L’éducation sur le diabète aide les individus en souffrant à apprendre comment gérer leur pathologie et être en aussi bonne santé que possible. Ce programme se concentre sur 7 habitudes de santé* qui permettent aux personnes de bien contrôler leur diabète et d'avoir ainsi une meilleure qualité de vie…:- Manger sainement - Être actif- Adopter l’Auto-Surveillance - Prendre ses prescriptions - Résoudre les problèmes liés au diabète- Adaptations saines- Réduire les risques Quel est l’objectif de l’éducation sur le diabète?Il s’agit d’aider les personnes diabétiques à mettre ces habitudes santé en pratique au quotidien. Cela peut certes être difficile mais il est avéré que ces habitudes sont bénéfiques, et aident à maintenir le taux de glycémie, à diminuer la pression artérielle et le cholestérol. La plupart des personnes atteintes de diabète savent que l’autogestion est importante, mais beaucoup se sentent dépassés. L’éducation sur le diabète aide en concevant un plan spécifique pour chaque personne qui inclut les outils et le soutien nécessaires à la facilitation du programme. Quel est le rôle des éducateurs?Ils détiennent une connaissance approfondie de cette pathologie et disposent des ressources indispensables pour apprendre aux personnes diabétiques à gérer leur diabète et à vivre le plus normalement et sainement possible. Par exemple, un éducateur explique comment certains aliments peuvent affecter le taux de sucre dans le sang et donne des instructions spécifiques sur la façon de surveiller ce taux. Il explique comment prendre ses prescriptions correctement. Un éducateur accompagne aussi dans l’assimilation des mesures de prévention des complications du diabète.Mediclinic City Hospital propose des RDV d’éducation sur le diabète qui incluent tout cela et plus encore d’informations selon votre propre cas comprenant:- Comprendre comment injecter l'insuline :Connaître la durée d'action de l'insuline injectéeLes zones ou injecter l'insulineLes techniques d'injectionConnaître le stylo auto-injectableConnaître l'intérêt d'utiliser une pompe à insuline- Conseils en cas de voyage- Conseils sur comment surveiller l'état de ses pieds- Comment s'adapter à l'exercice physique et au sport- Accompagnement psychologiqueAttention, l’éducation sur le diabète n’est pas un sermon. Il s’agit d’une orientation, d’un coaching et d’un soutien dont l’efficacité sur les personnes souffrant de diabète est avérée, et qui leur permet également de ne pas se sentir isolé… Imane Laabichi, Certified Diabetes Instructor, RN a fait ses études en Angleterre et a travaillé en tant que manager des cas de diabète pour the Dubai Health Authority avant de rejoindre l’équipe de Mediclinic City Hospital. Pour plus de renseignements : emailProtector.addCloakedMailto("ep_9f0aef36", 1);(*mises en place par L’association américaine des éducateurs en diabète- American Association of Diabetes Educators)
Le dos est l’une des parties les plus puissantes du corps. Il est constitué d’os reliés entre eux par des disques solides qui lui permettent une bonne flexibilité. Il est aussi entouré et renforcé par des tissus incluant des muscles puissants. Les douleurs lombaires sont la principale cause d'incapacité dans le monde et sont à l'origine d'un tiers des invalidités provoquées par le travail. Près d'un dixième de la population mondiale (incluant les enfants) souffre de lombalgies (douleurs dans le bas du dos).La plupart des douleurs dans le dos provient de ses parties actives: les muscles, les ligaments et les joints. C’est tout simplement parce que votre dos ne bouge pas ou ne fonctionne pas tel qu’il le devrait. C’est pourquoi, si vous souffrez, vous devez rester actif et stimuler la capacité naturelle du dos à se rétablir tout seul.Quelques points importants en ce qui concerne le mal de dos:•Seules quelques rares personnes qui en souffrent ont des hernies discales ou un nerf coincé. Et pour certaines de ces personnes touchées, cela s’améliore généralement sans avoir besoin de recourir à la chirurgie.• Les rayons X et les IRM peuvent certes détecter des lésions graves de la colonne vertébrale mais ils ne sont généralement d’aucun secours en ce qui concerne les douleurs ordinaires. Certains docteurs parlent de dégénérescences, ce qui inclue les changements « normaux » dus à l’âge. Et cela ne veut pas nécessairement dire endommagement ou arthrite.•Il arrive souvent que le docteur n’arrive pas à déterminer la cause de votre douleur. Et cela peut être frustrant mais cela veut aussi dire qu’il n’y a rien de grave en ce qui concerne votre colonne vertébrale.Quand vous avez mal au dos, n’oubliez pas que:• Le mal de dos est très commun et même si vous souffrez depuis un bon moment, cela ne veut pas nécessairement dire que vous avez quelque chose de grave.• Rester alité plus de 2 ou 3 jours ne fera qu’empirer votre état, plus vite vous recommencez à vous activer, plus vite votre mal passera. • Continuez à pratiquer des activités douces telles que la marche ou la nage puis augmentez votre rythme peu à peu, au fur et à mesure que votre douleur s’attenue. • Des périodes d’anxiété ou de stress peuvent augmenter la douleur, cela est dû à la crispation qui contracte les muscles du dos• Si votre état ne s’améliore pas au bout d’un temps raisonnable, alors pensez à consulterMediclinic City Hospital dispose de chirurgiens orthopédiques très expérimentés qui, tous, ont une sous spécialisation dans des disciplines particulières afin que les patients de Mediclinic soient pris en charge de manière complète et profitent du meilleur niveau d’expertise professionnelle.Medicilinic dispose également d’une équipe pluridisciplinaire de thérapeutes, infirmiers, physiothérapeutes et praticiens orthoptiques qui aident dans la gestion d’une large variété de maladies articulaires, tant par voie chirurgicale que non chirurgicale. L’équipe de spécialistes de Mediclinic comprend:Dr. Michael Opitz, Consultant Trauma & Orthopaedics, MBChB, FCS (Orth) SADr. Murad Abdunabi, Consultant Trauma & Orthopaedics, MBBS, CCST (Trauma & Ortho), Facharzt (Ortho), FRCSI Dr. Shine Ashokan, Consultant Trauma & Orthopaedics Horaires : Patients externes: samedi- jeudi, 8h-17h Trauma services: 24h/24 via le service des urgences Appelez le 04-435 9999 pour informations complémentaires ou pour prendre un RDV: ici
