Après Elie Semoun, Fary et le Comte de Bouderbala… c’est aujourd’hui au tour de Baptiste Lecaplain, de se « taper l’affiche » à Dubai. Humoriste et comédien au talent brut, sûrement l’un des plus prometteurs de sa génération, révélé dans la série Bref, Baptiste Lecaplain nous présente aujourd’hui son dernier spectacle intitulé « Origines ». Un retour aux sources énergique et complètement déjanté, à travers les yeux de mille personnages, plus délurés les uns que les autres. À venir applaudir le jeudi 2 novembre prochain, présenté par Origami productions et Culture Emulsion, sur la scène du DUCTAC.
 
Baptiste Lecaplain, des débuts prometteurs !
 
C’est un jeune Normand de 21 ans qui quitte, en 2006, son job d’animateur pour enfants afin de devenir humoriste. Armé d’une volonté d’acier et de beaucoup de passion, Baptiste présentera son premier spectacle au public « Baptiste se tape l’affiche », en 2008. Ce n’est pas moins de 18 mois que celui-ci jouera à guichet fermé, sur la scène du théâtre Le Bout (à Pigalle), véritable tremplin pour standuppeurs et humoristes de talent. C’est son passage remarqué sur petit écran, dans la série de Canal +, Bref, dans le rôle du colocataire de « Je » (alias Kyan Khodanji) qui le fera véritablement connaître aux yeux du grand public. Il remplira par la suite 9 Bataclan, avant de poursuivre par une tournée nationale jusqu’en décembre 2014.
 
2014 marque également ses débuts au cinéma, avec le film Nous York, réalisé par Géraldine Nakache et Hervé Mimram. Malheureusement, le film essuiera beaucoup de critiques, mais Baptiste ne se découragera pas et continuera de faire des choix personnels audacieux au service de vrais rôles de composition, notamment dans Libre et assoupi, sorti en 2014, ou encore Dieumerci ! réalisé par Lucien Jean-Baptiste (2016).
 
Sur scène, à quoi s’attendre ?
 
« Origines », spectacle co-écrit par Benjamin Guedj, son compère de toujours, est un spectacle qui a déjà beaucoup évolué, depuis sa création (en 2015). Celui-ci retrace le parcours de Baptiste depuis sa naissance, en faisant intervenir tout un tas de personnages réels ou fictifs, comme sa mère ou le chat de M.Chirac. Le style est définitivement pointu, complètement absurde et déluré, mêlant improvisation et scènes « écrites » dans un rythme fou ! Ça part dans tous les sens, avec une énergie débordante, pour celui qui avoue « perdre 2 litres d’eau à chaque spectacle »
 
Vous découvrirez tout le génie de l’humoriste qui maitrise parfaitement l’art du « gag dans le gag » avec une imagination débordante. Celui-ci ne laisse jamais de personnages dans un coin, ceux-ci ne cessant de s’interpeller et de se répondre… parfois 30 minutes après !

Le spectacle auquel vous assisterez sera donc forcément surprenant, puisque complètement évolutif. Baptiste « se remet en question à chaque vanne », grâce à l’observation constante des retours de son public, en direct, chaque soir. Perfectionniste, il ajuste, change et approfondit donc souvent ses sketchs.
 
Baptiste Lecaplain fait du stand-up hors norme, avec des caractéristiques souvent comparées à celles du mime classique. Ses inspirations sont un parfait mélange de l’humour francophone, (Phillipe Lelièvre ou encore Gad Elmaleh) pour ce grand fan de Phillipe Caubère (comédien français, au style unique) ; et des codes anglophones (Jim Carrey, Eddy Murphy), notamment dans la gestuelle et sa manière d’interpréter ses personnages. Sur scène il est radicalement « habité », « dans la peau de », et on le suit volontiers !

Baptiste Lecaplain
Crédit photos : Denis Tribhou
 
… Et à la ville, comment il est Baptiste ?
 
