Le syndrome du nid vide en expatriation !

Écrit par  Vanessa Bokanowski 04 NOV 2018
La cellule familiale, tout au long de sa vie, est traversée par des crises. Ces crises sont généralement transitoires et nécessaires à l’adaptation de la famille aux nouvelles étapes de vie : la rencontre, le mariage, les enfants et leur maturation… mais aussi les deuils, les déménagements et l’expatriation, sujet qui nous intéresse plus particulièrement ici. L’évolution familiale passe donc nécessairement par des ruptures, elles peuvent concerner le couple, mais aussi le couple et les enfants, ce qui va engendrer des conséquences sur l’ensemble de la constellation familiale.  
 
La crise, une étape nécessaire et porteuse d’évolution
Les crises traversent notre vie. La crise est une période transitoire, de réajustement, qui permet le passage d’une étape de la vie à une autre. Elle est nécessaire à la métabolisation, à la digestion, par les différents membres qui la traversent, de nouveaux éléments de vie. 
C’est un moment nécessaire à l’appropriation du changement, auquel l’individu fait face, c’est aussi une étape de redéfinition identitaire. 
 
L’expatriation est source de crise. Elle chamboule la vie de l’individu jusqu’à son adaptation. Le nouveau pays d’accueil rêvé, fantasmé, porteur de tous les espoirs de changements et de tous les rêves, une fois l’illusion passée, confronte l’individu à l’épreuve de réalité. 
 
Face à la perte de ses repères, l’équilibre de tout un chacun est mis à rude épreuve. La crise, c’est cette période où l’ancienne organisation identitaire et relationnelle s’efface peu à peu pour en laisser émerger une autre. Elle nécessite une période de deuil des anciens investissements pour, peu à peu, faire place à de nouveaux liens. On s’adapte à un nouveau lieu, à de nouvelles personnes qui, petit à petit, feront place à une version différente de soi. 
L’individu est ainsi en transition, il se redéfinit et une partie de lui se modifie. Lorsque cette intégration est faite, un nouvel équilibre prend place et l’individu poursuit sa vie, généralement enrichi de ces changements.  
 
Cependant, parfois, l’individu résiste. Cette nouvelle appropriation ne peut se faire, et au lieu d’une transformation, une forme de mélancolie s’installe avec son cortège de symptômes dépressifs. La crise peut donc avoir un potentiel désorganisateur si l’individu est fragilisé et si les traumas antérieurs, mal élaborés, se réactivent sans possibilité de réorganisation en après-coup. Elle peut perdre alors son caractère de crise momentanée et réversible.
 
Le retour de l’entité « famille » à la cellule « couple » 
On parle souvent de l’angoisse de séparation du jeune enfant, qui loin de ses parents, peine à trouver sa propre autonomie. Mais qu’en est-il de celle des parents, souvent muée en silence, lorsque l’enfant quitte le domicile familial ? Est-elle taboue ? Car on ne fait pas d’enfants pour les garder auprès de soi… 
 
La souffrance, alors ignorée par l’entourage, envahit le sujet qui se trouve comme endeuillé. Beaucoup de parents, mais en majorité les femmes, souffrent de ce que l’on appelle le « syndrome du nid vide ». C’est une forme de dépression qui se traduit souvent par un sentiment d’abandon et d’inutilité. Il peut rappeler une forme de baby blues, cette forme de dépression légère et passagère que la femme peut éprouver lors du passage de fille à mère. C’est l’émergence d’une nouvelle génération et il faut une période d’adaptation de la mère pour se faire à ce nouveau statut.
 
Lors de l’arrivée des enfants, le couple conjugal doit s’enrichir d’une nouvelle fonction, celui de couple parental. L’attention jusqu’à alors entièrement focalisée sur le conjoint s’éparpille, divise et se focalise sur ces petits êtres si dépendants qui ont tant besoin de nous. Le couple doit se redéfinir pour accueillir en son sein les nouveaux membres de la famille. Son équilibre s’en retrouve souvent ébranlé jusqu’à ce qu’une nouvelle routine, incluant les enfants, se mette en place.
 
