Parce que ceux des adultes, je sais : c’est l’occasion de partager un bon moment avec des gens (nos amis) civilisés (au début) autour d’un super repas/cocktail dinatoire/soirée (à déterminer) !!! C’est vrai, je me suis lâchement défilée pendant les années passées à Dubai, prétextant un incontestable état de fait : mes deux enfants nés au mois de juillet ( héhé !) Quitte à passer pour une personne très mal élevée qui ne rendait pas les invitations ; j’assumais pragmatiquement mon manque de motivation -;)   Mais voilà de retour à la réalité mes enfants ont tout de suite trouvé la solution (j’ai eu beaucoup de chance qu’ils n’y songent avant) : le fêter au mois de juin avec quelques copains ! Pas très fière de ce que je (n)’avais précédemment (pas) fait, je me résolus à accepter. Je n’ai pas l’habitude de nous comparer, mais une fois n’étant pas coutume, soyons réalistes et constatons les données : vous… sous les persiennes, moi… sous la grisaille parisienne (oui c’est cliché, mais on est là pour se marrer, pas pour faire une étude sociologique/météorologique détaillée -;) on a beau dire, c’est plus sympa d’organiser une pool party qu’un gouter chez Mac Do et compagnie !   Deuxième grosse différence : l’espace à exploiter ! Nécessité faisant loi, le manque de m2 n’augmentant pas proportionnellement au développement du corps de l’enfant, il me fallut trouver une idée… pour en dehors de chez moi les occuper. Car forte de mon expérience dubaïote, je ne me voyais plus les amuser autour d’un gâteau aux yaourts et deux/trois costumes de fée dans 50 m2 !   En effet, mes enfants avaient été invités à des anniv tellement chiadés (Foire du Trône dans le jardin, spa Hello Kitty, Paint ball, bounce en tous genres etc.) Je ne vous parle pas (Oh si quand même !) de l’anniv Frozen aux Galeries Lafayette : un émerveillement pour toutes les mamans qui auraient bien piquées la robe d’Elsa de la petite Chloé ! Tout y était : neige synthétique et gâteau en forme de château glacé, MAGIQUE !    Je me devais donc de trouver une petite idée à 15 jours de la date arrêtée (smiley sourire gêné !) C’était parti pour des heures de recherches, plus de clics… que pour trouver le manteau de saison Léopard ! Force était de constater que je m’y prenais un peu tard et qu’il ne restait que des activités chères payées ; comme ceux qui voulaient me prendre l’équivalent du PIB du Rwanda pour les faire jouer trois heures avec des kaplas !    Bref, l’année dernière, en cette fin de printemps hivernal (nouveau concept) où il pleuvait quotidiennement ; de quoi transformer le désert de Dubaï en terrain de golf ; je réussis, après 50 mails, à booker une animatrice pour une chasse au trésor au Jardin du Luxembourg… investissant dans le même temps dans des sacs poubelles 100L chez Carrefour ! Oui je sais on est loin du glamour ! (un pancho de fortune… pour éviter si possible le méga rhume)   Je les récupérais (je me suis quand même bien débrouillée, pas complètement conne j’attendais avec une copine au café -;) pour le gouter ! La météo n’étant pas de mon côté, et mon rêve de faire un pique-nique loin de mon canapé blanc immaculé raté, je me retrouvais entourée d’une dizaine de fillettes surexcitées mais avec un timing pré déterminé : 30 minutes pour souffler les bougies et se gaver à pleines mains de sucreries, et l’heure des mamans était arrivée… je faisais déjà le pied de grue devant la porte d’entrée -;)   Petit cadeau d’invitée à la main et l’air déçu (expérience de comédienne à l’appui… les non actrices s’en sortent aussi toujours très bien dans ce genre d’exercice -;) Petit compliment de circonstance sur le caractère des filles (tellement saaaaggeeeees alors que 10 minutes plus tôt on était proches des décibels d’une boite de nuit !) Et constat pseudo philosophico-hypocritico sur le temps qui passe si/trop vite (ça dépend pour qui !)  Terminado- Finito !!! Mes enfants vont dans leurs chambres jouer avec les nouveaux cadeaux et avec ma copine Véro on se jette sur l’apéro… Comment ça il est trop tôt ?! On l’a bien mérité notre mojito ! C’est à ce moment précis que je réalisais qu’il faudrait tout recommencer dans 15 jours pour le petit dernier ! C’est pas vrai mais quelle connerie de n’accoucher qu’en juillet !    Soyons droites dans nos nu-pieds ! Il y a un âge pour commencer et un autre pour arrêter ! Comme pour fumer ; mettre des shorts frangés ou faire deviner son âge quand on est complètement imbibées ! Déterminons un âge butoir : Quand on ne croit plus au Père-Noël et à la petite souris, il est peut-être temps de comprendre que c’est tordu de fêter notre dégénérescence programmée !(mouais, pas facile d’expliquer ça à 6 ans…faut voir…à méditer… !)   En attendant, à tous les petits natifs de janvier, Happy Birthday -;)   Sophie, comédienne, continue de nous faire rire depuis Paris à travers ses billets d’humour inspirés des péripéties d’une famille d’ex-expat à Dubai. Céline, illustratrice et maquettiste, met ses mots en dessin et en couleur depuis Johannesburg. (celineinthesand.wordpress.com) N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !              
