Les initiatives d'agriculture se cultivent en ville. Le potager urbain se plante partout comme une nécessité. Cultiver son jardin, ce n'est plus un secret, c'est bon pour la planète et bon pour soi, de la graine à l'assiette !
 
Des chefs étoilés aux toits des villes, les potagers urbains ont germé ! La tendance "green", certains vous diront qu'ils en ont soupé, et pourtant, plus qu'une mode, elle s’impose aujourd'hui comme une nécessité. Semons une petite graine dans nos consciences et dans nos jardins urbains pour réduire notre empreinte carbone et se régaler ainsi du plaisir du goût retrouvé. Chez vous, savez-vous planter les choux ? Si vous voyagez à Paris et à Dubai, inspirez-vous des initiatives dans l'air du temps ; à la rédaction, nous en avons goûtées quelques-unes pour vous cette saison.
 
Quatre sœurs lancent la culture du safran sur les toits parisiens et invitent les citadins à prendre de la hauteur ! 
On aime cette maison d'agriculture urbaine qui sème ses safranières sur les toits des villes, sans eau, ni électricité ni chimie, pour nous faire récolter des produits et des expériences d'exception. Vous avez peut-être rencontré Amela du Bessey lors de ses cinq années de vie à Dubai... "Dubai m'a appris que rien n'était impossible, et que les idées les plus folles méritaient d'être suivies !". Vous la retrouverez aujourd'hui sur les toits de Paris. Rendez-vous sur la terrasse de l'Institut du Monde Arabe ou sur celle d'un Monoprix. On aimerait bien s'envoler avec Amela et ses sœurs Louise, Philippine et Bérengère le temps d'une récolte. Un atelier « Bien Élevées » à offrir ou à s'offrir !
L’objectif des sœurs « Bien Élevées », qui aiment à se qualifier de parisiennes aux origines campagnardes : installer de nouvelles terrasses pour la saison prochaine, à Paris, puis dans les grandes villes de province. Promenons-nous sur les toits… 
 

Vous rencontrerez aussi sur ces toits d'autres abeilles travailleuses et soucieuses de notre biodiversité, celles de la précieuse ruche urbaine Le Miel de Paris par Audric de Campeau Apiculteur à Paris www.lemieldeparis.com

 
Amela du Bessey, Bien Élevées Maison d'agriculture urbaine.
 
L’air de la campagne s’empare du XVIe arrondissement de Paris : le toit de l'hôtel Brach est transformé en jardin urbain. Depuis son ouverture ce mois d'octobre 2018, on observe de l'Hôtel Brach la Tour Eiffel, mais aussi la pousse des herbes aromatiques ! Des ateliers verts y sont en effet organisés. Accompagné du jardinier, vous découvrirez le travail de la terre, la culture des fruits et légumes, sans oublier de ramasser les œufs frais du poulailler. 7000 m2 d'un centre de tri postal des années 70 laissé libre à l’imagination visionnaire du créateur Philippe Starck. 
L'hôtel Brach offre une nouvelle vue de Paris dans un style de vie décontracté pour les visiteurs de la capitale et les Parisiens. 
 
On aime le nouveau luxe décontracté de l'hôtel, son restaurant situé au rez-de-chaussée pour une immersion dans toutes les cuisines du bassin méditerranéen, son club de sport, la boutique de pâtisserie, jusqu'au jardin urbain sur le toit et sa vue à 360° sur Paris !
 
Hôtel Brach Paris, Le potager. Photo Guillaume de Laubier.
 
3. Agricool, des fraises cultivées à Paris et Dubai !
On l'a vue cette rentrée, la fraise « Agricool » des cooltivateurs Gonzague et Guillaume, rougir dans la nouvelle et divine épicerie fine La Maison Plisson à Paris. Il était une fois des fraises charnues, nées d'une ferme agricole au cœur de la ville. Pas estampillée du label bio français, puisqu'elles sont cultivées hors sol, mais peut-être la solution ‘agricool’ urbaine de demain ? « Agricool » porte bien son nom avec son degré zéro de pesticide, zéro OGM et zéro transport en accord avec notre environnement. Pour leur première étape à l'étranger, c'est à thesustainablecity.ae à Dubai que le container « Agricool » étend son horizon. Ainsi, les fraises poussent dans les airs du désert dans un cooltainer, petite oasis pour des fruits fragiles à cultiver… Les vents nous soufflent que la prochaine dégustation serait annoncée pour le mois de janvier 2019 à Dubai.
 
 
4. Agriculture Box à Dubai : le potager bio urbain facile !
Arnaud Fabre a bien les pieds sur terre et prend le problème à la racine en apportant un soin tout particulier à la biologie de ses sols, clé des bons nutriments à retrouver de la terre à l'assiette ! Travailler avec le sol vivant est au cœur de la problématique environnementale. Il était alors temps pour Arnaud Fabre, cet ancien banquier bien dans ses bottes, de nous piquer de sa passion du jardin devenue aujourd'hui son activité professionnelle à Dubai. « Agriculture Box » plantait sa première graine en 2013 et déploie depuis un éventail de réalisations végétales pour des hôtels, des bases de vie, des entreprises, des écoles et des particuliers. Sa troisième génération de potager urbain organique repose aujourd'hui sur une bonne connaissance du fonctionnement des sols vivants. Ces micro-organismes qui créent la fertilité du sol et la valeur nutritionnelle, et donc le goût !
 
