Considéré comme étant dans la « vieille ville », reflet d’un Dubai authentique à l’opposé de son image de luxe, est niché Al Satwa, aux pieds des tours gigantesques. A l’écart des circuits touristiques connus, vous y trouverez des rues commerçantes avec tous les types de magasins, de restaurants et de supermarchés, ainsi qu’une mosquée. Ce quartier de « bonnes affaires » n’est pas très grand et rétrécit au fur et à mesure que l’urbanisation massive de la ville avance. En 2008, ce quartier avait déjà bien failli être radié de la carte, englouti dans un pharaonique projet, mais sauvé in extremis par la crise financière.
 
 
Ce secteur, aux couleurs de la main d’œuvre migrante d’Asie du Sud, des Philippines, du Pakistan, et d’Iran offre de nombreux services que certains locaux n’utilisent qu’en ces lieux.
 
Surtout connu pour ses magasins de textiles, vous y trouverez également des couturiers hors pair qui reproduiront sur-mesure n’importe quel modèle de vêtement que vous apporterez. Des merceries gigantesques, comme il n’en existe pratiquement plus, vous offriront un choix extraordinaire de perles, broderies, rubans, taffetas, dentelles et tissus de toutes les matières et couleurs. Véritables fourmilières, on peut presque tout y acheter !
 
De plus, un tas de services vous seront proposés dans les différentes échoppes par des vendeurs accueillants et serviables, le tout à des prix défiants toute concurrence : faire réparer un téléphone ; changer sa coque ou acheter de nombreux accessoires ; trouver un serrurier ; commander des pneus et les faire monter sur place ; installer des films solaires sur les vitres d’un véhicule ou encore se rendre chez le barbier-coiffeur local…
En effet, l’artisanat est très présent : pour seulement 250 AED, de nombreuses boutiques vous fabriquent des ensembles de coussins typiques des salons berbères. Vous pourrez également observer le boulanger Iranien pétrir et faire cuire son pain dans un four traditionnel et le déguster sur place : un véritable régal à 3 AED seulement !
 
 
Vous découvrirez également de nombreux supermarchés et bazars, véritables cavernes d’Ali Baba, dans lesquelles on peut y dénicher tout ce que l’on veut !
Le sport national ici est de rigueur : il faut marchander !!
 
Il vaut mieux éviter de s’y rendre le vendredi, jour de grande affluence ainsi que les soirs, mais plutôt privilégier le samedi à partir de 10h. Vous pouvez plus facilement vous garer sur les différents parkings et circuler aisément à pied. Être habillées convenablement, Mesdames, est fortement conseillé si l’on veut éviter les regards soutenus de la population masculine.
 
Depuis décembre 2016, un nouveau projet baptisé « Dubaï Street Museum » a vu le jour dans les rues de Satwa. Telle une galerie à ciel ouvert, vous pouvez admirer de splendides fresques murales, dont certaines font plus de 40m de haut, peintes par des artistes Emiriens et internationaux. Ces fresques égayent seize différents immeubles et rendent hommage à la culture et à l’histoire des Emirats et de ses habitants.
 
 
 
 
Terminer cette balade par le restaurant Ravi Palace est incontournable ! Véritable institution, cette cafétéria pakistanaise, sobre, avec nappe en plastique et verre en polyester, est un repère d’initiés pour toutes les nationalités. Géré par deux générations de la famille Abdul Hameed, le premier restaurant a ouvert en 1978. Vous y dégusterez le pain traditionnel (nan) ; le poulet ou mouton en sauce (hachar handi un regal !) ; les brochettes fraiches de bœuf ; pièces de mouton ou poulet saisies sur un grill géant ; sans oublier la spécialité, les lentilles dhal. Tout y est délicieux, et le prix d’un repas complet sera moins élevé que le prix d’un seul cocktail en ville…
 
 
 
Atypique, authentique et dépaysant, ce quartier mérite de venir y flâner et permet de trancher radicalement avec la modernité de Dubai.
 
Comment s'y rendre ?
Cliquez-ici !
 
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
 
       Petites annonces
 
 
Le Etihad Museum vient enfin d’ouvrir ses portes à Dubai – Jumeirah 1, à proximité d’un lieu symboliquement fort puisque vous y trouverez le fameux drapeau de la Fédération et de l’Union House, à l’endroit même où la constitution a été signée en 1971. Plus précisément au début de la bien nommée « rue du 2 décembre » (date de la création de ladite Fédération des Emirats Arabes Unis).
 
Dubai s’est offert comme écrin à son histoire un bijou architectural réalisé par un cabinet d’architectes de Toronto : Moriyama&Teshima, auteur de plusieurs musées dont celui de l’Aga Khan à Toronto ainsi que d’autres musées en Arabie Saoudite, au Koweït etc.
Conçu dans l’esprit de la pyramide du Louvre, la structure extérieure très moderne n’est que la partie visible de l’iceberg puisque le musée s’étend au niveau souterrain et s’étend sur 25000m2.
Le bâtiment extérieur arbore des allures de « coquille », élégante et lumineuse et son architecture peut rappeller celle d’une huître entrouverte sur le monde. En réalité, ses courbes symbolisent le parchemin sur lequel la constitution de 1971 a été signée, et les sept piliers dorés qui soutiennent l'ensemble symbolisent les stylos utilisés pour la signer… Ces pillers peuvent évoquer aussi pour certains les troncs de palmiers qui nous protègent du soleil dans le désert de Rub Al Khali.
 
Le musée se présente sous forme de parcours dans l’histoire de la création de la Fédération depuis 1968 et l’annonce du retrait du protectorat anglais, alors à l’époque appelés Etats de la Trêve (trucial states).
Un premier accord est signé entre Sheikh Zayed et Sheikh Rashid, les 2 principaux pères fondateurs, qui vont travailler pendant plus de 2 ans à convaincre les autres « Sheikhdoms » à se rallier à eux pour créer les Emirats Arabes Unis tels que nous les connaissons, le 2 décembre 1971.
 
 
Au menu : des photos bien sûr ; des films (pour l’instant en arabe) ; quelques objets symboliques ayant appartenus aux pères fondateurs (passeport dont le remplissage à la main vous fera sourire par sa logique toute bédouine) ; mais aussi des pupitres interactifs et ludiques (mais pas toujours faciles à comprendre). 
Les pupitres se concentrent sur les quelques années d’avant 1971 qui ont été nécessaires pour convaincre les Sheikhs de l’importance vitale d’une union : traduction littérale de Etihad. 
Ainsi une grande table interactive, découpée selon la carte des Emirats, déroule des photos et vidéos montrant la vie sur ces territoires dans les années 60.
Juste après, le long d’un falaj (canal d’irrigation traditionnel) vous pourrez consulter des archives photos et vidéos des étapes de la construction. Enfin une section où l’on peut consulter (tel un Jedi modulant un faisceau de sa main) les différents articles de la Fédération. On peut ainsi découvrir que l’article 10 correspond symboliquement à notre 1er article de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen (1789).
 