Afin de vous permettre d'évaluer vos frais de grossesse à Dubai, nous avons recueilli et synthétisé un ensemble de coûts génériques. L’intégralité de ces coûts ne sera bien entendu pas à votre charge si vous disposez d’une assurance. Néanmoins des écarts significatifs de contribution personnelle sont à envisager, et il convient d’évaluer votre situation en amont pour une grossesse sereine et armée !   Depuis votre test jusqu’à l'accouchement, 3 facteurs influenceront l’impact financier de l’heureux événement :  - Votre emploi, - les modalités de prise en charge de votre assurance, - votre environnement (gynécologue, hôpital, type d’accouchement et cours de préparation associés).    Le congé maternité et ses coûts associés   3 cas de figure principaux se présentent : • Le plus classique, si vous êtes salariée à temps plein : Selon la loi aux Emirats, votre employeur doit vous accorder 45 jours calendaires de congé maternité durant lesquels vous bénéficierez de l’intégralité de votre salaire. S’il y est enclin, vous pouvez également négocier de prendre une partie de vos congés annuels ou de vos 15 jours de maladie pour étoffer la durée de cette interruption, mais ce n’est en aucun cas automatique. • Le plus généreux : Si votre employeur dispose d’une politique de maternité plus souple, un contrat oral ou écrit peut stipuler des conditions particulières de retour à l’emploi. Certaines grandes compagnies internationales octroient jusqu'à 6 mois de congé bien que cela reste rare, d’autres autorisent un retour à temps partiel pendant 3 mois tout en maintenant vos conditions de rémunération. Renseignez-vous ! • Le plus contraignant : Si vous travaillez "en freelance" et êtes rémunérée à l’activité, vous ne bénéficiez d’aucune prise en charge. Les semaines ou mois sans activité seront donc aussi des mois sans rémunération. En effet, dans la mesure où il n’existe pas de cotisations à un régime des indépendants, il n’existe pas non plus de congé afférent.  • Pour le service public :  à partir du 1er mars 2017, une nouvelle loi qui sera mise en application pour les employés du gouvernement de Dubai leur donnant le droit à un congé maternité de 3 mois (120 jours calendaires).   Les différences principales avec la France : environnement et impact financier   Au-delà du congé maternité moins standard, des différences majeures d’approche peuvent contribuer à accroître vos frais. A ce titre, notez que la césarienne et l’induction sont des techniques très courantes, et privilégiées par une grande partie de gynécologues / obstétriciens à Dubaï. La césarienne implique un séjour plus long en hôpital, une opération, et par conséquent une rémunération plus élevée de votre obstétricien. Rassurez vous tous les gynécologues(et notamment les francophones) ne poussent pas la césarienne quand elle n’est pas nécessaire. L’induction, moins coûteuse en soi, génère souvent des coûts associés, et qui ne sont pas toujours couverts par votre assurance (péridurale obligatoire, durée de travail en hôpital souvent accrue, et césarienne en cas d'échec).    Une autre différence principale avec la France réside dans le nombre d’échographies réalisées au cours des neuf mois. Outre les 3 échographies principales réalisées en France (Clarté nucale à 12 semaines, échographie détaillée à 20 semaines, et échographie du 8e mois), la majeure partie des gynécologues réalisent une échographie lors de chaque visite de contrôle, soit tous les mois, voire toutes les deux semaines à l’approche du terme. Le supplément s’établit alors entre 300 et 500 AED par visite.    Si pour des raisons d’approche ou pour des raisons financières, vous ne souhaitez pas effectuer un nombre d’échographies plus nombreux que celui réalisé en France et ne souhaitez pas que l’on vous propose une césarienne ou une induction non médicalement justifiées, il vous faudra initialement rechercher un médecin réputé pour son approche " plus naturelle ", approche qui, en France, serait considérée comme standard.    Notre estimation des coûts  Les fourchettes ci-dessous sont proposées à titre indicatif et visent à vous aider à anticiper les frais restant à votre charge.  Seul dans le cas où vous ne bénéficiez d’aucune prise en charge devez-vous financer l’intégralité de ces coûts.   Les coûts liés au suivi pendant les 9 mois   Le test de grossesse (analyse de sang) : 270 - 360AED  Pensez à vous rendre chez votre médecin pour un premier rendez-vous de grossesse. Si vous vous présentez spontanément, le remboursement ne sera pas automatique.   Le 1er RDV pour confirmer la grossesse (optionnel) : 400 - 600 AED Ce rendez-vous n'est pas obligatoire mais permet notamment d'obtenir une ordonnance pour le test. - Consultation : 400-500 AED - Test d'urine (optionnel, selon votre gynécologue) : 100 AED   Le 1er RDV de suivi de grossesse : 2800 - 3700 AED - Consultation : 400-500 AED - Test sanguins de début de grossesse (toxoplasmose, hépatites, sucre, etc.) appelés "antenatal" : 1800 - 2600 AED - Échographie de datation : 500 AED - Test urine : 100 AED   Les autres RDV de suivi de grossesse : 500 - 1275 AED En moyenne, lorsqu'il ne s'agit pas d'un mois où l'une des 3 échographies est réalisée, vous verrez votre gynécologue une fois par mois, voire une fois toutes les deux semaines à partir de la 28ème semaine. Selon l'approche de votre gynécologue, une échographie sera proposée systématiquement ou non. - Consultation : 400 - 500 AED - Échographie (optionnel) : 500 AED - Test urine : 100 AED - Contrôle de la toxoplasmose si vous n'êtes pas immunisée : 175 AED   Le RDV des 12 semaines (Trisomie 21) 1350 - 1450 AED L'échographie comprend une partie du test évaluant le risque de trisomie 21 (clarté nucale) et est associée à des analyses de facteurs sériques dans le sang. - Échographie : 700 AED - Consultation : 400 - 500 AED - Tests sanguins (trisomie 21 + tirages sériques) : 500 AED   L'échographie détaillée des 20 semaines ("morphology scan") : 1300 - 2000 AED - Échographie : 1300 - 1500 AED  - Consultation en cas d'anomalie : 400 - 500 AED   L'échographie des 8 mois (ou échographie de croissance) : 800 - 1050 AED   Les coûts annexes courants : 1130 - 2370 AED  Acide folique et/ou Multivitamines et/ou fer : 1000 AED en moyenne Vaccin Bostrix (coqueluche, semaine 32-34) + Test de Combs + Recherche Strep B : 130 - 220 AED Test diabète gestationnel (optionnel mais encouragé par la majeure partie des gynécologues) : 800 - 1150 AED   Les cours de préparation à l'accouchement (optionnel) : 1650 - 2200 AED  A Dubai, ces cours ne sont en général pas pris en charge par les assurances. Une exception : si vous êtes suivie et comptez accoucher à City Hospital, vous pourrez vous y inscrire à titre gratuit.    L'accouchement : 4000 - 23000 AED    Accouchement par voie basse : 3800 - 7000 AED   Les suppléments suivants peuvent intervenir selon vos préférences et selon la situation : - Accouchement dans l'eau : 1000 AED  - Péridurale : 1800 - 3,400 AED - Bébé additionnel (jumeaux)  : environ 4000 AED - Accouchement instrumental : forceps, spatule, ventouse. Coûts selon les hôpitaux.   Accouchement par césarienne : prévoir entre 3000 et 6000AED de plus que l’accouchement par voie basse   NB : Il faut également prendre en compte les frais d’hospitalisation en chambre privée. En général, comptez 2 nuits pour un accouchement par voie basse et 4 nuits pour un accouchement par césarienne.    L'impact de votre couverture sociale sur le "reste à charge"   Vous l’aurez compris, votre compagnie d’assurance ou celle de votre compagnon sera un facteur déterminant de votre « reste à charge » :   - Certaines compagnies couvrent les frais de grossesse à 100%. Il s’agit du cas de figure optimal. Dans ce cas, rares sont alors les frais non pris en charge. Les difficultés principales que vous pourrez rencontrer seront liées à l’avance de frais, régulièrement requise par cette formule. - D’autres compagnies d’assurance prennent également tous les frais en charge, mais établissent une limite de dépense. Il s’agit d’un « package » allant de 25000 à 32000 dirhams en moyenne. - Nombre de compagnies d’assurance requièrent un co-paiement (de 5 à 20% de chacun de vos frais) et ne prennent pas en charge certains vaccins ou encore la péridurale. Pour éviter des surprises, il est important de toujours faire autoriser les dépenses les plus conséquentes (notamment l’échographie du 5ème mois) en amont de la réalisation de l’acte.   Quoiqu'il advienne, mieux vaut prévoir une enveloppe grossesse afin que vous puissiez l'aborder le plus sereinement possible et ne pas vous retrouvez dans une position délicate... à l'aube des plus beaux jours de votre vie !   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !            
