Vous vous faites doucement à l’idée… votre petit poussin deviendra grand ! Et la question de le mettre à la crèche ; que ce soit pour sociabiliser lors d’activités parascolaires, à l’occasion d’un camp d’été, ou comme mode de garde privilégié tout au long de l’année ; vient se poser. S’en suivent, toutes les interrogations sur le choix d’un établissement bilingue, l’aspect logistique et l’expérience du personnel encadrant. Nous avons rencontré Racha Arafeh, directrice de la crèche et maternelle bilingue Le Petit Poucet. Celle-ci répond a répondu à nos questions.

 
1. Depuis quand la crèche Le Petit Poucet existe-t-elle ? Comment est né le projet d’une crèche bilingue français-anglais à Dubai ?

La crèche et maternelle Le Petit Poucet a été fondée en 2014. Concernant le projet : afin de répondre à un besoin croissant, nous avons souhaité fournir aux enfants de 6 mois à 6 ans un véritable enseignement bilingue et créer une structure où ils pourraient évoluer en toute sécurité. Grâce à notre programme bilingue, nous voulions préparer progressivement les élèves aux meilleures écoles et permettre aux parents d’élargir le champ des possibilités pour leurs enfants.
 
2. Quels sont les avantages de ce bilinguisme et comment est-il géré au quotidien dans la crèche ?

Suite à plusieurs années de recherche sur l’enseignement bilingue, nous nous sommes aperçus que le fait d’apprendre deux langues très tôt offrait de nombreux avantages pour l’enfant : facilités d’adaptation, amélioration de la créativité, meilleure concentration, ouverture d’esprit, etc.
Au Petit Poucet, nous nous assurons que nos maitresses soient " native-speaker " et qualifiées afin de garantir un enseignement unique, suivant le programme national français et britannique (EYFS). Toutes nos classes sont bilingues. Le français et l’anglais y sont enseignés progressivement dans l’optique de parler, lire et s’amuser, sans hiérarchisation des langues. 
 
3. Quelles sont les questions/interrogations/préoccupations les plus courantes des parents qui visitent la crèche pour y inscrire leurs enfants ?

Les questions les plus courantes concernent : les mesures mises en place pour l’intégration des nouveaux élèves, les avantages du bilinguisme, la provenance de nos maitresses, les affiliations avec les écoles de Dubai, les services de repas et de transport et les activités extra-scolaires. Les parents souhaitent également savoir si notre crèche et maternelle sont homologuées. 
 
Nous faisons en sorte de répondre à toutes ces questions par des solutions adaptées afin de faciliter le quotidien des parents et des enfants. Une période d’adaptation est mise en place pour tous les nouveaux élèves, durant laquelle les maitresses sont en relation étroite avec les parents, pour le bien-être des enfants. Des services de bus et de repas sont à la disposition des élèves pendant l’année scolaire ainsi que les camps de vacances. Afin de compléter notre enseignement, des activités extra-scolaires ont lieu tous les jours. Notre établissement est homologué par le MoE et le KHDA pour les classes de moyenne et grande section (KG1 et KG2).
 
4. Les camps de vacances sont de plus en plus populaires, comment expliquez-vous cela et qu’est-il prévu pour les grandes vacances d’été au Petit Poucet ?


De plus en plus de parents nous confient leurs enfants pendant les vacances scolaires. Suite à cette demande croissante, et dans le cadre de notre engagement pour offrir des activités pédagogiques tout au long de l’année ; nous proposons des camps de vacance bilingues, ludiques et variés, ainsi que des sorties. Nos camps sont animés par des maitresses et des animatrices expérimentées où nous accueillons tous les enfants, qu’ils soient élèves du Petit Poucet ou non. Nous avons mis en place des tarifs préférentiels pour certaines entreprises. Pendant les camps, les services de bus et de repas restent une option pour les enfants.
 
5. Pourquoi avez-vous ouvert des classes de KG1/KG2 ces dernières années ?
 
L’entrée à la maternelle est une étape clef dans la vie d’un enfant : afin de répondre à une forte demande, nous avons donc ouvert les classes de KG1/KG2 (MS/GS) il y a trois ans. Les parents de nos élèves souhaitaient que leurs enfants continuent à bénéficier d’un programme amusant, bilingue et personnalisé jusqu’à l’âge de 6 ans. Pour un meilleur suivi des progrès de chaque enfant, nous avons choisi de limiter le nombre d’élèves par classe. L’aspect « petite structure », quasi familiale, a très vite séduit de nombreux autres parents.
 
6. Quelles sont les nouveautés de la rentrée à venir ? Les inscriptions sont-elles déjà ouvertes ? Quel est le meilleur moment pour inscrire ses enfants ?
 
Nous annoncerons sous peu de nouveaux partenariats avec des écoles diverses. Ces dernières garantiront des places à nos élèves en C.P, Year 2 ou Grade 1. Inscrire un enfant dans une école à Dubai est parfois une tâche ardue. Afin d’éviter aux parents que leur enfant soit placé en liste d’attente ou refusé, faute de places disponibles, nous avons décidé d’amener les écoles aux portes du Petit Poucet. La seconde nouveauté sera l’ouverture de nos cours particuliers de français. Ces cours accueilleront les élèves du Petit Poucet ainsi que des enfants non inscrits dans notre crèche.
  
