Solo-entrepreneur, freelance, indépendant, nous sommes de plus en plus nombreux à faire le choix de se lancer seuls dans l’aventure entrepreneuriale. Mais solo ne veut pas forcément dire travailler seul mais plutôt réinventer la manière de travailler et redéfinir les termes de collaboration avec les autres. Réinventer pour se libérer ! Car c’est bien de cela qu’il s’agit : la liberté ! La liberté de choisir ses missions, de choisir ses clients et ses collègues ! 
 
Que l’on soit solo ou non, l’entrepreneuriat n’est jamais un « one man/woman show » ! Vous avez certainement fait appel à un webdesigner pour concevoir votre site, votre comptable gère depuis son cabinet parisien vos factures, et vos commerciaux sont répartis sur tout le Golfe ! 
Il est donc important de pouvoir mettre en place des outils et des bonnes pratiques pour que tout votre petit monde puisse collaborer et vous permette de développer votre chiffre d’affaires dans les meilleures conditions !
Le nomadisme, on connait ! L-start, c’est 4 collaborateurs et 4 fuseaux horaires !
Alors voici nos 3 outils pour optimiser nos collaborations !
 
1. Doodle
Pas toujours évident de coordonner les agendas quand on n’est pas dans le même bureau, voire pas dans le même pays ! Vous avez déjà envoyé 10 emails pour trouver un créneau et organiser une réunion Skype et vous n’y arrivez plus : si ce n’est pas Zoé qui est avec un client, c’est Zac qui n’est pas encore au bureau, car c’est le milieu de la nuit… Doodle va organiser tout cela pour vous en 3 clics ! (Et ça marche pour organiser tout évènement ou réunion, même si tout le monde est dans le même pays !)
Doodle est un outil gratuit extrêmement simple d’utilisation. Vous décrivez l’objet de l’évènement, indiquez vos disponibilités et envoyez le lien aux personnes conviées. Doodle convertit automatiquement les horaires dans le fuseau horaire de chaque destinataire, en fonction de l’adresse IP de l’appareil utilisé. Les participants peuvent indiquer les créneaux qui leur conviennent ou en suggérer d’autres.
Les paramètres de Doodle vous permettent de décider si un ou plusieurs créneaux peuvent être choisis. 
Doodle peut également être utilisé pour fixer des rendez-vous individuels. Vous avez 10 clients à qui vous voulez proposer une séance de sophrologie ? Vous pouvez proposer 10 créneaux qui se rempliront automatiquement au fur et à mesure tout en conservant l’anonymat des personnes interrogées.
Les "plus" : Les participants n’ont pas besoin d’avoir un compte pour répondre à votre demande, qui peut être envoyée directement depuis le site de Doodle, par email à l’aide d’un lien cliquable ou intégré dans une application tierce.
 
2. Evernote
Gérer un projet, c’est compliqué, mais quand les équipes ne sont pas sur un même site, c’est encore plus complexe. Alors, si vous ne voulez pas déclencher un tsunami de mails à chaque nouveau brainstorming et être sûrs que tout le monde a le même niveau d’information, Evernote est l’application qu’il vous faut ! 
Evernote est un formidable outil de capture d’informations : cela peut être une page web, une note audio, une photo, un document... Mais son véritable "plus" réside dans son système de classement très intuitif, qui permet à chacun de retrouver rapidement l’information. Evernote est donc le disque dur externe que vos collaborateurs peuvent se partager en un clic ! Facile d’utilisation, vous allez pouvoir ainsi créer une bibliothèque d’informations partagées, qui pourra être enrichie par vos collaborateurs.
 
3. Google Suite
Quand on dit « Google », on pense « moteur de recherche » ou bien « Gmail », mais Google propose une suite d’outils :
"G Suite", un ensemble de services basés sur le cloud pour mieux s’organiser et être efficace en équipe. G Suite permet bien sûr de communiquer avec Gmail, mais vous pouvez aussi utiliser "Google Hangouts" pour organiser vos réunions de travail, échanger des documents et faire des partages d’écran. "Google Agenda" vous permet aussi de superposer les calendriers de chacun de vos collaborateurs/partenaires pour avoir une vision globale des charges de travail. Quant à "Google Keep", il vous permet de planifier vos tâches en donnant accès aux acteurs du projet.
Bref, vous l’aurez compris, Google regorge de ressources pour faciliter votre organisation au quotidien !
 
Travailler à distance reste malgré tout complexe pour collaborer sereinement. Même si les outils sont de plus en plus nombreux et accessibles, ils ne doivent pas faire oublier que la communication reste prioritaire. Une bonne conversation vaut toujours mieux que 10 emails. Cela permet d’écouter, partager et créer ce lien humain qui fait oublier la distance !
Bon travail !
 
Merci à Sophie et Dominique les fondatrices de L-Startla plateforme qui aide les entrepreuneurs, pour leurs conseils pratiques !
Elles ont co-écrit le livre Femmes entrepreneures : Se lancer et réussir à découvrir ici.
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus et suivez-nous sur Instagram ou Facebook !
 
  
 
Première boite ?
Kenza : Oui
Patrick : Non, la troisième mais dans des domaines différents.
 
