La volonté d’aider et de soutenir la recherche d’emploi à Dubai a déjà fait naître diverses initiatives au sein de la communauté francophone… Afin de répondre à cette demande Hamza Zaouali, fondateur de « Name your Career », a décidé d'organiser un événement : « The Job Search Accelerator Seminar ». Après un franc succès des précédentes éditions, une troisième session s’installera à l’Holiday Inn Al Barsha le 10 mars prochain. Intéressé par l’initiative, j’ai souhaité participer à cette journée afin de vous livrer mon retour d’expérience ainsi que les témoignages d’autres participants.    La réponse à un besoin…   Deux populations distinctes sont concernées : ceux qui viennent tenter leur chance sur place, et qui, depuis le changement des accords entre l'Europe et les Emirats, n'ont que trois mois pour trouver le saint graal ; et ceux qui suivent leur conjoint(e) et peuvent bénéficier rapidement d’un visa résident. Peu importe la situation, tous ont un seul et même objectif : TROUVER UN EMPLOI… et se confronter à la concurrence du marché local !   The Job Search Accelerator Seminar a été créé pour répondre à un besoin réel : Comment optimiser sa recherche d’emploi aux Emirats ? Son animateur, Hamza, n’est plus un inconnu de la communauté francophone puisque celui-ci organise régulièrement des webinars gratuits et poste des vidéos en accès libre sur son site.  Si vous voulez en savoir plus, rdv sur notre article Hamza, un coach carrière qui casse les codes du recrutement !   Une journée riche et intense !   De 8h30 à 17h30 : cette journée est complètement dédiée à la recherche d’emploi, décryptée sous la forme d’une présentation en 6 modules distincts qui recouvrent tous les aspects du sujet.   La session commence par une partie qui m’a déstabilisée la première fois (j’avais déjà assisté à ce module dans un webinar) : Hamza nous explique que nous sommes notre pire ennemi dans cette recherche d’emploi. En tant que français cartésien, tendance M. Spock, cette affirmation me rebute. L’explication qu’il donne après avoir énoncé ce fait en atténue l’impact : « Il y a peut-être une crise, moins d’emplois dans mon secteur etc. mais en attendant il y a bien des gens qui vont être embauchés, non ? Alors agissons sur les leviers à notre disposition pour que ce soit nous ». Et c’est justement la base de ce séminaire, c’est ce que nous sommes venus chercher.   La session se déroule en anglais. Hamza parle un anglais simple (mais pas simpliste) avec un accent neutre, un parfait exemple de ce que peut être " l'International English ». Un rapide tour des participants, qui ne sont pas tous francophones, montre qu'il est parfaitement compris de tout le monde. Une des participantes me confie même lors d'une pause son soulagement : « Non seulement il parle bien l'anglais, mais on comprend tout ce qu'il dit ! J'avais un peu peur, car mon niveau d'anglais n'est pas terrible, mais là je n'ai aucun problème. »    L’assistance est attentive pendant qu’Hamza livre sa méthode de recherche d’emploi, résultat de ses 13 ans expérience dans le domaine du recrutement. Ayant été de l’autre côté de la barrière, son approche se veut résolument pragmatique et étayée sur de solides bases théoriques. Hamza est passionné et animé par l’envie de transmettre et ça fait du bien. Son but est bien que ses interlocuteurs trouvent du travail, sans aucun doute. Son discours est concret et chaque conseil est expliqué, voire mis en situation ce qui facilite la compréhension. Parfois il met en scène des situations afin que l’on puisse facilement s’identifier… et ça marche ! Un sourire gêné envahit la salle, car nous nous reconnaissons tous dans ces attitudes.   Ceux qui étaient pessimiste commencent à envisager les choses sous un autre angle et les conversations roulent sur l’intérêt de ce que nous apprenons et ce que cela nous apporte. Les conversations sont plus détendues et des contacts se nouent entre les participants. Le changement d’état d’esprit est tel que sans en avoir conscience nous entrons dans une phase de networking. Nous arrêtons de subir la situation et nous commençons à agir. Nous passons maintenant à une phase plus pratique encore, dans laquelle nous passons en revue des scénarios, des outils et des process pour automatiser notre recherche d’emploi. Tout y passe : de la rédaction du mail de candidature aux scénarios de relance.   Le changement de perspective que révèle Hamza nous aide à vaincre nos réticences. Notre éducation, surtout pour les Français, nous apprend qu’il ne faut pas embêter les gens. Il nous explique comment faire un suivi sans être intrusif pour notre interlocuteur, mais aussi que pour optimiser notre recherche nous devons savoir ce qui se passe après le premier contact. Cela m’aurait bien aidé dans de précédentes recherches d’emplois où je passais du « pas de suivi pour ne pas déranger » à l’odieux parce que je désirais absolument avoir une réponse, préférant un refus tonitruant à une attente incertaine.   Toujours au sujet des outils, nous découvrons un ensemble d’astuces LinkedIn et d’extensions pour Google Chrome qui nous permettent diverses choses comme d’identifier le vrai décisionnaire pour un recrutement, trouver son adresse mail, savoir s’il a ouvert notre mail ou des méthodes pour rentrer en contact avec cette personne.   Hamza nous montre comment grâce à des requêtes Google accéder à des offres d’emplois cachées, qui n’ont pas été divulguées au public parce qu’elles sont en attente dans les cabinets de recrutement. Des offres sans compétition, alors que nous avons maintenant tous les outils pour surclasser la concurrence.   Nous finissons la journée sur le dernier module « Job interview » et l’expérience d’Hamza fait la différence. A un moment il nous propose une des fameuses questions pièges des entretiens d’embauche et demande à la salle ce qu’il faut répondre... La réponse, qu’on nous a toujours présentée comme la meilleure, s’envole de nos bouches et Hamza se contente de nous regarder avec un petit air de « Really guys ? » et nous comprenons tout instantanément que non, parce qu’il a réussi à faire passer son expérience. Il revient rapidement sur ces points dans un moment de consolidation de nos acquis de la journée.   Nous nous séparons après cette journée intense, mais au combien revigorante. Rassurés par le fait que nous aurons un suivi lors d’un webinar privé dans les semaines à venir.   Ce que ce séminaire m’a appris ou aidé à améliorer :  - Comment créer un CV qui attire les employeurs ? - Comment automatiser ma recherche d’emploi ? - Comment bien construire ses scénarios d’approches par email ainsi que ses relances téléphoniques. - Comment s’adresser aux bonnes personnes et aux vrais décideurs. - Comment trouver des offres inédites, qui ne sont pas encore publiées ou difficiles à trouver ? - Comment faire un suivi de mes candidatures, et tant que je n’ai pas obtenu de réponse (oui ou non) continuer à relancer. En d’autres termes, comment briller face à la concurrence lors de ma recherche d’emploi.   Pour le prochain seminaire  Date : le samedi 10 mars 2018, de 8h30 à 17h30. Lieu : Holiday Inn – Al barsha Pour le programme de toute la journée et les inscriptions, c'est par ici ! PROMO EXCLUSIVE : Pour les lecteurs de Dubaimadame profitez d'une réduction de 30% sur le prix de la journée en découvrant votre code promo en CLIQUANT ICI !   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !             
Première boite ?   
Non, c’est ma deuxième. Je suis autoentrepreneur depuis 2011 ; j’ai monté ma compagnie de fitness pour être coach sportif à Dubai. J’entraîne quotidiennement des sportifs de haut niveau (notamment dans le milieu du football), mais aussi des personnes comme vous et moi, avec des objectifs de remise en forme ! Depuis combien de temps à Dubai ?  
Je suis arrivé de Marseille sur Dubai depuis exactement 6 ans, soit le 10 janvier 2012 ! (nb : date de l’interview) Présentez-nous votre business en quelques lignes… Étant célibataire, papa d’un petit garçon de 3 ans et ayant un goût prononcé pour l’univers de la mode, je suis toujours à la recherche de vêtements et accessoires originaux (et de qualité)… et surtout à prix accessible ! Malheureusement j’ai eu beaucoup de mal à trouver mon bonheur parmi l’offre des boutiques ici. J’ai donc commencé à penser à ce projet de plateforme online où je pourrais proposer des produits mode, suivant les tendances, notamment des ensembles « family  matching » c’est à dire mère/fille ou père/fils. J’ai alors travaillé sur le projet… et il y a quelques semaines le site « KidsLittleWorld » est né !  Aujourd’hui, je sélectionne mes coups de cœur : bébés, garçons et filles et aussi des vêtements de grossesse pour les futures mamans. Est-ce que vous avez toujours rêvé d’être entrepreneur ? Issu d’une grande famille et étant l’aîné de 6 frères et 2 sœurs, je me dois d’être un exemple pour eux. Donc si j’ai toujours rêvé d’être entrepreneur, la réponse est OUI complètement.        Qu’est-ce qui a provoqué le déclic pour sauter le pas ? 
Tout simplement mon fils Nael, je veux qu’il soit fier de son père et qu’il ne manque de rien. Pourquoi avoir choisi Dubai pour entreprendre ? Je dirais plus que c’est Dubai qui m’a choisi, mon fils étant ici si je voulais rester auprès de lui je me devais d’entreprendre sur Dubai, où il y a vraiment de grandes opportunités ! Quels sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Dubai ? Challenges : Se faire un petit nom parmi les grosses compagnies. Difficultés : Comprendre les rouages des administrations et les lois de Dubai. Facilités : Dubai est une ville de rêve où si tu travailles dur tout est possible et envisageable ! Quelle est votre source de motivation chaque jour ? 