Compte tenu des places limitées, nous avons, cette année, ouvert les inscriptions plus tôt que prévu. Cependant, certaines classes ont déjà presque atteint leur plafond. Nous encourageons les parents qui souhaitent inscrire leur enfant au Petit Poucet à venir nous rencontrer au plus vite.

Racha - LPP

Pour plus d'infos, rdv sur notre fiche BAF LE PETIT POUCET !
Pour toute demande (inscriptions) contactez directement le +971 4 321 9399 ou 

N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 

  Petites annonces
 
Parents, vous vous posez beaucoup de questions sur l’apprentissage de la (et des) langue(s) chez vos enfants : Comment élever mon enfant dans un milieu bilingue, voire plurilingue ? Va-t-il s’en sortir avec toutes ces langues différentes qu’il entend ? D’ailleurs, il mélange déjà les mots des différentes langues, et les structures de phrases ! Quelle langue dois-je lui parler ? Comment l’aider ? Nous avons demandé conseil à une professionnelle, Hélène Malik, orthophoniste à Dubai. Spécialiste des problématiques liées à l’apprentissage de plusieurs langues, elle nous oriente sur les bonnes pratiques à adopter.
 
Monolinguisme Vs bilinguisme ?
 
Avant toutes choses, il est important de préciser que l’on a tendance à considérer le bilinguisme comme une exception. Mais en fait, ce n’en est pas une, c’est le monolinguisme qui l’est ! Quand on considère qu’il existe environ 6800 langues dans le monde, et seulement 200 pays, on arrive vite à la même conclusion que plusieurs études scientifiques sur le sujet :  plus de la moitié de la population mondiale est bilingue voire plurilingue. Vous qui vivez à Dubai avez dû vous en rendre compte : toutes ces personnes que vous rencontrez qui maîtrisent parfaitement l’anglais, leur langue maternelle et encore une autre langue sont nombreuses… Comme quoi, le cerveau humain est vraiment magique et nous permet de faire des choses incroyables. 
Nous avons dressé une liste de questions fréquemment posées par les parents, Hélène y répond.
 
Est-ce que si les deux parents parlent en deux langues différentes à leur bébé, cela va retarder l’apparition de son langage ?
 
Non. Aucune étude ne montre qu’un retard de langage est induit par un bilinguisme. Zéro. Ne comparez pas le développement du langage de votre jeune enfant bilingue à celui d’un enfant monolingue : un enfant monolingue pourra par exemple avoir un stock de 500 mots dans sa langue pendant que l’enfant bilingue aura lui aussi un stock de 500 mots, mais réparti dans les deux langues.


Eh oui, l’enfant bilingue ne va pas entrer dans chacune des langues suivant le même rythme : il connaîtra un mot dans la langue A, mais pas la langue B ; il maîtrisera plus facilement les structures de phrases de la langue B que celles de la langue A, etc. Et puis, il va mélanger les deux langues. Ce qui est normal ! C’est une stratégie que l’enfant utilise pour combler un vide.
Tout enfant, puisqu’il est en cours d’apprentissage, a des manques à combler sur le plan linguistique ; et chacun va avoir des stratégies différentes pour le faire. Un enfant monolingue utilisera plutôt des mots comme « truc » ou « euh ». 

Un enfant bilingue va utiliser son autre langue pour combler les trous. Au fur et à mesure de son développement l’enfant aura autant de vocabulaire dans une langue que dans l’autre et n’aura plus de raison de mélanger les deux au sein d’une même phrase.
 
A quel moment commencer à introduire la nouvelle langue ?
 
Commencez le plus tôt possible. Le cerveau du jeune enfant est prodigieux, il est encore en pleine formation. Plus on est jeune, plus on est capable d’entendre les différents sons des différentes langues (typiquement, pour un Français non arabophone, entendre les différents « h » ou « r » en arabe sont pour nous quasi impossible ; il n’en est rien pour le bébé ou le jeune enfant) – et donc plus il sera facile de les comprendre et les reproduire. Ainsi, plus vous commencerez tôt à utiliser une langue, plus il sera facile pour votre enfant de la maîtriser. Et sachez qu’il n’est jamais trop tard ! 
 
Quelles attitudes favoriser pour un bon apprentissage des différentes langues chez l’enfant ?
 
Le conseil qui fut prodigué il y a quelques années de « Un parent – une langue » est tout à fait obsolète. A l’époque, l’état des recherches était moins avancé qu’aujourd’hui et on pensait que l’enfant aller confondre les langues, qu’entendre plusieurs langues différentes se mélanger serait pour lui un chaos linguistique. Les nouvelles études montrent qu’il n’en est rien ! L’enfant distingue les différentes langues, et ce dès la naissance, même si un même parent parle deux langues différentes.

