Première boite ?  Ma première boite, je l’ai montée à 30 ans. Pour un projet qui a duré 7 belles années ! L’idée a été de créer une aiguille dentaire indolore, en partenariat avec un grand laboratoire pharmaceutique. Nous avons fourni beaucoup d’efforts et d’énergie… pour finalement êtres contraints de fermer, pour un problème de manufacture. Cela m’a cependant appris énormément sur le plan du management et sur l’aspect financier ; cela a boosté ma capacité à savoir prendre des risques ! L’expérience ne m’a pas freiné, 1 an après, j’ai décidé d’ouvrir ma clinique dentaire.
 Depuis combien de temps à Dubai ? 15 ans avec mon épouse et nos 3 enfants... mais je suis je suis Breton, et fier de ma région ! Je supporte mon équipe du stade Rennais depuis plus de 30 ans, un vrai passionné. L’été, je retourne en Bretagne pour profiter de la mer, ses fruits de mer, ses crêpes et galettes.
 Présentez-nous votre business en quelques lignes… Il s’agit d’une clinique dentaire : Dr Roze & Associates. Nous proposons toutes les spécialités dentaires, au sein d’un même lieu. J’ai souhaité recruter des experts (Francophones ou non), chacun dans leur domaine (technologie CEREC, implants, pédiatrie, cosmétique, hygiène dentaire etc.), mais aussi des docteurs polyvalents, bénéficiant d’une expérience internationale. Certains docteurs sont également très impliqués dans la recherche et l’innovation, j’aime pousser mon équipe à être curieuse, se perfectionner, cela crée de belles synergies. Il est primordial que chacun se sente bien dans son environnement de travail, du docteur au chauffeur du parking.
 Aujourd’hui la clinique compte 42 personnes dont 15 docteurs. Est-ce que vous avez toujours rêvé d’être entrepreneur ? Mon père était entrepreneur donc très jeune, j’ai baigné dans l’ambiance de son travail et observé comment prendre des décisions liées à la gestion quotidienne, surmonter les difficultés rencontrées, les succès aussi. Je trouvais cet univers passionnant et j’ai du coup toujours espéré entreprendre ! Puis j’avais préalablement travaillé 10 ans dans une autre clinique, où j’avais beaucoup appris, du moins tout ce que l’on ne vous apprend pas à la fac dentaire… Qu’est-ce qui a provoqué le déclic pour sauter le pas ? Un contexte professionnel moins épanouissant, et mon épouse qui venait de monter sa structure avec des collègues médecins (The Children Medical Center). Pourquoi avoir choisi Dubai pour entreprendre ? Cela faisait déjà 10 ans que nous vivions à Dubai et nous nous y plaisions. Difficile de changer d’endroit lorsque l’on a une profession libérale. Quels sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Dubai ? Je vois beaucoup d’avantages à entreprendre à Dubai. Le pays fonctionne davantage sur le modèle anglo-saxon, proposant une plus grande flexibilité dans le travail. Au sein de notre clinique, le challenge majeur, outre la performance du soin, est de s’adapter à toutes les différentes cultures et nationalités que nous côtoyons (19 différentes nationalités au sein de notre staff, 47 nationalités différentes au sein de nos patients.) De plus, Il a aussi fallu mettre en place une équipe qui s’occupe entièrement des problèmes administratifs, de l’intendance, des assurances. Grace à eux, les challenges sont gérés en amont, et nous permettent à nous dentistes, de travailler dans les meilleures conditions cliniques sans perdre de temps avec les administrations, le renouvellement des licences, les réponses aux assurances de nos patients etc. 
Quelle est votre source de motivation chaque jour ? Le plaisir de travailler en équipe ; l’excitation de créer ensemble, la gratitude de rendre service.
 Avec le recul, que referiez-vous différemment ?  Moins stresser : les épreuves sont inéluctables et … indispensables ! Elles vous obligent à vous remettre en question, à réfléchir, à penser différemment. Et puis cela ne dure pas éternellement, ce sont des phases à passer : quand votre projet tient la route, si vous y mettez tout votre cœur, ça marche. Il faut rester positif dans toutes situations. Et sourire davantage, ça change votre mood immédiatement. Avez-vous bénéficié d’aides pour vous lancer ? Avoir des proches pour croire en vous (mon épouse Agnès m’a apporté son soutien infaillible et mon frère Erwan, qui m’a soutenu financièrement, et psychologiquement). Avoir ce type de soutien indéfectible a été l’un des facteurs de réussite. Le succès de la clinique est avant tout leur succès. Avoir eu la chance de rencontrer les bonnes personnes notamment Fabien Depardieu, mon partenaire. Si vous aviez deux conseils à donner au futur entrepreneur qui vous lit ?  1. Etre positif dans votre façon d’appréhender la vie. 2. Entourez vous de personnes de bon sens. Ce sont souvent les meilleurs conseillers.   Et deux bonnes adresses ? - Le Bistrot des Arts, à Dubai Marina. - Le musée du Louvre, déjà un incontournable, pour un amateur d’art comme moi ! Comment conciliez-vous vie de parents (si vous l’êtes) et d’entrepreneur ? Ma vie de famille est et a toujours été ma priorité. J’essaie d’articuler ma vie professionnelle autour de mes obligations familiales (accompagner les enfants à l’école et aux différentes activités extra-scolaires, repas en famille, etc.)
 Des projets futurs ? Oui toujours. Je viens d’enregistrer un audiobook qui devrait être publié bientôt, et nous avons l’envie de nous développer et de diversifier l’offre de notre clinique de Dubai.
 Nous avons également toujours l’envie de faire grandir notre initiative Fair Care programme, dans un projet global d’accès aux soins pour tous. Des nombreuses bonnes volontés nous aident a professionaliser notre CSR (corporate social responsibility) notamment Tatianna Antonelli via sa compagnie Goumbook ou encore Maitre Guillaume de Rocquigny (cabinet Steeringlegal/ali naqi advocates and legal consultants). Merci à eux ! PETIT PORTRAIT INDISCRET Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? Matinal, merci les enfants, merci Dakota, notre chienne (rescue dog). Plutôt café-croissant ou pti-dej healthy ? Chocolat croissant, pain beurre salé. Plutôt sport extrême ou méditation ? Avant la quarantaine j’étais plutôt casse-cou, mais depuis 4 ans (et une chute de cheval), c’est méditation et natation pour un rythme plus tranquille… 
Plutôt robe-sandales costard-cravate ou jeans-baskets ? Costard-cravate, j’adore le style SUITS (et donc, les costumes 3 pièces), c’est super chic ! 
Plutôt week-end cocooning ou fiesta ? Moi plutôt cocooning, mon épouse plutôt soirée entre amis, donc on essaie de faire plaisir aux deux. 
Plutôt cigale ou fourmi ?
 Fourmi of course, on est à Dubai, il faut rester vigilant. 
 LE MOT DE LA FIN L’émulsion que crée Dubai est toujours réelle, elle vous permet d’essayer, de tenter, de créer comme nulle part ailleurs. Je compare souvent Dubai au New York des trente glorieuses. L’optimisme, l’envie, la passion, tout est possible. Il faut bien se préparer, beaucoup travailler, mais le résultat arrive plus rapidement qu’en Europe. L’aventure vaut le coup, donc : lancez-vous !   
Retrouvez David et son équipe sur http://www.drroze.com Contactez la clinique au 04 248 2501 Sur son Instagram personnel (et partager de l’art) @thinkgoodandsmile   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !            
Vous avez très envie de vous lancer dans l'entreprenariat, mais vous n'osez pas, vous vous demandez si votre idée est la bonne ? Comment savoir si elle est viable et rentable ?  Vous avez 1000 idées dans la tête, mais comment choisir ? Ne perdez pas plus de temps à chercher l'idée du siècle. Découvrez comment construire votre réflexion pour enfin passer à l'action grâce à une méthode mise en place par trois entrepreneures qui ont déjà parcouru ce chemin.    Une collaboration, une méthode, pour dessiner votre projet.   Nous vous avions parlé de Sophie et Dominique, à la tête de L-Start, une plateforme online qui aide les entrepreneures à se lancer. Elles ont décidé de collaborer avec Manon, d'Ambitions plurielles pour associer leurs différentes approches et proposer une méthode composée de différents modules. Pratique et structurée, celle-ci permettra de valider votre idée et ainsi la transformer en véritable projet ! Cette formation sous la forme d'e-learning vous permettra de cadrer votre réflexion et de voir rapidement la pertinence de votre projet quel que soit votre niveau d'avancement.   Comme gage de qualité, un encadrement d'expertes !   En effet, Sophie, Dominique et Manon cumulent à elle trois 25 ans d'entrepreneuriat : elles ont déjà accompagné plus de 300 femmes, chefs d'entreprise, créatrices, artistes, freelances et autres startuppeuses ! Selon elles, LA bonne idée de business, c'est celle qui est à la rencontre de vos motivations, de vos compétences et de vos valeurs sur un marché… et non pas l'inverse. " Dans cette L-School, nous avons réuni toutes les étapes essentielles pour étudier le potentiel d'un projet de création d'entreprise, sa faisabilité et son adéquation avec ce que la personne recherche vraiment " nous explique Sophie.   Concrètement, comment ça se passe ?   La formation se déroule sur deux semaines et commence le lendemain de votre inscription. Un jour sur deux, vous recevez un email avec un module prêt à l'emploi : workbook, fiche pratique, vidéo. Ce ne sont pas juste des conseils théoriques (… que vous ne mettrez jamais en place) mais des Workbooks pratiques avec des exercices à faire là, maintenant, tout de suite !   Le format e-learning vous permet de travailler à votre rythme en s'adaptant à votre emploi du temps du moment : le temps de travail dépendant de chaque projet et de son stade de réflexion, de maturation.  Globalement, il faut compter en moyenne 3 heures de travail par module. C'est le socle de votre projet que vous construisez donc cela mérite d'y passer du temps.   Les premiers modules vont vous permettre de réfléchir et de valider votre envie et votre capacité à vous lancer. Êtes-vous fait(e) pour ça ? Est-ce une vie pour vous ? Vous allez travailler aussi bien sur VOUS et ainsi dessiner les traits de votre profil d'entrepreneur, que sur un projet business concret. Au-delà de l'idée, vous aurez des réponses précises sur sa faisabilité et votre aptitude à le mener à bien.   Le module 3 vous aide à vous recentrer sur votre propre vision et sur vos ressources. La démarche structurée va vous aider à mettre vos idées au clair, et ensuite libre à vous d'en tester une ou deux avec la méthodologie proposée ! Vous pourrez ainsi matérialiser votre idée dans un business model ; et verbaliser votre discours. Un module est consacré à des entretiens pour savoir si votre projet répond à un réel besoin.   Tout au long de la méthode, vous êtes guidé pas à pas. Manon, Dominique, Sophie sont à vos côtés dans chacune des étapes ! À tout moment, vous pouvez les contacter par email pour poser vos questions. Vous pourrez également échanger lors d'un appel de groupe avec les autres participantes de la formation et poser des questions en live.    A l'issue de la L-school, vous aurez également la possibilité de faire une séance stratégique ou solliciter leurs L-expertes au tarif membre, pour aller plus loin.   Prêts à faire ce premier pas ?    N'hésitez plus, la formation est ouverte jusqu'au 31 mai 2018  Pour s'inscrire à la formation : https://l-start.com/l-school-valider-idee-de-business/ Bonus Dubaimadame :  1h de consultation offerte à la fin de la formation pour analyser votre projet sur présentation du code Lschool#3 DM   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !       