Bien que tout le monde soit généralement résilient, la plupart d’entre nous vivons des périodes de tristesse, de dépressions ou d’anxiété à un moment ou un autre de notre vie. Habituellement ces sentiments se font en réaction à des changements radicaux dans la vie comme la perte d’un emploi, une maladie, la perte d’un être aimé, ou une myriade de petits stress divers nous touchant nous ou des membres de notre famille. C’est important de noter que, pour la plupart, cet état de tristesse ou de dépression est une réaction normale et même plutôt prévisible lorsque l’on vit un changement important. La durée de ces sentiments est généralement courte, avec un retour à la normale rapide, sans que cela ait eu un impact vraiment important sur notre quotidien. Qu’est ce que la dépression?Des millions de personnes dans le monde vivent avec la dépression, une maladie qui touche le corps, l’humeur et les pensées. Cela interfère avec notre quotidien, avec notre fonctionnement « normal » et cela cause une souffrance à ceux qui en affectés. La dépression est à distinguer de ce qu’on appelle le « blues » ou la « déprime » qui, eux, sont passagers.Ce n’est pas non plus un signe de faiblesse ou un mal être qui peut être contrôlé par la volonté ou dont on peut faire abstraction… Les personnes souffrant de dépression grave ne peuvent tout simplement pas « prendre sur eux » et aller mieux juste en le voulant ou en « faisant un effort ».Ceci dit, la dépression, même dans les cas les plus sévères, est une maladie parfaitement traitable. Comme avec beaucoup de maladies, plus tôt on traite, plus grande est l’efficacité et la chance d’éviter les rechutes.Comment reconnaitre qu’une personne souffre de dépression ?Lorsque des sentiments de tristesse profonde, incluant l’impression d’être bon à rien, sans espoir, impuissant, inutile, durent plusieurs jours ou semaines et empêchent la personne de fonctionner « normalement », cette tristesse peut évoluer en dépression clinique, une maladie qui peut être soignée. Pour qualifier un état de dépression, ces symptômes doivent se faire ressentir sur la majeure partie de la journée, tous les jours pendant au moins 2 semaines et ils doivent causer une détresse et un état de faiblesse notables. Symptômes de la dépressionSelon the National Institute of Mental Health (l’Institut Américain de la Santé Mentale), les gens qui souffrent de dépression ne ressentent pas tous les mêmes symptômes. Sa gravité, sa fréquence et sa durée varient en fonction de l’individu, de sa maladie propre et de ses circonstances. Des symptômes communs peuvent comprendre :• Difficulté de concentration, de se souvenir des détails et de prendre des décisions• Fatigue et manque d’énergie• Sentiments de culpabilité, d’inutilité et/ou d’impuissance• Pessimisme• Insomnie, réveil très matinal, ou au contraire trop dormir• Irritabilité, agitation• Perte d’intérêt pour les activités ou hobbies auxquels on était attachés y compris la sexualité. • Perte d’intérêt pour les petits plaisirs de la vie. • S’empiffrer ou perdre l’appétit• Maux ou douleurs persistent(e)s : tête, crampes, troubles digestifs qui ne passent pas avec des médicaments• Sentiment durables de tristesse, anxiété ou impression persistente d’être « vide » • Pensées suicidaires ou tentative de suicide…La dépression est-elle une maladie commune chez l’homme ou la femme ? C’est une maladie en augmentation constante depuis quelques décennies dans les pays dits industrialisés comme les US, l’Angleterre, l’Europe, tellement que les spécialistes appellent cela « le rhume de la psychiatrie ». Près d’une personne sur 5 en France, et plus de 300 millions dans le monde en souffrent. Les dépressifs graves sont ceux qui sont le plus à risque de commettre un suicide. Il faut savoir que chez les jeunes de 10 à 24 ans, le suicide est la 3e cause de décès… et malheureusement la plupart des personnes atteintes de dépression ne font jamais appel ni aux professionnels ni à leurs proches.Or, si on ne la soigne pas, la dépression est susceptible d’empirer, de durer des années et de causer énormément de souffrance, dans la plus grande solitude et le plus grand silence.On estime que d’ici 2020, la dépression grave sera la 2nd cause de décès ou d’invalidité, après les maladies cardio-vasculaires. La dépression touche deux fois plus de femmes que d’hommes. Les raisons à cela ne sont pas tout à fait claires, mais on peut prendre en compte les aspects combinés des facteurs biologiques (hormones etc.), psychologiques et socioculturels (comme la répartition des taches et le pseudo « rôle à tenir » par sexe).Depuis quelques années on réalise que la dépression touche de plus en plus de jeunes…à un âge de plus en plus tendre, d’où la nécessité accrue de traiter les symptômes de plus en plus tôt.La bonne nouvelle est qu’il existe des traitements efficaces contre la dépression dont la psychothérapie et les médicaments, qui contribuent à réduire et/ou à éliminer les symptômes.Dr. Michael Hamarneh, BA (Psychologie), MA (Psychologie clinique), and PhD (Counseling Psychology), est un psychologue certifié par le American Board dont les intérêts principaux se situent dans (mais ne sont pas limités à):• La thérapie en individuel, de couple ou familiale• Soutien en cas de deuil• Intervention en état de crise et résolution des conflits• Gestion du Stress• Troubles lies aux changements subis (ou gestion des changements majeurs dans une vie incluant une nouvelle expatriation et l’intégration à une culture différente)• Sautes d’humeur• Troubles de l’anxiétéPour en savoir plus ou pour prendre un RDV, appelez Mediclinic City Hospital au 04 435 9999.
