Que vous soyez écrivain free-lance, artiste, designer ou à la tête d’une start-up innovante, louer un bureau n’est pas dans vos priorités (voire même dans votre budget), mais travailler de la maison, avec pour seule compagnie votre chien, n’est pas non plus très dynamisant… Nous avons donc recensé pour vous les principaux espaces de co-working à Dubai ! Ces espaces conviennent également à ceux qui ont des bureaux au milieu de nulle part et veulent s’éviter un trajet quelques jours par mois. 
 

 

1. LES COMMUNAUTÉS DE ‘CO-WORKING’

 

 
LETSWORK : une communauté lancée par Hamza Khan et Omar Al Mheiri permettant aux co-workers de se retrouver dans une quinzaine de lieux à Dubai et Sharjah. Leur concept est simple, mais il fallait y penser : convertir des espaces sous-utilisés aux heures ‘creuses’ de la journée en espace de co-working. Actuellement, 14 espaces, notamment au sein des hôtels Rove, sont proposés à travers la ville, à la Marina, Downtown, D3, Bur Dubai, Arabian Ranches, Motor City, Media City et Deira. 
Le membership vous donne accès, en plus des espaces de travail, à des workshops, à des salles de réunion et d’autres avantages (eau/thé/café à volonté et 20% de réduction sur le reste du menu).
 
 
Plus d’info sur https://www.letswork.io/
Tel. : 055 545 6093
Tarifs : 39 AED la journée, 209 AED pour 7 accès dans le mois, et 490 AED pour un accès illimité pendant un mois. 
Code promo Dubaimadame : DUBAIMADAME20
 
WITWORK : la nouvelle communauté co-fondée par Cynthia Helena Rif donne déjà accès à 12 espaces professionnels ‘dormants le jour’ à Dubai comme des restaurants, pubs ou cafés de Arabian Ranches, JLT, Barsha, Dubai Marina, Business Bay, Motor City. Witwork organise également des conférences et des évènements de networking. 
Plus d’info sur https://witwork.co/
Tel. : 050 622 7614
Tarifs : trois formules sont proposées - Witwalk pour un accès à la journée, WitWeek pour un abonnement à la semaine et Witworm pour un accès illimité au mois au prix de 350 AED.  
 
NASAB : un espace de co-working et de club corporate privé (social club) faisant partie de Koa Dubai qui va bientôt ouvrir. 
Plus d’info bientôt sur www.NasabDubai.com
 
2. LES AUTRES ESPACES DE CO-WORKING PAR QUARTIER
 
DOWNTOWN / BUSINESS BAY
 
The Co-Working Popup
C’est un incubateur privé proposant un espace de co-working, mais aussi des solutions pour l’établissement de votre entreprise, soit par des sponsorships ou des partenariats. Pour vous aider, des rendez-vous individuels avec un mentor vous sont proposés. Des évènements sont également organisés (gratuits pour les membres - 100 AED pour les non-membres).
 
 
Adresse : 530 Sahaa Offices Block B, Souk al Bahar, Downtown
Horaires : du dimanche au jeudi, de 9h à 18h
Tel : (04) 427 2100
Tarifs : 50 AED (pour la journée), 315 AED pour 30h par mois, et 1050 AED pour un accès illimité dans le mois. D’autres formules sont possibles.
 
The bureau
C’est un espace de co-working le jour et d'évènements sociaux la nuit pour les entrepreneurs, les créateurs, et les artistes. Des workshops gratuits ont lieu tous les mercredis pour les membres. Des conseils sont proposés pour l’établissement de votre entreprise, mais aussi des corporate sponsorships.
 
Adresse : 701 Prime Tower, Business Bay
Horaires : du dimanche au jeudi, de 9h à 18h
Tel : (04) 580 36 14
Tarifs : 80 AED (pour la journée), 1000 AED pour un accès illimité dans le mois, 3000 AED pour un espace dédié pour le mois (avec Ejari). D’autres formules sont possibles.
 
Impact Hub 
Un pop-up Hub a ouvert au More Cafe avec des stations de travail réservées aux membres pendant la journée (entre 9h et 18h), des salles de réunion semi -privées (pour un maximum de 2 heures par jour), le wifi gratuit, ainsi que l’accès à des évènements et conférences et des réductions sur vos consommations au More Cafe.
Les membres, ou "Hubsters", ont accès à une centaine de succursales dans le monde.
 
 
Adresse : Al Murooj Complex (en face du Dubai Mall), Financial Center Road, DIFC
Horaires : le More Cafe est ouvert tous les jours de 7h30 à 11h, mais les espaces de co-working sont réservés du samedi au jeudi de 9h à 18h.
Tel : (04) 375 4444.
Tarifs : de 99 AED + VAT (pour un accès à la journée) à 499 AED + VAT pour un abonnement au mois.
 
Le Sept Coworking Space 
Espace de co-working proposant des bureaux individuels ou une place dans l’open space, des salles de réunion, mais aussi une aide au développement de votre business (‘Growth Accelerator package’ en partenariat avec NEF consulting, une société sœur de Le Sept).
 
 
Adresse : Regal Tower, 30th Floor, 7 Al Saada Street, Business Bay
Horaires : du samedi au jeudi, de 9h à 18h
Tel. : (04) 368 4940/ 050 708 2586
Tarifs : plusieurs formules à partir de 50 AED (accès à la journée) 
 
DIFC 
 
ServCorp
Un open space, des bureaux individuels et des salles de réunion pour travailler en toute tranquillité. Le membership donne accès à plus de 160 espaces de co-working dans le monde (dont 4 à Dubai). Une réceptionniste peut répondre à vos appels téléphoniques et accueillir vos rendez-vous clients.
 
Adresses : des locaux à Emirates Towers, JLT, Boulevard Plaza 2 et Dubai Marina
Horaires : du dimanche au jeudi, de 8h30 à 17h30. Fermé vendredi et samedi.
Tél. : (04) 319 9099
Tarifs : de 65 AED pour la journée à 1300 AED pour un abonnement au mois. 
 
SHEIKH ZAYED ROAD / UMM SUQEIM
 
Our space – Lamborghini 
Un espace de plus de 2 000 m2 comprenant des bureaux individuels, un open space, des salles de réunion, des modules Skype, un café-signature, un bar à eau, un spa, un parking souterrain, un accès 24h/24 et une section réservée aux femmes pour le co-working et des bureaux individuels. Parmi les services proposés : une aide à l’obtention de la licence pro, une adresse postale et même des massages ou cours de yoga pour bien commencer ou finir la journée de dur labeur. 
 
 
Adresse : Lamborghini Dubai Building, Sheikh Zayed Road, Exit 41
Horaires : 24/7 toute l’année, avec un support informatique
Tel. : 800 6877 7223
Tarif : à partir de 1 950 AED pour un abonnement au mois 
 
AL QUOZ 
 
A4 Space 
Cet espace de travail situé à Al Serkal est totalement gratuit, doté d'une connexion Wi-Fi, ainsi que d'un cinéma et d'une mezzanine avec une bibliothèque communautaire. Vous pourrez vous sustenter au corner café, qui est lui payant.
 
 
Adresse : Warehouse 4, Alserkal Avenue, Al Quoz 1 
Horaires : du dimanche au jeudi, de 10h à 19h
Tel. : (050) 556 9797
Site : A4 space
Tarif : gratuit
 
Nadi Al Quoz 
Envie de travailler en vous relaxant sur un hamac, une balançoire, des poufs Fatboys ou un lit suspendu, Nadi Al Quoz est le lieu idéal pour travailler dans un environnement zen. Vous pouvez également réserver l'intégralité de l'espace pour vos réunions, événements, ateliers, présentations, etc. 
 
 
Adresse : Warehouse 90, Alserkal Avenue, Al Quoz 1
Horaires : tous les jours, de 10h à 19h 
Tel. : +971 50 556 9797
Site : Nadi Al Quoz
Tarif : Gratuit 
 
BARSHA HEIGHTS
 
NEST 
NEST est l'un des premiers espaces de co-working mondial entièrement intégré à un réseau d’hôtels. Vous bénéficierez d’ailleurs de certaines facilités de l’hôtel (dont la piscine !) et d’un espace de travail très ‘déco’.
 
 
Adresse : Al Saef 1 Street, TRYP by Wyndham Hotel (1st Floor), Barsha Heights
Horaires : tous les jours de 8h à 23h
Tel. : (04) 247 6699 
Tarif : de 99 AED pour la journée à 2 500 AED pour un abonnement au mois
 
MEDIA CITY
 
One Business Center - OBC
Deux espaces de co-working : le premier est situé au 38e étage du Media One Hotel avec une vue imprenable sur la Palm et le second à JLT. Parmi les services proposés, en plus des espaces de travail à partager, l’aide à la création de votre entreprise, les visas, des événements de networking gratuits.
 
 
Adresses : Dubai Media City (Media One Hotel, Level 38) et JLT (One JLT Tower, Level 5)
Horaires : 24/7 
Tel. : (04) 429 5800
Tarif : à partir de 850 AED par mois
 
DUBAI MARINA 
 
myOffice
Propose en plus des espaces de travail, une solution complète pour l’aide à la création de votre entreprise : corporate sponsorship, obtention de la licence professionnelle. Vous bénéficierez également d’un service de conciergerie et de gestion du courrier et d’un accès à la communauté myOffice. 
 