Cela va être redondant mais c’est évidemment mon fils pour qui je suis prêt à tout. J’ai donc pour but de trouver jour après jour les meilleurs produits pour mes clients… et rester ȧ la pointe de la mode ! Avec le recul, que referiez-vous différemment ? Il y a toujours différentes façons de faire mais la seule chose que je retiens et c’est la plus importante pour moi : peu importe le chemin qu’on prend le plus important est d’aller jusqu’au bout. Avez-vous bénéficié d’aides pour vous lancer ?  Oui il faut toujours s’entourer de personnes qui veulent te voir avancer. Pour ce projet je peux remercier grandement Eva et Fatima, mes amies. Si vous aviez deux conseils à donner au futur entrepreneur qui vous lit ? Ne soyez jamais découragé, si vous croyez en votre idée ne laissez jamais personne vous dire le contraire. Et deux bonnes adresses ? - La Mer : nouvelle adresse pour se relaxer et se recentrer. - La Cantine du Faubourg et La petite Maison : excellents restaurants français sur Dubai. - Une petite troisième : Life n’ One pour changer d’air, j’adore cet endroit ! Comment conciliez-vous vie de parents (si vous l’êtes) et d’entrepreneur ? 
Mes projets me permettent aujourd’hui de pouvoir profiter de mon fils de le récupérer à l’école. Étant passionné d’art, j’adore l’initier à des activités artistiques comme la peinture… d’ailleurs, nous customisons ensemble nos baskets ! La peinture a été une vraie thérapie pour moi. J’aime aussi sortir au grand air pour jouer au ballon avec lui et nous dépenser ! Des projets futurs ? Oui on doit toujours se poser la question : Quelle est la prochaine étape ? Je n’aime pas trop parler de mes projets (ou rêves) avant qu’ils ne soient en cours d'aboutissement, mais oui je suis en train de travailler sur un gros projet dans le domaine du sport. PETIT PORTRAIT INDISCRET    Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? Matinal : réveil 5h ou 6h du matin tout les jours même le week-end. Plutôt café-croissant ou ptit-dej healthy ? Healthy, bien sûr. On reste sportif avant tout ! Plutôt sport extrême ou méditation ? Sport extrême évidemment.  Plutôt robe-sandales ou taileur-talons / costard-cravate ou jean-baskets ? Jean-baskets. Je les collectionne ! Plutôt week-end cocooning ou fiesta ? Cocooning, mais cela ne m’empêche pas de faire la fiesta de temps en temps. Plutôt cigale ou fourmi ? Je dirais fourmi mais bon j’ai des addictions pour lesquelles je compte beaucoup moins.
 LE MOT DE LA FIN   


La fin de quoi ? Si je peux me permettre ce n’est que le début !   Contactez Zaydan sur emailProtector.addCloakedMailto("ep_190454fc", 1); Instagram : @kidslittleworld Page Facebook : Kidslittleworld Pour découvrir l'e-shop, rdv sur  : http://www.kidslittlewld.com   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !                
Première boite ?   Oui, Vendôme International Property est la première entreprise que je gère depuis 2010. J’ai commencé à travailler dans l’entreprise familiale en France en 2009 et ai rapidement créé cette structure en collaboration avec mon père, afin d’avoir mon premier challenge. Avant de me lancer, j’ai fait des études de droit et de gestion d’entreprise, et ai effectué plusieurs expériences professionnelles, notamment dans un cabinet notarial. Depuis combien de temps à Dubai ?  J’ai créé la structure en 2010, mais jusqu’en 2013, j’ai effectué des allers/retours entre la France et les Emirats. Je me suis définitivement installée à Dubaï fin 2013 car l’activité avait pris des proportions indispensables à ma présence au quotidien auprès de mon équipe. Présentez-nous votre business en quelques lignes… Vendôme International Property est une entreprise familiale de conseil spécialisée dans l'investissement immobilier en France, principalement, mais aussi en Espagne. Nous nous adressons à toutes les personnes souhaitant investir dans l'immobilier, sous toutes ses formes. Notre activité concerne toutes les étapes d'un projet : depuis l'étude du marché (projets immobiliers en cours, à venir), en passant par les dispositions fiscales, le choix d'une zone géographique, le budget, le type de bien et son financement... jusqu'à la gestion de celui-ci ! Nous gérons tout le process de A à Z et sans aucun frais à la charge de nos clients, afin de leur proposer une solution clé-en-main, sans coût supplémentaire. Est-ce que vous avez toujours rêvé d’être entrepreneur ? Je suis née dans une famille d’entrepreneurs, de générations en générations, j’aime les challenges et me dépasser, que ce soit dans la vie professionnelle ou personnelle. Je souhaitais avoir un métier qui me fasse voyager et découvrir le monde. Que rêver de mieux que Dubaï pour cela ? L’immobilier m’a toujours attiré, cette relation avec le client et de participer à une étape importante de leur vie. Par contre, je voulais avoir mon propre projet et ne pas être que « la fille de » qui reprend simplement l’entreprise florissante de son père.  Qu’est-ce qui a provoqué le déclic pour sauter le pas ? Cela est venu naturellement. J’étais d’accord de rejoindre l’entreprise familiale à condition de développer rapidement ma propre activité. J’ai d’abord appris les ficelles du métier ; j’ai fait des erreurs j’ai aussi apporté des points de vue innovants. Enfin, j’ai monté cette structure qui est complémentaire à la société de promotion immobilière de mes parents, mais qui reste juridiquement complètement indépendante. Comme toute entreprise familiale, chacun veille sur le travail de l’autre, je reçois donc régulièrement la visite du CEO à Dubaï, et participe chaque trimestre au Conseil de Surveillance de l’entreprise en France. Pourquoi avoir choisi Dubai pour entreprendre ? Evian, ma ville de naissance, a toujours attiré la clientèle du Golf. Nous avons de très bons clients depuis plus de 20 ans, qui ont investi à plusieurs reprises dans nos promotions immobilières. Afin de pouvoir être plus proche de nos clients et faciliter nos relations avec eux, il était évident qu’il fallait se rapprocher d’eux géographiquement. Dubaï est là ville par excellence où vivre dans le golf. C’est une ville en pleine expansion, dynamique, cosmopolite, et il faut le dire, très centrale. Tous les citoyens du golf passent par Dubaï au moins une fois par an, c’est donc le meilleur endroit pour les recevoir.  Quels sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Dubai ? Pour être honnête, pour moi le plus gros challenge a été de monter la bonne structure qui corresponde à mon activité. Il y a 10 ans, il a fallu s’y reprendre à plusieurs reprises pour avoir la bonne licence et les bons documents. L’immobilier, c’est courant à Dubaï, mais vendre de l’immobilier à l’étranger n’était pas appréhendé à ce moment-là.  Une fois que la structure est montée, c’est l’épanouissement professionnel, aucune barrière, tout est fait pour rencontrer des gens, pour développer son activité. Si on a envie d’avancer, vous bénéficier d’une ligne droite infinie. Quelle est votre source de motivation chaque jour ? L’avenir de mes enfants. Vivre ici est un grand avantage pour eux. Ils y a des gens qui viennent du monde entier avec leurs langues et leurs cultures différentes, et je trouve cette aventure exceptionnelle. Avec le recul, que referiez-vous différemment ? Pas grand-chose car en fait les petites erreurs de stratégie que j’ai pu faire m’ont permis de prendre de l’expérience et d’en éviter des bien plus importantes par la suite. Avez-vous bénéficié d’aides pour vous lancer ?  Oui, celle de mon père qui me guide encore au quotidien dans la gestion de mon activité. J’ai des idées différentes des siennes sur certains points, mais il faut savoir écouter les conseils que l’on vous donne et faire confiance aux personnes expérimentées.  Si vous aviez deux conseils à donner au futur entrepreneur qui vous lit ? Travailler dur pour s’implanter et ne pas compter ses heures, Dubaï est une ville exceptionnelle qui offre des opportunités qu’il faut savoir saisir. Et deux bonnes adresses ? - Le marché du vendredi matin à Zabeel Park. On trouve plein de foodtrucks pour prendre un petit déjeuner, des stands de petits créateurs qui vous donnent beaucoup d’idées cadeaux, des animations pour les enfants. - Le restaurant Jebal Atlas à Al Barsha. Un très bon restaurant marocain authentique qui peut aussi vous livrer chez vous. Comment conciliez-vous vie de parents (si vous l’êtes) et d’entrepreneur ? En essayant de m’organiser au mieux. J’ai appris à séparer le travail et la vie personnelle. Je n’ai pas accès à ma boite mail sur mon téléphone portable par exemple, même si je reste joignable en cas d’urgence professionnelle, je ne suis pas tentée de regarder mes mails toutes les 10 minutes le soir ou le weekend. Des projets futurs ? Oui, je travaille sur tout un planning de soirées privées à thème autour de l’immobilier en France pour les expatriés. Beaucoup d’expatriés se ferment des portes quant à l’investissement en pensant qu’ils sont trop jeunes, qu’ils n’ont pas assez d’apport, qu’il n’est pas possible d’avoir de prêt, qu’ils ne peuvent pas gérer tout cela à distance. Je veux faire intervenir régulièrement des interlocuteurs de France pour conforter nos clients dans leurs décisions. 