L’épilepsie est l’une des maladies neurologiques chroniques les plus communes, elle est caractérisée par des attaques ou crises imprévisibles. Toutefois, avoir une crise ne signifie pas que vous êtes épileptique. L’épilepsie est déterminée lorsque le patient (quelque soit son âge) souffre de crises récurrentes (à partir de 2) et non provoquées qui ne sont pas causées par les facteurs pouvant provoquer des attaques chez des gens « sains » comme le manque prolongé de sommeil, l’abus d’alcool, ou une sérieuse glycémie.Définition des crises: Le cerveau produit en principe une activité électrique continue vers les cellules nerveuses et dans des milliards de connections entre elles appelées synapses afin de réguler les fonctions du cerveau.Une crise est produite par une soudaine et anormale impulsion électrique dans le cerveau et peut avoir une variété de causes telles que la fièvre (surtout chez les enfants) , un traumatisme crânien ou certaines maladies sous-jacentes . La plupart des crises durent de 30 secondes à deux minutes, peut ou non être accompagnée par des convulsions, et généralement ne causent pas de dommages durables. Une attaque est une urgence médicale si elle dure plus de cinq minutes ou si elle devient multiple.Cette impulsion électrique anormale peut affecter la surface entière du cerveau où la plupart des neurones sont situées (il s’agit alors de crise généralisée). Des facteurs héréditaires jouent un rôle important dans la plupart de ces crises. L’impulsion électrique anormale peut également débuter dans une région limitée du cerveau (appelée alors crise partielle ou focale). Il y a différentes causes connues de crise focale telles qu’un traumatisme crânien, des infections au cerveau, attaque cardiaque, tumeurs, développement anormal de malformations dans une partie du cerveau pendant la grossesse ou vaisseaux sanguins anormalement formés. Toutefois la plupart du temps on n’en connait pas la cause. La génétique peut jouer un rôle chez certains patients…Selon la localisation de cette impulsion électrique anormale, le patient peut démontrer des comportements anormaux comme des changements dans son mental, des sensations bizarres (fourmillements, hallucinations olfactives ou visuelles), des gestes répétitifs incontrôlables ou une combinaison de tout cela. C’est pourquoi un tiers aura du mal à se rendre compte que la personne en face de lui vit une crise en particulier lorsqu’il s’agit d’une crise d’absence où le patient aura juste le regard vague pendant quelques secondes. D’autres sont facilement identifiables comme lorsque le patient tombe, se raidit, a des convulsions ou perd le contrôle de sa vessie ou de ses sphincters.Les personnes souffrant d’épilepsie peuvent souffrir de différents types d’attaques.Les crises et l’épilepsie ont un impact majeur sur la vie du patient, cela affecte sa sécurité personnelle, ses activités quotidiennes, ses relations, sa capacité à conduire…sans parler d’un risque de stigmatisation sociale. Cela peut aussi avoir pour effet des troubles du comportement, de l’humeur surtout pour les patients dont la maladie n’est pas facilement contrôlable.Diagnostiquer l’épilepsie et le type de crise est un exercice complexe puisque les attaques se passent rarement chez le docteur…qui alors dépendra du récit et de l’exactitude de la description des symptômes par son patient (et/ou ses proches) pour établir un profile.Il faut dire que certaines maladies peuvent causer des changements dans le comportement comme mentionné plus haut qui peuvent être confondus avec l’épilepsie.Et puisque le traitement des crises dépend de l’exactitude du diagnostique, tous les détails comptent et doivent être collectés usant de moyens sûrs tels que l’électroencéphalogramme, un test pendant lequel des électrodes sont attachées au cuir chevelu afin d’enregistrer l’activité électrique du cerveau. Il s’agit d’une procédure non invasive sur un patient de jour qui prend entre 30 et 60 minutes pendant lesquelles le patient peut se détendre et dormir. D’autres tests incluent l’IRM qui vérifiera qu’il n’y ait pas de lésions cérébrales par exemple. TraitementLes buts principaux du traitement sont de contrôler les crises avec une utilisation minimale de médicaments et de parvenir à vivre une vie aussi « normale » que possible.Toutefois il faut garder en tête que la gravité et les types d’épilepsie sont très différents d’un patient à l’autre et l’approche du traitement peut varier. Certains patients peuvent requérir plusieurs médicaments, certains auront besoin d’une intervention chirurgicale ou, lorsque la médicamentation échoue, considérer la stimulation du nerf vague par un implant (dispositif - implanté sous la peau du thorax - qui stimule le nerf vague en produisant une impulsion électrique toutes les 5 minutes). Le docteur Muhammad Al-Kaylani de Mediclinic City Hospital peut examiner, diagnostiquer et traiter les patients souffrant d’une telle maladie.Muhammad Al-Kaylani, MDConsultant NeurologistAmerican Board of NeurologyAmerican Board in EpilepsyPour en savoir plus ou pour prendre RDV : 04 435 9999.
L’une des premières questions que l’on se pose à notre arrivée à Dubai c’est « Où trouver un médecin français ou tout au moins qui parle le français ? ». C’est que bon nombre d’entre nous ne maitrise pas encore tout à fait la langue de Shakespeare au moment de s’installer aux EAU, et quand bien même, il est toujours plus facile et efficace d’expliquer ses tracas et de confier sa santé à un professionnel de la santé qui comprenne notre langue maternelle. Et si en plus, ce docteur applique à Dubai les standards avec lesquels nous avons grandi en France, alors beaucoup d’entre nous se retrouve plus en confiance. Très consciente de ce besoin, Dr. Nawar Tayara Sayed, Pédiatre et Pneumo Pédiatre décide de créer « The French Clinic » en 2007, afin de proposer une médicine de « qualité à la française » principalement pour la communauté française et francophone aux Émirats Arabes Unis. L’objectif étant de proposer un standard de soins conforme à nos normes en France, Dr Nawar Tayara Sayed, a lancé ce projet ambitieux au service de la communauté francophone (et francophile). Cette initiative a été très bien perçue et Dr Tayara a, très vite, été reconnue en tant que Médecin conseil du Consulat Général de France à Dubaï ainsi que médecin des écoles françaises (Georges Pompidou, AFLEC). Elle a choisi Dubai HealthCare City pour monter sa clinique en raison de son emplacement idéal ( accès simple et rapide de Sheikh Zayed Road) certes, mais surtout parce que Dubai HealthCare City offre l’avantage de grouper tous les professionnels de santé (Cabinets médicaux avec différentes spécialités, Centres d’imagerie médicale, laboratoires, pharmacie, etc.) sur un même lieu facilitant, de ce fait, l’accès à tous les soins. Les standards mis en place dans cette ville médicale, en conformité avec les meilleures normes occidentales, et les audits qualitatifs de conformité qui y sont pratiqués font que les soins délivrés font partie des meilleures soins proposés dans la région. The French