 
Adresses : Dubai Marina, Business Bay ou Dubai Downtown
Horaires : du dimanche au jeudi de 8h30 à 17h30
Tel. : +971 800 6963 3443
Tarif : à partir de 100 AED par jour (pour une place en open space) 
 
JUMEIRAH LAKE TOWERS
 
AstroLabs
AstroLabs n'est pas seulement un espace de co-working, mais aussi un centre de formation en partenariat avec IBM et Google. L’objectif est d'aider les entrepreneurs et les nouvelles entreprises du secteur des technologies de l'information par le biais de cours spécialisés, d'ateliers de formation, d'événements et d'un espace de travail pour la communauté. 
 
 
Adresse : Cluster R, JLT, Dubai (Métro : DAMAC Properties)
Horaires : 24/7 
Tel. : (04) 424 1159
Tarif : à partir de 750 AED par mois 
 
SILICON OASIS
 
Dubai Technology Entrepreneur Centre - DTEC
Mis en place par le Dubai Silicon Oasis Authority (DSOA), cet espace se rapproche plus d’une pépinière d’entreprises que d’un espace classique de co-working. L’énorme avantage de DTEC : proposer à ses membres ‘techpreneurs’ des visas pro et des licences professionnelles subventionnées. 
 
Adresse : TechnoHub 1 and 2, Dubai Silicon Oasis Authority, près du Premier Inn Hotel
Horaires : 24/7
Tel. : (04) 501 3905
Tarif : Jusqu’à 7 500 AED par an (différents tarifs en fonction du package choisi)
 
Oasis Business Center by FBC
Le FBC a ouvert un business center à Silicon Oasis. Plusieurs services sont proposés aux entrepreneurs : des espaces de travail bien sûr, mais aussi une licence et un visa de travail, un soutien administratif pour l’implantation de son entreprise, un accès au réseau des 750 membres du FBC, un encadrement et un soutien de proximité (par le biais de partenaires en marketing et conseil juridique et financier), un système de mentoring et l’accès au Club Synergie – networking et partage de connaissances.
 
Adresse : Dubai Silicon Oasis (DSO) HQ Building - Office B306 
Horaires : de 8h30 à 16h (fermé vendredi et samedi)
Tel. : (04) 312 6707 ou (04) 312 6710
Tarif : appeler le FBC pour plus d’information sur les packages proposés.
 
3. LES ESPACES DE CO-WORKING CREATIFS
 
The Tharawat Space 
C’est un espace de co-working, de co-création et d'événements destiné aux entreprises familiales de la région MENA. 
 
 
Adresse : Unit No. 19 Alserkal Avenue, Street 8, Al Quoz 1
Horaires : du dimanche au jeudi, ouvert de 9h à 17h, fermé vendredi et samedi
Tel. : (04) 347 2284
Tarif : pour plus d’information contacter
 
Re: Urban Studio
Re: Urban Studio est un espace de co-working créatif situé à D3, dédié à tous ceux travaillant dans les secteurs des medias, de la mode et du numérique. Il comprend des bureaux privés, des salles de réunion, des postes de travail individuels et un bon café. Des ateliers et des cours sur le design pour les étudiants et les professionnels sont aussi proposés. 
 
 
Adresse : Dubai Design District, Building 7, Office B-107
Horaires : tous les jours, de 8h à 18h
Tel. : (04) 240 6961
Tarif : à partir de 55 AED (par jour) 
 
In5 
Ce sont trois centres d’innovation spécialisés dans les technologies, le design et les medias pour les entrepreneurs, mais aussi les étudiants. Sont proposés des espaces de travail, mais aussi l’accès à une communauté de créateurs.
 
Adresses : In5 Tech in Dubai Internet City / In5 Media in Dubai Production City / In5 Design in Dubai Design District
Horaires : 24/7
Tel. : 800 2465
Tarif : Jusqu’à 7 500 AED par an (en fonction du package choisi)
 
Si vous n’avez toujours pas trouvé votre bonheur dans cette liste, il vous reste toujours les bars/restaurants de Dubai avec accès wifi gratuit, mais pas les cafés…
 
@photo d'entrée OurSpace
 

N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !

 
  Petites annonces
 
Première boîte ? 
Non, j'ai d’abord lancé D&E, une marque de chaussures pour enfants fabriquées au Portugal, avant de monter Multilem Middle East. 
 
Depuis combien de temps à Dubai ? 6 ans
 
Présentez-nous votre entreprise en quelques lignes... 
Nous sommes une équipe 100% féminine, de huit nationalités différentes. Nous sommes spécialisées dans la conception de stands pour les conférences, l’organisation d’événements corporate et le Branding & Design. Nous avons ouvert le bureau il y a 4 ans et avons été nommées agence la plus créative du Moyen-Orient 2017.
 
Est-ce que vous avez toujours rêvé d'être entrepreneur ? 
Non, j'ai commencé à travailler dans une banque, puis dans une société de conseil (PwC).
 
Qu'est-ce qui a provoqué le déclic pour sauter le pas ? 
Je pense que la raison principale était de pouvoir être maître de mon temps, avoir une vraie flexibilité dans mon travail et débrancher’ de Facetime. 
 
Pourquoi avoir choisi Dubai pour entreprendre ? 
En fait, je n'ai pas choisi Dubai, je suppose que Dubai m'a choisie. Nous sommes venus ici pour le travail de mon mari et Dubai s'est avéré être une ville très dynamique qui m'a donné beaucoup d'énergie.
 
Quelles sont les difficultés / facilités pour entreprendre à Dubai ?
Au début, vous vous sentez un peu seul, et la paperasse semble être sans fin. Mais une fois que vous y arrivez, ce n'est pas si difficile. Le plus important pour moi a été de trouver un  très bon sponsor local et un PRO efficace et fiable qui m'aide à gérer toutes les questions légales et administratives.
 
Quelle est votre source de motivation chaque jour ?
J'aime voir mon équipe grandir, construire quelque chose. C'est aussi très agréable d’avoir la reconnaissance de ses clients. Nous nous amusons tellement au bureau, que je ne pourrais plus m'en passer.
 
Avec le recul, que referiez-vous différemment ?
Pour être honnête, pas grand-chose. J'étais nouvelle dans l'industrie, donc il m’a fallu du temps pour maîtriser le métier, mais je suppose que cela fait partie de l’aventure. Je suis vraiment très reconnaissante envers mon équipe et je ne peux rien souhaiter de plus.
 
Avez-vous été aidée pour vous lancer ? 
J'ai un conseil d'investisseurs, Multilem group, dont le siège se trouve au Portugal.  Multilem Middle East est une société juridiquement indépendante. Cela simplifie clairement de commencer avec un peu d’argent, car signer avec un premier client sans avoir aucune référence à montrer est un vrai challenge.
 
Si vous aviez deux conseils à donner au futur entrepreneur qui vous lit ?
Trouver un bon sponsor (Ahmed Al Suwaidi) et un bon PRO (Act).
Avoir beaucoup d'énergie et s’entourer d’une équipe sur qui on peut compter.
 
Et deux bonnes adresses ? 
Le DOSC (Dubai Offshore Sailing Club) et le Spanish Soccer School for boys. 
 
Comment conciliez-vous vie de parents (si vous l’êtes) et d’entrepreneur ?
En fait, il faut savoir jongler avec tous les éléments pour trouver votre équilibre de vie. J’ai quatre enfants âgés de 9, 7, 5 et 2 ans, j’ai couru un Iron Man l’année dernière (4 km de natation, 180 km de vélo et 42 km de course) et je suis très impliquée dans des œuvres caritatives au Bangladesh.
L’important n’est pas de chercher à être une « wonder woman », mais plutôt le contraire, et accepter de ne pas être parfaite dans tout ce que l’on fait.  Mon approche est une approche 80/20 : essayer de bien faire 80% des choses que l’on entreprend et accepter d’échouer dans 20% des cas. Ce n’est pas possible d’être parfait dans tout ce que l’on fait. 
 
Des projets futurs ? 
Nous sommes sur le point d'ouvrir un nouveau bureau en Arabie Saoudite, ce qui est très excitant étant donné que nous sommes une équipe composée uniquement de femmes. J'ai aussi quelques projets en tête, qui ont besoin d'un peu plus de temps pour mûrir.
 
PETIT PORTRAIT INDISCRET 
 
Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? Matinal 100% !
Plutôt café-croissant ou petit-déj healthy ? Petit-déjeuner sain suivi de petits chocolats…
Plutôt sport extrême ou méditation ? Sport extrême !
Plutôt robe-sandales ou tailleur-talons ? Robe sandales !
Le week-end, plutôt cocooning ou fiesta ? J’aimerais faire plus de fiestas !
Plutôt cigale ou fourmi ? Fourmi !
 
LE MOT DE LA FIN
‘JUST DO IT ‘
 
Contactez Dorothée :
E-mail :
T.:  +971 4 551 6288
M.: +971 5 590 2 8553
 
Crédit photo : @akemihoshiphotography 
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
  Petites annonces
 
L’expatriation est bien souvent le point de départ d’une nouvelle aventure ; qu’elle soit personnelle ou professionnelle… elle amène toujours son lot de promesses ! Hors de sa zone de confort géographique, on se réinvente, on s’ouvre de nouveaux horizons et on se surprend à imaginer réaliser ses rêves : monter sa boite, accomplir une épreuve sportive, fonder une famille, se réorienter, ou simplement devenir la meilleure version de soi-même. Mais comment passer le cap ? Oser sauter le pas ? Comment passe-t-on du rêve à la réalité ? Il est d’abord question d’état d’esprit, et pour cela, quoi de mieux que de se nourrir d’expériences uniques et de parcours atypiques qui cultivent l’art d’oser ? Je vous propose de découvrir 5 personnalités inspirantes, pour booster le lancement de vos projets et acquérir des clés concrètes de réussite.
 