Aujourd’hui, la stratégie la plus recommandée consiste à trouver des moments où l’on va parler une langue, puis un autre moment où on va parler l’autre langue, sans tout mélanger à tout moment. Le principe, c’est de parler chaque langue dans chaque situation possible, pour donner à l’enfant le plus de vocabulaire possible. C’est une nouvelle habitude à prendre. 


Par exemple, au moment du repas, on choisit de parler français, ce qui va lui donner le nom des aliments, mais aussi les actions que l’on fait à ce moment (couper, se servir, finir, ne pas gâcher, etc) dans cette langue. Puis, pour le moment du bain et de l’habillage, en anglais, pour avoir le nom des parties du corps et les vêtements en anglais ; de même que les actions (frotter, rincer, mouiller, sécher…). Et un autre jour, on inverse. On fera de même pour les discussions : on peut décider de parler le matin en français et de discuter le soir en rentrant de l’école en anglais ; et inversement le lendemain (on peut aussi, si on préfère, varier d’une semaine sur l’autre plutôt que d’un jour sur l’autre).
 
Quelques exemples : 
- Pendant le repas : nommer les couverts et les objets utilisés, ce que mange l’enfant, et décrire les actions : « Je prends la fourchette, le couteau et… hop ! Je coupe la pomme de terre ! » ou encore « Oh, tu plonges ta cuillère dans le yaourt ! »
- Pendant le bain : nommer les différentes parties du corps que vous lavez : « Oh regarde, je lave ton bras ! Avec ton bras tu peux… lancer une balle ! » ou encore « Je lave ton nez ! Avec le nez, on peut sentir toutes les odeurs. Tu sens l’odeur d’abricot du savon ? »
 
Au plus on diversifie les situations dans lesquelles on parle une langue ou une autre, au plus on diversifie le vocabulaire que l’on va utiliser. Et surtout, on ne restreint pas une langue à un seul usage. Je pense par exemple à certains parents qui parlent principalement une langue A mais qui, sous le coup de l’émotion (colère, lors des remontrances quand l’enfant fait une bêtise) vont spontanément utiliser une autre langue B. Le problème, dans cette situation, c’est que l’enfant va associer cette langue B à quelque chose de négatif, d’anxiogène, ce qui ne va pas du tout lui donner envie d’apprendre et d’utiliser cette langue. En fait, il faut que la langue, quelle qu’elle soit, soit perçue comme un tout, et non pas comme étant dépendante du contexte. 
 
Est-ce que faire des jeux pédagogiques sur la tablette ou regarder des dessins animés dans les deux langues aidera mon enfant développer sa maîtrise des deux langues ?
 
Non. Je sais que les efforts déployés par le marketing vous font penser que c’est une bonne idée, mais c’est faux. Une langue est avant tout un moyen de communication – et il faut être deux pour communiquer. Alors, pour apprendre une langue, il faut être en interaction d’humain à humain. Il faut entendre les phrases en contexte, pouvoir montrer que l’on n’a pas compris pour que l’autre se réajuste, il faut que l’enfant puisse tenter de reproduire les mots et que le parent le félicite ou le corrige… Il faut interagir !
Si je vous mets 3 mois face à des films en mandarin, vous n’apprendrez pas le mandarin. Il en est de même avec votre enfant. Sans rentrer dans le débat de la consommation d’écran chez le jeune enfant qui n’est pas le sujet de cet article, s’il vous plaît, éloignez au maximum vos enfants des écrans (pour recommandations : tolérance 0 avant 3 ans ; pas de jeux virtuels avant 6 ans ; maximum 7h/semaine d’écran jusque 9 ans).
 
Alors, quels supports utiliser pour m’aider, en tant que parent, pour l’apprentissage des langues ?
 
Votre outil principal, c’est vous-même : éveillez sa curiosité en lui montrant tout ce qui vous entoure, en écoutant les différents bruits, en nommant les odeurs, en voyant chaque moment comme une opportunité de discuter (raconter sa journée, raconter de quoi on a rêvé, ce qu’on va faire ce week-end etc.) 
Par ailleurs, les chansons, les comptines et les histoires (livres) sont des outils formidables, tant sur la richesse du vocabulaire, les structures syntaxiques, le soutien apportés par le rythme et les gestes associés. Ces différents outils renforcent également la mémorisation et la compréhension. Utilisez-les dans chacune des langues parlées à la maison, et vous mettrez toutes les chances du côté de votre enfant pour qu’il développe un beau bilinguisme !
 
La mélodie des chansons et des comptines permet à l’enfant de mieux percevoir les différents sons, les différentes intonations et les règles de grammaire. La perception du langage est facilitée car les zones traitant le langage et la musique sont similaires. Le chant permet de voir plus facilement le découpage des mots et des phrases grâce à la mélodie et cela facilite donc l’apprentissage d’une nouvelle langue ou de nouveaux mots. Les comptines permettent également de découvrir de nouvelles formes de conjugaison, de nouveaux verbes, qu’on n’utiliserait pas spontanément dans des discussions de la vie quotidienne.
Tout ceci permet aux enfants d’améliorer leur lexique : le côté ludique de la musique permet aux enfants de répéter plusieurs fois le nouveau vocabulaire et donc de le mémoriser plus rapidement. La structure des comptines permet de mieux travailler la prononciation des enfants notamment grâce à l’agencement des mots dans la phrase. Les sons prononcés se répètent plus souvent que dans la réalité, ce qui aide beaucoup !

