La chirurgie anti-reflux est disponible aux Émirats Arabes Unis auprès du Docteur Jose-Luis Gallego, Consultant Laparoscopique et Chirurgien Bariatrique pour Mediclinic City Hospital. Il est l’un des rares docteurs du pays à pratiquer ce type de chirurgie. Le reflux gastro-œsophagien, ou RGO, arrive lorsque le contenu de l’estomac reflue vers l’œsophage et/ou la bouche. Le reflux est un processus normal chez les nouveaux nés en bonne santé, les enfants et les adultes et cela n’arrive que très rarement durant le sommeil. La plupart des « épisodes » de reflux sont brefs et ne causent aucun symptôme réellement préoccupant ou de complications. Au contraire des personnes souffrant de RGO, elles, font face à de tels symptômes et parfois même à des dommages liés au reflux, incluant brûlures d’estomac, régurgitation, vomissements, difficultés ou douleurs à avaler. Le reflux d’acides peut aussi endommager les cordes vocales causant un certain enrouement et ces acides peuvent même se retrouver inhalés dans les poumons provoquant ainsi des infections pulmonaires à répétition. Le reflux gastro-œsophagien est bien sûr traité selon sa gravité. Le traitement initial des symptômes modérés inclue la prise de médicaments (afin de réduire l’acide gastrique) et le changement du mode de vie tel que perdre du poids, surélever sa tête pour dormir, éviter certains aliments, arrêter de fumer ou éviter des repas trop copieux et trop tardifs.Lorsque les symptômes ne sont pas bien maitrisés et que des complications apparaissent ou bien lorsque le patient ne veut plus prendre ses médicaments on doit alors considérer une intervention chirurgicale. Une intervention anti-reflux comprend de réparer l’hernie hiatale et de renforcer le sphincter œsophagien inférieur. Le traitement chirurgical le plus commun se fait par laparoscopie aussi connu sous le nom de Fundoplicature de Nissen.« Cette opération consiste à resserrer les parois de l’œsophage dans la région adjacente à l’estomac, ce qui augmente la pression à proximité du sphincter œsophagien inférieur. En augmentant la pression au niveau du point de jonction entre l’œsophage et l’estomac, la chirurgie empêche le contenu stomacal de refluer vers l’œsophage. Une autre méthode utilisée dans le traitement chirurgical du reflux gastrique consiste à resserrer la valve de l’œsophage. Ce resserrement permet à la valve de sceller efficacement les parois de l’œsophage empêchant ainsi la régurgitation des acides gastriques à l’intérieur de cet organe. »Les résultats d’une telle intervention sont généralement excellents (dans 90% des cas) et ne nécessitent qu’une journée d’hospitalisation. Le patient récupère très vite, en moins de 2 semaines. Les éventuelles complications peuvent inclure une difficulté durable à avaler, une sensation de ballonnements, des gaz ou une réouverture de la cicatrice.Dr. Gallego détient le Bachelor of Medicine and Surgery from Universidad Complutense de Madrid. Il est certifié en tant que spécialiste en chirurgie générale et digestive par le ministère de l’éducation et des Sciences Espagnol. Il a travaillé à l’Hopital Universitario Carlos Haya, Malaga, en tant que tête du département de traitement de l’obésité et de chirurgie métabolique, chirurgie endoscopique et chirurgie digestive et générale. Il a aussi ouvert sa propre clinique au Dr. Galvez Hospital and Parque San Antonio Hospital en Espagne.Ses principaux intérêts concernent aujourd’hui la chirurgie anti-reflux, la chirurgie bariatrique et la chirurgie laparoscopique avancée ainsi que toute chirurgie touchant au système digestif.Pour prendre RDV avec le Dr. Gallego, appellez Mediclinic City Hospital au 04 435 9999.
L’article portant sur Dubai a suscité des demandes pour la capitale. Après quelques recherches et l’aide d’un réseau amical que je remercie, la mission est accomplie! Une liste assez complète et régulièrement mise à jour est par ailleurs disponible en ligne sur le site d’Abu Dhabi Accueil. Attention: le même avertissement est de rigueur, bien que cette liste ait été élaborée soigneusement, elle n’est pas exhaustive et peut être sujette à des changements et compléments... Nous ne pouvons également recommander aucun professionnel de la santé et la responsabilité de dubaimadame ne saurait être engagée. L’objectif est surtout de faciliter vos démarches ! CARDIOLOGIE Dr. Slimani Ghania Hôpital Franco-Émirien 02 6265722 Dr. Ghazi Youssef Hassan Gulf Diagnostic Center Hospital 02 4177222 Dr. Zaher Abdulaziz Kindakji Al Noor Hospital (Abu Dhabi downtown) 02 6139556 CHIRURGIE GENERALE Dr. Nidal Dehni (chirurgie viscérale) Sheikh Khalifa Medical City 02 8190000 Dr. Hikmat Matar (laparoscopie, endoscopie...) Hikmat Matar Medical Clinic 02 6261661 CHIRURGIE ESTHÉTIQUE RÉPARATRICE Dr. Carole Azzam Harley Street Medical Centre 02 613 3999 CHIRURGIE MAXILLO-FACIALE Dr. Carole Azzam Harley Street Medical Centre 02 613 3999 Dr. Michel Giguere Sheikh Khalifa Medical City 02 6102000 CHIRURGIE ORTHOPEDIQUE Dr. Safaa Eldin Abaza Gulf Diagnostic Center Hospital 02 4177222 Dr. Marie Caron (Chirurgien pédiatre orthopédiste) Sheikh Khalifa Medical City 02 6102000 CHIRURGIE PEDIATRIQUE Dr. Mario Patricolo (gastro-entérologue) Al Noor Hospital (Abu Dhabi downtown) 02 6139556 DENTISTES Dr. Ousama Abdullatif (implantologie) Style Smile 02 6674646 Dr. Fady Athiyeh (implantologie) Daou Dental Center 02 6311399 Dr. Dani Al Khaldi (orthodontie) Style Smile 02 6674646 Dr. Patrice Haye Daou Dental Center 02 6311399 Dr. Musa Jaffa (orthodontie) Gulf Dental and Orthodontics Clinic 02 6338889 Dr. Luc Portalier (orthodontie) Smile Clinic 02 6218700 Dr. Antoine Saade (orthodontie) Daou Dental Center 02 6311399 DERMATOLOGIE Dr. Hassan El Husseini Canadian Medical Center 02 4469006 Dr. Alissar Khoury Alissar Khoury Clinic (près d’Al Noor Hospital) 02 6275275 E.N.T – ORL & GÉNÉRALISTE Dr. Mohammad Ariqat (Pneumologue) Gulf Diagnostic Center Hospital 02 4177222 Dr. Wagih Djazmati (Pneumologue) Sheikh Khalifa Medical City 02 6102000 Dr. Michel Bussieres (ORL) Sheikh Khalifa Medical City 02 6102000 Dr. Nassiba Gabouze (ORL) Cure Medical Center 