C’est le bon vieux marronnier que nous connaissons tous : nouvelle année rime avec bonnes résolutions. Nous l’avons tous fait (ou du moins tenté de le faire) : « Je me remets au sport », « Je mange plus sainement », « J’arrête de fumer », … avec les résultats que nous connaissons…
Pour la peine, cette année nous vous proposons une approche différente, gratuite et ne nécessitant aucun effort physique : la détox digitale ! Ou comment ignorer son smartphone pour profiter davantage de ce qui vous entoure !
 
Nous sommes tous addicts à notre téléphone portable !
En 2012, une étude démontrait que 66 % des personnes interrogées avaient peur de perdre ou d’être séparées de leur téléphone portable, révélant ainsi les comportements addictifs de l’utilisation du smartphone. 
Des études montrent que les Français consulteraient, en moyenne, leur téléphone presque 27 fois par jour et s’ils sont âgés entre 18 et 24 ans, ce chiffre passerait à 50 fois par jour. Inutile de nier cette réalité, nous sommes tous hyper-connectés.
 
Vous ne pouvez pas vous passer de votre smartphone du réveil jusqu’à votre coucher ? Vous passez votre vie à publier sur les réseaux sociaux vos dernières photos prises, puis retouchées, pour montrer au monde entier (ou tout du moins les quelques amis qui peuplent votre compte Facebook/Instagram) votre vraie-fausse vie idyllique sous les tropiques/sommets enneigés ? Vous devenez complètement angoissé, voire agressif quand vous ne le trouvez plus ? Au restaurant, il trône à côté de vous en vous lançant des regards lancinants lorsque vous lui jetez un œil en coin ? Et si vous éprouvez des palpitations lorsque vous n’avez pas pu vérifier dans les 45 secondes suivantes vos notifications WhatsApp, alors vous avez effectivement un problème…
 
Vous voici donc officiellement intoxiqué et dépendant de votre smartphone. Au quotidien, cela peut vous conduire à oublier l’essentiel : vivre votre vie. Il est temps de poser votre précieux et de (re)commencer à profiter du moment présent ! 
 
Une digitale détox, et pourquoi ?
Certains scientifiques dressent les effets néfastes de cette addiction sur notre santé : baisse de la concentration, fatigue oculaire à force de solliciter constamment la vision de près, altération de la mémoire, augmentation du stress ou encore troubles du sommeil… pour ne citer qu’eux.
En scrollant pendant des heures sur les réseaux sociaux, nous avons l’impression d’être débordés car nous ingérons énormément d’informations que l’on oubliera aussi vite. Bref, même si grâce aux téléphones nous sommes mieux informés et multitâches, notre passivité nuit à notre créativité et, sans nous en rendre compte, peut accroître notre sentiment de solitude face à notre écran.
 
Mode d’emploi, d’une détox réussie :
Il est difficile de survivre sans son portable. Une digitale détox consiste donc tout simplement à limiter, voire stopper, certaines de nos activités numériques afin de retrouver sa liberté. Sans être jusqu’au-boutiste en supprimant tout contact avec n’importe quel appareil numérique, voici quelques clés pour une désintoxication tout en douceur :
 
- Prenez du temps pour réfléchir. Comme dans toute désintoxication, demandez-vous d’abord ce que cela vous apportera comme temps supplémentaire et ce que vous voulez en faire : dormir, voir ses amis, vous lancez dans une nouvelle activité, profitez davantage de ses enfants… les raisons peuvent être nombreuses, mais c’est à vous de les définir concrètement. 
Pour vous aider, paradoxalement, téléchargez l’application « Moment » sur IPhone, ou « Offtime » sur Android, qui permet de mesurer le temps passé sur son téléphone.
 
- Faites ensuite le tri sur votre smartphone en supprimant toutes les applications qui n’ont d’utilité que de vous faire perdre du temps. Les applications sociales (Twitter, Instagram…) sont les premières concernées. Désormais, vous vous connecterez sur ces dernières seulement une fois par jour et à partir d’un ordinateur ! Inutile de vous mentir, c’est largement suffisant pour se tenir au courant des informations essentielles. 
Astreignez-vous à faire le tri régulièrement dans vos applications, nettoyer votre boîte e-mail en supprimant les newsletters et e-mails sans intérêt. Faites le ménage dans vos contacts sur les réseaux sociaux.
 