Clinic s'adresse à toute la famille. Les praticiens qui y exercent ont été formés dans les meilleurs hôpitaux de France. Ils sont Français ou francophones et sont à même de vous prodiguer des soins pour tous les âges en adéquation avec les directives françaises. The French Clinic s’est attaché les services de praticiens spécialisés en Médecine Générale, en Pédiatrie, en Pneumologie Pédiatrique, En Gynécologie-Obstétrique, en Rhumatologie, en Médecine Esthétique mais également en Psychologie, une équipe pluridisciplinaire donc, composée de 8 praticiens, et trois infirmières. Vous pourrez procéder à vos check up (prise de sang, d'urine), vos test d'allergologies, vos rappels de vaccins, etc. Bref The French Clinic , est la clinique qui permet de centraliser tous vos besoins en matière de santé…et en français… L’équipe se compose de : Dr Nawar TAYARA SAYED, Pédiatre, Pneumologue pédiatre, Néonatologue, et Directrice Médicale de The French Clinic Diplômée de la Faculté de Médecine de Nancy. Parle français, anglais, arabe Dr. Wilfried BOUVAIS, medecin de famille et hypnotherapeute, Diplomé de la faculté de medecine de Nantes et de l'Institut Romand d'hypnose en Suisse. Parle français, anglais Mrs. Virginie GASQUET COLLODORO, Speech and language Therapist , Diplômée de luniverité de Liège en Belgique en Speech and Language Therapy et de l'université d'Orléans en sciences du langage. Parle français, anglais Dr Ziad ALOBEIDI, Médecin Généraliste et Esthétique Diplômé de la Faculté de Médecine de St Georges a Londres Parle anglais, arabe   Dr Gabriel MASSON, Rhumatologue Diplômé de la Faculté de Médecine de Poitiers Parle français, anglais Mrs. Vanessa BOKANOWSKI, Psychologue et Psychotherapeute, psychanalytique enfants, adolescants, adultes et couples Parle français, anglais   Dr Fella SADI, Obstetrician and Gynecologist, Diplomée de l'Université Paris V et ancienne interne des Hopitaux de Paris Parle français, anglais, arabe   Dr Rashad HADDAD, Obstetrician and Gynecologist, Diplômé de la Senior International Faculty à the America Academy of Aesthetic Medicine. Parle français, anglais, arabe   Dr Hichem BENSMAIL,Obstetrician and Gynecologist, Diplômé de la Bordeaux University Hospital. Parle français, espagnol, anglais, arabe     Depuis 10 ans, The French Clinic est la référence en matière de soins apportés aux Français et francophones de Dubai. La clinique est ouverte du Samedi au Jeudi, de 8h30 à 18h00 en continu. Les patients sont reçus sur rendez-vous. Toute l’équipe vous y accueille avec plaisir. The French Clinic Dubai Healthcare City Al Razi Building 64, Block C/D ,3rd Floor Po Box 505048 / DUBAI Tel : 04 429 8450 / Fax : 04 429 8451 emailProtector.addCloakedMailto("ep_d9d39f78", 1); Parking souterrain www.frenchclinic.com Facebook  
Toute douleur dans la tête peut être le symptôme d’un souci plus grave, mais heureusement, elle disparaît généralement d'elle-même sans nécessiter une intervention médicale. Certains cas, cependant, nécessitent une prise en charge:MigraineLa migraine fait partie du top 20 des maladies les plus handicapantes du monde - plus de 10% de la population souffre de migraine, selon la Migraine Research Foundation. Une migraine peut causer une douleur lancinante intense comme une sensation de pulsation dans une région donnée de la tête et est généralement accompagnée de nausées, vomissements et d’une sensibilité extrême à la lumière et au son. La douleur atroce que les migraines apportent peut durer des heures, voire des jours. Certaines personnes en souffrant peuvent clairement identifier les déclencheurs ou facteurs qui causent leurs maux, mais beaucoup en sont incapables.La médicine identifie certains de ces déclencheurs tels que: • Allergies et réactions allergiques• Lumière vive, beaucoup de bruit, et certaines odeurs et parfums• Stress physique ou émotif • Changements dans ses habitudes de sommeil ou sommeil irrégulier• Fumer ou être expose à la fumée de cigarette• Sauter des repas ou jeûner• L’alcool• Fluctuations dans le cycle menstruel, pilules contraceptives, fluctuations hormonales dues à la ménopause• Maux de tête liés à la tension nerveuse• Produits alimentaires contenant de la tyramine (vin rouge, fromages affinés, poisson fumé, foie de poulet, figues, et certains haricots), glutamate de monosodium, ou nitrates (bacon, hot dogs, et salami)• D’autres mets aussi comme chocolat, noix, beurre de cacahuètes, avocat, banane, agrumes, l’oignon, les produits laitiers, et la nourriture fermentée ou vinaigrée.Crise cardiaqueLes signes et symptômes de la migraine peuvent parfois être confondus avec ceux d’une crise cardiaque, un autre trouble neurologique commun. Selon les estimations, en France, 60,000 personnes par an font une crise cardiaque.En général, une crise est déclenchée quand l’afflux de sang dans le cerveau est restreint par une artère bloquée ou obstruée. Il s’agit d’une urgence médicale et vous devez vous rendre immédiatement à l’hôpital le plus proche si vous ressentez:• Un mal de tête sévère, en particulier s’il est soudain, comme un coup de tonnerre ou s’il est accompagné de vomissements et d’une relative perte de la conscience • Un sentiment de trouble, incluant une difficulté à parler et à comprendre• Un engourdissement du visage, une jambe ou un bras du même coté• Vision troublée d’un œil ou des deux yeux• Difficultés à marcher, incluant vertiges et manque de coordinationAttaqueUne attaque est produite par une soudaine et anormale impulsion électrique dans le cerveau et peut avoir une variété de causes telles que la fièvre (surtout chez les enfants ) , un traumatisme crânien ou certaines maladies sous-jacentes . Les attaques ne sont pas réservées aux personnes souffrant d’épilepsie. La plupart des crises durent de 30 secondes à deux minutes, peut ou non être accompagnée par des convulsions, et généralement ne causent pas de dommages durables. Une attaque est une urgence médicale si elle dure plus de cinq minutes ou si elle devient multiple.L’équipe de neurologie de Mediclinic City Hospital peut examiner, diagnostiquer et traiter les patients souffrant de telles maladies, ainsi que d’autres troubles neurologiques.Dr. Hakam Asaad, FAANDr. Asaad est expert en Neurologie et Neurophysiologie, spécialisation obtenue à l’University of Texas Southwestern Medical Center, Dallas. Il est certifié en neurologie, neurologie vasculaire, neurophysiologie clinique et médecine du sommeil par the American Board.Dr. Muhammad Al-Kaylani, FAANDr. Al-Kaylani est expert en Neurophysiologie clinique, épilepsie et médecine du sommeil ayant eu sa certification auprès de Vanderbilt University Medical Center, Nashville, Tennessee.Dr. Al-Kaylani est certifié par the American Board of Neurology and Psychiatry in Neurology, American Board of Clinical Neurophysiology, American Board in Epilepsy and American Board of Sleep Medicine. Il est membre de l’American Academy of Neurology, American Epilepsy Society, American Clinical Neurophysiology Society et the American Society of Sleep Medicine.Pour en savoir plus ou pour prendre RDV : 04 435 9999.