Première boite ? Oui, première aventure entrepreneuriale ! Auparavant j'ai travaillé presque 15 ans pour des grands groupes, notamment LVMH.   Depuis combien de temps à Dubai ? 4 ans déjà ! Présentez-nous votre business en quelques lignes… The Blooming Lab aide ses clients à définir leur stratégie marketing, de manière à se différencier de leurs concurrents et se rapprocher de leurs consommateurs. Il s'agit en général de marques présentes sur des marchés très concurrentiels. Pour émerger et passer une étape de développement, nous les aidons à exploiter au maximum ce qui fait leur unicité, aussi bien au niveau de leur histoire de marque, que de leur mix produit ou de leurs activités online et offline.  Par exemple, j'ai accompagné certains clients dans la définition de leur stratégie digitale ; d'autres dans la déclinaison de leur histoire de marque pour la rendre compréhensible et attractive pour le consommateur ; et enfin des petites marques dans le développement de leur propre ligne de produits de beauté. Pour les petites entreprises, j'agis aussi tout simplement en tant que directeur marketing out-sourcé.   Est-ce que vous avez toujours rêvé d’être entrepreneur ? Pas consciemment, mais j'ai toujours senti que je pouvais donner plus que ce que me permettait la structure d'un grand groupe : j'y ai énormément appris, au sein de marques passionnantes qui ont en partie façonné et aiguisé ma manière de penser. Pourtant, pour exprimer pleinement ma personnalité, mon esprit libre, il me fallait sortir de ce cadre imposé, et l'entrepreneuriat était la meilleure manière de le faire. Par ailleurs, j'avais commencé en France à enseigner le marketing en école de commerce, en parallèle de mon poste dans une grande marque. C'est un rôle extrêmement gratifiant, très stimulant intellectuellement et qui permet de toujours rester au contact des jeunes générations. L'entrepreneuriat me permet de m'y consacrer d'avantage et d'avoir un meilleur équilibre entre mes deux activités, qui se complètent et s'enrichissent mutuellement.    Qu’est-ce qui a provoqué le déclic pour sauter le pas ? Pendant près de 15 ans, j'ai progressivement gravi les échelons de marques prestigieuses. Je me suis énormément enrichie auprès de tous les acteurs internes et externes de l'entreprise, des parfumeurs aux forces de ventes, en passant par les ingénieurs, les financiers ou les designers. J'ai aussi eu la chance de travailler pour des marques françaises et américaines, aux cultures radicalement opposées, et ici à Dubai, d'encadrer une équipe multiculturelle. J'ai adoré collaborer avec ces personnes aux profils si différents et acquérir une vision large de l'entreprise. J'ai été, pendant toutes ces années stimulée, challengée, poussée à toujours renforcer mes compétences. Pourtant, j'ai fini par sentir que pour moi l'étape d'après se ferai hors de ce cadre bien établi et de ce chemin tout tracé. J'avais envie d'apprendre autre chose, d'être challengée différemment et d'exprimer tout ce que j'ai acquis durant ces années en jouant une carte plus personnelle.   Pourquoi avoir choisi Dubai pour entreprendre ? J'ai commencé à réfléchir à ce projet bien avant d'être à Dubai, mais c'est ici qu'il a mûri. En effet, lorsque je suis arrivée, j'ai été frappée par le fait que -bien que le pouvoir d'achat moyen est élevé- le poids des promotions et de la concurrence par les prix est encore plus exacerbé qu'en Europe. La plupart des marques communiquent uniquement sur ce sujet-là, et en oublient de mettre en avant leur positionnement, leur histoire ou encore leur savoir-faire. Or ce sont ces critères-là qui peuvent leur permettre de se différencier dans l'esprit du consommateur et donc de les recruter et les fidéliser sur le long terme. Capitaliser sur leur unicité est un domaine dans lequel excellent la plupart des marques de luxe pour lesquelles j'ai travaillées auparavant, et c'est quelque chose que j'ai beaucoup aimé faire. Je me suis donc dit que, ici plus qu'ailleurs, j'avais une vraie valeur ajoutée à apporter aux nombreuses marques présentes localement, afin de les aider à se démarquer de la concurrence.     Quels sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Dubai ? Tout d'abord, j'ai été agréablement surprise par la facilité avec laquelle on peut obtenir une licence en free zone. L'affaire fut pour moi réglée en quelques jours. En revanche ouvrir un compte en banque est une autre histoire, car très peu souhaitent intégrer des petites entreprises.   Quelle est votre source de motivation chaque jour ? C'est d'abord le plaisir de travailler sur des sujets qui me passionnent, et d'appliquer une approche dont je suis absolument convaincue : si la raison d'être de la marque, ce qui fait sa valeur, est réellement perçue par le consommateur, alors une relation émotionnelle forte se noue et permet à l'entreprise de passer une étape significative de développement. Ensuite, la fierté de passer chaque jour une nouvelle étape dans la construction de mon projet. Et puis bien sûr, la satisfaction de voir des marques grandir et de sentir - plus que dans une grande entreprise - le résultat concret de mon action.  Avec le recul, que referiez-vous différemment ?  J'en suis au début de l'aventure et il est peut-être un peu tôt pour avoir ce recul. En revanche ce dont je me rends compte, c'est que chaque étape est un apprentissage. Même si tout n'est pas parfait dès le départ, il faut en passer par là pour grandir.   Avez-vous bénéficié d’aides pour vous lancer ? Ce sont surtout de nombreuses discussions avec des professionnels ou des proches qui m'ont permis de construire mon projet. Un certain nombre d'amis entrepreneurs venaient régulièrement me consulter sur leur stratégie marketing et cela a clairement stimulé ma réflexion. J'essaye aussi de m'entourer de partenaires très pointus dans leur domaine de manière à continuer à me développer et pouvoir proposer des prestations plus poussées à mes clients. Si vous aviez deux conseils à donner au futur entrepreneur qui vous lit ?  En amont, prendre le temps de discuter avec d'autres entrepreneurs, ainsi qu'avec des professionnels du secteur ciblé, afin de mesurer les avantages et les inconvénients de l'entreprenariat et de bien s'y préparer. Puis passer le cap ! L'entreprenariat en soi est une expérience tellement riche d'enseignements qu'elle vaut la peine d'être vécue ! Et deux bonnes adresses ? - Le brunch Dim-Sum de Hakkasan. - Et dans un autre registre, une escapade à Liwa avec Marco (Drive & dive) ! Comment conciliez-vous vie de parents (si vous l’êtes) et d’entrepreneur ? La vie de maman est pour moi importante et j'ai toujours prêté une grande attention à conserver un certain équilibre entre vie professionnelle et personnelle. Là où se fait pour moi la différence aujourd'hui, et la raison pour laquelle je trouve ma vie d'entrepreneur plus facilement compatible avec la vie de famille, est avant tout en termes de disponibilité d'esprit. Le fait de décider soi-même de ses projets, de son organisation, de choisir les gens avec qui l'on travaille, et bien sûr de faire ce que l'on aime, est une chance. Même si l'entreprenariat présente aussi ses difficultés et une autre forme de stress que la vie en entreprise, cela me correspond mieux et je suis globalement dans un état d'esprit beaucoup plus positif, ce qui se ressent immédiatement dans la vie de famille.  Des projets futurs ?  Oui, beaucoup ! A Dubai, je poursuis mon expérience académique en travaillant auprès de la Sorbonne d'Abu Dhabi. J'y enseigne le marketing à des élèves de licence. C'est une immense chance de pouvoir collaborer avec cette grande institution française dans la région, et d'accompagner des étudiants de toutes nationalités dans leur développement professionnel en leur transmettant notre culture et notre savoir-faire. D'ici la fin de l'année je souhaite également commencer à étendre l'activité de The Blooming Lab en France, où j'ai déjà quelques partenaires ! PETIT PORTRAIT INDISCRET    Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? Plutôt grosse dormeuse  Plutôt café-croissant ou ptit-dej healthy ? Café croissant ! Plutôt sport extrême ou méditation ? Yoga. Plutôt robe-sandales ou taileur-talons ? Robe-sandales ! Plutôt week-end cocooning ou fiesta ? J'aime mêler découvertes, explorations et BBQ improvisé entre amis. Plutôt cigale ou fourmi ? Plutôt fourmi ! LE MOT DE LA FIN Pour une marque comme pour un entrepreneur, ne pas hésiter à exprimer pleinement notre personnalité et notre singularité nous rend plus fort ! Contactez Clara : E-mail : emailProtector.addCloakedMailto("ep_b6feed18", 1); Tel : +971 56 176 18 76  www.thebloominglab.com N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !            