D’ailleurs la semaine prochaine, nous avons notre première conférence de l’année, avec l’intervention d’un notaire qui expliquera de quelles garanties on bénéficie lorsque l’on achète en France et comment on peut protéger son patrimoine futur ou déjà existant.   PETIT PORTRAIT INDISCRET    Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? Matinale, en semaine je suis capable de me coucher à 21h plusieurs fois de suite. Plutôt café-croissant ou ptit-dej healthy ? Les deux, je suis chauvine, le café-croissant c’est très français, mais il ne faut pas en abuser donc j’alterne ! Plutôt sport extrême ou méditation ? Sport extrême sans hésiter.  Plutôt robe-sandales ou taileur-talons / costard-cravate ou jeans-baskets ? Robe sandales, on est à Dubaï, il faut en profiter. Les tailleurs je les garde pour mes rdv en France. Plutôt week-end cocooning ou fiesta ? Cocooning, les enfants se lèvent bien trop tôt pour faire la fiesta tout le weekend. Plutôt cigale ou fourmi ? Fourmi LE MOT DE LA FIN  Quelle fin ? Contactez Marie et son équipe sur www.vendome-property.com emailProtector.addCloakedMailto("ep_4bfa55b5", 1); Tel. +971 4 421 21 45 Première conférence gratuite de l’année : Propriétaire d'un bien immobilier ou futur acquereur : comment protéger son patrimoine immobilier ! Le mercredi 31 Janvier 2018 à 19h à Business Bay. Cocktail et valet parking offerts. Pour s'incrire : emailProtector.addCloakedMailto("ep_88f52a06", 1); ou 052 73 99 975 N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !              
Première boite ?   Cécile : À mon arrivée à Dubaï, afin de pouvoir représenter localement la Cité des sciences et de l’Industrie (mon premier employeur en France), j’ai eu une premiere structure unipersonnelle qui m’a permise de conduire des projets très rapidement. Mais travailler seule a ses limites. Stéphane : Oui 1ère boite, j’ai un parcours très corporate (étant issu d’une école de commerce) avant Culture Emulsion : Carrefour, PPR Fnac, Samsung, HP). Finalement, tous les chemins mènent à la culture !  Depuis combien de temps à Dubai ?  Cécile : Je finis ma 14ème année… déjà ! Stéphane : Je suis dans ma 10ème saison, plus que Games of Thrones ! Présentez-nous votre business en quelques lignes…  Cécile : Culture Emulsion est la résultante de la rencontre de Stéphane et moi même. Nos savoir-faire et expériences respectives et surtout notre désir d’animer le paysage culturel francophone local nous ont conduit à offrir aujourd’hui 3 services : - Un saison théâtrale francophone au DUCTAC pour tous, - Une école de théâtre en langue française à partir de 6 ans, adultes y compris - Une offre aux entreprises : • Théâtre d’entreprise (en anglais bien sûr) • Conseil et management de projets culturels et loisirs éducatifs   Stéphane : pas mieux !    Est-ce que vous avez toujours rêvé d’être entrepreneur ? Cécile : Ça n’a jamais été un rêve mais ce fût une évidence. Stéphane : Jamais ! Mais quel bonheur et épanouissement d’avoir eu ensuite l’idée et l’opportunité de le faire ! Qu’est-ce qui a provoqué le déclic pour sauter le pas ? Cécile : La proposition de Stéphane de s’associer sur la base de nos points communs, de nos expériences complémentaires et de notre énergie. Mais aussi, il faut bien l’admettre, un petit de grain de folie qui nous anime encore aujourd’hui. Stéphane : Une idée + un pays qui s’y prêtait + le bon partenaire + un passage propice dans ma vie professionnelle à ce moment précis !   Pourquoi avoir choisi Dubai pour entreprendre ? Cécile : La question devrait être « pourquoi entreprendre à Dubai ? », en ce qui me concerne. Nous avons choisi de venir nous installer à Dubai pour des raisons personnelles et professionnelles. Et une fois à Dubai, l’énergie de la ville, certaines rencontres et opportunités m’ont convaincue que c’était LÀ et MAINTENANT, ou JAMAIS.   Stéphane : la bonne nouvelle c’est que notre business model  & positionnement sont assez uniques et plaisent ! Nous pourrions, demain, reproduire Culture Emulsion à peu près partout dans le monde.   Quels sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Dubai ? Cécile : La plus grande difficulté est de ne pas perdre de temps et surtout de l’argent dans les premiers mois pour mettre en place sa structure : licence, bureau, sponsoring… en fonction de son business modèle. Les réponses qu’on vous donne sont très variées, les règles changent. Prendre plus de temps plutôt que de se lancer rapidement. Stéphane : L’opportunité gigantesque des UAE réside dans la possibilité d’essayer toute idée ou tout nouveau concept assez rapidement. « The sky is the limit » et c’est vrai !   Quelle est votre source de motivation chaque jour ? Cécile : Les nouveaux projets et une belle équipe. Stéphane : Apporter de la bonne humeur, de l’humain et du développement personnel à tous les niveaux de rencontres (spectacles, formations/teambuilding entreprises, école de théâtre) dans ce monde loin d’être parfait comme on le sait ! C’est notre petit grain de sable de contribution !    Avec le recul, que referiez-vous différemment ? Cécile : Rien Stéphane : Avoir commencé plus tôt.   Avez-vous bénéficié d’aides pour vous lancer ?  Cécile : Des conseils bienveillants de la communauté d’affaires de Dubai. J’ai participé à des groupes de travail du FBC (SYNERGIE, WIN, Woman Business Council etc.) qui m’ont fait rencontrer des collaborateurs avec qui nous travaillons toujours. Stéphane : Nos conjoints bien évidemment, sans qui cette aventure n’aurait jamais pu voir le jour !   Si vous aviez deux conseils à donner au futur entrepreneur qui vous lit ? Cécile : Tenter sa chance et modérer ses investissements pour croître sereinement. Stéphane : Une belle idée et osez !   Et deux bonnes adresses ? Cécile : Deux adresses d’entrepreuneuses et amies : - The Den, City walk où Nadia vous recevra pour vous conseiller sur vos projets de décoration.  - Caramel and Sun au Mercato où Olivia et Magali se chargeront des chambres et accessoires design de vos enfants et ados. Faites leur confiance ! Stéphane :  Al Qudra pour de belles sessions de vélo sur piste le matin de bonne heure. Al Qudra encore pour sa réserve d’oiseaux superbe !   Comment conciliez-vous vie de parents (si vous l’êtes) et d’entrepreneur ? Cécile : C’est un métier à part entière ;-) J’ai la chance d’avoir un mari qui me soutient et accepte mes horaires…. Nous essayons d’être l’un ou l’autre à la maison quoi qu’il arrive pour gérer l’école, les activités, la logistique et surtout les câlins. C’est aussi un style de vie que je suis fière de vivre avec ma famille sachant que nous avons 2 petites filles. Stéphane : C’est un exercice compliqué mais je compense en invitant mes enfants aux spectacles ;-)   Des projets futurs ? Cécile : C’est la caractéristique principale de notre société ; chaque jour un nouveau projet !  Restez connectés. Stéphane : Bien sûr ! De nouvelles activités rattachées a l’ecole de théâtre, de nouvelles spécialisations sur le théâtre d’entreprise etc, etc. : 2018 ne fait que commencer !    PETIT PORTRAIT INDISCRET    Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? Cécile : Oiseau de nuit avec mes ami(e)s et plutôt matinale avec les enfants . Stéphane : Les 2 bien sûr ! Plutôt café-croissant ou ptit-dej healthy ?  Cécile : Par goût, café/croissant mais j’essaie depuis 40 ans de passer au healthy, je ne sais pas pourquoi… Stéphane : Healthy ! Plutôt sport extrême ou méditation ?  Cécile : Plutôt méditation, Pilates et Yoga avec Jeanique, à JLT, une coach et une femme fabuleuse (https://www.jeaniqueyogaandpilates.com) Stéphane : Sport à 200% ! Moyennement extrêmes tout de même. Plutôt robe-sandales ou taileur-talons / costard-cravate ou jeans-baskets ?  Cécile : Les deux bien sûr. Stéphane : Jean-baskets !  Plutôt week-end cocooning ou fiesta ?  Cécile : Si c’est un week-end où nous ne travaillons pas, cocooning indispensable pour recharger les batteries et fiesta régulièrement pour encourager le lâcher prise et la folie ;-)  Stéphane : Fiesta mais bcp de découvertes et balades aussi ! Plutôt cigale ou fourmi ?  Cécile : selon moi, ni l’un ni l’autre. Peut-être faut-il demander à mon mari, non ? Stéphane : Plutôt corbeau… ou renard ?   LE MOT DE LA FIN Cécile : Entreprendre est une telle opportunité pour mieux se connaître et s’épanouir. Un très bel outil de développement personnel . Tentez votre chance ! Dubaï, encore aujourd’hui, le permet.    Si vous souhaitez suivre de Cécile et Stéphane : Website : https://culture-emulsion.net/ Facebook : https://www.facebook.com/cultureemulsion/ Email : emailProtector.addCloakedMailto("ep_97a123b8", 1); p.p1 {margin: 0.0px 0.0px 0.0px 0.0px; font: 15.0px Calibri; color: #0433ff} span.s1 {text-decoration: underline}   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !            