Depuis combien de temps à Dubai ?
Kenza : 8 ans
Patrick : 10 ans
 
Présentez-nous votre business en quelques lignes… 
Kenza : INKED c’est un lieu et une énergie, une équipe et une passion, des expériences culinaires aux thématiques inédites et l’ambition de laisser une empreinte dans la mémoire de ceux qui les auront vécues.
Patrick : INKED est une plateforme culinaire qui s’adresse à tous les passionnés d’expériences gastronomiques et évènementielles ; pour qui l’inventivité va de pair avec le goût et l’expérimentation, avec l’exigence de qualité.
 
Est-ce que vous avez toujours rêvé d’être entrepreneur ? 
Kenza : Non, c’est la décision de concrétiser un rêve et une passion de toujours qui est à l’origine de cette décision.
Patrick : Oui
 
Qu’est-ce qui a provoqué le déclic pour sauter le pas ? 
Kenza : Un voyage à Berlin avec mon mari. Certains lieux sont magiques par l’énergie qu’ils vous transmettent. Le dynamisme de cette ville dans tous les domaines, notamment en matière culinaire, a été une inspiration pour nous.
Patrick : L’idée couvait depuis longtemps mais Berlin a été le déclencheur. Au cours d’un voyage dans cette ville stimulante, on s’est dit, ma femme et moi, qu’il fallait se lancer.
 
Pourquoi avoir choisi Dubai pour entreprendre ?
Kenza : J’avais choisi Dubai avant l’entreprise.
Patrick : Dubai est une terre d’opportunités.
 
Quelles sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Dubai ?
Kenza : Je n’ai pas encore assez de recul ou d’expérience pour établir une comparaison. Cependant à Dubai, la demande, l’accueil et le soutien de projets authentiques, c’est-à-dire dont la conception et la réalisation ne sont pas importées mais relèvent d’une création originale, représentent une réelle motivation.
Patrick : Les difficultés sont à peu près les mêmes partout. Je crois que ce qui fait la différence, c’est l’énergie de la ville, son potentiel de développement. En ce sens, Dubai présente de nombreux avantages.
 
Quelle est votre source de motivation chaque jour ?
Kenza : Le besoin de se renouveler, le désir d’avancer, les gens que j’aime…
Patrick : La projection dans l’avenir et le désir d’y prendre part.
 
Avec le recul, que referiez vous différemment ?
Kenza : Je ne me pose pas la question dans ces termes : se dire «  j’aurais dû » est un frein et ne garantit pas les résultats escomptés. J’essaie toujours de donner le meilleur de moi-même dans une situation donnée, ce qui n’empêche pas de tirer les leçons qui s’imposent.
Patrick : Rien, je n’aime pas regarder en arrière et me concentre plutôt sur aujourd’hui.
 
Avez-vous bénéficié d’aides pour vous lancer ?
Kenza : Bien sûr, est-il possible de faire autrement ?
Patrick : Oui. Je discute beaucoup avec les gens qui ont ma confiance et leur apport a toujours été profitable.
 
Si vous aviez deux conseils à donner au futur entrepreneur qui vous lit ?
Kenza : Réfléchissez bien avant, mais une fois lancé, ne regardez jamais en arrière. Bien s’entourer, l’aspect humain est primordial.
Patrick : Rester soi-même en toute circonstance. Ne jamais se décourager, les obstacles sont là pour permettre d’avancer.
 
Et deux bonnes adresses ?
Kenza : Kinokuniya (pour la théorie) et un club de sport (pour l’endurance).
Patrick : Les endroits où vous ressentez de l’émotion.
 
Comment conciliez-vous vie de famille et d’entrepreneur ?
Kenza : Pour le moment le bébé s’appelle INKED !
Patrick : Pas encore parents, si quelqu’un a des conseils pour le futur…
 
Des projets futurs ?
Kenza : Des idées de projets, oui beaucoup.
Patrick : Toujours, c’est un moteur au quotidien.
 
PETIT PORTRAIT INDISCRET 
 
Kenza :
Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? Par inclination, oiseau de nuit mais, réalité oblige, très matinal.
Plutôt café-croissant ou ptit-dej healthy ? Café-croissant. Le plaisir, c’est essentiel pour la santé !
Plutôt sport extrême ou méditation ? Méditation. Encore une raison de se lever plus tôt.

Plutôt robe-sandales ou tailleur-talons ? Aucune règle en la matière
.
Plutôt week-end cocooning ou fiesta ? Le week-end cocooning, c’est maintenant de l’ordre du bon souvenir…
Ni l’une ni l’autre, la vie est bien plus nuancée
 
Patrick :
Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? De plus en plus matinal.
Plutôt café-croissant ou ptit-dej healthy ? Ça dépend du niveau de stress.
Plutôt sport extrême ou méditation ? Je suis passionné de Formule 1 et pratique le karting. La méditation me permet de trouver un équilibre.

Plutôt robe-sandales ou tailleur-talons ? Demandez à ma femme !

Plutôt week-end cocooning ou fiesta ? Week-end !!! En ce moment, c’est surtout travail, travail, travail.


Plutôt cigale ou fourmi ? Fourmi qui n’oublie pas de chanter de temps en temps.
 