Une parole d'entrepreneur un peu particulière, puisque cette fois-ci, nous avons donné la parole à 4 entrepreneures ex-dubaïotes : Carinne Abou-Huguet, Stéphaine Duriez, Juliette Capillaire et Virginie Petit Fournier. Aujourd'hui expatriées à Singapour, elles nous racontent leurs parcours.   Depuis combien de temps êtes-vous arrivés à Singapour ? Présentez-nous votre business en quelques lignes…    Carinne
 : Nous sommes arrivés en famille, avec nos jumeaux ados en septembre 2017 après 14 années fantastiques passées à Dubai.   KeenBags est née en 2011. L’idée est venue d’une envie de détourner des tissus traditionnellement portés par des hommes locaux pour en faire des accessoires de mode pour les femmes. Ainsi j’ai créé des sacs sur la base du sheish arabe. Les collections sont composées de sacs doublés en tissu waterproof et leurs pochettes assorties. Puis j’ai décliné ces tissus pour créer des accessoires de décoration et des tuniques. Depuis mon installation à Singapour, je commence à travailler avec des tissus asiatiques, notamment des batiks… Pleine d’inspirations, je commence donc une nouvelle collection tout en continuant les modèles à base de sheishs.   Stéphanie : Nous avons vécu entre 2015 et 2016 à Singapour, puis nous sommes rentrés sur Dubai en janvier 2017. Depuis, je fais régulièrement la navette entre les 2 pays. Je savais que nous retournerions dans ce pays, où j’avais déjà vécu entre 2000 et 2005 et pour lequel j’ai un attachement particulier. Enthousiasmée par l’accueil réservé à Secrets Fine Food aux Emirats et surtout incapable de rester en place, j’ai voulu me relancer dans une initiative entrepreneuriale mais sur un modèle diffèrent. A Singapour, j’ai ouvert une boutique « fine food » spécialisée en épicerie fine, charcuterie artisanale et fromages affinés dans le quartier à la fois arty et trendy de Tiong Bahru.

   Juliette : Nous sommes arrivés à Singapour en septembre 2016 après avoir passé 4 ans à Dubai. Lancée en mars 2016, Capsule Collection by Juliette est une marque de vêtements dédiée aux femmes modernes. Celles qui, comme moi mènent plusieurs vies dont celle de maman et de femme active sans pour autant faire de concession sur leur style ! Mon modèle star est la combi-pantalon, mais la collection décline aussi des robes, pantalons, jupes, tops et même des vestes. Le tout dans une matière luxueuse et confortable faite de soie et de viscose.   Virginie : Nous sommes arrivés en juin 2006 à Dubai et rentrés à Paris en juin 2010. Il y a un an, on a posé nos valises à Singapour, où il fait bon vivre ! Lors de ma dernière expérience dans une grande maison d’horlogerie-joaillerie, je rêvais qu’un architecte retail nomade travaille à nos côtés pour gérer nos projets et s’assurer de la qualité du résultat. C’est pour cette raison que j’ai créé Beyond Design qui développe et conceptualise les espaces (boutiques, corners) de vente de marques internationales. Après 1 année et demie d’existence, nous sommes 9 et nous comptons une quinzaine de clients et plus de 50 projets à notre actif dont des clients et projets à Dubai bien sûr !   Quelles sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Singapour ? Est-ce plus simple ou plus compliqué qu’à Dubai ?   Carinne : Après seulement 6 mois d’expérience sur place je trouve globalement les étapes plus simples. Cependant, contrairement à Dubai où j’avais entrepris les démarches, seule, j’ai choisi ici de passer par un cabinet d’avocat pour créer ma société. Si le processus peut être rapide, il faut néanmoins connaître les rouages de l’administration locale.    Stéphanie : Singapour est une ville très règlementée, il faut bien appréhender la future structure sous toutes ses formes. Pour moi, la plus grosse difficulté a été le recrutement. C’est une situation de plein-emploi, il est très difficile de trouver des Singapouriens sans travail, et par ailleurs il est extrêmement compliqué d’obtenir des visas de travail pour les expatriés. A force d’acharnement, on y arrive.    Juliette : Ce n’est ni plus simple ni plus compliqué, juste différent et probablement plus clair. De mon côté j’avais clôturé ma licence à Dubai, j’ai donc dû monter une société Private Limited en arrivant à Singapour. J’ai été très bien conseillée par Michel Noël (BPSolutions) qui a monté ma structure et obtenu mon permis de travail. Toutes ces démarches ont pris environ un mois.   Virginie : La filiale de Beyond Design a été créée rapidement et sans difficulté, tant en ce qui concerne son enregistrement auprès des autorités que pour l’ouverture du compte en banque.   Quelles sont les démarches administratives pour créer sa société à Singapour ? Faut-il obligatoirement un sponsor local et si oui quel % doit il détenir au minimum dans la structure ?   Carinne : L'enregistrement d'une entreprise s'effectue auprès de l'ACRA (Accounting and Corporate Regulatory Authority). C'est également auprès de cet organisme que l'on peut vérifier la disponibilité de la raison sociale de l'entreprise. Il faut impérativement un directeur résidant à Singapour (pas nécessairement singapourien) et il n’y a pas de pourcentage particulier.   Stéphanie : Je ne pourrais pas vous répondre très précisément car les règles ont déjà changé plusieurs fois depuis ma création d’entreprise. Ce n’est pas le même système qu’aux Emirats. En revanche, les autorités singapouriennes s’assurent que les initiatives entrepreneuriales ne soient pas des coquilles vides. En ce qui me concerne, j’ai demandé de l’aide à un cabinet spécialisé dans la création d’entreprise.    Juliette : A Singapour pas besoin de sponsor local, en revanche il peut être recommandé d’avoir un directeur local ou PR (avec un permis de résident permanent), ce qui peut faciliter le montage de la Private Limited.   Virginie : Les démarches sont relativement les mêmes que pour créer sa société à Dubai. Le sponsor est différent de celui des EAU car ici il n’est pas obligatoire qu’il détienne des parts.  A bon entendeur ! 
 Comment a été accueilli votre business à Singapour ? Est-ce facile ou difficile de trouver sa clientèle et de la fidéliser ?    Carinne : Le lancement officiel de KeenBags à Singapour a eu lieu le 16 mars dernier lors de l’évènement " Boutique Fairs ", un salon très sélectif rassemblant près de 150 designers, sur 3 jours, accueillant plus de 30.000 personnes ! Je n’ai donc pas encore une clientèle locale cependant je peux déjà constater qu’il y a une énergie, une volonté d’entre-aide et un dynamisme assez hors norme ici.   Stéphanie : L’initiative a été très bien accueillie, principalement par la population singapourienne, qui a le palais très aguerri. Les Singapouriens sont ravis que les produits gastronomiques importés français ou italiens sortent des quartiers expatriés et se rapprochent d’eux.    Juliette : J’ai eu la chance de recevoir un très bon accueil pour Capsule Collection by Juliette. J’ai très vite participé à des " fairs " (équivalent des ventes privées et marchés à Dubai) et j’ai également été distribuée par l’un des plus jolis concept-stores de Singapour : Small, situé à Tanglin Mall. Ma clientèle est constituée majoritairement d’expatriées mais aussi de Singapouriennes.   Virginie : Beyond Design travaille pour des clients de la région Asie-Pacifique comme dans le Golfe Persique mais aussi pour des clients basés dans toute l’Europe. Nos contacts chez les marques de luxe à Singapour et dans la région sont très réceptifs : ils sont toujours en recherche d’appuis externes pertinents pour que leurs marchés se développent selon une cadence soutenue. Notre 1er leitmotiv est la satisfaction de notre client alors je vous laisse deviner pour la fidélisation !   Est-ce difficile de développer en parallèle une activité à Dubaï et Singapour ?
   Carinne : C’est effectivement un point délicat car n’étant plus sur place, le business avance à un rythme différent. J’ai choisi de travailler avec une distributrice qui assure la vente de mes collections au Moyen-Orient, que ce soit sur des marchés ou dans les boutiques dans lesquelles j’étais déjà distribuée (Marina Souq, The Beach market, Robinsons etc.) Ce choix permet un suivi indispensable pour mes clientes et la prospection de nouvelles cibles.   Stéphanie : Ce n’est pas difficile mais cela demande de l’organisation, car Singapour est quand même à 7h de vol ! 
 Juliette : Ça n’est pas aussi simple qu’en étant sur place, mais Capsule est toujours présente à DubaI chez Maison Clad (corner mode de la Serre, à Dowtown) et toute commande passée sur mon site www.ccbyjuliette.com est livrée gratuitement à Dubai !   Virginie : Tout est possible, c’est une question de volonté et d’énergie. Grâce à un partenaire en or basé aux EAU, rencontré lors de mes 4 années passées à Dubai, nous travaillons très bien. Après, il est toujours clé de rencontrer en face à face ses clients pour faire des points réguliers et avoir leurs retours d’expériences directs.   Des projets futurs ?   Carinne : L’objectif de KeenBags est la distribution en boutique. Le salon " Boutique Fairs " représente une porte d’entrée unique pour cela, et je travaille en amont sur une prospection de concepts-stores intéressés par la distribution de mes sacs. Parallèlement mon site marchand www.keenbags-collection.com sera opérationnel d’ici peu pour offrir la possibilité d’acheter en ligne.    Stéphanie : Toujours… mais secrets ;-).    Juliette : Je viens de participer à " Who’s Next " qui est le salon international de la mode à Paris afin de développer mon réseau de distribution dans le monde. Capsule sera présente dès le printemps à Genève, Bordeaux, La Réunion, La Guadeloupe, etc.   Virginie : Donner de notre temps chez Beyond Design à une association caritative dans la région SEA.  Faire que l’équipe n’utilise plus de plastique au travail, on y arrive, croyez-moi ! Recruter la future perle de l’architecture retail et son binôme junior.   Deux bonnes adresses à Singapour à partager ?   Carinne : - Angies’ Oyster bar, dans le quartier d’affaire de Raffles Square pour un plateau d’huîtres et un verre de vin en profitant de la vue unique sur la ville depuis le toit terrasse au 47e étage. - Flâner et chiner des tissus dans Haji Lane et Arab Street… on ne se refait pas !   Stéphanie : - La Braceria, délicieuse trattoria où l’on peut diner en terrasse dans un cadre intimiste, dans le quartier de Greenwood.  - Tiong Bahru Bakery, la boulangerie de notre quartier qui propose des baguettes délicieuses, des pâtisseries boulangeries excellentes.    Juliette : - Merci Marcel, la nouvelle adresse très frenchie pour un brunch ou un dîner dans le quartier branché de Thiong Barhu.   - Tanglin Mall, pour toutes ses jolies boutiques pour enfants. On y trouve également House of Anli (à la fois boutique déco et resto), ainsi que la boutique Small.   Virginie : - Se balader dans la réserve naturelle de 12 hectares de MacRitchie, quelle beauté ! La jungle en centre-ville. - Pour la vue sur la City et Marina Bay Sand, le bar One Altitude sans hésitation. N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !         
