. Mais sachez que des chaussons pour chiens existent, fort utiles pendant ces longs mois d’été...!Véto Un check-up annuel à l’occasion du rappel des vaccinations est suffisant si votre chien n’a pas de souci de santé particulier.La voiture, la salle d’attente de la clinique peuvent être un stress pour votre chien. Pour éviter cela, certaines cliniques vétérinaires vous proposent des visites à domicile. Dr Valerie Battistella :Al Barsha Veterinary Clinicwww.abvc.ae ADRESSES www.k9friends.com Un refuge très bien tenu, géré par des bénévoles, qui recueille chiens et chiots dans d’excellentes conditions. Tous les chiens y sont vaccinés, « microchippés » et stérilisés. Il y a des chiens de race, des bâtards, des chiots à peine sevrés, des jeunes chiens et aussi ceux qui sont là depuis plusieurs années …dans tous les cas, vous faites une bonne action qui vous simplifie la vie (le chien est là tout de suite, pas cher, déjà vacciné, « micro-chippé » et si vous ne le prenez pas trop jeune, souvent propre avec un dressage basique). Les bénévoles sont très professionnelles et l’endroit émouvant bien sûr, mais pas du tout sordide.Consultez leur site et inscrivez-vous sur leur page Facebook pour recevoir des informations sur les chiens à adopter.Education : Pour vous aider à éduquer votre chien et instituer obéissance et complicité avec vous : Laura chez Positive Paws est une excellente « dog trainer » qui vous donnera les clefs du dressage moderne.Nikkies world (www.nikkiesworld.com) : très bon « dog behaviorist » qui peut aussi se déplacer à domicile…. Chenils :Positive paws, http://www.positivepaws.ae/Paws and pet planet, http://www.pawspetplanet.comUrbanTail, http://www.urbantailsdubai.com/Dubai Kennel and Cattery, http://www.dkc.ae/Dog sitting :http://www.homelypetz.comNote : cet article n’est pas exhaustif et tous les membres de la communauté des propriétaires de chiens sont les bienvenus pour commenter et partager leurs bonnes adresses ;)morosité, le blanc s’invite depuis plusieurs saisons maintenant dans nos dressings d’hiver. Cette saison, il se porte en différentes nuances et en couches superposées, pour une sensation à la fois douce et réconfortante. A porter en total look comme chez Isabel Marant, Valentino ou Céline. De gauche à droite: défilés Valentino, Isabel Marant et Céline Une tendance à voir également chez Stella McCartney, Elie Saab, Nina RicciImprimés naïfs Des cœurs en all over sur une robe, des étoiles sur un gilet ou Bambi sur un sweatshirt… Cette saison les imprimés marquent clairement la silhouette d’une empreinte régressive. Une tendance contrastée par un jeu de transparence et de cuir verni chez Burberry, un look grunge chez Saint Laurent ou du noir intense chez Givenchy. De gauche à droite: défilés Saint Laurent, Burberry Prorsum et Givenchy Une tendance à voir également chez Hermès, Lanvin, Kenzo, Paul & JoeBelle de jour Fourrure portée à même la peau, détails de lingerie, trench en vinyle… Faussement sage, la garde robe de la bourgeoise 2013 s’encanaille. Une inspiration qui rappelle le personnage de Catherine Deneuve dans le film Belle de Jour de Luis Buñuel... Quand les vêtements réalisent eux-mêmes les désirs inassouvis. De gauche à droite: Marc Jacobs, Burberry Prorsum et Prada, Une tendance à voir également chez Saint Laurent, Louis Vuitton, Versace, Rag & BoneGarçonne Une touche rétro et un petit air nonchalant, cet hiver le look féminin-masculin s'inspire du personnage de Gavroche dans les Misérables. Comme chez Giorgio Armani où la veste de costume sans manche se porte sur un pantalon en velours taille haute, chez Ralph Lauren où le top Magdalena Frackowiak défile avec une casquette noire de travers, une chemise large portée sous un gilet de serveur et un pantalon rentré dans des bottines. Une tendance également