02 6675050 GASTROENTÉROLOGIE Dr. Issa Iyad Cure Medical Center 02 6675050 Dr. Dalia Mohamed Nader Gulf Diagnostic Center Hospital 02 4177222 GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE Dr. Sawsan Abdallah Cure Medical Center 02 6675050 Dr. Amal Abumerhi Al Noor Hospital (Abu Dhabi downtown) 02 6139400 Dr. Fadi Hachem Burjeel Hospital 02 5085555 Dr. Annie Rousset Al Hosn Medical Center 02 6215159 Dr. Amr Salah Eldin Al Hendawy Medical Center 02 6213666 Dr. Meltem Tank Swedish Medical Center 02 6811122 MÉDECINE GÉNÉRALE Dr. Christine Biousse Cure Medical Center 02 6675050 Dr. Sana Dhouibi Al Hosn Medical Center 02 6215159 MÉDECINE D’URGENCES Dr. Marie-Claude Giguer Sheikh Khalifa Medical City 02 6102000 NEUROLOGIE - NEUROCHIRURGIE Dr. Zakaria Ammache Gulf Diagnostic Center Hospital 02 4177222 Dr. Iyad Khoudeir Al Noor Hospital (Abu Dhabi downtown) 02 6139610 Dr. Maher Mansour Sheikh Khalifa Medical City 02 6102000 Dr. Dominique Venne Sheikh Khalifa Medical City 02 6102000 OPHTALMOLOGIE Dr. Iyad Fajer Deeb Al Noor Hospital (Abu Dhabi downtown) 02 6265265 Dr. Igor Denissov Russian Eye Clinic (Sh. Khalifa Street) 02 6263378 Dr. Hassan Imam Al Noor Hospital (Abu Dhabi downtown) 02 6265265 ORTHOPHONIE Noémie Bessay, Morgane Giraud Stars for Special Abilities 02 4462048 Dr. Mayssoun Jaber Adam & Eve Specialized Center 050 760 24 95 OSTEOPATHIE & KINÉ- PHYSIOTHERAPIE Dr. Patrick Bergal (Kinésithérapeute) Gulf Diagnostic Center Hospital 02 4177222 Dr. Leyla Zaarour (Physio et Ostéopathe) American Surge Center 02 4430909 PEDIATRIE Dr. Ahmed Helmy Mahmound Swedish Medical Center 02 6811122 Dr. Maurice Khoury Cure Medical Center 02 6675050 Dr. Mneimm Saad Gulf Diagnostic Center Hospital 02 4177222 Dr. Ghiat Sandouk (Pédiatre / Allergologue) Gulf Diagnostic Center Hospital 02 4177222 Dr. May Sayegh Emirates Hospital 02 4466422 Dr. Soumaya Tdijani Hopital Franco-Emirien 02 6265722 PSYCHOLOGIE Dr. Dolly Habbal Gulf Diagnostic Center Hospital 02 4177222 Dr. Malika Laing Gulf Diagnostic Center Hospital 02 4177222 RHUMATOLOGIE Dr. Ziad Misbah Al Awir Al Salama Hospital 02 6966777 TRAUMATOLOGIE - ORTHOPEDIE Dr. Michel Chalouhi Hopital Franco-Emirien 02 6265722 UROLOGIE Dr. Ayman Younes Al Hosn Medical Center 02 6215159 Dr. Mohamed Ziani Sheikh Khalifa Medical City 02 6102000 AUTRES -Sebastien Dulary, Chiropracteur, Harley Lotus Holistic Centre - Khalidiya, 02 667 8801 -Dr. Carole Elia, Sevrage tabagique, Harley Street Medical Centre, 02 613 3999 -Faiza Farsi, Pédicure-podologue, Nmc Khalifa A et Nmc Al bateen, 0528788436. -Cécile Gautrot de la Ruelle, Thérapie centrée sur la personne et rééquilibrages énergétiques, 050 522 7301 emailProtector.addCloakedMailto("ep_cce54169", 1); -Elodie Moreau, Accompagnement prénatal, à la naissance & conseil allaitement, 056 268 3428
Vous êtes en surpoids ? Nos articles précédents* vous ont inspirés à vous prendre en main ? Voici notre dernière partie sur le traitement du surpoids, pour prendre une décision éclairée qui pourrait bien changer votre vie !La chirurgie bariatrique peut être une solution aux effets extraordinaires contre l'obésité, mais il est important pour les patients de comprendre que ce n'est pas un remède miracle. La chirurgie bariatrique ne peut être considérée qu’après que le patient ait fait de sérieux efforts pour perdre du poids par des moyens plus « réguliers ». Puis lorsque le patient aura subit son intervention chirurgicale, ce ne sera pas sans devoir changer son mode de vie sur le long terme, afin qu'il puisse maintenir sa perte de poids. Pour commencer et tout de suite après l’intervention, il faudra protéger les points de suture et autres agrafes dans l’estomac afin de permettre une bonne cicatrisation.Ce qui signifie : suivre un régime liquide puis un regime doux pour quelques semaines. Vous vous apercevrez alors bien vite que les capacités d’ingestion de votre estomac se seront ostensiblement réduites et qu’une fois que vous pourrez remanger des aliments solides, vous serez physiquement dans l’impossibilité de manger autant qu’avant. Votre façon de vous alimenter changera : obligation de mâcher plus longuement, prendre des portions plus petites à chaque repas (une assiette à dessert vs une assiette plate), vous fractionnerez aussi mieux vos repas et collations et consommerez plus d’eau au cours de la journée.Car s’il vous arrive, après l’opération, de manger trop ou trop vite sans prendre le temps de mâcher, cela causera une régurgitation… Il est important à ce stade de bien assister à tous ses RDV médicaux de suivi et de s’en tenir aux conseils de vos médecin et diététicien au risque de developper des carences alimentaires face à ce changement radical d’habitudes.Pendant les 6 à 12 premiers mois après la procédure, il est donc essentiel que les patients réapprennent à manger ce qui les aidera à maintenir leur nouveau poids, et qu’ils adoptent une certaine hygiène de vie, notamment en ce qui concerne l’exercice régulier, afin de renforcer les effets de la chirurgie et plus vous ferez du sport, plus vous perdrez du poids durablement.(Attention : il est recommandé de ne pas entamer une grossesse avant 18 mois de l’opération !)Les effets de la chirurgie bariatrique ne se feront pas ressentir uniquement dans votre façon de vous alimenter et de bouger mais aussi dans votre vie sociale et familiale. Les personnes qui vous entourent doivent vous soutenir physiquement et psychologiquement après l’intervention. Mediclinic City Hospital’s Obesity and Metabolic Disorder Centre offre aux patients souffrant d'obésité la solution la plus réaliste et efficace pour perdre du poids et pour maintenir cette perte de poids. Les programmes de traitements avancés comprennent des avis, des conseils nutritionnels personnalises et les procédures chirurgicales bien sur.Pour plus d’info: 044359999 et 056226716Ou écrivez-nous : emailProtector.addCloakedMailto("ep_7d1ca5de", 1);Site : http://www.mediclinic.ae/•L’obésité est dangereuse pour la santé– la chirurgie est elle une solution?•La solution la plus efficace pour perdre du poids : un travail d’équipe multidisciplinaire.