 
En conclusion :
Une mise en abîme réussie des réalisations des Emirats en 45 ans avec des chiffres comparatifs tels que : 198 km d’autoroute en 1976, 4000 km aujourd’hui, en 1975 : 198 écoles et aujourd'hui plus de 1200, permettant d’appréhender le chemin parcouru par les Emirats grâce à la Fédération. 
 
En résumé, un musée à découvrir sans faute et je dirai le plus rapidement possible. En effet mon œil d’experte subodore que la gestion des flux touristiques n’a pas été anticipée de manière optimale et que des queues aux guichets et devant les pupitres interactifs pourraient devenir très longues dans l’avenir !
 
Points positifs
  • une magnifique architecture à découvrir
  • le musée est très ludique et plaira aux enfants qui ont de l’espace pour s’amuser avec des activités interactives.
  • un parcours chronologique simple à suivre et à comprendre. Mais attention à l’aborder toujours de droite à gauche comme l’écriture arabe, sous peine de commencer par la fin.
  • un petit restaurant vous attend à la fin pour déguster mocktail et snack.
  • un parc au dessus du musée qui ne demande qu’à vous accueillir. 
  • des conférencières souriantes qui vous accompagnent et vous expliquent comment ça marche (façon Jedi, je vous ai dit…)
  • parking souterrain gratuit pour le moment : donc cet été on ne récupèrera pas notre voiture à 55°.
 
Points négatifs
  • il y a des sections uniquement en arabe, j’en suis aussi étonnée que vous ! Il manque donc des légendes aux citations et des sous titres aux 2 vidéos… 
  • les légendes sont souvent écrites un peu trop petit, quasi impossible à lire.
  • il y fait un froid glacial, vous me direz comme partout, mais là vraiment j’ai regretté ma doudoune ! 
  • le prix d’entrée à 25 AED que je trouve trop élevé part rapport à Dubai museum (3 AED). 
  • le ticketing : première option par RTA avec la carte NOL mais il faut une carte NOL par personne ! Super pour les familles et les touristes ! Ne vous laissez par convaincre au parking d’en acheter aux distributeurs qui vous attendent avant même l’entrée dans le musée, car il vous en coutera 35 AED dont 6 rien que pour la carte ; le ticket étant à 25 AED. RTA devrait pouvoir se faire un petit bénéfice de 4 AED si vous ne trouvez pas l’occasion de l’utiliser pour un parking ou un ticket de métro (c’est vrai pour les touristes surtout je vous l’accorde). Donc montez jusqu’à la réception où vous verrez aussi qu’il y a des tarifs étudiant et enfant à 10 AED.
  • pas d’audio guide qui aurait peut-être permis de comprendre certaines citations en arabes… même si la muséographie,  par ailleurs agréable, ne se prête pas vraiment à ce type d’équipement.
 
Ethiad museum
Pour plus d’information : visiter le site
Entrée : 25 AED/10 AED pour les enfants et étudiants (5-24 ans). Gratuit pour les moins de 5 ans. 20 AED partir de 10 pers. Possibilité de payer avec le NOL card de RTA.
Ouvert tout les jours de 10h à 20h - Tel : 04 515 5771
Restaurant Seven Sands pour reprendre des forces.
 
 
Comment s’y rendre ?
Jumeirah 1, au drapeau mais il faut faire un U turn au niveau de port Rachid pour y accéder.

Valerie Amy
 
Contactez TOURVAL sur sa fiche B.A.F !
Valérie Amy est guide privée DTCM/ADTA, découvrez la sur www.visiterdubaiabudhabi.over-blog.com.

 

N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
       Petites annonces
 
 
Nous vous en parlions déjà, il y a quelques mois : le Deira Fish Market, le plus célèbre marché de poissons de Dubai, situé au cœur historique de la ville, au bord de la corniche et tout près du souk de l'or. Ce marché iconique extérieur, réputé entre autres, pour son côté familial, convivial, typique et original, a définitivement fermé ses portes cet été, après 60 ans d'existence. Nous avons donc fait la visite du nouveau marché qui le remplace, rebaptisé « Waterfront Market ». Que propose cette nouvelle formule ? On vous dit tout.
 
Mélange de tradition et de modernisme



Le " Deira Fish Market " a donc fait peau neuve pour devenir le "Waterfront Market" et se trouve relocalisé, comme son nom l'indique, en bord de mer, à une dizaine de minutes de son ancien QG. Autant vous prévenir tout de suite que le charme local et authentique de son prédécesseur est beaucoup moins prononcé ! En revanche : facilité d'accès, propreté et règles d’hygiène sont plus strictes. La climatisation, le contrôle d'odeurs et les installations ultra modernes sont définitivement les atouts de ce nouvel espace intérieur.
Le bâtiment flambant neuf et haut en couleur, au style architectural traditionnel, vous accueille tous les jours 24h/24h côté poissons et de 6h à 1h du matin pour les légumes, les fruits et la viande.

Waterfront market
 
Un parking gratuit en sous-sol est mis à votre disposition et permet un accès facile et direct au marché.

Les anciens porteurs ont troqué leurs brouettes pour des caddies et sont toujours là pour vous aider à vous diriger dans les halls tout en portant vos achats. Si toutefois vous ne voulez pas de porteur, sachez qu'il y a également des caddies mis à votre disposition, en bas des escalators du parking.
Vous l'aurez compris, ce nouveau marché prend des allures de supermarché ventilé et se compose de trois différents halls, bien distincts les uns des autres : produits de la mer, fruits-légumes et viandes-volailles.
Quelques boutiques telles que des banques, cafés, snacks et pharmacies sont déjà présents ou en cours d'ouverture, car ce marché est en pleine extension !

Waterfront market

Waterfront market
 
Que trouve-t-on sur les étalages ?
 
C'est donc dans ce nouveau décor frais et aseptisé que nous retrouvons avec grand plaisir nos habituels vendeurs de l'ancien marché, si accueillants et amicaux. Toujours au cœur d'un joyeux brouhaha ambiant et folklorique, de magnifiques bancs frais vous proposent de nombreuses espèces de poissons et de crustacés péchés localement ou dans des eaux voisines. Vous trouverez notamment du mérou, du faskar (espèce de daurade), des homards et langoustes (à prix abordable), du thon et du saumon ainsi que des grosses crevettes, idéales pour votre barbecue du week-end ! 