STÉPHANIE GICQUEL, pour repousser ses limites.
On peut dire que Stéphanie Gicquel est une jeune exploratrice de l’extrême ; en effet, à 36 ans, c’est la première femme à avoir parcouru 2045 km, en 74 jours, à -50 degrés, à ski… dans l’Antarctique ! Pourtant loin d’être un ovni, Stéphanie est également une conférencière de talent, fondatrice d’une association pour la préservation des régions polaires, quand celle-ci ne court pas un ultra-trail (150 à 20 km).

 Non, vous ne rêvez pas, Stéphanie est bien humaine (et réelle). Et pourtant, cette Toulousaine d’origine, passée par les bancs d’HEC, brillante avocate d’affaires n’a jamais été prédestinée à de tels exploits. Enfant, elle rêvait déjà d’aventures, mais ce sont bien grâce à sa détermination acharnée, sa force de travail et son audace qu’elle a réussi à surmonter de tels défis. Celle qui nous explique que « sans mouvement, il n’y a plus de vie » livre tous ses secrets : comme celui d’apprendre à sans cesse sortir de sa zone de confort ; d’oser rompre avec son quotidien ; ou encore de préparer une expédition sur plusieurs années, dans son dernier ouvrage « On naît tous aventuriers » sorti en mai 2018.
 
Où la suivre ?
Sur son blog : https://runningtothepole.com
Sur LinkdIn : Stephanie Gicquel 
Sur TedEx : sa conférence 
 
 
DAVID LAROCHE : pour comprendre les mécanismes de la réussite.
À 17 ans, David remet toute sa vie en question, suite à une remarque de sa maman : « Si tu n’es pas content de ta vie, change ». Jusqu’alors adolescent introverti, timide, manquant de confiance en lui, pétrifié à l’idée de prendre la parole en public… David commence une profonde transformation. Il s’intéresse alors au développement personnel, à l’étude de la physique quantique, au fonctionnement du cerveau, aux facteurs de réussite dans différents domaines. Celui-ci parcoure alors le monde afin de rencontrer des personnalités inspirantes ayant réussi dans la sphère privée ou publique.
Fort de son expérience personnelle, celui-ci commence une première série de vidéos Youtube les « Wakeup calls » livrant le résultat de ses apprentissages et différents tips pour oser se lancer, provoquer la loi d’attraction ou encore attirer les opportunités. Dans un format court et ludique, on prend un véritable bol d’énergie pour attaquer sa journée, plus motivés que jamais.
Aujourd’hui, à 24 ans, David est un conférencier charismatique, fondateur d’une société de consulting proposant différents workshops de coaching, en France et à l’international. Il intervient dans plusieurs multinationales pour des formations auprès de professionnels. Celui-ci sort chaque année de nouvelles saisons des « Wake up calls », en abonnement gratuit.

 
Où le suivre ?
Sur son blog : http://davidlaroche.fr
Sur Youtube : via sa chaîne David Laroche France
Sur TedEx : sa conférence 
Sur Instagram : @davidlarochefr
 
 
PAULINE LAIGNEAU, pour booster son inspiration.

Pauline Laigneau c’est un peu celle qu’on aimerait être mais qu’on n’arrive même pas à jalouser ; parce qu’au-delà d’être une entrepreneure brillante (charmante) et passionnante, elle est sympa, pleine de bon sens et surtout accessible ! Un peu comme une « bonne copine » qui partage ses tips et bonnes pratiques pour mener à bien la gestion d’une entreprise à la croissance fulgurante : Gemmyo, premier joaillier entièrement digitalisé. 

En 2011, cette ancienne étudiante d’HEC opère un virage radical suite à l’échec du concours de professeur d’anglais : Pauline se lance alors le pari audacieux de dépoussiérer et désacraliser le monde de la joaillerie en créant un concept frais, haut de gamme et sur-mesure, 100 % online.

Convaincue par l’adage « un esprit sain dans un corps sain », celle-ci s’intéresse particulièrement aux petites habitudes qui font les grands succès. C’est ainsi par le biais de son podcast @Le Gratin, accueillant des personnalités venues parler de leurs réussites dans les domaines de la Tech, sportif, bien-être, développement personnel ou encore des finances ; que l’on récolte tout un tas de conseils et facteurs de succès concrètement applicables dans notre quotidien.
 
Où la suivre ?
 
 
EMMANUELLE DUEZ, pour remettre en question ses schémas fonctionnels.
C’est simple Emmanuelle a tout pour elle : talentueuse oratrice, entrepreneure engagée, et fondatrice de l’association Women’Up œuvrant pour la mixité des genres et des générations, elle est également à la tête de la start-up « The Boson Project » depuis 2013. Et pourtant cette passionnée de sciences sociales a déjà connu des échecs, desquels elle s’est toujours relevée avec brio.

Cabinet de conseil unique en son genre, The Boson Project s’est spécialisé dans les problématiques managériales des entreprises traditionnelles, (re)plaçant l’engagement humain au cœur des projets de changement. Son leitmotiv : « remettre l'Homme au cœur, le comprendre, le responsabiliser en tant qu'acteur de changement dans son entreprise, son espace, sa société. »
Inspirante à tous les niveaux, Emmanuelle a réussi le pari audacieux de faire grandir ses convictions personnelles au sein de ses projets professionnels, c’est aussi la porte-parole numéro 1 de la génération Y, grâce à ses nombreuses études et recherches sur le sujet.
Emmanuelle bouscule et interroge nos schémas organisationnels « poussiéreux » pour nous pousser à nous remettre en question : et ça fait un bien fou… essayez !
 
Où la suivre ?
Sur LinkdIn : Emmanuelle Duez 
Sur Youtube : sa conférence au Positive Economy Forum 
 
 
MARIE-HÉLÈNE STRAUS, pour (re)trouver le sens de ses projets.

Marie-Hélène Straus, manager depuis plus de 25 ans, au sein de grands groupes internationaux, n’a qu’une seule mission : bouleverser les codes du management actuel au service d’un système global éthique, porteur de sens et de valeurs.
Dans son dernier ouvrage « Le choix du vivant » fruit d’un travail de recherches de 6 années ; Marie-Hélène et Eric Julien (co-auteur) tentent donc de répondre à la question suivante : « Comment peut-on s’inspirer du mode de vie des Kagabas pour initier des principes, des lois du vivant, applicables dans notre société actuelle ? »
Le résultat est une véritable bible du « manageur guérisseur », autour de 9 principes concrets, à appliquer tout de suite dans son entreprise, son équipe et même au sein de son foyer !
Pour plus d’infos sur l’ouvrage, rdv sur notre article article Managers : 3 bonnes raisons de faire le choix du vivant !
 

Où la suivre ?
Marie-Hélène tiendra une conférence le 17 octobre prochain à l’Alliance Française de Dubai, en partenariat avec le FBC sur le thème « Vivre en harmonie », de 20h à 21h.
Sur Twitter : Straus_MarieH
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
  Petites annonces
 
 
L’été a filé et même si comme chaque année, vous avez le sentiment de ne pas vous être assez reposé, ce break vous a tout de même fait du bien : la verdure, l’air frais, les amis et la famille sur fond de gastronomie et d’apéro ! Cette coupure vous a également permis de prendre du recul et surtout de prendre de bonnes résolutions pour cette nouvelle rentrée 2018 ! Cette année, vous allez donc faire rimer rentrée et efficacité.
Que vous soyez porteur de projet ou entrepreneur confirmé, ces derniers mois vous avez eu trop souvent le sentiment de perdre pied. Beaucoup d’entrepreneurs se lancent pour reprendre le contrôle de leur vie et de leur temps, mais la réalité les rattrape très vite.  On travaille de plus en plus et pourtant, la ‘To-do-list’ ne cesse de s’allonger… Devant l’ampleur et la diversité des tâches à effectuer, comment gérer au mieux son temps, planifier ses projets, automatiser certaines tâches, sauvegarder ses informations…?
 
Pour vous aider à tenir vos résolutions, on vous dévoile les tips de Sophie, co-founder de la plateforme L-Start !
 
 
Que vous soyez du genre à procrastiner des heures sur Facebook ou, au contraire, à refaire 20 fois le visuel de votre prochain article de blog pour viser la perfection, Pomodoro est pour vous !
Gérer son temps est en effet un des plus gros challenges de l’entrepreneur. La technique Pomodoro, développé par Francesco Cirillo, consiste donc à se fixer des plages de travail d’une durée limitée (en général 25 minutes) suivies d’une pause de 5 minutes. Après 4 cycles de 25 minutes, on peut enfin souffler et pourquoi pas, surfer sur Facebook ?. Cet outil oblige ainsi à se concentrer sans s’éparpiller et encadre la durée de toutes vos tâches. Pour vos grands projets, cela vous permettra notamment de faire avancer efficacement les autres dossiers malgré la charge de travail. L'App Pomotodo permet d'appliquer facilement la technique.
 