LE MOT DE LA FIN
Kenza : L’entreprenariat est un challenge de chaque jour et pour cela une formidable leçon de vie.
Patrick : Ce n’est pas la fin mais que le début !
 
Pour suivre et contacter Kenza et Patrick :
+971 4 344 1788
Inked
Alserkal Avenue, Unit #57, 
Al Quoz 1, Dubai
Instagram @inkeddubai 
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus avant le week end !
 
       Petites annonces

 

 

Les Emirats Arabes Unis ouvrent de grandes perspectives pour toutes les personnes souhaitant se lancer dans l’entreprenariat.
En effet, contrairement à de nombreux pays, l’absence d’impôt sur les sociétés et de quotas commerciaux (limites à l’importation de certains produits) sont des facteurs très favorables à la créativité.
 
Néanmoins, certaines personnes ont souvent peur de se lancer en raison des clichés sur la législation locale et du manque d’informations. En particulier, nombreux s’inquiètent de recourir à un partenaire local pour créer une société.
Voici les 3 options qui s’offrent à vous avec chacune ses avantages/inconvénients et ses particularités.
 
1. Ouvrir une société onshore
 
Quelles sont les sociétés « onshore » concernées ?
La législation prévoit que les sociétés établies aux Emirats en dehors des zones franches doivent être majoritairement détenues par un Emirati, soit au moins 51% des parts. 
Cela concerne les personnes souhaitant exercer une activité qui implique une présence physique sur Dubaï tel qu’un restaurant, une boutique, une galerie…
Comment s’opère ce partenariat local ?
En principe, les statuts de la société prévoient qu’elle est détenue à 51% par un partenaire local, néanmoins la répartition des bénéfices et des droits de décision entre l’entrepreneur et le partenaire font l’objet d’un accord distinct, souvent concrétisé dans un pacte d’actionnaire. 
Quel est l’intérêt du pacte d’actionnaires ?
Le pacte d’actionnaire permet de définir les conditions du partenariat clairement et à l’avance, la répartition des bénéfices et toutes les conditions liées à l’exploitation de la société.
Ainsi, si le partenaire a un rôle limité dans la création de cette société, le pacte d’actionnaire permettra de refléter cette situation. 
Nous accompagnons nos clients sur toutes les étapes de la création et notamment la rédaction du pacte d’actionnaire.
Y a-t-il des exceptions « onshore » à ce principe de partenariat 51/49% ?
Dans certains domaines d’activités spécifiques, qui requièrent des compétences propres, telles que pour un médecin, avocat, consultant en informatique, en finance… ou encore un coach sportif, le partenariat local n’est pas une obligation pour exercer son activité onshore.
La société dite « Sole Proprietorship » est détenue à 100% par l’entrepreneur étranger, dont la responsabilité s’étend à ses biens propres. Elle s’apparente, en ce sens, à une société individuelle.
Pour la constituer, il est nécessaire de fournir des diplômes et/ou preuves d’expérience dans le domaine concerné. Par ailleurs, la société doit être enregistrée auprès d’un agent local.
 
2. Ouvrir une société en zone franche
 
Il est possible de créer une société détenue à 100% par l’entrepreneur dans une zone Franche des Emirats Arabes Unis, sans restriction d’activités (par opposition à une sole proprietorship). 
Chaque Emirat possède une à plusieurs zones franches qui regroupent des sociétés par secteur d’activités. Dubaï possède, à elle seule, une trentaine de ces zones franches.
Cette option présente tous les avantages commerciaux liés aux Emirats, en particulier l’absence de fiscalité mais également de restrictions à l’embauche, à l’import. 
En revanche elle s’applique pour des activités qui ne requièrent pas expressément de licence onshore, soit pour celles qui peuvent être réalisées exclusivement depuis la zone franche ou à l’étranger.
Ce type de sociétés peut satisfaire des besoins très variés, tels que la création d’application internet et mobile comme on le voit souvent, mais aussi des sociétés de vente en ligne, des sociétés de conseil en design, sport, entreprise… 
La création de société en zone franche est assez rapide et permet l’obtention de visas de résidence, d’une licence pour exercer, et la possibilité d’embaucher des employés.
 
Comment choisir la zone franche appropriée pour sa société ?
Le choix de la zone franche dépend de nombreux critères liés notamment :
- au secteur d’activités (finances, internet, design, sport etc.),
- au type de licence (commerciale, trading, service) 
- aux besoins particuliers liés à la structure (bureau, employés, visas de résidence, proximité d’un port, disponibilité d’entrepôts etc.).
La réputation de la zone franche, la complexité administrative, et les coûts sont également des critères à prendre en compte et varient largement d’une zone franche à une autre, étant précisé qu’il n’y a pas de système uniforme.
Il est important de bien se faire conseiller pour s’assurer que la zone franche choisie est adaptée à ses besoins et obtenir une idée précise des coûts. 
En particulier les prix présentés se limitent souvent aux frais de licence (exemples courants : entre AED12000 et AED25000) et ne comprennent pas les coûts liés à l’enregistrement, la domiciliation (flex-desk ou vrai bureau), l’établissement des documents sociétaires, les légalisations ou encore le capital social minimum, le tout pouvant faire grimper drastiquement le coût global  (exemples courants : entre AED25000 et AED150000), sans compter le coût des visas.
 