- Dites adieu à votre téléphone dans votre chambre. Le soir, avant de vous coucher, laissez-le éteint dans votre salon et courez dans un mall acheter l’objet qui va devenir la tendance 2019 : un réveil ! Cette astuce vous permettra de ne plus être tenté de regarder votre téléphone juste avant de dormir ou dès le réveil. 
 
- Plus tard, vous pourrez essayer de tenir une journée sans smartphone en l’éteignant complétement. Bien entendu, il sera peut-être utile de prévenir au préalable vos proches et collègues (facultatif !). Vous serez sûrement déconcerté, mais vous allez tout de suite en mesurer les bénéfices en renouant avec le réel ! Nous ne saurions trop vous recommander de renouveler cette démarche régulièrement pour en savourer pleinement les bénéfices. A vous d’en définir la fréquence.
 
Il est désormais temps de lever le nez de votre téléphone, de contempler le monde qui vous entoure et de respirer ! On n’est pas bien, là ? 
 
Si vous souhaitez pousser un peu plus loin la réflexion sur l’utilisation et la gestion de ses réseaux sociaux, lisez cet article Gérer ses réseaux sociaux en solo comme un pro en 5 leçons .
 
Et pour finir, un peu d'humour pour mieux illustrer nos propos :
 
Crédit photo : Jean Jullien
 
Crédit photo : Weheartit
 
Crédit photo : Jhallcomics
 
Crédit photo : Jean Jullien
 
Crédit photo : Pawel Kuczynski
 
Crédit photo : Walsh
 
Crédit photo : Joyreactor
 
Bonne détox digitale ! 
 
Crédits photos d'ouverture : Ode creative
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
  
Les débuts d’une expatriation, on ne va pas se le cacher, 
c’est un peu comme se replonger dans les prémices de l’humanité… 
On est bien obligé de retrouver notre sens pratique, 
celui que possédaient déjà nos ancêtres de l’ère Paléolithique !
En effet, à peine arrivés, notre énergie en totalité 
va être consumée pour satisfaire nos besoins premiers !
 
Où dormir ? Ou, plus exactement, trouver sa grotte ! 
On ne connait encore rien des terres colonisées sur lesquelles on vient de débarquer, 
qu’il nous faut déjà faire le choix du logis… celui où toute la petite tribu se sentira à l’abri ! 
Soyons honnêtes, nous sommes un peu plus exigeants que nos aïeux quant à la qualité du logement…
Quelques siècles sont en effet passés ; il nous faudra plus qu’un feu pour nous combler ! 
Le premier combat ne se fera donc pas avec un bison… mais bien entre nous, pour le choix de notre nouvelle maison !
 
Où trouver de quoi se sustenter ? 
Maman veut bien partir à la cueillette, encore faut-il trouver la bonne supérette ! 
Où se trouve le mammouth à griller ? Et surtout le cochon à découper ! 
On aura tout loisir de goûter aux délices de cette nouvelle patrie où nous sommes invités… mais en attendant, on n’est pas contre quelques produits importés !
 
Où pouvons-nous nous abreuver ? Où se planque la source ? 
Je ne parle pas de celle qui coule maintenant dans les robinets ou dans les bouteilles plastiques du supermarché, mais bien de l’hôtel ou du café, qui saura préparer notre cocktail préféré ! 
L’humanité n’a quand même pas évolué pour se contenter de se désaltérer avec juste de la rosée !
 
Où nos « petits hommes » seront scolarisés ? 
C’est bien beau de regarder Papa chasser, mais ce n’est pas ça qui, au XXIe siècle, leur donnera un métier ! 
International ou français, il faudra donc leur chercher un lycée ! 
Et trouver un moyen de les y acheminer, car nos biquets ne vont pas faire les 20 bornes à pied !
 
Où se trouver un moyen de locomotion approprié ? 
S’il y a un paquet d’années la mode était à la marche à pied, aujourd’hui nous ne sommes pas contre adopter un joli petit coupé ! 
Ni d’étudier les différents trajets, inscrits pour nous en « javanais » (métro/bus/tramway highway), qui nous permettront d’aller d’un point A à un point B sans patauger !
 
Où dégoter de quoi nourrir son cervelet ? 
Comme nos corvées sont aujourd’hui simplifiées, nous avons plus de temps pour nous cultiver ! 
Effectivement, l’art pariétal s’étant développé, nous serons curieux de découvrir les galeries ou musées de cette nouvelle contrée. 
Et au passage, nous ne serions pas contre dégoter l’endroit où trouver des magazines français, ou même l’adresse du teinturier qui fera que notre scalp soit moins grisé…
 
Et puis faut pas s’illusionner, même si je n’ai aucun doute sur la beauté d’une peau de mammouth… 
il nous faudra rapidement débusquer de quoi changer nos imprimés ! 
Donc illico presto, on s’enquerra… où trouver un Zara !
 