C’est ainsi que pendant de nombreuses années, on peut passer du statut de couple à celui de famille. La dynamique familiale incluant tous les membres vivant sous le même toit se met en place en fonction des besoins de chacun. Il est important que passés les premiers moments, le couple reprenne ses fonctions, mais parfois, ce réajustement ne se fait pas…
 
Dans notre société à dominance patriarcale, les soins et l’éducation des enfants concernent les deux parents, mais sollicitent fortement la mère.  Se pose alors souvent la question de la place de celle-ci. Beaucoup de femmes font le choix de cesser de travailler pour s’occuper exclusivement de leur progéniture. De ce fait, le lien entre celle-ci et ses enfants diffère en intensité de celui tissé avec le père, qui est moins présent. Le bonheur et la réussite des enfants deviennent souvent le baromètre de l’épanouissement de la femme en tant que mère et celui de sa propre réussite. La plus grande partie de la vie tourne en effet autour des joies et des peines de ses petits êtres en devenir, si chers à nos yeux. Pour celles qui ont fait le choix de continuer à travailler, elles auront souvent à gérer un sentiment de culpabilité douloureux dès que tout ne se passera pas exactement comme prévu. 
 
Quel que soit le mode de fonctionnement choisi par le couple, une partie de leur identité, de leur épanouissement, de leur sentiment d’échec ou de réussite, de leurs joies et de leurs peines sera à présent définie par l’épanouissement de leur enfant. 
 
Dès lors, dès que cette mission touchera à sa fin, marquée par le départ des enfants vers une vie autonome, il est indéniable qu’il faudra gérer des sentiments teintés d’ambivalence, entre fierté et inquiétude, entre soulagement et tristesse.               
 
Le syndrome du nid vide en expatriation
Le syndrome du nid vide prend un sens encore tout autre en expatriation. Il n’est pas rare que la vie sociale du couple en expatriation se constitue essentiellement autour des enfants (leurs amis, leurs activités…) : on rencontre ainsi d’autres parents avec lesquels toute une complicité se tisse. Et oui, souvent tout tourne autour d’eux ! Et pour les mères qui ne travaillent pas, il n’est pas rare que ces liens constituent leur seule ouverture vers le monde extérieur. 
 
En expatriation, les amis rencontrés remplacent souvent la famille élargie de notre lieu d’origine.  L’intensité du lien entre les parents et les enfants est d’ailleurs d’autant plus forte que les grands-parents, tantes, cousins… sont loin. La famille nucléaire (parents-enfants) vient donc remplacer le vide laissé par la séparation des proches. On vit en vase clos et il n’est alors pas rare que les enfants viennent combler auprès des parents cette absence de repères familiaux. Ainsi, un lien de dépendance encore plus fort se tisse dans les deux sens. 
 
Par ailleurs, la possibilité de souffler un peu, en confiant les enfants aux grands-parents ou à la famille élargie, est souvent impossible. Dès lors, on fait tout ensemble et l’espace du couple peut être laissé à l’abandon au profit d’une symbiose familiale devenue presque vitale à chacun. 
 
Très souvent à Dubaï, les études universitaires des enfants passent par un départ. Il est possible que cela marque aussi la fin de l’expatriation pour toute la famille, mais souvent les parents, encore engagés dans un projet professionnel, doivent rester.
 
La séparation et la tristesse qui s’en suit sont souvent inévitables et la place laissée par ce départ vient réveiller les ruptures anciennes en lien avec l’expatriation. Le sentiment d’appartenance vacille par l’éclatement de la famille nucléaire d’autant plus que la famille élargie n’est pas là pour combler ce vide. C’est la crise ! Et chacun doit retrouver une place et se redéfinir face à ces changements.
 
Parfois, quand les enfants s’en vont, le couple s’effondre. Cela arrive quand celui-ci a sacrifié le couple conjugal au couple parental. Les enfants partis, on a du mal à retrouver l’essence même du couple qui s’est tari au fil des ans. Sans eux, on ne sait plus quoi faire à deux, ni même parfois quoi se dire…
 