3. Ouvrir une société offshore
 
Une société offshore peut également être détenue à 100% par un actionnaire étranger. Aucun partenariat local n’est requis.
En revanche, contrairement aux sociétés présentées ci-dessous, la société offshore ne permet pas d’exercer une activité ; elle ne sert qu’à détenir des biens mobiliers ou immobiliers. Elle ne permet pas non plus d’obtenir des visas de résidence.
Si l’on souhaite se lancer dans l’entreprenariat, ce n’est donc pas la société qu’il faut. 
En revanche, ce type de structure peut permettre de rassembler sous forme de holding les parts de différentes sociétés (Onshore, Freezone ou étrangères) pour rapatrier le contrôle et les revenus d’activités diverses au même endroit. Elle s’adresse donc plus facilement à des personnes ayant une situation patrimoniale complexe ou des activités professionnelles multinationales. 
Il peut enfin s’agir d’un excellent outil pour planifier sa succession.
 
Le cabinet d’avocats Bonnard Lawson accompagne ses clients sur le choix de la société correspondant à leur projet. 
 
Anne-Caroline Albrecht
Senior Associate au cabinet d’avocats Bonnard Lawson Dubaï
 
+971 44 227 071
 
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter pour recevoir toutes nos actus !
 
 
   Petites annonces

 
Première boite ? Oui Flow Events est ma première aventure en tant qu’entrepreneur et je ne pense pas que se sera la dernière ! Une fois que l’on goûte à cette indépendance je pense qu’il est très difficile de faire marche arrière et revenir dans le monde salarial.
 
Depuis combien de temps à Dubai ? Depuis bientôt 6 ans ! Ça commence à faire ! Lorsque je suis arrivé, la ville manquait très franchement d’une âme à laquelle je pouvais m’identifier. En revanche Dubai a cette qualité d’être en perpétuelle évolution et me surprend tous les jours. J’y retrouve de plus en plus mes repères.
 
Présentez-nous votre business en quelques lignes… 
Flow Events est une agence évènementielle créative, créée il y a 5 ans, qui trouve ses racines dans les sports extrêmes et la culture urbaine! Nous comptons plus de 120 évènements à notre actif. Aujourd’hui nous travaillons sur des projest divers et variés qui ne sont pas exclusivement dediés à nos passions initiales. Nous organisons aussi bien des festivals, des compétitions, des shows, des journées team building ainsi que des lancements pour de grandes marques. Nous avons aussi la chance de travailler pour le gouvernement et autres entités locales.
 
Est-ce que vous avez toujours rêvé d’être entrepreneur ? 
Oui très tôt j’ai su que je voulais entreprendre. Pour moi l’entreprenariat c’est une forme de non conformisme et une source de liberté qui m’est très chère. Créer sa propre aventure c’est prendre son destin en main, rester en accord avec soi même et ne pas s’oublier dans un monde ou tout est normalisé.
 
Qu’est-ce qui a provoqué le déclic pour sauter le pas ? 
Une rencontre avec mon associé Kader Hadri ! Il est « l’urbain » et je suis « l’extrême » de Flow Events. Nous sommes incroyablement complémentaires, nous avons la même vision, la même éthique de travail, et les mêmes envies. Et dire que je l’ai rencontré au milieu de nul part… à Oman lors d’un road trip, en quête de vagues !
 
Pourquoi avoir choisi Dubai pour entreprendre ?
Cela faisait déjà 1 an que j’étais à Dubaï et je m’ennuyais terriblement les weekends. Il n’y avait aucun évènement pour lequel je me sentais concerné. J’ai vite compris qu’il y avait tout à faire dans le divertissement évènementiel des 15-35 ans.  Nous avons pris notre courage à deux mains et nous nous sommes lancés.
 
Quelles sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Dubai ?
Je pense honnêtement qu’entreprendre à Dubaï est plus facile qu’ailleurs à condition de pouvoir réunir les fonds nécessaires pour les démarches légales initiales. La vraie difficulté pour nous a été la sensibilisation des clients à des sports et activités dont ils n’avaient jamais entendu parler ! Il a aussi fallu se battre pour prouver que nous n’étions pas simplement skateurs ou surfers mais bien des professionnels de l’évènementiel.
 
Quelle est votre source de motivation chaque jour ?
Le challenge et la passion ! J’apprends de nouvelles choses tous les jours ! L’évènementiel c’est déjà un challenge physique, mais il faut surtout savoir se renouveler constamment et suivre l’actualité. Les sports extrêmes et urbains sont les sports qui ont connu le plus d’évolutions et d’innovations ces 15 dernières années et ça tombe bien parce que je suis un passionné !
 
Avec le recul, que referiez vous différemment ?
Comme nous le savons tous, la comptabilité est moins stricte qu’en France et du coup nous avons été un peu laxistes au départ. Nous avons payé cher ce manque de rigueur : rattraper sa compta n’est pas vraiment le côté le plus glamour de l‘entreprenariat mais c’est nécessaire ! Mon conseil, soyez carrés dès le départ ; les chiffres parlent d’eux mêmes et vous aident aussi bien à analyser votre activité qu’à éviter de commettre des erreurs, puis faire les bons choix.
 
