Depuis quelques jours, les autorités de Dubaï nous ont annoncé une période de confinement total. Nous voilà officiellement coupé(e)s du monde extérieur. Cette annonce a ravivé un sentiment d’anxiété déjà bien présent depuis le début de la crise. Elle peut nous plonger dans l’incertitude et la peur du chaos.
Tout notre quotidien est bouleversé avec l’impossibilité de se projeter.  Nos projets sont en suspens et nous ne pouvons plus, pour le moment, regarder vers l’avenir pour nous rassurer. 
 
L’expatriation
L’expatriation, que l’on soit seul(e) ou en famille, vient souvent bouleverser notre sentiment d’appartenance. Nous avons pour la plupart quitté notre famille d’origine, nos amis les plus proches, pour la promesse d’un avenir meilleur. Cet avenir est en soi porteur d’un sacrifice. Afin de pallier ce manque de repères, l’expatrié(e) cherche une reconnaissance plus importante dans le monde extérieur, une validation professionnelle et sociale qui doit compenser le manque laissé par le fait d’être loin des siens et de ses souvenirs.  
 
Pour les familles, il est important que les enfants puissent évoluer dans un environnement propice. La perte de repères à Dubai est compensée par la possibilité de multiples activités extérieures dans un environnement serein et ensoleillé.  
L’un des conjoints en profite souvent pour arrêter de travailler, passer plus de temps auprès de ses enfants et s’adonner à des activités laissées de côté par les contraintes de la vie d’avant. 
 
La rencontre avec d’autres expatriés vient souvent achever ce processus d’adaptation, en nous rassurant sur notre capacité à créer du familier là où il en manque tant ! 
Petit à petit, la vie reprend ses droits et ce nouveau cocon, construit non sans effort, arriverait presque à nous faire oublier que nous sommes si loin de chez nous.
 
Le changement identitaire
Il ne fait aucun pas de doute que l’avènement du nouveau coronavirus est venu bouleverser cet équilibre si durement conquis. Loin de nos proches, nous vacillons entre inquiétude et mélancolie. 
Privé(e)s de nos rôles professionnels et sociaux, nous voilà tous confinés, seul(e) ou en famille, sans ces ressources extérieures si chères à notre équilibre. L’inquiétude du lendemain s’est installée et s’accompagne souvent d’un manque de visibilité sur notre devenir. On s’alarme pour notre avenir professionnel ou celui de notre conjoint. 
La crise étant devenue mondiale, la possibilité d’un retour au pays d’origine n’est pas forcément synonyme d’une vie meilleure. On se sent comme en suspens …
 
Face à nos angoisses, nous ne pouvons recourir à aucun subterfuge pour nous changer les idées que ce soit une balade au bord de la plage, un café avec un(e) ami(e) ou un tour à la salle de sport…Tous ces plaisirs simples nous apparaissent aujourd’hui comme faisant partie d’un paradis perdu. 
L’anxiété devient alors la réponse à cette incertitude quant à l’avenir, nous enlevant ce sentiment de sécurité si nécessaire à notre équilibre. 
 
Pour certain(e)s, il faut aussi rassurer les enfants dont la routine a été chamboulée. Au plaisir - d’avoir enfin leurs parents rien que pour eux en début de confinement - s’est substitué progressivement une forme d’ennui et une incompréhension face à la durée du processus.  
Mais qui va nous rassurer ?
 
La capacité d’un retour sur soi 
Il est certain que la crise actuelle vient réveiller nos peurs les plus primaires.  Nous avons démontré, en nous expatriant, que nous sommes capables de nous adapter à un environnement totalement nouveau. C’est cette aptitude à créer du sens que nous devons puiser au fond de nous !
 
Il est important en ce moment (plus que jamais) de ne pas trop nous écouter. Nos pensées déterminent la perception de notre environnement.
Il faut stopper ce flux d’idées qui risque de nous plonger dans une angoisse paralysante. Notre organisme en état d’alerte est à l’affût du moindre signe pour céder à la panique ! 
 