Première boite ?   Oui Maison Clad est ma première boite ! C’était un rêve depuis longtemps mais j’ai d’abord fait mes armes pendant 7 ans en tant qu’acheteuse et chef de produit dans la mode et le luxe avant de me lancer. Depuis combien de temps à Dubai ?  Bientôt 3 ans ! Présentez-nous votre business en quelques lignes… Maison Clad accueille des créateurs de prêt-à-porter et accessoires de différents horizons : de Grèce, de France, de Belgique, d’Italie en passant par Dubai ! Chaque pièce est sélectionnée avec soin et attention pour être ensuite intégrée dans notre collection. Maison Clad compte aujourd’hui 28 marques (femme et homme) qui sont vendues dans notre boutique permanente à La Serre (Vida Hôtel). Chaque semaine j’essaie d’apporter du réassort et des nouveautés. Notre mot d’ordre est d’aider les femmes à trouver leur style et à sortir de leurs habitudes grâce à des pièces clés ! On souhaite qu’elles se sentent belles, tout en se créant un style bien à elles. Est-ce que vous avez toujours rêvé d’être entrepreneur ? Secrètement oui ! Quand je travaillais en entreprise, j’étais toujours à la recherche de nouveaux projets et missions au sein de mon job. Je ne m’arrêtais jamais et poussais mes objectifs toujours plus loin. L’entreprenariat est donc pour moi quelque chose de très naturel et je reviendrais difficilement en arrière. Qu’est-ce qui a provoqué le déclic pour sauter le pas ? J’ai passé un entretien d’embauche où l’on m’a demandé de faire un exercice sur l’organisation d’une boutique et sur ce que j’apporterais ou modifierais au business. Après coup, je me suis tout de suite dit : « Si je peux apporter ces compétences à cette boite aujourd’hui, pourquoi ne pas plutôt les utiliser pour monter la mienne ? » Un mois après j’organisais un premier pop-up ! Maison Clad avait vu le jour. Pourquoi avoir choisi Dubai pour entreprendre ? C’était à la base plus une question de timing que de lieu. Il s’avère que je travaillais et vivais à Dubai quand ce projet a grandi en moi. C’est donc ici qu’il a vu le jour. Même si je dois avouer que Dubai était une ville idéale pour ce projet. Quels sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Dubai ? Une des difficultés majeures est de rendre son entreprise légale. Ayant opté pour une L.L.C, les conditions sont les mêmes que vous soyez une toute petite boite débutante ou une grosse structure. Il faut donc être bien informé sur la logistique et le coût de départ de ce type de structure avant de se lancer. Au niveau des facilités elles sont nombreuses : Dubai est une ville où il y a encore beaucoup d’opportunités à saisir et beaucoup d’idées à développer. Cette émulsion permanente est une source de motivation qui amène à toujours se remettre en question. Quelle est votre source de motivation chaque jour ? Mon amour pour la mode, mais aussi mes rencontres quotidiennes. Je suis très heureuse quand je vois mes clientes fidèles revenir régulièrement, et me faire confiance. Voir leurs petits messages au réveil posant des questions sur la boutique, sur la collection ou sur les nouveautés me donnent toujours envie de courir à la Serre avant même d’avoir bu ma première gorgée de café !!! Avec le recul, que referiez-vous différemment ? Je recommencerais volontiers cette aventure sans en changer un seul détail ! Avez-vous bénéficié d’aides pour vous lancer ?  Celle de mon mari qui me soutient à 100% et m’aide énormément dans mon quotidien. Si vous aviez deux conseils à donner au futur entrepreneur qui vous lit ? - Ne vous arrêtez jamais sur l’opinion des gens si vous croyez en votre projet. C’est même bon signe si l’on vous challenge : ça veut dire qu’on vous prend au sérieux ! - Avec de la volonté tout est possible. Procrastiner ou faire d’innombrables business plans sur power point ne sert à rien. Il faut faire et essayer pour construire. Le client doit toujours être au centre de votre préoccupation, durant tout le processus de création et d’opération. C’est la seule certitude.  Et deux bonnes adresses ? - The Hamptons Cafe pour leur petit macaron qui accompagne le café. - El Sur pour leur Patatas Bravas et leurs assiettes à partager. Comment conciliez-vous vie de parents (si vous l’êtes) et d’entrepreneur ? Je suis enceinte de 4 mois. Donc encore difficile de répondre a 100%... Je sais juste qu’en étant entrepreneur et en travaillant 7j/7 j’ai dû gérer les premiers mois de grossesse… avec leur lot de nausées et de fatigue - :) Heureusement mon énergie est vite revenue ! Ce que je peux vous dire… c’est que c’est une fille !! Elle n’aura certainement pas peur de retrousser ses manches elle non plus ! Mais ça sera de jolies manches donc ça ira. Des projets futurs ? oujours à la recherche d’une deuxième boutique aussi atypique que la première… Nous allons continuer de développer des pop-up dans des endroits qui nous plaisent (par exemple Al Serkal). Mon plus gros challenge est de me concentrer sur notre site Internet qui a été délaissé au profit du développement de l’opérationnel. J’aurai surement le temps de me poser sur le sujet quand notre bébé sera là… et que je commencerai à travailler la nuit aussi. PETIT PORTRAIT INDISCRET    Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? Oiseau de nuit, même épuisée je trouve 1000 excuses pour ne jamais aller me coucher. Plutôt café-croissant ou ptit-dej healthy ? Les deux ! Café et pain au chocolat avec un jus green sur le côté. Plutôt sport extrême ou méditation ? Plutôt Zumba ! Donc entre les deux ! Plutôt robe-sandales ou taileur-talons / costard-cravate ou jean-baskets ? Tailleur-sandales ou robe-talons ! La mode est un mix des styles. Plutôt week-end cocooning ou fiesta ? De plus en plus week-end cocooning, ce sont les seuls moments où je peux profiter pleinement de mon mari. Plutôt cigale ou fourmi ? Vous l’aurez compris… Une grosse fourmi ! LE MOT DE LA FIN   La mode passe, le style reste... Alors trouvez votre style et soyez fabuleux !   Contactez Coralie sur emailProtector.addCloakedMailto("ep_ab167fd8", 1); ou au +971 (0) 56 488 3732 Rdv sur www.maisonclad.com Page Facebook : Oscar and Ella Instagram @maisonclad N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !              
  La diversité, au sens large (approche multiculturelle, parité, insertion des personnes en situation de handicap et parcours atypiques, transmission intergénérationnelle etc.) est devenue une vraie richesse pour l’entreprise ! Expatriés aux Emirats, nous sommes plus que jamais concernés par ces enjeux. C’est pourquoi le French Business Council de Dubai et Emirats du Nord, a choisi de mettre à l’honneur la thématique de la diversité lors de sa soirée de gala annuelle qui se tiendra le 19 avril au Golf Address Montgomerie.   Apres avoir fêté les 30 ans en 2017…    Ce ne sont pas moins de 1100 personnes qui ont été présentes l’an dernier pour souffler les 30 bougies du FBC et ainsi célébrer la réussite de la plus grande Chambre de Commerce et d’Industrie Française au Moyen-Orient.    ... la mise en lumière de la diversité pour 2018 !   La diversité, à travers ses 4 piliers, à savoir les cultures, la parité homme-femme, la tolérance vis à vis des personnes en situation de handicap, et les générations, sera le thème et fil conducteur de cette soirée.  Ce choix s’ancre dans une volonté de soutenir, d’une part « The year of Zayed », symbole des valeurs mises en place par le Père fondateur Sheikh Zayed bin Sultan Al Nayhan il y a plus de 100 ans, et d’autre part, la cause nationale du mandat d’Emmanuel Macron, pour la parité hommes-femmes.   Au programme, vous pourrez notamment retrouver : - Un orchestre philarmonique français, qui jouera pour la toute première fois aux Emirats-Arabes-Unis une composition unique pour la soirée, - une vente aux enchères silencieuse dont les recettes seront reversées à une œuvre caritative locale, - plus de 20 partenaires culinaires, dont Ladurée, Pierre by Gagnaire, Sofitel, Couqley.... et bien d’autres surprises !   Cette édition 2018 sera soutenue par des acteurs majeurs de la communauté d’affaires francophone, parmi lesquels nous pouvons citer Schneider Electric, Dulsco, FedEx, Chalhoub Group, pour lesquels, la diversité et l’inclusion sont des sujets au cœur de leur stratégie et de leurs valeurs.    Tout comme l’année dernière, le Gala sera aussi une très belle occasion de mettre à l’honneur les start-ups françaises, par la remise du trophée French Tech Hub Dubai UAE en collaboration avec KPMG. Pour en savoir plus sur la French Tech, cliquez ici.    Le grand gagnant de l’année dernière, ZERO.1, a vécu une véritable success story !   Depuis avril dernier, ZERO.1, leader de la technologie Lifi (acronyme de Light Fidelity) a vu son développement boosté sur le deuxième semestre 2017. Tout d’abord, l’entreprise a ouvert durant l’été un bureau à Paris au sein de la fameuse station F. menée par Xavier Neil. Ce campus révolutionnaire héberge plus de 3000 stations de travail et autres programmes à destination des start-ups dans un environnement entrepreneurial, unique au monde. Par la suite, ZERO.1 a ouvert un laboratoire de recherches dédié au LiFi en Normandie et a signé dans la foulée un accord de distribution commerciale avec Orange pour la France. Enfin, ce prix n’a été que le premier d’un joli palmarès, puisque l’entreprise a reçu la même année le Prix Innovation Mobile Station F, ainsi que le Prix Spécial du Jury du Grand Prix PME Emirats-Arabes-Unis.    Pour 2018, les candidatures à ce prix ont été nombreuses, la liste des startups finalistes sera dévoilée début mars par le FBC. Pour en savoir plus sur cette compétition, rdv sur la page dédiée www.fbc.com   Réservez-vite vos places pour le gala ! La réservation ouvrira pour tous (membres et non membres du French Business Council) ce jeudi 1er mars. Vous avez jusqu’au 10 avril prochain pour réserver vos places. Attention celles-ci sont en nombre limité !  Pour réserver, rdv sur www.fbcgala.com   Date : le jeudi 19 avril, à partir de 19h30. Lieu : Hotel Address Montgomerie Prix (incluant la TVA) :  - Table de 10 personnes / 9450 AED - Individuel membre / 1040 AED - Individuel non membre / 1355 AED - Individuel VIE / 575 AED   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !       