« Agriculture Box » met en boîte des techniques ancestrales d'aération et de régulation de la température des sols, le compagnonnage et le compostage. Car dans l'agriculture bio, le compagnonnage est de mise ! Marions les bons compagnons qui aiment s'épanouir ensemble, comme les radis et les haricots, les tomates et toutes les variétés de basilic, les plantes aromatiques du potager pour leurs bienfaits sur la santé ! Arnaud Fabre apporte un soin tout particulier à ces enjeux pour obtenir des rendements et une valeur nutritionnelle de qualité et le plaisir des saveurs retrouvées. Pour franchir le premier pas vers l'autosuffisance avec tomates et herbes à planter, et si on faisait confiance à un pro pour y arriver ? La structure du potager "Agriculture Box" permet de s'y assoir et de cultiver ainsi seul ou à plusieurs ; il crée ainsi un nouvel espace de vie au jardin. Et si vous déménagez, il se plie et peut donc se transporter facilement !
 
Arnaud Fabre évoque l'environnement avec passion, et la transmission de ses valeurs par l'éducation fait partie intégrante de sa démarche. Au cœur de l'école The Arbor, se niche le dernier projet d'aménagement d'Agriculture Box. Sa troisième génération de ferme urbaine accompagne ainsi pour la première fois un programme scolaire basé sur l'éco-alphabétisation pour une éducation environnementale durable et juste.
 

Arnaud Fabre, fondateur d'Agriculture Box et Emily Bretl "Director of Education for Sustainability", The Arbor School.
 
Parole de chef et recette en herbe !
Thomas Duhamel, chef du restaurant Odeon Dubai, sème dans ses recettes les herbes fraîches de son potager Agriculture Box. On ne veut plus de ces herbes pâles sous plastiques qui ne résistent pas plus d'une journée dans le réfrigérateur et partout d'ailleurs. Le chef nous livre ici un assaisonnement à décliner à volonté pour accompagner de saveurs vitaminées, sa salade de roquette feta, mais aussi vos salades de tomates mozzarella, les poissons grillés, poulets au barbecue ou tomates provençales.
 
5. My Tasty Garden, tout est dit !
On va se régaler avec ce nouveau concept sorti de terre ce mois d'octobre 2018 et qui nous mâche le travail à Dubai. D'un potager à la maison a germé le concept « My Tasty Garden ». Hélène et Rachel enfilent leur tablier de jardin et se lancent dans l'aventure gourmande du potager urbain pour nous faciliter l'accès au jardinage à Dubai, en deux temps trois mouvements.
Choisissez votre formule !
1. « Box only » : Pour les connaisseurs, la structure seule est livrée et c'est à vous de la garnir et de jardiner !
2. « Do-it-yourself » : On me livre tout le matériel, du terreau aux plantes, mais c’est moi qui plante !
3. « We do all for you » : My Tasty Garden se charge de tout ! Un Mr Potager vient chez vous, installe le potager de votre choix et vous expliquera comment l’entretenir !
 
 
De la collection « My Tasty Garden », je recommande la palette aromatique d'herbes pour son design vertical adapté aux espaces limités, et sur lequel on peut y noter à la craie le nom des aromates comme sur un tableau d'écolier. « My Tasty Box » rectangulaire peut contenir six variétés de plantes et grâce à l'option roulettes, elle est parfaite pour se promener sur les balcons et terrasses. « My Carré » comporte une dizaine de variétés à poser en pleine terre au jardin. On aime à la folie « My Little Table » pour les petits jardiniers en herbe : éducative, elle arrive avec ses tomates cerises déjà sorties de terre et ses graines de radis à planter permettent aux enfants de découvrir les joies du cycle du jardinage. Un joli projet tout frais à découvrir à partir de ce mois d'octobre 2018 à Dubai.
 
 
6. My Green Chapter, une escapade de jardinage en ligne !
"Your UAE online garden centre" foisonne de collections design et créatives autour d'un jardin adapté à la vie urbaine aux Émirats et qui donnent envie de cultiver et mener une vie plus ‘nature’. L'idée d'un mur de verdure à la verticale à explorer dehors et dedans, c'est charmant ! Vous y trouverez tout le matériel nécessaire : des graines aux outils en tout genre, en passant par les serres et pourquoi pas, des modules pour un jardin vertical !
 
On ne vous raconte donc pas de salades : planter son jardin urbain, c'est beau et c’est bon ! Au cœur du débat sur l'environnement, des tas de points de vue se cultivent en vrac, mais tous doivent s'entendre pour dire qu'il n'y a pas de petites initiatives que l'on pourrait moquer. C’est pourquoi, ne coupons pas l'herbe sous le pied de ces projets ‘nature’qui voient le jour, et s'ils ne sont pas parfaits, ils seront mûrs à la saison prochaine. Faites le tri, le tri des emballages, cessez le gaspillage alimentaire et cultivez votre jardin... C’est une belle aventure physique et spirituelle à déguster en famille et à partager entre amis de la terre. 
 
Ecrit par Maude Verliac, octobre 2018 @dubaiaddressbymaude

 

N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
  Petites annonces
Première boîte ?
Oui, « Les Gastronomes » est notre première aventure concrète en tant qu’entrepreneurs. Nous avons fait d’autres tentatives auparavant sans vraiment franchir le grand pas.
 
Depuis combien de temps à Dubai ?
Joker SVP ! Pour Michel, ça fait plus de 30 ans qu’il est aux Émirats dont 14 à Dubai. Pour moi, c’est plus récent, 12 ans seulement sur Dubai.
 