Les stats en ce qui concerne l’obésité montre des chiffres alarmants au niveau mondial : le nombre des personnes obèses a doublé depuis 1980 et en 2011, plus de 40 million d’enfants de moins de 5 ans étaient en surpoids !Or, l'obésité augmente sensiblement les risques de maladies telles que l'hypertension, la dyslipidémie (quantité anormale de graisse dans le sang), le diabète de type 2, les maladies coronariennes, les accidents vasculaires cérébraux, les maladies de la vésicule biliaire, l'arthrose, l'apnée du sommeil et les problèmes respiratoires ainsi que les cancers de l'endomètre, du sein, de la prostate et du côlon et est une cause majeure de décès prématuré. Il faut malheureusement ajouter que les personnes obèses peuvent également souffrir d’une certaine stigmatisation sociale et de discrimination. Il faut dès lors envisager l’obésité comme un problème de santé majeur. Centre de traitement de l’obésité et des désordres métaboliques de Mediclinic City Hospital (MCH’s Obesity and Metabolic Disorder Centre)Mediclinic City Hospital a décidé d’une approche multidisciplinaire pour faire face au surpoids. Le Centre s’est muni d’une équipe de professionnels de la médecine qui travaillent désormais main dans la main pour proposer des solutions efficaces et personnalisées à chaque patient souffrant d’obésité ou de surpoids.Le centre est maintenant prêt à accueillir toute personne souffrant de ces maladies liées au poids. L’équipe de professionnels comprend:•Infirmière Bariatrique Coordinatrice •Spécialiste de médicine interne•Endocrinologiste•Chirurgiens en Laparoscopie•Diététicien•Physiothérapeutes•Psychologiste•Anesthésistes•Gastroentérologues •Éducateur Diabétique •Thérapeutes Cardio-pulmonaire•PharmaciensEn travaillant ensemble, cette équipe peut établir s'il existe des raisons médicales à votre excès de poids, de manière à vous assurer que toutes les mesures non chirurgicales possibles pour perdre du poids ont été envisagées consciencieusement. De manière aussi, le cas échéant, de garantir que toute intervention chirurgicale est bien appropriée et sûre.Les professionnels du Centre de traitement de l’obésité et des désordres métaboliques de Mediclinic City Hospital offre un soutien psychologique qui motive et s’engage à traiter toutes les maladies liées à l’obésité telles que le diabète et les maladies cardiovasculaires. C’est seulement en étant si scrupuleusement complet que le traitement peut être efficace et que les patients ont le plus de chance de perdre du poids et…. de maintenir cette perte de poids. Tous les patients inscrits à un programme au Centre se voient remettre un plan de traitement personnalisé qui est constamment revu par tous les professionnels impliqués afin d'assurer le meilleur résultat.Pour plus d’informations, contacter l’hôpital au 04 435 999904 435 9999 ou 056 226 7161056 226 7161.Ou encore par email : emailProtector.addCloakedMailto("ep_271e8478", 1);CallSend SMSAdd to SkypeYou'll need Skype CreditFree via Skype
Les stats en ce qui concerne l’obésité montre des chiffres alarmants au niveau mondial : le nombre des personnes obèses a doublé depuis 1980 et en 2011, plus de 40 million d’enfants de moins de 5 ans étaient en surpoids !Or, l'obésité augmente sensiblement les risques de maladies telles que l'hypertension, la dyslipidémie (quantité anormale de graisse dans le sang), le diabète de type 2, les maladies coronariennes, les accidents vasculaires cérébraux, les maladies de la vésicule biliaire, l'arthrose, l'apnée du sommeil et les problèmes respiratoires ainsi que les cancers de l'endomètre, du sein, de la prostate et du côlon et est une cause majeure de décès prématuré. Il faut malheureusement ajouter que les personnes obèses peuvent également souffrir d’une certaine stigmatisation sociale et de discrimination. Il faut dès lors envisager l’obésité comme un problème de santé majeur.La chirurgie bariatrique peut être une solution aux effets extraordinaires contre l'obésité, mais il est important pour les patients de comprendre que ce n'est pas un remède miracle. La chirurgie bariatrique ne peut être considérée qu’après que le patient ait fait de sérieux efforts pour perdre du poids par des moyens plus « réguliers ». Puis lorsque le patient aura subit son intervention chirurgicale, ce ne sera pas sans devoir changer son mode de vie sur le long terme, afin qu'il puisse maintenir sa perte de poids. Pendant les 6 à 12 premiers mois après la procédure, il est essentiel que les patients réapprennent à manger ce qui les aidera à maintenir leur nouveau poids, et qu’ils adoptent une certaine hygiène de vie, notamment en ce qui concerne l’exercice régulier, afin de renforcer les effets de la chirurgie.Pourquoi envisager une chirurgie bariatrique?L'obésité est dangereuse pour la santé. Si vous êtes en surpoids de 40% ou plus, vous êtes deux fois plus susceptibles de mourir prématurément qu'une personne de poids moyen par exemple.Qui peut prétendre à une chirurgie bariatrique?Toute personne en surpoids important ou obèse qui fasse MOINS de 200 kg, qui a plus de 16 ans et qui soit apte à vivre et bouger de façon autonome.Êtes-vous en surpoids ou obèse?L’obésité se mesure en IMC (indice de masse corporelle) et classifiée selon le tableau suivant : Centre de traitement de l’obésité et des désordres métaboliques de Mediclinic City Hospital (MCH’s Obesity and Metabolic Disorder Centre)Le centre est maintenant prêt à accueillir toute personne souffrant de ces maladies liées au poids. L’équipe de professionnelle comprend:•Infirmière Bariatrique Coordinatrice •Spécialiste de médicine interne•Endocrinologiste•Chirurgiens en Laparoscopie•Diététicien•Physiothérapeutes•Psychologiste•Anesthésistes•Gastroentérologues •Éducateur Diabétique •Thérapeutes Cardio-pulmonaire•Pharmaciens sleeve gastriquePontage gastriqueL’équipe offre aux patients souffrant d'obésité la solution la plus réaliste et efficace pour perdre du poids et pour maintenir cette perte de poids. Les programmes de traitements avancés comprennent des avis, des conseils nutritionnels et les procédures chirurgicales de laparoscopie telles que:•La gastrectomie verticale par laparoscopie (sleeve gastrique): l’ablation d’une bonne partie de l’estomac afin de restreindre la quantité de nourriture que pourra ingurgiter le patient.