Rentrée scolaire : Les conseils d'une pédiatre pour une douce rentrée !

Écrit par  La rédaction 12 SEPT 2017
Après deux mois de vacances, retrouver les bancs de l'école n'est pas forcément un moment de plaisir pour les enfants. Chez les tout-petits en particulier, l’inconnu d’une première rentrée peut se révéler source d’angoisse. Le docteur Nawar Tayara, pédiatre à The French clinic et médecin scolaire, vous donne quelques conseils pour éviter les larmes ou les apaiser. Elle fait aussi le point sur les vaccins et sur les dangers de la surexposition aux écrans.
 
Comment éviter que l’angoisse affecte toute la famille ?
« Il faut avant tout parler. Expliquer à son enfant qu'il va se faire des amis, qu'il va découvrir de nouveaux jeux. Mettre en valeur l'école et la maitresse. Faire une balade en famille devant l’école, le weekend qui précède ou qui suit la rentrée, peut aussi aider à dédramatiser le changement. Quand à l'angoisse des parents, c'est malheureusement à eux de la gérer ! Mais mon conseil est de ne surtout pas pleurer devant votre enfant, au risque de le perturber plus encore. Si laisser votre bout’chou pour la première fois à l'école vous bouleverse, essayez de ne pas le lui montrer, quitte à relâcher la pression dans votre voiture, une fois la classe commencée. »
 
Un bilan de santé en début d'année est-il conseillé, de même que la mise à jour des vaccins ?
«On vient d’apprendre que 11 vaccins seront obligatoires à compter du 1er janvier prochain, en dépit des débats qui ont agité les medias et les familles cette été. Je pense qu’il s’agit d’une bonne décision. Quand on voit qu'une adolescente de 16 ans est morte de la rubéole cet été à Marseille, il me semble que l’on ne doit même plus se poser la question. En vaccinant ses enfants, on les protège et on protège les autres. C'est une question de santé publique. Profitez de la rentrée pour prévoir un point avec votre médecin, et mettez l’accent sur la mise à jour des vaccins et les allergies, avec l’actualisation des PAI (plan d’accueil individualisé). Profitez-en pour discuter du sommeil, de l’alimentation et de la gestion du stress, la rentrée changeant les rythmes. »
 
Faut-il aussi vérifier les dents et la vue de l'enfant ?
« Effectivement. Plus on dépiste une difficulté visuelle tôt, plus on a de chance de récupérer une bonne vision à terme. Une mauvaise vue n’est pas sans conséquence et a tendance à entraîner des maux de tête qui peuvent perturber la scolarité de l'enfant.
S’agissant des dents, après avoir expliqué l'intérêt d'un brossage régulier à son enfant, il peut être bon de l’emmener chez le dentiste, ne serait-ce que pour faire connaissance.»
 
Pratiquer une activité extra scolaire, c'est bon pour les enfants ?
« Oui, favoriser une activité physique et artistique génère une réelle ouverture d'esprit et me paraît être une bonne initiative. Mais attention à ne pas les surcharger. Je rencontre des enfants qui ont des agendas de ministre. Et là, je dis : Stop ! Il faut aussi qu'ils puissent avoir des moments à eux, des moments de liberté, de détente. »
 
Comment limiter le poids du cartable ?
« Le poids des cartables ne favorise malheureusement pas une bonne posture alors que les enfants et adolescents sont en pleine croissance. Je sais qu’ils n'ont bien souvent pas le choix et doivent partir avec un cartable plein. Mon conseil est donc de veiller à bien répartir les livres et les cahiers dans le sac-à-dos, porter celui-ci sur les deux épaules et bien le serrer au niveau du dos. Il ne faut pas que le sac devienne un ballotin. On limite ainsi les déséquilibres au niveau de la colonne vertébrale, et la formation d’une scoliose. »
 
Comment favoriser le sommeil et l’adaptation au nouveau rythme ? 
« En vacances, on est naturellement plus détendu sur les horaires. Pendant la dernière semaine de vacances, on peut ré-instaurer, sur 3 ou 4 jours, un réveil plus matinal. Pour cela, raccourcir les siestes s’avère utile. Le coucher n’en sera que moins tardif. Pour accompagner ces changements, veillez les week-ends suivants la rentrée à poursuivre l’accompagnement de ce nouveau rythme.
 
Pour rappel, il est recommandé que les plus grands dorment entre 8h à 10h de sommeil par nuit, et les plus petits entre 10 et 12h, ce dont on est en général bien loin en fin d’été. 
 
Ce rythme de sommeil est une source essentielle de l’équilibre des enfants. N’oublions pas que la fatigue peut entraîner des difficultés de concentration, de l’anxiété, du surpoids et des troubles de l’humeur tels que la dépression. Pour les plus grands, la consommation d’alcool, de tabac, de café et de psychotropes est souvent associée à des troubles du sommeil. En un mot : le sommeil est primordial pour nos enfants, redonnons-lui la place qu’il mérite !
 