Présentez-nous votre business en quelques lignes…
lesgastronomes.ae est une plateforme en ligne qui permet aux gourmets d’accéder aux produits de qualité, livrés à domicile. Nous offrons aussi un service personnalisé permettant à nos clients de mieux sélectionner leurs produits par rapport à leurs envies.
Nous sommes axés essentiellement sur la viande car nous pouvons en parler comme un sommelier. Cependant, notre gamme de produits comprend aussi du poisson sauvage, des poulets frais bio et label rouge, du caviar, un grand choix de fromages, du ‘champagne’ sans alcool, et nous proposons même un chef à domicile, des BBQ et maintenance de BBQ !
 
Est-ce que vous avez toujours rêvé d’être entrepreneur ?
Oui, nous avons toujours aimé notre indépendance. Stéphanie a déjà essayé de faire un pas et de racheter l’entreprise pour laquelle elle a travaillé à Londres. Pour ma part, depuis ma sortie de l’Ecole Hôtelière de Lausanne, j’achète mes produits chez les fournisseurs. 
 
Qu’est-ce qui a provoqué le déclic et vous a fait sauter le pas ?
Michel déborde d’idées, il est très innovateur. A la suite d’un BBQ entre amis, légèrement arrosé, une viande exceptionnelle, il a eu l’idée de créer une communauté de personnes aimant les bonnes viandes. Stéphanie a pris en main l’idée et a commencé la gestion de cette toute petite entreprise.
 
Pourquoi avoir choisi Dubai pour entreprendre ?
L’opportunité s’est présentée et nous l’avons saisie. Nous aurions très bien pu créer une autre aventure ailleurs.
 
Quelles sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Dubai ?
Entreprendre à Dubai ou ailleurs, les challenges sont similaires mais se présentent différemment. Les difficultés et les facilités sont les mêmes et résident dans le fait que la société est très cosmopolite (différentes cultures et nationalités), ce qui crée des niches, et puis la société change continuellement avec beaucoup de gens qui viennent et qui partent.  
 
Quelle est votre source de motivation chaque jour ?
Notre source de motivation, c’est d’abord notre passion ! Mais c’est aussi les messages de nos clients : « Merci ! C’était fantastique ! » Et puis c’est notre vision de l’avenir, pour nous, nos enfants, nos familles et notre société. On continue ainsi d’avoir envie de changer, d’améliorer.
 
Avec le recul, que referiez-vous différemment ?
Nous aurions dû faire le saut bien plus tôt.
 
Avez-vous bénéficié d’aides pour vous lancer ? 
Nous n’avons reçu aucune aide. Avec un budget de 0 dirham, nous avons créé la communauté des Gastronomes, et puis le site que nous avons créé nous-même !
 
Si vous aviez deux conseils à donner au futur entrepreneur qui vous lit ?
Être entrepreneur demande un goût du risque, beaucoup de courage, une vision claire, il faut bien évaluer son idée, mais surtout, ça nécessite du temps, de la patience et de la persévérance.
 
Et deux bonnes adresses ?
- Le Beefbar à DIFC
- 3 Fils à Fishing Harbour 1
- Cuisinero Uno à Business Bay
 
Comment conciliez-vous vie de parents et d’entrepreneur ?
Nous avons 2 enfants et pas de nanny, ce qui rend le challenge plus existant. Nous avons créé un business model propre à nous qui nous permet de concilier vie de parents et vie d’entrepreneurs. 
 
Des projets futurs ?
Bien sûr ! La boîte à idées est pleine !
 
PETIT PORTRAIT INDISCRET 
Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? Les deux, de 6h à minuit.
Plutôt café-croissant ou petit-déj healthy ? Café-baguette-beurre, confiture pour Stéphanie
Plutôt sport extrême ou méditation ? Un bon verre de vin !
Plutôt costard-cravate ou jeans-baskets ? Jeans-baskets, il faut être confortable ! 
Plutôt week-end cocooning ou fiesta ? Moi plutôt cocooning, mais Michel a besoin de sortir !
Plutôt cigale ou fourmi ? Moi, plutôt fourmi et Michel, plutôt cigale.
 
LE MOT DE LA FIN
Rien ne vaut un bon repas chez soi avec les personnes que l’on aime. 
 
Pour suivre Stéphanie et Michel :
Via leur site Les Gastronomes 
Sur Instagram 
Contact :
 
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
  Petites annonces
Les bonbons d’Halloween déjà dévorés, nous avons testé d’autres plaisirs sucrés, tout à fait à propos pour la saison douce de l’automne qui s’installe à Dubai.
En panne de dessert pour un diner en amoureux ? Envie d’originalité pour un repas entre amis ? Les mochis glacés sauront finir votre repas, comme il se doit ! 
Et en plus, super pratique : ils sont disponibles sur la boutique en ligne de notre traiteur préféré Secret Fine Food.
 
Petite histoire…
Peut-être ne connaissez vous pas encore ces délicieuses bouchées glacées, laissez nous vous révéler quelques uns de ses secrets…
A l’origine, le mochi est une préparation à base de riz gluant pétri très utilisée dans la cuisine japonaise, où il est courant d’en acheter dans la rue sur les étales des artisans. Il est très plébiscité lors de grandes occasions, notamment celle du nouvel an ! 
Un japonais peut manger jusqu’à 1 kilo de mochi par an, essentiellement durant la première semaine de janvier.