Première boite ?   C’est la troisième société, mais ma première application mobile. Je découvre un secteur et une technologie que je ne connaissais pas du tout, c’est génial!   Depuis combien de temps à Dubai ?  Déjà 7 ans à Dubai et je ne vois pas le temps passer.   Présentez-nous votre business en quelques lignes…  Shopper Plus est une nouvelle application mobile, gratuite, innovante, totalement dédiée aux « shoppers » qui veulent se tenir au courant des promotions en cours dans les secteurs mode/cosmétiques et recevoir des bons cadeaux. Cette idée est venue d’un constat simple : nous passons souvent à côté des promotions et ne les découvrons qu’une fois dans les « malls ». Grâce à Shopper Plus, nous permettons à tous les amoureux du shopping de se tenir au courant des offres promotionnelles avec nos marques partenaires sur l’ensemble des Émirats.  Nous récompensons les « shoppers » avec des points, mais non seulement lors de leurs achats (ex : 300 AED d’achat vous donnera 300 points) mais également lors de leurs visites. Ils peuvent transformer par la suite ces points en bons d’achat dans tous les magasins de nos marques partenaires. De nouvelles marques devraient bientôt nous rejoindre donc téléchargez Shopper Plus et suivez-nous !   Est-ce que vous avez toujours rêvé d’être entrepreneur ? J’ai toujours admiré les entrepreneurs et plusieurs membres de ma famille l’étant déjà j’ai simplement suivi l’exemple.    Qu’est-ce qui a provoqué le déclic pour sauter le pas ? Pour moi, c’est simplement l’idée qui me paraissait suffisamment bonne pour la transformer. Mais l’échange avec des amis proches a confirmé mon envie de créer Shopper Plus.   Pourquoi avoir choisi Dubai pour entreprendre ? Il y a bien sûr la facilité de créer une société assez facilement mais pour moi la raison principale est le nombre impressionnant de Malls et de magasins que nous avons à Dubaï, sans oublier les nombreux discounts par mois.    Quels sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Dubai ? Je pense que créer son entreprise autre part que dans son pays d’origine est un challenge en soi. La langue, l’administration, la compréhension du marché, et l’approche de clients qui viennent d’horizons différents ajoutent de nombreux challenges à la vie de l’entrepreneur. Aussi, vouloir s’implanter aux Emirats Arabes Unis demande un besoin encore plus important de s’adapter à cet environnement si particulier.   C’est ma deuxième société ici aux Emirats et il est toujours aussi simple de créer une entreprise, même si les banques sont plus regardantes et frileuses qu’il y a 4 ans. Les start-ups paraissent toujours un peu suspectes aux yeux des banques qui restent assez sceptiques. Enfin, les Emirats Arabes Unis malgré une économie dynamique et une croissance continue demeurent un marché assez restreint.   Les UAE est un pays qui donne toutes ses chances à l’entrepreneur. Une création de société rapide, une main-d’œuvre plutôt qualifiée et une fiscalité avantageuse. En outre, il y a une véritable volonté d’attirer de nouveaux talents en facilitant leur intégration avec de nombreux programmes tels que des bourses ou des concours. Ce pays a créé une économie moderne en partant de quasiment rien, il y a 40 ans. Je souhaite que les 40 prochaines années soient toutes aussi prolifiques !   Quelle est votre source de motivation chaque jour ? J’adore les défis et tous les entrepreneurs vous le diront : être entrepreneur c’est relever tous les jours de nouveaux défis. Mais c’est aussi l’envie de valider un projet qui pourrait améliorer le pouvoir d’achat de nombreux consommateurs aux Emirats.   Avec le recul, que referiez-vous différemment ? Je ne referai rien de différent, chaque expérience m’a permis d’apprendre et de m’améliorer. Chaque erreur commise m’a permis de ne plus la répéter…   Avez-vous bénéficié d’aides pour vous lancer ?  L’aide de mon épouse qui me soutient tous les jours, celle de ma famille qui reste à mes cotés et bien sûr les amis qui ont été là pour m’écouter, me challenger, et me conseiller. Shopper Plus a été créée avec des amis, qui sont aujourd’hui mes associés.   Si vous aviez deux conseils à donner au futur entrepreneur qui vous lit ? - Allez jusqu’au bout de vos idées - Prenez du recul, aussi le meilleur moyen c’est d ‘en parler avec votre famille, vos amis.   Comment conciliez-vous vie de parents (si vous l’êtes) et d’entrepreneur ?  Je ne suis pas encore Papa, mais j’imagine que concilier la vie de famille et celle d’entrepreneur est extrêmement difficile et demande une très bonne organisation. J’ai quelques amis entrepreneurs qui ont des enfants et ils ont cette capacité à optimiser le temps.    Des projets futurs ? Entrepreneuriaux non, il faut savoir se concentrer sur un projet et particulièrement le lancement d’une société. Néanmoins, le projet familial me tente vraiment … -;)   PETIT PORTRAIT INDISCRET    Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? Plutôt matinal, je suis incapable de faire une grasse matinée ou rester dans mon lit. Plutôt café-croissant ou ptit-dej healthy ? Café, croissant, des tartines et surtout du beurre demi-sel. Plutôt sport extrême ou méditation ? Sport extrême, même si j’ai fait un peu de yoga.  Plutôt jean-baskets ou costard-cravate ? La liberté de l’entrepreneur... pour mois c'est plutôt bermuda, sandales. Plutôt week-end cocooning ou fiesta ? Un peu des deux, il faut trouver le bon équilibre. Plutôt cigale ou fourmi ? Fourmi, je ne compte pas mon temps et je travaille facilement le week-end.     Si vous souhaitez suivre Gurwan : Apple store aux Emirats: Shopper plus Website : www.shopperplusme.com Email : emailProtector.addCloakedMailto("ep_1035c87e", 1); Tel : +971 55 1072333   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !       
La volonté d’aider et de soutenir la recherche d’emploi à Dubai a déjà fait naître diverses initiatives au sein de la communauté francophone… Afin de répondre à cette demande Hamza Zaouali, fondateur de « Name your Career », a décidé d'organiser un événement : « The Job Search Accelerator Seminar ». Après un franc succès des précédentes éditions, une troisième session s’installera à l’Holiday Inn Al Barsha le 10 mars prochain. Intéressé par l’initiative, j’ai souhaité participer à cette journée afin de vous livrer mon retour d’expérience ainsi que les témoignages d’autres participants.    La réponse à un besoin…   Deux populations distinctes sont concernées : ceux qui viennent tenter leur chance sur place, et qui, depuis le changement des accords entre l'Europe et les Emirats, n'ont que trois mois pour trouver le saint graal ; et ceux qui suivent leur conjoint(e) et peuvent bénéficier rapidement d’un visa résident. Peu importe la situation, tous ont un seul et même objectif : TROUVER UN EMPLOI… et se confronter à la concurrence du marché local !   The Job Search Accelerator Seminar a été créé pour répondre à un besoin réel : Comment optimiser sa recherche d’emploi aux Emirats ? Son animateur, Hamza, n’est plus un inconnu de la communauté francophone puisque celui-ci organise régulièrement des webinars gratuits et poste des vidéos en accès libre sur son site.  Si vous voulez en savoir plus, rdv sur notre article Hamza, un coach carrière qui casse les codes du recrutement !   Une journée riche et intense !   De 8h30 à 17h30 : cette journée est complètement dédiée à la recherche d’emploi, décryptée sous la forme d’une présentation en 6 modules distincts qui recouvrent tous les aspects du sujet.   La session commence par une partie qui m’a déstabilisée la première fois (j’avais déjà assisté à ce module dans un webinar) : Hamza nous explique que nous sommes notre pire ennemi dans cette recherche d’emploi. En tant que français cartésien, tendance M. Spock, cette affirmation me rebute. L’explication qu’il donne après avoir énoncé ce fait en atténue l’impact : « Il y a peut-être une crise, moins d’emplois dans mon secteur etc. mais en attendant il y a bien des gens qui vont être embauchés, non ? Alors agissons sur les leviers à notre disposition pour que ce soit nous ». Et c’est justement la base de ce séminaire, c’est ce que nous sommes venus chercher.   La session se déroule en anglais. Hamza parle un anglais simple (mais pas simpliste) avec un accent neutre, un parfait exemple de ce que peut être " l'International English ». Un rapide tour des participants, qui ne sont pas tous francophones, montre qu'il est parfaitement compris de tout le monde. Une des participantes me confie même lors d'une pause son soulagement : « Non seulement il parle bien l'anglais, mais on comprend tout ce qu'il dit ! J'avais un peu peur, car mon niveau d'anglais n'est pas terrible, mais là je n'ai aucun problème. »    L’assistance est attentive pendant qu’Hamza livre sa méthode de recherche d’emploi, résultat de ses 13 ans expérience dans le domaine du recrutement. Ayant été de l’autre côté de la barrière, son approche se veut résolument pragmatique et étayée sur de solides bases théoriques. Hamza est passionné et animé par l’envie de transmettre et ça fait du bien. Son but est bien que ses interlocuteurs trouvent du travail, sans aucun doute. Son discours est concret et chaque conseil est expliqué, voire mis en situation ce qui facilite la compréhension. Parfois il met en scène des situations afin que l’on puisse facilement s’identifier… et ça marche ! Un sourire gêné envahit la salle, car nous nous reconnaissons tous dans ces attitudes.   