Parfaitement équilibré ! L’artiste avoue « ne pas boire et ne pas fumer », se coucher tôt et « aimer les choses simples de la vie, comme promener son chien le matin ». Très sportif, il a joué comme meneur pendant 13 ans dans une équipe de basketball en Nationale 3. Le beau gosse est déjà papa et adore ça : « Quand je me lève à 7 heures pour m'occuper d’elle (cf : sa fille Thelma), j'ai l'impression de faire un millier de choses ! » confit-il, dans le magazine Terrafemina (2015).
 
Mais Baptiste c’est avant et surtout un grand timide ! Et oui, celui-ci avoue sur le plateau de l’émission On n’est pas couchés, (2016) « avoir du mal à se regarder à la télé et détester voir des extraits de son spectacle ». Très humble et autocritique avec lui même, il affirme également avoir encore « beaucoup de choses à apprendre ». Un paradoxe donc, avec la confiance dont il fait preuve sur scène… et comme souvent, cachant une grande sensibilité de cœur et d’esprit.
 
Baptiste semble entretenir de belles valeurs d’authenticité ; sûrement transmises par des parents simples. En effet, on ne pourra pas le qualifier de « pistonné » : il s’est créé seul, bien loin du milieu du stand-up. En effet, son papa est fonctionnaire et sa maman, gérante d‘un salon de coiffure ; l’un des personnages récurrents (et drôlissime) de son spectacle.
 
Celui qui affirme « vouloir s’amuser » comme seule motivation, est un véritable boute-en-train, capable d’emmener ses spectateurs dans son univers coloré, aux frontières de la poésie.
 
Chapeau Baptiste !
 
Date : le jeudi 2 novembre, à 20h30 ( ouverture des portes à 19h30)
Lieu : DUCTAC, MOE

Plus d’informations sur la page Facebook Origami Productions
Prix : de 195 à 225 AED

Pour réserver vos places, C'EST PAR ICI !

N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
 
       Petites annonces
 
 
 
 
Après Elie Semoun et Fary, c’est maintenant au tour du Comte de Bouderbala de nous présenter son très attendu nouveau spectacle, à Dubai… parce que oui, ça fait quand même plusieurs années qu'on l'attend ! Le Comte désargenté, comme il aime se présenter, c’est avant tout un humoriste incontournable de la scène du stand-up francophone, au bagout assuré et au public fidèle. Après avoir joué plusieurs années à guichet fermé, et rassemblé plus d’1,2 millions de spectateurs : le Comte revient nous faire rire dans un nouvel opus salué par les critiques. 


Présenté par Origami Productions, le spectacle est à découvrir le vendredi 19 mai prochain, sur les planches de The Auditorium à Dubai, et le 20 mai à Doha.
 
De quoi aime t-il se moquer ?

 
De tous les sujets : sa ville, en passant par ses origines, sa famille, mais aussi sa vie aux Etats-Unis, la politique et la religion, le sport, la chanson française (et notre Jojo national) etc. bref, tout est prétexte pour rire. A partir d'anecdotes du quotidien, il arrive à cuisiner de véritables sketchs saupoudrés de jeux de mots, dont lui seul a le secret ! Le tout en ne manquant pas d’éplucher de nombreux travers de notre société actuelle…

Sami n’a définitivement pas peur de se mouiller et blague toujours (beaucoup) sur lui-même. Tantôt se qualifiant de « basketteur d’un mètre cube » ou encore de « Comte du ghetto », aux manettes d’un spectacle « qu’il a bien essoré » de ville en ville, chaque occasion est trop belle pour ne pas la manquer. En tout cas nous, on ne s’en lasse toujours pas ! Un peu d’autodérision, c’est sympa non ?
 
Quel est son secret de longévité ?
 