Soyons positifs ! C’est une période bénie pour la « pleine conscience » et « vivre le moment présent » intensément… 
De toute façon, pas de projet de folle soirée, tu n’as pas encore eu le temps de socialiser… 
Il arrivera néanmoins le moment où tu auras grand besoin de copiner avec ton prochain.
 Alors, il te faudra sortir le bout de ton nez dans des grottes prévues à cet effet ! 

 
Quoiqu’il en soit, cette expérience te permettra de constater 
que l’être humain est toujours en quête de nouveautés !
Mais sortir de notre zone de confort… bien que non sans effort… 
nous permettra de gagner, sans aucun doute, beaucoup de bonheur à la clé !!!
 
Sophie, comédienne, continue de nous faire rire depuis Istanbul à travers ses billets d’humour inspirés des péripéties d’une famille d’ex-expat à Dubai. Retrouvez ses billets sur son blog www.journalexpat.com.
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
  Petites annonces
 
Fraîchement débarquée de Paris par un doux matin de septembre - entendez par là 39° et 45% d’humidité après 7h de vol avec la tribu, me voilà donc au 1er jour de ma nouvelle et première vie d’expatriée ! Cette nouvelle vie, je n’ai fait que tenter de la planifier au mieux durant les derniers mois avant notre arrivée via les sites internet ou encore ces groupes Facebook méticuleusement repérés, puis rejoints, et qui ont désormais pris le pouvoir sur mon flux Facebook. Les photos d’amis profitant ostensiblement de leurs vacances d’été ont progressivement été remplacées par des annonces de meubles à vendre ou des demandes de recommandations de quartiers, nanny, restaurants, médecins ou avocats (parfois dans cet ordre). 
 
Un an et quelques aventures made in Dubai plus tard, les amis restés en France profitent de mon retour estival pour me poser cette désormais sempiternelle question : “Alors, Dubai, c’est comment ?”. 
Dubai est beaucoup de choses. Pas vraiment ce que montrent les reportages clinquants de TF1 et M6. Mais plutôt proche de l’image que j’avais pu m’en faire à travers les sites et groupes Facebook et, finalement, cette mégalopole a quelque chose de particulier dans certains aspects de la vie quotidienne auxquels je ne m’attendais pas. 
 
Voici donc les 5 choses que j’aurais aimé savoir avant de m’expatrier à Dubai :
 

CONSEIL N°1 : LE GPS DE VOTRE SMARTPHONE EST VOTRE MEILLEUR AMI (NE LUI MANQUEZ JAMAIS DE RESPECT)

Mon précieux GPS ne me quittait déjà plus en France mais, comme beaucoup, il avait tendance à rester au chaud dans mon sac lors de mes déplacements en voiture. Aujourd’hui, il traîne fièrement sur mon tableau de bord. C’est simple, AUCUN déplacement n’est concevable sans son aide.
 
Dubai ne fait peut-être “que” 4000 km2 mais certaines routes, comme la Sheikh Zayed Road, s’étendent sur près 558 km. A côté, la rue de Vaugirard avec ses 4 km fait figure de voie piétonne. Entre les trajets maison-école-supermarché-amis-boulot-maison, attendez vous donc à faire énormément de kilomètres…. parfois jusqu’à 200 par jour !
 
Au fil des semaines, vous apprendrez à abandonner votre libre arbitre au profit de votre mentor Google (ou Waze) qui, dans son immense sagesse, saura TOUJOURS vous amener à bon port. Et ne tentez surtout pas de jouer au plus malin avec lui en essayant de vous convaincre que vous pouvez vous débrouiller seule sous peine de vous retrouver à errer dans les dédales de Deira un vendredi soir...
 

CONSEIL N°2 : DE L'ART D'APPRECIER LE DOUX CHARME DE LA CONDUITE EN MILIEU URBAIN

La conduite à Dubai est bien entendu réglementée par un code de la route de plus en plus strict (et c’est tant mieux), mais le multiculturalisme routier répond parfois à quelques règles coutumières (officieuses) que vous devrez vite apprendre à maitriser. Et si vous avez passé votre permis en France, sachez que vous avez été à la meilleure école possible ! 
 