 
Inspirée par sa texture originale et son goût unique, c’est près de New-York que la marque Mochi Doki s’est lancée le défi de “twister” le fameux mochi en le garnissant d’une crème glacée. On peut parler de véritable challenge de confection car l’assemblage des matières (crème glacée et pâte de riz) est un exercice difficile. A force d’essais, Mochi Doki a élaboré une palette de recettes et de parfums variés pour le plaisir de nos papilles. 
 
De la tradition à la bouchée glacée !
Laissez-nous vous faire saliver avec des goûts aussi évocateurs que prometteurs tels que : le thé vert, le beurre salé, pâte de sésame ou encore plus classique vanille et/ou chocolat.


 
En utilisant les meilleurs ingrédients, le résultat est au rendez-vous : de délicieuses bouchées enrobées d’une fine pâte de riz légèrement parfumée, garnies de crème glacée. Quand on déguste un mochi, on est agréablement surpris par le fondant de la glace et l’élasticité douce et sucrée de la pâte de riz. C’est ce contraste des textures qui rend les mochis si uniques
 
De par sa petite taille, sa forme ronde, dodue et colorée, c’est la seule bouchée givrée que l’on peut déguster facilement à la main.
Un dessert parfait, à la fois léger et facile à préparer, pour terminer un diner en beauté. On aurait donc tort de s’en priver !
 
Les mochis sont disponibles sur la boutique en ligne de Secrets Fine Food ou au 04 363 9007.
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter pour recevoir toute nos actus !
 
       Petites annonces
 
 
 
Cette année, après Tokyo, Copenhague, Montréal et Hong-Kong et fort de son succès pour sa dernière édition en 2016 ; le concept international s’invitera de nouveau à Dubai, le samedi 18 novembre prochain sur la pelouse du Westin Mina Seyahi. Pour ceux qui n’étaient pas présents l’année dernière, une petite séance de rattrapage s’impose…
 
2 acteurs pour un concept, à la bonne franquette !
 
Imaginé par Sopexa, l’agence internationale de communication et marketing spécialiste du food, drink & lifestyle, et soutenu par le Ministère de l’Agriculture, cet apéro géant a pour but de faire rayonner l’art de vivre à la française à travers le monde.
Tout le monde est le bienvenu : amoureux du saucisson et de la pétanque, en famille ou entre amis, ainsi que les professionnels de la restauration, lors d’un événement façon guinguette. 
 
L’Apéritif à la française met en lumière nos bons produits du terroir (qui nous manquent un peu parfois) et le partage d’un apéritif convivial, lors d’une journée pleine de surprises. Un seul dress code : bleu, blanc ou rouge évidemment !

Apéritif à la française
 
Comment ça marche ?
 
L’entrée est libre. Un système de jetons est mis en place, 1 jeton ou « token » = 15 AED.
Chaque convive achète un nombre de jetons et peut ainsi se nourrir et s’abreuver dans les différents stands offrant des spécialités bien de chez nous : plateaux de fromages ; d’huîtres ; barbecue ; vins (blancs, rouges et l’incontournable rosé !) etc.
 
Ça c'est pour ceux qui n'auront pas joué avec nous pour tenter de remporter des lots de jetons à l'oeil !
Pour jouer et gagner 150AED de jetons 
à depenser pendant l'apéro , remplissez le petit formulaire ici avant le 16 novembre à minuit !
 
D’autres marques partenaires proposeront des dégustations gratuites de leurs produits telles que Maille, Perrier, Paysan breton, Madame Loik, Soignon.
French Bakery et La Pâtisserie des Rêves présenteront leurs gourmandises pour les pauses sucrées.
 
Ils n’attendent plus que vous :
 
- Un photobooth so frenchy pour des photos fun.
- Un terrain de pétanque pour les fadas de la boule !
- Une chanteuse reprenant les plus grands succès du répertoire français, accompagnée d’un accordéoniste et d’un guitariste, toute l’après-midi.
- Un drapeau humain immortalisé en photo à 17h. N’oubliez pas le dress code !
- Un stand déco mis en place par Maisons du Monde.
 
Et surtout… des défis culinaires : course de garçons de café, et dégustation à l'aveugle ! Le tout, histoire de bien rigoler mais surtout de gagner de jolis lots tout au long de la journée.
 
Apéritif à la française
 
Alors, passez-vous le mot et venez prendre l’apéro !
 
Date : le samedi 18 novembre, de 12h à 22h
Lieu : Westin Mina Seyahi Beach Resort & Marina.

Inscrivez-vous à l'event FB, par ICI !

Jouez et gagnez votre apéro par là !

N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
 
Petites annonces   


 
SAUMON BIO EN PAPILLOTES, PESTO D’AVOCAT & ZOODLES
 
Mais où trouver un bon saumon bio à Dubai ? 
 
- au rayon poisson de Carrefour
 
INGREDIENTS
Pour 2/3 personnes :
- 2/3 courgettes jaunes ou vertes
- 1 pavé de saumon bio par personne
 
Pour le pesto :
- 1 avocat bien mur
- 1 bouquet de basilic frais
- 2 petites gousses d’ail
- 1 c-a-s de jus de citron
- 1/4 tasse d’huile d’olive
- 1/4 tasse de pignons
- Sel, poivre
 
INSTRUCTIONS 
1. Pre-chauffer le four a 180°.
2. Préparer en premier le pesto : placer tous les ingrédients dans un robot et mixer jusqu'à obtenir une texture crémeuse.
2. Laver les courgettes et transformer les en spaghettis à l’aide d’un appareil spécial (disponible chez Ace, Carrefour, Tavola…)
3. Couper des pièces de papier sulfurisé pour les papillotes (si besoin de conseils, c’est ici)
4. Mélanger les zoodles avec le pesto afin de bien recouvrir chaque spaghetti et placer une portion au centre de chaque papillote.
5. Placer le pavé de saumon par-dessus et l’enduire de pesto.
6. Fermer hermétiquement les papillotes
7. Cuire au four 20 minutes, ou 25 pour un saumon à point.
 