Avez-vous bénéficié d’aides pour vous lancer ?
Aucune ! Au départ nous étions des centimiers ! On est vraiment partis de rien. Il faut être audacieux, être dans le bon timing et avoir un peu de chance = la recette miracle !
 
Si vous aviez deux conseils à donner au future entrepreneur qui vous lit ?
Être organisé est primordial : il faut être méthodique et se fixer des objectifs avec des délais. 
Savoir se faire confiance est très important : il faut suivre ses instincts et prendre les conseils des autres avec parcimonie. Après tout, c’est vous qui faites le grand pas, pas les autres ! 
Je suis obligé de faire part d’un 3ème conseil essentiel : soyez prêts à faire des sacrifices !
 
Et deux bonnes adresses ?
Les soirées organisées par Analog Room, mon défouloir ! Par contre, ils changent d’adresses assez souvent.
Le Wake surf à Ghantoot, de bon matin, pour bien commencer la journée !
 
Comment conciliez-vous vie de famille et d’entrepreneur ?
Je suis célibataire et certainement que mon activité y est pour beaucoup ! Nous avons une activité saisonnière et il vrai qu’en haute saison il m’est parfois difficile de concilier vie sociale et vie professionnelle…
 
Des projets futurs ?
Oui et heureusement ! Il est très important de toujours se fixer des objectifs ! Je n’aime pas stagner et il faut toujours aller de l’avant. C’est un peu banal comme réponse mais j’y crois dur comme fer ! Du moins c’est comme cela que je fonctionne…
 
PETIT PORTRAIT INDISCRET 
 
Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? 24h/24 et 7j/7 non stop ! Mes proches me disent souvent que j’ai de l’énergie à revendre…
Plutôt café-croissant ou pti-dej healthy ? Café + croissants + œufs + bacon + fruits… l’évènementiel ça maintient en forme !
Plutôt sport extrême ou méditation ? Je crois que vous connaissez déjà la réponse !
Plutôt jean-basket ou costard-cravatte ? Jean-baskets la semaine et je sors la chemise le week-end !  Mes potes n’y comprennent rien.
Plutôt week-end cocooning ou fiesta ? La vie est une histoire d’équilibre ! Les deux, mon capitaine.
Plutôt cigale ou fourmi ? Fourmi bien évidemment. Quand on ne part de rien…
 
LE MOT DE LA FIN 
Force et Hauteur !
 
Pour toute demande d'information sur Flow Events ou pour contacter Jérémy :
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus avant le week end !
 
       Petites annonces

 

 

Première boite ? Deuxième -:) 


Depuis combien de temps à Dubai ? Depuis plus de 5 ans. Je vivais au Caire avant de m'installer à Dubai. 
 
Présentez-nous votre business en quelques lignes… 


Le projet « ENCAS » propose des alternatives saines et naturelles aux petits craquages gourmands ! L’idée m’est venue d’un constat simple : au moment d’une envie sucrée, il n’y a pas toujours beaucoup de choix... Alors on reste sur sa faim (un peu frustrée !)

ENCAS propose donc des « Carrés » déclinés en 4 parfums. L'idée est d'utiliser des ingrédients naturels et de limiter leur transformation afin de conserver au maximum les nutriments. Le résultat est un produit "raw", sans conservateur, ni additifs, sans gluten, ni sucres raffinés. Nous n'utilisons pas de produits d’origine animale (ni laitage, ni œuf).
Le moment ENCAS est une douce évasion ou "sweet escape » naturelle, nutritive et avant tout délicieuse… tel un mini « voyage gustatif » peu importe où nous nous trouvons.
 

Q1 : Est-ce que vous avez toujours rêvé d’être entrepreneur ? 
Je ne qualifierai pas cela d'un rêve, mais j'ai toujours eu un esprit entrepreneurial et j'ai toujours eu cette ambition.
J'ai d'ailleurs commencé ma carrière en tant qu’entrepreneur ! 

Q2 : Qu’est-ce qui a provoqué le déclic pour sauter le pas ?
Il y a deux ans, j'ai commencé à avoir des problèmes de santé : développement de cellules cancéreuses ; système immunitaire faible ; multiples infections et problèmes digestifs. Mes médecins m'ont recommandée de surveiller mon alimentation, en particulier ma consommation de sucre. La nutrition m’a toujours passionnée, j’ai décidé de passer un diplôme de Health Coach. J'ai commencé à manger et cuisiner des plats végétariens, sans produit animal, sans gluten, ni sucres ajoutés. Au bout de quelques semaines je me suis sentie beaucoup mieux et plus équilibrée. J'ai très vite identifié qu'il n'y avait vraiment peu d'options à Dubai en supermarchés et boutiques bio qui soient : 1) délicieuses ; 2) avec des saveurs originales ; 3) qui soient un vrai plaisir... une "escape" ! 

