Depuis quelques années maintenant, la location à court terme a le vent en poupe. Autant du côté des investisseurs, que du côté des voyageurs : c’est une nouvelle façon, aussi bien de rentabiliser son bien, que de consommer son séjour… en étant un peu chez soi, mais comme à l’hôtel ! Dubai, plateforme du tourisme de loisirs et d’affaires, a donc vu émerger de nouvelles agences 360 degrés, s’occupant à la fois du courtage, du conseil et de la gestion de la location. Nous avons voulu en savoir plus auprès de l’agence immobilière Driven Holiday Homes* (prochainement Twentyfive55), pionnière sur le marché de la location à court terme.   La location à court-terme, une nouvelle manière de séjourner ?   Pas vraiment, puisque la location à court terme de biens particuliers s’est développée depuis bien longtemps dans les villes thermales. Les particuliers s’adonnaient alors à un tourisme saisonnier, préférant la location de biens typiques en plein cœur de la vie locale, aux chambres impersonnelles d’hôtels parfois vieillissants. Créée en 2008 aux USA, la plateforme airbnb va révolutionner le marché de la location entre particuliers en entrainant une tendance qui ne cesse de croître.**   Il était une fois…   … Une aventure entrepreneuriale, comme on les aime ! Celle-ci démarre en 2013, pour Khadija Meziane El Otmani, aujourd’hui jeune directrice de la branche Driven Holiday Homes sur le marché de la location à court terme. Originaire de Vittel dans les Vosges, après un séjour à Londres, Khadija dépose ses valises à Dubai et s’oriente tout d’abord dans l’évènementiel.   C’est finalement grâce à un coup du destin que celle-ci intègre le secteur de l’immobilier. A l’époque le marché de la location à court-terme n’est pas encore régulé. L’offre est donc vierge mais la demande est déjà grande : le projet de créer une agence dédiée se dessine alors dans l’esprit de la jeune femme… jusqu’à l’opportunité de se développer, au sein d’une plateforme immobilière déjà en place : Driven Properties.   Vous souhaitez mettre votre bien en location ?   Le principe est simple : offrir un service de gestion de location à court et moyen terme pour les propriétaires ; tout en offrant une expérience de location de standing, digne d’un hôtel, pour les clients. Cette approche bouscule les codes de l’immobilier traditionnel, plaçant l’agence immobilière numéro 1 sur le marché local. Aujourd’hui Khadija et toute son équipe entretiennent des valeurs d’éthique, de rigueur et de confiance, dans la construction de leur relation client, afin d’entretenir cette position de leader.   L’agence propose différents types de services dont le property investment, le property management ou encore le conseil et la location. Ce dernier comporte 2 types de services ; la gestion locative « classique » (avec contrat annuel) et la mise en location à court et moyen terme (mensuel, hebdomadaire, journaliser) pour les propriétaires, comprenant : - Un service de conseil : gestion de la location (rédaction des contrats, négociation, check-in et check-out, etc.) - Un service de redesign du bien : aménagement et décoration intérieure pour créer une ambiance moderne et cosy (maintenance et réparation incluses). - Un service d’housekeeping : comprenant le ménage, l’équipement et l’entretien des lieux (pendant le séjour et à chaque fin de séjour, production de produits d’accueil etc.) - Un service de maintenance : disponible tous les jours 24h sur 24 que soit pour la climatisation, la plomberie, l’électricité etc.   1 bedroom à Al Tajer, souk al bahar (Old town)   Ainsi, l’agence porte donc une double-casquette en s’adressent à deux types de clients, pour un service de qualité regroupant une expertise immobilière, de design mais aussi un service d’hôtellerie.   Vous souhaitez louer un bien à court terme ?   Du côté des locataires, vous pouvez directement vous adresser à l’agence, mais aussi retrouver les biens gérés par l’agence sur différents sites tels que airbnb. Le réel avantage est un gage de qualité et de sécurité (accueil et gestion standardisés), couplé à un niveau de service élevé (personnalisé).  Ainsi, vous pourrez retrouver tout type de bien, pour toutes les bourses et tout type de durée, du studio à Marina au penthouse sur la Palm.    L’agence met également en place un service de conciergerie, pouvant proposer : - un service de chauffeur, baby-sitting, chef à domicile, - location de voiture et tours touristiques, - un service de réservation personnalisé pour des restaurants, spas et autres, - un service d’aide administrative etc.   Pour louer un bien en court séjour, rdv sur www.drivenproperties.ae Pour mettre votre bien en location, obtenir un conseil ou investir, contactez le : +971 (0) 4 429 7040, emailProtector.addCloakedMailto("ep_2d26ab35", 1);   Khadija Meziane El Otmani, fondatrice de Driven Holiday Homes   Suivez Drivien Holiday Homes sur leurs réseaux sociaux : Facebook Instagram Twitter Linkedin Pinterest   Photo principale : 1 bedroom à louer (Index Tower, DIFC). Interior design @Driven interiors.   * Driven Holiday Homes est en cours de rebranding au nom de Twentyfive55 ** La mise en location de particuliers à particuliers est aujourd’hui légale à Dubai, sous certaines conditions (normes de sécurité, buildings accrédités). La sous-location doit être déclarée (NOC du propriétaire).    N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !              