•Pontage gastrique (Roux en Y): une portion de l'intestin grêle est contournée et l'isolement d'une grande partie de l'estomac permet de diminuer la quantité de nourriture qui est absorbée par le corps •Ballon intra-gastrique: il s’agit d’une procédure assurant la sécurité, la préparation et la santé d’un patient souffrant d’obésité morbide où le dit ballon assiste une perte de poids initiale. Il peut également être utilisé chez les patients qui ne sont pas admissibles à la chirurgie définitive. Un ballonnet gonflable est placé dans l'estomac, en utilisant un gastroscope.99% de ces procédures sont faites par laparoscopie ou chirurgie endoscopique. Ce qui veut dire que les patients n’endurent qu’une douleur minimale et peuvent quitter l’hôpital rapidement ainsi que retourner à leurs activités quotidiennes dans les 10 jours suivant l’intervention.Pour plus d’info: 044359999 et 056226716Ou écrivez-nous : emailProtector.addCloakedMailto("ep_90d08cf1", 1);Site : http://www.mediclinic.ae/CallSend SMSAdd to SkypeYou'll need Skype CreditFree via Skype
Le tout premier enfant à recevoir une vaccination fut James Phipps en 1796 alors que le Dr. Edward Jenner lui fit une injection contre la variole, lui donnant ainsi l’immunité contre des formes plus sérieuses de cette maladie. James Phipps était alors bien loin de savoir qu’il déclencherait ainsi une véritable révolution médicale qui sauvera la vie de plusieurs millions de personnes chaque année. Les vaccins préviennent les maladies débilitantes, certains handicaps et morts provoquées par des maladies telles que la diphtérie, les hépatites A et B, mais aussi la rougeole, les oreillons, les maladies pneumococciques, la polio, la diarrhée rotavirus, le tétanos et la fièvre jaune. Bien qu'on les associe très largement aux enfants, les avantages de la vaccination s'étendent aussi aux adolescents et aux adultes. Ils leur offrent une protection contre les maladies telles que la méningite, la grippe et des maladies graves telles que le cancer du col utérin.Ironiquement, le fait que la vaccination ait permis de réduire le nombre de maladies infectieuses rares a eu pour effet d’amener certains parents et même des professionnels de la santé à penser que la vaccination n'est plus nécessaire. Résultat, en raison de lacunes en termes de mise à jour des vaccinations, des maladies comme la diphtérie, la rougeole et la poliomyélite sont de retour. Or il serait bien plus sage de décider d’arrêter complètement tel ou tel vaccin uniquement après s’être s’assurer que la maladie qu’il couvre ait irrémédiablement disparue. Prenons l’exemple de la variole : sa complète éradication a été déclarée officiellement en 1979. On a donc pu en arrêter la vaccination en connaissance de cause. De nos jours, si les parents continuaient à vacciner leurs enfants, il serait à espérer que la poliomyélite et la rougeole pourraient suivre le même exemple que la variole.Certes, il y aura toujours des enfants qui ne peuvent pas recevoir une vaccination appropriée, soit parce qu'ils n'y ont pas accès, soit en raison de considérations médicales ou d’âge, mais si la majorité des enfants étaient plus largement vaccinés cela contribuerait à prévenir les épidémies dans la communauté.En vivant aux EAU, nous sommes exposés à un tourisme de masse, un va et vient constant des quatre coins du monde, qui peut emmener avec lui des maladies nouvelles, résurgentes ou bien connues.Ce ne serait dans ce cas pas un mal de nous assurer que nous et notre famille soyons adéquatement vaccinés.Pour en savoir plus :Zainab A. Malik MD, MS, FAAP American Board Certified Pediatrics and Pediatric Infectious DiseasesMaida Balila, MBBS, FRCP (Canada), American Board Certified Internal Medicine and Infectious Diseaseshttp://www.mediclinic.ae/
Pendant ce mois de mars, Mediclinic City Hospital travaille à sensibiliser le public sur l’importance d’examens oculaires réguliers dans le cadre de sa campagne pour la santé de nos yeux.On estime à 285 million le nombre de personnes qui souffrent de troubles de la vue dont environ 80% sont causés par une dégradation des symptômes qui aurait pu être évitée s’ils avaient été détectés plus tôt.  Même si votre vue semble parfaitement « normale » cela ne veut pas nécessairement dire que vos yeux sont en bonne santé. Certains troubles de l’œil se déclenchent sans symptômes apparents … et peuvent alors dégénérer en une maladie qui affectera les yeux de manière irréversible.   Les causes principales des problèmes de vue incluent des œdèmes et anomalies de réfraction oculaire, un glaucome, une rétinopathie diabétique et la cataracte.  Or ces troubles peuvent être facilement traités s’ils sont pris en main suffisamment tôt ! L’académie américaine d’ophtalmologie recommande de passer un examen oculaire régulier à partir de 40 ans puisque c’est l’âge où des signes de maladies peuvent commencer à apparaitre.   Votre ophtalmo pourra alors planifier avec vous un calendrier de suivis le cas échéant et selon les résultats des tests. En principe, entre 40 et 55 ans, il faudrait se faire contrôler tous les 2 à 4 ans, entre 55 et 65, tous les 1 à 3 ans et au delà, tous les 1 ou 2 ans.Si vous êtes à risque de developper des troubles oculaires (diabétique, depuis longtemps sous  corticostéroïdes etc.), il est recommandé de faire des examens plus régulièrement encore. En Mars, Mediclinic City Hospital propose des offres sur le service ophtalmologique. Un test de la vue auprès d’un optométriste, un examen de la pression intraoculaire et une consultation avec l’ophtalmologiste, au prix de AED 560L’équipe du service ophtalmo de Mediclinic City Hospital se compose de: Anupama Rao, Dr., FRCS (de Glasgow,UK), DNB, DO, DOMS, MNAMSPramod Warhekar, Dr., MBBS, MS (Ophthalmology), FRCS (Glasgow)Sharif Issa, Dr., M.B., B.Ch., B.A.O., B.Med.Sc.(hons), M.Sc.(hons), MRCS-Ireland, MRCOphth (UK), FRCSEd (Ophth.), CCSGurdeep Singh, Dr., DNB, FICO, FRCS (Glasgow) - Pediatric Ophthalmologist and Squint Specialist (Strabismist)Appelez le 056 226 7366056 226 7366 pour plus d’informations ou pour prendre un RDV. Site internet : www.mediclinic.aeCallSend SMSAdd to SkypeYou'll need Skype CreditFree via Skype