Le French Business Council agrandit sa palette de services « Appui aux entreprises » en lançant sa première offre d’implantation 3-en-1 (bureaux + licence + réseau) en plein cœur du quartier de Dubai Silicon Oasis (DSOA). Rencontre avec Anne Maillard, chargée de projet.   Le business center, hébergeur d’entreprises françaises, francophones et francophiles   « Ouvrir un business center était pour nous la continuité logique de l’accompagnement et l’aide à l’implantation des entreprises » nous explique Anne. En effet, la mission clé du FBC consiste à favoriser les relations économiques entre la France, Dubai et les Emirats du Nord. Ainsi, cette ouverture va permettre de soutenir durablement les entrepreneurs dans leur phase de création d’entreprise avec une solution pratique. Pour chacun des bureaux du nouveau Business Center, le FBC propose : • Une licence + 1 visa de travail • Un soutien administratif pour l’implantation de son entreprise • Un accès au réseau des 400 sociétés membres du FBC (Multinationales, moyennes entreprises, PME, start-ups et entrepreneurs de tous secteurs d’activités) • Un accès privilégié aux événements du FBC (conférences pays, groupes de travail par métier par secteurs d’activité) • Une mise en relation avec des entreprises cibles • Un encadrement et un soutien de proximité (par le biais de partenaires en marketing et conseil juridique et financier) • Un système de mentoring et l’accès au Club Synergie - networking et partage de connaissances   Anne Maillard, fraîchement arrivée à Dubai, ancienne experte en publicité et commerciale dans l’âme, a travaillé depuis plusieurs mois sur le projet pour aujourd’hui aboutir à une offre complète « clés en main ». « Notre volonté est vraiment de prendre soin de nos entrepreneurs ! Ceci consiste à les aider pour déceler les bons contacts, mais encore accompagner leur croissance dans la région, et ainsi participer à leur succès en créant des synergies avec nos membres » conclut-elle.
   Un environnement propice aux synergies   Ce nouveau co-working space est idéalement situé dans un quartier en plein développement de Dubai : à proximité d’une zone de verdure, dans des locaux flambant neufs : « En effet, Silicon Oasis est une zone de plus en plus dynamique, qui se nourrit aussi bien de l’effervescence de jeunes start-up que de l’expérience de grandes entreprises. On y retrouve différents secteurs d’activités tels que le consulting, le trading, le e-commerce, les nouvelles technologies etc. » nous explique Anne. Quartier de DSOA - photo non contractuelle   10 postes de travail en open-space sont à pourvoir, liés par une réception commune. Ceux-ci bénéficient de tous les avantages d’un bureau traditionnel tels que : domiciliation postale, ligne téléphonique, connexion internet, équipements neufs (imprimante-photocopieuse, téléphones), cuisine etc. « Cette mise en commun des ressources quotidiennes et des projets individuels permettra de créer un espace de travail optimal… et pourquoi pas de voir émerger de nouveaux projets corporatifs ! » affirme Anne, avec enthousiasme.   De plus, le centre accueille 2 salles de réunion : une première de 6 personnes, disponible gratuitement sur réservation ; une seconde plus spacieuse (capacité de 15 personnes) ainsi qu’une salle de conférence (35 personnes), toutes deux disponibles à tarif préférentiel.   Enfin, l’avantage principal est social, puisqu’il demeure dans la capacité du FBC à mettre en relation les entreprises hébergées au sein du Business Center avec les autres membres de la Chambre et ses partenaires privilégiés, puisque l’adhésion à la Chambre de Commerce de Dubai (French Business Council) est offerte. Une aubaine donc, pour tisser des relations professionnelles de confiance et ainsi contribuer aux maillage économique français de la région. Celles-ci pourront être issues de secteurs différents mais définitivement toutes plongées dans la même aventure où soutien et convivialité seront de mise !   Les avantages d’une implantation à DSO (zone franche), sous certaines conditions * : 
 • Un capital 100 % propre. Traditionnellement, les entreprises doivent être détenues à 51 % par un Emirien ; les zones franches ont donc été créées pour permettre le développement des échanges commerciaux internationaux. • Des facilités liées à la zone franche : une fiscalité avantageuse et des coûts d’implantation raisonnables. • La présence de nombreuses PME et de grands groupes français à Silicon Oasis : avec une vraie volonté de soutenir les jeunes pousses et ainsi faire partie d’une communauté d’affaires « de proximité ». *Ne peuvent pas s’implanter dans DSO, les secteurs d’activités suivants : « real estate », « facilities management », « events management » et « engineering ».   Le FBC en chiffres c’est :   - 400 sociétés membres - 2 pôles d’activités : le Business Consulting (aide à l’implantation et à l’exportation, recrutement) et le Member Service (développement et animation du réseau de membres). - 3 clubs : le club Synergy regroupant des TPE / PME et entrepreneurs ; LE Club, regroupant les CEO de grands groupes ; le Club des Chief Security Officers  (venant de différents secteurs d’activités et favorisant le networking et la résolution de problématiques communes). - 4 groupes de travail sur des thématiques métiers : Finance, Marketing/Communication, RH, Diversité. - 7 comités sectoriels qui sont autant de plateformes d’échanges et d’information sur des secteurs porteurs (développement durable, construction, agroalimentaire, transport et logistique, santé, nouvelles technologies, luxe et retail). - des conférences pays et missions exploratoires dans la zone Afrique – Moyen-Orient.   Pour plus d’information sur le business center, rdv sur le site du FBC : www.fbcdubai.com   Vous souhaitez vous implanter aux Emirats ? Pour obtenir des informations personnalisées, contactez : - Milena Chemin par email ou par téléphone au +971 (0)4 312 67 07  - Anne Maillard par email ou par téléphone au +971 (0)4 312 67 10      N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !            
Première boite ?  C’est la première société que je crée. Elle correspond à une reconversion professionnelle. Après toutes ces années en expatriation, à suivre mon mari et à élever nos 3 filles, il était temps pour moi de commencer une nouvelle carrière. Ma passion pour les voyages m’a naturellement amenée à créer un site qui propose une offre d’hôtels authentiques, différents de ceux que vous pouvez trouver sur internet jusqu’à présent. Depuis combien de temps à Dubai ? Nous entamons notre 6ème année à Dubaï, mais nous avions déjà passé 8 années au Qatar, donc la région nous était très familière. Celle-ci offre l’immense avantage de pouvoir sillonner l’Asie et le Moyen Orient, à seulement quelques heures de vols de Dubaï.  Présentez-nous votre business en quelques lignes…  Mon site, www.ColonialAtmosphere.com propose une offre d’hôtels coloniaux et historiques. Ce sont des lieux chargés d’Histoire, qui donnent un sens à votre voyage. Chaque hôtel est sélectionné et testé par mes soins, afin de vérifier qu’il corresponde bien à nos standards de luxe/propreté etc. Le site présente une collection d’hôtels, sans aucune commission de réservation, vous serez redirigé directement sur le site de l’hôtel pour votre réservation. Est-ce que vous avez toujours rêvé d’être entrepreneur ? Je suis assez indépendante et avec des idées bien tranchées donc cette position me convient assez bien ! Qu’est-ce qui a provoqué le déclic pour sauter le pas ? Le départ de ma fille ainée, partie faire ses études à Madrid. Mon mari m’a alors suggéré de reprendre une activité afin d’éviter le syndrome que les anglais appellent du « nid vide ». L’idée est née lors d’un de nos voyages, pour lequel de très bons amis nous avaient conseillé un hôtel fabuleux. A ce moment là, on s’est dit qu’il fallait partager toutes ces belles adresses, et en faire un site pour les regrouper.    Pourquoi avoir choisi Dubai pour entreprendre ? Vivant à Dubaï, il m’a paru évidant de baser ma société ici, d’autant plus que les zones franches y sont très développées et la création d’entreprise grandement simplifiée.   Quels sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Dubai ? Dubaï transmet une énergie très positive qui vous pousse à entreprendre et à sortir de votre zone de confort. J’ai le sentiment que tout est possible à Dubaï, bien qu’on ne vous attende pas et que la compétition soit présente. Je ne me sens à aucun moment pénalisée parce qu’il y a un trou de quelques années dans mon C.V.  On me regarde pour ce que je fais aujourd’hui, et sur ma capacité à m’adapter aux nouvelles technologies.  Mon prochain challenge sera de lever des fonds pour ma start-up ; une nouvelle casquette, de nouvelles techniques à apprendre !    Quelle est votre source de motivation chaque jour ? Je me suis inventé le job idéal, celui qui fait rêver toutes mes amies ! Voyager pour découvrir de nouvelles adresses et de nouvelles cultures représente la partie la plus agréable de mon métier. J’ai donc l’envie de transformer l’essai afin de pouvoir continuer longtemps à faire ce que j’aime le plus au monde : voyager !   Avec le recul, que referiez-vous différemment ? Je ne me laisserais pas distancer sur l’évolution du marketing et de la publicité ; continuer d’apprendre est essentiel à toute profession.    Avez-vous bénéficié d’aides pour vous lancer ?  Aucune, mise à part le soutien moral et financier indéfectible de mon mari ! J’ai eu également des conseils très précieux de la part d’amis qui travaillent dans ce secteur d’activité, et qui m’ont confortée dans mon projet.    Si vous aviez deux conseils à donner au futur entrepreneur qui vous lit ? Je pense que chaque pas, chaque succès est décuplé lorsqu’il s’agit de votre propre boite, d’où l’importance de se lancer. En revanche, il faut s’armer de patience, car toutes les lignes que vous avez prévues dans votre business plan peuvent prendre beaucoup plus de temps que prévu ! J’ai l’immense chance d’avoir un mari qui fait bouillir la marmite, donc pas d’obligation de résultats à très court terme. Ca change tout !   Et deux bonnes adresses ? Je suis la reine des bonnes adresses… partout sur la planète ! Mes amies ne s’y trompent pas d’ailleurs ! Une adresse pour acheter des tissus à Jaïpur ? Hot Pink et Anokhi bien sûr! De jolies objets laqués à Siem Reap ? Theam’s sans hésiter ! Le meilleur restaurant de Bangkok ? Issaya Siamese Club, fabuleux !!! Vous retrouverez toutes ces bonnes adresses sur mon blog, ainsi que des livres à emporter pour chaque destination.    Comment conciliez-vous vie de parents (si vous l’êtes) et d’entrepreneur ? Je travaille depuis la maison pour tout ce qui est préparation des voyages à venir, suivi des hôtels déjà démarchés et communication. Donc pour 80% de mon temps, cela n’a pas changé grand chose. Lors de mes voyages, je m’absente souvent 8 à 10 jours, et là c’est mon mari qui prend la relève ! Cette situation nouvelle a fait beaucoup de bien à toute la famille, en rééquilibrant les tâches et en obligeant les enfants à plus d’autonomie.    Des projets futurs ? Des voyages, encore des voyages ! Singapour et Malaisie en décembre, l’Inde du Sud, la Birmanie et Zanzibar au printemps.    PETIT PORTRAIT INDISCRET    Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? L’oiseau de nuit se transforme souvent en plutôt matinal avec les années… Plutôt café-croissant ou ptit-dej healthy ? Mon thé Earl Grey me suit partout sur la planète ! Plutôt sport extrême ou méditation ? Sport extrême, sans hésitation (j’ai demandé un saut Skydive pour Noël !) Plutôt robe-sandales ou taileur-talons ? Robe-sandales, plus adapté aux températures tropicales des pays d’Asie que je visite. Plutôt week-end cocooning ou fiesta ? Fiesta, entrecoupée de pauses familiales qui tissent les liens si importants avec nos enfants. Plutôt cigale ou fourmi ? Cigale marseillaise, comme mes origines !   LE MOT DE LA FIN Merci Dubaimadame de mettre en valeur mon parcours de femme expatriée !   Si vous souhaitez suivre Nathalie : Website : www.colonialatmosphere.com Email : emailProtector.addCloakedMailto("ep_1ad0659a", 1);   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !              