Comment surmonter cette étape ?
Il est normal d’éprouver un sentiment de vide et de tristesse quand les oiseaux quittent le nid. Pour éviter toutefois une profonde crise existentielle, cette nouvelle étape doit se préparer longtemps à l’avance… 
On entend souvent cette phrase disant que les enfants donnent du sens à la vie. Oui, mais doivent-ils lui donner tout son sens ? N’est-ce pas déjà leur faire porter un très lourd fardeau ? Personne ne peut donner sens à l’existence d’un autre et pourtant cette erreur se perpétue de siècle en siècle, et de génération en génération. On est toujours déçu par l’autre, si différent de nous car, par définition, nos besoins ne peuvent être semblables. Avoir besoin de l’autre pour se sentir complet, c’est se mettre à risque.  Combien de mariages ne s’effondrent-ils pas une fois l’illusion passée que l’autre détient le pouvoir magique de donner sens à notre existence, de combler tous nos manques, tous nos vides ? 
 
Quel que soit le sens que l’on donne à sa vie, il semble fondamental de ne jamais se perdre de vue. De se connaitre et de connaitre les choses qui nous font du bien, en dehors de la sphère familiale et professionnelle. Il faut en effet pouvoir se ressourcer en dehors du lien, apprendre à être en relation avec soi, par moment, sans avoir besoin de qui que ce soit pour donner sens à sa vie. Cela peut passer par une activité, une passion, un projet qui nous permet de nous connecter à nous-mêmes et qui n’appartient qu’à nous. S’aimer, c’est savoir se faire du bien, ce qui permet de passer du statut de besoin des autres à l’envie d’être avec les autres. Cependant, cultiver son jardin intérieur est une discipline difficile qu’il faut pouvoir mener tout au long de sa vie. 
 
Ensuite, il semble également fondamental de continuer à exister en tant que couple, dans le respect de la différence des générations. Si toutes les activités se font en famille et que le couple ne se garde aucun moment pour lui, il sera sacrifié et l’attente vis-à-vis des enfants ne fera que s’agrandir. 
 
Éviter un effondrement lors du départ des enfants, c’est donc maintenir continuellement une vie en-dehors d’eux. Il est important de ne pas leur sacrifier toute sa vie personnelle et amoureuse. Un enfant qui se sent le centre de l’attention principale de ses parents sentira très tôt qu’il n’est pas tout à fait à sa place et pourra développer de l’anxiété et de la culpabilité face au changement. Au contraire, s’il sent que l’adulte et le couple ne dépendent pas de lui, il pourra se décentrer, expérimenter un modèle de vie positif et développer ses propres centres d’intérêt. 
 
Plus les enfants constituent une forme de refuge affectif, plus leur départ sera vécu sur un mode conflictuel. Si ce départ n’a pas pu être suffisamment anticipé, il sera dès lors important de se repositionner en faisant le point sur ses attentes et ses propres besoins. Trouver de nouveaux projets et s’organiser un nouvel équilibre pour faire face à la peur de la solitude et l’angoisse du vieillissement sont souvent concomitants à cette étape de la vie.
 
Ce n’est donc que par ce long processus que cette situation pourra être surmontée avec sérénité et vécue comme une étape clé de notre vie, porteuse de sens, d’où l’on pourra contempler avec satisfaction le chemin parcouru.  Elle nous offrira une nouvelle liberté de mouvements, sensation souvent oubliée, avec en plus la fierté du travail accompli. Avoir du temps, s’occuper à nouveau de soi, de son couple et revivre avec une forme d’innocence retrouvée les plaisirs de la vie, non au profit de l’autre, mais simplement pour soi… le départ des enfants a tout de même ses bons côtés ! Mais c’est surtout une nouvelle page de notre vie qui commence à s’écrire avec des enfants devenus jeunes adultes, des liens qui seront tout autant enrichissants !
 
« Nos vies à tous sont faites de ces rencontres, de ces amours et de ces désamours, de ces ruptures, de ces renoncements, de ces pertes et de ces rencontres à nouveau, sur des modes différents, mais prometteuses elles aussi » (Michel Billé, 2004).
 
Vanessa B. The French clinic

Vanessa Bokanowski, psychologue, 
excerce au sein de la clinique The French Clinic (Dubai Healthcare city)
Contact : 04 429 8450 ou 056 948 7372
 

N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus avant le week-end !
 
        Petites annonces
 
Dernière modification le dimanche, 04 novembre 2018 10:09
  1. Les + lus
  2. Les + récents