Il n’est pas rare que les enfants souffrent de problèmes oculaires. Quels maux? Voici ici ceux que l’on rencontre le plus fréquemment.Abrasions cornéennesLes abrasions cornéennes sont parmi les douleurs oculaires les plus communes. Si on les traite immédiatement, elles se guérissent en principe rapidement sans séquelles mais si on les néglige, certains cas tournent en infections et ainsi en une complication sérieuse : l’ulcère cornéen.  Il est donc très important de faire examiner les yeux par un spécialiste dès que vous soupçonnez une abrasion cornéenne. Celle-ci peut arriver lorsque quelque chose raye, égratigne, ou frotte la cornée. Les mécanismes de défense naturelle tels que l’os autour de l’orbite, les cils, les paupières et les larmes servent en général de bouclier contre les facteurs extérieurs mais ils ne peuvent pas protéger la cornée à 100% contre des petits résidus tels la poussière, le sable, la sciure de bois, les particules de foin, les étincelles, les ongles, le papier, des irritants chimiques, une utilisation non adaptée des lentilles de contact, une lumière trop intense et autres réactions à des solutions comme certaines aidant à nettoyer les lentilles par exemple.Symptômes :-    Trouble de la vue, -    Impression d’avoir un corps étranger dans l’œil,-    Hypersensibilité à la lumière, -    Yeux larmoyants en permanence, -    Picotements ou des sensations de brûlure dans l’œil, -    Rougeur ou vaisseaux sanguins éclatés -    Et/ou les paupières gonflées.Précaution  et Traitement :Seul un docteur peut confirmer le diagnostique d’une abrasion cornéenne, entre autres en examinant l’œil au moyen d’une lampe à fente ou à l’aide de gouttes de colorant vert (la fluorescéine) qu’on applique à la surface de l’œil et grâce auquel on peut détecter une abrasion éventuelle en ce que celle-ci se colore d’un vert  vif et devient ainsi parfaitement visible. Si votre enfant ou vous-mêmes souffrez d’une abrasion cornéenne, vous devez voir un médecin sur le champ. En attendant surtout, n’essayez pas d’enlever vous-même ce qui semble gêner l’œil, vous ne feriez qu’endommager plus encore la cornée. Évitez aussi de le frotter que ce soit avec du coton ou autre. Ce que vous pouvez faire en revanche c’est couvrir l’œil et vous rendre chez le docteur. Celui-ci peut quant à lui enlever le corps étranger de l’œil le cas échéant, prescrire des gouttes ou crèmes et un bandeau pour cacher l’œil ainsi que prescrire des médicaments antidouleurs en cas de besoin. L’abrasion devrait alors se résorber en quelques jours seulement. Si ce n’était pas le cas ou si cela empirait, il faudrait en avertir votre docteur sans tarder. ConjonctiviteIl s’agit d’une inflammation de la conjonctive, la membrane muqueuse qui entoure les paupières et recouvre le blanc des yeux. Symptômes :-    Rougeur, -    Secrétions (sèches, notamment le matin au réveil),-    Sensation de brûlure, -    Et parfois démangeaisons et sensibilité à la lumière. -   Il est possible que ces symptômes s’accompagnent aussi de fièvre et autres manifestations propres à un rhume particulièrement lorsque la conjonctivite est virale.L’infection peut toucher un œil ou les deux et peut arriver à tout âge, même chez l’adulte, n’importe quand.  La conjonctivite est très contagieuse dans les 10 à 12 premiers jours, et peut durer entre 2 et 3 semaines.  Donc, selon la sévérité de l’infection, il est préférable de garder le « malade » chez lui jusqu'à la fin de l’infection. Causes :-     infection virale-    Allergies saisonnières-    Infection due aux bactéries-    Réaction à des médicaments pour les yeux.-    Cela peut arriver avant ou après un rhume ou une infection respiratoire car le virus qui les cause est le même. Précaution :La plus important est d’éviter la contagion au sein de la famille.Pour cela il faut adopter une hygiène rigoureuse : se laver les mains avec eau et savon avant et après avoir toucher les yeux du malade par exemple. Ne pas laisser le malade toucher le visage d’un autre et inversement. Pour les enfants : ne pas s’échanger les jouets, les serviettes, les taies d’oreiller (lesquelles doivent d’ailleurs être changées tous les jours). Les lunettes aussi, de soleil comme de vue, ne doivent pas passer de main en main (ni d’yeux en yeux) et doivent être régulièrement désinfectées. Traitement :La bonne nouvelle c’est que dans la plupart des cas, la conjonctivite n’est pas grave. Ce n’est juste pas agréable.On se soigne en général par les gouttes prescrites par le médecin, parfois des antibiotiques mais uniquement dans le cas où l’infection menace de s’étendre à d’autres parties de l’œil.   Ceci dit, si la personne infectée a mal, a des troubles de la vue ou une sensibilité exacerbée à la lumière en même temps que l’un des symptômes vus plus haut, cela peut être le signe d’une infection plus grave et il faudra se rendre chez l’ophtalmo. En ce qui concerne les enfants, il est recommandé qu’ils fassent une consultation chez l’ophtalmologue au moins une fois par an.Pour prendre RDV avec le Dr. Gurdeep Singh, du service de pédiatrie ophtalmologique de  Mediclinic City Hospital appelez le 04 435 9999.