Il faut se poser et chercher ses ressources. Celles qui nous ont permis à plusieurs reprises dans notre vie, de faire face à des situations nouvelles sans nous effondrer.  Notre capacité à nous rassurer nous-mêmes est ici fondamentale. Elle est d’ailleurs présente depuis l’enfance. Petit(e)s, nous arrivions à nous endormir seul(e)s dans le noir, faisant appel à notre imaginaire et à des images rassurantes, qui nous faisaient tenir jusqu’au lendemain, avec la certitude que nous allions retrouver le monde et nos parents exactement comme nous les avions quittés la veille. …
 
Le nécessaire retour au calme
Notre faculté au retour au calme est essentielle aujourd’hui. Oui, nous traversons une forme de nuit, peuplée de quelques cauchemars, mais elle va prendre fin et nous allons retrouver notre monde, certes quelque peu transformé.
Il est tout d’abord important de protéger nos ressources et notre capacité de réassurance de tout intrus susceptible de réveiller l’anxiété. C’est une période où il ne faut surtout pas trop s’informer ! Lire et écouter les quelques informations du jour est amplement suffisant.  Un flux d’information continue est à éviter à tout prix pour ne pas réveiller notre système d’alerte, en quête de chaos.
 
Privé(e)s de toutes formes d’exercices physiques, il est impératif de se créer une routine pour bouger notre corps - ne serait-ce qu’une vingtaine de minutes par jour – en nous centrant sur notre intérieur. Il en va de même pour les enfants et les autres membres de la famille afin de vider la maison d’un trop plein d’énergie. Internet regorge de ce genre de cours et il y en a pour tous les goûts.
 
Il est important de créer une routine journalière alliant moments productifs puis de détente. Les enfants regarderont la télévision ou joueront parfois sur leur IPad plus que d’habitude, … Mais à circonstances exceptionnelles, mesures exceptionnelles ! 
Il est important que chaque membre de la famille puisse s’octroyer des moments de paix ou il n’est pas en contact avec les autres, comme une possibilité de s’enfuir dans un monde imaginaire. On peut simplement ne rien faire, laisser son esprit vagabonder ou bien méditer, lire, écrire, peindre, etc. Peu importe, pourvu que ce moment soit calme et ressourçant !
 
Il faut également éviter les conduites compulsives comme le ménage à outrance, une surexposition à Internet et aux réseaux sociaux ou tout  autres comportements addictifs. Elles sont des stratégies sans fin qui renforcent en réalité le vide intérieur. 
Il est impossible en confinement d’être productif tous les jours. Des émotions inhérentes à la situation vont forcément surgir et il ne faut pas chercher à les supprimer. Elles sont normales et les effacer ne fera qu’alimenter l’anxiété. 
 
Enfin il faut croire… Croire en des jours meilleurs, comprendre que cette situation n’est que temporaire, que l’humanité s’est relevée à plusieurs reprises de choses bien plus graves que ce virus. Il faut prendre ce temps pour ce qu’il nous offre, la possibilité d’un retour aux choses simples, d’un retour sur soi. 
D’un moment de pause où nous pouvons réfléchir à nos vies, aux erreurs du passé et aux promesses du futur. C’est aujourd’hui que nous construisons notre lendemain, et si nous survivons à cette crise en faisant appel à nos ressources internes, nous en ressortirons plus fort(e)s et prêt(e)s à affronter avec confiance les nouveaux challenges que nous réservent le futur !
 
Vanessa B. The French clinic 

Vanessa Bokanowski, psychologue, exerce au sein de la clinique The French Clinic (Dubai Healthcare city)
En cette période de confinement, elle consulte également à distance sur Zoom.
Contact : 04 429 8450 ou 056 948 7372
 
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus et suivez-nous sur Instagram ou Facebook !
 
  
 
Des cursus bilingues Français-Anglais ou Arabe-Anglais, on en connaissait déjà à Dubaï. Mais une méthode canadienne d’immersion couplée à une approche plus pragmatique des sciences et à une opportunité de découvrir la « pleine conscience » dès le plus jeune âge, voilà de quoi nous tenir en haleine ! 
 
Si vous êtes attaché(e) à une éducation bilingue pour vos tout-petits, nous vous encourageons vivement à aller visiter l’une des deux branches de Maple Bear à Dubaï. A Business Bay, pour un côté plus urbain et des cours de langue quotidiens. A Al Safa, pour une immersion linguistique totale et un espace extérieur unique, propice à l’épanouissement de l’enfant et au développement sensoriel.
 