Première boite ?  Oui, mon époux et moi travaillions dans la même société à Londres, avec des compétences très différentes mais complémentaires. Nous avons décidé de monter Naseba ensemble en France en 2002. Depuis combien de temps à Dubai ? Notre activité nous portant vers les marchés émergents, nous avons ouvert une antenne à Dubai en 2004, puis en Inde en 2005. Pendant 4 ans, nous avons développé la société en Asie et avons tout naturellement décidé de déménager le siège à Dubai en 2008. Présentez-nous votre business en quelques lignes…  Naseba est un groupe international d’environ 150 collaborateurs, avec une présence à Dubai, Bangalore, Chicago et Shanghai, et spécialisé dans l’accompagnement des entreprises dans leur développement vers les pays à forte croissance. Notre expertise s‘étend de la mise en relation avec des investisseurs pour lever des fonds et le développement des partenariats stratégiques ; à la pré-qualification de distributeurs, la prévente, la formation sur des domaines innovants, et la production de sommets de rencontres d’affaires. Nous organisons notamment le Global WIL Economic Forum les 25 et 26 octobre prochains à Dubai. Est-ce que vous avez toujours rêvé d’être entrepreneur ? Oui et non – j’ai toujours été indépendante et par conséquent, je ne me voyais pas poursuivre une carrière dans un cadre trop défini par d’autres que moi. Ceci dit, mes études universitaires m’amenaient vers la recherche académique et l’enseignement, ce qui peut paraître paradoxal. Je voulais être archéologue, et la vie en a décidé autrement mais m’a offert la possibilité d’assouvir ma soif d’aventure tout en continuant à apprendre et découvrir de nouveaux domaines d’expertise.    Qu’est-ce qui a provoqué le déclic pour sauter le pas ? Clairement la naïveté teintée d’arrogance de penser que l’on avait à offrir quelque chose de mieux que la concurrence.   Pourquoi avoir choisi Dubai pour entreprendre ? Un client de Dubai avait participé à nos forums à Monaco et nous avait invités à venir quelques jours, car il pensait que nous y trouverions un marché opportun. Mon mari a accepté l’invitation et m’a a appelée depuis Dubai me disant qu’il fallait que je vienne au plus vite voir cette ville incroyable. Je me souviens encore de ce voyage et de la sensation de vivre un moment particulier de l’histoire de cette ville. On pouvait palper le dynamisme ambiant, tout était à construire : c’était formidable ! Nous avons ouvert le bureau 1 mois après.    Quels sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Dubai ? Personnellement, je trouve que Dubai offre un climat toujours propice à l’entreprenariat avec les free-zones, l’accès à une main d’œuvre qualifiée et multiculturelle, et une règlementation encore souple. Mais les temps ont beaucoup changé, et le coût de la vie pour les individus et les entreprises a beaucoup augmenté ; un autre facteur handicapant est la taille du marché. Pour beaucoup d’entreprises, l’exportation est obligatoire tout en étant compliquée dans le contexte difficile de la région.  Un autre point bloquant : la croissance des entreprises en matière d’innovation expliqué par le peu de talents disponibles. Malgré les efforts du gouvernement et de la communauté entrepreneuriale, il va falloir quelques années pour créer un écosystème vertueux ; former des talents locaux et faire de Dubai une destination attractive pour les talents internationaux, notamment dans le domaine de la Tech et des industries innovantes. Les Emirats sont des pays jeunes, qui ont connu une transition plus qu’accélérée d’une économie 100% fondée sur les ressources naturelles vers une économie fondée sur la connaissance. On ne crée pas la Silicon Valley en un jour, mais comme ce pays fait tout plus vite que les autres, j’ai beaucoup d’espoir que cela soit le cas bien plus vite qu’on ne l’imagine.   Quelle est votre source de motivation chaque jour ? Je suis très reconnaissante de la vie qui m’est donnée.   Avec le recul, que referiez-vous différemment ? Cela peut paraître un poncif mais en fait tout et rien : Tout parce qu’évidemment, l’expérience permet de refaire en mieux : « practice makes perfect ». Rien, parce que chaque erreur, crise et échec nous a construit et continuerons à le faire.    Avez-vous bénéficié d’aides pour vous lancer ?  Non, aucune. En revanche nous avons eu beaucoup de chance. Le marché était propice et nous nous sommes entourés de collaborateurs de talent (dont certains sont toujours avec nous aujourd’hui même après avoir déménagé le siège et vécu toutes sortes de tribulations.) Nous avons eu vite des clients et partenaires qui nous ont fait confiance et même parfois suivis quand nous commettions des erreurs.     Si vous aviez deux conseils à donner au futur entrepreneur qui vous lit ? Demain est un autre jour. Quoiqu’il arrive dans une vie d’entrepreneur, bon ou mauvais, le soleil se lève toujours le lendemain.    Comment conciliez-vous vie de parents (si vous l’êtes) et d’entrepreneur ? Ce n’est pas tant l’indisponibilité de temps que celle de l’esprit qui est la plus difficile à gérer en tant que parent entrepreneur. L’un d’entre nous a toujours pu être là le soir et le week-end car nous organisions nos voyages et meetings en fonction (quand mon mari part, je suis là et vice versa). Nous avons déménagé à Dubai lorsqu’il est devenu impossible de continuer les voyages incessants depuis le Sud de la France sans en faire souffrir les filles, et nous avons tenté de combler les manques tant que possible en ayant des moments privilégiés mère-fille et père-fille. Par exemple, mon mari part tous les ans seul avec une de ses filles pour un voyage découverte au Rwanda, Ethiopie, Malaysie, Chine, etc.  Ma grande fille vient de terminer ses études et travaille chez naseba ; c’est une jeune femme indépendante, déterminée, qui se lance dans la vie avec passion.  La petite qui est maintenant adolescente a une vie sociale et sportive très chargée. C’est plutôt elle qui doit trouver du temps dans son agenda pour nous !   Des projets futurs ? Oui, beaucoup dont entre autres le WIL Economic Forum se déplacera en Arabie Saoudite en décembre en collaboration avec Princess Noura University, autour de l’axe fondamental de développement jeunesse/femmes dans le cadre de VISION 2030. Nous emmenons WIL Economic Forum en Afrique de l’est en 2018, sur le thème du « social entrepreneurship et social impact ». Nous venons de finaliser une collaboration pan africaine avec plusieurs gouvernements pour le 1er sommet pan africain sur la Cyber défense qui aura lieu à Nairobi au premier trimestre 2018. Dans le domaine du Venture Capital, nous poursuivons la croissance de nos plateformes d’introduction de sociétés de tech (medtech/fintech/hoteltech/hrtech/AI/VR) aux investisseurs GCC, Chinois et cette année pour la première fois au Japon.   PETIT PORTRAIT INDISCRET    Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? Matinale, lever 6 heures. Plutôt café-croissant ou ptit-dej healthy ? Café c’est tout. Plutôt sport extrême ou méditation ? Yoga, pilates, spinning, beaucoup de marche en montagne dès que je peux, donc c’est un mélange de bon pour mon corps et mon esprit Plutôt robe-sandales ou taileur-talons ? Robe talons – pantalon talons – je ne porte quasiment plus de tailleur et ai beaucoup féminisé ma garde-robe professionnelle depuis mon arrivée à Dubai.  Plutôt week-end cocooning ou fiesta ? J’aime beaucoup sortir avec mes amis mais aussi lire et je ne donne pas mal de mon temps à des activités de mentorship, ainsi qu’à des groupes de jeunes – donc les week-end passent TRÈS vite. Plutôt cigale ou fourmi ? Complètement cigale, parfois à mes dépends. Nous aimons tous les deux beaucoup la gastronomie, inviter des amis et voyager donc c’est compliqué de vivre en fourmi dans ces conditions…   Si vous souhaitez suivre Sophie : Website : https://www.naseba.com Email : emailProtector.addCloakedMailto("ep_c6dd0eed", 1); Tel :+971 44 55 79 21 Pour en savoir plus sur le Global WIL Economic Forum les 25 et 26 octobre 2017.   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !                