La chirurgie anti-reflux est disponible aux Émirats Arabes Unis auprès du Docteur Jose-Luis Gallego, Consultant Laparoscopique et Chirurgien Bariatrique pour Mediclinic City Hospital. Il est l’un des rares docteurs du pays à pratiquer ce type de chirurgie. Le reflux gastro-œsophagien, ou RGO, arrive lorsque le contenu de l’estomac reflue vers l’œsophage et/ou la bouche. Le reflux est un processus normal chez les nouveaux nés en bonne santé, les enfants et les adultes et cela n’arrive que très rarement durant le sommeil. La plupart des « épisodes » de reflux sont brefs et ne causent aucun symptôme réellement préoccupant ou de complications. Au contraire des personnes souffrant de RGO, elles, font face à de tels symptômes et parfois même à des dommages liés au reflux, incluant brûlures d’estomac, régurgitation, vomissements, difficultés ou douleurs à avaler. Le reflux d’acides peut aussi endommager les cordes vocales causant un certain enrouement et ces acides peuvent même se retrouver inhalés dans les poumons provoquant ainsi des infections pulmonaires à répétition. Le reflux gastro-œsophagien est bien sûr traité selon sa gravité. Le traitement initial des symptômes modérés inclue la prise de médicaments (afin de réduire l’acide gastrique) et le changement du mode de vie tel que perdre du poids, surélever sa tête pour dormir, éviter certains aliments, arrêter de fumer ou éviter des repas trop copieux et trop tardifs.Lorsque les symptômes ne sont pas bien maitrisés et que des complications apparaissent ou bien lorsque le patient ne veut plus prendre ses médicaments on doit alors considérer une intervention chirurgicale. Une intervention anti-reflux comprend de réparer l’hernie hiatale et de renforcer le sphincter œsophagien inférieur. Le traitement chirurgical le plus commun se fait par laparoscopie aussi connu sous le nom de Fundoplicature de Nissen.« Cette opération consiste à resserrer les parois de l’œsophage dans la région adjacente à l’estomac, ce qui augmente la pression à proximité du sphincter œsophagien inférieur. En augmentant la pression au niveau du point de jonction entre l’œsophage et l’estomac, la chirurgie empêche le contenu stomacal de refluer vers l’œsophage. Une autre méthode utilisée dans le traitement chirurgical du reflux gastrique consiste à resserrer la valve de l’œsophage. Ce resserrement permet à la valve de sceller efficacement les parois de l’œsophage empêchant ainsi la régurgitation des acides gastriques à l’intérieur de cet organe. »Les résultats d’une telle intervention sont généralement excellents (dans 90% des cas) et ne nécessitent qu’une journée d’hospitalisation. Le patient récupère très vite, en moins de 2 semaines. Les éventuelles complications peuvent inclure une difficulté durable à avaler, une sensation de ballonnements, des gaz ou une réouverture de la cicatrice.Dr. Gallego détient le Bachelor of Medicine and Surgery from Universidad Complutense de Madrid. Il est certifié en tant que spécialiste en chirurgie générale et digestive par le ministère de l’éducation et des Sciences Espagnol. Il a travaillé à l’Hopital Universitario Carlos Haya, Malaga, en tant que tête du département de traitement de l’obésité et de chirurgie métabolique, chirurgie endoscopique et chirurgie digestive et générale. Il a aussi ouvert sa propre clinique au Dr. Galvez Hospital and Parque San Antonio Hospital en Espagne.Ses principaux intérêts concernent aujourd’hui la chirurgie anti-reflux, la chirurgie bariatrique et la chirurgie laparoscopique avancée ainsi que toute chirurgie touchant au système digestif.Pour prendre RDV avec le Dr. Gallego, appellez Mediclinic City Hospital au 04 435 9999.