L’approche 
Intuition rime bien avec immersion. Maple Bear, fort de 480 écoles présentes dans 20 pays, propose un cursus d’éducation bilingue fondé sur la pleine immersion ou « immersion language methodology ». L’apprentissage de la grammaire et du vocabulaire se veut suivre les mêmes circuits intuitifs que ceux empruntés par la langue maternelle.
 
Formés par des équipes canadiennes, les enseignants de Maple Bear Al Safa divisent les journées de classe en deux temps : L’un en Anglais, l’autre en Français - ou en Arabe selon le cursus choisi. Toutes les disciplines sont donc étudiées dans les deux langues, à hauteur égale ! 
 
 
Sciences pour tous 
A Maple Bear, l’immersion n’est pas seulement le maître-mot pour les langues, il s’agit aussi de la ligne directrice suivie pour l’apprentissage des concepts, des idées et des sciences. Les élèves se familiarisent avec les statistiques dès l’âge de 4 ans en allant demander à leurs petits copains quel est leur fruit préféré. En dernière section de maternelle, ils sont encouragés à représenter de tels résultats sur un graphique dessiné par une classe toute entière. De quoi aider chacun d’entre eux à s’approprier les mathématiques !
Pour faciliter les échanges et les choix d’activité, ils ne sont jamais bien nombreux en classe. Les ratios effectifs adultes-enfant sont de 3:1 pour le programme Bear Care (6 mois-2 ans), 4:1 chez les pré-maternelles (2-3 ans), et 6:1 pour les moyenne et grande sections de maternelle. 
 
Un espace extérieur d’exception
1500 mètres carrés pour se dépenser, certes. Mais ce n’est pas la superficie seule qui fait de cet espace un havre de découvertes. 
Pendant les mois d’hiver, les enfants y débutent chaque journée par un temps d’exercice. Ils y ont aussi l’opportunité de jardiner, jouer à leur rythme, et de découvrir, nommer et apprécier textures et senteurs avec la petite réplique de « Car Wash » qui occupe un coin de jardin. 
 
 
Notre coup de coeur : Le jardin zen
Pour développer un autre des axes essentiels de la charte éducative de Maple Bear, la confiance en soi et l’intelligence émotionnelle, un jardin zen a été créé. Sans la rivière sous le petit pont japonais, bien sûr, raisons de sécurité oblige.
Chaque lundi, lorsque le temps le permet, les élèves y sont réunis pour découvrir quelques poses de yoga et des techniques de respiration simples à l’occasion du « Mindful Monday ». Il n’est d’ailleurs pas rare qu’à l’issue de ce moment de pleine conscience, ils prennent le temps d’arroser les tomates du jardin, individuellement ou collectivement.
 
 
La stimulation sans la pression, un peu d’exercice tous les matins, un coin de nature en milieu urbain, l’auto-régulation dès le plus jeune âge… Et si on apprenait grâce à nos enfants, à instiller en ce monde un peu plus d’équilibre ? Merci à Maple Bear en tout cas de s’y atteler !
 
Plus d'informations :
Site internet : maplebear.ae
 
35th Street Al Safa 1, (quartier de Jumeirah)
D: 04 394 6066
M: 056 997 7672
 
Ground Floor Burlington Tower Business Bay (à l'opposé de l'Oberoi Hotel)
D: 04 552 1309
M: 052 919 9374 
 
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus et suivez-nous sur Instagram ou Facebook !
 
  
 
 
 

 
Si vous possédiez une enveloppe, disponible là tout de suite, qu’en feriez-vous ? Pour une écrasante majorité, vous investiriez dans la pierre ! Et on vous comprend : de tous les investissements, l’immobilier est le chouchou des Français. Culturellement, même traditionnellement ancré dans les mœurs, il continue de séduire ; autant pour assurer l’avenir de ses enfants que pour constituer sa retraite… Un seul bémol persiste, vous êtes aujourd’hui expatrié, et ce statut nécessite de vous faire accompagner pour éviter les mauvais choix, et optimiser vos investissements ! 
Nous avons rencontré Laurence Peney, Directrice commerciale de Equance, elle nous explique tout.
 