Qu’est ce que l’épilation définitive au laser? Il s’agit d’enlever les poils indésirables que ce soit sur le corps ou sur le visage et ce à l’aide d’un laser. Comment est ce que ça fonctionne ? Les lasers produisent une lumière intense qui se trouve absorbée par le pigment contenu dans le poil, la mélanine. La mélanine absorbe donc la lumière et chauffe. Cette chaleur endommage le follicule tout en respectant les tissus de la peau qui sont autour.Le follicule endommagé cesse alors de produire le poil ou, selon la pilosité, ne permet que la repousse d’un poil fin et plus clair.Quelle est la différence entre une épilation traditionnelle et une épilation au laser?  La première, qui comprend l’épilation à la cire, à la pince et le rasage, ne fait qu’enlever le poil en lui-même, à la surface et en laissant le follicule en place, ce qui permet au poil de repousser.L’électrolyse fait passer un courant électrique dans chaque follicule, ce qui à terme les détruit de manière permanente certes mais aussi assez douloureuse et cela prend du temps et des traitements multiples au cours de plusieurs mois voire années.  Quelle partie du corps peut être traitée avec le laser? Les traitements les plus communs sont ceux des jambes, des aisselles, du dessus des lèvres, du menton, et du bikini mais il est aussi possible de traiter toute ou presque partie du corps ou du visage en cas de besoin. Est-ce sans danger? C’est sans danger, efficace et cela représente une bonne alternative aux autres méthodes. Le laser peut traiter une partie étendue du corps, de manière rapide (pratiquement le même  temps que cela vous prendrait pour vous raser). Quelle machine laser est utilisée à Mediclinic City Hospital? Ils sont fiers d’etre les tous premiers à avoir reçu la machine innovante par excellence: GentleMax Pro qui offre plus de puissance et plus de versatilité que toute autre machine ou ustensile sur le marché. Le GentleMax Pro combine les meilleures fonctionnalités de rapidité de résultats et de puissance en termes de vitesse, d’efficacité et de sécurité pour tout type de peau. De combien de sessions avons-nous besoin pour voir les résultats? Après une seule séance vous voyez déjà une amélioration même s’il faut bien sûr plus d’une session pour atteindre les résultants escomptés et la raison en est que les follicules ne sont pas tous actifs en même temps. On estime que 3 à 6 sessions, à intervalle de 4 à 6 semaines sont nécessaires à l’élimination totale des poils sur chaque zone du corps. A la suite de quoi votre médecin traitant peut vous recommander des traitements de maintien  à raison d’une à deux fois par an. Combien de temps dure le traitement? Tout dépend de la zone traitée.Pour une petite surface comme le dessus de la lèvre, les oreilles ou le menton cela ne prend que quelques minutes.  Qui dispense le traitement ? Une infirmière hautement qualifiée et dûment formée, sous la supervision du dermatologue de Mediclinic City Hospital. Est-ce douloureux? En général cela ne va pas plus loin qu’une légère gêne ou une sensation de picotements parfois mais on peut appliquer une crème anesthésique 30 minutes avant la séance de manière à diminuer ces inconvénients. Que se passe-t-il après traitement? La zone traitée peut paraitre un peu gonflée et vous pouvez ressentir comme une sorte de coup de soleil. Certains peuvent avoir un léger changement de pigmentation même si cela reste rare et ne dure pas longtemps. Vous pouvez minimiser ces effets secondaires en suivant scrupuleusement les recommandations antérieures et postérieures au traitement et plus particulièrement éviter le soleil.  Y a t-il une préparation particulière à suivre avant une session? Évitez le soleil car le bronzage augmente les probabilités d’effets secondaires. Il est même plus indiqué d’attendre que son bronzage soit parti avant de commencer un traitement d’épilation définitive au laser. Évitez aussi de vous épiler par pince, cire ou électrolyse car cela perturbe le follicule et interfère donc avec la procédure. En principe on conseille de se raser avant une séance. Les facteurs qui interférent avec les résultats: • Couleur des poils— Les lasers sont les plus efficaces quand ils traitent les poils foncés. Les blonds ne disposent pas d’assez de mélanine pour absorber la lumière et chauffer le follicule. • L’épaisseur du poil— Les plus épais réagissent plus facilement.• La carnation — Avant, seules les personnes relativement pales pouvaient être traitées. Maintenant les personnes les plus mates le peuvent aussi bien que de manière plus délicate et qu’elles aient besoin de plus séances. • Partie du corps— Les bras, les jambes, les aisselles et le bikini sont réceptifs. La zone du visage est plus résistante. En ce moment, Mediclinic City Hospital fait des offres promotionnelles spéciales fêtes sur l’épilation laser. Pour toute question relative aux offres ou pour réserver une séance appeler le 056 177 1235 or email emailProtector.addCloakedMailto("ep_8fb1168f", 1);. Offre valable jusqu’au 31 janvier 2014.
Un bébé est considéré prématuré lorsqu’il est né avant 37 semaines de gestation après le 1er jour des dernières règles. Il faut savoir que c’est aujourd’hui  la seconde cause de mort du nourrisson. Bien que depuis quelques années nous ayons conscience de l’augmentation des naissances prématurées*, le public connait pourtant encore mal les façons de se prévenir de ce genre de complications ainsi que des risques de problèmes liés ensuite au développement d’un enfant ne prématurément. Si beaucoup de bébés survivent à une naissance prématurée (dans la mesure où ils ne sont pas nés trop loin de leur terme), cela n’est pas sans laisser de traces. Les risques liés à une naissance avant terme  peuvent inclure des problèmes respiratoires, une paralysie cérébrale, certaines incapacités mentales et autres.Pour beaucoup de familles, avoir un bébé prématuré signifie soins néonataux et parfois hélas la perte d’un enfant.  