L’investissement socialement responsable (ISR), qu’est-ce que c’est ?
L’ISR consiste à intégrer des critères extra-financiers lors de son investissement, comme par exemple :
- la gouvernance d’entreprise et la répartition équitable de la valeur créée entre actionnaires et salariés, la prise en compte des actionnaires minoritaires dans les assemblées générales,
- la parité homme femme dans les conseils d’administration, 
- la dimension philanthropique de l’entreprise, 
- les enjeux environnementaux et la croissance durable, 
- le refus parfois d’investir dans des activités telles que le tabac, les armes, les entreprises violant les droits de l’homme, le nucléaire, les OGM…. 
 
Ces placements visent à concilier performance économique et impact social et environnemental en finançant les entreprises ou entités publiques contribuant au développement durable quel que soit leur secteur d’activité. 
En influençant la gouvernance et le comportement des acteurs, l’ISR favorise une économie responsable.
 
L'ISR suscite un intérêt grandissant et de plus en plus de produits sont proposés aux investisseurs particuliers. 
La gestion ISR en France par exemple a progressé de 30% par an depuis 2014 pour atteindre 746 milliards d’euros fin 2015.
 
Pourquoi choisir l’ISR ?
On choisit l’ISR pour donner du sens à son épargne, pour jouer un rôle plus responsable et actif dans l’économie sans pour autant renoncer à la performance financière. En effet, l’analyse de ces critères permet une limitation du risque sur la performance financière de ses actifs dans la mesure où les risques environnementaux, sociaux et de gouvernance des entreprises sont mieux maitrisés par l’approche ISR.
D’autre part, ces investissements sont une opportunité d’investir dans les acteurs qui sont porteurs de solutions et de réponses aux grands enjeux de société.
 
En outre, l’ISR se développe sur l’idée que la prise en compte de critères sociaux et environnementaux permet de mieux identifier les sociétés performantes, à moyen et long terme. 
 
Prenons un exemple pour illustrer nos propos : Bertille Knuckey, gérante responsable de la recherche ISR chez Sycomore AM, indique que l’intégration de ces critères lui permet de limiter des pertes sur certains investissements.
Ayant investi dans le groupe Casino, les critères ISR ont permis de déceler une complexité de la comptabilité trop importante, un manque de transparence du management ainsi qu’un manque de contre-pouvoirs dans la gouvernance.
Cette analyse a entrainé leur décision de vendre cette valeur de leur portefeuille limitant ainsi leur perte à -1,8% au lieu de -26%.
 
Quelles performances au final ? 
Les 10 meilleurs fonds ISR depuis 2011 ont performé en moyenne de 54% soit près  de 11% annuels.
 
Il est important d’accorder une attention particulière à la valorisation du capital humain, premier vecteur de performance. En effet, le bonheur au travail, c’est moins d’absentéisme, moins d’accident au travail, donc plus de productivité. C’est aussi plus de créativité, moins de turn over et donc plus de croissance.
 
Conclusion :
La prise en compte de ces critères n’a donc pas uniquement pour but d’essayer de répondre à un besoin d’éthique et de recherche de sens en rentrant dans une démarche socialement responsable de long terme mais bien également d’approfondir la connaissance des risques et par là même développer la rentabilité de vos investissements.
 
Si vous souhaitez en savoir d’avantage, contactez :
 
Cédric MARC 
Associé-Gérant 
3AO Patrimoine 
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
 
       Petites annonces
 
 

Expatriés depuis plusieurs années, ou fraîchement débarqués. Seul, en couple, ou en famille, nous sommes tous concernés par la question de l'après : comment constituer une épargne, pour subvenir à ses besoins lors de sa cessation d'activité ? De surcroît, lorsqu’il n’existe pas (comme aux Émirats) de retraite par répartition obligatoire, il est d'autant plus important de réfléchir à cette problématique pour envisager sereinement l'avenir ! Nous avons fait appel à des experts du sujet, l'équipe 3AO Patrimoine, pour vous livrer quelques chiffres clés et pistes de réflexion afin de vous y préparer au mieux.

Quelques chiffres clés !

Saviez-vous que la France est l’un des seuls pays au monde où :

1/ l’on vit le plus vieux (85 ans pour les femmes et 79 ans pour les hommes),
2/ le départ en retraite est le plus tôt (62 ans en moyenne),
3/ le poids des retraites est l’un des plus élevé avec 13,8% du PIB en 2012 ? Logique non ? 