Sa proximité avec les gens, sa simplicité… et surtout sa passion pour l’humour ! Le Comte parle à toutes les générations et dans toutes les langues (et oui, l’humoriste est polyglotte et ne parle pas moins de 7 langues et dialectes !). Celui-ci a véritablement évolué avec son public s’adressant aujourd’hui aux parents ; aux grands parents immigrés ; en passant par les jeunes « de la cité » et ceux des beaux quartiers. Le Comte évoque sans tabou des sujets qui touchent, tels que les stéréotypes sociaux, culturels et communautaires, toujours via des références populaires.
 
A quoi vous attendre dans ce nouveau spectacle ?
 
À un humour trempé, parfois « sur le fil du rasoir » servi par un amoureux de la scène. Pour les plus grands fans, vous retrouverez quelques clins d’œil à ses débuts. Ce nouveau rendez-vous est indéniablement une suite logique du premier spectacle (qui faisait davantage référence à sa vie et ses expériences) mixant des sujets forts de l’actualité, tels que des faits divers, les attentats, la politique, la religion ; mais aussi des sujets plus légers, comme le rap et les perles de la chanson française…

Mais au fait, qui se cache derrière ce nom de scène ?
 
Sami Ameziane (né en 1979 de parents algériens) passe sa jeunesse à Saint-Denis. Il évolue rapidement dans le monde du basket-ball professionnel au niveau national et international. Après avoir touché du doigt son rêve (aux portes de la NBA aux Etats-Unis), une blessure remet en cause sa carrière… C’est alors l’heure pour Sami de rencontrer l’art du stand-up et du slam, auprès de son ami de toujours, Grand Corps Malade.

 
Après un rapide passage au Jamel Comedy Club en 2006, et de nombreuses représentations en anglais dans différents comedy clubs reconnus de la Grosse Pomme, le Comte revient en France en 2010 avec un premier spectacle qui cartonnera pendant… 9 ans, rien que ça !
Pourquoi Bouderbala ? Parce que Sami aime se jouer des titres en opposant la noblesse du Comte, à « Bouderbala », qui signifie « guenilles, haillons » en arabe. Un joli pied de nez, bien trouvé !
 
A vite découvrir à la fin du mois !
 
Dates et lieux : 

- le vendredi 19 mai, à 20h – Dubai
The Auditorium – Dubai College
Pour réserver vos places : www.800tickets.com
Offre anniversaire : profitez du code promo « Dubaimadame » et bénéficiez de 30% de réduction sur vos places !
 
Un food truck du Vida Downtown vous attendra pour un ptit creux gourmand ainsi qu'un bar (en intérieur) pour vous rafarîchir, avant et après le spectacle... N'hésitez pas à venir un peu plus tôt pour pouvoir prendre l'apéro entre amis !
 
- le samedi 20 mai, à 18h – Doha
Marriot Marquis City Center 
Pour réserver vos places : www.aynatickets.com
 

Des places seront à gagner sur notre Facebook très prochainement… alors restez connectés !

N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
 
       Petites annonces

 
 
F.A.R.Y : non ce n’est pas le nom d’un nouveau restau à la mode, ce n’est pas non plus le diminutif de « Farid » comme celui-ci aime le préciser… C’est plutôt le prénom d’un humoriste version Y qui fait du bruit… jusqu’au Moyen-Orient ! En effet, l’étoile montante de l’humour français sera sur scène le 23 & 24 février prochain respectivement à Dubai et à Doha, pour nous présenter son spectacle « Fary Is The New Black ». Mais qui est Fary ? Et pourquoi vous ne devez absolument pas le manquer cette année ? On vous dit tout.

 
Avant toute chose, une petite séance de rattrapage s’impose pour tous ceux qui n’auraient pas entendu parler du phénomène.
 
Fary se démarque… et on le remarque !
 