Le livre partage des avantages avec la comptine (nouveau vocabulaire, nouvelles structures de phrases), mais il devient aussi un support de discussion : « A ton avis, il va se passer quoi après ? » ; « Olalalala… tu as vu ce qu’il s’est passé ?? ça t’est déjà arrivé à toi ? » ; « Et toi, à sa place, tu ferais quoi ? ». Par ailleurs, cela le familiarise avec la forme écrite des mots, et facilitera ses capacités de lecture et d’écriture. C’est du tout-en-un ! 
 



Hélène Malik, orthophoniste (français/anglais)
CAMALI clinic
Dubai Healthcare City
Ibn Sina Building 27, Block A, 1st Floor
Tel :  +971 4 276 6064
www.camaliclinic.com

 

 

N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
  Petites annonces

 
On vous en parlait déjà en janvier dernier (cf notre article Ouverture d’une nouvelle école à Dubai ), suite à quelques ajustements, nous faisons aujourd’hui le point sur la concrétisation de ce projet éducatif novateur. La construction bien avancée, l’école prendra ses quartiers à Al Quoz au début de l’été, pour une ouverture en septembre 2017 pouvant accueillir à terme 1500 élèves francophones.
 
Les infrastructures : le projet avance t-il dans les temps ?
 
OUI. Bonne nouvelle ! Après quelques aléas logistiques, la fin des travaux est établie pour juin 2017 et les délais sont en bonne voie pour être respectés.
Des visites de chantier (pour les parents des futurs élèves et toute personne désirant visiter le bâtiment) sont également prévues au mois d’avril : de quoi se faire une idée concrète du futur environnement scolaire de vos enfants !
De plus, des portes ouvertes seront bien évidemment mises en place dès la fin du chantier. L’occasion de rencontrer l’ensemble de l’équipe éducative et d’avoir les réponses à toutes les questions que vous pourriez vous poser.
 
Côté pratique : comment vos enfants vont-ils être pris en charge ?
 
- Dès leur plus jeune âge : avec une possibilité d’inscrire votre enfant dès l’année de ses trois ans. Dans un premier temps, les classes seront ouvertes de la maternelle au CM1. Des partenariats avec certaines crèches sont en cours pour favoriser l’intégration des petits en maternelle au sein de l’école.
 
- Dès 7h15 du matin : afin de donner aux parents une plus grande souplesse. Un système de bus scolaires sera également mis en place. Un petit déjeuner pourra être proposé, ainsi qu’un service de livraison de lunch box pour le déjeuner. Les cours démarreront à 8h et finiront à 14h (du dimanche au mercredi) et 12h25 le jeudi. 
L’avantage : être flexible au niveau des horaires et permettre à chacun de s’organiser au mieux et sans stress.
 
- Des petits effectifs dans une architecture adaptée : les classes n’excèderont pas 26 élèves et il n’y aura que 4 classes par niveau. Chaque niveau intègrera un module de 4 classes avec toilettes et salle polyvalente dédiées.
L’avantage : bénéficier d’un environnement d’apprentissage optimal dans une atmosphère propice à l’épanouissement de chaque enfant.
 
- En français, en anglais et en arabe : le cursus suivra celui de l’Éducation Nationale française. Toutes les classes dès la petite section bénéficieront de 3h d’anglais hebdomadaires. Des activités extra-scolaires seront également dispensées en anglais. A partir de la moyenne section s’y ajouteront 2h d’arabe.
 
Quelles sont les lignes directrices du projet ?
 
La communication au centre du trio enfant-parent-professeur
 
- Flexibilité + adaptabilité 
La communication est aujourd’hui facilitée grâce à la mise en place d’un système totalement en ligne facile et pratique d’utilisation. Par exemple lors de l’inscription, une confirmation immédiate vous est envoyée par mail ; vous pouvez également prendre rendez-vous selon vos disponibilités directement via la plateforme.
Chaque famille est ensuite (ou préalablement, à sa demande) reçue par l’équipe de direction afin d’apprendre à se connaître pour orienter au mieux le cursus de votre enfant.
Les entretiens se font par Skype si la famille réside en-dehors des Emirats-Arabes-Unis.
 
- Une équipe dédiée et accessible
Chaque professeur sera formé, en tenant compte de son parcours initial, au projet éducatif de l’école pouvant se résumer aux valeurs suivantes : autonomie, citoyenneté, épanouissement par la culture et le sport, communication.
L’accompagnement et le travail coopératif seront placés au cœur de la pédagogie pour un objectif commun : optimiser les apprentissages et le développement de chaque enfant.
Chaque membre de la communauté éducative sera représenté, y compris les élèves avec les délégués de classe.
 
