Kyra : Une si simple …complexité !

Écrit par  Véronique Talma 12 MAI 2013



Cet oxymore un peu provocateur résume bien le personnage, car si Kyra est la simplicité même dans son rapport avec autrui, offrant son regard clair et droit, son port de tête avenant, comme à l’écoute,  et s’exprimant avec calme et précision… il en va autrement de son foisonnement  intellectuel et des questionnements qui sont les siens : complexes, profonds et alertes à la fois.

Complexe… mais pas brouillon, au contraire,  derrière  sa silhouette frêle et  presque ascétique, son élégance décontractée, se cache une pensée bien ordonnée et toujours prompte à s’interroger sur ce qui l’entoure comme sur le passé.

C’est la maternité qui a poussé Kyra à mettre en veille son activité de journaliste dans un grand quotidien suisse entre autre, pour se consacrer à l’écriture. Après un livre et un 2ème enfant, Kyra et son mari décident quitter le calme feutré de la suisse et de transplanter leur famille dans un nouvel univers. Kyra arrive donc l’été dernier à Dubai et, alors que d’autres se plaignent du manque de culture, elle semble s’y épanouir intellectuellement aussi bien, voire mieux qu’ailleurs. Car la culture, Kyra la trouve partout, elle sillonne les EAU pour interviewer des femmes émiraties de tous horizons dans le but de mieux les comprendre, d’observer entre autres comment elles parviennent  à gérer «  le grand écart entre leur culture, souvent traditionnelle, la modernité de leur pays et pour certaines, de leur éducation »*.

De sa curiosité intellectuelle, Kyra a fait son métier (journaliste), de son métier elle a fait sa passion  (écrire) et en mélangeant les deux, après un premier roman de fiction drôle et gentiment moqueur sur le couple de notre époque**, elle change de ton et replonge, pour son nouvel ouvrage, dans deux des domaines qu’elle affectionne particulièrement, l’histoire et l’humain ou plus précisément encore l’histoire de l’humain, de l’individu.

Le hasard a tout prévu, dont le très joli titre résume à lui seul une des problématiques majeures de son auteure, est donc un « docu-fiction ». On sent que Kyra a trouvé dans ce genre littéraire, SON média, sa palette idéale du moment, car elle peut y mêler les histoires vraies issues des rencontres souvent extraordinaires qu’elle a faites et la fiction née de sa propre analyse et de l’émotion qu’elle en ressent. Ainsi, elle a pu  approfondir les fils conducteurs communs à tous ces récits: la filiation, la séparation et le retour aux racines.

Au travers de ces 8 récits souvent dramatiques, c’est un message d’espoir et de résilience que Kyra nous délivre. Car elle croit en quelque chose que d’autres appelleraient l’instinct de survie affective et qui la ramène à sa propre histoire, comme elle le dévoile pudiquement mais clairement dans sa postface où elle analyse rétrospectivement la démarche qui fût la sienne lors de l’écriture de ce livre.

Tout est pensé, le fond comme la forme, ces 8 histoires de personnages réels dont les vies se déroulent dans des contextes historiques et géographiques différents et très bien documentés, qu’elle a colligées au fil des années et au gré des rencontres ont «comme par hasard ?» en commun les thèmes évoqués ci-dessus. Et la boucle est bouclée, ces histoires elles-mêmes et le fait que Kyra les regroupe dans un même ouvrage, la ramènent à une problématique qui lui tient à cœur : « sommes-nous maître de notre destin ou bien est-ce le hasard qui gouverne nos destinées ? », c’est ainsi  tout l’esprit du livre, que l’on retrouve dans la jolie contradiction du titre !

Avec des questionnements aussi complexes que profonds, on ne s’étonnera pas que Kyra en  arrive vite au fondamentaux philosophiques et religieux qui qui régissent nos vies. Ce fût d’ailleurs, et ce sera peut-être de nouveau un jour prochain,  une autre ambition de Kyra, que de se pencher sur le rôle des religions et leur influence sur la perception du libre arbitre et de la fatalité dans nos sociétés.

A toutes ces questions, sa nature et son passé de  journaliste la poussent à chercher des réponses dans les témoignages qu’elle recueille (parfois sans le vouloir ?), mais aussi dans les livres, car Kyra est, et a toujours été, de son propre aveu, du genre studieuse. Elle aime faire des recherches, creuser les pistes de réflexion, écouter, apprendre, poser et se poser des questions.

Mais Kyra n’est pas un pur esprit ( la preuve elle est aussi maman de 2 enfants, ce qui est très efficace pour vous ramener les pieds sur terre), elle a aussi  besoin de sommeil, de faire du sport pour être en forme, de déjeuner avec ses copines... Elle avoue aussi, éprouver une certaine fierté –légitime-, doublée d’un trac -également normal- à la sortie de son livre. Pourtant il est excellent, complexe et profond, comme elle, car fruit d’un passé …pas si simple !

*Vous pouvez lire tous ces portraits sur son blog Kyradubai.overblog.com, Kya a un site aussi, pour lire des extraits de ses livres:  www.kyra-dupont-troubetzkoy.com
** Petit essai assassin de la vie conjugale, Kyra Dupont Troubezkoy, 224 pages, Editions Luce Wilquin, en librairie à Dubai chez Culture&Co, 114 AED
*** en librairie le 13 mai 2013  et disponible sur amazon.fr et en librairie à Dubai chez Culture&Co , 120 AED

alt

Retrouvez tous les portraits réalisés par Véronique Talma sur son blog : http://verotalma.wordpress.com/

Dernière modification le samedi, 28 novembre 2015 12:11
  1. Les + lus
  2. Les + récents