vue chez Comme des Garçons, où le costume rétro est plié, plissé et transformé pour donner un petit air d'Anna Piagi à la silhouette., De gauche à droite: défilés Giorgio Armani, Ralph Lauren et Comme des Garçons, Une tendance à voir également chez Dries Van Noten, Vivienne Westwood, Maison Martin MargielaAnnées 40 Lauren Bacall, Ingrid Bergman, Veronica Lake, Katherine Hepburn... Les icônes des années 1940 sont à l’honneur des collections automne-hiver 2013-2014. Epaules douces, tailles fines, jupe aux genoux, hanches arrondies et décolletés généreux, la silhouette en sablier (tailleur bar) fait des émules chez les créateurs et prouve son pouvoir de séduction éternel. De gauche à droite: défilés Prada, Bottega Veneta et Gucci Une tendance à voir également chez Christian Dior, Marc by Marc Jacobs, Carolina HerreraTailoring Cet hiver, les filles empruntent les costumes de leur boyfriend. Et pourquoi pas ceux de leur père, larges et parés de fines rayures, pour un look à la mafiosa comme ici chez Stella McCartney ou Yohji Yamamoto. Une tendance vue également chez Maison Martin Margiela où la coupe du costume fait penser à celle de Gatsby dans le roman de F. Scott Fitzgerald.De gauche à droite: défilés Yohji Yamamoto, Stella McCartney et Maison Martin Margiela Une tendance à voir également chez Ralph Lauren,Vivienne Westwood, Emanuel UngaroCamouflage Imprimés camouflage, rangers montantes ou dominance kaki... les codes de la légion prennent du galon chez les créateurs. Inspirées par la rigueur de l’armée, les silhouettes se font plus strictes, et les tenues se parent du fameux imprimé camouflage décliné en fourrure chez Michael Kors, en acier et en violet chez Christopher Kane et version craquelée chez Balenciaga.De gauche à droite: défilés Michael Kors, Alexander Wang et BalenciagaFIGAROLa touche fourrure Gilet sans manches en fourrure, Max  &  Moi, pantalon en cuir blanc, Giorgio  &  Mario. Boucles d’oreilles, et bracelet, Dary’s, chaussures, Pierre Hardy.Le print mix Manteau en laine à col en fourrure, Moncler, débardeur en coton rayé, Alexander Wang, jean en velours imprimé, Isabel Marant. Collier serpent et bracelet, Monsieur Honoré, escarpins, Christian Louboutin.Le noir et blanc L’atout cuirLa cape légère La maille jacquard Le look collège L’esprit masculin  Caban en lainage, Comptoir des Cotonniers, pull en maille, Cop. Copine, pantalon en lainage gris, COS. Boucles d’oreilles, Isabelle Michel, bracelet, Hélène Zubeldia, escarpins, Christian Louboutin
Comme de “faux amis” qu’ils ne sont pas, il arrive que l’on confonde encore Institut Français et Alliance Française. Alors voici pour la première fois, “l’Institut Français pour les nuls” pour que vous soyez désormais incollables sur le sujet. B.A, BA.Depuis quand existent les Instituts Français?Ils ont été créés par la loi du 27 juillet 2010 sous la présidence de Nicolas Sarkozy afin “d’accroître la force de frappe de la diplomatie française”. Ils seraient désormais les opérateurs de l’action culturelle de la France.Comment fonctionnent-ils?Ils sont sous la tutelle du ministère des Affaires Étrangères et du Développement International et présidés par Xavier Darcos. Les Instituts Français ne sont aujourd’hui rien d’autres que les services culturels des ambassades. Il était prévu à l’origine de les constituer en établissements publics à caractère industriel et commercial (EPIC), indépendants du ministère, sur le modèle des British Councils ou des Goethe-Institutes. Mais après expérimentation dans une douzaine de villes, dont Abu Dhabi, l’idée a finalement été abandonnée en 2014.Le rattachement de l’ensemble du réseau aurait coûté plus de 50 millions d’euros. De cette réforme, leur reste une identité visuelle reconnaissable (voir logo) et une marge de manœuvre plus importante: ils