Des initiatives sportives et culturelles 
L’ouverture d’une bibliothèque/centre de documentation, d’un auditorium, d’une piscine, d’un terrain de foot, d’un terrain multisports, d’une salle de motricité et d’un gymnase, permettront à tous de profiter d’un cadre idéal pour se cultiver et se dépenser.
Le sport occupera une place prépondérante puisque 3 séances d’EPS (Education Physique et Sportive) seront dispensées dès le CP conformément aux programmes de l’Education Nationale.
 
Une pédagogie positive
L’équilibre entre les différentes méthodes d’apprentissage sera rigoureusement appliqué. L’insertion progressive du numérique dans les méthodes d’apprentissage est le fruit d’une vraie réflexion autour d’une équipe formée aux technologies.
L’équipe enseignante se veut impliquée dans le parcours de votre enfant sans être intrusive. Le but étant de privilégier une relation coopérative où chacun saura trouver sa place, tout au long de sa scolarité.
 
Pour s’inscrire, rdv dans la rubrique INSCRIPTION !
Suivez toute l'actualité du LFJM sur leur page Facebook.
Pour plus de renseignements, contactez le 056 3388 223 ou
 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
 
       Petites annonces
 
 
À l’heure où il est possible de se rendre aux quatre coins du monde en une journée, que l’information se propage partout et dans toutes les langues, dans un système international et globalisé : le bilinguisme devient un enjeu stratégique pour nos enfants !
Notamment dans une ville comme Dubai, où les populations et les cultures s’entremêlent avec l’anglais comme langue de communication numéro 1.
 
La Swiss International Scientific School in Dubai (SISD), dont les infrastructures ne cessent de se développer, propose un enseignement bilingue (français/anglais ou allemand/anglais), basé sur des valeurs de tolérance et de partage, dans lequel chaque enfant et adolescent est pris en considération et peut progresser à son rythme. (Lire notre article La toute première école bilingue internationale privée de Dubai à proposer le système éducatif suisse)

Christine jacob
 
 
Nous avons rencontré Christine Jacob, responsable du pôle langues de SISD, dont le leitmotiv n’est autre que : “L’éducation donne le désir de s’instruire. C’est une assurance pour la vie et un passeport pour l’éternité”…
Elle nous en dit plus sur la pédagogie de l’école, ses réussites et ses voies de développement après une année d’existence :



Comment fonctionne votre système scolaire bilingue ?


Nous définissons le bilinguisme comme l’usage régulier d’une ou plusieurs langues différentes au quotidien. Une personne bilingue est donc capable de communiquer, penser et réfléchir dans au moins deux langues différentes, même si l’une de ces langues reste prédominante. Dans nos sections bilingues, nous pratiquons l’apprentissage de la langue par immersion. Ceci signifie que nos élèves sont « plongés » dans la langue qu’ils apprennent. L’acquisition d’une langue additionnelle est donc similaire à celle de la langue maternelle. Ils apprennent la nouvelle langue à leur niveau, dans un environnement authentique.
 
En petite (Pre-KG), ainsi qu’en moyenne (KG1) et grande section (KG2) de maternelle, la langue d’enseignement est l’anglais, mais la présence d’une assistante francophone ou germanophone permet aux enfants d’être exposés à une autre langue tout au long de la journée. 

 
En KG1, les enfants ont une leçon de français ou d’allemand par jour, dispensée par une enseignante francophone ou germanophone. Les enfants qui parlent déjà le français ou l’allemand sont encouragés à enrichir leur vocabulaire et à améliorer leur expression orale dans des situations variées ; les enfants débutants acquièrent les outils linguistiques nécessaires à la communication orale ainsi qu’un vocabulaire de base. Aux antipodes de l’enseignement traditionnel de la langue, les leçons sont construites autour de jeux, d’activités et de chansons favorisant une acquisition de la langue dans un contexte de communication du quotidien.
 
En KG2, une enseignante anglophone et une enseignante francophone ou germanophone sont conjointement responsables de la classe. Alors que pendant une semaine les cours du matin sont donnés en anglais et ceux de l’après-midi en français ou en allemand, la semaine suivante, c’est l’inverse. Les deux enseignantes étant toujours présentes ensemble dans la classe, elles ont également la possibilité d’apporter un soutien spécifique aux élèves moins avancés.

 
Les cinq premières années de primaire permettent d’approfondir l’immersion : les élèves ont classe en anglais pendant une semaine, en français ou en allemand la semaine suivante, et ainsi de suite. Les deux enseignants collaborent efficacement de manière à éviter les répétitions, et échangent régulièrement des informations sur le niveau des élèves. Ainsi, par exemple, si un enfant n’a pas saisi les nuances d’un exercice de mathématiques expliqué en anglais, il aura droit à une remise à niveau par l’enseignant francophone ou germanophone en début de semaine suivante.

À partir de la 6ème le système change et les langues sont distribuées en fonction des matières : certaines d’entre elles sont enseignées en anglais, les autres en français ou en allemand. 