L’article portant sur Dubai a suscité des demandes pour la capitale. Après quelques recherches et l’aide d’un réseau amical que je remercie, la mission est accomplie! Une liste assez complète et régulièrement mise à jour est par ailleurs disponible en ligne sur le site d’Abu Dhabi Accueil. Attention: le même avertissement est de rigueur, bien que cette liste ait été élaborée soigneusement, elle n’est pas exhaustive et peut être sujette à des changements et compléments... Nous ne pouvons également recommander aucun professionnel de la santé et la responsabilité de dubaimadame ne saurait être engagée. L’objectif est surtout de faciliter vos démarches ! CARDIOLOGIE Dr. Slimani Ghania Hôpital Franco-Émirien 02 6265722 Dr. Ghazi Youssef Hassan Gulf Diagnostic Center Hospital 02 4177222 Dr. Zaher Abdulaziz Kindakji Al Noor Hospital (Abu Dhabi downtown) 02 6139556 CHIRURGIE GENERALE Dr. Nidal Dehni (chirurgie viscérale) Sheikh Khalifa Medical City 02 8190000 Dr. Hikmat Matar (laparoscopie, endoscopie...) Hikmat Matar Medical Clinic 02 6261661 CHIRURGIE ESTHÉTIQUE RÉPARATRICE Dr. Carole Azzam Harley Street Medical Centre 02 613 3999 CHIRURGIE MAXILLO-FACIALE Dr. Carole Azzam Harley Street Medical Centre 02 613 3999 Dr. Michel Giguere Sheikh Khalifa Medical City 02 6102000 CHIRURGIE ORTHOPEDIQUE Dr. Safaa Eldin Abaza Gulf Diagnostic Center Hospital 02 4177222 Dr. Marie Caron (Chirurgien pédiatre orthopédiste) Sheikh Khalifa Medical City 02 6102000 CHIRURGIE PEDIATRIQUE Dr. Mario Patricolo (gastro-entérologue) Al Noor Hospital (Abu Dhabi downtown) 02 6139556 DENTISTES Dr. Ousama Abdullatif (implantologie) Style Smile 02 6674646 Dr. Fady Athiyeh (implantologie) Daou Dental Center 02 6311399 Dr. Dani Al Khaldi (orthodontie) Style Smile 02 6674646 Dr. Patrice Haye Daou Dental Center 02 6311399 Dr. Musa Jaffa (orthodontie) Gulf Dental and Orthodontics Clinic 02 6338889 Dr. Luc Portalier (orthodontie) Smile Clinic 02 6218700 Dr. Antoine Saade (orthodontie) Daou Dental Center 02 6311399 DERMATOLOGIE Dr. Hassan El Husseini Canadian Medical Center 02 4469006 Dr. Alissar Khoury Alissar Khoury Clinic (près d’Al Noor Hospital) 02 6275275 E.N.T – ORL & GÉNÉRALISTE Dr. Mohammad Ariqat (Pneumologue) Gulf Diagnostic Center Hospital 02 4177222 Dr. Wagih Djazmati (Pneumologue) Sheikh Khalifa Medical City 02 6102000 Dr. Michel Bussieres (ORL) Sheikh Khalifa Medical City 02 6102000 Dr. Nassiba Gabouze (ORL) Cure Medical Center 02 6675050 GASTROENTÉROLOGIE Dr. Issa Iyad Cure Medical Center 02 6675050 Dr. Dalia Mohamed Nader Gulf Diagnostic Center Hospital 02 4177222 GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE Dr. Sawsan Abdallah Cure Medical Center 02 6675050 Dr. Amal Abumerhi Al Noor Hospital (Abu Dhabi downtown) 02 6139400 Dr. Fadi Hachem Burjeel Hospital 02 5085555 Dr. Annie Rousset Al Hosn Medical Center 02 6215159 Dr. Amr Salah Eldin Al Hendawy Medical Center 02 6213666 Dr. Meltem Tank Swedish Medical Center 02 6811122 MÉDECINE GÉNÉRALE Dr. Christine Biousse Cure Medical Center 02 6675050 Dr. Sana Dhouibi Al Hosn Medical Center 02 6215159 MÉDECINE D’URGENCES Dr. Marie-Claude Giguer Sheikh Khalifa Medical City 02 6102000 NEUROLOGIE - NEUROCHIRURGIE Dr. Zakaria Ammache Gulf Diagnostic Center Hospital 02 4177222 Dr. Iyad Khoudeir Al Noor Hospital (Abu Dhabi downtown) 02 6139610 Dr. Maher Mansour Sheikh Khalifa Medical City 02 6102000 Dr. Dominique Venne Sheikh Khalifa Medical City 02 6102000 OPHTALMOLOGIE Dr. Iyad Fajer Deeb Al Noor Hospital (Abu Dhabi downtown) 02 6265265 Dr. Igor Denissov Russian Eye Clinic (Sh. Khalifa Street) 02 6263378 Dr. Hassan Imam Al Noor Hospital (Abu Dhabi downtown) 02 6265265 ORTHOPHONIE Noémie Bessay, Morgane Giraud Stars for Special Abilities 02 4462048 Dr. Mayssoun Jaber Adam & Eve Specialized Center 050 760 24 95 OSTEOPATHIE & KINÉ- PHYSIOTHERAPIE Dr. Patrick Bergal (Kinésithérapeute) Gulf Diagnostic Center Hospital 02 4177222 Dr. Leyla Zaarour (Physio et Ostéopathe) American Surge Center 02 4430909 PEDIATRIE Dr. Ahmed Helmy Mahmound Swedish Medical Center 02 6811122 Dr. Maurice Khoury Cure Medical Center 02 6675050 Dr. Mneimm Saad Gulf Diagnostic Center Hospital 02 4177222 Dr. Ghiat Sandouk (Pédiatre / Allergologue) Gulf Diagnostic Center Hospital 02 4177222 Dr. May Sayegh Emirates Hospital 02 4466422 Dr. Soumaya Tdijani Hopital Franco-Emirien 02 6265722 PSYCHOLOGIE Dr. Dolly Habbal Gulf Diagnostic Center Hospital 02 4177222 Dr. Malika Laing Gulf Diagnostic Center Hospital 02 4177222 RHUMATOLOGIE Dr. Ziad Misbah Al Awir Al Salama Hospital 02 6966777 TRAUMATOLOGIE - ORTHOPEDIE Dr. Michel Chalouhi Hopital Franco-Emirien 02 6265722 UROLOGIE Dr. Ayman Younes Al Hosn Medical Center 02 6215159 Dr. Mohamed Ziani Sheikh Khalifa Medical City 02 6102000 AUTRES -Sebastien Dulary, Chiropracteur, Harley Lotus Holistic Centre - Khalidiya, 02 667 8801 -Dr. Carole Elia, Sevrage tabagique, Harley Street Medical Centre, 02 613 3999 -Faiza Farsi, Pédicure-podologue, Nmc Khalifa A et Nmc Al bateen, 0528788436. -Cécile Gautrot de la Ruelle, Thérapie centrée sur la personne et rééquilibrages énergétiques, 050 522 7301 emailProtector.addCloakedMailto("ep_ec2c56e9", 1); -Elodie Moreau, Accompagnement prénatal, à la naissance & conseil allaitement, 056 268 3428
Vous êtes en surpoids ? Nos articles précédents* vous ont inspirés à vous prendre en main ? Voici notre dernière partie sur le traitement du surpoids, pour prendre une décision éclairée qui pourrait bien changer votre vie !La chirurgie bariatrique peut être une solution aux effets extraordinaires contre l'obésité, mais il est important pour les patients de comprendre que ce n'est pas un remède miracle. La chirurgie bariatrique ne peut être considérée qu’après que le patient ait fait de sérieux efforts pour perdre du poids par des moyens plus « réguliers ». Puis lorsque le patient aura subit son intervention chirurgicale, ce ne sera pas sans devoir changer son mode de vie sur le long terme, afin qu'il puisse maintenir sa perte de poids. Pour commencer et tout de suite après l’intervention, il faudra protéger les points de suture et autres agrafes dans l’estomac afin de permettre une bonne cicatrisation.Ce qui signifie : suivre un régime liquide puis un regime