Des contractions qui commencent trop tôt et qui mènent à un accouchement avant terme, cela peut arriver à n’importe quelle femme même s’il est vrai que certaines parturientes sont plus à risque que d’autres. Les recherches dans ce domaines continuent afin de déterminer quelles en sont les causes et permettre à partir de là de prévenir un accouchement prématuré. Si des facteurs de risque ont été identifiés, on ne peut toujours pas prédire quelle femme plutôt qu’une autre accouchera avant terme. Et avoir un facteur de risque ne veut pas toujours dire qu’on va en effet accoucher trop tôt non plus. Trois types de femmes rentrent dans la catégorie « à risque » : •    Les femmes qui ont déjà accouché prématurément par le passé •    Les femmes vivant une grossesse multiples ( jumeaux, triplés ou plus) •    Les femmes qui souffrent d’un type particulier d’anomalie utérine ou cervicale  Certains modes de vie peuvent aussi s’ajouter aux facteurs de risque comme fumer, boire, se droguer, manquer de rigueur dans ses soins prénataux, trop de stress, trop d’heures de travail… Enfin, on sait que certaines conditions médicales développées suite à la grossesse peuvent augmenter les risques d’accouchement prématuré : •    Diabètes •    Infections (urinaires, vaginales, MST etc.) •    Pression artérielle et pré-éclampsie•    Problèmes liés au sang comme la coagulation… •    Certaines anomalies chez le bébé lui-même •    Le fait d’être enceinte d’un fœtus  unique après une FIV •    Avoir été trop maigre et donc en carence avant la grossesse. •    Obésité •    Il s’est écoulé moins de 6 mois entre 2 grossesses  •    Exposition à certains polluantsUnité de soins intensifs néonatals (Neonatal Intensive Care Unit)L’unité se situe au niveau 3 de Mediclinic City Hospital, et se trouve être aujourd'hui l'un des plus importants services de ce style (dans le secteur privé). Comprenant 17 lits de soins néonataux intensifs, deux chambres d'isolement et 10 lits pour nouveau-nés en « dépendance élevée », le bébé est assuré d’un excellent niveau de soins intensifs, comme il se doit et comme on se doit de l’exiger.Le séjour d’un nourrisson à l'UNSI peut être difficile, mais pour l’équipe, il est aussi gratifiant de « voir ces bébés grandir et progresser de jour en jour .Chez Mediclinic City Hospital, sont utilisés les tout derniers progrès en matière de médecine et de technologie afin de garantir les meilleurs soins possibles pour tous les bébés. Sont également fournis des soins évolutifs afin de minimiser le stress de l'environnement propre à l’UNSI et d'améliorer la stabilité physiologique des bébés ainsi que de protéger leur rythme de sommeil et de favoriser leur croissance et leur maturation. Un soin particulier est porté aux parents également, afin que ceux-ci se sentent parents justement, même dans ces conditions où l’accès au nouveau-né est plus difficile. La méthode Kangourou notamment est un moyen unique pour favoriser le lien entre un bébé prématuré et ses parents, où l'occasion leur est donnée de tenir leur bébé peau contre peau avec l'aide d'une infirmière spécialement formée pour cela et ce dès que l'état de l’enfant est suffisamment stable. Il existe également des cabines d’allaitement spécialement conçues avec des fauteuils de massage et la télévision afin de permettre aux mères d'allaiter ou tout simplement de se poser confortablement.Le groupe de soutien « City Tots Support Group »L’initiative City Tots a été annoncée en Novembre 2012. Il s’agit d’un groupe de soutien pour les parents d’un bébé prématuré ayant été admis à l’UNSI de  Mediclinic City Hospital. Ce groupe a pour objectif de soutenir et d’éduquer les parents pendant et après le séjour en soins intensifs. Pères et mères suivent une formation sur tous les fronts et peuvent ainsi mieux faire face à ce qui leur arrive, une aide inconditionnelle et entière leur est apportée et City Tots est aussi une plateforme où exprimer leurs doutes, leurs questions etc. Les parents sont aussi encouragés à participer aux différents groupes des « parents UNSI ». Le personnel de l’UNSI de Mediclinic City Hospital, médecins, infirmières, thérapeutes etc. participent activement aux discussions et formations et aident notamment à comprendre certains résultats d’analyses, expliquent comment contrôler une infection, comment s’occuper d’un enfant prématuré sur place et une fois rentré chez soi…  D’autres parents y assistent aussi bien sûr, ce qui permet de partager des émotions, des idées, du vécu, le tout sur un ton toujours positif et impartial. Il a été démontré par le passé combien ce genre de groupe de soutien pouvait apporter à des parents vivant cette situation.Si vous avez des questions en ce qui concerne City Tots, vous pouvez vous adresser à  emailProtector.addCloakedMailto("ep_701203e2", 1);Pour plus d’informations relatives à l’UNSI de Mediclinic City Hospital ou tout autre département contacter le 04 435 9999 ou visitez www.mediclinic.ae/cityhospital.* Il naît environ 55 000 enfants avant terme chaque année dans l'hexagone La prématurité atteint ainsi plus de 6 % des naissances en France.
Qu’est ce que l’ostéoporose? Notre corps fabrique naturellement de nouveaux os mais il détruit aussi les anciens et ce tout au long de notre vie. Entre 30 et 45 ans, les cellules chargées de fabriquer l’os nouveau travaillent plus lentement que celles qui détruisent l’os. La masse osseuse diminue donc et il en résulte ce que l’on appelle l’ostéoporose (littéralement « os poreux »). Qu’est ce qui contribue à l’ostéoporose ? Il y a un certain nombre de facteurs qui accélèrent la perte de masse osseuse et augmentent les risques de developper de l’ostéoporose :• l’utilisation de certains médicaments dont les corticostéroïdes• boire trop d’alcool• une carence en vitamine D• fumer• un manque de calcium dans le régime alimentaire• un manque d’exerciceQuels sont les symptômes de l’ostéoporose? Comme il s’agit d’une maladie dite silencieuse il n’y a très souvent pas de symptômes, ni de douleurs et on vit avec sans le savoir jusqu'à ce qu’un os se casse. Une fois qu’une fracture a lieu, il est fort probable que d’autres surviendront et notamment après un incident mineur. Au fur et à mesure que la maladie progresse, les symptomes suivants peuvent apparaitre : • Maux de dos• Perte de poids et une posture plus tassée qu’à l’habitude. • Le haut du dos se courbeL’ostéoporose non traitée peut aboutir à une perte de la mobilité et la vie s’en ressent bien sûr…Comment se passe un examen? Les femmes souffrent plus d’ostéoporose que les hommes . Ceci est en partie dû à la ménopause au cours de laquelle les niveaux d’œstrogène diminuent, ce qui accélère la perte de la masse osseuse et peut augmenter les risques d’ostéoporose. L’ostéoporose survient lorsque la densité et la qualité des os diminuent, augmentant ainsi les risques de fractures. Un rayon X spécifique, appelé DXA (absorptiomètrie à rayons X en double énergie) peut être utilisé afin de découvrir si vous souffrez d’ostéoporose ou si vous êtes à risque. Ce rayon X est sans douleur et la procédure dure environ 10 minutes. L’exposition au DXA est en plus bien plus faible que celle des autres rayons X.  