 
Précisons enfin que l’arabe, langue nationale des Emirats Arabe Unis, occupe une place importante dans notre curriculum : les enfants y sont sensibilisés dès la petite section (cette année,dès la 2e année de maternelle), et suivent des cours d’arabe langue maternelle ou langue étrangère dès la première année de primaire. 

Nous proposons également, à partir du CP, une section anglais + français ou anglais + allemand. Tous les cours sont donnés en anglais, mais les élèves ont une leçon par jour de français ou d’allemand. Ils acquièrent ainsi des compétences communicationnelles, écrites et orales.
 
Comment qualifier votre système pédagogique ? Quelle est sa force ?
 
SISD est une école bilingue internationale. Nous suivons le curriculum des écoles IB : le programme primaire (PP) et le programme d’éducation intermédiaire (PEI), mais nous y ajoutons la composante bilingue. À la fin de leurs études, nos élèves sont donc capables de s’exprimer, de penser et réfléchir dans deux langues au minimum, et disposent en plus d’excellentes connaissances en arabe. Contrairement à ce qu’ils pourraient apprendre dans une école de langues, ils ne maîtrisent pas uniquement les compétences communicatives, mais également la langue académique. 

Enseignants et élèves utilisent et apprécient la langue à la fois d’un point de vue fonctionnel et esthétique. Dans le cadre de l’enseignement immersif, l’apprentissage et l’enseignement sont des actes sociaux qui dépendent des relations avec les autres, du contexte, de l’environnement, du monde et de soi-même. L’exposition aux langues et leur expérimentation, dans toute leur richesse et leur diversité, créent une curiosité face à la vie et à l’apprentissage, ainsi qu’une confiance dans la création de nouvelles interactions sociales. Pour les enfants, la langue est un moyen de s’impliquer dans le monde. Bien loin de l’apprentissage d’une langue « avec un livre », nos élèves apprennent une langue en l’utilisant au quotidien
 
Comment les professeurs sont-ils sélectionnés ? Selon quels critères ?
 
Chaque professeur enseigne dans sa langue, son expérience est décisive. Nous privilégions les enseignants au bénéfice d’une expérience internationale, disposant de quelques années de pratique et connaissant bien le curriculum de l’IB. Bien entendu, nous attendons d’eux qu’ils fassent preuve d’un certain flair pour les langues étrangères à la leur, de tolérance et d’ouverture d’esprit. L’anglais étant utilisé pour les communications internes et externes, nos enseignants doivent être capables de comprendre et de s’exprimer dans cette langue. Nous les recrutons à l’international, en utilisant diverses plateformes. Nous acceptons uniquement les candidatures d’enseignants disposant d’une formation universitaire et au bénéfice d’un diplôme d’enseignement pour le degré concerné. 
 
Pour les élèves rejoignant vos classes et n’ayant pas suivi au préalable de cursus bilingue, comment les intégrez-vous ? 
Rencontrez-vous des problèmes d’adaptation avec certains élèves du fait du bilinguisme ?
 
Nous acceptons des débutants en anglais et en français/allemand jusqu’en CP. En effet, à raison d’une immersion à 50% dans une langue additionnelle, un enfant met environ quatre ans pour atteindre le niveau d’un locuteur natif. Passé le cap du CP, si l’enfant ne dispose pas de bases linguistiques suffisantes, l’apprentissage de la langue additionnelle se fait aux dépens du curriculum : il risque de ne pas arriver à suivre en mathématiques, en sciences, etc. 
Les progrès dans l’acquisition d’une langue additionnelle dépendent essentiellement du milieu dans lequel elle est pratiquée. Un enfant débutant en français et qui ne pratique cette langue qu’en classe progressera certainement moins vite qu’un autre débutant régulièrement immergé dans la culture francophone en dehors de l’école. Nous encourageons donc les parents à exposer le plus possible leurs enfants à la langue additionnelle une fois l’école terminée. Si l’apprentissage de la langue additionnelle ne peut être suffisamment accompagné ou si les parents souhaitent doter leur enfant de solides compétences communicationnelles dans une autre langue sans pour autant lui imposer un curriculum bilingue, notre section « anglais + français » ou « anglais + allemand » constitue la solution idéale. 
 
Proposez-vous des cours de soutien scolaire ?
Définissez-vous des niveaux au sein d’une même classe ?
 
Nous avons mis en place un système de support individualisé pour l’anglais à partir de la 1ère année de maternelle, et pour le français et l’allemand à partir du CP. 

Les enfants dont le niveau linguistique n’est pas suffisant bénéficient d’abord d’un soutien intensif, sous forme de classe de langue (jusqu’à une leçon par jour), de manière à acquérir les bases nécessaires à la communication. En fonction des progrès de l’élève, on passe ensuite à d’autres types de supports, par exemple un accompagnement en classe. Chaque enfant ayant un profil linguistique propre, nos enseignants de langues s’adaptent et choisissent la méthode et le rythme au cas par cas. 
Tous nos enseignants sont à l’écoute et modulent leurs cours sur plusieurs niveaux. Le même exercice peut par exemple être décliné de manière différente, de manière à ce que chaque enfant ait la possibilité de le résoudre. Mais ceci n’est pas une spécificité de notre école : dans les classes monolingues aussi, les enseignants prévoient des activités pour les élèves les plus faibles comme pour les élèves les plus doués, l’important étant de donner à chacun une chance de progresser. 
 