Bon appétit !
 
Retrouvez toutes les recettes de Magda sur www.bobodxb.com
Instagram : bobodxb
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter pour recevoir toute nos actus !
 
        Petites annonces
 
 
 

Au menu de la rentrée culinaire du mois de septembre 2016 à Dubai s'inscrivait le "soft opening" de La Môme.
 
Ce mois d'octobre 2016, La Môme passe à table ! Une nouvelle adresse met à l'honneur la gastronomie française avec talent : La Môme Dubai, du concept à l'assiette chantonne la "French Touch"…
Des hauteurs du 49ème étage du Nassima Royal Hotel sur Sheikh Zayed Road, l'espace offre une vue magnifique de Dubai encadrée de fenêtres aux allures de bistro. Les banquettes lie- de-vin, l'écrin de briques et bois, les gigantesques moulins à poivre frais sur les tables... La déco du lieu est à l'image de la cuisine authentique qui y est servie.
 
Le nouveau restaurant de cuisine française La Môme vous mijote une cuisine française conviviale :

 
Trois amis et partenaires gardent le tempo de la cuisine au restaurant : Olivier développe la partie culinaire, Emeric exerce ses talents relationnels et veille sur l'ambiance conviviale tard le soir et Nicolas s'anime de la réception au bar…
Ils donnent ensemble la note de La Môme, "La vie en rose" et signent un restaurant "bistro dining" où la cuisine française classique propose ses saveurs à l'assiette au rythme des traditionnels "entrée", "plat", "dessert" à la française. Tous les ingrédients sont frais alors demain l'aile de raie capricieuse ne sera peut-être pas au menu et la truffe arrive mais attend sa belle saison à partir du mois de novembre...

 
 
La rédaction a testé pour vous une sélection des grands classiques de La Môme, à la carte !
- Une entrée chaude : les Coquilles Saint Jacques au beurre blanc & tombée de poireaux. Une assiette légère toute en finesse !

- Une entrée froide : l'Ardoise de charcuteries, condiments et pain du jour. Parfaite à partager au bar en attendant sa table.

- Les viandes et volailles : Pigeon entier rôti et endives. On l'oublie parfois mais l'endive cuisinée est un régal.  

- Les poissons : Solettes meunières, citron confit et pommes de terre écrasées. Splendide !  
- 
"Nos Amis Végétariens" n'ont pas été oubliés : risotto aux petits légumes de saison.

- Des garnitures : on aime les frites "pont Neuf" pour les frites et pour le dire…

- Les desserts : La mousse au chocolat au Toblerone servie à volonté à la casserole. Du geste à l'assiette, un délice ! La tarte Tatin revisitée est en chemin elle sera à la carte des desserts dans quelques jours et l'île flottante sur sa crème anglaise vanillée n'a pas été oubliée. Un dessert gourmand et régressif : le moelleux au caramel beurre salé à tester absolument !
 
Un dîner romantique "Pour Deux" : Vous entendrez dans l'air les mots chantés d'Édith Piaf… "Des yeux qui vont baisser les miens"… "Un rire qui se perd sur sa bouche" "Je vois la vie en rose" ! Cet air qui parle à tous et se déroule dans les boites à musique que l’on emportent en souvenir de Paris se fredonne aussi à Dubai aujourd'hui.
 
La Môme la nuit : au deuxième service, le DJ accélère la musique dans une ambiance St-Germain au rythme rapide et jazzy.
 
La Mome est désormais ouvert pour le déjeuner avec une formule spéciale 
4 entrées - 4 plats - 4 desserts
Entrée + plat + dessert et café à 120 aed
ou
Plat du jour + café > à 80 aed
 
Une nouvelle adresse incontournable pour gourmets et gourmands nostalgiques de la cuisine française simplement traditionnelle !
 
 
 
La Môme - Floor 49 - Nassima Royal Hotel - Dubai
Ouverture : de 12h30 a 15h et de 19h30 à 3 heure du matin.
Tarifs diner : 350/400 aed environ pour entrée, plat, dessert et bouteille de vin.
À suivre sur FB La Môme Dubai
et Instagram @lamomedubai #lavieenrose
Plus d'infos : www.lamomedubai.com
 
Écrit par Maude Verliac Instagram @dubaiaddressbymaude
 
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter pour recevoir toute nos actus !
 
        Petites annonces
 
 
C'est la rentrée ! Plus le temps de buller au soleil, c'est le retour de la routine à 200 à l’heure et des journées trop courtes. Entre les enfants, le boulot et le reste, pas vraiment le temps de penser à cuisiner. Mais après les vacances ; entre apéros, barbecues et glaces a gogo, il est grand temps de reprendre de bonnes habitudes sans pour autant faire de compromis sur les saveurs. Je vous propose une recette de diner facile, sain et savoureux. Elle est composée de produits frais et de saison et qui, promis, ne demande pas plus d'1/2 heure en cuisine.
 