 
Vous déambulerez également parmi un très large choix de légumes et de fruits mais aussi à travers des étals de volaille, de bœuf et de mouton, pour terminer par un espace dédié à toutes sortes d’épices et de poissons séchés.
 Tous ces produits tiennent leurs promesses tant au niveau de la qualité que de la fraicheur. De plus, les prix sont vraiment plus compétitifs que dans n'importe quel autre endroit (notamment en super marché) en sachant surtout que la négociation reste de mise !

Vous pourrez également profiter d'une salle dédiée à la préparation du poisson que vous aurez acheté et qui sera donc prêt à être consommé, dès votre retour à la maison.

Waterfront market
 
Ce nouveau marché, certes, moins couleur locale, reste toujours d'une grande qualité et nous ne pouvons que chaudement recommander ce lieu très commercial à tous les amoureux de bons produits locaux, à petits prix !
 
Plan détaillé du marché :

Waterfront market
 
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
 
       Petites annonces
 
 

L’expatriation à Dubaï. Comment s’y prendre ? Quelles sont les formalités administratives ? Quelles sont les principales différences avec la France ? Autant de questions que beaucoup d’entre nous se sont déjà posées avant de franchir le pas. Ne cherchez plus : voici tout ce qu’il faut savoir avant de s'expatrier à Dubai !

Il faut dire qu’il n’est pas très simple de trouver des informations fiables (et objectives) sur le sujet. Afin de vous faciliter la tâche nous avons donc compilé pour vous les principaux éléments à prendre en compte ainsi que des informations pratiques qui, nous l’espérons, répondront à vos principales interrogations avant de franchir le pas.

 
LES FORMALITÉS 
 
  • OBTENIR SON VISA
Les formalités pour obtenir le visa de résident changent régulièrement. Généralement, l’entreprise qui vous embauche prendra en charge toutes les formalités administratives ainsi que les frais liés à votre visa et à celui de votre famille. Avant votre départ, vous devrez cependant faire certifier (et très souvent traduire) certains de vos documents officiels (diplômes, certificat de mariage etc.) d’abord auprès du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères puis auprès de l’Ambassade des Émirats Arabes Unis à Paris.
 
Pour obtenir des informations fiables et à jour concernant les visas, nous vous conseillons de vous renseigner directement auprès des différentes entités, comme l’Ambassade de France située à Abu Dhabi ou celle des Émirats Arabes Unis à Paris. 
Une fois résident des Émirats, il est fortement conseillé de s'inscrire auprès du Consulat. Une nouvelle plateforme dédiée rapide et pratique est désormais en ligne pour faciliter vos démarches le site du Consulat Général de France à Dubai.
 
 
LA VIE PRATIQUE
 
  • TROUVER UN LOGEMENT
Une fois votre visa en poche, l’autre étape essentielle est de trouver un logement dans cette gigantesque mégalopole. Et ce n’est pas les offres qui manquent ! Il faut savoir que beaucoup de choses diffèrent par rapport à la France :
 
- Le contrat
La location se présente la plupart du temps sous la forme d’un contrat de 1 an, qu’il faudra payer à l’avance. Le marché de l’immobilier locatif étant actuellement à la baisse, de plus en plus de propriétaires acceptent le paiement du loyer en plusieurs chèques (1 à 4 chèques).
Pour tout savoir sur le contrat Ejari.
 
- Les infrastructures
Les logements sont généralement plus spacieux qu’en France. Autre avantage : la plupart des appartements situés dans des tours ainsi que les villas situées dans des résidences sont équipés d’une piscine et d’une salle de sport (tapis de course, vélo d’intérieur, équipements de musculation…). A noter que cela n’est pas forcément le cas pour les maisons individuelles.
 
- Le courrier
A Dubaï, le facteur ne passera pas chez vous, et pour cause : il n’y a pas de boîte aux lettres ! Pour recevoir du courrier, vous avez deux solutions : le faire parvenir à votre entreprise, qui est sans doute dotée d’une P.O. Box (boîte postale), ou louer votre propre P.O. Box. Vous pourrez trouver comment procéder sur le site d'Emirates Post Group.
 
- L’eau et l’électricité
Lorsque vous devenez locataire, vous devez ouvrir le réseau d’eau et d’électricité local, DEWA. Vous devrez vous acquitter mensuellement de votre facture. Cette dernière comprend à la fois votre consommation en eau et électricité mais aussi la taxe d’habitation municipale qui représente 5 % de votre loyer annuel.
 
- La colocation
Officiellement, la colocation n’est pas autorisée, qu’elle soit entre amis ou entre deux individus en couple et non mariés. Si c’est une pratique assez courante, en partie parce qu’elle rend les loyers plus avantageux, sachez qu’elle reste illégale et que vous vous exposez à des sanctions.
 
- Les prix des logements et la vie de chaque quartier
Découvrez les quartiers de Dubai et le prix des logements par quartier dans notre rubrique VIE DE QUARTIERS !
Pour faciliter votre recherche, vous pouvez faire appel à des experts de l'immobilier francophones : Property Hunters DubaiAurélia Cloix et Jean-François Cloix
 
 
  • LE TRAVAIL
 
- Le cadre
Travailler à Dubaï est une expérience qui peut se révéler à la fois stimulante et éprouvante ! D’une part, La ville est un véritable melting pot où vous serez amené à collaborer avec de nombreuses nationalités : des Européens, des Indiens, des Philippins, des Libanais… Si côtoyer des personnes de tous les horizons constitue une richesse au quotidien, cela demande une grande capacité d’adaptation. Mais en faisant preuve de souplesse et d’ouverture d’esprit, il est très facile de s’intégrer… du moment que vous parlez l’anglais, langue la plus utilisée dans le cadre professionnel comme dans la vie de tous les jours. 
 
- Les horaires
Les horaires peuvent varier selon les domaines, mais sachez que les journées de travail sont plus longues qu’en France : ici, les 35h n’existent pas ! Les employés travaillent généralement 8 heures par jour, sans compter les heures supplémentaires qui ne sont pas rares. Autre différence majeure : le week-end a lieu le vendredi (jour saint dans l’islam) et le samedi, avec une reprise le dimanche, qui constitue ici le début de la semaine. Dans certains secteurs d’activité, il est fréquent de travailler 6 jours sur 7.
 
