Sensibiliser et éduquer dès le plus jeune âge afin de construire un monde meilleur.
 
Le développement durable est défini comme « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ». C’est en ce sens que les membres des Nations Unies se sont fixés 17 objectifs à atteindre d’ici 2030. 
Mais pour y répondre, cela nécessite une prise de conscience du grand public et un changement significatif de nos comportements que cela soit dans notre façon de consommer, de produire ou encore de vivre ensemble, et cela dès le plus jeune âge.
 
Afin de préparer nos enfants à répondre au mieux à ces nouveaux enjeux, la Swiss International Scientific School in Dubai (SISD) a placé au cœur de sa politique toutes les problématiques de développement durable : depuis sa construction aux normes Minergie (qui visent à diminuer la consommation d’énergie de ses bâtiments) au recrutement du personnel et aujourd’hui via les initiatives menées au quotidien : arrêt de l’utilisation du plastique, installation de jardins éducatifs biologiques, programmes d’économie d’eau, journées de sensibilisation…
Pour s’aider dans cette tâche titanesque, la SISD a recruté une Sustainability Coordinator, Jackie Schemenauer, qui joue un rôle central au sein de l’établissement.
 
Quel est le rôle du Sustainable coordinator au sein de l’école ?
La démarche de durabilité fait partie intégrante des quatre valeurs de l'école : Bilingual, Excellence, Sustainability, Together. Le rôle de Jackie Schemenauer est donc primordial car elle intervient à tous les niveaux. 
 
En premier lieu, sa mission est de travailler en étroite collaboration avec l’ensemble du corps enseignant afin de les aider à adapter les différentes thématiques abordées au programme de chaque classe. « Quelle que soit l’activité à laquelle nous participons, nous faisons toujours en sorte de réduire au maximum notre impact environnemental, en limitant par exemple la production du nombre de posters ou d’affiches ». Bien entendu cette démarche n’est pas exclusivement réservée aux élèves, l’ensemble du personnel s’applique à réduire au quotidien sa consommation de papier et d’électricité.
« Il faut savoir rompre avec quelques idées reçues comme avec le recyclage qui doit être considéré comme une solution de dernier recours plutôt qu’une fin en soi. » commente Jackie Schemenauer.
 
C’est dans ce même objectif que l’école a fait le choix d’être partenaire de la fondation Ellen MacArthur qui vise à prôner les bénéfices de l’économie circulaire. L’école éduque ainsi les élèves (dès le Grade 4) à comprendre la différence entre économie linéaire (extraire, fabriquer, jeter) et l’économie circulaire qui va permettre de limiter fortement la consommation et le gaspillage des matières premières et des sources d’énergie non-renouvelables.
Enfin, l’établissement est également membre du programme Eco-Schools mis en place par la FEE (Foundation for Environmental Education). Ce programme permet aux élèves volontaires de travailler sur une série de thèmes prioritaires comme l’alimentation durable, la réduction des déchets ou encore la biodiversité… 
 
 
Un apprentissage innovant et participatif autour de l’écologie
Dans le cadre du cursus IB, les élèves suivent en fonction de leur âge un apprentissage holistique et personnalisé tout au long de leur scolarité autour de différentes problématiques environnementales, sociétales et économiques. « Il s’agit avant tout de sensibiliser dès le plus jeune âge aux enjeux environnementaux en leur faisant aimer la nature. En effet, nous avons tous tendance à protéger ce que nous aimons et à aimer ce que nous connaissons » nous explique Jackie Schemenauer. 
Pour les plus petits, l’objectif est de leur faire prendre conscience du lien avec la nature grâce à la mise en place d’ateliers pratiques. Les élèves se rendent régulièrement dans les jardins éducatifs biologiques de l’école afin de les observer ou d’étudier certaines espèces de légumes en classe.  
 
A partir du Grade 5, les élèves vont être impliqués de manière plus active à travers des ateliers de réflexion ou en menant eux-mêmes des initiatives que cela soit autour de l’amélioration des jardins éducatifs ou sur la réduction de l’utilisation du plastique. 
« Nous attachons une grande importance à toujours faire le lien entre sensibilisation et action concrète. Par exemple, un groupe de réflexion d’élèves, en Grade 7, a mené une étude sur la consommation d’eau dans les toilettes quand on se lavait les mains. Ils se sont rendus compte que la durée et la quantité d’eau utilisée étaient beaucoup trop importantes. Ils ont été voir la direction et une action corrective sur la durée d’écoulement des robinets a été menée ». Les problématiques de changement climatique sont, quant à elles, abordées plus tard dans la scolarité.
 
Pour finir, les enfants sont également encouragés à analyser et mesurer les différentes conséquences sur l’environnement liées à la production d’un produit (consommation d’eau, utilisation d’engrais, empreinte carbone liée au transport, etc.). « C’est par ce biais que des élèves ont analysé l’impact environnemental entre une tomate cultivée localement et une tomate bio importée de France. C’est en encourageant ce type de raisonnement dès le plus jeune âge que nous pourrons effectivement contribuer à changer les choses » nous explique Jackie Schenemauer.
 
 
Un campus respectueux de l’environnement
Les élèves de la SISD évoluent sur un campus entièrement conçu dans une démarche environnementale afin de limiter au maximum sa consommation énergétique. Concrètement, le bâtiment est doté d’un éclairage basse consommation et est renforcé dans chaque classe par deux fenêtres à double vitrage situées de part et d’autre de la pièce afin de fournir un éclairage le plus naturel possible. D’autre part, les entrées et sorties de l’établissement disposent d’un système de sas à double porte afin de limiter au maximum la déperdition de l’air conditionné.
 
Au-delà de ces aspects techniques, la SISD travaille au quotidien dans une logique de réduction des déchets notamment. En effet, l’école ne propose plus de bouteille d’eau en plastique et incite les élèves à utiliser les différentes fontaines d’eau à leur disposition. 
La cantine applique le « Waste Free Lunches » afin de limiter au maximum les emballages alimentaires. Il en va de même pour tous les événements au sein de l’établissement où un effort sur la réduction des déchets est demandé que cela soit par l’utilisation de produits réutilisables (assiettes, verres…) ou à défaut compostables qui seront ensuite utilisés comme engrais pour les jardins éducatifs.
Grâce à toutes ces mesures, l’école a obtenu le DEWA Conservation Award en mai 2018.
 
Pour résumer, la SISD s’attache à sensibiliser et à éduquer les générations futures aux problématiques environnementales autour des 17 objectifs de développement durable établis par les membres des Nations Unies comme l’accès à l’eau potable, la conservation et l’exploitation de manière durable des océans et des mers ou encore la production et la consommation responsable.
 
Pour en savoir plus sur les initiatives menées par la SISD :
ou en envoyant un mail à Jackie Schemenauer :
 
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus et suivez-nous sur Instagram ou Facebook !
 
  
  1. Les + lus
  2. Les + récents