Première boite ?  Oui. Depuis combien de temps à Dubai ? 3 ans et demi (on compte encore les demies années à ce niveau !) Présentez-nous votre business en quelques lignes…  Maison Duffour est une épicerie en ligne, qui livre les particuliers à Dubai et Abu Dhabi. Nous nous occupons de tout le circuit, depuis le producteur jusqu’au stockage. Nous sélectionnons des produits gourmets, et essayons de rester toujours abordables. Volailles françaises, fromages fermiers, fruits de mer, boulangerie (avec un boulanger français aux Emirats) etc. Nous venons également de lancer une sélection de fromages en abonnement mensuel : la cheese box.  Est-ce que vous avez toujours rêvé d’être entrepreneur ? Je n'y avais pas vraiment songé plus jeune. Mais lorsque que ma femme et moi sommes partis chercher du travail à l’étranger il y a 5 ans, nous avions la ferme intention de le devenir.   Qu’est-ce qui a provoqué le déclic pour sauter le pas ? Nous avons simplement eu le sentiment que c’était le moment. Nous avions les cartes en mains, il fallait donc se lancer.    Pourquoi avoir choisi Dubai pour entreprendre ? J’ai commencé par y travailler 2 ans en tant qu’employé. Il est toujours long de constituer un réseau solide, des connaissances d’un marché, de ses régulations. C'est ça avoir les cartes en mains. Et Dubai offrait la possibilité de se lancer, sur un marché encore assez peu exploré mais en développement.   Quels sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Dubai ? Une certaine difficulté à appréhender le bon choix de structure ; les coûts sont très importants pour une jeune entreprise qui n'a pas encore commencé à générer de chiffre d'affaire. En revanche, c'est un marché plein d'opportunités, où l'on peut à peu près tout tenter.    Quelle est votre source de motivation chaque jour ? Apprendre tous les jours de nouvelles choses, sur différents métiers et sur soi-même. Aucune journée ne se ressemble, c'est banal de dire cela, mais c'est très important au quotidien !   Avec le recul, que referiez vous différemment ? Difficile à dire avec moins d’un an d'existence. En tout cas le choix initial lui, resterait le même sans aucun doute !   Avez-vous bénéficié d’aides pour vous lancer ?  De ma femme tout d'abord, qui est associée, conseil et partie prenante malgré un travail à plein temps.  Familialement également, pour commencer l’activité. Puis une aide considérable de tout notre entourage à Dubai : conseils pour choisir le bon sponsor, la bonne structure, partage de contacts, de connaissances, bouche à oreille... La communauté francophone est, sincèrement, incroyable en terme d'entraide.      Si vous aviez deux conseils à donner au futur entrepreneur qui vous lit ? Je suis encore un peu « vert » pour ça, mais dans tous les cas, il est important de bien se renseigner concernant les coûts de départ, auprès de diverses sources et en fonction du type d'activité.   Si tu me lis, futur entrepreneur, sache que je réponds très volontiers à ces questions !   Et deux bonnes adresses ? - Lucky's furniture, dans la zone industrielle de Sharjah, pour des meubles qui sortent de l'ordinaire, et parce l'endroit est amusant. - Le restaurant grec Mythos à JLT, surtout depuis que j'y ai retrouvé une recette d'enfance !   Comment conciliez-vous vie de parents (si vous l’êtes) et d’entrepreneur ? Nous ne sommes pas parents pour le moment, le jour où cela arrivera, nous aviserons !     Des projets futurs ? Pleins de produits sur lesquels nous travaillons, de quoi vous faire tous saliver ! Mais je n'en dirai pas un mot de plus.   PETIT PORTRAIT INDISCRET    Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? Un peu des deux. Je n'ai jamais été un gros dormeur, soit je ne m'endors pas, soit je me réveille bien avant que le soleil ne se lève…! Plutôt café-croissant ou ptit-dej healthy ? Café-croissant (avec des produits de qualité, c'est très healthy d'ailleurs !) Plutôt sport extrême ou méditation ? Je sèche. Si je dois tenter une expérience, j'irai plus vers un sport extrême cela dit. Plutôt costard-cravate ou jean-baskets ? Maintenant que vous posez la question, mon costume-cravate me manque ! Plutôt week-end cocooning ou fiesta ? On commence par la fiesta, et on termine à boire une soupe miso dans son lit, en regardant un bon film. Plutôt cigale ou fourmi ? Plutôt cigale… mais je n'ai plus trop d'autres choix que d’être une fourmi depuis un an !   LE MOT DE LA FIN Bravo à la communauté française des Emirats d'être aussi active et soudée, cela rend très positif !   Si vous souhaitez suivre Rodolphe : Website : www.maisonduffour.com Email : emailProtector.addCloakedMailto("ep_5815913d", 1); Tel : +971 52 55 805 88 Fiche BAF - Bottin des Adresses Francophones   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !                  
Première boite ?  Non absolument pas, c’est la 4ème mais qui découle des activités de la 3ème. Depuis combien de temps à Dubai ? Depuis 6 ans.   Présentez-nous votre business en quelques lignes…  Notre cœur de métier est la gestion privée du Français non résident dans le GCC plus précisément la gestion patrimoniale, fiscale et successorale. Afin de répondre aux objectifs des clients, en tenant compte de l’environnement fiscal très spécifique des non résidents et des conséquences d’un retour en France ou d’une nouvelle expatriation. J’ai l’avantage de vivre aux Emirats avec ma famille et d’être associé avec mon épouse Laurence cela me permet d’offrir un service de proximité. Mon domaine de compétence est d’autant plus efficace, que je vis au jour le jour l’ensemble des problématiques de l’expatriation auxquels sont confrontés mes clients.    Est-ce que vous avez toujours rêvé d’être entrepreneur ? Je n’ai été qu’entrepreneur, je suis fils d’entrepreneur, cela fait partie de mon ADN.   Qu’est-ce qui a provoqué le déclic pour sauter le pas ? Le besoin d’indépendance, le haut niveau d’exigence envers moi-même et mon obsession du détail ainsi que l’envie de réaliser mes propres challenges.   Pourquoi avoir choisi Dubai pour entreprendre ? Après une étude de marché approfondie, je me suis aperçu qu’aucun des acteurs de notre secteur d’activité ne répondaient réellement aux problématiques des Français résidents à Dubai.    Quels sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Dubai ? Difficultés : Appréhender la philosophie de l’administration locale. Facilités : In Dubai If you work hard nothing is impossible.  Challenge : Rester leader sur le marché.    Quelle est votre source de motivation chaque jour ? Répondre aux exigences de mes clients, rester à la pointe d un environnement législatif en perpétuelle évolution.    Avec le recul, que referiez vous différemment ? J’éviterai les méandres administratifs de certaines free zones sous prétexte d’économies qui n’en sont pas.    Avez-vous bénéficié d’aides pour vous lancer ?  Le FBC (French Business Council) nous a permis de prendre nos marques et l’UFE (L’Union des Français de l’Étranger) et les Savoyards aux Emirats nous ont permis de tisser un relationnel important d’où mon implication comme trésorier au FCC (French Community Club) à ce jour.    Si vous aviez deux conseils à donner au futur entrepreneur qui vous lit ? N’hésitez pas à vous rapprocher d'autres entrepreneurs pour partager leurs expériences et éventuellement vous donner leur avis sur votre futur projet.  Travaillez rapidement sur le networking à travers les différents évènements proposés, ceci n’étant pas la force principale des entrepreneurs Français à la différence des anglo-saxons.   Et deux bonnes adresses ? - Le brunch du Sofitel The Palm et son "pool & beach access" pour se reposer le week-end. - Les soirées organisées par le FCC qui nous permettent de nous retrouver entre Français épicuriens et les Savoyards aux Emirats… la montagne ça vous gagne !   Comment conciliez-vous vie de parents (si vous l’êtes) et d’entrepreneur ? En tant qu’entrepreneur, la gestion personnelle de mon planning me permet d’être disponible pour mes enfants. Je travaille avec mon épouse ce qui me permet de partager mes journées avec elle. Nos agendas peuvent être ouverts le week-end ce qui me permet d’étendre mon temps de travail.   Des projets futurs ? Le développement de notre bureau à OMAN et au Bahreïn étant déjà implantés à Abu Dhabi et à Doha    PETIT PORTRAIT INDISCRET    Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? Plutôt matinal. Plutôt café-croissant ou ptit-dej healthy ? Petit dej Healthy.  Plutôt sport extrême ou méditation ? Sports extremes , ski nautique , ski alpin...   Plutôt costard-cravate ou jean-baskets ? Costard sans cravate  Plutôt week-end cocooning ou fiesta ? Fiesta. Plutôt cigale ou fourmi ? Fourmi mais sans oublier de se faire plaisir.    LE MOT DE LA FIN Le développement de nos activités aux Emirats et dans le GCC a été un formidable tremplin pour saisir de nouvelles opportunités de développement à travers le monde.  Aujourd’hui 40 % de notre clientèle se trouve hors de France et hors des Emirats repartis autour du globe .   Si vous souhaitez suivre Laurent : Website : www.equance.com Email : emailProtector.addCloakedMailto("ep_9675b8fa", 1); Tel : 052 911 13 34   Fiche BAF - Bottin des Adresses Francophones     N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !                    