ont la capacité de lever des mécénats. A leur tête leur directeur a un rôle régalien de conseiller de coopération et un rôle d’action culturelle dont il oriente la programmation.Quelle différence avec les Alliances françaises?Leur rôle est complémentaire de celui des Alliances Françaises. De plus, alors que les Instituts Français sont un service de l’État, les Alliances sont des Associations Loi 1901 dont le fonctionnement est collégial. Elles sont dirigées par un bureau avec à leur tête une personnalité locale proéminente comme Hussain Al Jaziri à Dubaï et d’autres francophones, dont le directeur de l’Institut Français. Les directeurs d’Alliances Françaises sont sous l’autorité administrative du conseiller de coopération et d’action culturelle, soit le directeur de l’Institut Français. Une organisation un peu “schizophrène” du réseau culturel Français dans le monde qui obligerait Instituts Français et Alliances Françaises à être complémentaires dans leurs programmations respectives.Source photo: iciCombien y en-a-t-il?Il existe 144 Instituts Français dans le monde et plus de 800 Alliances françaises. Les Émirats Arabes Unis comptent trois Alliances françaises à Abu Dhabi, Al Ain et Dubaï.Quelles sont les spécificités de l’Institut Français d’Abu Dhabi?Depuis sa création en 2012, “c’est le seul exemple d’Institut Français au monde avec celui de Singapour à réussir à collaborer avec les Alliances Françaises locales, sans se télescoper. C’est aussi le seul à lever des mécénats dans des proportions aussi grandes”, explique son directeur Denis Douveneau. L’Institut travaille ainsi avec 600 délégations d’entreprises Françaises et étrangères en fonction des projets.Quelle est la stratégie de l’Institut Français d’Abu Dhabi?Elle se construit autour de deux axes: créer des ponts entre les cultures Française et Émirienne et donner une image de la France contemporaine multiculturelle. “On cherche à être à la croisée des cultures,” explique Denis Douveneau. “C’est le fondement de la francophonie politique: dialogue des cultures, tolérance, respect de la légalité internationale et promotion des droits humains”.Source photo: iciQuel est le budget de l’Institut Français d’Abu Dhabi?Non communiqué mais selon son directeur, en 2013, il a été estimé que sur 1 euro dépensé, 2,50 euros auraient été ramenés en espèces ou en nature à l’Institut Français.Comment est constituée son équipe?L’Institut Français aux EAU se targue d’être un organe réactif, mobile 24/24 ou presque: sept personnes à Abu Dhabi et trois à Dubaï, basées au consulat. “Nous fonctionnons comme une start-up,” déclare son directeur. Exemples de projets à venir?Une grande exposition photographique mettant en valeur le travail de Français et d’Émiriens. La mise en contact de deux designers de mode Français et Émirien qui revisitent la gandoora et l’abaya.Une grande exposition à Al Ain qui permettra au public de découvrir 37 années de fouilles archéologiques dans tous les émirats, sauf Dubaï, dirigées par des scientifiques Français.A quand remonte l’action culturelle extérieure de la France?Elle se fonde sur une longue tradition historique datant de l’Ancien Régime.Tout au long du XIXème siècle, elle va accompagner la diplomatie. Au sortir de la Première Guerre mondiale, la France dynamise son action culturelle extérieure et crée en 1922 l’Association Française d’expansion et d’échanges artistiques, qui préfigure l’Association Française d’Action Artistique (AFAA). Alors que les échanges intellectuels et culturels ne cessent de croître, une nouvelle impulsion est donnée en 2006 avec la création de Cultures France sous la double tutelle du Ministère de la Culture et des Affaires Étrangères. L’Institut Français lui succèdera en 2011 avec des missions élargies.Site officiel de l’Institut Français des E.A.Uwww.if-uae.comKyradubai