 
Entre les Smartphones, la multiplication des apps, j’imagine que, comme nous, vous jonglez entre les rappels de votre agenda Google, vos 10 listes papiers, vos tableaux Excel pour organiser le lancement de votre offre. Avec Trello, c’est fini ! 
Trello vous permet de suivre votre gestion de projet comme un pro sur tous vos supports visibles, par tous vos collaborateurs si vous le souhaitez. Très facile à prendre en main, cet outil vous propose une interface visuelle et ludique (tout se fait par ‘glisser-déposer’ et les nombreux raccourcis claviers simplifient tout !). Vous créez un « board » par projet ou sujet dans lequel se trouvent des listes constituées de cartes. Chaque carte peut être associée à des utilisateurs distincts s’ils sont invités. Il ne vous reste plus qu’à y ajouter ensuite des fichiers, des liens, des commentaires et des échéances (avec une vue calendrier très pratique). Trello est donc personnalisable à l’infini !
 
 
Je vois votre regard interrogateur : mais qu’est-ce que c’est que cet acronyme !! IFTTT signifie If that then that. Toujours pas clair ? C’est en réalité un petit bout de programmation. Allez, faites un effort, essayez de vous rappeler vos cours de Turbo Pascal ! ? IFTTT est donc une invention géniale qui va vous permettre de faire dialoguer toutes les applications que vous utilisez au quotidien.
Prenons le cas de L-start : nous l’utilisons pour programmer nos posts sur nos différents réseaux sociaux. On poste sur Facebook un nouvel article de blog sous le #Focus et ce post est automatiquement repris sur LinkedIn et Twitter. Génial, non ? Un gain de temps en or ! Pour l’utiliser, rien de plus simple, il fonctionne avec des centaines d’applications connectées dans tous les domaines. Une dernière chose : c’est gratuit !
 
Tip 4 : Établir des procédures 
 
On ne va pas cette fois-ci vous sortir un super outil malheureusement. Cette bonne pratique va nécessiter de la discipline et vous êtes le seul à pouvoir le faire ! Combien de fois vous êtes-vous demandé si vous n’aviez rien oublié au moment de faire telle ou telle tâche récurrente ? Il n’y a pas de plus grande perte de temps que de réinventer la roue à chaque fois, on est d’accord ? Pour toutes les activités récurrentes, adoptez donc le réflexe d’écrire une procédure reprenant chaque étape, ce qui vous permettra de systématiser vos actions, sans réfléchir, mais aussi de les déléguer le jour où vous pourrez vous permettre d’agrandir l’équipe !
 
Tip 5 : Savoir dire non !
 
On vous l’a certainement déjà dit, mais ce n’est pas encore rentré dans vos habitudes, alors en septembre, vous passez à l’action ! En tant que chef d’entreprise ou indépendant, l’idée de refuser des clients peut paraitre terrifiante. Non ! C’est salvateur. Toutes les missions ne sont pas bonnes pour vous ! Tous les clients ne sont pas bons pour vous ! Avoir moins de clients permet de mieux travailler. Ayez la clairvoyance de choisir vos clients : ceux dont les budgets sont plus importants, ceux où votre expertise est la plus grande, ceux qui seront de potentiels clients récurrents, les bons payeurs, ceux où la marge sera la meilleure… Bref, à vous d’identifier vos limites et de trouver les critères de choix bénéfiques pour votre chiffre d’affaires, mais aussi pour votre énergie !
 
Vous voilà maintenant mieux armés pour dévorer cette rentrée. N’hésitez pas à nous partager vos outils, on adore vous lire !
 
Pour plus de conseils et d’outils sur l’entreprenariat, suivez les prochains articles de Sophie et consultez L-Start.
 
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
  Petites annonces
 
Première boite ? 

Ma première boite, je l’ai montée à 30 ans. Pour un projet qui a duré 7 belles années ! L’idée a été de créer une aiguille dentaire indolore, en partenariat avec un grand laboratoire pharmaceutique. Nous avons fourni beaucoup d’efforts et d’énergie… pour finalement êtres contraints de fermer, pour un problème de manufacture. Cela m’a cependant appris énormément sur le plan du management et sur l’aspect financier ; cela a boosté ma capacité à savoir prendre des risques ! L’expérience ne m’a pas freiné, 1 an après, j’ai décidé d’ouvrir ma clinique dentaire.


Depuis combien de temps à Dubai ? 15 ans avec mon épouse et nos 3 enfants... mais je suis je suis Breton, et fier de ma région ! Je supporte mon équipe du stade Rennais depuis plus de 30 ans, un vrai passionné. L’été, je retourne en Bretagne pour profiter de la mer, ses fruits de mer, ses crêpes et galettes.


Présentez-nous votre business en quelques lignes…
Il s’agit d’une clinique dentaire : Dr Roze & Associates. Nous proposons toutes les spécialités dentaires, au sein d’un même lieu. J’ai souhaité recruter des experts (Francophones ou non), chacun dans leur domaine (technologie CEREC, implants, pédiatrie, cosmétique, hygiène dentaire etc.), mais aussi des docteurs polyvalents, bénéficiant d’une expérience internationale. Certains docteurs sont également très impliqués dans la recherche et l’innovation, j’aime pousser mon équipe à être curieuse, se perfectionner, cela crée de belles synergies. Il est primordial que chacun se sente bien dans son environnement de travail, du docteur au chauffeur du parking.
 Aujourd’hui la clinique compte 42 personnes dont 15 docteurs.

Est-ce que vous avez toujours rêvé d’être entrepreneur ?
Mon père était entrepreneur donc très jeune, j’ai baigné dans l’ambiance de son travail et observé comment prendre des décisions liées à la gestion quotidienne, surmonter les difficultés rencontrées, les succès aussi. Je trouvais cet univers passionnant et j’ai du coup toujours espéré entreprendre ! Puis j’avais préalablement travaillé 10 ans dans une autre clinique, où j’avais beaucoup appris, du moins tout ce que l’on ne vous apprend pas à la fac dentaire…

Qu’est-ce qui a provoqué le déclic pour sauter le pas ?
Un contexte professionnel moins épanouissant, et mon épouse qui venait de monter sa structure avec des collègues médecins (The Children Medical Center).

Pourquoi avoir choisi Dubai pour entreprendre ?
Cela faisait déjà 10 ans que nous vivions à Dubai et nous nous y plaisions. Difficile de changer d’endroit lorsque l’on a une profession libérale.

Quels sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Dubai ?
Je vois beaucoup d’avantages à entreprendre à Dubai. Le pays fonctionne davantage sur le modèle anglo-saxon, proposant une plus grande flexibilité dans le travail.
Au sein de notre clinique, le challenge majeur, outre la performance du soin, est de s’adapter à toutes les différentes cultures et nationalités que nous côtoyons (19 différentes nationalités au sein de notre staff, 47 nationalités différentes au sein de nos patients.)
De plus, Il a aussi fallu mettre en place une équipe qui s’occupe entièrement des problèmes administratifs, de l’intendance, des assurances. Grace à eux, les challenges sont gérés en amont, et nous permettent à nous dentistes, de travailler dans les meilleures conditions cliniques sans perdre de temps avec les administrations, le renouvellement des licences, les réponses aux assurances de nos patients etc.

Quelle est votre source de motivation chaque jour ?
Le plaisir de travailler en équipe ; l’excitation de créer ensemble, la gratitude de rendre service.



Avec le recul, que referiez-vous différemment ? 
Moins stresser : les épreuves sont inéluctables et … indispensables ! Elles vous obligent à vous remettre en question, à réfléchir, à penser différemment. Et puis cela ne dure pas éternellement, ce sont des phases à passer : quand votre projet tient la route, si vous y mettez tout votre cœur, ça marche. Il faut rester positif dans toutes situations. Et sourire davantage, ça change votre mood immédiatement.

Avez-vous bénéficié d’aides pour vous lancer ?

Avoir des proches pour croire en vous (mon épouse Agnès m’a apporté son soutien infaillible et mon frère Erwan, qui m’a soutenu financièrement, et psychologiquement). Avoir ce type de soutien indéfectible a été l’un des facteurs de réussite. Le succès de la clinique est avant tout leur succès.
Avoir eu la chance de rencontrer les bonnes personnes notamment Fabien Depardieu, mon partenaire.

Si vous aviez deux conseils à donner au futur entrepreneur qui vous lit ? 
1. Etre positif dans votre façon d’appréhender la vie.
2. Entourez vous de personnes de bon sens. Ce sont souvent les meilleurs conseillers.
 

Et deux bonnes adresses ?
- Le Bistrot des Arts, à Dubai Marina.
- Le musée du Louvre, déjà un incontournable, pour un amateur d’art comme moi !

Comment conciliez-vous vie de parents (si vous l’êtes) et d’entrepreneur ?
Ma vie de famille est et a toujours été ma priorité. J’essaie d’articuler ma vie professionnelle autour de mes obligations familiales (accompagner les enfants à l’école et aux différentes activités extra-scolaires, repas en famille, etc.)


Des projets futurs ?
Oui toujours. Je viens d’enregistrer un audiobook qui devrait être publié bientôt, et nous avons l’envie de nous développer et de diversifier l’offre de notre clinique de Dubai.
 Nous avons également toujours l’envie de faire grandir notre initiative Fair Care programme, dans un projet global d’accès aux soins pour tous. Des nombreuses bonnes volontés nous aident a professionaliser notre CSR (corporate social responsibility) notamment Tatianna Antonelli via sa compagnie Goumbook ou encore Maitre Guillaume de Rocquigny (cabinet Steeringlegal/ali naqi advocates and legal consultants). Merci à eux !


PETIT PORTRAIT INDISCRET

Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? Matinal, merci les enfants, merci Dakota, notre chienne (rescue dog).
Plutôt café-croissant ou pti-dej healthy ? Chocolat croissant, pain beurre salé.
Plutôt sport extrême ou méditation ? Avant la quarantaine j’étais plutôt casse-cou, mais depuis 4 ans (et une chute de cheval), c’est méditation et natation pour un rythme plus tranquille…

Plutôt robe-sandales costard-cravate ou jeans-baskets ? Costard-cravate, j’adore le style SUITS (et donc, les costumes 3 pièces), c’est super chic !

