The Cancer Majlis : un site pour mieux combattre le cancer à Dubai.

Écrit par  Mathilde Corgnet 18 OCT 2018
Il était une fois à Dubai, l’histoire d’une belle initiative " The Cancer Majlis ", menée par une femme à l’aura inspirante. Parce que la lumière, la joie de vivre, l’espoir et la résilience, c’est tout ce qu’incarne Cristina Polo, nous l’avons rencontrée. Cette pétillante quadra, adepte du #yolo , nous a parlé de son projet pour créer de la synergie autour de cette cause, à destination de toutes les personnes touchées, de près ou de loin par la maladie. Parce que “ la parole libère ”. Toujours.
 
“ Le cancer, c’est lui qui te choisit ”. 
Durant tout ce mois d’octobre rose vous n’avez, sans aucun doute, pu passer à côté. Dans chaque coin de la ville, et plus largement du globe, nombre d’initiatives collectives ou individuelles fleurissent en faveur de la sensibilisation au cancer du sein. Ce cancer est le 1er cancer chez la femme avec plus de 54 000 nouveaux cas diagnostiqués en France, sur la seule année 2017.  
 
Cette maladie s’attaque au symbole ultime de la féminité mais peut aussi, plus rarement, toucher les hommes. Selon les situations, “puisqu’il y a autant de cancers que de patients” nous rappelle Cristina, la maladie s’installe quasi insidieusement, ou au contraire de façon fulgurante. Une seule manière d’activement soutenir cette cause : oeuvrer pour la prévention, le dépistage, et le soutien aux malades ainsi qu’à leur entourage.
 
“ Attendre c’est jouer sa vie.” 
Née d’un papa français et d’une maman vénézuélienne, Cristina quitte Paris, il y a 13 ans pour tenter l’aventure dubaïote, avec son mari et ses deux fils. De fil en aiguille, et une petite Ema venant agrandir la famille, Cristina construit sa carrière de consultante reconnue dans le secteur de l’hôtellerie internationale.
 
Déjà suivie en France pour un fibro-adénome (nodule mammaire bénin) Cristina continue son suivi médical (échographies annuelles et mammographie tous les 2 ans) à Dubai. Et puis un jour, alors qu’elle profitait tranquillement d’une soirée en amoureux, assise dans son canapé, Cristina sent une grosseur au niveau de sa poitrine, dure. Rapidement, celle-ci consulte sa gynécologue préconisant l’avis d’un spécialiste oncologue. Instinctivement, Cristina le sent, à la minute où elle passe un premier scanner, contre cette tumeur là, il va falloir se battre. 
 
“ C’est le cancer qui est venu à moi. Il faut qu’il trouve sa place, mais moi je continue ma vie ! ”
Cristina a bien un cancer du sein, de stade 2, mais aux tumeurs agressives (grade 3) . À l’annonce du diagnostic, en mars dernier, dans les locaux d’Al Zahra Hospital, Cristina avoue “avoir relativement bien encaissé la nouvelle”. “Je crois que je dois beaucoup cela à mon médecin, Dr. Sadir. On s’est trouvés ce jour là, lui et moi. J’avais confiance en lui, il m’a dit de ne pas m’inquiéter qu’il allait me l’enlever. Et qu’on allait avancer ensemble.” ajoute-t-elle.
 
A la suite de la biopsie, il s’avère que Cristina se voit qualifiée de « triple négatif », c’est à dire non sensible à certains facteurs à risque, tels que des cellules comportant des récepteurs d’oestrogènes, progestérone, et protéine HER2. En d’autres termes, cela signifie qu’elle doit bénéficier d’un traitement dédié : chirurgie, chimiothérapie et radiothérapie exclusivement. Hormonothérapie et traitements ciblés sont exclus.
 
Ce jour là où tout bascule, Cristina est seule, son mari parti en déplacement. Et c’est toute la semaine qui suit, rythmée par les rdv médicaux et autres examens intrusifs, que Cristina passera avec le soutien de ses amis proches et ses 3 enfants, qu’elle souhaite tout de même préserver :“ Tant qu’on ne sait pas vraiment…” affirme-t-elle. 
Déjà portée par beaucoup de force intérieure, Cristina veut continuer de vivre, d’être ancrée socialement, et de ne pas se couper de ses proches et ses amis, alors d’un grand soutien : “ J’ai continué à travailler, à donner des conférences et des trainings pour mes clients, et ce, jusqu’au jour de ma dernière radiothérapie (cf : le jour de notre rencontre, le mardi 16 octobre 2018).” explique-t-elle.
 
« Ma chambre d'hopital pendant ma chimio, c’était mon majlis ! »
Pourtant c’est un cocktail très agressif, qu’on trouve parfois sous le nom de « diable rouge » qui sera injecté toutes les deux semaines à Cristina, lors de ses séances de chimiothérapie, pour lesquelles elle prend, cette fois-ci, des jours de congés maladie.
Le traitement est lourd, épuisant, dévastateur pour le corps, qui lutte, à bout de force. « Je n’ai pas passé une chimio seule, il y avait toujours une ou plusieurs copines avec moi. On jouait au scrabble, elles prenaient un petit snack… c’était mon majlis ! » plaisante-t-elle.
Le corps qui s’abîme, les cheveux qui tombent… jusqu’au jour où elle décide de se raser la tête, épaulée par sa coiffeuse et amie Karine. Cristina traverse chaque étape de ce long chemin, dignement, fidèle à son leitmotiv : « Tout vivre dans l’instant présent, ne rien projeter. »
 
 
« Aider, informer, soutenir. »
Tout est parti de là et de cette épopée ; de toutes ces rencontres ; ces chemins croisés, lors de ces derniers mois : le groupe de soutien des Pink Ladies , des anciens collègues retrouvés, des personnes traversant les mêmes épreuves, malades, proches, etc. 
 
L’envie de créer une plateforme pour tous (hommes et femmes) regroupant ; d’une part, tous ses conseils et bonnes adresses pour s’informer, se faire du bien et mieux appréhender les effets secondaires des traitements ; et d’autre part, permettant aux personnes touchées directement ou indirectement par le cancer, de partager leur expérience, en toute liberté et avec beaucoup de bienveillance : c’est le nouveau défi de Cristina. C’est ainsi que www.thecancermajlis.com est né, début septembre. 
“ C’est à mon tour de rendre tout le soutien et l’amour que j’ai reçus, à ma manière.” conclut Cristina, émue (et toujours avec ce même sourire aux lèvres)…
 
 
Sur le site The Cancer Majlis , vous retrouverez notamment :
- Un blog : alimenté par des articles écrits par Cristina, par exemple, sur « quoi dire à une personne malade », ou encore sur « le port du cathéter ».
- De l’information médicale vérifiée.
- Une liste de tips et de contacts pour se sentir mieux.
Pour contacter Cristina, rdv sur la rubrique contact de son site.
 
Source photos : The Cancer Majlis et @lauresejean 
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
  Petites annonces
 
 
 
 
Dernière modification le jeudi, 18 octobre 2018 06:35
  1. Les + lus
  2. Les + récents