Dubai + 2 ans, Emmanuelle, mariée, 4 enfantsIl est toujours sage de regarder en avant, mais il est difficile de regarder plus loin qu'on ne peut voir. Winston ChurchillAprès Dubai, partir ailleurs encore ou rentrer chez soi, la démarche n'est pas la même, mais quelle est la plus difficile ?Rentrer… à PARIS ou ailleurs en FRANCE... Peut-être faudra t-il aborder sa ville comme une ville nouvelle pour ne pas avoir le sentiment d'un retour en arrière…De nouvelles destinations : BUCAREST, MOSCOU, TOKYO, MIAMI, BRUXELLES, LA JORDANIE… Nouvelle ville, nouvelle vie .Dubaimadame.com enquête , quelques expériences à partager pour se préparer au meilleur ou pour s’armer face à ces changements qui ne sont pas rien dans nos vies ! Puisez quelques astuces de ces témoignages, mais vous ne saurez pas tout avant de vivre votre propre aventure !Rentrer chez soi, dans sa ville, ou ailleurs… Dubai + 2 ans, Emmanuelle, mariée, 4 enfants… Emmanuelle:"La vie après Dubaï on se dit comment ce sera possible ! surtout quand un week-end "on-lache-tout-on-part-dans-le-désert" devient un centre de gestion des flux école, saxo, scout, tennis, soirée, piano, natation, quand une école épanouissante qui laisse du temps pour le sport, devient une machine à enfants stressés qui engloutissent un gouter avant 2 heures de travail, quand la gentille dame douce qui prépare les dîners et nettoie la maison devient une mère de famille hystérique qui ouvre son paquet Picard de poêlée forestière en hurlant car elle a passé 2 heures à refaire des familles de chaussettes, quand les dîners spontanés deviennent des événements "doodle.com" programmés 2 mois à l'avance, quand son mari sur le point de surpasser kelly slater se voit flanqué d'un velib' comme seule machine de sport, quand tout simplement les bottes et le manteau ne sont plus seulement un accessoire qu'on rêve de porter quand par extraordinaire on descend à 13 degrès, mais l'objet d'un dilemme pour savoir quelle paire sur les 12 on mettra aujourd'hui.Mais pourtant nous sommes heureux dans notre nouvelle vie de parisiens. Heureux d'avoir retrouvé nos familles, première grande motivation du retour, nos amis, 2ème grande motivation, heureux de voir que nos enfants ne souffrent pas et sont ravis d'une liberté nouvelle, heureux d'un brin de culture supplémentaire (heureusement que les expositions et les salles de concert sont là pour nous protéger de la pluie), heureux des couleurs du printemps et de l'automne, des cueillettes de champignons, des grandes marches en forêt, heureux de refaire du ski et de pêcher des gobies en méditerranée...bref, ce que l'on croyait impossible, là où nous pensions ne jamais nous remettre de l'absence de nos amis et du soleil, nous avons réussi car finalement : la différence fait l'intérêt."Une enquête réalisée par Maude VerliacÀ Dubai.Vous êtes restés à Dubai combien d’années ? Dans quel quartier ?Pure Jumeirah Jane, je suis passée en 6 ans de Jumeirah 2 à Jumeirah 3 pour finir dans ce qu’un ami bien inspiré a appelé le fameux VVF, où nous avons construit de belles amitiés de voisinage.Le weekend à Dubai pour vous c’était…Des vrais weekends de 2 jours et demi, désert ou plage… sorte de chose dont on se dit maintenant, avec nos misérables dimanches après-midi en famille, que c’était le bon temps.5 mots pour définir votre réaction quand vous avez su que Dubai c’était fini…Notre Choix Dur Mais AssuméVotre soirée de départ…2011, un grand cru de départ. Nous étions 6ème en liste d’attente, le temps de bien pleurer pour chacun et à notre tour de vivre une émotion unique – au DOSC – un grand moment de chaleur (dans tous les sens du terme !!)Dans l’avion, rire, larmes, c’était comment ?Un grand vide. La sensation d’une page qui se tourne. Tout à fait différent du départ de