Plutôt week-end cocooning ou fiesta ? Moi plutôt cocooning, mon épouse plutôt soirée entre amis, donc on essaie de faire plaisir aux deux.

Plutôt cigale ou fourmi ?
 Fourmi of course, on est à Dubai, il faut rester vigilant.
LE MOT DE LA FIN
L’émulsion que crée Dubai est toujours réelle, elle vous permet d’essayer, de tenter, de créer comme nulle part ailleurs. Je compare souvent Dubai au New York des trente glorieuses. L’optimisme, l’envie, la passion, tout est possible. Il faut bien se préparer, beaucoup travailler, mais le résultat arrive plus rapidement qu’en Europe. L’aventure vaut le coup, donc : lancez-vous !
 

Retrouvez David et son équipe sur http://www.drroze.com
Contactez la clinique au 04 248 2501
Sur son Instagram personnel (et partager de l’art) @thinkgoodandsmile
 

N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !

 
       Petites annonces

 
Je ne le savais pas encore, lorsque j’étais sur le point d’entrer dans la salle, ce matin là ; mais j’allais assister à l’une des conférences les plus marquantes, de mon existence…. Le mois dernier, Marie-Hélène Straus, nous a présenté l’ouvrage « Le choix du vivant » ; un outil précieux pour « réinventer sa façon d’être au monde ». Plus précisément, à travers, 9 principes le livre invite à s’interroger sur les aptitudes et compétences nécessaires aux managers pour accompagner leurs équipes, dans tout type d’organisation sociale, au troisième millénaire. Après, avoir rencontré Marie-Hélène et avoir dévoré cet ouvrage, il était urgent (pour nous tous, pour la Planète) de vous parler de cette pépite ! 
 
Deux co-auteurs pour 9 principes « du vivant »
 
La conférence, organisée le 14 mai dernier, à l’initiative du FBC, au sein du théâtre de l’Alliance Française avait pour objectif de présenter l’ouvrage « Le choix du vivant », sorti pile 3 mois plus tôt. Celui-ci a été écrit à 2 mains, par deux personnalités inspirantes : 
 

Marie-Hélène Straus, manager depuis plus de 25 ans, au sein de grands groupes internationaux multiculturels et coach pour les managers. Celle-ci travaille actuellement en tant que directrice générale stratégie et innovation, au sein du groupe Chalhoub. Elle est Présidente de l’association Tchendukua, ici et ailleurs.




Eric Julien, géographe et consultant en entreprise. Il est le fondateur de l’association Tchendukua, ici et ailleurs. 
 
Voici 3 bonnes raisons de vous procurer le livre « Le choix du vivant » :
 
1. Parce que c’est urgent, surtout si vous n’êtes pas heureux dans votre job !
 
Le verdict est sans appel : sur 35000 employés, 46% admettent que les compétences de leur manager sont le facteur numéro 1 de leur satisfaction au travail…. Bien loin devant le salaire (20%) et la fonction occupée (12 %). *
Malheureusement, les salariés français sont également les premiers du classement international, à être malheureux au travail. Qu’est-ce que cela veut dire ? « Que ce n’est plus d’une simple évolution dont nous avons besoin, mais bien d’une mutation profonde… il faut inventer autre chose. » selon les premières lignes du synopsis du livre.
 
Ainsi, tout au long de cet ouvrage, vous allez découvrir plusieurs pistes de réflexions et des outils concrets à travers neuf grandes thématiques, organisées en chapitres : l’altérité, l’interdépendance, le sens, la communication, les valeurs, le cadre, la créativité, le temps et la mémoire. Dans chaque chapitre, une réflexion parallèle sera développée sur la réponse de la biologie sur chacune de ces problématiques.
 Chaque chapitre est ponctué par une synthèse, reprenant les idées principales. 
La construction du livre permet donc à chacun, suivant son niveau de lecture et d’analyse, de piocher des informations, des outils, et ceci, dans l’ordre ou non.



« Une société, et donc une entreprise et ses dirigeants qui souhaiteraient faire : le choix du vivant » devra pouvoir élaborer une vision, un « projet » qui associe, évidemment les particularités techniques, économiques, sociologiques, politiques, de son temps, mais aussi, et surtout, les besoins existentiels « des êtres humains » qui la composent. » Extrait du livre.
* Extrait du livre, d’après une étude Steelcase, Ipsos 2016.
 
2. Pour découvrir, à des milliers de km de Dubai, l’histoire d’un peuple qui a tout compris…
 
Il est important de revenir sur l’origine du projet. Ce travail de 6 années commence par l’histoire d’une rencontre : celle d’Eric Julien et de Marie-Hélène Straus avec le peuple des Kagabas, derniers héritiers des civilisations précolombiennes, vivant dans la Sierra Nevada.
 
Nous comprenons rapidement, à travers les premières pages du livre, que cette société, pouvant être qualifiée « d’archaïque » par certains, a finalement, beaucoup à nous apprendre ! En effet, tout comme nous (« les petits frères » comme ils nous appellent) ; les Kagabas ont organisé leur société à travers des principes leur permettant de (sur)vivre, éduquer, apprendre, travailler, décider, planifier, depuis des millénaires, en toute harmonie avec la Nature, partie intégrante de leur âme. Le tout, dans un écosystème pérenne… où le mot « guerre » n’existe pas et où les managers sont des « guérisseurs ».
 
Dans une nouvelle ère géologique « d’Antropocène », où l’espèce humaine menace directement les grands équilibres du vivant ; Marie-Hélène et Eric ont donc tenté de répondre à la question suivante : « Comment peut-on s’inspirer du mode de vie des Kagabas pour initier des principes, des lois du vivant, applicables dans notre société actuelle ? »
 
C’est ainsi en observant le fonctionnement de ce peuple (leur rapport au Monde, à la Nature, leur mode de communication, leurs schémas décisionnels etc.) combiné à un travail sur le bio mimétisme (observation du vivant pour expliquer le développement de nos sociétés modernes), mis en relation avec leur expérience personnelle, que ceux-ci ont pu commencer l’élaboration des « lois du vivant » en 2013, date du début de l’écriture de ce livre.
 
« A l’origine de toute chose, il y a des lois de la nature, sur la base desquelles ont été créées les formes, les êtres et les choses. Ce sont ces lois qu’il faut comprendre et respecter. Ce sont elles qui créent la vie. Si on ne les respecte pas, les difficultés, les malades ou les accidents surgissent. (…) Comment pouvez-vous faire et penser les choses sans penser à la nature ? Sans penser à ce que vous êtes vraiment ? » Mamu Kagaba, extrait du livre.
 
3 … et pour vous aussi, contribuer à faire bouger les choses !
 
Qu’on ne s’y trompe pas, lorsqu’on pose la question à Marie-Hélène, le but de ce livre « C’est ouvrir des portes, faire éclore quelques bourgeons pour initier un changement » explique t-elle. « Et si nous arrivons déjà à cela, même si ce n’est pas suffisant, ce sera déjà beaucoup… » ajoute-t-elle.
 
En effet, les années de recherches et d’implication de Marie-Hélène dans ce projet ont directement rejailli au sein de son service, puis plus généralement dans toute l’entreprise Chalhoub : « J’ai démarré par l’expérimentation de nos recherches en mettant en place sur une année 9 workshops, correspondant à chacun des thèmes. C’est en démontrant l’impact opérationnel et concret de l’application et la compréhension de ces principes par mes propres équipes qu’ Anthony (qui a du coup écrit la préface) et Patrick (tous deux à la tête du groupe au Moyen-Orient) ont suivi avec intérêt l’avancement de cet ouvrage. » explique t-elle. 
 
Ainsi, l’ensemble de cet ouvrage constitue une véritable boîte à outils pour toute personne voulant en apprendre plus sur le fonctionnement de notre société, du Monde, à l’initiative de tout projet social ; pour tout manager désireux de redonner du sens à son travail ; pour les futures générations porteuses de changement. 
 
Le champ d’action est donc planétaire, le message universel, mais s’ancre de manière très concrète dans notre vie quotidienne. Une vraie pépite donc, à garder sur sa table de chevet… mais à partager tout autour de soi (surtout à son boss !)
 
Où se procurer l’ouvrage ?
Dans toutes les grandes librairies en France et sur :
- www.amazon.fr (en version brochée ou sur Kindle)
Prix : environ 20 euros
L’ensemble des fonds récoltés par les ventes du livre sont reversés à l’association Tchendukua, ici et ailleurs.
 
Où retrouver Marie-Hélène et Eric ?
Dans plusieurs conférences et interviews à venir, sur Youtube... ou chez les Kagabas ! Le duo travaille sur différents projets, notamment pour permettre des passerelles entre les universités, les écoles et le monde du travail.
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
  Petites annonces
 
Vous avez très envie de vous lancer dans l'entreprenariat, mais vous n'osez pas, vous vous demandez si votre idée est la bonne ? Comment savoir si elle est viable et rentable ?  Vous avez 1000 idées dans la tête, mais comment choisir ? Ne perdez pas plus de temps à chercher l'idée du siècle. Découvrez comment construire votre réflexion pour enfin passer à l'action grâce à une méthode mise en place par trois entrepreneures qui ont déjà parcouru ce chemin. 
 