Q3 : Pourquoi avoir choisi Dubai pour entreprendre ?
Il y a énormément d'opportunités aux Emirats. L'omniprésence de la "junk food" dans la région ouvrent grand les portes à de nouvelles initiatives dans l'industrie de la nutrition et du « bien manger ». 

Q4 : Quelles sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Dubai ?
Bien que les opportunités soient nombreuses le challenge numéro 1 a été pour moi de me confronter à la législation locale ! Particulièrement dans l'industrie alimentaire. Par exemple dans d'autres pays une cuisine domestique peut-être accréditée pour des produits vendus sur des marchés ou des événements communautaires, ce qui n'est pas possible à Dubai. Le coût de location et d'équipement d'une cuisine conforme aux règles municipales est énorme pour un business qui n'a pas encore eu la chance de tester son produit sur le marché. A cela s'ajoutent les dépenses liées à la création de l'entité légale (licence). J'ai fait le choix de rejoindre Kitchen Nation, un "Culinary Startup incubator" établi à JLT pour limiter les coûts fixes. 

Dans un deuxième temps, la distribution est un challenge (mais je ne pense pas que cela soit uniquement à Dubai). Même si la durée de vie de nos produits est de plus de 30 jours, trouver des distributeurs qui acceptent de suivre une start-up n’est pas une tâche facile. 
 

Q5 : Quelle est votre source de motivation chaque jour ?
Ma motivation (hormis de déguster nos Carrés et de les trouver encore plus délicieux de jour en jour !) est de voir les produits sur les étages de nouveaux points de vente ! Les Carrés sont actuellement disponibles dans les locaux de Kitchen Nation et j’espère très bientôt dans beaucoup d'autres boutiques et coffee shops… Je ne suis fermée à aucun type de distribution, j’aimerais que tout le monde puisse découvrir nos produits, dans différents types de lieux et d’évènements.

Q6 : Avec le recul, que referiez vous différemment ?
Pour le moment, je n'ai pas encore assez de recul pour identifier mes erreurs... je suis certaine que je pourrai partager sur ce point davantage dans les prochains mois ! Je dirais simplement que j'aurais aimé me lancer plus tôt ! 

Q7 : Avez-vous bénéficié d’aides pour vous lancer ?
Je n’ai pas bénéficié d'aide à proprement parlé, mais je bénéficie d'énormément de soutien. Tous les entrepreneurs à qui je me suis adressée (dans la même industrie ou dans d'autres) ont toujours été bienveillants et prêts à partager leurs expériences. J’ai la chance d’avoir des amis proches et dévoués qui m'apportent de précieux conseils, idées et feedbacks. 
Je me suis également entourée de talentueux collaborateurs, comme la chef avec qui j'ai créé le produit, la designer derrière le logo ou encore Chloé aka Social media Queen !  

Q8 : Si vous aviez deux conseils à donner au future entrepreneur qui vous lit ?
Je ne pense pas être en mesure de donner des “conseils” en tant que tels. Mais je peux partager deux principes que j’utilise chaque jour : 
 
- "Done is better than perfect" comme le dit si bien Sheryl Sandberg ! 
Je pense que le plus important est de se lancer, de ne pas attendre que le produit soit parfait, ni d'élaborer un business plan pendant dix ans. L'important est d'avoir le feedback des consommateurs cibles, et de construire l’offre autour de leur demande. Tester le produit en permanence, savoir écouter, et faire des ajustements nécessaires. En substance la théorie derrière de The Lean Startup d’Eric Ries (petit conseil lecture -:)) 
 
- Tout prend du temps, surtout à Dubai. La patience est vraiment une vertu... que je n'ai d'ailleurs pas ! Mais j’y travaille… alors au lieu de me concentrer sur toutes les tâches à accomplir et les détails à améliorer, j'ai pris le parti de célébrer chaque étape ! Chaque accomplissement est une petite victoire ! Un jour à la fois. 
 
Et deux bonnes adresses ?
Wild and the moon ! Pour leurs délicieux latte et leurs incroyables petits déjeuners.
Top Chef Dubai. Mes cours de cuisine préférés ! 
 
Q10 : Des projets futurs ?
Pleins ! 
• Le prochain format de nos Carrés sera une boite dégustation avec 12 petits Carrés qui s’appellera “From Dubai with love” - disponible le mois prochain.
• Nous prenons de plus en plus de commandes pour des événements - réception/cocktails d’entreprises ou de particuliers.
• Des événements gourmands et sains autour d’une introduction au Health Coaching seront offerts a Kitchen Nation JLT d’ici la fin de l'année.
• J'espère développer bientôt des cours de pâtisserie Vegan, sans gluten, sucre, ni laitage.
• Évidemment accroître le nombre de points de vente (coffee shops, épiceries et peut-être même supermarchés qui sait !) sur Dubai et Abu Dhabi.
 
…et j'espère pleins d’autres surprises entre temps ! 
 