Vous souhaitez aborder votre accouchement avec confiance et sérénité ?  Vous privilégiez, pour vos cours de préparation à l'accouchement, l’apprentissage de techniques de relaxation, de respiration et de visualisation ?  Vous envisagez, si les conditions sont optimales, de ne pas faire de péridurale, et peut-être même d’accoucher dans l’eau à Al Zahra, mais vous souhaitez aussi rester souple en fonction de votre résistance à la douleur le jour J, ou de toute circonstance justifiant d’une intervention médicale ?  Si certains de ces questionnements vous taraudent, comme cela a été le cas pour notre rédactrice, Marianne, qui a testé la méthode : les cours d’HypnoBirthing proposés par Jasmine Collin à Inspire Nursery en 4 ou 5 séances sont peut-être les plus adaptés à vos dernières semaines de future maman.    Qu’est-ce que l’HypnoBirthing ?   Il s’agit d’une méthode de préparation à l’accouchement développée par Marie Mongan aux Etats-Unis et fondée sur 6 principes : Education, Respiration, Approfondissement, Relaxation, Visualisation, Affirmations. Au cours des années 1950, bien qu'elle ait alors communiqué sa volonté d'accoucher en pleine conscience à son docteur, Marie Mongan est complètement anesthésiée et ses enfants sont extraits au forceps, une technique alors privilégiée aux Etats-Unis. Pour les deux accouchements suivants, elle s'assure que l'on respecte son souhait de donner la vie le plus naturellement possible en menaçant de changer de clinique. Dans les années 1990, alors que sa fille est enceinte, elle développe la méthode HypnoBirthing, une préparation à l'accouchement fondée sur la pratique régulière de techniques non médicamenteuses visant à gérer la douleur (auto-hypnose, visualisation, affirmations, respiration). Le calme des trois premières mamans / élèves qui suivent les 6 principes et techniques lors de l’accouchement font alors connaître la méthode.   Qu’est-ce qui différencie les cours d’HypnoBirthing de ceux proposés par les hôpitaux ?   Similitudes : - Vous vous familiarisez avec les étapes de l’accouchement, le moment le plus opportun pour vous rendre à l’hôpital, ou encore comment rédiger un « birth plan ». - Vous apprenez à respirer entre et pendant les contractions, ainsi qu’au moment de la sortie du bébé (les techniques diffèrent néanmoins). - Vous rencontrez des couples partageant la même épopée ! - Certaines pratiques peuvent être reliées à celles de l'haptonomie, couramment choisir pour la préparation à l'accouchement.   Différences : - Le temps accordé à la pratique d’exercices et de techniques de gestion naturelle de la douleur, à la fois en cours, et sous forme de devoirs, y est nettement plus important (environ 1h30 à chaque cours de 3 heures). Les 3 respirations y sont pratiquées lors de chaque cours par exemple. - L’approche est non médicalisée mais éducative : Vous apprenez notamment l’impact que peuvent avoir l’induction ou la péridurale sur la durée de votre accouchement, la douleur, ou encore le ressenti de votre bébé. - Pour autant, vous apprenez aussi à vous préparer à l’éventualité de la nécessité d’une intervention (césarienne, induction) et à rester calme en cas de changement de plan médicalement justifié. La souplesse et non l'idéalisation ! - Une séance quasi-entière est dédiée aux différentes positions à adopter, en fonction du placement de votre bébé, de la douleur ressentie et de vos préférences.    Les bénéfices de l'HypnoBirthing :   - Présider aux choix médicaux qui vous sont proposés A Dubai, les césariennes et inductions sont beaucoup plus courantes qu’en France. Jasmine vous aidera en amont à choisir un docteur et un hôpital qui privilégient les accouchements par voie naturelle, si c’est votre souhait. Celle-ci vous recommandera également des lectures et études vous permettant de faire des choix éclairés sur la nécessité d’interventions plus médicales si celles-ci vous sont proposées (un exemple : suite à une perte des eaux sans contraction, faut-il déclencher l'accouchement immédiatement ?) - Accorder du temps au couple… aussi Entre les courses pour la chambre de bébé, les journées de travail et la fatigue de la maman, vous n’avez peut-être pas pris le temps ou trouvé l’énergie d’évoquer votre vision de l’accouchement « idéal » avec votre partenaire. Les cours facilitent ce dialogue par le biais de tests ou encore de temps d'échange. Par ailleurs, le futur papa participe aussi aux exercices de relaxation (il en aura besoin lors des courtes nuits !), il crée des playlists pour la maman, apprend à la masser, et surtout comprend sa démarche.    - Apprendre des techniques utiles pour l'accouchement certes, mais aussi pour les années à venir Les techniques d'auto-hypnose seront tout aussi bénéfiques après l’accouchement : Les CD de relaxation ou techniques de détente pourront vous aider lors des premières années de votre chérubin ou de votre petite princesse. Ils pourront même être utilisés par votre enfant si celui-ci, à un âge plus avancé, rencontre des problèmes de sommeil.   Retour d’expérience : Les (Mes) techniques préférées !   - Associer la récitation de vos affirmations à des sensations : Un mélange d’huiles essentielles (en inhalation), une liste de musiques apaisante, ou encore des images propices à la relaxation. Le jour venu, vous pourrez ainsi reproduire ces conditions relaxantes en écoutant vos affirmations (en inhalant quelques gouttes des huiles essentielles que vous avez pris l’habitude de diffuser sur un petit mouchoir, ou en écoutant votre playlist préférée). Il s’agit de vous conditionner et de créer vous-même, en amont, les " déclencheurs d’apaisement " qui vous aideront lors des contractions.   - Le " light touch massage " : réalisé par le papa qui énonce un mot-clé pratiqué au cours des semaines précédant l'évènement. Ce massage doux permet de libérer des endorphines, hormones essentielles au bien-être et à la relaxation. Une bonne occasion de se faire cajoler sous prétexte de faire ses devoirs !   - La " rainbow relaxation " : pratiquée seule, ou avec le partenaire, consiste en un script pré-enregistré qu'il convient d'écouter aussi régulièrement que possible. A l'issue de la première écoute, on choisit la couleur qui nous accompagnera lors des visualisations pour se détendre le jour de l'accouchement. La détente musculaire facilitera la gestion de la douleur associée aux contractions.    Pour en savoir plus :   - Lire le manuel de Marie Mongan, disponible en Anglais à BookWorld au Dubai Mall (ou en français sur www.Amazon.com) - Contacter Jasmine Collin à emailProtector.addCloakedMailto("ep_e2f4a78c", 1); ou au 050 1323 669   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter pour recevoir toute nos actus !          
Ouverte il y a moins de deux ans (rentrée 2015), la Swiss International Scientific School continue sur sa belle lancée en aboutissant la phase 2 de son projet initial : proposer une offre d’internat haut de gamme à tous les élèves locaux et internationaux désireux de suivre un cursus international d’excellence aux Emirats. Ainsi, les garçons, dans un premier temps, peuvent déjà s’inscrire afin d’assurer leurs places dès septembre 2017. Celui-ci pourra accueillir 300 élèves en pension complète ou hebdomadaire… Du côté des filles, un peu de patience ! Il faudra attendre la rentrée 2018.   