- Le contrat
Lorsqu’on est embauché par une entreprise à Dubai, on bénéficie généralement d’un package que l’on soit en contrat local, ou contrat expatrié. Ce qu’il contient dépendra de votre poste et du domaine dans lequel vous travaillez. 
Voici quelques uns des avantages ou « allowances » que vous pouvez négocier :

- votre billet d’avion et celui de votre famille (un aller-retour par an dans votre pays d’origine)
- votre loyer (ou une partie)
- vos dépenses téléphoniques 
- votre forfait téléphone et/ou votre forfait Internet- vos frais de déplacements
- vos frais de déménagement ou une allowance pour équiper votre logement 
- les frais de scolarité des enfants etc.
N’hésitez pas à vous renseigner autour de vous… et préparez-vous à négocier !
 
- Trouver un emploi
 
 
  • LES DÉPLACEMENTS
Dubaï étant une ville très étendue (près de 70 km du nord au sud), il est primordial de vous renseigner sur les différents modes de transports avant même de choisir le quartier dans lequel vous allez vivre. Il y a plusieurs moyens de circulation à Dubaï :
 
- En transports en commun
Les transports en commun sont encore relativement peu développés à Dubaï : elle ne compte que deux lignes de métro, un réseau de bus mal relié et un tramway qui couvre 11 stations. Néanmoins, si vous avez la chance de pouvoir vous rendre au travail en transports en commun, vous devrez vous équiper d’une carte rechargeable, appelée NOL Card, d’où sera déduit le montant de chaque trajet.
Dans le métro et le tramway, vous aurez le choix entre 3 types de wagons : standard, gold class et un wagon spécifiquement réservé pour les femmes et les enfants. 
A noter que par souci de propreté, il est interdit de boire ou manger (même du chewing-gum) dans les wagons. 
 
- En voiture
Le plus pratique pour circuler à Dubaï reste la voiture. Pour avoir le droit de conduire, vous devrez faire transférer votre permis français pour obtenir un permis local valable 2 ans : toutes les infos concernant les démarches sont dans notre fiche pratique « Comment transférer son permis de conduire ? » Une fois votre nouveau permis en poche, vous pourrez acheter ou louer votre voiture, mais attention : les accidents de la route ne sont pas rares et, pour plus de sécurité, nous vous déconseillons de choisir une petite citadine. 
Enfin, dans le cas de l’achat d’un véhicule, vous devrez chaque année renouveler son enregistrement auprès de la RTA.
 
Par ailleurs, les bouchons sont fréquents : le matin, c’est du nord au sud que le trafic sera le plus difficile, et le soir du sud au nord, en partie car les nombreux travailleurs de Jebel Ali rentrent en direction de Sharjah à la fin de la journée. Soyez vigilants au moment d’emprunter les sorties sur les grands axes : une erreur vous obligera parfois à rouler sur plusieurs kilomètres pour retrouver le bon embranchement ! 

Petit point positif malgré tout : l’essence est nettement moins chère qu’en France (en moyenne 46 centimes d’euro le litre).
 
Enfin, la ville de Dubaï est équipée d’un système de péage, appelé Salik. A chaque passage de l’un des 7 points Salik, vous serez automatiquement débité de 4 dirhams via un sticker collé sur votre pare-brise et relié à un compte à recharger en ligne. Vous pouvez vous le procurer dans tous les Customer Service Center, sur le site Internet de la RTA et dans la plupart des stations-services. 
 
- En taxi
Les taxis sont très nombreux et le prix d’une course reste abordable par rapport à la plupart des grandes villes. Les VTC sont également présents à Dubaï : vous avez le choix entre Uber et Careem. Bien que les tarifs soient légèrement plus élevés, les voitures sont généralement plus confortables, les chauffeurs conduisent plus prudemment et sont équipés d’un GPS ce qui est rarement le cas avec un taxi.
 
  • LES TÉLÉCOMMUNICATIONS
Le marché des télécommunications est en train de bouger avec l’arrivée de Virgin Mobile dans le secteur de la téléphonie.  Les deux opérateurs historiques (DU et Etisalat) ont structuré leurs offres et proposent maintenant des forfaits plus compétitifs (connexion Internet à très haut débit et forfaits mobiles tout compris). Mais cela reste toutefois un poste de dépense plus élevé qu’en France.
 
- Les téléphones portables
Vous avez le choix entre 3 opérateurs : DU, Etisalat et Virgin Mobile. Vous trouverez des forfaits tout compris, avec ou sans engagement, comprenant notamment les appels locaux et/ou vers l’international. Si les tarifs sont aujourd’hui plus attractifs, ils ne sont toutefois pas au même niveau qu’un forfait Bouygues Telecom à 9 euros en France…
 
Le wifi est également disponible un peu partout à Dubaï que cela soit dans les centres commerciaux, les restaurants, les cafés, …
 
- Internet
En ce qui concerne l’utilisation d’Internet chez vous, Du et Etisalat proposent différents packs selon vos besoins et votre consommation. Ils peuvent comprendre l’Internet (très) haut-débit, les chaînes TV, les appels gratuits sur les numéros fixes… Pour en savoir plus sur les box Internet et sur les procédures pour obtenir la vôtre, rendez-vous sur la fiche pratique Comment obtenir une box internet + Tv chez soi ?
 
 
  • LA SANTÉ
La couverture médicale est obligatoire et doit être comprise dans le package proposé par votre entreprise. Mieux vaut être bien assuré car à Dubaï, la santé est un véritable business et il faut souvent y mettre le prix. Les remboursements des frais médicaux peuvent devenir un véritable calvaire. Les assurances santé refusent facilement le remboursement de soins qu’elles considèrent non justifiés. Nous vous conseillons de vérifier vos prescriptions et de valider en amont sa prise en charge auprès de votre mutuelle. 
 
Les médecins, généralistes comme spécialistes, et les professionnels de santé installés à Dubaï proviennent des quatre coins du monde. Si vous préférez communiquer en français à propos de votre santé ou celle de votre famille, vous trouverez ici La liste des médecins et professionnels de santé francophones à Dubai.

 
 
LA FAMILLE ET LE FOYER
 
- L’éducation / scolarité des enfants
Si vous vous installez à Dubaï avec des enfants, sachez que l’éducation est très onéreuse, et ce dès le plus jeune âge. Si vous le pouvez, négociez les frais de scolarité de vos enfants dans le package proposé dans votre contrat de travail. Il n’est pas rare que les écoles, notamment les plus prisées, aient des listes d’attente, c’est pourquoi nous vous conseillons de vous y prendre le plus tôt possible afin que votre enfant obtienne une place dans l’établissement désiré. 
 