Ceux qui étaient pessimiste commencent à envisager les choses sous un autre angle et les conversations roulent sur l’intérêt de ce que nous apprenons et ce que cela nous apporte. Les conversations sont plus détendues et des contacts se nouent entre les participants. Le changement d’état d’esprit est tel que sans en avoir conscience nous entrons dans une phase de networking. Nous arrêtons de subir la situation et nous commençons à agir. Nous passons maintenant à une phase plus pratique encore, dans laquelle nous passons en revue des scénarios, des outils et des process pour automatiser notre recherche d’emploi. Tout y passe : de la rédaction du mail de candidature aux scénarios de relance.   Le changement de perspective que révèle Hamza nous aide à vaincre nos réticences. Notre éducation, surtout pour les Français, nous apprend qu’il ne faut pas embêter les gens. Il nous explique comment faire un suivi sans être intrusif pour notre interlocuteur, mais aussi que pour optimiser notre recherche nous devons savoir ce qui se passe après le premier contact. Cela m’aurait bien aidé dans de précédentes recherches d’emplois où je passais du « pas de suivi pour ne pas déranger » à l’odieux parce que je désirais absolument avoir une réponse, préférant un refus tonitruant à une attente incertaine.   Toujours au sujet des outils, nous découvrons un ensemble d’astuces LinkedIn et d’extensions pour Google Chrome qui nous permettent diverses choses comme d’identifier le vrai décisionnaire pour un recrutement, trouver son adresse mail, savoir s’il a ouvert notre mail ou des méthodes pour rentrer en contact avec cette personne.   Hamza nous montre comment grâce à des requêtes Google accéder à des offres d’emplois cachées, qui n’ont pas été divulguées au public parce qu’elles sont en attente dans les cabinets de recrutement. Des offres sans compétition, alors que nous avons maintenant tous les outils pour surclasser la concurrence.   Nous finissons la journée sur le dernier module « Job interview » et l’expérience d’Hamza fait la différence. A un moment il nous propose une des fameuses questions pièges des entretiens d’embauche et demande à la salle ce qu’il faut répondre... La réponse, qu’on nous a toujours présentée comme la meilleure, s’envole de nos bouches et Hamza se contente de nous regarder avec un petit air de « Really guys ? » et nous comprenons tout instantanément que non, parce qu’il a réussi à faire passer son expérience. Il revient rapidement sur ces points dans un moment de consolidation de nos acquis de la journée.   Nous nous séparons après cette journée intense, mais au combien revigorante. Rassurés par le fait que nous aurons un suivi lors d’un webinar privé dans les semaines à venir.   Ce que ce séminaire m’a appris ou aidé à améliorer :  - Comment créer un CV qui attire les employeurs ? - Comment automatiser ma recherche d’emploi ? - Comment bien construire ses scénarios d’approches par email ainsi que ses relances téléphoniques. - Comment s’adresser aux bonnes personnes et aux vrais décideurs. - Comment trouver des offres inédites, qui ne sont pas encore publiées ou difficiles à trouver ? - Comment faire un suivi de mes candidatures, et tant que je n’ai pas obtenu de réponse (oui ou non) continuer à relancer. En d’autres termes, comment briller face à la concurrence lors de ma recherche d’emploi.   Pour le prochain seminaire  Date : le samedi 10 mars 2018, de 8h30 à 17h30. Lieu : Holiday Inn – Al barsha Pour le programme de toute la journée et les inscriptions, c'est par ici ! PROMO EXCLUSIVE : Pour les lecteurs de Dubaimadame profitez d'une réduction de 30% sur le prix de la journée en découvrant votre code promo en CLIQUANT ICI !   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !             
Première boite ?   
Non, c’est ma deuxième. Je suis autoentrepreneur depuis 2011 ; j’ai monté ma compagnie de fitness pour être coach sportif à Dubai. J’entraîne quotidiennement des sportifs de haut niveau (notamment dans le milieu du football), mais aussi des personnes comme vous et moi, avec des objectifs de remise en forme ! Depuis combien de temps à Dubai ?  
Je suis arrivé de Marseille sur Dubai depuis exactement 6 ans, soit le 10 janvier 2012 ! (nb : date de l’interview) Présentez-nous votre business en quelques lignes… Étant célibataire, papa d’un petit garçon de 3 ans et ayant un goût prononcé pour l’univers de la mode, je suis toujours à la recherche de vêtements et accessoires originaux (et de qualité)… et surtout à prix accessible ! Malheureusement j’ai eu beaucoup de mal à trouver mon bonheur parmi l’offre des boutiques ici. J’ai donc commencé à penser à ce projet de plateforme online où je pourrais proposer des produits mode, suivant les tendances, notamment des ensembles « family  matching » c’est à dire mère/fille ou père/fils. J’ai alors travaillé sur le projet… et il y a quelques semaines le site « KidsLittleWorld » est né !  Aujourd’hui, je sélectionne mes coups de cœur : bébés, garçons et filles et aussi des vêtements de grossesse pour les futures mamans. Est-ce que vous avez toujours rêvé d’être entrepreneur ? Issu d’une grande famille et étant l’aîné de 6 frères et 2 sœurs, je me dois d’être un exemple pour eux. Donc si j’ai toujours rêvé d’être entrepreneur, la réponse est OUI complètement.        Qu’est-ce qui a provoqué le déclic pour sauter le pas ? 
Tout simplement mon fils Nael, je veux qu’il soit fier de son père et qu’il ne manque de rien. Pourquoi avoir choisi Dubai pour entreprendre ? Je dirais plus que c’est Dubai qui m’a choisi, mon fils étant ici si je voulais rester auprès de lui je me devais d’entreprendre sur Dubai, où il y a vraiment de grandes opportunités ! Quels sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Dubai ? Challenges : Se faire un petit nom parmi les grosses compagnies. Difficultés : Comprendre les rouages des administrations et les lois de Dubai. Facilités : Dubai est une ville de rêve où si tu travailles dur tout est possible et envisageable ! Quelle est votre source de motivation chaque jour ? 
Cela va être redondant mais c’est évidemment mon fils pour qui je suis prêt à tout. J’ai donc pour but de trouver jour après jour les meilleurs produits pour mes clients… et rester ȧ la pointe de la mode ! Avec le recul, que referiez-vous différemment ? Il y a toujours différentes façons de faire mais la seule chose que je retiens et c’est la plus importante pour moi : peu importe le chemin qu’on prend le plus important est d’aller jusqu’au bout. Avez-vous bénéficié d’aides pour vous lancer ?  Oui il faut toujours s’entourer de personnes qui veulent te voir avancer. Pour ce projet je peux remercier grandement Eva et Fatima, mes amies. Si vous aviez deux conseils à donner au futur entrepreneur qui vous lit ? Ne soyez jamais découragé, si vous croyez en votre idée ne laissez jamais personne vous dire le contraire. Et deux bonnes adresses ? - La Mer : nouvelle adresse pour se relaxer et se recentrer. - La Cantine du Faubourg et La petite Maison : excellents restaurants français sur Dubai. - Une petite troisième : Life n’ One pour changer d’air, j’adore cet endroit ! Comment conciliez-vous vie de parents (si vous l’êtes) et d’entrepreneur ? 
Mes projets me permettent aujourd’hui de pouvoir profiter de mon fils de le récupérer à l’école. Étant passionné d’art, j’adore l’initier à des activités artistiques comme la peinture… d’ailleurs, nous customisons ensemble nos baskets ! La peinture a été une vraie thérapie pour moi. J’aime aussi sortir au grand air pour jouer au ballon avec lui et nous dépenser ! Des projets futurs ? Oui on doit toujours se poser la question : Quelle est la prochaine étape ? Je n’aime pas trop parler de mes projets (ou rêves) avant qu’ils ne soient en cours d'aboutissement, mais oui je suis en train de travailler sur un gros projet dans le domaine du sport. PETIT PORTRAIT INDISCRET    Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? Matinal : réveil 5h ou 6h du matin tout les jours même le week-end. Plutôt café-croissant ou ptit-dej healthy ? Healthy, bien sûr. On reste sportif avant tout ! Plutôt sport extrême ou méditation ? Sport extrême évidemment.  Plutôt robe-sandales ou taileur-talons / costard-cravate ou jean-baskets ? Jean-baskets. Je les collectionne ! Plutôt week-end cocooning ou fiesta ? Cocooning, mais cela ne m’empêche pas de faire la fiesta de temps en temps. Plutôt cigale ou fourmi ? Je dirais fourmi mais bon j’ai des addictions pour lesquelles je compte beaucoup moins.
 LE MOT DE LA FIN   


La fin de quoi ? Si je peux me permettre ce n’est que le début !   Contactez Zaydan sur emailProtector.addCloakedMailto("ep_d3113d9e", 1); Instagram : @kidslittleworld Page Facebook : Kidslittleworld Pour découvrir l'e-shop, rdv sur  : http://www.kidslittlewld.com   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !                