Adaptez-vous un programme unique dans toutes les matières avec seulement un changement de langue
d’enseignement ?
 
Comme mentionné ci-dessus, nous suivons le programme du Baccalauréat International : le PP et ses unités d’enquête pour le primaire et le PEI pour le niveau intermédiaire. Il s’agit d’un programme visant à favoriser le développement global de l’enfant en mettant l’accent sur ses besoins sociaux, physiques, émotionnels et culturels, ainsi que sur ses besoins académiques. Chaque langue ayant ses spécificités, une partie du curriculum varie d’une langue à l’autre. La grammaire française, on le sait, est par exemple différente de la grammaire anglaise, nous devons bien évidemment tenir compte de ces spécificités et nous nous orientons donc sur les cursus français, suisses, allemands et autrichiens. 
 
À partir de quel âge/quelle classe peut-on introduire une troisième langue ?
 
Près de 50 nationalités différentes sont représentées à SISD. Pour de très nombreux élèves, l’anglais, le français, l’allemand ou l’arabe n’est pas la deuxième mais la troisième, voire la quatrième langue. On oublie souvent que plus de la moitié de la population mondiale est aujourd’hui bilingue ! À partir de quel âge, jusqu’à quel âge ? Il n’y a aucune limite. L’environnement joue un rôle essentiel : pour se développer, une langue doit être pratiquée régulièrement et sur le long terme.
Plus on commence tôt, mieux c’est ? Aucune recherche ne l’a confirmé. En effet, avec l’âge, les capacités cognitives sont meilleures et peuvent permettre un apprentissage accéléré. Néanmoins, les chercheurs s’accordent pour dire que les enfants assimilent mieux les accents. 
A SISD, l’arabe (langue maternelle ou langue étrangère) est enseigné à raison de six leçons par semaine dans les filières bilingues dès le CP. Nos élèves ont également la possibilité de participer à des clubs de langues (français, allemand, arabe et italien) dans le cadre du programme d’activités après scolaires. 
 
Quels sont les retours des élèves, comment vivent-ils leur scolarité bilingue au sein de votre école ?
 
L’un des facteurs de réussite de l’apprentissage linguistique est le respect du principe « une langue – une personne ». Nos élèves l’appliquent au quotidien : ils parlent anglais avec certains de leurs enseignants, français, allemand ou arabe avec d’autres. Quelques-uns se parlent en français, d’autres en anglais, d’autres en allemand, d’autres encore en arabe. Ils n’y font même plus attention, c’est devenu la normalité. La semaine dernière, j’ai abordé, en français, une élève dans le couloir. Elle m’a poliment écoutée, puis m’a simplement dit : « Pas français ». Ce n’est qu’à ce moment-là que j’ai réalisé que je m’adressais à une petite germanophone, par ailleurs débutante en anglais !
 
Après une année d’existence, quel bilan pouvez-vous faire ? Quelles sont les évolutions et voies d’amélioration à venir ?
 
J’ai de la peine à réaliser que nous sommes déjà à la fin de notre première année ! Le temps a passé si vite. Notre système est désormais rodé. Nos élèves progressent. Pas toujours aussi rapidement que leurs parents le souhaitent, mais à leur rythme. Ouverts d’esprits, communicatifs, tolérants, ils développent peu à peu une conscience internationale. 
Nous nous préparons à accueillir 300 nouveaux enfants en septembre prochain et à ouvrir nos premières classes de collège : 5ème, 4ème et 3ème.
 


L’inauguration du complexe sportif en automne marquera une nouvelle étape et nous permettra certainement de nous ancrer plus profondément dans la communauté locale. Nous allons bien entendu continuer d’améliorer la structure de notre programme, notamment en développant l’approche immersive dans les classes de maternelle, et poursuivre tous nos efforts pour préparer le mieux possible nos élèves au programme intermédiaire puis au programme de diplôme. En bref, nous continuerons d’inspirer l’excellence. 
 
 
En effet, SISD inaugurera, à la rentrée, un nouveau complexe sportif qui comprendra notamment : une piscine olympique, une piste d’athlétisme, un terrain de football et de rugby, deux courts de tennis éclairés, un mur d’escalade, des studios de danse, deux salles de sport polyvalentes et un terrain de beach-volley.
La construction du campus sera achevée pour septembre 2017. L’école offrira alors un internat pouvant accueillir 350 élèves, ainsi que deux établissements dédiés au collège et au lycée. Ces derniers seront équipés de laboratoires scientifiques ultra modernes et d’une gamme complète d’espaces de création : atelier textile, technologie alimentaire, création graphique, studio d’enregistrement, station radio, studio photo/TV, musée vivant, auditorium et laboratoire de robotique.
De quoi offrir à tous les élèves des espaces dédiés pour donner libre cours à leur créativité !