D’autre part, la plupart des écoles ne proposent pas de service de restauration scolaire, il faudra préparer chaque matin pour vos enfants une lunch box réfrigérée.
Enfin, les journées d’école commencent tôt et finissent tôt, entre 13h et 15h selon les établissements. Qui dit après-midi libre dit… activités extra-scolaires ! En plus du coût de l’école, prévoyez un budget pour la pratique d’activités (de nombreuses écoles proposent des activités à la fin des cours), et pour les transports en bus scolaires si vous choisissez de ne pas conduire votre enfant vous-même.
 
L’aventure de l’expatriation peut mettre à rude épreuve la capacité d’adaptation des enfants dans leur scolarité. La transition d’un système scolaire à un autre ; qu’il soit en cursus français ou international ; peut être facteur d’angoisse et faire naître des difficultés d’apprentissage. Beaucoup de parents ont donc recours au soutien scolaire après l'école.
Nous vous recommandons la plateforme de soutien scolaire Axiom Academic qui vous permet de vous mettre en relation avec des professeurs compétents et sérieux. Pour en savoir plus consultez notre article sur le soutien scolaire.
 
Si vous ne savez pas quelle école choisir pour votre enfant, retrouvez quelques pistes dans notre rubrique SCOLARITÉ.
 
- Les aides à domicile
Embaucher une aide à domicile est une pratique courante chez les expatriés installés à Dubaï. Vous avez le choix entre l’embauche d’une nanny en live-in (hébergée chez vous) ou en live-out (hébergée par ses propres moyens). Pour ce faire, vous devez répondre à certains critères, notamment en termes de salaire, et respecter quelques conditions pour pouvoir sponsoriser l’employé de maison que vous souhaitez embaucher. Retrouvez tout ce qu’il faut savoir sur les formalités dans notre fiche pratique Tout savoir avant d'embaucher une maid/aide à domicile.
 
- Les animaux de compagnie 
Vous n’envisagez pas votre nouvelle vie à Dubaï sans votre animal de compagnie chéri ? Rassurez-vous, nous non plus ! C’est pourquoi nous vous proposons de vous rendre sur la fiche pratique Comment ramener son chat/chien à Dubai ? qui contient les démarches à suivre pour que le déménagement de votre boule de poils se déroule dans les meilleures conditions possibles. 
 
Une fois sur place, vous devrez enregistrer, chaque année, votre animal de compagnie auprès de la municipalité de Dubaï. L’enregistrement ne peut se faire que si ce dernier porte une puce électronique et est à jour dans ses vaccins, notamment contre la rage. Lors du paiement de l’enregistrement, le vétérinaire vous remettra un Tag que votre animal devra porter en permanence.
 
AU QUOTIDIEN
 
- Le niveau de vie
La vie à Dubaï peut sembler onéreuse et les dépenses sans fin, surtout lorsqu’on y habite avec toute sa tribu. Notez cependant qu’à poste égal, les salaires sont généralement plus intéressants qu’en France, sans parler des nombreux avantages, cités plus haut, dont jouissent les expatriés. 
 
Pour autant, la situation a pas mal évolué ces dernières années : s’il n’y a pas d’impôt sur le revenu, il y a de nombreuses taxes déguisées, et une TVA de 5 % (sur l’ensemble des produits et des services) a été mise en place au 1er Janvier 2018. 
 
D’une manière générale, les prix ont augmenté notamment dans le secteur alimentaire et le rapport avec l’euro et le dollar est devenu moins avantageux. Conclusion : on peut vivre tout à fait convenablement à Dubaï, mais ce n’est pas un eldorado pour tout le monde, comme on l’entend souvent.  
 
Pour en savoir plus sur le coût de la vie à Dubai, consultez notre fiche pratique.
 
- Le climat
Vivre à Dubaï, entre la plage, le soleil et les palmiers, c’est un peu se sentir en vacances toute l’année… et c’est bon pour le moral. Le week-end, direction la plage pour bronzer, faire du sport, s’amuser en famille… En bref, vous pouvez laisser vos bottes d’hiver en France (avec la grisaille) : ici, c’est sûr, vous n’en aurez aucune utilité ! 
 
Entre octobre et mai, le climat est tempéré, le ciel est dégagé et les nuits sont douces. Les températures avoisinent les 25-30 degrés en journée et peuvent descendre jusqu’à 18 degrés en soirée. Il pleut très rarement, mais lorsque cela arrive et que l’averse dure plusieurs heures, c’est un peu le bazar (pour rester polies !) sur les routes qui ne sont équipées d’aucun système d’évacuation.
 
A partir de mai et jusqu’au mois de septembre, le climat devient moins supportable avec un mercure qui grimpe et peut dépasser les 45 degrés aux mois de juillet et août. L’humidité rentre également dans l’équation à partir de juin avec un taux souvent de 95 % ou plus jusqu’en septembre, voire début octobre. Pas de panique cependant : il y a la climatisation partout et tout est pensé pour rendre cette période supportable. 
 
- Les courses
Supermarchés, pharmacies, coiffeurs, centres commerciaux… : tout est ouvert tous les jours de la semaine et jusqu’à tard le soir. Certains supermarchés restent ouverts 24h/24h et, souvent, les supérettes de quartier livrent à domicile, sans frais supplémentaire. Notez que certains supermarchés comme Spinneys, Waitrose ou encore Choithram disposent d’une « pork room ». Il s’agit d’une section un peu à l’écart, où les musulmans ne pénètrent pas et où vous pourrez acheter des produits à base de porc.
De plus, de nombreux sites Internet spécialisés dans la vente de produits alimentaires de qualité se sont lancés ces dernières années aux Émirats. Vous trouverez facilement tous les ingrédients dont vous avez besoin pour parfaire vos recettes préférées.
 
Côté shopping, évidemment, vous ne manquerez de rien, Dubaï étant la ville des centres commerciaux par excellence. Vous trouverez un très grand nombre d’enseignes internationales (presque toutes les marques sont présentes à Dubaï) des marques de luxe aux enseignes plus abordables.
 
- La restauration 
Le marché de la restauration connaît un véritable boom depuis environ cinq ans, et toutes les cuisines du monde (ou presque) se sont invitées à la fête. Envie d’un resto libanais ? Péruvien ? Japonais ? Indien ? Français ? Si vous aimez la variété, vous ne serez pas déçu. Certains restaurants, qui possèdent la licence nécessaire, servent également de l’alcool et du porc. Dans ce cas, le plat porte une mention le précisant.  
 