Première boite ?   Oui, Vendôme International Property est la première entreprise que je gère depuis 2010. J’ai commencé à travailler dans l’entreprise familiale en France en 2009 et ai rapidement créé cette structure en collaboration avec mon père, afin d’avoir mon premier challenge. Avant de me lancer, j’ai fait des études de droit et de gestion d’entreprise, et ai effectué plusieurs expériences professionnelles, notamment dans un cabinet notarial. Depuis combien de temps à Dubai ?  J’ai créé la structure en 2010, mais jusqu’en 2013, j’ai effectué des allers/retours entre la France et les Emirats. Je me suis définitivement installée à Dubaï fin 2013 car l’activité avait pris des proportions indispensables à ma présence au quotidien auprès de mon équipe. Présentez-nous votre business en quelques lignes… Vendôme International Property est une entreprise familiale de conseil spécialisée dans l'investissement immobilier en France, principalement, mais aussi en Espagne. Nous nous adressons à toutes les personnes souhaitant investir dans l'immobilier, sous toutes ses formes. Notre activité concerne toutes les étapes d'un projet : depuis l'étude du marché (projets immobiliers en cours, à venir), en passant par les dispositions fiscales, le choix d'une zone géographique, le budget, le type de bien et son financement... jusqu'à la gestion de celui-ci ! Nous gérons tout le process de A à Z et sans aucun frais à la charge de nos clients, afin de leur proposer une solution clé-en-main, sans coût supplémentaire. Est-ce que vous avez toujours rêvé d’être entrepreneur ? Je suis née dans une famille d’entrepreneurs, de générations en générations, j’aime les challenges et me dépasser, que ce soit dans la vie professionnelle ou personnelle. Je souhaitais avoir un métier qui me fasse voyager et découvrir le monde. Que rêver de mieux que Dubaï pour cela ? L’immobilier m’a toujours attiré, cette relation avec le client et de participer à une étape importante de leur vie. Par contre, je voulais avoir mon propre projet et ne pas être que « la fille de » qui reprend simplement l’entreprise florissante de son père.  Qu’est-ce qui a provoqué le déclic pour sauter le pas ? Cela est venu naturellement. J’étais d’accord de rejoindre l’entreprise familiale à condition de développer rapidement ma propre activité. J’ai d’abord appris les ficelles du métier ; j’ai fait des erreurs j’ai aussi apporté des points de vue innovants. Enfin, j’ai monté cette structure qui est complémentaire à la société de promotion immobilière de mes parents, mais qui reste juridiquement complètement indépendante. Comme toute entreprise familiale, chacun veille sur le travail de l’autre, je reçois donc régulièrement la visite du CEO à Dubaï, et participe chaque trimestre au Conseil de Surveillance de l’entreprise en France. Pourquoi avoir choisi Dubai pour entreprendre ? Evian, ma ville de naissance, a toujours attiré la clientèle du Golf. Nous avons de très bons clients depuis plus de 20 ans, qui ont investi à plusieurs reprises dans nos promotions immobilières. Afin de pouvoir être plus proche de nos clients et faciliter nos relations avec eux, il était évident qu’il fallait se rapprocher d’eux géographiquement. Dubaï est là ville par excellence où vivre dans le golf. C’est une ville en pleine expansion, dynamique, cosmopolite, et il faut le dire, très centrale. Tous les citoyens du golf passent par Dubaï au moins une fois par an, c’est donc le meilleur endroit pour les recevoir.  Quels sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Dubai ? Pour être honnête, pour moi le plus gros challenge a été de monter la bonne structure qui corresponde à mon activité. Il y a 10 ans, il a fallu s’y reprendre à plusieurs reprises pour avoir la bonne licence et les bons documents. L’immobilier, c’est courant à Dubaï, mais vendre de l’immobilier à l’étranger n’était pas appréhendé à ce moment-là.  Une fois que la structure est montée, c’est l’épanouissement professionnel, aucune barrière, tout est fait pour rencontrer des gens, pour développer son activité. Si on a envie d’avancer, vous bénéficier d’une ligne droite infinie. Quelle est votre source de motivation chaque jour ? L’avenir de mes enfants. Vivre ici est un grand avantage pour eux. Ils y a des gens qui viennent du monde entier avec leurs langues et leurs cultures différentes, et je trouve cette aventure exceptionnelle. Avec le recul, que referiez-vous différemment ? Pas grand-chose car en fait les petites erreurs de stratégie que j’ai pu faire m’ont permis de prendre de l’expérience et d’en éviter des bien plus importantes par la suite. Avez-vous bénéficié d’aides pour vous lancer ?  Oui, celle de mon père qui me guide encore au quotidien dans la gestion de mon activité. J’ai des idées différentes des siennes sur certains points, mais il faut savoir écouter les conseils que l’on vous donne et faire confiance aux personnes expérimentées.  Si vous aviez deux conseils à donner au futur entrepreneur qui vous lit ? Travailler dur pour s’implanter et ne pas compter ses heures, Dubaï est une ville exceptionnelle qui offre des opportunités qu’il faut savoir saisir. Et deux bonnes adresses ? - Le marché du vendredi matin à Zabeel Park. On trouve plein de foodtrucks pour prendre un petit déjeuner, des stands de petits créateurs qui vous donnent beaucoup d’idées cadeaux, des animations pour les enfants. - Le restaurant Jebal Atlas à Al Barsha. Un très bon restaurant marocain authentique qui peut aussi vous livrer chez vous. Comment conciliez-vous vie de parents (si vous l’êtes) et d’entrepreneur ? En essayant de m’organiser au mieux. J’ai appris à séparer le travail et la vie personnelle. Je n’ai pas accès à ma boite mail sur mon téléphone portable par exemple, même si je reste joignable en cas d’urgence professionnelle, je ne suis pas tentée de regarder mes mails toutes les 10 minutes le soir ou le weekend. Des projets futurs ? Oui, je travaille sur tout un planning de soirées privées à thème autour de l’immobilier en France pour les expatriés. Beaucoup d’expatriés se ferment des portes quant à l’investissement en pensant qu’ils sont trop jeunes, qu’ils n’ont pas assez d’apport, qu’il n’est pas possible d’avoir de prêt, qu’ils ne peuvent pas gérer tout cela à distance. Je veux faire intervenir régulièrement des interlocuteurs de France pour conforter nos clients dans leurs décisions. 

D’ailleurs la semaine prochaine, nous avons notre première conférence de l’année, avec l’intervention d’un notaire qui expliquera de quelles garanties on bénéficie lorsque l’on achète en France et comment on peut protéger son patrimoine futur ou déjà existant.   PETIT PORTRAIT INDISCRET    Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? Matinale, en semaine je suis capable de me coucher à 21h plusieurs fois de suite. Plutôt café-croissant ou ptit-dej healthy ? Les deux, je suis chauvine, le café-croissant c’est très français, mais il ne faut pas en abuser donc j’alterne ! Plutôt sport extrême ou méditation ? Sport extrême sans hésiter.  Plutôt robe-sandales ou taileur-talons / costard-cravate ou jeans-baskets ? Robe sandales, on est à Dubaï, il faut en profiter. Les tailleurs je les garde pour mes rdv en France. Plutôt week-end cocooning ou fiesta ? Cocooning, les enfants se lèvent bien trop tôt pour faire la fiesta tout le weekend. Plutôt cigale ou fourmi ? Fourmi LE MOT DE LA FIN  Quelle fin ? Contactez Marie et son équipe sur www.vendome-property.com emailProtector.addCloakedMailto("ep_11ed9828", 1); Tel. +971 4 421 21 45 Première conférence gratuite de l’année : Propriétaire d'un bien immobilier ou futur acquereur : comment protéger son patrimoine immobilier ! Le mercredi 31 Janvier 2018 à 19h à Business Bay. Cocktail et valet parking offerts. Pour s'incrire : emailProtector.addCloakedMailto("ep_8f103138", 1); ou 052 73 99 975 N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !              
Première boite ?   Cécile : À mon arrivée à Dubaï, afin de pouvoir représenter localement la Cité des sciences et de l’Industrie (mon premier employeur en France), j’ai eu une premiere structure unipersonnelle qui m’a permise de conduire des projets très rapidement. Mais travailler seule a ses limites. Stéphane : Oui 1ère boite, j’ai un parcours très corporate (étant issu d’une école de commerce) avant Culture Emulsion : Carrefour, PPR Fnac, Samsung, HP). Finalement, tous les chemins mènent à la culture !  Depuis combien de temps à Dubai ?  Cécile : Je finis ma 14ème année… déjà ! Stéphane : Je suis dans ma 10ème saison, plus que Games of Thrones ! Présentez-nous votre business en quelques lignes…  Cécile : Culture Emulsion est la résultante de la rencontre de Stéphane et moi même. Nos savoir-faire et expériences respectives et surtout notre désir d’animer le paysage culturel francophone local nous ont conduit à offrir aujourd’hui 3 services : - Un saison théâtrale francophone au DUCTAC pour tous, - Une école de théâtre en langue française à partir de 6 ans, adultes y compris - Une offre aux entreprises : • Théâtre d’entreprise (en anglais bien sûr) • Conseil et management de projets culturels et loisirs éducatifs   Stéphane : pas mieux !    Est-ce que vous avez toujours rêvé d’être entrepreneur ? Cécile : Ça n’a jamais été un rêve mais ce fût une évidence. Stéphane : Jamais ! Mais quel bonheur et épanouissement d’avoir eu ensuite l’idée et l’opportunité de le faire ! Qu’est-ce qui a provoqué le déclic pour sauter le pas ? Cécile : La proposition de Stéphane de s’associer sur la base de nos points communs, de nos expériences complémentaires et de notre énergie. Mais aussi, il faut bien l’admettre, un petit de grain de folie qui nous anime encore aujourd’hui. Stéphane : Une idée + un pays qui s’y prêtait + le bon partenaire + un passage propice dans ma vie professionnelle à ce moment précis !   Pourquoi avoir choisi Dubai pour entreprendre ? Cécile : La question devrait être « pourquoi entreprendre à Dubai ? », en ce qui me concerne. Nous avons choisi de venir nous installer à Dubai pour des raisons personnelles et professionnelles. Et une fois à Dubai, l’énergie de la ville, certaines rencontres et opportunités m’ont convaincue que c’était LÀ et MAINTENANT, ou JAMAIS.   Stéphane : la bonne nouvelle c’est que notre business model  & positionnement sont assez uniques et plaisent ! Nous pourrions, demain, reproduire Culture Emulsion à peu près partout dans le monde.   