Une collaboration, une méthode, pour dessiner votre projet.
 
Nous vous avions parlé de Sophie et Dominique, à la tête de L-Start, une plateforme online qui aide les entrepreneures à se lancer.
Elles ont décidé de collaborer avec Manon, d'Ambitions plurielles pour associer leurs différentes approches et proposer une méthode composée de différents modules. Pratique et structurée, celle-ci permettra de valider votre idée et ainsi la transformer en véritable projet !
Cette formation sous la forme d'e-learning vous permettra de cadrer votre réflexion et de voir rapidement la pertinence de votre projet quel que soit votre niveau d'avancement.
 
Comme gage de qualité, un encadrement d'expertes !
 
En effet, Sophie, Dominique et Manon cumulent à elle trois 25 ans d'entrepreneuriat : elles ont déjà accompagné plus de 300 femmes, chefs d'entreprise, créatrices, artistes, freelances et autres startuppeuses !
Selon elles, LA bonne idée de business, c'est celle qui est à la rencontre de vos motivations, de vos compétences et de vos valeurs sur un marché… et non pas l'inverse. " Dans cette L-School, nous avons réuni toutes les étapes essentielles pour étudier le potentiel d'un projet de création d'entreprise, sa faisabilité et son adéquation avec ce que la personne recherche vraiment " nous explique Sophie.
 
Concrètement, comment ça se passe ?
 
La formation se déroule sur deux semaines et commence le lendemain de votre inscription.
Un jour sur deux, vous recevez un email avec un module prêt à l'emploi : workbook, fiche pratique, vidéo. Ce ne sont pas juste des conseils théoriques (… que vous ne mettrez jamais en place) mais des Workbooks pratiques avec des exercices à faire là, maintenant, tout de suite !
 
Le format e-learning vous permet de travailler à votre rythme en s'adaptant à votre emploi du temps du moment : le temps de travail dépendant de chaque projet et de son stade de réflexion, de maturation. 
Globalement, il faut compter en moyenne 3 heures de travail par module. C'est le socle de votre projet que vous construisez donc cela mérite d'y passer du temps.
 
Les premiers modules vont vous permettre de réfléchir et de valider votre envie et votre capacité à vous lancer. Êtes-vous fait(e) pour ça ? Est-ce une vie pour vous ? Vous allez travailler aussi bien sur VOUS et ainsi dessiner les traits de votre profil d'entrepreneur, que sur un projet business concret. Au-delà de l'idée, vous aurez des réponses précises sur sa faisabilité et votre aptitude à le mener à bien.
 
Le module 3 vous aide à vous recentrer sur votre propre vision et sur vos ressources.
La démarche structurée va vous aider à mettre vos idées au clair, et ensuite libre à vous d'en tester une ou deux avec la méthodologie proposée ! Vous pourrez ainsi matérialiser votre idée dans un business model ; et verbaliser votre discours. Un module est consacré à des entretiens pour savoir si votre projet répond à un réel besoin.
 
Tout au long de la méthode, vous êtes guidé pas à pas. Manon, Dominique, Sophie sont à vos côtés dans chacune des étapes ! À tout moment, vous pouvez les contacter par email pour poser vos questions. Vous pourrez également échanger lors d'un appel de groupe avec les autres participantes de la formation et poser des questions en live. 
 
A l'issue de la L-school, vous aurez également la possibilité de faire une séance stratégique ou solliciter leurs L-expertes au tarif membre, pour aller plus loin.
 
Prêts à faire ce premier pas ? 
 
N'hésitez plus, la formation est ouverte jusqu'au 31 mai 2018 
Pour s'inscrire à la formation https://l-start.com/l-school-valider-idee-de-business/
Bonus Dubaimadame :  1h de consultation offerte à la fin de la formation pour analyser votre projet sur présentation du code Lschool#3 DM
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
  Petites annonces
 
Une parole d'entrepreneur un peu particulière, puisque cette fois-ci, nous avons donné la parole à 4 entrepreneures ex-dubaïotes : Carinne Abou-Huguet, Stéphaine Duriez, Juliette Capillaire et Virginie Petit Fournier. Aujourd'hui expatriées à Singapour, elles nous racontent leurs parcours.
 
Depuis combien de temps êtes-vous arrivés à Singapour ? Présentez-nous votre business en quelques lignes… 
 
Carinne
 : Nous sommes arrivés en famille, avec nos jumeaux ados en septembre 2017 après 14 années fantastiques passées à Dubai.

Cap sur Singap !
 
KeenBags est née en 2011. L’idée est venue d’une envie de détourner des tissus traditionnellement portés par des hommes locaux pour en faire des accessoires de mode pour les femmes. Ainsi j’ai créé des sacs sur la base du sheish arabe. Les collections sont composées de sacs doublés en tissu waterproof et leurs pochettes assorties. Puis j’ai décliné ces tissus pour créer des accessoires de décoration et des tuniques. Depuis mon installation à Singapour, je commence à travailler avec des tissus asiatiques, notamment des batiks… Pleine d’inspirations, je commence donc une nouvelle collection tout en continuant les modèles à base de sheishs.
 
Stéphanie : Nous avons vécu entre 2015 et 2016 à Singapour, puis nous sommes rentrés sur Dubai en janvier 2017.

Cap sur Singap !

Depuis, je fais régulièrement la navette entre les 2 pays. Je savais que nous retournerions dans ce pays, où j’avais déjà vécu entre 2000 et 2005 et pour lequel j’ai un attachement particulier. Enthousiasmée par l’accueil réservé à Secrets Fine Food aux Emirats et surtout incapable de rester en place, j’ai voulu me relancer dans une initiative entrepreneuriale mais sur un modèle diffèrent. A Singapour, j’ai ouvert une boutique « fine food » spécialisée en épicerie fine, charcuterie artisanale et fromages affinés dans le quartier à la fois arty et trendy de Tiong Bahru.


 
Juliette : Nous sommes arrivés à Singapour en septembre 2016 après avoir passé 4 ans à Dubai.

Cap sur Singap !

Lancée en mars 2016, Capsule Collection by Juliette est une marque de vêtements dédiée aux femmes modernes. Celles qui, comme moi mènent plusieurs vies dont celle de maman et de femme active sans pour autant faire de concession sur leur style ! Mon modèle star est la combi-pantalon, mais la collection décline aussi des robes, pantalons, jupes, tops et même des vestes. Le tout dans une matière luxueuse et confortable faite de soie et de viscose.
 
Virginie : Nous sommes arrivés en juin 2006 à Dubai et rentrés à Paris en juin 2010. Il y a un an, on a posé nos valises à Singapour, où il fait bon vivre !

Cap sur Singap !

Lors de ma dernière expérience dans une grande maison d’horlogerie-joaillerie, je rêvais qu’un architecte retail nomade travaille à nos côtés pour gérer nos projets et s’assurer de la qualité du résultat. C’est pour cette raison que j’ai créé Beyond Design qui développe et conceptualise les espaces (boutiques, corners) de vente de marques internationales.
Après 1 année et demie d’existence, nous sommes 9 et nous comptons une quinzaine de clients et plus de 50 projets à notre actif dont des clients et projets à Dubai bien sûr !
 
Quelles sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Singapour ? Est-ce plus simple ou plus compliqué qu’à Dubai ?
 
Carinne : Après seulement 6 mois d’expérience sur place je trouve globalement les étapes plus simples. Cependant, contrairement à Dubai où j’avais entrepris les démarches, seule, j’ai choisi ici de passer par un cabinet d’avocat pour créer ma société. Si le processus peut être rapide, il faut néanmoins connaître les rouages de l’administration locale. 
 
Stéphanie : Singapour est une ville très règlementée, il faut bien appréhender la future structure sous toutes ses formes. Pour moi, la plus grosse difficulté a été le recrutement. C’est une situation de plein-emploi, il est très difficile de trouver des Singapouriens sans travail, et par ailleurs il est extrêmement compliqué d’obtenir des visas de travail pour les expatriés. A force d’acharnement, on y arrive. 
 
Juliette : Ce n’est ni plus simple ni plus compliqué, juste différent et probablement plus clair. De mon côté j’avais clôturé ma licence à Dubai, j’ai donc dû monter une société Private Limited en arrivant à Singapour. J’ai été très bien conseillée par Michel Noël (BPSolutions) qui a monté ma structure et obtenu mon permis de travail. Toutes ces démarches ont pris environ un mois.
 
Virginie : La filiale de Beyond Design a été créée rapidement et sans difficulté, tant en ce qui concerne son enregistrement auprès des autorités que pour l’ouverture du compte en banque.
 
Quelles sont les démarches administratives pour créer sa société à Singapour ? Faut-il obligatoirement un sponsor local et
si oui quel % doit il détenir au minimum dans la structure ?
 
Carinne : L'enregistrement d'une entreprise s'effectue auprès de l'ACRA (Accounting and Corporate Regulatory Authority). C'est également auprès de cet organisme que l'on peut vérifier la disponibilité de la raison sociale de l'entreprise.
Il faut impérativement un directeur résidant à Singapour (pas nécessairement singapourien) et il n’y a pas de pourcentage particulier.
 
Stéphanie : Je ne pourrais pas vous répondre très précisément car les règles ont déjà changé plusieurs fois depuis ma création d’entreprise. Ce n’est pas le même système qu’aux Emirats. En revanche, les autorités singapouriennes s’assurent que les initiatives entrepreneuriales ne soient pas des coquilles vides. En ce qui me concerne, j’ai demandé de l’aide à un cabinet spécialisé dans la création d’entreprise. 
 