Comme pour les courses, la plupart des restaurants proposent la livraison à domicile, parfois à partir d’un certain montant. Ce service est généralement gratuit ou coûte quelques dirhams qui s’ajouteront à la commande. 
 
Pour tout savoir des tendances culinaires de Dubai, rendez-vous dans nos catégories GASTRONOMIESORTIR ! Vous retrouverez des articles tels que :
 
- L'alcool
Pour acheter 
Vous pouvez vous procurer de l’alcool dans la section duty-free de l’aéroport. Si vous êtes résident à Dubaï et que vous souhaitez acheter ou consommer de l’alcool chez vous, vous devez posséder une licence délivrée (sous certaines conditions) après accord de votre entreprise (sous forme d’une NOC) qu’il faudra renouveler chaque année. Muni de votre licence, vous pourrez acheter de l’alcool dans les magasins de l’un des deux distributeurs officiels, MMI ou African + Eastern. 
 
Pour consommer 
Pour pouvoir servir de l’alcool, les bars et restaurants doivent posséder une licence accordée par l’état. C’est généralement le cas des bars/restaurants situés dans les hôtels et des free zones qui possèdent une juridiction indépendante, comme le quartier de DIFC. Vous remarquerez que les prix des boissons sont plus élevés qu’en France, à cause des taxes sur l’alcool et du duopole de distribution. 
Attention, Dubaï applique la tolérance zéro alcool au volant. Il est donc préférable d’avoir recours à un taxi ou un VTC lorsque vous rentrez d’une soirée arrosée. 
 
- La religion
Les Émirats Arabes Unis est un pays musulman, où État et religion sont indissociables. Vous vous en rendrez vite compte lorsque vous entendrez l’appel à la prière, qui résonne cinq fois par jour depuis les nombreuses mosquées. Néanmoins, le pays et plus particulièrement la ville de Dubaï sont très ouverts aux autres cultures. Les Émirats sont d’ailleurs considérés comme progressistes par rapport à la région du Moyen-Orient, notamment en ce qui concerne le droit des femmes, qui sont tout à fait libres de conduire, de travailler, d’aller où bon leur semble, de ne pas porter le voile ou l’abaya… 
 
Bien entendu, il y a certaines règles à respecter pour faciliter votre intégration : éviter les signes d’affection en public, ne pas porter de tenues indécentes, ne pas boire ou être ivre en public… Il est d’autant plus important de se montrer respectueux pendant le Ramadan, période où charité, piété et humilité sont à l’honneur.
Pour tout savoir sur le Ramadan à Dubai : Guide pratique du Ramadan !
 
- La communauté francophone
Si vous vous sentez un peu perdu ou que vous êtes effrayé à l’idée de quitter votre pays natal, soyez rassuré : il y a une grande communauté francophone installée à Dubaï, qui fait souvent preuve de solidarité. Cette entraide s’exprime particulièrement à travers les réseaux sociaux, où de nombreux groupes et associations ont été créés dans le but de favoriser l’échange entre francophones. Des sorties et activités sont également proposées de temps à autres. Pour les rejoindre, c’est par ici :
 
- Le French Social Club : FSC - Accueil à Dubai est une association de bénévoles qui accueille les Français et les Francophones à Dubai. Elle est affiliée à la FIAFE.
L'UFE de Dubai et des Emirats du Nord : L'Union des Français à l'Etranger est une association rassemblant les Francais et les Francophones des Emirats dans le but de les fédérer autour d'activités culturelles et sociales. C'est également un réseau d'entraide.
- Les Nouveaux Aventuriers
 (French connection)
- Women in Dubai (uniquement pour les femmes)
- Carrière Express, un groupe totalement dédié à la recherche d'emploi à Dubai !
 
Suivez aussi sur Facebook : 
 
Un peu d'humour, avant de vous installer à Dubai : Les 5 choses que j'aurais aimé savoir avant de m'expatrier à Dubai
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir tous les actus de Dubai !
Et bien sûr pour suivre toute notre actualité, aimez nous sur Facebook et suivez-nous sur Instagram !
 
 
        
 
 
 
 

Dubaï, ses beach clubs, ses spas, ses restaurants, ses boites de nuit, tout ce qui fait le succès de cet oasis de béton auprès des touristes et attire de nombreux expatriés n’est qu’un coté de ce que cet émirat a à nous offrir.

N’oublions pas qu’il n’y a que quelques décennies, le désert était omniprésent et si les constructions en ont effacé une bonne partie, il est toujours possible d’admirer ces grands espaces.
Les amoureux d’off road connaissent bien les nombreuses pistes, terrains de jeu et spots de camping dans les Emirats, le plus impressionnant étant très certainement le désert de Liwa, avec ses immenses dunes, réservées aux connaisseurs de dune bashing. La majorité de ces endroits sont toutefois assez éloignés de Dubaï. Nous avons néanmoins découvert un endroit parfait pour s’évader un week end, à 40 minutes à peine du centre de Dubaï : Al Qudra Lakes.

alt
Ces lacs artificiels, vraisemblablement créés il y a environ un an sont accessibles sans 4x4 pour ceux qui veulent simplement s’y balader, y faire un BBQ ou camper. Mais se situant à l’entrée du désert, les dunes les entourant sont idéales pour s’entrainer à la conduite, car petites mais techniques.

alt
Cerise sur le gâteau, il n’est pas rare de tomber sur un troupeau de gazelles, voire même d’oryx. Après une bonne après-midi à tester vos compétences de conduite dans le sable, rien de tel qu’une petite pétanque près des lacs, tout en admirant un somptueux coucher de soleil, avant une petite baignade.

alt

alt
Il est tout à fait possible d’y passer toute la soirée, voire la nuit. L’endroit est somptueux, calme, tranchant avec la vie mouvementée de Dubaï, parfait pour se ressourcer.

Ce lieu est également un repère ornithologique, ayant été colonisé par de nombreuses espèces, dont des cygnes noirs.

N’oubliez pas de nettoyer avant votre départ car personne d’autre ne le fera pour vous.

Pour ceux qui préfèrent, une petite touche de luxe après une balade dans cet endroit enchanteur, vous pouvez prendre la direction du Bab Al Shams qui n’est qu’à 15 minutes de là.