L’ordinateur de bord génère alors un « imprimé » avec photos et résultats. Que peuvent signifier les résultats obtenus ?Les résultats permettront de connaître votre densité minérale osseuse (DMO), et cela aidera votre médecin à déterminer si vous souffrez ou non d’ostéoporose. Le score T est un système de mesure utilisé pour comparer la densité osseuse d’une personne à celle d’un groupe de jeunes adultes du même sexe. Le score T indique le nombre d’unités (écart-type) au-dessus ou au-dessous de la densité de référence. Plus le score T est élevé, plus la densité osseuse est élevée. Le score T n’est pas le seul facteur utilisé pour établir un diagnostic d’ostéoporose. Selon l’Organisation mondiale de la Santé, un score T situé entre + 2,5 et - 1 est considéré comme un score normal; un score T entre - 1 et - 2,5 traduit une faible masse osseuse (ostéopénie) et enfin, un score T inférieur à - 2,5 indique la présence d’ostéoporose.Ce que le score T signifie pour vous dépendra également de votre âge au moment où il a été déterminé. Par exemple, un score T de - 1,5 chez une femme de 50 ans ne sera pas aussi préoccupant qu’il le sera chez une femme de 65 ans. Les médecins évalueront votre risque de fractures sur la base de votre score T et de votre âge, et des autres facteurs de risque que vous présentez éventuellement. (source: http://www.healthandbone.ca)« Amincissement des os » : c’est quand votre densité osseuse a diminué, rendant vos os plus fragiles et plus susceptibles de casser. L’ostéoporose affecte aujourd’hui environ 75 million de personnes en Europe, aux États Unis et au Japon. Sans traitement, 1 femme sur 3 (1 homme sur 5) de plus de 50 ans subit des fractures causées par l’ostéoporose. Si l’on vous diagnostique de l’ostéoporose, la bonne nouvelle c’est que c’est traitable, que vous pouvez protéger vos os de possibles fractures et prévenir une accélération de la perte de votre masse osseuse.En cas d’ostéoporose, que faire ? Avoir été détecté et donc connaitre sa condition constitue déjà un pas dans la bonne direction. Il est important de comprendre la maladie, de comprendre ce qui nous arrive et quelles sont les mesures à prendre pour vivre avec.  Il y a des options de traitement qui aident à maintenir la densité osseuse et à réduire les risques de fractures. Votre docteur peut vous prescrire des médicaments et vous conseiller sur quelques mesures à prendre et quelques routines à changer dans votre train de vie afin de protéger vos os tels que : • Respecter sa prise de médicaments comme indiquée par le docteur. • Prendre suffisamment de vitamine D car elle protège les os et aide à absorber le calcium contenu dans votre nourriture. La vitamine D est produite par le corps lorsque vous prenez le soleil, vous pouvez aussi suppléer à un manque en favorisant les aliments qui en contiennent comme les œufs et les poissons gras (maquereau, saumon, thon).En prenant de l’âge la capacité à produire de la vitamine D diminue et c’est pourquoi il est si important de s’en procurer sous d’autres formes. Si vous êtes âgés de plus de 50 ans et que vous souffrez d’ostéoporose, vous avez besoin de 800-1,000 IU par jour de vitamine D sous forme de supplément. • Faire de l’exercice.Vous pouvez mettre au point un programme d’exercices spécifiques avec votre docteur  incluant la marche à pieds et tout exercice qui renforce les muscles peuvent favoriser la fabrication des os et maintenir leur densité. D’autres exercices sans impact comme le yoga et le pilates sont aussi recommandés en ce qu’ils favorisent l’équilibre, ce qui réduit les risques de chutes et fractures.Le Dr. Mazin Al-Janabi, Consultant en médecine nucléaire, est l’expert en ostéoporose de Mediclinic City Hospital. Ses postes précédents incluent King’s College Hospital où il enseignait la médecine nucléaire et l’hôpital Queen Elizabeth de Londres, où il occupait la position de chef du département de médecine nucléaire. Pour plus d’informations : emailProtector.addCloakedMailto("ep_e5093b11", 1);A l’occasion de la journée mondiale de l’Ostéoporose le 22 octobre, Mediclinic City Hospital offre un package incluant une consultation avec le Dr. Mazin, un DXA et un test de niveau de  vitamine D, à seulement AED 1,000. Offre valable jusqu’au 21 novembre 2013. Site : http://www.mediclinic.ae/
N’oubliez pas que les yeux aussi doivent être contrôlés régulièrement et faire partie de votre bilan de santé. Les faire examiner 1 à 2 fois par an est une bonne moyenne et cela permet de détecter d’éventuels problèmes avant qu’ils ne deviennent plus sérieux. Durant ces examens, il est important de s’assurer que l’ophtalmologue vérifie la pression intraoculaire, c'est-à-dire que la pression de l’humeur aqueuse dans l’œil  ne soit pas trop forte car cela est souvent un symptôme de glaucome. Aussi, si vous souffrez de diabète, de pression artérielle ou que quelqu’un dans votre famille en souffre, demandez à votre médecin traitant de vous mettre en relation avec un professionnel de la rétine pour examens réguliers. De tels examens, pratiqués régulièrement, peuvent en effet sauver la vue, en particulier chez les diabétiques. Problèmes oculaires communs:•    Irritation : impression que l’œil est sec ou qu’il y a quelque chose à l’intérieur. Un ophtalmo doit alors faire un examen de routine. •    Difficultés à lire : cela débute en général autour de 40-45 ans. L’œil n’est alors plus dans la mesure de se faire à la lecture et nécessite le port de lunettes de vue.•    Rougeur soudaine dans l’œil, accompagnée de douleurs ou irritations : cela peut être dû à une infection ou une inflammation et il est recommandé de prendre un RDV chez l’ophtalmo assez rapidement.Problèmes sérieux requérant une attention immédiate:•    Rougeur soudaine dans l’œil accompagnée de douleurs et une soudaine baisse de la vue : cela peut être dû à une augmentation subite du liquide oculaire (humeur aqueuse) et de la pression intraoculaire. Dans ce cas, il faut aller aux urgences les plus proches. •    Flottements: l’impression de voir flotter des objets, des toiles d’araignée, des araignées ou des mouches… dans l’un ou les deux yeux. Il faut faire un examen rétinal au plus tôt car cela peut être dû à une détresse dans la partie aqueuse de l’œil souvent annonciatrice d’une lésion dans la rétine ou d’un détachement de la rétine.Article écrit par le docteur Sharif Issa, M.B., B.Ch., B.A.O., B.Med.Sc.(hons), M.Sc.(hons), MRCS-Ireland, MRCOphth (UK), FRCSEd (Ophth.), CCS, Consultant Ophthalmic Surgeon pour Mediclinic City Hospital. Pour prendre RDV, appeler le 04 435 9999.   Site : http://www.mediclinic.ae/
  1. Les + lus
  2. Les + récents