CASSEROLE DE POIVRONS ET SAUCISSES ITALIENNES
La saucisse ? Ca n'est pas très glamour…je vous l’accorde mais c'est super bon et sain à condition de choisir de bons produits. Pour acheter de la viande, je recommande le Organic Cafe qui a une bonne boucherie à prix raisonnables et Waitrose ou Spinneys qui garantissent de la viande sans hormones.
 
INGREDIENTS
Pour 2/3 personnes :
- 2 oignons blancs
- 4 gousses d'ail
- 5 saucisses italiennes ou merguez (ça marche aussi pour ceux qui aiment l’épicé)
- 2 poivrons rouges
- 2 poivrons jaunes
- 1 conserve de tomates concassées bios
- 1 cuillère a soupe de flocons de piment (facultatif pour les papilles sensibles et les enfants)
- 1 cuillère a café de paprika fumé
- 1 cuillère a soupe d'huile d'olive
- 1 poignée de persil frais haché
- sel & poivre
 
INSTRUCTIONS 
1. Hacher finement les oignons et l'ail.
2. Tailler les poivrons en quart, enlever les pépins et les couper en lamelles.
3. Couper les saucisses en portions de 0.5cm.
4. Faire chauffer l'huile dans un wok ou dans une poêle antiadhésive a feu vif et faire dorer l'ail et les oignons pendant environ 1 minute.
5. Ajouter les poivrons et faire revenir environ 1 minute, puis les saucisses et laisser cuire jusqu'a ce qu'elles deviennent dorées en remuant de temps en temps.
6. Réduire le feu, ajouter les tomates et les épices. Couvrir et laisser mijoter pendant environ 15 minutes, ou jusqu'à ce que les poivrons deviennent fondants, en remuant régulièrement.
7. Saler, poivrer puis ajouter le persil. C'est prêt !
8. Si vous souhaitez un plat plus consistant, servez avec du riz, du quinoa ou des pates complètes.
 
Bon appétit !
 
Retrouvez toutes les recettes de Magda sur www.bobodxb.com
Instagram : bobodxb
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter pour recevoir toute nos actus !
 
        Petites annonces
 
 
 
Dubaimadame a eu l’immense privilège de pouvoir poser quelques questions à Pierre Gagnaire, chef triplement étoilé qu’on ne présente plus, alors qu’il était de passage dans son restaurant, Reflets, situé à l’hôtel Intercontinental de Festival City. 
 
 
Reflets a ouvert ses portes en 2007. Qu’est-ce qui a motivé, au départ, votre envie d’ouvrir un restaurant à Dubaï ? 
Comme tous les projets que l’on initie, c’est d’abord une rencontre… C’est toujours un General Manager qui représente une compagnie qui sait nous convaincre, avec qui on sent qu’il y a des valeurs communes et l’enthousiasme de créer un projet. Donc l’envie est toujours basée sur une relation, ce n’est pas une question d’argent mais de relations humaines.
 
Depuis vos débuts ici, avez-vous vu une évolution dans le marché de la restauration ? 
L’évolution, elle est énorme. On est arrivés en pleine crise. Aujourd’hui, c’est sûrement encore un peu la crise mais il y a l’Exposition Universelle qui arrive. Il y a beaucoup d’hôtels, beaucoup de restaurants, et donc il y a une évolution extraordinaire au niveau des produits notamment, qui traduisent l’émergence d’un énorme marché de restauration.
 
En quoi la cuisine que vous proposez à Reflets est-elle différente de celle servie dans votre restaurant parisien ? 
Est-elle vraiment différente, je n’en suis pas sûr. C’est une interprétation identique, avec d’autres produits, d’autres hommes. Mais je trouve qu’aujourd’hui, le restaurant a atteint une qualité assez incroyable grâce au talent des gens qui ont poussé l’équipe, à savoir le manager Kevin Prouvé et François-Xavier Simon qui est le chef de cuisine. 
 
Avec l’émergence des cuisines venues du monde entier, pensez-vous que les étrangers soient toujours aussi friands de la « French cuisine » ? 
Bonne question. Je réponds « oui » avec trois points de suspension… Au-delà de la cuisine française, j’ai l’impression que les gens recherchent des concepts, un peu de bruit, peut-être de la convivialité donc un peu de désordre. Ils recherchent des cuisines un peu plus standardisées. Donc il va rester de la place pour des très bons restaurants qui seront italiens, français, américains, avec une très haute idée de la qualité, mais je pense qu’il y aura de moins en moins de restaurants étoilés et de top niveau. 
 
On connaît votre amour pour les produits de saison et cultivés localement. Pensez-vous pouvoir un jour proposer des ingrédients de la région, issus par exemple des fermes locales, à Reflets ?  
Ce n’est pas moi qui peux répondre à cette question. J’aimerais pouvoir dire oui, mais on n’en a pas pris ce chemin pour l’instant. 
 
Selon vous, la cuisine gastronomique est-elle suffisamment développée à Dubaï pour attirer le guide Michelin ?  Comment expliquez-vous qu’il ne soit pas encore venu ? 
J’ai l’impression que le guide va arriver. Il sera bien embarrassé d’ailleurs, parce qu’il y a beaucoup de restaurants mais ce sont des restaurants très conceptualisés. On va voir, mais oui, je crois que le Michelin va arriver. 
 