Point d’entrée : 24°50'26.5"N 55°21'47.6"E

alt

Al qudra lakes

Amateurs de nature et d’aventures, c’est enfin votre grande première ! Ce week-end, vous faites une sortie dans le désert… Une fois l’excitation passée, place à l’organisation : le désert peut cacher bien des surprises, c’est pourquoi il est primordial de bien se préparer, pour passer un moment unique, en toute sécurité. Nous avons fait appel à un expert, Marco, fort de plus de 15 années d’expérience dans le désert et passionné de nature. Celui-ci nous prodigue tous ses bons conseils.
 
Avant d’envisager tout départ, il est impératif : 
- De ne pas emmener des enfants de moins de 2 ans (pour du dune bashing).
- De partir avec un convoi de minimum 3 voitures, dont 1 voiture (donc un conducteur) plus expérimenté.
- D’évaluer le niveau réel de chacun des pilotes et ainsi former un groupe cohérent.
- De prévoir des places libres dans les voitures (en cas d’abandon de véhicule).
- De partir avec des véhicules en parfait état, ayant passé le contrôle technique (révision grand maximum tous les 10 000 km), avec une boîte de vitesse courte (modèles de 4x4 spécifiques).
- De vérifier le contrat d’assurance de votre véhicule (assurance « off road »). Il est bon de savoir que les voitures en location, même longue durée, ne sont jamais assurées pour ce type de sortie.
- De vérifier les conditions climatiques (vent, températures excessives). La saison commence généralement au mois d’octobre et se termine fin avril.
- D’être conscient des risques que peut comporter une sortie dans le désert, si vous n’êtes pas suffisamment préparé (panne, blocage, accident).
 
C’est tellement bête, qu’on pourrait l’oublier :
Si vous souhaitez pique-niquer, camper, pensez évidemment à faire une check-list des équipements nécessaires afin de vous répartir le chargement des véhicules (tentes, duvets, barbecue, glacière etc.)
De plus, pensez aux indispensables tels que : les chapeaux, tubes de crème solaire indice 50 et lunettes de soleil. N’oubliez pas que le sable est très chaud, il faut donc être équipé de bonnes chaussures ainsi que de vêtements un peu plus chauds pour le soir (il peut faire, cette fois-ci, assez froid.)
Dans le désert dubaïote, la loi interdit de faire du feu directement dans le sable. Pensez donc à apporter un contenant pour vos bûches de bois.
 
Bon à savoir : On vous recommande vivement de laisser chaises, tables pliantes, barbecue automatique en aluminium, et lampes néon à la maison. Sur la route, au 3ème rond point après Dragon Mart (Dubai-Hatta road) vous trouverez du bois, une grille, des tapis et des torches en bambou (10 AED). 
 
AVANT DE PARTIR :
 
1. Les 10 équipements indispensables : par voiture.
- Des bouteilles d’eau. Au moins 6 L par personne pour 24h,
- un téléphone portable avec son chargeur ou une batterie portable chargée,
- un gps et des talkie-walkies (entrée de gamme). Pour le gps, il existe également des applications gratuites à installer sur le téléphone.  Nous recommandons par exemple Viewranger,
- une paire de gants de travail épais,
- une roue de secours accessible et en bon état (à vérifier avant de partir),
- une pelle large (télescopique, pour un gain de place),
- un cric et une planche en bois pour poser votre cric en cas de changement de roue dans du sable mou,
- un manomètre, pour mesurer la pression des pneus,
- au moins 1 sangle élastique ou « snatch strap » avec une résistance minimale de 8 t.
- au moins 2 manilles en metal/corde ou « D-shackles » certifiées minimum 3,25 t pour les métal et 16t pour les manilles de corde.
 
2. Les équipements indispensables : par convoi.
- une trousse de premiers secours avec au minimum : aspi-venin, sérum physiologique, compresses, sparadrap, désinfectant, bandages, pansements, une paire de ciseaux, crème solaire et Biafine,
- au moins 2 trousses à outils avec : un rouleau de gros scotch, serre-câbles, courroie de rechanges, tournevis, grosse pince, marteau, des piles,
- au moins 1 lampe frontale avec des piles de rechange,
- au moins 1 extincteur facilement accessible,
- des allumettes et briquets,
- 1 drapeau.
 
3. Les équipements pour les grandes excursions.
- Un compresseur,
- des plaques de désensablement,
- une sangle non-élastique,
- des jerrycan pour les voitures à petit réservoir/de grandes excursions,
- câbles ou pinces croco pour démarrer un autre véhicule,
- kit de réparation de pneus,
- liquides variés (huile, refroidissement, etc.)
- siphon pour réservoir (pour les pannes sèches)
- sangle avec dispositif de serrage,
- un marteau casse-vitre,
- des ciseaux de travail pour découper une ceinture de sécurité ou un coupe-ceinture.
 
Bon à savoir : la plupart de ces équipements se trouvent chez ACE ou sur https://www.aceuae.com, Dragon Mart, dans certaines grandes stations-services.
 
4. Où partir ? Nos recommandations de lieux.
 
• À -1h de Dubai
- Le parc solaire d’Al Maktoum : pour une sortie familiale, accessible au niveau débutant. Découvrez une réserve naturelle, calme et reposante. Les dunes sont belles et plutôt basses.
 
Prendre la route d’Al Quadra Lakes.

 
- Le triangle d’Al Badayer : pour s’amuser entre Big red, Fossil Rock et le village de Nazwa. Tous niveaux possibles. Le paysage est riche et vous pourrez découvrir une piste tranquille jusqu’à des dunes ocres, immenses. Attention, l’endroit est très prisé le week-end (beaucoup de quads qui roulent… très vite !), ce qui permet une entraide facile mais moins d’intimité pour un camp.
 
Prendre la route d’Hatta/Oman E64.
 
- Al Faqa : pour profiter de zones ombragées d’un pique-nique bien mérité. Tous niveaux possibles.
 
Prendre la route d’Al Ain E66.

 
• À + de 2h de Dubai
- Liwa et son oasis : réputé pour sa beauté, pour une excursion plus longue. Il est préférable d’avoir déjà fait quelques sorties dans le désert, ou d’avoir une majorité de conducteurs expérimentés. 
 
Prendre la route du Liwa Hotel au milieu du croissant au niveau de Liwa par la E45. 
 
- L’empty quarter ou désert de Rub Al Khali : pour les niveaux experts ou accompagnés par un guide. C’est la plus grande mer de sable du monde, soit 780 000 km2 (la superficie de la France, Hollande et Belgique réunie !). Les dunes peuvent atteindre plus de 200 m de hauteur.
 