Juliette : A Singapour pas besoin de sponsor local, en revanche il peut être recommandé d’avoir un directeur local ou PR (avec un permis de résident permanent), ce qui peut faciliter le montage de la Private Limited.
 
Virginie : Les démarches sont relativement les mêmes que pour créer sa société à Dubai. Le sponsor est différent de celui des EAU car ici il n’est pas obligatoire qu’il détienne des parts. 
A bon entendeur !
Comment a été accueilli votre business à Singapour ? Est-ce facile ou difficile de trouver sa clientèle et de la fidéliser ? 
 
Carinne : Le lancement officiel de KeenBags à Singapour a eu lieu le 16 mars dernier lors de l’évènement " Boutique Fairs ", un salon très sélectif rassemblant près de 150 designers, sur 3 jours, accueillant plus de 30.000 personnes ! Je n’ai donc pas encore une clientèle locale cependant je peux déjà constater qu’il y a une énergie, une volonté d’entre-aide et un dynamisme assez hors norme ici.
 
Stéphanie : L’initiative a été très bien accueillie, principalement par la population singapourienne, qui a le palais très aguerri. Les Singapouriens sont ravis que les produits gastronomiques importés français ou italiens sortent des quartiers expatriés et se rapprochent d’eux. 
 
Juliette : J’ai eu la chance de recevoir un très bon accueil pour Capsule Collection by Juliette. J’ai très vite participé à des " fairs " (équivalent des ventes privées et marchés à Dubai) et j’ai également été distribuée par l’un des plus jolis concept-stores de Singapour : Small, situé à Tanglin Mall. Ma clientèle est constituée majoritairement d’expatriées mais aussi de Singapouriennes.
 
Virginie : Beyond Design travaille pour des clients de la région Asie-Pacifique comme dans le Golfe Persique mais aussi pour des clients basés dans toute l’Europe. Nos contacts chez les marques de luxe à Singapour et dans la région sont très réceptifs : ils sont toujours en recherche d’appuis externes pertinents pour que leurs marchés se développent selon une cadence soutenue. Notre 1er leitmotiv est la satisfaction de notre client alors je vous laisse deviner pour la fidélisation !
 
Est-ce difficile de développer en parallèle une activité à Dubaï et Singapour ?

 
Carinne : C’est effectivement un point délicat car n’étant plus sur place, le business avance à un rythme différent. J’ai choisi de travailler avec une distributrice qui assure la vente de mes collections au Moyen-Orient, que ce soit sur des marchés ou dans les boutiques dans lesquelles j’étais déjà distribuée (Marina Souq, The Beach market, Robinsons etc.) Ce choix permet un suivi indispensable pour mes clientes et la prospection de nouvelles cibles.
 
Stéphanie : Ce n’est pas difficile mais cela demande de l’organisation, car Singapour est quand même à 7h de vol !

Juliette : Ça n’est pas aussi simple qu’en étant sur place, mais Capsule est toujours présente à DubaI chez Maison Clad (corner mode de la Serre, à Dowtown) et toute commande passée sur mon site www.ccbyjuliette.com est livrée gratuitement à Dubai !
 
Virginie : Tout est possible, c’est une question de volonté et d’énergie. Grâce à un partenaire en or basé aux EAU, rencontré lors de mes 4 années passées à Dubai, nous travaillons très bien. Après, il est toujours clé de rencontrer en face à face ses clients pour faire des points réguliers et avoir leurs retours d’expériences directs.
 
Des projets futurs ?
 
Carinne : L’objectif de KeenBags est la distribution en boutique. Le salon " Boutique Fairs " représente une porte d’entrée unique pour cela, et je travaille en amont sur une prospection de concepts-stores intéressés par la distribution de mes sacs. Parallèlement mon site marchand www.keenbags-collection.com sera opérationnel d’ici peu pour offrir la possibilité d’acheter en ligne. 
 
Stéphanie : Toujours… mais secrets ;-). 
 
Juliette : Je viens de participer à " Who’s Next " qui est le salon international de la mode à Paris afin de développer mon réseau de distribution dans le monde. Capsule sera présente dès le printemps à Genève, Bordeaux, La Réunion, La Guadeloupe, etc.
 
Virginie : Donner de notre temps chez Beyond Design à une association caritative dans la région SEA.  Faire que l’équipe n’utilise plus de plastique au travail, on y arrive, croyez-moi ! Recruter la future perle de l’architecture retail et son binôme junior.
 
Deux bonnes adresses à Singapour à partager ?
 
Carinne :
- Angies’ Oyster bardans le quartier d’affaire de Raffles Square pour un plateau d’huîtres et un verre de vin en profitant de la vue unique sur la ville depuis le toit terrasse au 47e étage.
- Flâner et chiner des tissus dans Haji Lane et Arab Street… on ne se refait pas !
 
Stéphanie :
- La Braceria, délicieuse trattoria où l’on peut diner en terrasse dans un cadre intimiste, dans le quartier de Greenwood. 
- Tiong Bahru Bakery, la boulangerie de notre quartier qui propose des baguettes délicieuses, des pâtisseries boulangeries excellentes. 
 
Juliette :
- Merci Marcel, la nouvelle adresse très frenchie pour un brunch ou un dîner dans le quartier branché de Thiong Barhu.  
- Tanglin Mallpour toutes ses jolies boutiques pour enfants. On y trouve également House of Anli (à la fois boutique déco et resto), ainsi que la boutique Small.
 
Virginie :
- Se balader dans la réserve naturelle de 12 hectares de MacRitchie, quelle beauté ! La jungle en centre-ville.
- Pour la vue sur la City et Marina Bay Sand, le bar One Altitude sans hésitation.

N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
  Petites annonces
 
 

Première boite ?  

Non, c’est ma deuxième. Je suis autoentrepreneur depuis 2011 ; j’ai monté ma compagnie de fitness pour être coach sportif à Dubai. J’entraîne quotidiennement des sportifs de haut niveau (notamment dans le milieu du football), mais aussi des personnes comme vous et moi, avec des objectifs de remise en forme !

Depuis combien de temps à Dubai ? 

Je suis arrivé de Marseille sur Dubai depuis exactement 6 ans, soit le 10 janvier 2012 ! (nb : date de l’interview)

Présentez-nous votre business en quelques lignes…
Étant célibataire, papa d’un petit garçon de 3 ans et ayant un goût prononcé pour l’univers de la mode, je suis toujours à la recherche de vêtements et accessoires originaux (et de qualité)… et surtout à prix accessible ! Malheureusement j’ai eu beaucoup de mal à trouver mon bonheur parmi l’offre des boutiques ici. J’ai donc commencé à penser à ce projet de plateforme online où je pourrais proposer des produits mode, suivant les tendances, notamment des ensembles « family  matching » c’est à dire mère/fille ou père/fils. J’ai alors travaillé sur le projet… et il y a quelques semaines le site « KidsLittleWorld » est né !  Aujourd’hui, je sélectionne mes coups de cœur : bébés, garçons et filles et aussi des vêtements de grossesse pour les futures mamans.

Est-ce que vous avez toujours rêvé d’être entrepreneur ?
Issu d’une grande famille et étant l’aîné de 6 frères et 2 sœurs, je me dois d’être un exemple pour eux. Donc si j’ai toujours rêvé d’être entrepreneur, la réponse est OUI complètement.       

Qu’est-ce qui a provoqué le déclic pour sauter le pas ?

Tout simplement mon fils Nael, je veux qu’il soit fier de son père et qu’il ne manque de rien.

Pourquoi avoir choisi Dubai pour entreprendre ?
Je dirais plus que c’est Dubai qui m’a choisi, mon fils étant ici si je voulais rester auprès de lui je me devais d’entreprendre sur Dubai, où il y a vraiment de grandes opportunités !

Quels sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Dubai ?
Challenges : Se faire un petit nom parmi les grosses compagnies.
Difficultés : Comprendre les rouages des administrations et les lois de Dubai.
Facilités : Dubai est une ville de rêve où si tu travailles dur tout est possible et envisageable !

Quelle est votre source de motivation chaque jour ?

Cela va être redondant mais c’est évidemment mon fils pour qui je suis prêt à tout. J’ai donc pour but de trouver jour après jour les meilleurs produits pour mes clients… et rester ȧ la pointe de la mode !

Avec le recul, que referiez-vous différemment ?
Il y a toujours différentes façons de faire mais la seule chose que je retiens et c’est la plus importante pour moi : peu importe le chemin qu’on prend le plus important est d’aller jusqu’au bout.

Avez-vous bénéficié d’aides pour vous lancer ? 
Oui il faut toujours s’entourer de personnes qui veulent te voir avancer. Pour ce projet je peux remercier grandement Eva et Fatima, mes amies.

Si vous aviez deux conseils à donner au futur entrepreneur qui vous lit ?
Ne soyez jamais découragé, si vous croyez en votre idée ne laissez jamais personne vous dire le contraire.

Et deux bonnes adresses ?
- La Mer : nouvelle adresse pour se relaxer et se recentrer.
- La Cantine du Faubourg et La petite Maison : excellents restaurants français sur Dubai.
- Une petite troisième : Life n’ One pour changer d’air, j’adore cet endroit !

Comment conciliez-vous vie de parents (si vous l’êtes) et d’entrepreneur ?

Mes projets me permettent aujourd’hui de pouvoir profiter de mon fils de le récupérer à l’école. Étant passionné d’art, j’adore l’initier à des activités artistiques comme la peinture… d’ailleurs, nous customisons ensemble nos baskets ! La peinture a été une vraie thérapie pour moi. J’aime aussi sortir au grand air pour jouer au ballon avec lui et nous dépenser !