L’internat, comme une deuxième maison…

 Ce nouvel espace a été pensé de manière tout à fait unique, répondant à des normes et standards stricts tant d’un point de vue matériel (équipements et infrastructures), que des conditions de bien-être des internes (équipe pédagogique et activités proposées). Le bien-être des pensionnaires a été placé au cœur de la conception de l’internat : toutes les conditions nécessaires pour que ceux-ci puissent à la fois étudier et se développer personnellement et socialement ont été réunies, dans un environnement propice. Pour recréer une bulle « familiale » et familière, les élèves seront en totale immersion dans un environnement culturel et social qui les incitera à devenir des adolescents et des adultes confiants, responsables et empathiques.   C’est ainsi la combinaison des infrastructures ; du personnel polyvalent et de leur formation (pédagogie suisse) qui fera la force de cet espace d’accueil tout à fait innovant.   … qui prépare pour l’avenir !   L’internat est ouvert à tous les résidents des EAU, leur permettant en pension hebdomadaire d’optimiser leurs temps de trajet ; ainsi qu’aux élèves étrangers souhaitant suivre un cursus bilingue dans une école à la pédagogie suisse (en pension complète). Dans le même temps, l’école fournira des visas étudiants permettant aux étudiants de suivre une progression scolaire stable en dépit de potentielles délocalisations familiales.   La force d’adaptation que chaque interne saura développer dans les premiers temps pourra être très bénéfique pour leur futur : selon une étude récente, 87 % des diplômés ayant été en internat se disent mieux préparés à l’Université. De plus, les conditions d’apprentissage semblent être optimales puisque 44 % des anciens internes interrogés (à mi-parcours dans leur carrière) ont déjà atteint un poste de top management. * 

De quoi vivement envisager cette option, comme l’explique le Directeur de l’école, Beat Sommer : « L’internat permet aux enfants de développer des capacités humaines essentielles pour les préparer à l'avenir, que ce soit pour l'université ou plus tard dans leur carrière, telles que : l'organisation, le leadership, la confiance en soi, l'autosuffisance, l'empathie, la responsabilité et les rapports interculturels. Lorsque nos pensionnaires seront diplômés de SISD, ils partiront avec un réseau international d'amis ; de hautes qualifications pour rejoindre les meilleures universités dans le monde ; ainsi que des compétences nécessaires pour réussir et s’épanouir dans un monde en constante évolution. »   Un environnement idéal pour :   - Apprendre et étudier Plusieurs zones ont été aménagées pour étudier dans le calme. Tous les élèves auront accès à des temps de soutiens scolaires et aux équipements de l’école.   - Se détendre et se divertir Les élèves pourront se retrouver au sein d’un foyer totalement dédié afin de recréer un espace agréable et rassurant, au sein d’une vraie communauté. Un ensemble d’activités extra-scolaires sportives, artistiques ou académiques seront proposées aux internes pour les stimuler et les aider à se dépasser :  Equitation, natation, karting, golf, expéditions, camping, design, photographie, échecs et langues étrangères.    - Grandir et se développer  Pour l’équilibre des enfants, la SISD mettra en place une routine quotidienne :
 06.45 - réveil 07.15 - petit déjeuner 07.45 - rangement des chambres
 08.20 - première heure de cours  15.35 - fin de la journée scolaire 16.00-17.00 - activités extra-scolaires 17.15-18.15 - devoirs, étude 18.30-19.30 - diner 19.30-20.30 - temps libre 21.00-21.30 - lecture et extinction des lumières Ainsi que des initiatives telles que des programmes de leadership, de networking, d’intelligence émotionnelle, de confiance en soi et de communication.   Les élèves et leurs parents sont invités à visiter le campus ensemble afin de découvrir les espaces, de rencontrer le personnel et ainsi de se familiariser avec l’école. N’attendez pas pour vous inscrire (nombre de places limité), rdv sur http://sisd.ae/boarding/boarding-school-brochure Pour plus d’information rdv sur le site de SISD.   Contact internat : Nav Rai Boarding Recruitment Executive D : +971 4 375 0645 emailProtector.addCloakedMailto("ep_318499cd", 1);   Suivez SISD sur Facebook et sur Instagram @sisdubai   *étude menée par le Boarding School Tours. N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter pour recevoir toute nos actus !              
D’après une étude *, 73 % à 84 % du temps des enfants normalement consacré à l’éveil se passe sans activité, or un enfant (de 1 à 4 ans) a besoin d’au moins 3h d’activité par jour ! On ne le dira jamais assez, se dépenser régulièrement est absolument nécessaire pour évoluer en harmonie dans son corps et son esprit. Et ça, le Petit Poucet l’a bien compris en plaçant les activités physiques au cœur de sa pédagogie… seuls ou avec les mamans : tous les prétextes sont bons pour se bouger !   Le plein d’activités toute l’année : avec les copains…   Monter les escaliers, jouer, danser, taper dans un ballon etc. autant d’activités qui aident les enfants à développer leur motricité, à rester en bonne santé mais aussi à sociabiliser avec les autres. Ainsi, l’équipe éducative du Petit Poucet associée à leurs nouveaux partenaires New York Sports Services (NYSS) et Paris Saint-Germain Academy Dubai, vous propose des activités extra-scolaires, désormais tous les jours, de 13h15 à 14h.   Une seule priorité : que personne ne restera sur la touche, il y’en a pour tous les goûts ! 

- Gymnastique : tous les dimanches (550 AED/par trimestre pour 10 sessions) - Mini tennis : tous les lundis (400 AED/par trimestre pour 10 sessions) - Zumba : tous les mardis (550 AED/par trimestre pour 10 sessions) - Danse classique : tous les mercredis (550 AED/par trimestre pour 10 sessions) - Tambour africain : tous les jeudis (400 AED/par trimestre pour 10 sessions) - Football : tous les jeudis (500 AED + 100 AED pour les équipements).   … ou avec maman !   Avec un rythme intense, vous ne pouvez pas toujours passer autant de temps que vous le voudriez avec votre enfant ? Vous aimeriez prendre du temps pour vous aussi vous dépenser ? Quoi de mieux que de participer à une activité à deux, lors d’un moment privilégié. Il est vrai que partager une activité physique en famille permet bien souvent de se retrouver dans un cadre ludique, en toute complicité. Laissez votre casquette de gendarme à la maison (ça fait du bien !) pour profiter et vous laisser porter par le rythme endiablé de la zumba !   - Zumba enfant + maman : tous les mardis de 13h15 à 14h (650 AED/par trimestre pour 10 sessions)   Et puis pour toutes celles qui veulent faire d’une pierre deux coups, déposez votre enfant à la crèche du Petit Poucet puis :   - brûlez vos calories entre copines, au tout nouveau « Boot camp pour mamans », bonne humeur garantie ! Tous les lundis de 8h30 à 9h30 (600 AED/par trimestre pour 10 sessions) - détendez vous et relâchez la pression au cours de « Yoga lever du soleil ». Tous les mercredis de 8h30 à 9h30 (600 AED/par trimestre pour 10 sessions).   Le camps d’hiver approche… n’oubliez pas de vous inscrire !   Entre course aux cadeaux de Noël et préparatifs en tout genre, les vacances de Noël sont rarement synonymes de repos pour les parents… Alors si vous vous débarrassiez (gentiment) de vos enfants ?    Le camp de vacances d’hiver du Petit Poucet vous propose de garder vos bambins du 18 au 29 décembre, de 8h à 14h. 
Possibilité d’étendre la journée de 14h à 16h (30 AED sup/heure). Au programme : arts plastiques, cuisine, jeux en plein air, activités sportives et même une visite surprise du P…. Chuuuut ! On ne vous en dira pas plus.   Pour tous les enfants de 6 mois à 6 ans. Petit-déjeuner et transport compris (pour les inscriptions hebdomadaires). Tarifs :  - 160 AED/jour et 700 AED/semaine pour toute inscription avant le 6 décembre. - 170 AED/jour et 750 AED/semaine pour toute inscription.   Venez en famille et profitez de -20 % pour les fratries !   Pour en savoir plus sur les tarifs et autres modalités d’inscription, rendez-vous sur  fiche BAF. Tel : + 971 4 321 9399 ou au + 971 50 657 1744. Email : emailProtector.addCloakedMailto("ep_fe415628", 1); Adresse : Villa 1, Rue 12A, Umm Al Sheif, Al Safa 2   * Selon les Directives canadiennes en matière d’activité physique et de comportement sédentaire pour la petite enfance (2012) N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter pour recevoir toute nos actus !             