Obtenir des étoiles est une consécration pour tout cuisinier. Mais au départ, qu’est-ce qui vous a donné envie de faire de la cuisine ?
Ma famille est dans cet univers, je suis l’aîné et je suis d’une génération où on ne se posait pas de questions. On reprenait l’affaire de la famille, des parents. Donc mon destin était tracé. 
 
Après tant d’années dans ce milieu et un parcours jalonné de beaux accomplissements, comment gardez-vous la « flamme » au quotidien et l’envie de continuer à vous dépasser ? 
Alors, la flamme, c’est aimer la vie, c’est avoir la chance d’avoir une bonne santé, une vie personnelle équilibrée. Et cette flamme vient aussi des gens avec qui je travaille, ces jeunes gens qui, si on leur donne un peu d’attention et si on leur met un challenge entre les mains, sont capables de faire de belles choses. Cet accompagnement auprès des plus jeunes est pour moi extrêmement motivant, et c’est ce qui me donne l’envie de continuer. 
 
Y a-t-il un ingrédient que vous refusez d’utiliser en cuisine, et pourquoi ? 
J’évite les produits un peu « mode ». Peut-être le wasabi, le thé vert, des choses qui sont tellement faciles, tellement dans l’air du temps… Je ne dis pas que je ne les utilise pas mais j’évite de faire de l’asiatique un peu ridicule. J’ai une culture française et j’estime que les gens viennent dans mon restaurant pour avoir une expérience qui soit celle d’une rencontre avec un pays.
 
Vous avez déjà 13 restaurants à travers le monde. Y a-t-il une ville en particulier où vous rêveriez d’ouvrir un restaurant ? 
Je n’ai pas de rêve, j’estime que je suis déjà un grand chanceux de faire tout ce que je fais. Ma vie est un rêve, dur malgré tout parce qu’il faut travailler. Je suis conscient de la chance que j’ai donc j’essaie d’en profiter tous les jours, même si ma vie est avant tout faite de travail. 
 
Hormis vos propres restaurants, quelle est selon vous la meilleure adresse dans le monde pour bien manger (tous budgets confondus) ?
Il n’y a pas un seul endroit dans le monde, et heureusement. Il y a des styles, des moments, des rencontres. Le meilleur endroit au monde peut être au sommet d’une montagne avec une tranche de pain de campagne et un peu de fromage. Ou alors partager quelques mezzés sur une terrasse dans un endroit sublime au bord de la mer. Quand je dis mezzés, ça peut être zakouski, amuse-bouche ou tapas… Le meilleur restaurant du monde, c’est peut-être aussi tout bêtement celui de sa mère, pour chacun d’entre nous. 

 

Le printemps est là, et même si la notion de "saisons" est toute relative à Dubai, où les températures descendent rarement en-dessous de 20°C et où on mange de tout, tout le temps ; nous sommes allées tester la nouvelle carte de Reflets par Pierre Gagnaire, lancée ce mois-ci!

Le restaurant, situé à l’Intercontinental de Festival City, a été élu "Best restaurant in Dubaï" il y a quelques semaines lors de la remise des BBC Good Food Awards 2015 – une autre bonne raison pour découvrir (ou redécouvrir !) ce lieu qui a été inauguré il y a déjà six ans par Pierre Gagnaire, chef français triplement étoilé.

La salle décorée dans les tons roses dégage une atmosphère feutrée et chaleureuse, on décide de prendre un premier verre en terrasse : la légère brise qui provient de la crique se prête plutôt bien au thème du nouveau menu et nous plonge quasi instantanément dans une ambiance printanière. Il faut dire qu’avec les trombes d’eau qui se sont abattues sur Dubai ces derniers jours, on se serait presque crues de retour en France pendant les giboulées de mars… les palmiers en plus !

On profite encore un peu de la vue sur la skyline illuminée avant de s’installer à l’intérieur.
La salle est déjà presque pleine et les plats qui circulent sous nos yeux nous mettent en appétit. Le personnel de salle, qui compte plusieurs Français, est à la fois pro et détendu et nous fait quelques recommandations.
Au final, on se laisse tenter par le ris-de-veau, le foie gras, la langoustine, la tourtière de pigeon… et on prévient le serveur que le dessert suivra certainement !
Certes, cela peut paraître beaucoup, mais on a tenu à partager un maximum de plats pour pouvoir mieux vous en parler…et on n’est pas très raisonnables de nature ! 


Chaque plat arrive accompagné d’une farandole de petites assiettes et les produits sont généralement travaillés de plusieurs manières : la langoustine, par exemple, est servie en tartare ; en mousseline ; en spring roll et en bisque. Le ris-de-veau est accompagné d’asperges vertes de Pertuis, qui annoncent le printemps. Le foie gras est préparé poêlé ; en copeaux ; en terrine enrobée de chocolat Dulcey : les mélanges sont étonnants, innovants.
Le tout est sublimé par les vins recommandés par le sommelier Français.

Avec toutes ces saveurs qui explosent en bouche, les gourmands se régaleront et les amateurs reconnaîtront la patte Pierre Gagnaire, reproduite d’une main de maître par le chef belge François-Xavier Simon, qui fait d’ailleurs une apparition en salle pour flamber une cannette des Dombes.

Difficile à croire, mais après tout ça il nous reste encore un peu de place pour le dessert, alors on se laisse tenter par le soufflé exotique aux fruits de la passion (on se rassure en se disant qu’un soufflé, c’est ultra léger, surtout quand c’est aux fruits). Finalement, on a beau essayer de se donner bonne conscience, il n’y a pas que de l’air dans un soufflé et, en plus, celui-ci est accompagné d’un vacherin vanille/mangue et de beignets à la banane. On commencera le régime… demain !