Paris où l’on savait qu’on reviendrait un jour. Un objet qui vous rappelle Dubai et que vous garderez toujours …Un ? Non tout. Tout ce qui est estampillé Dubai je garde (déjà que je ne suis pas une jeteuse naturelle) : le volant en moumoute du land cruiser en passant par le foulard vestige de mes 40 ans organisés dans une yourte mongole par ma chère voisine … à Dubai !!!Il y en a dans tous mes placards des souvenirsEn un mot, pour vous Dubai ça a été…!!! la fête !!!16ème arrondissement de ParisVotre nouvelle vie.Belle aussi. Différente. Moins festive moins ensoleillée mais riche de culture, de promenades à pied, d’événements parisiens.Maintenant vous habitez… Depuis ?Retour aux sources depuis 2 ans. La grosse aventure du retour dans le 16ème arrondissement de Paris. Presque comme si on ne l’avait pas quitté.Dans cette nouvelle vie, ce que vous préférez c’est…Le Velib’Comment se passait une journée typique aux Émirats?De genre de celles que l’on ne peut décrire. Des journées archi remplies mais dont il est difficile de faire un résumé à son mari quand il rentre le soir.Et maintenant?Velib’ –boulot-dodo Ce qui reste en commun universellement (comme à Dubai, Paris, Tokyo, Bruxelles, Aman etc…) : faire tourner la maison, faire faire les devoirs aux enfants, organiser une vie sociale, rester encore un peu taxi driver.La première chose que vous ayez faite en arrivant sur votre nouvelle destination/rentrant en France Comme tous les étés : faire un plein d’essence en cachette (la peur d’avoir oublié comment on met le pistolet dans le réservoir…)Votre couple/ vos enfants/ votre famille, comment vivez-vous ensemble ces changements ?Le déménagement est paraît-il une des premières sources de traumatisme. Notre troisième,7 ans, en a fait les frais. Un cataclysme ! Et puis après 3 mois et maintenant presque 2 ans, tout va bien. Un mari très présent et des dîners en famille presque tous les soirs (sans maid pour préparer et faire dîner les enfants en avance voilà ce qui arrive …)Votre nouvelle occupation… (pro, hobby etc)Ce que j’aime à Paris c’est le côté anonyme de notre vie. Mais ce n’est pas forcément le cas pour tout le monde. Il y a beaucoup de pauvreté et de solitude. Salariée d’une grosse ONG, je milite pour l’aide de proximité, la rencontre des gens seuls. Je dirige une vaste étude nationale sur le délitement des liens sociaux. Une façon de me dire que je sers à quelque chose.Les Émirats vous manquent pour…Nos amis et le désert (hélas 2 choses éphémères dans ce pays d’expatriés… heureusement certains amis semblent vouloir y rester pour longtemps et l’on retrouvera ailleurs, et le désert résistera peut être à la ville).Ce qui ne vous manque pas du tout…Le mois d’août (que je n’ai jamais connu d’ailleurs !)Un anniversaire à Dubai…… la même chose, un an plus tard à ParisVous avez réalisé que vous aviez vécu trop longtemps à Dubai quand…Mon fils m’a demandé un hummer limousine pour ses 7 ans « ben quoi ? »Vous avez renoué avec …La famille : un grand bonheur retrouvé (plus que renoué d’ailleurs).En quelques mots, vos astuces et conseils pour réussir un nouveau départ après DubaiSe nourrir de témoignages qui disent que ce sera horrible et même pire après Dubai : finalement on est agréablement surpris !Plus de micro trottoir « la vie après Dubai » :À Aix en Provence À Bucarest À Moscou puis Marseille À Madrid