... un abonnement magazine pour les initier à la lecture et pour leur faire faire des découvertes, pour leur faire vivre une passion déjà déclarée ou suivre les aventures de leur héros préféré. Le plus beau est qu’avec Bayard on peut prendre son abonnement de partout ou presque et qu’ils livrent partout  même en cas de changement d’adresse.L’idéal pour les grands parents et la famille qui vivent loin de leurs petits enfants et neveux mais aussi pour nous , marraines, amies ou tantes qui vivons loin des petites têtes blondes  de nos plus proches amis et membres de la famille. Bayard, c’est un univers de lecture pour les enfants de tous âges et de toutes passions. Des histoires passionnantes, des documents inédits, des jeux toujours différents… Pour apprendre, progresser ou tout simplement lire avec plaisir. Deux gammes de magazines adaptés aux âges et aux goûts des enfants, élaborés avec passion par des spécialistes de l’enfance : journalistes, auteurs, illustrateurs, enseignants, orthophonistes, psychologues… L’ABONNEMENT : un cadeau qui dure toute l’année ! Pensez à vos cadeaux de rentrée, noël et anniversaire ! Choisissez parmi plus de 50 magazines Bayard & Milan Jeunesse… : Picoti de 9 mois- 3 ans, Popi ou Astrapi de 1-3 ans, Pomme d’Api de 3-7 ans, Histoires pour les petits de 2-6 ans . Toboclic pour les 5-8 ans, J’aime Lire pour les 7-10 ans, Mobiclic ou Moi je Lis pour les 8-13 ans, Okapi de 10-15 ans et Phosphore ou les dossiers de l’actualité pour les 15-20 ans et plein d’autres encore…il y en a vraiment pour tous les goûts et tous les âges ! En plus du francais, il existe également un choix de magazines en anglais, espagnol et allemand . N’hésitez pas à prendre contact avec la déléguée Bayard, Isabelle LOUIS, elle vous conseillera et vous réservera le tarif le plus avantageux ! Isabelle Louis, 04 349 2483 Email : emailProtector.addCloakedMailto("ep_bea8af23", 1); Site : www.bayard-jeunesse.com/monde N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !               
Vous aviez prévu de partir en vacances, en amoureux, à l’autre bout du monde… Mais voilà, vous venez d’apprendre que dans moins de 9 mois, vous ne serez plus seuls ! Heureuse de cet événement, vous vous sentez catastrophée à l’idée d’annuler vos prochaines vacances si attendues… Pas de panique ! Vous allez pouvoir partir, il va juste falloir bien s’organiser !   La période la plus sécuritaire est celle se situant entre la 18ème et la 24ème semaine. Chaque grossesse étant unique, il faudra toujours prendre un avis médical préalable.  La première chose à faire est donc de parler de votre super projet à votre gynéco ! Il vous précisera s’il n’est pas contre-indiqué de prendre l’avion dans votre cas et quels sont les éventuels risques encourus en fonction du déroulement spécifique de votre grossesse.   Au départ de Dubaï, pas beaucoup d’autres choix que de prendre l’avion !   Une fois que votre « gygy » a donné son accord, il va falloir vérifier les règles de la compagnie aérienne. En effet, certaines compagnies émettent des restrictions : obligation de vous procurer un certificat médial ou encore refus de certaines femmes enceintes à compter d’un certain mois de grossesse.  Au départ de Dubaï, Emirates, à l’inverse d’Air France, demande un certificat médical à partir de la 29ème semaine de grossesse. Il doit indiquer : - la confirmation d’une grossesse simple ou multiple, - l’indication selon laquelle la grossesse se déroule sans complications, - la date d'accouchement prévue, - la date jusqu'à laquelle vous êtes en mesure de pouvoir voyager, - que vous êtes en bonne santé, - qu'il n'existe pas de contre-indication à un voyage en avion.   Il est tout de même recommandé d’éviter les vols trop longs (plus de 4h) dès les premiers mois en raison d’un risque de phlébite. Pour éviter le problème, pendant le vol, portez des bas de contention et marchez dans l’avion. Je ne vous promets pas une balade des plus divertissante…   Pour celles qui suivent un régime alimentaire spécifique, la plupart des compagnies proposent un large choix de repas spéciaux ! Pour ce, précisez votre choix lors de la réservation de votre billet ou de votre enregistrement en ligne. Il est préférable de choisir un repas léger pour éviter des désagréments intestinaux, fréquents pendant la grossesse.  N’oubliez pas de boire ! L’air est tellement sec, que vous allez vous déshydrater plus vite que d’habitude !   Dernier point et pas des moindres : votre assurance ! Plus vous vous rapprocherez de votre terme, plus le risque d’accoucher dans l’avion s’accroît… Cela pourrait être une jolie histoire à raconter à votre chérubin, non ? Plus sérieusement, que ce soit pour le trajet en avion ou pour votre séjour dans le pays, vérifiez, avant votre départ, que votre assurance prend en charge un éventuel accouchement ou des complications médicales, hors de votre territoire de résidence, ainsi que votre rapatriement.    Ou atterrir ?  Le choix de la destination !   Outre la durée du vol, d’autres contraintes vont venir s’ajouter au moment du choix de votre destination. Certains pays limitent l’entrée des femmes enceintes sur leur territoire. Rapprochez-vous donc de l’ambassade ou du consulat du pays envisagé.   Le paludisme peut causer des troubles de santé importants chez un fœtus, en plus de ceux qu’il causerait à la future maman. Il est donc fortement déconseillé de voyager dans des pays où la transmission du paludisme existe. Cela permet de faire un tri efficace : plus de 90 pays sont concernés ! On dit donc au revoir à la plupart des destinations exotiques...   Au départ de Dubaï, il vous reste tout de même quelques destinations romantiques telles que les Maldives, les Seychelles ou encore la Réunion… Vous pouvez aussi faire le choix de certains pays du Moyen-Orient dont les paysages, la culture et l’histoire vous transporteront ! Je pense surtout à Oman, au Liban, la Jordanie, la Turquie ou encore à l’Iran. Faite un tour dans notre rubrique VOYAGES pour vous inspirer...   Le programme sur place : vigilence et détente !   Celles qui ont l’habitude de voyager le savent : il va falloir être vigilante concernant l’hygiène de la nourriture et la qualité de l’eau. Quelques petits rappels (à ajouter à vos interdictions quotidiennes de femme enceinte) : • Ne buvez que de l’eau minérale en bouteille. Si vous en achetez sur place, vérifiez le bouchon. • Ne mangez pas de crudités : vous ne saurez jamais si elles ont été lavées avec une eau convenable. • Evitez les glaçons souvent confectionnés avec l’eau courante. • Assurez-vous que l’eau de votre thé ou de votre café soit bien de l’eau minérale.   Si vous rêviez de traverser l’Asie à dos d’éléphant ou de faire un safari en Afrique, les plus « casse-cou » d’entre vous vont être déçues… Le maître mot de ces prochaines vacances : « détente ».  Evitez les longs trajets en train ou en voiture qui secouraient un peu trop bébé. De même, laissez de côté les activités trop sportives et les journées de visites intensives. Chaque jour, pensez à vous garder un temps de repos et surtout écoutez votre corps.   Lors de l’élaboration du séjour, n’oubliez pas de rester proche d’infrastructures médicales adaptées lors de vos déplacements dans le pays. Faites-vous une liste avec le nom, l’adresse et le numéro de ces structures ainsi qu’une liste de numéros d’urgence. Et pendant votre voyage, ne jouez pas aux dures à cuire : un peu de température suffit à tirer la sonnette d’alarme !  Si vous en avez l’occasion, pourquoi pas vous rapprocher d’une agence de voyage. La société choisie vous aidera dans toute cette organisation, s’adaptera aux difficultés liées à votre grossesse et vous aurez une oreille sur place en cas de problème. On laisse son sac à dos d’aventurière à Dubaï et on se laisse porter…      N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter pour recevoir toute nos actus !                