Quels sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Dubai ? Cécile : La plus grande difficulté est de ne pas perdre de temps et surtout de l’argent dans les premiers mois pour mettre en place sa structure : licence, bureau, sponsoring… en fonction de son business modèle. Les réponses qu’on vous donne sont très variées, les règles changent. Prendre plus de temps plutôt que de se lancer rapidement. Stéphane : L’opportunité gigantesque des UAE réside dans la possibilité d’essayer toute idée ou tout nouveau concept assez rapidement. « The sky is the limit » et c’est vrai !   Quelle est votre source de motivation chaque jour ? Cécile : Les nouveaux projets et une belle équipe. Stéphane : Apporter de la bonne humeur, de l’humain et du développement personnel à tous les niveaux de rencontres (spectacles, formations/teambuilding entreprises, école de théâtre) dans ce monde loin d’être parfait comme on le sait ! C’est notre petit grain de sable de contribution !    Avec le recul, que referiez-vous différemment ? Cécile : Rien Stéphane : Avoir commencé plus tôt.   Avez-vous bénéficié d’aides pour vous lancer ?  Cécile : Des conseils bienveillants de la communauté d’affaires de Dubai. J’ai participé à des groupes de travail du FBC (SYNERGIE, WIN, Woman Business Council etc.) qui m’ont fait rencontrer des collaborateurs avec qui nous travaillons toujours. Stéphane : Nos conjoints bien évidemment, sans qui cette aventure n’aurait jamais pu voir le jour !   Si vous aviez deux conseils à donner au futur entrepreneur qui vous lit ? Cécile : Tenter sa chance et modérer ses investissements pour croître sereinement. Stéphane : Une belle idée et osez !   Et deux bonnes adresses ? Cécile : Deux adresses d’entrepreuneuses et amies : - The Den, City walk où Nadia vous recevra pour vous conseiller sur vos projets de décoration.  - Caramel and Sun au Mercato où Olivia et Magali se chargeront des chambres et accessoires design de vos enfants et ados. Faites leur confiance ! Stéphane :  Al Qudra pour de belles sessions de vélo sur piste le matin de bonne heure. Al Qudra encore pour sa réserve d’oiseaux superbe !   Comment conciliez-vous vie de parents (si vous l’êtes) et d’entrepreneur ? Cécile : C’est un métier à part entière ;-) J’ai la chance d’avoir un mari qui me soutient et accepte mes horaires…. Nous essayons d’être l’un ou l’autre à la maison quoi qu’il arrive pour gérer l’école, les activités, la logistique et surtout les câlins. C’est aussi un style de vie que je suis fière de vivre avec ma famille sachant que nous avons 2 petites filles. Stéphane : C’est un exercice compliqué mais je compense en invitant mes enfants aux spectacles ;-)   Des projets futurs ? Cécile : C’est la caractéristique principale de notre société ; chaque jour un nouveau projet !  Restez connectés. Stéphane : Bien sûr ! De nouvelles activités rattachées a l’ecole de théâtre, de nouvelles spécialisations sur le théâtre d’entreprise etc, etc. : 2018 ne fait que commencer !    PETIT PORTRAIT INDISCRET    Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? Cécile : Oiseau de nuit avec mes ami(e)s et plutôt matinale avec les enfants . Stéphane : Les 2 bien sûr ! Plutôt café-croissant ou ptit-dej healthy ?  Cécile : Par goût, café/croissant mais j’essaie depuis 40 ans de passer au healthy, je ne sais pas pourquoi… Stéphane : Healthy ! Plutôt sport extrême ou méditation ?  Cécile : Plutôt méditation, Pilates et Yoga avec Jeanique, à JLT, une coach et une femme fabuleuse (https://www.jeaniqueyogaandpilates.com) Stéphane : Sport à 200% ! Moyennement extrêmes tout de même. Plutôt robe-sandales ou taileur-talons / costard-cravate ou jeans-baskets ?  Cécile : Les deux bien sûr. Stéphane : Jean-baskets !  Plutôt week-end cocooning ou fiesta ?  Cécile : Si c’est un week-end où nous ne travaillons pas, cocooning indispensable pour recharger les batteries et fiesta régulièrement pour encourager le lâcher prise et la folie ;-)  Stéphane : Fiesta mais bcp de découvertes et balades aussi ! Plutôt cigale ou fourmi ?  Cécile : selon moi, ni l’un ni l’autre. Peut-être faut-il demander à mon mari, non ? Stéphane : Plutôt corbeau… ou renard ?   LE MOT DE LA FIN Cécile : Entreprendre est une telle opportunité pour mieux se connaître et s’épanouir. Un très bel outil de développement personnel . Tentez votre chance ! Dubaï, encore aujourd’hui, le permet.    Si vous souhaitez suivre de Cécile et Stéphane : Website : https://culture-emulsion.net/ Facebook : https://www.facebook.com/cultureemulsion/ Email : emailProtector.addCloakedMailto("ep_c26d0348", 1); p.p1 {margin: 0.0px 0.0px 0.0px 0.0px; font: 15.0px Calibri; color: #0433ff} span.s1 {text-decoration: underline}   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !            
Le French Business Council agrandit sa palette de services « Appui aux entreprises » en lançant sa première offre d’implantation 3-en-1 (bureaux + licence + réseau) en plein cœur du quartier de Dubai Silicon Oasis (DSOA). Rencontre avec Anne Maillard, chargée de projet.   Le business center, hébergeur d’entreprises françaises, francophones et francophiles   « Ouvrir un business center était pour nous la continuité logique de l’accompagnement et l’aide à l’implantation des entreprises » nous explique Anne. En effet, la mission clé du FBC consiste à favoriser les relations économiques entre la France, Dubai et les Emirats du Nord. Ainsi, cette ouverture va permettre de soutenir durablement les entrepreneurs dans leur phase de création d’entreprise avec une solution pratique. Pour chacun des bureaux du nouveau Business Center, le FBC propose : • Une licence + 1 visa de travail • Un soutien administratif pour l’implantation de son entreprise • Un accès au réseau des 400 sociétés membres du FBC (Multinationales, moyennes entreprises, PME, start-ups et entrepreneurs de tous secteurs d’activités) • Un accès privilégié aux événements du FBC (conférences pays, groupes de travail par métier par secteurs d’activité) • Une mise en relation avec des entreprises cibles • Un encadrement et un soutien de proximité (par le biais de partenaires en marketing et conseil juridique et financier) • Un système de mentoring et l’accès au Club Synergie - networking et partage de connaissances   Anne Maillard, fraîchement arrivée à Dubai, ancienne experte en publicité et commerciale dans l’âme, a travaillé depuis plusieurs mois sur le projet pour aujourd’hui aboutir à une offre complète « clés en main ». « Notre volonté est vraiment de prendre soin de nos entrepreneurs ! Ceci consiste à les aider pour déceler les bons contacts, mais encore accompagner leur croissance dans la région, et ainsi participer à leur succès en créant des synergies avec nos membres » conclut-elle.
   Un environnement propice aux synergies   Ce nouveau co-working space est idéalement situé dans un quartier en plein développement de Dubai : à proximité d’une zone de verdure, dans des locaux flambant neufs : « En effet, Silicon Oasis est une zone de plus en plus dynamique, qui se nourrit aussi bien de l’effervescence de jeunes start-up que de l’expérience de grandes entreprises. On y retrouve différents secteurs d’activités tels que le consulting, le trading, le e-commerce, les nouvelles technologies etc. » nous explique Anne. Quartier de DSOA - photo non contractuelle   10 postes de travail en open-space sont à pourvoir, liés par une réception commune. Ceux-ci bénéficient de tous les avantages d’un bureau traditionnel tels que : domiciliation postale, ligne téléphonique, connexion internet, équipements neufs (imprimante-photocopieuse, téléphones), cuisine etc. « Cette mise en commun des ressources quotidiennes et des projets individuels permettra de créer un espace de travail optimal… et pourquoi pas de voir émerger de nouveaux projets corporatifs ! » affirme Anne, avec enthousiasme.   De plus, le centre accueille 2 salles de réunion : une première de 6 personnes, disponible gratuitement sur réservation ; une seconde plus spacieuse (capacité de 15 personnes) ainsi qu’une salle de conférence (35 personnes), toutes deux disponibles à tarif préférentiel.   Enfin, l’avantage principal est social, puisqu’il demeure dans la capacité du FBC à mettre en relation les entreprises hébergées au sein du Business Center avec les autres membres de la Chambre et ses partenaires privilégiés, puisque l’adhésion à la Chambre de Commerce de Dubai (French Business Council) est offerte. Une aubaine donc, pour tisser des relations professionnelles de confiance et ainsi contribuer aux maillage économique français de la région. Celles-ci pourront être issues de secteurs différents mais définitivement toutes plongées dans la même aventure où soutien et convivialité seront de mise !   Les avantages d’une implantation à DSO (zone franche), sous certaines conditions * : 
 • Un capital 100 % propre. Traditionnellement, les entreprises doivent être détenues à 51 % par un Emirien ; les zones franches ont donc été créées pour permettre le développement des échanges commerciaux internationaux. • Des facilités liées à la zone franche : une fiscalité avantageuse et des coûts d’implantation raisonnables. • La présence de nombreuses PME et de grands groupes français à Silicon Oasis : avec une vraie volonté de soutenir les jeunes pousses et ainsi faire partie d’une communauté d’affaires « de proximité ». *Ne peuvent pas s’implanter dans DSO, les secteurs d’activités suivants : « real estate », « facilities management », « events management » et « engineering ».   Le FBC en chiffres c’est :   - 400 sociétés membres - 2 pôles d’activités : le Business Consulting (aide à l’implantation et à l’exportation, recrutement) et le Member Service (développement et animation du réseau de membres). - 3 clubs : le club Synergy regroupant des TPE / PME et entrepreneurs ; LE Club, regroupant les CEO de grands groupes ; le Club des Chief Security Officers  (venant de différents secteurs d’activités et favorisant le networking et la résolution de problématiques communes). - 4 groupes de travail sur des thématiques métiers : Finance, Marketing/Communication, RH, Diversité. - 7 comités sectoriels qui sont autant de plateformes d’échanges et d’information sur des secteurs porteurs (développement durable, construction, agroalimentaire, transport et logistique, santé, nouvelles technologies, luxe et retail). - des conférences pays et missions exploratoires dans la zone Afrique – Moyen-Orient.   Pour plus d’information sur le business center, rdv sur le site du FBC : www.fbcdubai.com   Vous souhaitez vous implanter aux Emirats ? Pour obtenir des informations personnalisées, contactez : - Milena Chemin par email ou par téléphone au +971 (0)4 312 67 07  - Anne Maillard par email ou par téléphone au +971 (0)4 312 67 10      N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !            
  1. Les + lus
  2. Les + récents