 
Pour plus d'information, consultez le site de SISD.
Suivez-les sur Facebook !

Swiss International Scientific School in Dubai
Dubai Healthcare City
Phase 2, Al Jaddaf
Dubai, UAE
Contact : +971 4 375 0600 ou
Admissions : +971 4 375 0600 ou
 
 

La toute première école bilingue internationale privée de Dubai ouvrira ses portes à la rentrée 2015 et reçoit des inscriptions depuis le début de l’année.

Dubaimadame a voulu en savoir plus…

 

L’école offre toute la gamme du Baccalauréat International (BI) en trois sections: bilingues Anglais-Français ou Anglais-Allemand et Anglais avec des langues étrangères. Accueillant un total de 2,442 étudiants de tous horizons, dont 350 places d’internat pour la demande internationale, l’école a été construite de manière à répondre aux plus hautes exigences.

 

Quelle est la philosophie de Swiss International Scientific School in Dubai ?

 

Nos étudiants recevront une éducation dédiée à un bon équilibre intellectuel, physique et affectif.

La Swiss International School de Dubaï (SISD) formera les générations futures à devenir des adultes sûrs d’eux-mêmes et enthousiastes, prêts à saisir les opportunités et les défis offerts par le marché international. S’il est vrai que la réussite scolaire est importante, nous reconnaissons que les valeurs humaines telles que la confiance, l'enthousiasme et l'empathie sont également nécessaires pour réussir. 

 

 

Parlez-nous un peu de l’établissement :

 

Une fois que l'école sera à pleine capacité, le campus fera près de 55’000 m2. Ce campus respectueux de l’environnement a été conçu par des architectes de premier plan, pour maximiser le potentiel de son terrain situé à Healthcare City, adjacent à Dubaï Creek, en conformité avec les économies d'énergie et les approches écologiques.

Il comprendra également des installations sportives et un accès exclusif à l'eau de la Dubaï Creek.

En phase 2 l’école disposera d’un internat composé d’un établissement pour filles et un autre pour garçons, pour un total de 350 élèves.

 

alt

 

Quels seront les cursus proposés?

 

La demande des parents pour une éducation bilingue aux E.A.U. est importante. Ils veulent donner les outils à leurs enfants pour entrer dans le monde ultra-concurrentiel d’aujourd’hui, un monde interconnecté de plus en plus globalisé, où le multilinguisme est devenu incontournable , un élément crucial de l’éducation.

 

Dès leur première année en Grade 1, nos étudiants des cursus bilingues étudieront autant en anglais qu'en français ou en allemand, et arabe , conformément aux exigences du KHDA . Notre objectif est de favoriser une communauté florissante de citoyens du monde, et de former des personnes intelligentes, ouvertes, curieuses , actives et douées de compassion, qui contribueront à un monde pacifique grâce à la compréhension des notions interculturelles et de respect acquis au cours de leur enseignement.

 

L’école offre toute la gamme du Baccalauréat International (BI) en misant sur les langues et l’apprentissage de la diversité culturelle. Le programme inclut le Primary Years Programme (PYP), le Middle Years Programme (MYP) et le IB Diploma Programme (IBDP):

- Bilingue Anglais /Français

- La section Anglais avec langues étrangères (Français, Allemand ou Italien)

 

Tous nos étudiants seront bilingues grâce à la possibilité d’intégrer nos sections bilingues , en français ou en allemand, ou l'étude des langues au sein de notre section anglaise .

 

alt

 

Proposerez-vous des activités périscolaires ?

 

La taille de notre campus nous permet d’offrir une vaste gamme d'installations sportives, y compris des sports nautiques grâce à notre emplacement adjacent à la Dubaï Creek.

Nous encourageons les passions et les talents de vos enfants en leur proposant un large éventail d'activités périscolaires visant à étendre leurs capacités physiques, artistiques et créatives.

Nos activités périscolaires internes sont dispensées par des professeurs SISD et sont gratuites.

 

Elles auront lieu les dimanches, lundis, mercredis, et jeudis et comprendront: groupes de musiques, travaux manuels, clubs d’Allemand, Français, et Italien, club d’échecs, le journal de l’école dans les 4 langues, club de lecture, cinéma, hockey, badminton etc.

 

Les activités périscolaires externes seront enseignées par des intervenants extérieurs reconnus pour leur expérience et professionnalisme:

Football, natation, danse (ballet, street jazz,…), théâtre en Français et en Anglais, sports nautiques (voile, paddle board, kayak), gymnastique, DJing, programmation informatique, robotique, impression en 3D, golf et équitation.

 

alt

 

Pour plus d’information :
 

SWISS INTERNATIONAL SCIENTIFIC SCHOOL DUBAI

Dubai Healthcare City, Phase 2, Al Jaddaf

Admissions Centre Al Habtoor Business Tower, Floor 25, Dubai Marina

+ 971 (0)4 375 0600

 

  1. Les + lus
  2. Les + récents