Parfois, nous sommes incomprises. Et parfois même - oserais-je le dire- moquées par notre entourage resté en France. Tout ça parce que l’on a osé glisser dans la conversation : « Pfoulala, je suis vraiment perdue pour Petite Puce : je ne sais pas dans quelle crèche l’inscrire, il y a trop de choix ». Oui, car ce qui peut apparaître comme un problème de privilégiée n’en reste pas moins un vrai problème. Parmi toutes les crèches qui sont à notre disposition à Dubaï, comment réussir à trouver celle qui nous convienne le mieux ?    Voici quelques points qui peuvent être utiles à la prise de décision :   Le choix de la langue Francophone, anglophone ou bilingue ? Tout dépend de votre projet de vie et de l’individualité de votre enfant. Les crèches anglophones ont quant à elles l’avantage d’être plutôt faciles à trouver et de plonger votre enfant dans la langue véhiculaire de Dubaï (utile si vous devez faire appel à des nannies, ou si vous pensez l’inscrire à des activités extra-scolaires …). A noter que les English teachers ne sont pas forcément des native speakers. Si cela est un critère important pour vous, demandez à rencontrer l’équipe enseignante (les informations relatives aux professeurs ne sont pas toujours à jour sur les sites internet des nurseries).   L’infrastructure et accessibilité géographique Les deux sont liées, puisque l’infrastructure proposée dépend du quartier que vous visez. Ainsi, les espaces de jeux d’un rez-de-chaussée de tour ne seront pas les mêmes que ceux d’une villa.   Les repas Dans la plupart des crèches, les parents doivent apporter les goûters ainsi que les lunch boxes. Si vous cherchez une crèche qui fournisse les repas, n’hésitez pas à demander des exemples concrets de menus car les généralités de type « we provide healthy food » sont parfois à l’origine de grosses déceptions !  Si vous allaitez et que vous souhaitez apporter des biberons de votre lait, pensez à vérifier que cela ne pose pas de problème (notamment vis-à-vis du réchauffage).   Les horaires Les classes commencent le plus souvent à 8h00, et finissent à 12h00, 14h00 ou 16h00. Le nombre de jours de crèche par semaine est aussi laissé au choix des parents (avec plus ou moins de flexibilité). A noter que beaucoup de crèches permettent, moyennant supplément, de déposer et de rechercher les enfants plus tôt/plus tard. Toutes ces différentes possibilités sont synthétisées en « formules » proposées par la crèche. Si la formule proposée ne convient pas, demandez à rencontrer le responsable de l’établissement… A Dubaï, on finit toujours par trouver un moyen de s’arranger.   L'encadrement des enfants Les activités proposées aux enfants dépendent du curriculum choisi par la crèche (le plus répandu à Dubaï étant l’Early Years Foundation Stage framework). N’hésitez pas à demander plus de détails à l’équipe pédagogique.   Autres points à aborder : les petits bébés peuvent-ils être sortis dans le jardin ? Les siestes sont-elles imposées ou seulement proposées ? Comment se déroule l’aide à l’apprentissage de la propreté ? Des sorties sont-elles organisées ? Combien d’enfants comprennent les classes ?  Et questions typiquement Dubaïotes : la crèche est-elle dotée d’un écran (cela devient monnaie courante) ? Si oui, à quel usage est-il destiné ? Que proposez-vous pendant les vacances scolaires (organisation de camps) ? Existe-t-il un service de school bus, et à partir de quel âge ? L’uniforme est-il obligatoire ?   Le respect du droit à l’image La plupart des crèches à Dubaï ont un compte Facebook qui est alimenté par les photos des enfants. Vérifiez bien que l’on vous demande préalablement votre accord, et que l’équipe respecte votre éventuel refus.   Enfants malades Point très utile, surtout lorsque les deux parents travaillent : quelle est la température maximale de l’enfant autorisée par l’établissement ? Il s’agit soit de 37.5 °C, soit de 38 °C, avec plus ou moins de flexibilité (ex : si état général est OK, on tolère un peu plus). Voir aussi les conditions de retour de l’enfant (ex : certificat médical, disparition complète des symptômes…).   Et enfin…. le coût Car à Dubaï, nous sommes loin du tarif unique !  Les prix sont donnés par trimestre. Il faut ajouter à cela les frais d’inscription, les frais médicaux, les frais d’uniforme (le cas échéant), et les frais des camps (le cas échéant).  Et attention : un coût élevé ne rime pas toujours avec qualité (l’inverse est tout aussi vrai). Hors coûts annexes, comptez environ 3000-4500 dirhams par mois pour 5 jours complets/semaine.   Bon courage pour votre recherche !   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter pour recevoir toute nos actus !                
A l’âge des possibles où l’enfant cherche à s’affranchir doucement du prisme de ses géniteurs pour commencer à expérimenter le monde extérieur et confronter ce qu’il a appris jusque là pour trouver ses propres références ; on peut se poser la question de savoir si Dubai et sa réalité particulière offre un terrain propice à cette confrontation si nécessaire ?   L’adolescent expatrié est souvent peu en contact avec ses référents culturels, il est immergé dans un milieu international, riche en différences où l’acceptation de la différence culturelle et du « vivre ensemble » est le maître-mot. Une étape parfois anxiogène pour les parents...   Cette immersion multiculturelle en fait un être généralement ouvert aux autres et conscient des différences propres à chacun. Combien de fois, les parents ne se félicitent pas de ça, « il sera automatiquement bilingue » ! Dubai et l’expatriation participent généralement à créer un contexte apaisant où peut se déployer une enfance heureuse, insouciante, à l’abri des soucis et problèmes financiers. Après l’école on va à la mer ou dans la villa des copains qui ont une belle piscine, on dîne dans des endroits magiques, on admire le nouvel IPhone ou le nouveau sac très à la mode de ses copines.    Cependant, une peur que les parents ont bien souvent à l’adolescence, c’est de voir leur adolescent expérimenter des chemins de traverse. A Dubai, les épreuves ordaliques (tests des limites) propres à cet âge sont souvent sous contrôle car les interdits érigés par la loi sont prédominants. Hors de question de fréquenter des bars, de trainer dans les rues, d’être gothique ou pire encore ! Et que c’est soulageant quand on est parents ! Mais alors comment expérimenter les limites ? Se construire, se subjectiver dans un univers où les interdits sont finalement déjà pris en charge par l’extérieur. Mon enfant n’est-il pas alors une bombe à retardement ?   Et puis un jour vient la question fatidique ! Il est temps de se préparer pour la grande école, l’université… Dès lors, un retour aux sources avec ou sans les parents est très souvent envisagé et là on sent une certaine angoisse poindre le bout de son nez… Comment mon enfant va t’il pouvoir s’adapter à un environnement souvent si différent ? Sa différence va t’elle le servir ou le desservir ? Est-il à même d’affronter un environnement aux différences sociales plus marquées, évoluer dans une société occidentale beaucoup plus permissive où les gardes fous doivent finalement s’internaliser ? Ne va t’il pas déprimer en quittant ce microcosme doré ? Et surtout l’ai-je suffisant préparer à ça ?   ... mais rassurez-vous, c’est le moment de respirer un grand coup et d’envisager l’avenir avec sérénité ! Il est vrai que par son expérience internationale, l’enfant plongé dans un autre univers sera toujours un peu à part et il faut pourvoir le considérer comme un atout. Mais surtout ce qu’il faut garder à l’esprit c’est que la construction adolescente et l’intériorisation des interdits se fait bien avant l’entrée à l’université. La confrontation à un environnement moins clément n’est pas une condition sine qua non à cette intériorisation.    C’est au sein de la famille que cette intériorisation se créer. Il est essentiel à cet âge, en tant que parents, d’être garants et porteurs de la loi et surtout garder une communication mais sans être intrusif. C’est dans votre voix que votre enfant se sentira en sécurité, découvrira qu’il ne peut ni tout faire, ni tout dire, que le monde n’est pas parfait, que tout le monde n’est pas riche, qu’il faut travailler pour réussir. Que non, on ne peut pas laisser son IPhone sur la table, au risque de se le faire voler à Paris ou ailleurs. Qu’il est dangereux de se promener dans les rues tard le soir, que non on ne peut pas parler aux inconnus comme on peut le faire plus facilement à Dubai.    En conclusion, dans un environnement international préservé,  les parents sont encore plus qu’ailleurs les référents principaux, garants des limites. Il est important de fixer des interdits, de maintenir l’adolescent informé par divers biais de la réalité externe, par notes, par petits messages porteurs de leçons de vie, c’est seulement à travers cette voix qu’il pourra se forger une identité solide qui lui permettra d’évoluer librement dans un monde plus hétérogène et parfois plus anxiogène.  Vanessa Bokanowski, psychologue, excerce au sein de la clinique BR Medical Suites (Dubai Healthcare city) Contact : 04 275 0900 ou 056 948 7372.   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter pour recevoir toute nos actus !             