doux pour quelques semaines. Vous vous apercevrez alors bien vite que les capacités d’ingestion de votre estomac se seront ostensiblement réduites et qu’une fois que vous pourrez remanger des aliments solides, vous serez physiquement dans l’impossibilité de manger autant qu’avant. Votre façon de vous alimenter changera : obligation de mâcher plus longuement, prendre des portions plus petites à chaque repas (une assiette à dessert vs une assiette plate), vous fractionnerez aussi mieux vos repas et collations et consommerez plus d’eau au cours de la journée.Car s’il vous arrive, après l’opération, de manger trop ou trop vite sans prendre le temps de mâcher, cela causera une régurgitation… Il est important à ce stade de bien assister à tous ses RDV médicaux de suivi et de s’en tenir aux conseils de vos médecin et diététicien au risque de developper des carences alimentaires face à ce changement radical d’habitudes.Pendant les 6 à 12 premiers mois après la procédure, il est donc essentiel que les patients réapprennent à manger ce qui les aidera à maintenir leur nouveau poids, et qu’ils adoptent une certaine hygiène de vie, notamment en ce qui concerne l’exercice régulier, afin de renforcer les effets de la chirurgie et plus vous ferez du sport, plus vous perdrez du poids durablement.(Attention : il est recommandé de ne pas entamer une grossesse avant 18 mois de l’opération !)Les effets de la chirurgie bariatrique ne se feront pas ressentir uniquement dans votre façon de vous alimenter et de bouger mais aussi dans votre vie sociale et familiale. Les personnes qui vous entourent doivent vous soutenir physiquement et psychologiquement après l’intervention. Mediclinic City Hospital’s Obesity and Metabolic Disorder Centre offre aux patients souffrant d'obésité la solution la plus réaliste et efficace pour perdre du poids et pour maintenir cette perte de poids. Les programmes de traitements avancés comprennent des avis, des conseils nutritionnels personnalises et les procédures chirurgicales bien sur.Pour plus d’info: 044359999 et 056226716Ou écrivez-nous : emailProtector.addCloakedMailto("ep_adec6ceb", 1);Site : http://www.mediclinic.ae/•L’obésité est dangereuse pour la santé– la chirurgie est elle une solution?•La solution la plus efficace pour perdre du poids : un travail d’équipe multidisciplinaire.
Les stats en ce qui concerne l’obésité montre des chiffres alarmants au niveau mondial : le nombre des personnes obèses a doublé depuis 1980 et en 2011, plus de 40 million d’enfants de moins de 5 ans étaient en surpoids !Or, l'obésité augmente sensiblement les risques de maladies telles que l'hypertension, la dyslipidémie (quantité anormale de graisse dans le sang), le diabète de type 2, les maladies coronariennes, les accidents vasculaires cérébraux, les maladies de la vésicule biliaire, l'arthrose, l'apnée du sommeil et les problèmes respiratoires ainsi que les cancers de l'endomètre, du sein, de la prostate et du côlon et est une cause majeure de décès prématuré. Il faut malheureusement ajouter que les personnes obèses peuvent également souffrir d’une certaine stigmatisation sociale et de discrimination. Il faut dès lors envisager l’obésité comme un problème de santé majeur. Centre de traitement de l’obésité et des désordres métaboliques de Mediclinic City Hospital (MCH’s Obesity and Metabolic Disorder Centre)Mediclinic City Hospital a décidé d’une approche multidisciplinaire pour faire face au surpoids. Le Centre s’est muni d’une équipe de professionnels de la médecine qui travaillent désormais main dans la main pour proposer des solutions efficaces et personnalisées à chaque patient souffrant d’obésité ou de surpoids.Le centre est maintenant prêt à accueillir toute personne souffrant de ces maladies liées au poids. L’équipe de professionnels comprend:•Infirmière Bariatrique Coordinatrice •Spécialiste de médicine interne•Endocrinologiste•Chirurgiens en Laparoscopie•Diététicien•Physiothérapeutes•Psychologiste•Anesthésistes•Gastroentérologues •Éducateur Diabétique •Thérapeutes Cardio-pulmonaire•PharmaciensEn travaillant ensemble, cette équipe peut établir s'il existe des raisons médicales à votre excès de poids, de manière à vous assurer que toutes les mesures non chirurgicales possibles pour perdre du poids ont été envisagées consciencieusement. De manière aussi, le cas échéant, de garantir que toute intervention chirurgicale est bien appropriée et sûre.Les professionnels du Centre de traitement de l’obésité et des désordres métaboliques de Mediclinic City Hospital offre un soutien psychologique qui motive et s’engage à traiter toutes les maladies liées à l’obésité telles que le diabète et les maladies cardiovasculaires. C’est seulement en étant si scrupuleusement complet que le traitement peut être efficace et que les patients ont le plus de chance de perdre du poids et…. de maintenir cette perte de poids. Tous les patients inscrits à un programme au Centre se voient remettre un plan de traitement personnalisé qui est constamment revu par tous les professionnels impliqués afin d'assurer le meilleur résultat.Pour plus d’informations, contacter l’hôpital au 04 435 999904 435 9999 ou 056 226 7161056 226 7161.Ou encore par email : emailProtector.addCloakedMailto("ep_b20e1fad", 1);CallSend SMSAdd to SkypeYou'll need Skype CreditFree via Skype