Depuis 2014, après plusieurs passages mémorables dans le Jamel Comedy club avec notamment son fameux sketch du legging, ce prodige de l’humour à la plume aiguisée ne cesse de conquérir de nouveaux publics de tout âge.
Bien dans ses baskets, entre dandy chic et modeur trendy, l’humoriste de 25 ans maîtrise l’art de l’autodérision avec beaucoup de délicatesse. Le ton juste, il dépeint le portrait de notre société et de sa génération oscillant habilement entre bienveillance et ironie. 
Après avoir rempli Bobino et l’Olympia, Fary décroche une chronique permanente dans l’émission On n’est pas couchés sur France 2 : son passage en septembre 2016 sera visionné plus de 3 millions de fois sur Youtube ! 

Inspiré tant par Maupassant que Desproges et Debbouze, l’humoriste de l’année 2016*, collectionneur de chaussures et de punchlines bien visées est aujourd’hui en tournée avec son nouveau spectacle « Fary Is The New Black ». Artiste très apprécié de son public, Fary n’a pas peur d’élargir ses horizons en jouant pour la première fois sur une scène internationale.
 
Pas encore tout à fait convaincus ? 
Voici nos 5 bonnes raisons d’aller l’applaudir :
 
1. Parce que Fary est un record man !
C’est le seul artiste à avoir joué un one-man show pendant plus de deux ans à guichet fermé dans la salle du Point-Virgule. C’est également dans ce mythique théâtre parisien (ouvert en 1975) que ses compères, nuls autres qu’Elie Kakou, Pierre Palmade, Florence Foresti, Nicole Ferroni ou encore Jean-Marie Bigard, ont fait leurs premiers pas… de bons présages pour l’avenir, n’est-ce pas ?
 
2. Parce que son spectacle décape !
L’élégance : ok, la langue de bois : no way ! Dans son spectacle, les sujets s’enchaînent tandis que les vannes fusent… Vous avez dit politiquement incorrect ? Fary sait comment nous toucher et on ne demande qu’à en rire ! Sujets d’actualité, élections, personnage publics, mais aussi sujets plus légers… tous les ingrédients sont là pour passer une bonne soirée.
 
3. Parce qu’en plus d’être drôle il a la tête bien faite !
C’est simple, quand Fary ouvre la bouche on l’écoute, souvent spontané et toujours sensé, Fary sait faire passer ses idées sans jamais être vulgaire. Proche des gens et de son public, Il joue volontiers le jeu des interviews et s’exprime sincèrement avec beaucoup de sensibilité et d’humour évidemment !
 
4. Parce qu’il bouscule les clichés !
Hors de question de le mettre dans une case, celui qui ne veut ni « être restreint à » ni « nier » son origine sociale refuse d’appartenir à la génération de stand-uppeurs
« issus de l’immigration parlant des racailles et de l’accent de leur parents. » Pour Fary, le stand up ne doit pas être réduit qu’à ça… l’art des jeux de mots, la maitrise de langue de Molière et la subtilité ont tous leurs places dans ce genre de spectacle.
 
5. Parce que rire est bon pour la santé et on aurait tort de s’en priver !

*prix décerné par le magazine GQ – novembre 2016

Fary
 
« Fary Is The New Black » est un spectacle écrit par Fary et mis en scène par Kader Aoun, produit à Dubai et Doha par Origami productions (ayant produit le spectacle A-Partager d’Elie Semoun en novembre dernier).
 
Réservez vite vos places :

- Jeudi 23 Février, à Dubai, Dubai College Auditorium, 20h
 
- Vendredi 24 Février, à Doha, City Centre Rotana Doha, 21h
 
JEU CONCOURS !
Pous vous offrons 4 places pour aller le voir en spectacle à Dubai !

Pour jouer, c’est simple :

1.Likez notre page dubaimadame (si ce n’est déjà fait)

2.Enregistrez-vous sur le petit formulaire : http://eepurl.com/cBXgTv

Les gagnants seront annoncés lundi 20 février à 18h.

Bonne chance !