Je ne sais pas pour vous… mais moi il y a des situations qui me renvoient en  un quart de seconde plus de trente ans en arrière. Plus rapide qu’une machine à remonter le temps, il suffit que je me retrouve face à des « devoirs à faire » pour que mon manque de collagène nuisant à l’élasticité de ma peau et la dégénérescence de mes neurones ne soient pour un temps… plus ou moins long… qu’un vieux souvenir. Je me retrouve inexorablement dans le même état : une petite fille qui n’a pas envie, muée en une mère hystérique !    C’est effectivement avec une minutie métronomique, que chaque soir, se joue le même scénario catastrophique ! Tous les jours, comme Perrette et son pot au lait, c’est le cœur léger que je me pointe devant l’école avec le gouter : j’embrasse mes enfants comme si pendant deux années nous avions été séparés, s’en suit la sempiternelle question absolument pas désintéressée : « On a des devoirs ce soir ? » Vous noterez le « on » qui souligne immédiatement mon taux d’investissement !    Comme pour le reste, nous ne sommes pas égales, alors énorme courbette de vénération à celles qui ont réussi à  les rendre autonomes ! Mais pour les autres, comme moi, leurs chérubins ne feront rien tant que leurs fesses ne seront pas rivées à une chaise, une trousse et un cahier de textes entre les mains. Et c’est là que cela se complique… la difficulté n’étant pas de se replonger dans l’Antiquité ou revoir des tables de multiplications depuis longtemps assimilées… non, je vous parle de la patience dont il nous faudra user, pour que ne serait-ce qu’ ils acceptent de se poser ; car on ne sait pourquoi l’enfant a besoin de bouger pour se concentrer ! Et vas-y que je me tords devant un miroir ; que je m’allonge sur la table en chatouillant les feuilles de mon cahier de lecture ; que je me contorsionne pour compter mes doigts de pieds !   C’est à ce moment précis que vous comprenez (avec une rapidité faisant passer la vitesse superluminique pour un gastéropode sous Lexomil) comment cela va se terminer : à chaque fois la même déception de voir s’envoler votre dignité ; votre bonne humeur ; et votre self control de la journée. - ☹   Une fois la concentration captée (une demi-heure après) …on fait un effort sur humain pour ânonner avec un maximum de sérénité la leçon qui nous est infligée ! Et allez savoir pourquoi l’enfant est d’un seul coup beaucoup plus passionné par un insecte sur le rideau échoué, que par ce que vous êtes en train de raconter.   Comment dire…. vous allez chercher une fois encore, au plus profond de vous, un peu de ce calme que vous aviez cet été devant un sunset coloré ! ( en gros vous vous démerdez, à chacune sa méthode : sophro, auto hypnose, aiguilles sous les pieds, méditation, relaxation, achat du dernier Vuitton) « Ecoute mon chaton, je ne vais pas m’énerver » dit la mère en transe échevelée « mais si tu ne veux pas bosser j’ai deux options à te proposer : Soit tu vas trouver demain Mr Poiré (qui je te rappelle est un grand taré qui vous fait le programme de prépa en CP) pour lui dire que tu ne veux pas travailler… Soit ( attention, utilisation du plus grand précepte de notre système éducatif : le chantage !!!!!!) tu es privé de tablette et de gouters jusqu’à ta majorité !!! (on saluera une fois de plus votre grand sens de la demie mesure) »   Il semblerait alors que son attention soit un tantinet re-captée, mais au moment où vous lui demandez de réciter ce qu’il était censé ingurgité… stupeur et désespoir.. il n’a rien assimilé !   Votre patience est maintenant au niveau de celle de Kim Kardashian devant une manucure ratée et vous explosez ! Dans un spasme de colère non contenue, vous vous demandez si c’est bien vous qui l’avait engendré ??? Non parce que faut pas déconner, vous n’avez peut-être pas trouvé un vaccin mais là, on est plus proche du grand demeuré que du super diplômé…   C’est dans un excès d’énergie et de souplesse non contrôlées que vous vous jetez sur le rideau pour l’arracherrrrr… les yeux révulsés et les veines gonflées !!! Il y avait Hulk, capable d’arracher sa chemise en devenant vert de rage, il y aura dorénavant, vous, toute rouge balançant tout sur son passage !   L’enfant vous regarde, terrorisé, comme si vous le séquestriez dans une cave sans eau ni électricité depuis une dizaine d’années…(en même temps cela répond à votre question : une réaction aussi modérée ?! C’est bien vous qui l’avez enfanté -;)   Honteuse et épuisée, une fois les devoirs terminés vous rangez la gomme et les cahiers, bien déterminée à ce que cet incident soit isolé et espérez… avec cette naïveté avec laquelle nous sommes toutes livrées… qu’un jour…c’est sûr… vous y arriverez !   Bonne rentrée -;)    Sophie, comédienne, continue de nous faire rire depuis Paris à travers ses billets d’humour inspirés des péripéties d’une famille d’ex-expat à Dubaï. Retrouvez les sur son blog : www.journalexpat.com   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter pour recevoir toute nos actus !               