Après Dubai, partir ailleurs encore ou rentrer chez soi, la démarche n'est pas la même, mais quelle est la plus difficile ?Nouvelle ville, nouvelle vie, Dubaimadame.com enquête.Quelques expériences à partager pour se préparer au meilleur ou pour s’armer face à ces changements qui ne sont pas rien dans nos vies... Puisez quelques astuces de ces témoignages!Christelle, mariée, 2 enfants a Madrid depuis 2 ansVous êtes restés à Dubai combien d’années ? Dans quel quartier ?7 ans à Umm SuqeimLe weekend à Dubai pour vous c’était…Plage, piscine, barbecues et fêtes avec les copains5 mots pour définir votre réaction quand vous avez su que Dubai c’était fini…On passe à autre chose !Votre soirée de départ…Autour de la piscine avec quelques amis.Dans l’avion, rire, larmes, c’était comment ?C’etait bizarre… des émotions contradictoires, beaucoup de tristesse mais en même temps de l’excitation et de l’appréhension…Un objet qui vous rappelle Dubai et que vous garderez toujours …Pas un en particulier, il y en a partout dans la maison !En un mot, pour vous Dubai ça a été…Le soleil, la plage, la fête, une vie douce et facileVotre nouvelle vie.Maintenant vous habitez ? Depuis ?Madrid. Depuis bientôt 2 ansDans cette nouvelle vie, ce que vous préférez c’est…Une vraie ville, un centre dans lequel on marche dans les rues, on s’arrête sur une petite place pour boire un café en terrasse.Madrid est une ville facile, pas d’embouteillages monstres, pas de stress …Comment se passait une journée typique aux Émirats?Lever à 6:30, préparation des enfants pour le bus de l’école à 7:15, puis au choix sport, plage, courses ou café avec les copines quand je ne travaillais pas (je donnais des cours de français à l’institut Berlitz). Au retour des enfants vers 14:30, aide aux devoirs, puis selon les jours et le temps, on se réunissait avec d’autres mamans au parc, à la plage ou autour de la piscine. Et maintenant?Ce qui a surtout changé, c’est le rythme scolaire (de 9h à 17h) d’autant plus que nous habitons tout près de l’école et que les enfants y vont seuls et à pieds, ils se lèvent donc à 8:00 !La première chose que vous ayez faite en arrivant sur votre nouvelle destination ? Nous balader dans le centre-ville, visiter les musées… et prendre des cours d’espagnol.Votre couple/ vos enfants/ votre famille, comment vivez-vous ensemble ces changements ?Le plus dur, ça a été le climat ! Ma fille de 8 ans est née à Dubai et ne connaissait pas les saisons.Elle a adoré faire des bouquets de feuilles mortes à l’automne, et a découvert avec ravissement les collants en laine et les feux de cheminée ! Mais notre premier hiver ici a été particulièrement pluvieux et on en a eu vite marre, on en voyait pas la fin…Heureusement, cet hiver ci a été très ensoleillé ! Sinon pour notre fils (un ado de 14 ans), le grand changement, c’est l’autonomie totale, il fait tout à pieds ou en vélo, école, sorties, activités…Et surtout, se lever plus tard, déjeuner à 15h… on a tous des rythmes plus cools.Votre nouvelle occupation… (pro, hobby etc)Heu .. le ménage? Sans rire, j’ai découvert ici le padel (non non, pas le paddle board), un sport qui mélange le tennis et le squash et qui se joue à 4, très convivial !Les Émirats vous manquent pour… Son soleil et nos amisCe qui ne vous manque pas du tout…Les lunchbox !!! 7 ans de casse-tête quotidien!Vous avez réalisé que vous aviez vécu trop longtemps à Dubai quand…Quand nous avons dit aux enfants que nous partions vivre à Madrid et que nous aurions sûrement un logement plus petit, … ils ont eu une réaction horrifiée : “pas aussi petit que chez Tatie quand même ??!!” (bon, c’est une maison de 160 m2 avec jardin et piscine…..)Vous avez renoué avec …Les commerçants: il y a beaucoup de marchés couverts ici, avec des bouchers, poissonniers, primeurs… extra-fraicheur, qualité des produits, et conseils des commerçants !En quelques mots, vos astuces et conseils pour réussir un nouveau départ après Dubai.Ne pas oublier ce qu’est la “vraie vie” en Europe, ça permet d’apprécier d’autant plus la vie à Dubai tout en facilitant le retour à la réalité !Vous avez aimé ce témoignage? Vous aimerez ceux-ci:"La vie après Dubai"À Aix en ProvenceÀ Bucarest À Moscou puis MarseilleÀ Paris
  1. Les + lus
  2. Les + récents