Ce subtil art répond à 3 règles fondamentales :
1) Familiarisez-vous rapidement avec la notion de Road Respect. Vos amis vous le répéteront souvent. Comme à l’époque jurassique, la taille de votre voiture joue sur la qualité de votre communication non verbale (ET non violente) avec les autres conducteurs. 
Après tout, personne en Toyota Camry n’a fondamentalement envie de se frotter au Nissan Patrol all in black (peinture + vitres teintées 100%) qui n’a pas mis son clignotant malheureusement souvent en option…
La conduite à droite à la française ? Oubliez. Ici, chaque voie répond à sa propre logique. 
 
 
 
2) Les panneaux routiers ont un langage et une logique qui leur est propre. Ils n’indiquent pas la même chose que votre GPS ? Il va falloir trancher. Et rapidement, car la sortie est dans 300 mètres, il y a 12 embranchements potentiels représentés par 7 flèches, la prochaine sortie est dans 46 km et 32 voitures et demi attendent derrière vous. 
N’oubliez pas : Google a toujours raison et la Toyota Camry ne peut rien contre vous. On ne peut pas en dire autant des 4 Patrol en embuscade (et toujours sans clignotant)...
 
3) Les parkings des malls ne SONT PAS vos amis. Ah les malls de Dubai ! On pourrait écrire un roman sur eux. Mais n’oubliez jamais qu’ils ont été conçus par des esprits torturés à l’humour très particulier (un peu comme si les Monthy Python s’offraient des vacances dans l’enfer de Dante). 
Ceux-ci prennent un malin plaisir à mettre des panneaux “Exit” qui débouchent sur 4 sorties, distantes de 15 kilomètres chacune et qui, en cas de choix malencontreux, se feront un plaisir de vous embarquer dans une visite guidée des 10 étages du parking. 
 
 

CONSEIL N°3 : QUAND FAIRE LES COURSES REVIENT À PLANIFIER UN PARIS - DAKAR…

Les fondamentaux de la conduite à Dubai étant désormais acquis (conseils n°1 et 2), vous allez pouvoir désormais envisager de sortir de votre quartier. Ça tombe bien, vous avez organisé votre premier dîner (voir conseil n°4) et votre menu est prêt. Il ne manque plus que les ingrédients. 
 
Naïvement, vous vous dites que le supermarché du coin fera parfaitement l’affaire. Grave erreur. Votre liste de courses doit être segmentée en fonction 1) du type d’aliment (alcool compris) 2) la qualité dudit aliment que vous recherchez 3) le prix que vous êtes prêt à mettre pour cet avocat bio issu-du-commerce-équitable-et-circuit-court-en-direct-du-petit-producteur du Pérou (cherchez l’erreur) et 4) du temps que vous êtes disposé à perdre.
 
Spinneys, Waitrose, Choithrams, Aswaaq, Carrefour, Union Coop, Lulu, etc. Apprenez à connaître les douces subtilités qu’ils proposent avant de mettre en route votre GPS. Vous avez préféré jouer la sécurité en optant pour le Carrefour de Mall of the Emirates ? Bien vu, mais dommage pour vous, on est vendredi après-midi et vous venez de tomber dans un vortex spatio-temporel. 
 
Vous avez perdu 30 minutes à chercher une place, 4h50 à déambuler dans les rayons où la moitié de la population de Dubai s’est donnée rendez-vous et autant de temps à attendre votre tour à la caisse. Votre avocat bio du Pérou n’est bien évidemment pas référencé. Vous avez peut-être limité la casse au niveau ticket de caisse, mais certains légumes ne vous inspirent pas confiance. 
 
Vous apprendrez donc avec l'expérience que les légumes, c’est plutôt Union Coop (mais pour le reste, le choix est limité), que Spinneys et Waitrose aiment le bio ainsi que la viande de qualité (et vous le font payer), tandis que pour votre soirée thématique indienne, c’est plutôt chez Lulu que ça se passe. 
 
Au fil des mois, vous anticiperez donc un parcours à étapes de 5h, avec 3 points de passage obligatoires, ladite liste segmentée que vous maîtrisez désormais et… la bouteille de vin que vous avez oubliée… Retour à la case GPS pour trouver le MMI ou African + Eastern le plus proche. Dommage, l’offre “buy 1 get one free” sur votre petit rosé sud-africain n’était valable que jusqu’à hier...
 