 
PETIT PORTRAIT INDISCRET 
 
Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? Matinale ! J'adore me lever tôt et commencer par faire du sport (à l'extérieur quand la ville est encore paisible et endormie !). En revanche, je suis inutile après 10h !  
Plutôt café-croissant ou pti-dej healthy ? Vous l'aurez compris ptit dej healthy ! Mon repas préféré de la journée !  
Plutôt sport extrême ou méditation ? Les deux ! Boxe, yoga, tennis et surf dépendamment des jours et … des vagues ! 
Plutôt robe-sandales ou tailleur-talons ? Entre les deux, plutôt jeans et talons. Mais quasiment toujours en talons ! 
Plutôt week-end cocooning ou fiesta ? Working ! Même si j'apprends à intégrer quelques heures de cocooning le vendredi après-midi ! 
Plutôt cigale ou fourmi ? Cigale transformée en fourmi puisque j'autofinance ENCAS.
 
LE MOT DE LA FIN 
La seule vraie personne qui vous empêche de réaliser un projet est vous-même ! Lancez vous ! 
 
Et suivez nous sur Instagram & Facebook pour les “behind the scene” d’une “foodpreneur” !
Pour toute demande d'information ou de distribution, contacter Justine : ou au 055 824 2309.
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter pour recevoir toute nos actus !
 
       Petites annonces

 
Vous organisez le plus beau jour de votre vie ; un événement qui vous tient à cœur ; ou une simple fête d’anniversaire pour votre petit dernier ? Et vous ne savez pas vers qui vous tourner pour créer des invitations personnalisées ? 
Ça tombe bien, nous avons rencontré la fondatrice du studio de création Alouane, Eléonore, une designer française à la touche colorée !
 
Mais qui se cache derrière ce joli prénom ?
 
A.L.O.U.A.N.E ou « couleur » en arabe, sept lettres pour un nom simple et doux à prononcer, à l’image de celle que nous avons rencontré… mais surtout créative ! Après des études d’architecture d’intérieur à Paris, Eléonore devient maman de jeux jolis bambins… et pose ses valises en famille à Dubai. Elle travaille alors pendant 3 ans pour un cabinet d’architectes, où elle affirmera son goût prononcé pour les rendus élégants et raffinés sans oublier sa touche personnelle colorée.
 
Sa boite à outils bien remplie, Eléonore se lance et crée son propre studio graphique baptisé Alouane. Elle se tourne alors vers une activité de graphiste, où elle prend plaisir à créer des supports de communication personnalisés répondant à tout type de besoin. « Mais pourquoi s’être lancée à Dubai ? » lui demande t’on : « Parce que j’aime le melting pot d ici, le mélange des cultures et des goûts : c’est une vraie source d’inspiration ! »
 
Une communication pour chaque occasion !
 
Eléonore propose ses services auprès des particuliers pour la création de faire-part de naissances, d’invitations pour des mariages ou tout autre type d’événement : crémaillère, anniversaire, baby shower etc. Elle peut également prendre en charge la communication visuelle d’entreprises, lors d’évènements corporatifs ou de missions spécifiques. 
Un seul mot d’ordre : la personnalisation. 


 
Quand nous lui demandons ce qu’elle préfère dans son travail, elle nous répond sans hésitation : « c’est prendre part à un projet unique, pour offrir une création unique, qui colle parfaitement aux attentes de mes clients ! » De quoi laisser libre court à ses envies, en toute confiance. L’ensemble des visuels peut être déclinés sur tous types de supports (menus, affiches, flyers etc.)  



 
Flexible et réactive, Eléonore prend le temps de rencontrer ses clients, d’échanger et de cerner leur besoin afin de trouver ensemble le juste rendu, tant en termes de graphisme et d’impression, que de budget.  Alors, pourquoi s’en priver ?
 
Où contacter le studio de création Alouane ?
 
Rendez-vous dans notre Bottin des Adresses Francophones, sur sa fiche contact BAF
 
Découvrez l’univers d’ALOUANE sur :
 - son site web
-  ses réseaux sociaux : Facebook et Instagram.
 


N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter pour recevoir toute nos actus !
 
        Petites annonces
 
 
 
 
Première boite ? Oui… et j’espère pas la dernière ! 

 
A Dubai depuis quand ? Arrivée en 2007 et depuis mariée, 2 enfants et ma société… on ne s’ennuie pas à Dubai !
 

Votre « business » en deux lignes…
Caramel & Sun est spécialisé aux Emirats dans le mobilier et accessoires design et contemporains pour enfants, nous offrons aux parents l’opportunité de créer un univers unique pour les petits et ados ! 
Aujourd’hui, c’est un concept store miniature, cosy, joyeux et chaleureux au 1er étage du Mercato Shopping mall et depuis cet été, c’est aussi un e-shop accueillant et facile de navigation. Ce site nous permet de répondre en un clin d’œil aux demandes de notre clientèle grandissante des Emirats ; ainsi qu’aux professionnels, architectes d’intérieurs ou décorateurs qui y trouvent, les ambiances, meubles et objets adaptés à leurs projets.
Enfin pour ceux qui ne le savent pas, Caramel and Sun trading LLC est aussi une plateforme de distribution sur le Golfe pour nos trois marques « chouchouttes » : Omy Studio, play and Go et playon Crayon… ooooups on est à plus de 2 lignes !
 