Expatriés, des besoins particuliers 
Bien que sur le papier, il semble « qu’il n’y ait qu’à trouver la pépite » ; l’investissement depuis l’étranger comporte son lot de difficultés : 

- Vous avez un statut qui ne rentre pas dans les cases de l’administration française ; 

- vous allez être confrontés à la distance et tout vous semble très lointain : il faut se l’avouer, vous ne connaissez pas (ou plus) le marché ni tous les rouages de la fiscalité française ;

- vous n’avez pas assez de temps à consacrer à l’ensemble des démarches de recherches, de sélections ;

- vous n’êtes pas sur place pour rencontrer vos interlocuteurs (agents, promoteurs etc.), visiter les biens, et pouvoir contractuellement avancer et finaliser  (notaires, artisans etc.)
Tant d’obstacles, qui, même avec une capacité financière intéressante, vous amèneront surement à renoncer à vos investissements.
 
Un accompagnement complet et sur-mesure
Que vous soyez expatriés aux Émirats ou dans toute la région, depuis des années, en transit, ou sur le départ : si vous cherchez à (ré)investir en France… c’est le moment de réfléchir à la meilleure option pour vous.
En effet, et quelque soit votre situation (expatriation ou impatriation), un investissement est un engagement important et fait partie intégrante d’une stratégie à long terme, comme l’explique Laurence : « C’est comme construire  les fondations d’une maison, plus elles vont être solides, plus longtemps vous aurez un toit au-dessus de votre tête ! »

Il est donc impératif d’étudier objectivement et professionnellement votre situation : entre vos rêves, la réalité, la conjoncture économique et vos besoins à plus ou moins long terme… la clé est de se faire accompagner ! « On vous aide à vous poser les bonnes questions et à prendre les meilleures décisions, en toute sérénité. » ajoute Laurence.
Equance est un cabinet gestion patrimoniale, fiscale et successorale spécialiste de l’investissement immobilier (achat et vente) en France, et plus particulièrement sur Paris et Lyon grâce à l'Open Invest.
 
Laurence, expatriée à Dubai depuis plus de 8 ans, a créé dans ce cabinet une activité de  « chasse d’appartements » pour faire face à une demande grandissante de la part des expatriés. Son associé et époux, Laurent, as de la fiscalité française, soutenu par un réseau d’experts internationaux, a également rejoint l’aventure.
Enfin, le trio de choc est complété par une chasseuse d'appartements professionnelle basée à Paris, en charge de trouver le bien qui correspond parfaitement à vos attentes. 
Celle-ci connaît la capitale comme sa poche et bénéficie d’un large réseau de connections facilitatrices de démarches.

 En résumé, vous avez la chance de bénéficier de l’union de 3 compétences clés complémentaires pour vous accompagner tout au long du processus de votre investissement.
 
Investir en toute confiance : en 5 étapes !
- Vous rencontrez Laurence lors d’un premier RDV à Dubai, par Skype, ou éventuellement en France.

- Laurence étudie votre situation patrimoniale  : solvabilité, capacité de financement, situation familiale etc.

- Celle-ci vous livre ses recommandations et vous met en relation avec la chasseuse d'appartements.

- La chasseuse récupère votre cahier des charges (besoins, zones de recherche, budget) et sélectionne les meilleurs biens sur le marché ou en off market .

- Une fois le bien trouvé, Laurence reprend les rênes et s’occupe de chacune des étapes du montage de dossier. « Nous sommes là pour répondre à toutes vos demandes, et ainsi vous enlever tout le stress, et la charge administrative liés à une telle démarche. Le but étant de réaliser votre rêve tout en gardant les pieds sur terre… » conclut Laurence.

 
Alors, prêts à sauter le pas ?


Pour obtenir plus d’informations et prendre contact avec Laurence :
- En France : +33 6 80 02 30 19

- A Dubai : +971 52 911 1334

- Site : equance.com
 
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus et suivez-nous sur Instagram ou Facebook !
 