CONSEIL N°4: ...ET QUE VOS WEEK-ENDS SE PLANIFIENT 3 SEMAINES À L'AVANCE À COUPS DE GROUPES WHATS'APP  
 
WhatsApp, en voilà un concept étrange. En France, j’envoyais des SMS et j'appelais directement les gens pour prendre de leurs nouvelles. Ici, c’est à coups de groupes thématiques que vous allez passer votre temps : “Bons plans Dubai”, “Week-end désert du 12/10”, “Anniversaire Marie” (c’est laquelle déjà ?), “Groupe des parents anonymes des CE2D2” - aussi connu sous le nom de “Mon fils a oublié de noter ses devoirs pour dimanche”, “Dîner du 11/10”, “Apéro du 13/10”, “J’ai perdu mes enfants dans le compound n°13”, etc.
 
C’est simple, votre vie sociale s’organise autour de vos groupes WhatsApp. Dès lors, vous devez jongler entre votre planning de weekends qui se remplit à vue d’œil et un panel de réponses pré-enregistrées du type “Merci pour l’invitation, c’est top. Je vois ça avec ma moitié et je te dis”. 
 
Problème, votre moitié fait exactement la même chose de son côté. Du coup, vous vous retrouvez avec des double bookings au choix parfois cornélien : comment annuler le dîner avec X pour aller à celui de Y alors même que X et Y sont dans le même groupe de Ladies night qui prévoit justement une soirée demain avec Z que je ne peux pas encadrer mais dont le mari s’entend très bien avec mon chéri qui a justement prévu de l’inviter chez Y ? A vos copies, vous avez 2 heures.
 
Et puis un jour, l’inexplicable se produit. Alors que vous célébrez comme il se doit l’arrivée du WE autour de votre tendre rosé sud-africain - un souvenir de vos chers voisins revenus triomphants de leur expédition chez Barracuda (tiens, une nouvelle idée d’article), votre agenda vous rappelle à la froide réalité. 
Vous n’avez rien prévu ce week-end. Votre mari et vos enfants non plus. Votre maid est de repos. Votre frigo est vide. Z vient de vous envoyer un WhatsApp: “Hello ! Ça vous dit de venir dîner à la maison demain ?”
 

CONSEIL N°5 : FELICITATIONS, VOUS ALLEZ DEVOIR MAINTENANT COMBATTRE LES PREJUGES... DE VOTRE FAMILLE ET DE VOS AMIS RESTES EN FRANCE 

Nous avons tous vécu ces moments plus ou moins gênés (et gênants) où vous annoncez à vos amis et proches que vous tentez l'aventure à Dubai. La première salve de questions est généralement assez consensuelle :  Oui, c'est au Moyen-Orient. Oui, c'est là où il y a cette grande tour que tu as vue dans un "reportage d'investigation" sur M6/TF1. Oui, il y fait chaud. 
 
Ces “certitudes” confirmées, l'imaginaire de vos interlocuteurs se met alors irrémédiablement en branle pour vous projeter dans votre prochain quotidien : vous devrez désormais vivre recluse dans un palais aux murs plaqué or avec pour seule compagnie vos enfants (qui ne vous parlent désormais plus qu'en arabe), un chauffeur armé et un tigre apprivoisé.
 
Et même sur place, les préjugés auront la vie dure. Si ce n'est pas le côté "Mais tu peux vraiment conduire et t'habiller comme tu veux ?", c'est l'opposé façon "Melrose Place Arabia" que vous aurez à supporter. Non, vous ne passez pas vos journées un verre de Spritz à la main, enchaînant les activités mondaines (spa, déjeuners « vegan friendly » et aqua-poney) avant de décompresser de votre journée éreintante à une Ladies Night sur la Marina... enfin, pas tout le temps.
 
Le meilleur moyen reste donc d’inviter vos proches à venir vous rendre visite. Ils pourront alors découvrir que derrière le bling-bling des Rolls-Royce bicolores et des défilés siliconés à JBR se cache un quotidien certes agréable, mais bien loin des clichés.
 
A force de ténacité et d'abnégation (surtout après la 6ème visite du Souk des épices et des fontaines de Dubai Mall), vous parviendrez enfin à changer leur perception de Dubai. Tous sont conquis et calent déjà leurs dates pour l’hiver prochain. Pour 15 jours cette fois. 
 
Félicitations ! Il est temps d’embrasser votre nouvelle carrière de Tour Operator / Maison d’hôtes. Vos week-ends se planifient désormais 6 semaines à l’avance durant la “haute saison” et Carrefour vous remercie toutes les semaines de faire partie de ses meilleures clientes…
Vous reprendrez bien un petit Spritz ?
 
Copyright photos :www.dubaimemes.com
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
  Petites annonces
 
 
 
 
  1. Les + lus
  2. Les + récents