Yes ! Le club mondialement connu du Paris Saint-Germain ouvrira sa première académie de football le 18 septembre prochain. Un seul but : offrir aux meilleurs joueurs de Dubai l’opportunité de développer leur potentiel au sein d’un club dont la réputation n’est plus à faire.   Un seule motivation : Dream Bigger !   Dream Bigger, un seul crédo pour une grande famille d’entraineurs, pionniers et rêveurs réunis autour d’une même passion : l’amour du football. En combinant des méthodes d’entrainements tactiques et techniques pointus, à des équipements et infrastructures professionnels ; le tout dans un environnement décontracté et motivant, la Paris Saint Germain Academy offre aux joueurs une expérience formatrice et complète.    La Paris Saint Germain Academy, auparavant connue comme Le Club France (crée en 2009) a suivi ce changement grâce aux standards établis par son directeur Fred Deswarte, correspondant au niveau d’exigence élevé de la Paris Saint-Germain Academy. “La Paris Saint Germain Academy est plus qu’une activité extrascolaire. Ce qu’il restera du Club France est l’esprit de famille et d’équipe.” Fred Deswarte. Basée dans 8 pays, à travers 10 clubs et plus de 11 500 joueurs, la Paris Saint Germain Academy possède aujourd’hui tous les critères d’excellence pour une réussite à Dubai !   Un club d’excellence et de valeurs   La Paris Saint Germain Academy accueillera plus de 400 garçons et filles âgés de 3 à 23 ans.  Pour les parents qui recherchent des activités pour leurs enfants : les cours sont dispensés toute l’année et dans plusieurs établissements tels que : All Star Sport Indoor Al Barsha, la German International School, JSS Jumeirah et VVF Safa Park.   Si les joueurs ont la chance de rejoindre l’académie, ils pourront aussi participer à la compétition de la Paris Saint Germain Academy Cup, qui se déroule sur 4 jours à Paris. Tous les ans, toutes les académies se retrouvent dans la capitale française pour participer au tournoi international. La cerise sur le gâteau c’est le match final de la saison des professionnels au mythique Parc des Princes !   Informations et inscriptions   Les places se remplissent rapidement et sont limitées, inscrivez-vous sur www.psgacademydubai.com ou sur emailProtector.addCloakedMailto("ep_95046d17", 1);.    Tarifs des admissions : - Frais d’admission 1 500 AED. - Cotisations à partir de 4 500 AED par semestre/ 7 900 AED pour l’année.   Les frais d’admission comprennent : - 2 entraînements par semaine - la participation aux matches de la ligue - 1 kit officiel Nike Paris Saint-Germain (t-shirt, short, chaussettes) - 2 kits officiels Nike Paris Saint-Germain Academy Kit (t-shirt, short, chaussettes) - 1 sac Paris Saint-Germain    N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter pour recevoir toute nos actus !             
Tous les ans avant l’été alors que le thermomètre affiche plus de 40 degrés, Dubai voit sa population de deux tiers diminuer ! Il y a comme ça des rites immuables… avec autant d’exactitude que les oies sauvages… la migration des femmes avec enfants en bas âge !   Car oui il n’en est pas de même avec des ados toujours prêts à vous aider pour porter vos paquets. Quoique je dis sûrement une boulette là ! « Ado » et « aider » c'est sûrement aussi antinomique que « larve » et « dynamique » ... Any way -;)   Voyager avec de jeunes enfants, c’est comme croire qu’on va perdre trois kilos avant l’été pour enfiler le petit maillot rêvé, on part pleine de bonnes intentions et ça se finit toujours par en acheter un plus grand ou le porter mais comme pour les piscines… avec de gros débordements !   La première difficulté consiste donc à faire entrer toutes les gardes robes que l’on veut apporter… Durant notre migration, il nous faudra bien bottes et K-way pour les climats tempérés, robettes et tee shirts pailletés pour les régions super ensoleillées ! Et puis c’est le moment où jamais de rentabiliser toutes les fringues des enfants qui, rappelons-le, après l’été d’une taille seront upgradés !   La deuxième difficulté est d’arriver avec le bon nombre de valises et d’enfants jusqu’à l’enregistrement ! Car essayez de dire au petit dernier qui a déjà un mal de chien à marcher… que dans notre répartition il a le quadruple de son poids à pousser !   De disputes entre eux… en crises d’hystéries contre eux… on finit par arriver déjà complètement vidée devant le type du contrôle d’immigration qui souhaite voir nos passeports… qui restent toujours introuvables malgré nos efforts ! S’en suit le control de sécurité où on se retape pour la deuxième fois de la journée tout le monde à rhabiller ! En prime tous les iPads à retirer, c’était peut-être pas une si bonne idée, à Noël, d’en filer un à toute la couvée ?!   Un petit tour au Duty Free, où l’on fait le plein de sucreries... espérant ainsi avoir acheté durant tout le vol notre tranquillité. Malheureuses ! Vous constaterez dès l’embarquement que vous avez 310 % de probabilité de retrouver la moitié de la classe de vos enfants ! Et là il ne vous reste plus qu’à prier qu’ils n’établissent domicile à vos pieds ! Mais si ce n’était pas votre jour de chance… vous vous retrouverez en animatrice de centre de loisirs à gérer leurs pleurs et leurs rires en alternance !   Ensuite petite distribution de cadeaux de la compagnie qui doit exister juste pour foutre la zizanie ! Allez rationnellement expliquer à des enfants surexcités qu’un sac à dos est équivalent à un cahier à colorier ! Sûrement plus aisé de convaincre une star de télé réalité… de ne pas se faire tatouer !   Toujours très drôle aussi de constater, que je ne suis pas la seule à vouloir faire entrer dans la nacelle un bébé dont la taille et le poids dépassent largement les normes autorisées. Ceci étant proportionnellement lié au nombre d’heures où nous restons avec les plateaux repas… coincés dans l’estomac… Au début on réclamerait presque un petit truc à grignoter et à la fin on supplierait pour enfin être débarrassée ! Car essayez de rester zen avec un enfant de moins de 2 ans sur les genoux qui toutes les deux secondes fait tomber un joujou ! À nous les contorsions et les plongeons en dessous des tablettes… pour finir nez à nez avec les doigts de pieds du voisin qui n’ont pas vu depuis longtemps une savonnette… Pas le temps de chômer, bien qu’on pensait qu’une immersion dans le sucre et les dessins animés allait les calmer…Toujours de quoi s’occuper : changer le film en cours toutes les 10 minutes car l’enfant comme les hommes croient toujours que ce qui est mieux viendra après -;)… notre fauteuil qui ne veut pas se baisser… contrairement à celui de devant qui sur nous s’est bien affaissé… l’écran et/ou le son de leurs casques qui lâche(nt)… on a beau dire pour regarder le film ça fait tâche !   Oubliez de regarder le dernier film sorti en DVD, après trente allers/retours au WC, on est bientôt arrivés… Ne reste plus qu’à rassembler les gamins… et l’intégralité de ce que contient un bagage à main… Une fois le contrôle des passeports passé, vous pourrez toujours mettre vos dernières forces à hurler …….contre ces «cons» qui, on ne sait pourquoi, mettent toujours vos bagages en dernier !     Bienvenue en France où vous retrouverez… la discipline et la politesse des petits français, recouvrez votre instinct, doublez, gueulez, faites des pieds et des mains pour vous dégoter un taxi tout sera oublié demain, promis !  Si vous voulez continuer d'en rire, lisez aussi Prendre l'avion seule avec les enfants : petit guide de survie !   Sophie, comédienne, continue de nous faire rire depuis Paris au travers de billets d’humeurs humoristiques les péripéties d’une famille d’ex-expat à Dubaï, retrouvez les sur son blog : www.journalexpat.com      
  1. Les + lus
  2. Les + récents