Saviez-vous qu’en France : 
 
1/ les régimes de retraite en 2017 ont atteint un déficit de 1015 milliards selon les données du Conseil d’Orientation des Retraites,
2/ en 1945, on comptait 15 actifs pour un 1 retraité, un ratio tombé à 5 pour 1 en 1965, aujourd’hui il est de 3,5 actifs pour 1 retraité. En 2040 on estime le ratio à 2 actifs pour 1 retraité,
3/ si l'on retient le nombre de cotisants sur le nombre de retraités, le ratio est aujourd’hui à 1,41 ? Effarant non ? 
 
Le cas des Français résident aux Emirats...
 
Avec une entrée sur le marché du travail de plus en plus tardive due aux études longues, un chômage élevé, induisant de moindres cotisations et un allongement de la vie humaine d’un trimestre par an, le déséquilibre va s’amplifier. Il faut donc réagir et réfléchir soi-même à sa retraite d’autant plus que le niveau de revenus plus élevé, l’absence de fiscalité et de cotisations aux Émirats doivent nous permettre la mise en place d’une épargne forcée. 
Mais alors, pour un Français résident aux Émirats, comment peux t’on définir un bon complément de revenus à la retraite ? Il faut dès maintenant réfléchir à une stratégie de diversification de ses revenus futurs.
 
La règle des 50/50 des revenus cibles est à prioriser : 50% issus de l’immobilier / 50% issus de l'épargne financière.
- Pour l’immobilier : l’objectif est de bénéficier de l’effet de levier du crédit (acheter avec l’argent de la banque et rembourser son crédit avec l’argent du locataire) tout en bénéficiant du niveau des taux d’intérêt, très bas actuellement. 
Le taux du crédit immobilier à 15 ans est dorénavant compris entre 1 et 1,4% en fonction de la qualité de votre profil. Avec un effort d’épargne de 500 €, dans un projet immobilier, vous pouvez envisager un revenu futur de 1000€ à la retraite. 
- Pour l’épargne financière, l’objectif est d’avoir suffisamment de temps pour bénéficier des effets de la capitalisation. 15 ans avant le départ en retraite est la durée minimale pour apporter le confort souhaité à une retraite bien méritée. 
 
Exemple :
- Avec une épargne de 1000€ mensuelle au taux de 4%, dans 15 ans vous obtiendrez 246 090€ 
- Avec une épargne de 3000€ mensuelle au taux de 5%, dans 20 ans vous obtiendrez 1 233 101€. 
 
Comment investir ? Quelques pistes.
 
  • Pour l’immobilier, l’acquisition en direct dans les villes où vous avez des attaches familiales ou l'envie d’avoir un pied à terre est à privilégier. 
  • Autre piste, les SCPI (sociétés civiles de placement immobilier) de rendement vous apporteront une rentabilité de 5% environ et le confort d’une absence de gestion.
    Pour tout savoir sur les SCPI, intérêt, fonctionnement, de manière très claire, lisez notre article : Expatriés, vosu voulez investir ? Tout, vous saurez tout sur les SCPI !
    Il faut cependant penser à intégrer dans vos calculs l’impact de la fiscalité et des prélèvements sociaux sur les revenus fonciers dès lors qu’ils sont positifs.
    Attention, pour les patrimoines immobiliers en France supérieurs à 1,3 millions, une déclaration d’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) devra être faite.
  • Pour la capitalisation financière, un contrat d’assurance vie ou un compte titres au Luxembourg vous apportera :
    - stabilité des institutions financières du Grand-Duché,
    - ingénierie financière personnalisée,
    - expérience des problématiques des non-résidents,
    - absence de fiscalité sur les plus-values tant que vous vivez à l’étranger.
Vous souhaitez en savoir plus et approfondir ces sujets ? 
 
Contactez le cabinet 3AO Patrimoine, Cédric Marc / / 052 736 7507.
Le cabinet 3AO Patrimoine intervient dans le suivi et l’organisation de votre patrimoine sous l’angle juridique, fiscal, social, financier et immobilier. Le cabinet est membre de «la Boétie Patrimoine », association regroupant 23 cabinets pour protéger les intérêts de leurs clients face à leurs partenaires, et membre de la Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine dont les gérants, Cédric Marc et Bertrand Lefeubvre sont respectivement coprésident pour la région Paris Ile-de-France et vice-président au niveau national. 
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
  Petites annonces

 
  1. Les + lus
  2. Les + récents