Fary
 
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
 
   Petites annonces

 
 
@credit photo : Clémence Demesme
Que l’on soit totalement fan, un peu sceptique, voire même totalement hermétique à son humour, force est de constater que son dernier spectacle A Partager a été salué par les critiques lors de ses premières dates de rodage… Alors autant vous dire que lorsqu’on a su qu’Elie Semoun débarquait sur les planches des Emirats, en exclusivité avant ses dates parisiennes, cela a, comme qui dirait piqué notre curiosité !
Nous avons donc tenté d’en savoir plus sur celui qui affirme que « l’on peut rire de tout… mais toujours sans méchanceté ni racisme » et sur son nouveau spectacle bien loin des codes du stand up ; plus intime et résolument saignant, teinté de notes aigres-douces, à savourer mais surtout A Partager.
 
Entre sensibilité et pudeur, la face cachée d’Elie Semoun ?



Les racines métissées entre le Maroc et l’Algérie, Elie rêve déjà de scène a 17 ans mais sa carrière d’humoriste commencera en 1990, grâce à son duo avec Dieudonné dans l’écriture et le jeu de sketchs traitant déjà de sujets tabous.
 Ce sont les fameuses « petites annonces d’Elie » qui le placeront comme un humoriste incontournable de la scène française aux côtés notamment de Franck Dubosc, Gad Elmaleh et bien d’autres. Dans les années 2000, on connaît alors un Elie très plébiscité à la scène comme à l’écran, au rire autant nerveux que contagieux…
 
Toujours resté très discret sur sa vie privée, Elie Semoun commence alors à davantage se dévoiler, laissant le public entrevoir une personnalité à fleur de peau, touchante et concernée par la réalité qui l’entoure… trahissant même parfois du trac et des peurs avant de présenter son dernier spectacle. 
 
A partager, un spectacle décomplexé.



Aujourd’hui Elie Semoun revient à ces premières amours et tente le pari d’enfin se livrer…
Interrogé en octobre dernier dans l’émission C a vous, Elie se confiait sans langue de bois et avec beaucoup d’authenticité sur son envie d’évoquer sur scène des sujets de fond tels que le handicap, la pédophilie, le fascisme et même la radicalisation… sujets qui font peur, qui suscitent des interrogations et des échanges mais quoiqu’il en soit provoquent des réactions !
 Vous savez celles qui engendrent des « Ohh ! » (Derrière le « non il n’a pas osé ?! ») avant les éclats de rire libérateurs (« c’est drôle quand même, non ? »).

Son spectacle, A Partager en famille ou entre amis, comme un véritable moment d’exutoire est finalement à prendre avec légèreté et beaucoup de second degré !



Elie maitrise parfaitement l’art de se glisser dans la peau de personnages fictifs aussi horribles qu’attachants (où l’on retrouve l’ADN et des clins d’œil aux petites annonces d’Elie) au sein d’une réalité poignante ; à l’image de l’apprenti jihadiste Oussama Ben Dubois, qui effectue son premier skype avec ses supérieurs et s’inquiète du climat, des moustiques et de la présence de jolies filles sur le camp ; ou encore Fabienne, la patronne loufoque d’un SPA qui rencontre pour sa première fois l’humoriste ; ainsi que Jean-Louis, le nouvel élu d’une mairie fasciste… et bien d’autres !



Alors, on partage ?


Restez connectés… bientôt des places à gagner avec Dubaimadame !

Pour plus d’information, suivez Origami Productions sur Facebook et Instagram.
Dates :
- Dubai : jeudi 3 Novembre, à 20h00 – The Auditorium
Réservez vos places ici.
- Abu Dhabi : vendredi 4 Novembre, à 20h00 - La Sorbonne Auditorium

Réservez vos places ici.
(Ouverture des portes à 18h30)
Prix
 :
Catégorie 4 à 1 : de 230 à 320 AED

Elie SEmoun - A Partager

 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter pour recevoir toute nos actus !
 
        Petites annonces


 
 
  1. Les + lus
  2. Les + récents