L’entreprenariat : un rêve de toujours ? 
Mon père était chef d’entreprise, il a fini sa carrière en montant sa propre boite. Je pense qu’inconsciemment cela a beaucoup joué, il était mon modèle ! Petite, je confectionnais des bouquets avec les fleurs de la résidence et les vendais au voisinage… quand maman a appris cela, elle est allée rembourser tout le monde et s’excuser auprès du gardien !
 
Le déclic qui vous a fait sauter le pas ? 
Mes enfants, Stella et Romy et peut être aussi une accumulation d’heures de travail derrière mon ordinateur dans une des free zones de Dubai ! J’y ai énormément appris, cela a structuré mon esprit d’analyse et agrandi mon réseau mais malheureusement dans le milieu corporate la reconnaissance est assez maigre. 
Pourquoi Dubai pour entreprendre ?
Depuis l’arrivée de nos filles, Dubai est maintenant notre maison. Nous sommes une famille internationale, mon mari ayant grandi à Athènes et moi à Paris, Dubai nous offre un cadre idéal pour éduquer nos enfants. C’est aussi un lieu dynamique où il y a encore tout à faire et sans grande complexité !
Entreprendre à Dubai : quels challenges/facilités  ?
Je dirais la loi qui change souvent et sans que nous le sachions nécessairement. J’ai néanmoins la chance d’avoir dans mon équipe deux experts de l’entreprenariat ainsi qu’un sponsor local très à l’écoute. Ma position de femme ne m’a jamais empêchée d’avancer. Parler arabe serait bien sûr un plus !
 

Votre source de motivation chaque jour ?
Le terme de motivation est pour moi assez négatif or il n’y a pas un jour où je ne suis pas excitée d’aller au travail. Nos bureaux sont super agréables dans le cœur d’Al Quoz au sein d’une pépinière d’entreprises et j’adore passer du temps à la boutique à Mercato mall. 
Evidemment les jours où je suis épuisée, je me dis que j’ai une chance inouïe de pouvoir être libre de mes actions et horaires !
Qu’est-ce qui vous manque à Dubai ?
Oh lalala… cela va paraitre un peu paradoxal avec tout ce que je viens de dire mais c’est vrai que beaucoup de choses me manquent à Dubai et je pense qu’elles sont communes à beaucoup d’entre nous. Je dirai donc la vie citadine, les rues piétonnes, les magasins indépendants, les saisons, les terrasses, les expos… mais heureusement petit à petit j’ai le sentiment que Dubai se dirige dans cette direction en créant des endroits vivant comme City Walk, Al Serkal Avenue, The Beach, et toutes ces chouettes villas indépendantes sur Beach road.
2 conseils à donner aux futurs entrepreneurs ?
Cela fait tout juste deux ans que je suis dans l’entreprenariat donc je n’ai que très peu de recul néanmoins j’ai appris deux choses :
- La première est que rien n’est impossible et que l’argent ne doit pas être un frein. 
- La seconde est que pour être perçu comme professionnel et crédible, il est bien à Dubaï de faire les choses dans les règles et d’avoir une vraie structure. Nous voyons beaucoup autour de nous de business qui fleurissent et qui finalement disparaissent aussi vite par manque de structure et professionnalisme ! Il n’y a certes pas de taxes à Dubaï mais ce n’est pas pour autant qu’il faille contourner les règles !
 
Et 2 bonnes adresses ?
Pour ce qui est des adresses, j’aimerai citer ce nouveau concept store à City Walk – The Den – qui vaut vraiment le détour ainsi que ma cantine du moment à JLT – Mythos – et oui mon mari est grec et leur Moussaka est complètement dingue !
 
Comment concilier vie de maman et d’entrepreneur ?
Je pense qu’on ne va pas se mentir et reconnaitre la chance que nous avons d’avoir l’aide fantastique de nos « nannies » à Dubai ! 
Néanmoins j’emmène souvent mes filles au magasin ou sur les évènements que je fais.  
Avec ma partenaire de travail nous nous posons chaque début de semaine et partageons nos calendriers pour une meilleure organisation !
 

Des projets futurs ?
Oh oui !!!!!!

 

PETIT PORTRAIT INDISCRET 


 
Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? Oiseau de nuit, je ne suis bonne à rien le matin… peut-être pour ça aussi que je ne travaille plus dans le corporate !!!!!
Plutôt café-croissant ou ptit-dej healthy ? Je ne vais pas être très en accord avec la tendance foodiste du moment mais je dois avouer qu’ayant été élevée à la crème et au beurre salé, je suis café-croissant assurément !
Plutôt sport extrême ou méditation ? Sport extrême… juste parce que je suis incapable de ne pas penser plus de 5 minutes !

Plutôt robe-sandales ou tailleur-talons ? Tailleurs talons avant, robe sandales maintenant ! et quelle libération !

Plutôt week-end cocooning ou fiesta ? Ni l’un, ni l’autre puisque je travaille le weekend !
Plutôt cigale ou fourmi ? Cigale j’en ai bien peur !


 
LE MOT DE LA FIN  
Stay tuned !
 
 
Contacter Olivia et en savoir plus sur son business : www.caramelandsun.com
 
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter pour recevoir toute nos actus !
 
        Petites annonces
 
 
  1. Les + lus
  2. Les + récents