5. Préparer son périple : la carte de route.
Une fois l’endroit de la sortie choisi : c’est le chef de convoi (généralement le conducteur le plus expérimenté, le leader du groupe) qui prépare la carte de route. Ce sera ce même conducteur qui « fera la trace » de la piste, une fois sur place. C’est idéalement sa voiture qui porte le drapeau si il n'y en a qu'un seul.
 
Pour tracer la route, il faut s’aider de Google Earth pour :
- choisir un point d’entrée et de sortie,
- placer des repères géo localisés stratégiques et facilement identifiables (oasis, ligne de haute tension, chantier, fermes etc.). Cela permettra d'identifier des " sorties de secours " sur la route en cas d'urgence ou de progression plus lente que prévue.
 
Ensuite, il faut partager la route avec la « voiture balai », généralement la dernière voiture du convoi et le 2ème conducteur le plus compétent du groupe.
Enfin, il s’agit de connaître :
- la répartition des pilotes et passagers dans chaque voiture,  
- l’ordre précis du convoi (et s'y tenir),
- les rôles de chacun,
- la répartition du chargement,
- la procédure de communication entre chaque voiture.
 
LE JOUR-J : 
 
6. Les règles pour conduire dans le désert.
La conduite dans le désert requiert des notions techniques et surtout de la pratique. C’est en s’entraînant, souvent, que l’on devient champion ! 

La règle d'or : aussi lentement que possible, aussi vite que nécessaire !
 
Pour commencer
- Assurez-vous que vos pneumatiques soient dégonflés, à la bonne pression (approximativement à la moitié de leur pression normale; et pas en-dessous de 15 psi ou 1.0 bar.).
- La conduite dans le sable nécessite beaucoup de concentration, donc pas de musique trop forte surtout lorsque vous utilisez les talkie-walkies.
 
Pour avancer :
- Regardez les traces de la voiture que vous suivez. Si vous voyez les crampons sur le sable, c’est qu’il est dur et que vous avez de la motricité. Si vous ne voyez plus les crampons, le sable est mou. Prenez alors de l’élan et passez cet espace mou.
- Rappelez-vous que plus le sable est chaud, plus il sera mou.
- Ne freinez jamais, ralentissez toujours. Il en sera de même avec l’accélération, toujours progressive.
- Contrairement à la route et à cause du frottement, vous aurez besoin de plus accélérer sur le sable que sur la route pour générer le même déplacement de votre véhicule.
- La bonne distance entre les voitures est celle qui vous permettra de vous arrêter à un endroit que vous choisirez et non que vous subirez.
- Lorsque vous descendez une grande dune, gardez votre volant droit et gardez toujours vos roues dans le sens de la pente.
 
Pour s’arrêter
- Arrêtez-vous toujours à un endroit où vous pourrez repartir facilement. Donc plutôt en descente qu’en montée et plutôt sur du sable dur que du mou.
- Toujours attendre que votre vision soit claire pour vous engager.
- Lorsque vous patinez et que vous n’avancez pas, arrêtez-vous, n’insistez pas, il y a de forte chance que vous empiriez la situation. Informez immédiatement par radio les autres équipages que vous êtes en difficulté. Ensuite, sortez de votre véhicule et faites-en le tour afin d’évaluer la situation avant de tenter quoi que ce soit, vous gagnerez beaucoup de temps.
 
Pour se désensabler :
- Mettez votre boite de vitesse en 4L (low/lente). Mettez le blocage de différentiel (le bouton avec un dessin d'un " x " à 4 roues). Repérez le sens de la pente dans laquelle est la voiture, et accélérez très progressivement en utilisant la gravité à votre avantage, en marche avant ou en marche arrière, selon votre position. Pour rappel, la partie la plus lourde du véhicule est le moteur.
- Si cela est vain, faites-vous aider ! D’où l’intérêt de tout le matériel cité plus haut. Dégagez le sable des essieux, et utilisez vos sangles pour vous faire tracter. Attention, de ne jamais sortir la voiture d'un seul coup, c'est souvent cause d'accident. Il est souvent préférable de tirer 5 ou 6 fois plus doucement.
 
Pour retrouver le convoi, si malgré toutes les précautions vous êtes perdu :
- 1. Prenez de la hauteur. Naviguez parmi les dunes jusqu'à arriver au point le plus haut. De là observez l’horizon pendant 5 à 10 minutes. Il y a de grandes chances que vous retrouviez votre groupe.
-  2. Sous-entendu, pas de groupe en vue : vous avez fait des traces dans le sable. Revenez en arrière, jusqu'à ce que vous retrouviez celles de votre groupe et suivez-les. Vous pouvez prendre l’option de suivre ces traces jusqu’à la sortie du désert aussi.
- 3. Le vent a effacé les traces : repérez les montagnes ou de très grosses dunes au loin. Il y aura toujours du monde pour vous guider.
- 4. Mauvaise nouvelle : Pierre Richard c’est vous ! Vous vous retrouvez donc à pied ! : refaites les étapes de 1 à 3. La clé est de toujours de se rendre au point culminant des dunes et d’essayer de repérer quelqu’un pour nous aider.
Rappel : tout ceci peut être évité grâce à l'utilisation de talkies.
 
7. Les règles de sécurité pour le camp.
- Attention aux enfants en bas âge, lorsque vous vous arrêtez/démarrez/levez le camp. Le manque de visibilité est dangereux.
- Chaussez-vous, les petites bêtes ne mangent pas les grosses… mais peuvent faire mal ! (L’aspi-venin est dans votre trousse de secours, attention, ne jamais l’utiliser pour une piqûre de scorpion : il va diffuser le poison).
- Hydratez-vous toutes les 30 min.
- Prévoyez toujours plus : plus d’eau, plus de snacks et nourriture. On ne sait jamais si vous restiez bloqués.
- N’oubliez jamais que la nature est imprévisible et sachez parfois mettre votre égo (de pilote) de côté pour faire passer la sécurité et celle de vos passagers en priorité !
 
8. Prendre la route du retour.
- Cela paraît évident mais n’oubliez pas de vous remettre en configuration routière (ESC ON, 2H, Mode Auto etc.)
- Regonflez vos pneumatiques à la pression préconisée.
- Commencez par conduire doucement et soyez à l’affût d’éventuels bruits, vibrations ou toute autre anomalie.
- Soyez prudent sur la route du retour, il y a des chances que le pilote soit bien fatigué !
 
Bonne sortie !
 
Pour toute demande d’information, précisions, cours de conduite, contactez Marco au au +971 50 644 00 19 ou e-mail :
Facebook : @driveanddive
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
  Petites annonces
 
 
  1. Les + lus
  2. Les + récents