Première boite ? Oui   Depuis combien de temps à Dubai ? Arrivé à Abu Dhabi en février 2011, en tant que trader. Aujourd’hui je vis à Dubai depuis 2016 pour monter Urban Chefs.   Présentez-nous votre business en quelques lignes…  Urban Chefs fut initialement créé pour palier cette question récurrente et extrêmement frustrante : « Guys, what are we gonna have for lunch today ? » Nous voulions vraiment offrir une solution lunch pratique, équilibrée, et délicieuse. Nous avons donc commencé par des plateaux repas destinés aux employés de bureau (avec un menu différent tous les jours). Puis il s’est avéré que nos clients nous ont fait savoir qu’une solution pour les enfants les intéresserait : Urban Chefs Kids était né. Enfin, le dernier arrive de la famille UC c’est Urban Chefs Events permettant d’offrir une expérience catering différente.   Est-ce que vous avez toujours rêvé d’être entrepreneur ? J’ai toujours été animé par un féroce désir d’indépendance, de liberté et d’action. Le trading d’actifs financiers était donc un environnement qui répondait à ces critères, avec un management qui juge les résultats plutôt que par les processus intermédiaires. J’adorais ! Malheureusement, l’envie de créer de la valeur ajoutée et de contribuer réellement à l’amélioration de notre société a très vite rendu l’univers du trading un peu « fade ». J’ai donc tout quitté pour lancer Urban Chefs.   Qu’est-ce qui a provoqué le déclic pour sauter le pas ? Quand cette idée, car au départ ce n’était qu’une idée, devenait presque obsessionnelle. J’y pensais à chaque instant, et n’avais envie de ne parler que de ça ! Donc lorsque ton boss te parle de tes anticipations des taux d’intérêts ; alors que toi tu ne penses qu’à livrer des bons petits plats mijotés : tu sais qu’il est temps d’y aller, donc j’ai tout quitté.   Pourquoi avoir choisi Dubai pour entreprendre ? Jeune émirat en pleine mutation et avec une claire vision exprimée à la tête de l’Etat. Je pense que le meilleur est à venir, pour ceux prêts à évoluer aussi rapidement que Dubai a su le faire…   Quels sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Dubai ? Les démarches administratives pour les sociétés ne sont pas simples. Il faut s’entourer des bonnes personnes (PRO) afin de ne pas perdre de temps et de l’énergie. Je ne sais pas si on peut parler de facilités, mais il me semble que Dubai donne une chance à tous les nouveaux concepts. La curiosité naturelle ambiante est un bon tremplin pour lancer son produit ou service sur le marché. Le vrai challenge est de comprendre, assister et retenir le client dans la durée…   Quelle est votre source de motivation chaque jour ? Je suis un « jeune » homme de 31 ans en bonne santé, qui se lève tous les jours en réalisant ses rêves de liberté, d’indépendance et d’action. Etre reconnaissant de la chance que j’ai est une source de motivation suffisante.   Avec le recul, que referiez vous différemment ? Rien. Je n’ai aucun regret, car je me bats tous les jours et accumule de l’expérience et des bons souvenirs.   Avez-vous bénéficié d’aides pour vous lancer ?  Un soutien familial indéfectible.   Si vous aviez deux conseils à donner au futur entrepreneur qui vous lit ? Plutôt deux questions que deux conseils. 1. Penses-tu vraiment être fait pour le monde impitoyable de l’entrepreneuriat ? Si oui, passe à la question suivante. 2. Quels sont tes points forts ? Focalise ton énergie, tes efforts et ton temps sur tes points forts. Les associés/employés sont là pour palier tes points faibles.   Et deux bonnes adresses ? Pour les bonnes adresses, rien de très palpitant, mais des lieux avec de bonnes atmosphères de travail : - Jamaica Blue à Ibn Battuta Mall. Ils ont un café extraordinaire. - Hanoi restaurant à JLT. Je suis fan de la cuisine vietnamienne.   Comment conciliez-vous vie de parents (si vous l’êtes) et d’entrepreneur ? Je ne suis pas parent, mais j’essaie d être un fils aimant, communicant avec sa famille tous les jours. Urban Chefs est également leur bébé ☺   Des projets futurs ? Oui beaucoup. Dès la rentrée de septembre 2017, nous allons lancer un certain nombre de nouveaux produits/services, notamment pour la branche d’Urban Chefs Kids, avec des partenaires très stratégiques.     PETIT PORTRAIT INDISCRET    Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? Oiseau de nuit ayant muté en oiseau matinal, non sans difficulté.   Plutôt café-croissant ou ptit-dej healthy ? Healthy avec un café.   Plutôt sport extrême ou méditation ? Sports intenses !   Plutôt costume cravate ou jean-baskets ? Tee-shirt, jeans, blazer.   Plutôt week-end cocooning ou fiesta ? Les rares week-ends ou je ne travaille pas, je cocoone.   Plutôt cigale ou fourmi ? Fourmi apprenant à chanter pour l’été.   LE MOT DE LA FIN You gonna die… Do something about it !    Si vous souhaitez suivre Medhi : Facebook : Urban Chefs UAE Instagram : urbanchefs.dubai Website : http://urbanchefs.ae Email : emailProtector.addCloakedMailto("ep_04f004b9", 1);   Urban chef kids est déjà présent dans plusieurs crèches telles que Tiny Town Nursery (DIP), Toddler Town Nursery, Le Petit Poucet, Golden Gate Nursery, Chubby Cheeks Nursery (DIP, DG), Baby Home Nursery, Kids Kare Nursery, Vernus Early Learning Center…   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !                      
Première boite ? Kenza : Oui Patrick : Non, la troisième mais dans des domaines différents.   Depuis combien de temps à Dubai ? Kenza : 8 ans Patrick : 10 ans   Présentez-nous votre business en quelques lignes…  Kenza : INKED c’est un lieu et une énergie, une équipe et une passion, des expériences culinaires aux thématiques inédites et l’ambition de laisser une empreinte dans la mémoire de ceux qui les auront vécues. Patrick : INKED est une plateforme culinaire qui s’adresse à tous les passionnés d’expériences gastronomiques et évènementielles ; pour qui l’inventivité va de pair avec le goût et l’expérimentation, avec l’exigence de qualité.   Est-ce que vous avez toujours rêvé d’être entrepreneur ?  Kenza : Non, c’est la décision de concrétiser un rêve et une passion de toujours qui est à l’origine de cette décision. Patrick : Oui   Qu’est-ce qui a provoqué le déclic pour sauter le pas ?  Kenza : Un voyage à Berlin avec mon mari. Certains lieux sont magiques par l’énergie qu’ils vous transmettent. Le dynamisme de cette ville dans tous les domaines, notamment en matière culinaire, a été une inspiration pour nous. Patrick : L’idée couvait depuis longtemps mais Berlin a été le déclencheur. Au cours d’un voyage dans cette ville stimulante, on s’est dit, ma femme et moi, qu’il fallait se lancer.   Pourquoi avoir choisi Dubai pour entreprendre ? Kenza : J’avais choisi Dubai avant l’entreprise. Patrick : Dubai est une terre d’opportunités.   Quelles sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Dubai ? Kenza : Je n’ai pas encore assez de recul ou d’expérience pour établir une comparaison. Cependant à Dubai, la demande, l’accueil et le soutien de projets authentiques, c’est-à-dire dont la conception et la réalisation ne sont pas importées mais relèvent d’une création originale, représentent une réelle motivation. Patrick : Les difficultés sont à peu près les mêmes partout. Je crois que ce qui fait la différence, c’est l’énergie de la ville, son potentiel de développement. En ce sens, Dubai présente de nombreux avantages.   Quelle est votre source de motivation chaque jour ? Kenza : Le besoin de se renouveler, le désir d’avancer, les gens que j’aime… Patrick : La projection dans l’avenir et le désir d’y prendre part.   Avec le recul, que referiez vous différemment ? Kenza : Je ne me pose pas la question dans ces termes : se dire «  j’aurais dû » est un frein et ne garantit pas les résultats escomptés. J’essaie toujours de donner le meilleur de moi-même dans une situation donnée, ce qui n’empêche pas de tirer les leçons qui s’imposent. Patrick : Rien, je n’aime pas regarder en arrière et me concentre plutôt sur aujourd’hui.   Avez-vous bénéficié d’aides pour vous lancer ? Kenza : Bien sûr, est-il possible de faire autrement ? Patrick : Oui. Je discute beaucoup avec les gens qui ont ma confiance et leur apport a toujours été profitable.   Si vous aviez deux conseils à donner au futur entrepreneur qui vous lit ? Kenza : Réfléchissez bien avant, mais une fois lancé, ne regardez jamais en arrière. Bien s’entourer, l’aspect humain est primordial. Patrick : Rester soi-même en toute circonstance. Ne jamais se décourager, les obstacles sont là pour permettre d’avancer.   Et deux bonnes adresses ? Kenza : Kinokuniya (pour la théorie) et un club de sport (pour l’endurance). Patrick : Les endroits où vous ressentez de l’émotion.   Comment conciliez-vous vie de famille et d’entrepreneur ? Kenza : Pour le moment le bébé s’appelle INKED ! Patrick : Pas encore parents, si quelqu’un a des conseils pour le futur…   Des projets futurs ? Kenza : Des idées de projets, oui beaucoup. Patrick : Toujours, c’est un moteur au quotidien.   PETIT PORTRAIT INDISCRET    Kenza : Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? Par inclination, oiseau de nuit mais, réalité oblige, très matinal. Plutôt café-croissant ou ptit-dej healthy ? Café-croissant. Le plaisir, c’est essentiel pour la santé ! Plutôt sport extrême ou méditation ? Méditation. Encore une raison de se lever plus tôt.