Avec tout ça, on fait une véritable immersion dans la gastronomie française comme on l’aime : subtile, généreuse, riche en saveurs…

Au moment de partir, le serveur nous présente une petite infusion de départ et nous propose d’en deviner les huit ingrédients – rituel qui, nous explique le directeur de salle, français lui aussi, se pratique dans tous les restaurants Pierre Gagnaire à travers le monde. On a beau dire qu’on est très fort à ce jeu-là et qu’on pratique les dégustations à l’aveugle depuis nos jeunes années (qui n’a pas joué à « Devinez l’aliment » et piégé ses amis en leur faisant déguster de la moutarde ?), on a bien du mal à distinguer tous les éléments : citronnelle, miel, romarin, verveine… Tout ce qu’on sait, c’est que c’est très rafraîchissant… et qu’on reviendra !



Le restaurant est ouvert du lundi au samedi à partir de 19h.
Pour toute information ou demande de réservation, c’est ici.

Article écrit par Vanessa Richard
Blog : Miettes de voyage

 

La rédaction de dubaimadame a eu le plaisir de passer une soirée toute en détente et en bonne humeur, au Bistro des Arts, véritable temple du bon vivre et du bien manger, à Marina.
En bonnes épicuriennes que nous sommes, nous avons donc testé la « soirée raclette », le nouveau rendez-vous montagnard du Bistro des Arts !

Un mercredi soir au Bistro des Arts…

20h : après avoir hésité à prendre notre voiture (pas trop longtemps quand même : une raclette sans vin n’est pas une raclette !), nous avons donc embarqué à bord du bateau navette de la Marina, direction la station Marina Mall…

…10 min plus tard : nous sommes arrivées aux pieds de « The Address ». En bas de la tour, niché derrière une devanture mystérieuse, on entend déjà les rires et les « tchin » des clients sur fond de bonne musique française.
Nous sommes alors chaleureusement accueillies par Julien, co-owner du restaurant. On nous invite à rejoindre une table à coté d’une grande tablée où l’ambiance est déjà conviviale. L’espace est agréable, mélangeant métal, cuivre et bois. On entend surtout parler français mais pas que… !

20h30 : nous prenons le temps d’observer le décor, authentique mais raffiné, digne d’un véritable bistrot des seventies ! On s’imagine bien à Paris après une longue journée de travail hivernale à refaire le monde, en couple ou entre amis…quand quelque chose vient chatouiller nos narines… Mmmm ! La douce odeur du fromage qui fond dans des chauffe-raclettes traditionnels trônant sur le buffet du bar. Bon, on y va ?

On s’empresse de rejoindre nos camarades gastronomes, l’assiette à la main. On se regarde, on se demande en même temps « Si l’assiette est assez grande ? », on en rit.
Nous nous retrouvons devant le buffet : les pommes de terre mijotent dans une immense casserole au parfum de romarin ; on retrouve plusieurs types de charcuterie, les assiettes de jambon de porc sont amenées à la demande, sur les tables ; le fromage cuit tranquillement pour le plaisir des gourmands.
Enfin, un plat de tartiflette réussit même à nous faire de l’œil en fin de parcours, oui promis « Une seule cuillère ».  On finit quand même par prendre une feuille de salade pour « Mettre du vert dans l’assiette ».

21h30 : finalement, on se surprend nous aussi à refaire le monde en dégustant un premier verre de vin, puis un deuxième…pour finir la raclette quand même !
Le serveur nous propose une part de tarte aux myrtilles en dessert : on se remémore tout ce qu’on a mangé pendant les fêtes…quand le serveur ajoute « Nous vous offrons une chartreuse en digestif ? » 
« Est-ce vraiment bien raisonnable ? » Pas franchement, mais on accepte avec plaisir, histoire de finir le repas sur une note sucrée.
On file digérer sur la terrasse… 

22h : une légère brise vient nous bercer sous les lumières de la marina…
Les deux owners Julien et Jonathan prennent le temps de passer auprès de chaque table pour discuter avec leurs clients…On se sent un peu comme à la maison !
L’occasion pour nous d’échanger avec eux : on parle de leur rencontre, la naissance du Bistro des Arts, leur amour du terroir français, le choix de leurs produits, leur réelle envie de privilégier la qualité à la quantité…le tout en restant accessible à tous.

23h00 : nous ne savons pas vous, mais nous on n’a pas vu le temps passer…
Il est temps pour les dubaimadames de rentrer se coucher afin d’être en forme pour vous concocter une semaine « aux petits oignons ».


Alors...Bilan ? 

Nous sommes conquises vous l’aurez compris…pas seulement parce que nous avons (super) bien mangé mais aussi et surtout parce que nous avons découvert un lieu authentique où le partage et la simplicité règne. Bref, tout ce qu’on aime ! 

 




Les « raclettes evening » : tous les mercredis soirs jusqu’au mois de mars, entre 20h et 22h.

Formule à 245 aed/personne
Buffet + vin chaud + pichets de vins (rouges et blancs) et un shot de chartreuse compris.
La soirée raclette, comme si vous y étiez c’est ici.

Menus et plats à la carte + plats du jour, disponibles tous les autres jours de la semaine.
Le détail de la carte, ici.
Pour toute information et demande de réservation, ici.

 




 

  1. Les + lus
  2. Les + récents