Des projets futurs ?
Oui on doit toujours se poser la question : Quelle est la prochaine étape ?
Je n’aime pas trop parler de mes projets (ou rêves) avant qu’ils ne soient en cours d'aboutissement, mais oui je suis en train de travailler sur un gros projet dans le domaine du sport.

PETIT PORTRAIT INDISCRET 
 

Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? Matinal : réveil 5h ou 6h du matin tout les jours même le week-end.
Plutôt café-croissant ou ptit-dej healthy ? Healthy, bien sûr. On reste sportif avant tout !
Plutôt sport extrême ou méditation ? Sport extrême évidemment. 
Plutôt robe-sandales ou taileur-talons / costard-cravate ou jean-baskets Jean-baskets. Je les collectionne !
Plutôt week-end cocooning ou fiesta ? Cocooning, mais cela ne m’empêche pas de faire la fiesta de temps en temps.
Plutôt cigale ou fourmi ? Je dirais fourmi mais bon j’ai des addictions pour lesquelles je compte beaucoup moins.


LE MOT DE LA FIN  




La fin de quoi ? Si je peux me permettre ce n’est que le début !
 
Contactez Zaydan sur
Instagram : @kidslittleworld
Page Facebook : Kidslittleworld
Pour découvrir l'e-shop, rdv sur  : http://www.kidslittlewld.com
 

N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !

 
       Petites annonces
 
 
 

Première boite ?  
Oui, Vendôme International Property est la première entreprise que je gère depuis 2010. J’ai commencé à travailler dans l’entreprise familiale en France en 2009 et ai rapidement créé cette structure en collaboration avec mon père, afin d’avoir mon premier challenge. Avant de me lancer, j’ai fait des études de droit et de gestion d’entreprise, et ai effectué plusieurs expériences professionnelles, notamment dans un cabinet notarial.

Depuis combien de temps à Dubai ? 
J’ai créé la structure en 2010, mais jusqu’en 2013, j’ai effectué des allers/retours entre la France et les Emirats. Je me suis définitivement installée à Dubaï fin 2013 car l’activité avait pris des proportions indispensables à ma présence au quotidien auprès de mon équipe.

Présentez-nous votre business en quelques lignes…
Vendôme International Property est une entreprise familiale de conseil spécialisée dans l'investissement immobilier en France, principalement, mais aussi en Espagne. Nous nous adressons à toutes les personnes souhaitant investir dans l'immobilier, sous toutes ses formes. Notre activité concerne toutes les étapes d'un projet : depuis l'étude du marché (projets immobiliers en cours, à venir), en passant par les dispositions fiscales, le choix d'une zone géographique, le budget, le type de bien et son financement... jusqu'à la gestion de celui-ci ! Nous gérons tout le process de A à Z et sans aucun frais à la charge de nos clients, afin de leur proposer une solution clé-en-main, sans coût supplémentaire.

Est-ce que vous avez toujours rêvé d’être entrepreneur ?
Je suis née dans une famille d’entrepreneurs, de générations en générations, j’aime les challenges et me dépasser, que ce soit dans la vie professionnelle ou personnelle. Je souhaitais avoir un métier qui me fasse voyager et découvrir le monde. Que rêver de mieux que Dubaï pour cela ? L’immobilier m’a toujours attiré, cette relation avec le client et de participer à une étape importante de leur vie. Par contre, je voulais avoir mon propre projet et ne pas être que « la fille de » qui reprend simplement l’entreprise florissante de son père. 

Qu’est-ce qui a provoqué le déclic pour sauter le pas ?
Cela est venu naturellement. J’étais d’accord de rejoindre l’entreprise familiale à condition de développer rapidement ma propre activité. J’ai d’abord appris les ficelles du métier ; j’ai fait des erreurs j’ai aussi apporté des points de vue innovants. Enfin, j’ai monté cette structure qui est complémentaire à la société de promotion immobilière de mes parents, mais qui reste juridiquement complètement indépendante. Comme toute entreprise familiale, chacun veille sur le travail de l’autre, je reçois donc régulièrement la visite du CEO à Dubaï, et participe chaque trimestre au Conseil de Surveillance de l’entreprise en France.

Pourquoi avoir choisi Dubai pour entreprendre ?
Evian, ma ville de naissance, a toujours attiré la clientèle du Golf. Nous avons de très bons clients depuis plus de 20 ans, qui ont investi à plusieurs reprises dans nos promotions immobilières. Afin de pouvoir être plus proche de nos clients et faciliter nos relations avec eux, il était évident qu’il fallait se rapprocher d’eux géographiquement. Dubaï est là ville par excellence où vivre dans le golf. C’est une ville en pleine expansion, dynamique, cosmopolite, et il faut le dire, très centrale. Tous les citoyens du golf passent par Dubaï au moins une fois par an, c’est donc le meilleur endroit pour les recevoir. 

Quels sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Dubai ?
Pour être honnête, pour moi le plus gros challenge a été de monter la bonne structure qui corresponde à mon activité. Il y a 10 ans, il a fallu s’y reprendre à plusieurs reprises pour avoir la bonne licence et les bons documents. L’immobilier, c’est courant à Dubaï, mais vendre de l’immobilier à l’étranger n’était pas appréhendé à ce moment-là. 
Une fois que la structure est montée, c’est l’épanouissement professionnel, aucune barrière, tout est fait pour rencontrer des gens, pour développer son activité. Si on a envie d’avancer, vous bénéficier d’une ligne droite infinie.

Quelle est votre source de motivation chaque jour ?
L’avenir de mes enfants. Vivre ici est un grand avantage pour eux. Ils y a des gens qui viennent du monde entier avec leurs langues et leurs cultures différentes, et je trouve cette aventure exceptionnelle.

Avec le recul, que referiez-vous différemment ?
Pas grand-chose car en fait les petites erreurs de stratégie que j’ai pu faire m’ont permis de prendre de l’expérience et d’en éviter des bien plus importantes par la suite.

Avez-vous bénéficié d’aides pour vous lancer ? 
Oui, celle de mon père qui me guide encore au quotidien dans la gestion de mon activité. J’ai des idées différentes des siennes sur certains points, mais il faut savoir écouter les conseils que l’on vous donne et faire confiance aux personnes expérimentées. 

Si vous aviez deux conseils à donner au futur entrepreneur qui vous lit ?
Travailler dur pour s’implanter et ne pas compter ses heures, Dubaï est une ville exceptionnelle qui offre des opportunités qu’il faut savoir saisir.

Et deux bonnes adresses ?
- Le marché du vendredi matin à Zabeel Park. On trouve plein de foodtrucks pour prendre un petit déjeuner, des stands de petits créateurs qui vous donnent beaucoup d’idées cadeaux, des animations pour les enfants.
- Le restaurant Jebal Atlas à Al Barsha. Un très bon restaurant marocain authentique qui peut aussi vous livrer chez vous.

Comment conciliez-vous vie de parents (si vous l’êtes) et d’entrepreneur ?
En essayant de m’organiser au mieux. J’ai appris à séparer le travail et la vie personnelle. Je n’ai pas accès à ma boite mail sur mon téléphone portable par exemple, même si je reste joignable en cas d’urgence professionnelle, je ne suis pas tentée de regarder mes mails toutes les 10 minutes le soir ou le weekend.

Des projets futurs ?
Oui, je travaille sur tout un planning de soirées privées à thème autour de l’immobilier en France pour les expatriés. Beaucoup d’expatriés se ferment des portes quant à l’investissement en pensant qu’ils sont trop jeunes, qu’ils n’ont pas assez d’apport, qu’il n’est pas possible d’avoir de prêt, qu’ils ne peuvent pas gérer tout cela à distance. Je veux faire intervenir régulièrement des interlocuteurs de France pour conforter nos clients dans leurs décisions. 

D’ailleurs la semaine prochaine, nous avons notre première conférence de l’année, avec l’intervention d’un notaire qui expliquera de quelles garanties on bénéficie lorsque l’on achète en France et comment on peut protéger son patrimoine futur ou déjà existant.

 
PETIT PORTRAIT INDISCRET 
 

Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? Matinale, en semaine je suis capable de me coucher à 21h plusieurs fois de suite.
Plutôt café-croissant ou ptit-dej healthy ? Les deux, je suis chauvine, le café-croissant c’est très français, mais il ne faut pas en abuser donc j’alterne !
Plutôt sport extrême ou méditation ? Sport extrême sans hésiter. 
Plutôt robe-sandales ou taileur-talons / costard-cravate ou jeans-baskets Robe sandales, on est à Dubaï, il faut en profiter. Les tailleurs je les garde pour mes rdv en France.
Plutôt week-end cocooning ou fiesta ? Cocooning, les enfants se lèvent bien trop tôt pour faire la fiesta tout le weekend.
Plutôt cigale ou fourmi ? Fourmi

LE MOT DE LA FIN  Quelle fin ?

Contactez Marie et son équipe sur www.vendome-property.com


Tel. +971 4 421 21 45

Première conférence gratuite de l’année :
Propriétaire d'un bien immobilier ou futur acquereur : comment protéger son patrimoine immobilier !
Le mercredi 31 Janvier 2018 à 19h à Business Bay. Cocktail et valet parking offerts.
Pour s'incrire : ou 052 73 99 975


N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !

 
       Petites annonces
 
 
  1. Les + lus
  2. Les + récents