 Plutôt robe-sandales ou tailleur-talons ? Aucune règle en la matière
. Plutôt week-end cocooning ou fiesta ? Le week-end cocooning, c’est maintenant de l’ordre du bon souvenir… Ni l’une ni l’autre, la vie est bien plus nuancée   Patrick : Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? De plus en plus matinal. Plutôt café-croissant ou ptit-dej healthy ? Ça dépend du niveau de stress. Plutôt sport extrême ou méditation ? Je suis passionné de Formule 1 et pratique le karting. La méditation me permet de trouver un équilibre.
 Plutôt robe-sandales ou tailleur-talons ? Demandez à ma femme !
 Plutôt week-end cocooning ou fiesta ? Week-end !!! En ce moment, c’est surtout travail, travail, travail.
 
Plutôt cigale ou fourmi ? Fourmi qui n’oublie pas de chanter de temps en temps.   
LE MOT DE LA FIN Kenza : L’entreprenariat est un challenge de chaque jour et pour cela une formidable leçon de vie. Patrick : Ce n’est pas la fin mais que le début !   Pour suivre et contacter Kenza et Patrick : emailProtector.addCloakedMailto("ep_2240dc86", 1); +971 4 344 1788 Inked Alserkal Avenue, Unit #57,  Al Quoz 1, Dubai http://www.inked.ae https://www.facebook.com/inkeddubai/ Instagram @inkeddubai    N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus avant le week end !              
Première boite ? Non, j’ai monté ma première société de conseil en stratégie et marketing en 2008, après plusieurs années passées dans le business development pour Procter et Gamble. Mais ma toute première initiative fut la création d’une activité de sonorisation : un trio de DJ qui animait les soirées de jeunes de notre âge, à l’époque !    Depuis combien de temps à Dubai ? On s’est installé à Dubai en janvier 2009 avec mon épouse, enceinte de 6 mois de notre premier fils.    Présentez-nous votre business en quelques lignes

... Ikonhouse offre des solutions d’intérieur de qualité, établies et hautement durables. Nous proposons des classiques du mobilier design minimaliste (typiquement de style scandinave) ainsi que des solutions de contrôles intelligents (domotique) de ces espaces en termes de lumières, stores, rideaux, air-conditionné et multimédia (son & image). Nous représentons les plus grandes marques européennes de renommée mondiale comme Vitra, Fritz Hansen, Bang & Olufsen, Georg Jensen, Louis Poulsen. Dans la maison, notre pièce de choix est le home cinéma, à l’acoustique parfaite !    Q1 : Est-ce que vous avez toujours rêvé d’être entrepreneur ? J’ai été inspiré par ma mère, architecte indépendante. Elle semblait libre de choisir sa vie, sa route, de suivre sa vision. Elle m’a transmis l’amour des choses bien faites, des matériaux de qualité qui se patinent avec le temps et l’usage. Mon père m’a donné la fibre des affaires et j’ai choisi de suivre des études d’entrepreneuriat dans un cadre international. J’ai aussi été marqué par la dynamique créatrice en Chine, où j’ai passé ma dernière année d’étude.    
Q2 : Qu’est-ce qui a provoqué le déclic pour sauter le pas ? Quand j’ai réalisé que personne n’exigeait de moi de suite la voie de mon père : chercher à devenir le grand patron d’une grande boîte. Cela m’a libéré l’esprit et j’ai enfin pu considérer des carrières professionnelles alternatives. Je me souviens parfaitement de cette après-midi Parisienne au marché de Saint-Germain… je crois que ce jour là, les marchands m’ont inspiré pour développer mon affaire !   Q3 : Pourquoi avoir choisi Dubai pour entreprendre ? Dubai représentait une ville presque parfaite mariant tant les opportunités professionnelles : pour ma femme, architecte, et pour moi entrepreneur ; que pour y fonder une famille. Nous aimions beaucoup les aspects d’une vie multiculturelle, une sécurité assurée, et surtout un gouvernement et une communauté tournée vers l’avenir avec optimisme. En bref, un terrain propice à élever des enfants dans un contexte positif, dynamique et ouvert sur les autres.     
Q4 : Quelles sont les challenges/difficultés/facilités pour entreprendre à Dubai ? Un coût de la vie élevée, surtout quand on a des enfants en âge d’aller à l’école. Les plus sont d’une part des procédures administratives relativement efficaces et d’autre part un système de taxation à la source ; on ne paie que ce que l’on utilise. Le travail de comptabilité est grandement facilité et offre une économie considérable de temps et de stress. On connait toujours avec précision sa position de trésorerie (pas de montant hypothétique d’impôts futurs).    Q5 : Quelle est votre source de motivation chaque jour ? Je crois que les choses qui nous entourent nous définissent. Je crois aussi que nous avons perdu la connexion avec l’artisanat et priorisé celle de l’image, sans apprécier l’objet. Nous achetons la promesse d’une marque plutôt que la qualité de la manufacture. Je prône l’idée d’acheter moins, mais d’acheter bien. L’idée que les objets durables s’embellissent avec le temps plutôt que de s’abîmer. J’aime ce moment où l’on saisit cette différence.    Q6 : Avec le recul, que referiez vous différemment ? Rien. Les étoiles se sont alignées systématiquement au moment opportun. Je vous laisse débattre quant à savoir si c’était purement lié au hasard ou peut-être une capacité d’attendre, et de choisir de saisir certaines des opportunités qui se présentent.   Q7 : Avez-vous bénéficié d’aides pour vous lancer ?  Si on parle de soutien émotionnel, oui, et beaucoup. De la part de mon épouse, et de ma famille toujours encourageante malgré les doutes, accentués par la grande crise financière.   Si on parle d’aide financière, oui, mon père m’a prêté 25k EUR que je lui ai remboursés au bout de 18 mois. Cela m’a permis d’acheter assez de pièces de mobilier pour être pris au sérieux. Enfin, un salaire régulier dans notre ménage nous a aussi permis d’avoir un revenu stable et bienvenu !   Q8 : Si vous aviez deux conseils à donner au future entrepreneur qui vous lit ? Croyez en votre capacité à trouver des solutions en chemin et soyez ouvert à faire évoluer vos idées. L’idée est que l’objectif reste fixe, mais la route pour y arriver peut changer. Ce n’est une question de maintenir le cap, plutôt de maintenir la destination.  Associez-vous, on est plus forts ensemble. L’association a aussi comme effet de forcer une approche plus étudiée, des procédures plus professionnelles.    Q9 : Comment conciliez-vous vie de parents (si vous l’êtes) et d’entrepreneur ? Très difficilement. Il faut se doter d’une discipline très stricte et savoir séparer le temps d’esprit consacré à la vie professionnelle et celui consacré à la famille, aux amis. C’est là encore l’avantage d’avoir une équipe solide sur laquelle se reposer et qui permet de se déconnecter.    
Q10 : Des projets futurs ? Bien sûr ! Des nouvelles avant l’été :-)   PETIT PORTRAIT INDISCRET  Plutôt matinal ou oiseau de nuit ? Matinal, pour le calme et l’aune d’une journée nouvelle qui pointe au lever de soleil ! Plutôt café-croissant ou pti-dej healthy ? Café-croissant, je priorise la réflexion avant que les emails ne pleuvent et le téléphone hurle. Plutôt sport extrême ou méditation ? Méditation, posé et réfléchi, par contre j’aime la concentration dans une situation sportive.
 Plutôt costume cravate ou jean-baskets ? Cela dépend des situations et besoins, bien dans les deux. Plutôt week-end cocooning ou fiesta ? Cocooning, je recharge mieux mes batteries physiques et émotionnelles au calme. Plutôt cigale ou fourmi ? Fourmi, plutôt prévoyant tout en appréciant la prise de risque calculée.   

LE MOT DE LA FIN
 One Life, Live It.  Croyez en vos rêves et réalisez-les.  Pour suivre et contacter Dorian http://www.ikonhouse.com emailProtector.addCloakedMailto("ep_f728ba16", 1); +97143881848 Alserkal Avenue, street 6A Al Quoz 1, Dubai   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !            
  1. Les + lus
  2. Les + récents