Pour le favoriser, je recommande également de faire la chasse aux écrans. On peut pour cela s’inspirer des préconisations officielles : arrêter les écrans au moins une à deux heures avant le coucher, et éviter les téléphones / smartphones dans les chambres pour un sommeil réparateur et serein.
 
Comment aider les enfants à s’organiser pour les devoirs ? 
« Après la grande pause estivale, il n’est pas facile pour les enfants de se replonger dans les devoirs, ni de bien s’organiser pour y réserver temps. 
Rappelez-leur que les professeurs ne prennent généralement pas en compte les devoirs donnés par les autres enseignants, et qu’il faut donc les faire aussitôt qu’ils ont été donnés, dans la mesure du possible, au risque de les voir s’accumuler. 
Rappelez-leur aussi que les devoirs donnés longtemps à l’avance demandent souvent plus de travail et justifient de s’y atteler plus en amont. 
Essayez autant que possible de les accompagner durant les premières semaines et la mise en place du rythme, surtout si votre emploi du temps ne vous permet pas de le faire toute l’année. Vous récolterez les fruits de cet investissement initial, soyez-en sûrs : un enfant moins stressé, et moins de conflits familiaux ! »
 
Maternelle,  collège, lycée …… Step by step, les spécificités de chaque rentrée
«Pour la première rentrée, ne pas s’inquiéter outre mesure : Même s’il s’agit d’un bouleversement pour nombre d’entre nous, il faut faire confiance aux capacités d’adaptation de l’enfant, notamment concernant les dernières étapes de la propreté. N’hésitez pas à parler avec lui des différents temps de la journée, depuis la séparation du matin, un temps obligatoire, aux retrouvailles le soir à la maison, qui seront un moment de plaisir. Evoquez avec lui la cantine où l’on ne le forcera pas à manger ce qu’il n’aime pas ou encore la vie avec ses camarades. Insistez sur les points positifs tout en le préparant ! Plus l’enfant sera préparé et plus il vous sentira serein, plus aisé sera le passage de cette grande étape pour tout le monde.
 
Préparer les « moyennes sections » à ne plus faire de siestes : Après la première année, la deuxième réserve un autre changement d’envergure : il n’y a plus de sieste en moyenne section. Afin d’éviter que votre enfant n’en soit fatigué, énervé et perturbé, essayez de l’initier préalablement à ne plus avoir cette heure de repos. Ceci implique d’anticiper aussi, les premiers temps, le bain et le diner.
 
La première rentrée au collège : Autonomie et indépendance ! Le jeune collégien va non seulement évoluer dans un établissement nettement plus grand que celui du primaire, mais il va  aussi devoir appréhender des plannings irréguliers, une multiplicité de professeurs et des changements de salle de classe. Il va de plus côtoyer des adolescents plus grands et donc plus matures sur de nombreux plans. Ce grand écart peut initialement générer des sentiments d’isolement et de vulnérabilité. Votre enfant peut se sentir un peu perdu dans cette cour des grands. 
N’ayez crainte. Très vite, c’est pour vous que cette étape sera la plus complexe à gérer. Vous allez vous sentir tenu(e) à l’écart par rapport à l’école primaire. De par l’organisation du collège qui incite l’enfant à prendre des responsabilités et devenir progressivement plus autonome, et de par le comportement de votre enfant lui-même, qui va s’émanciper et faire preuve d’indépendance. Il s’agit donc de rester attentif, à son écoute, et prévenant tout en le laissant tracer son chemin.
 
Préparer la rentrée au lycée : gérer les niveaux de stimulation et les distractions ! Aidez votre ado à trouver le bon équilibre entre sommeil, alimentation, travail scolaire, et temps d’écrans/réseaux sociaux. Avec des journées plus chargées et des réveils plus matinaux, il risque de ressentir à la fois l’excitation de l’autonomie grandissante et des premiers choix d’orientation, et la fatigue et les angoisses qui s’y rattachent. Soyez donc vigilants tout en respectant sa liberté.
 
Vous l’aurez compris, pour que tout le monde vive cette rentrée en douceur et avec sérénité, il faudra de l’écoute, de la communication, et un zeste d’anticipation.»
 


Dr Nawar Tayara


Merci au Dr. Nayar Tayara excerçant à The French Clinic. 

Pour connaitre les coordonnées de la Clinique,
rdv dans leur fiche BAF !

 
N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !
 
       Petites annonces
 
Dernière modification le mercredi, 13 septembre 2017 10:08
  1. Les + lus
  2. Les + récents