 
  
Le mois d'Août sonne souvent l’heure des grandes manœuvres logistiques avec l'organisation de la rentrée de septembre du petit dernier qui vient de fêter ses 2 ans. Tout un programme !
Bonne nouvelle ! La crèche bilingue posera ses valises dans une nouvelle villa plus grande et plus moderne à la rentrée et vous invite à l’inauguration des nouveaux locaux le samedi 31 aout à 10h.
 
 
Le Petit Poucet devient plus grand !
Autre nouvelle, Le Petit Poucet va très bientôt déménager et s’installer dans une nouvelle villa à quelques mètres de ses locaux actuels (dans le quartier de Al Safa 2) et l'inauguration aura lieu le samedi 31 aout à 10h.
 
Afin d’accueillir un nombre toujours plus important d’enfants - de la crèche (dès 3 mois) à la grande section de maternelle – tout en maintenant la qualité de son accueil, Le Petit Poucet a décidé de s’agrandir. Le nouvel établissement proposera des installations plus modernes et de nombreux espaces ludo-éducatifs avec des aires de jeux intérieures et extérieures, différents terrains de sport ainsi qu’une salle de gymnastique multifonctionnelle. 
 
Pour le moment, la crèche est encore en plein travaux mais nous attendons avec impatience la date d’ouverture afin de pouvoir vous présenter ses nouveaux locaux.  
 
La crèche bilingue, français-anglais, Le Petit Poucet dont la réputation n’est plus à faire auprès de la communauté francophone de Dubaï, est homologuée par le Ministère de l’Education et le KHDA. L’ensemble des maîtresses sont « native-speaker » et offre un enseignement de qualité qui permet aux enfants de maîtriser progressivement les deux langues sans distinction.
L’établissement offre également des cours particuliers de français. Les leçons, dispensées les après-midis, sont adaptées aux besoins de chaque enfant dès l’âge de 2 ans. Ces cours sont ouverts non seulement aux élèves du Petit Poucet mais également aux enfants non-inscrits à la crèche.   
 
Pour en savoir plus sur les tarifs et les modalités d’inscription (les inscriptions pour la rentrée 2019 sont d’ailleurs ouvertes) : La crèche met également à disposition un service de bus scolaire et de restauration. 
 
De nombreuses activités périscolaires (danse, football, piano, … pour ne citer qu’eux) sont également proposées. 
 
 
Le Petit Poucet c'est également des camps de vacances bilingues ! 
Si vous ne comptez pas quitter Dubaï aux prochaines vacances et que vous êtes à la recherche d’activités pour tenir votre bout de chou occupé avec la chaleur, les camps de vacances du Petit Poucet pourrait bien vous intéresser. 
A chaque periode de congés (été comme hiver) de 8h00 à 14h00 (extension possible jusqu’à 16h), des activités bilingues ludiques et variées sont proposées pour tous les enfants âgés de 6 mois à 6 ans. Le camp est animé par des maîtresses et des animatrices expérimentées avec, en nouveauté cette année, des cours de français dispensés chaque jour. 
 
Les camps mettent également l’accent sur le sport : football, Zumba, basket ou encore éducation physique, il y en aura pour tous les goûts ! D’autres activités ludo-éducatives sont également prévues comme des ateliers de cuisine, de la musique ou des travaux manuels. 
 
Tarifs : 
- 175 AED/jour et 770 AED/semaine/2 780 AED pour 4 semaines, pour toute inscription en "early bird" (hors TVA).
- 190 AED/jour et 745 AED/semaine/3 300 AED pour 4 semaines pour toute inscription (hors TVA).

Une réduction de - 20 % est appliquée pour les fratries.
Petit-déjeuner offert, le déjeuner et le transport sont des options proposées uniquement pour les inscriptions hebdomadaires.
 
Inscription au + 971 4 321 9399 ou au + 971 50 657 1744 ou en téléchargeant le formulaire 
 
Retrouvez-nous à l’inauguration des nouveaux locaux le samedi 31 août à 10h !
 
Pour plus d'information :
Adresse : Villa 1, 12A Street, Umm Al Sheif, Al Safa 2
Courriel :
Tél : + 971 4 321 9399
Cell : + 971 50 657 1744
 
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus et suivez-nous sur Instagram ou Facebook !
 
 
  
           
  1. Les + lus
  2. Les + récents