Les stats en ce qui concerne l’obésité montre des chiffres alarmants au niveau mondial : le nombre des personnes obèses a doublé depuis 1980 et en 2011, plus de 40 million d’enfants de moins de 5 ans étaient en surpoids !Or, l'obésité augmente sensiblement les risques de maladies telles que l'hypertension, la dyslipidémie (quantité anormale de graisse dans le sang), le diabète de type 2, les maladies coronariennes, les accidents vasculaires cérébraux, les maladies de la vésicule biliaire, l'arthrose, l'apnée du sommeil et les problèmes respiratoires ainsi que les cancers de l'endomètre, du sein, de la prostate et du côlon et est une cause majeure de décès prématuré. Il faut malheureusement ajouter que les personnes obèses peuvent également souffrir d’une certaine stigmatisation sociale et de discrimination. Il faut dès lors envisager l’obésité comme un problème de santé majeur.La chirurgie bariatrique peut être une solution aux effets extraordinaires contre l'obésité, mais il est important pour les patients de comprendre que ce n'est pas un remède miracle. La chirurgie bariatrique ne peut être considérée qu’après que le patient ait fait de sérieux efforts pour perdre du poids par des moyens plus « réguliers ». Puis lorsque le patient aura subit son intervention chirurgicale, ce ne sera pas sans devoir changer son mode de vie sur le long terme, afin qu'il puisse maintenir sa perte de poids. Pendant les 6 à 12 premiers mois après la procédure, il est essentiel que les patients réapprennent à manger ce qui les aidera à maintenir leur nouveau poids, et qu’ils adoptent une certaine hygiène de vie, notamment en ce qui concerne l’exercice régulier, afin de renforcer les effets de la chirurgie.Pourquoi envisager une chirurgie bariatrique?L'obésité est dangereuse pour la santé. Si vous êtes en surpoids de 40% ou plus, vous êtes deux fois plus susceptibles de mourir prématurément qu'une personne de poids moyen par exemple.Qui peut prétendre à une chirurgie bariatrique?Toute personne en surpoids important ou obèse qui fasse MOINS de 200 kg, qui a plus de 16 ans et qui soit apte à vivre et bouger de façon autonome.Êtes-vous en surpoids ou obèse?L’obésité se mesure en IMC (indice de masse corporelle) et classifiée selon le tableau suivant : Centre de traitement de l’obésité et des désordres métaboliques de Mediclinic City Hospital (MCH’s Obesity and Metabolic Disorder Centre)Le centre est maintenant prêt à accueillir toute personne souffrant de ces maladies liées au poids. L’équipe de professionnelle comprend:•Infirmière Bariatrique Coordinatrice •Spécialiste de médicine interne•Endocrinologiste•Chirurgiens en Laparoscopie•Diététicien•Physiothérapeutes•Psychologiste•Anesthésistes•Gastroentérologues •Éducateur Diabétique •Thérapeutes Cardio-pulmonaire•Pharmaciens sleeve gastriquePontage gastriqueL’équipe offre aux patients souffrant d'obésité la solution la plus réaliste et efficace pour perdre du poids et pour maintenir cette perte de poids. Les programmes de traitements avancés comprennent des avis, des conseils nutritionnels et les procédures chirurgicales de laparoscopie telles que:•La gastrectomie verticale par laparoscopie (sleeve gastrique): l’ablation d’une bonne partie de l’estomac afin de restreindre la quantité de nourriture que pourra ingurgiter le patient.•Pontage gastrique (Roux en Y): une portion de l'intestin grêle est contournée et l'isolement d'une grande partie de l'estomac permet de diminuer la quantité de nourriture qui est absorbée par le corps •Ballon intra-gastrique: il s’agit d’une procédure assurant la sécurité, la préparation et la santé d’un patient souffrant d’obésité morbide où le dit ballon assiste une perte de poids initiale. Il peut également être utilisé chez les patients qui ne sont pas admissibles à la chirurgie définitive. Un ballonnet gonflable est placé dans l'estomac, en utilisant un gastroscope.99% de ces procédures sont faites par laparoscopie ou chirurgie endoscopique. Ce qui veut dire que les patients n’endurent qu’une douleur minimale et peuvent quitter l’hôpital rapidement ainsi que retourner à leurs activités quotidiennes dans les 10 jours suivant l’intervention.Pour plus d’info: 044359999 et 056226716Ou écrivez-nous : emailProtector.addCloakedMailto("ep_bb88acd5", 1);Site : http://www.mediclinic.ae/CallSend SMSAdd to SkypeYou'll need Skype CreditFree via Skype
Le tout premier enfant à recevoir une vaccination fut James Phipps en 1796 alors que le Dr. Edward Jenner lui fit une injection contre la variole, lui donnant ainsi l’immunité contre des formes plus sérieuses de cette maladie. James Phipps était alors bien loin de savoir qu’il déclencherait ainsi une véritable révolution médicale qui sauvera la vie de plusieurs millions de personnes chaque année. Les vaccins préviennent les maladies débilitantes, certains handicaps et morts provoquées par des maladies telles que la diphtérie, les hépatites A et B, mais aussi la rougeole, les oreillons, les maladies pneumococciques, la polio, la diarrhée rotavirus, le tétanos et la fièvre jaune. Bien qu'on les associe très largement aux enfants, les avantages de la vaccination s'étendent aussi aux adolescents et aux adultes. Ils leur offrent une protection contre les maladies telles que la méningite, la grippe et des maladies graves telles que le cancer du col utérin.Ironiquement, le fait que la vaccination ait permis de réduire le nombre de maladies infectieuses rares a eu pour effet d’amener certains parents et même des professionnels de la santé à penser que la vaccination n'est plus nécessaire. Résultat, en raison de lacunes en termes de mise à jour des vaccinations, des maladies comme la diphtérie, la rougeole et la poliomyélite sont de retour. Or il serait bien plus sage de décider d’arrêter complètement tel ou tel vaccin uniquement après s’être s’assurer que la maladie qu’il couvre ait irrémédiablement disparue. Prenons l’exemple de la variole : sa complète éradication a été déclarée officiellement en 1979. On a donc pu en arrêter la vaccination en connaissance de cause. De nos jours, si les parents continuaient à vacciner leurs enfants, il serait à espérer que la poliomyélite et la rougeole pourraient suivre le même exemple que la variole.Certes, il y aura toujours des enfants qui ne peuvent pas recevoir une vaccination appropriée, soit parce qu'ils n'y ont pas accès, soit en raison de considérations médicales ou d’âge, mais si la majorité des enfants étaient plus largement vaccinés cela contribuerait à prévenir les épidémies dans la communauté.En vivant aux EAU, nous sommes exposés à un tourisme de masse, un va et vient constant des quatre coins du monde, qui peut emmener avec lui des maladies nouvelles, résurgentes ou bien connues.Ce ne serait dans ce cas pas un mal de nous assurer que nous et notre famille soyons adéquatement vaccinés.Pour en savoir plus :Zainab A. Malik MD, MS, FAAP American Board Certified Pediatrics and Pediatric Infectious DiseasesMaida Balila, MBBS, FRCP (Canada), American Board Certified Internal Medicine and Infectious Diseaseshttp://www.mediclinic.ae/
  1. Les + lus
  2. Les + récents