Vous n’avez pas pu passer à côté l’année dernière, à la même époque… Vous souvenez-vous de ces frigos installés aux quatre coins de la ville par des particuliers, à destination des plus démunis ? Bonne nouvelle ! L’initiative « Ramadan sharing fridges » reprend du service cette année, espérant égaler l’impressionnant élan de générosité rencontré l’an dernier. De l’origine de l’initiative à son organisation actuelle, en passant par les détails de la participation : on vous dit tout, et surtout on compte sur vous !   Origine de l’initiative   L’idée du projet « Ramadan sharing fridges » n’est pas nouvelle. En effet, cela fait déjà de nombreuses années que, Frikra Yel (propriétaire du tout premier frigo) accompagnée par d’autres résidents, ont décidé d’installer des réfrigérateurs à l’extérieur de leur maison pendant le mois de Ramadan. Le but est simple : partager de la nourriture et des boissons, avec les plus nécessiteux.   Le phénomène va prendre une toute autre ampleur en 2016, lorsque Sumayah Sayed, après avoir installé un sharing fridge dans son garage aux Springs, crée un groupe sur Facebook pour l’appel aux dons. Rapidement, des dizaines de frigos s’installent partout dans Dubai jusqu'à atteindre le nombre de 150 à la fin du Ramadan ! La communauté bénévole (particuliers, associations, entreprises) se mobilise pour les remplir au quotidien : plus de 23 000 personnes rejoignent la page.   Où en est-on ?   Aujourd’hui, mieux structurée grâce à une équipe plus nombreuse et mieux organisée, l’initiative a pris de l’ampleur. « Ramadan sharing fridges » est soutenue par les autorités, grâce au collectif Emirates Red Crescent, travaillant pour la promotion des actions de solidarité aux Emirats. De plus, cette année, l’opération se déroule en partenariat avec Open Arms UAE, en aide aux workers.   Cette année, annoncée Year of Giving par son Excellence Sheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan, devrait être de bonne augure pour le succès de l’opération. A quelques jours du Ramadan, déjà plus de 45 frigos ont été recensés alors que les messages de soutien pleuvent sur les pages Facebook et Instagram de l’initiative !   Comment prendre part à « Ramadan sharing fridges » ?   Sachez que toute forme d’aide est la bienvenue, il n’y a pas de petit don !  
Qu’il s’agisse d’installer un frigo près de chez vous ; de donner de la nourriture et des boissons ; ou simplement de partager un sourire et quelques mots avec les personnes rencontrées autour du frigo : les opportunités pour vous investir sont infinies, tout au long de ce mois tourné vers l’entraide et la solidarité.   Quelques règles sont à connaître afin de garantir le succès de l’opération :   - L’installation d’un réfrigérateur est une initiative individuelle. Chaque propriétaire est donc responsable de l'obtention des autorisations nécessaires (accord de la copropriété), de mobiliser son voisinage (pour l’approvisionnement), et de maintenir sa propreté. N’hésitez pas à demander assistance à l’équipe de soutien pour obtenir des précisions, si nécessaire. - Tout don, aussi bien de nourriture que de boissons est accepté. Les besoins sont immenses et les frigos se vident à vitesse grand V. Toutefois, les plats chauds ne seront pas acceptés cette année, la licence des « Ramadan sharing fridges » ne le permettant pas. Vous pouvez donc choisir des produits dans la liste des favoris : lait, jus de fruits, sodas, laban, eau, yaourt, fruits, légumes, biscuits, chips, dates etc. - Les dons financiers ne sont pas acceptés. - La licence obtenue se limite pour l’instant à l’émirat de Dubai. Des procédures sont en cours pour l’étendre aux autres émirats.    Le Ramadan est un mois pour exprimer sa solidarité envers ceux, qui souvent travaillent dans l’ombre, pour rendre nos vies d’expatriés plus agréables. C’est une formidable initiative communautaire où chaque action individuelle fait la différence. 
Lors de vos prochains pleins de courses, n’oubliez pas d’ajouter quelques produits à votre caddie afin que les frigos du Ramadan restent remplis et offrent du bonheur à nos hommes en bleu, nos jardiniers, nos agents de sécurité, et tous les autres... Ramadan Kareem !   Pour connaître l’adresse du frigo le plus proche de chez vous ou de votre lieu de travail : rejoignez la page Facebook et suivez le compte Instagram des « Ramadan sharing fridges ».   L’équipe    Ils sont tous volontaires : les fridge managers, focal points, donneurs anonymes, sans oublier les sociétés, qui soutiennent cette initiative par le biais de dons alimentaires, en offrant des frigos ou un espace de stockage…   Mais aussi :   Fikra Yel  (1er Frigo et inspiration, FB Admin) Sumayyah Sayed  (RP/Media, Créatrice et Admin du compte FB) Anne Mulcahy (RP Communication/Coordinatrice Media et Fridge Manager) Gaelle Desvignes (Ange d’Instagram et modératrice de FB) Nadia Sarie (Déesse des sponsors) Asmae Lemniei (Déesse des sponsors n. 2) Janine Bensouda (Madame Légal & Grande Maitresse de l’application) Alison Vickery (Guru des opérations) Anna MacMillan (Liaison avec les autorités et Fridges Focal Point ) Magda Scriabine (Ange des opérations et Instagram Guru)  Zoe Clapp (Reine de la Distribution) Safaa Rouissi (Déesse de Google Map et Ange de l’application) Najia Maqsoot (Facebook Focal point)   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !              
Réservant toujours sa part de mystère quant à la date exacte de son commencement, le mois du Ramadan et ses pratiques associées constituent un temps fort du calendrier musulman. Emprunte de rites et de secrets, ne se dévoilant qu’une fois la nuit tombée, la vie locale s’éveille à la lumière des bougies lors de dîners partagés… Mais alors que retenir des pratiques à adopter ?  Résidant à Dubai depuis plusieurs années ou fraîchement installés, il est de notre devoir de faire preuve de tolérance et d’ouverture d’esprit lors de ce mois saint, très important dans la culture locale. Voici nos conseils pour vivre ce mois de juin un peu spécial à Dubai, dans le respect, le partage et la sérénité :   Tout d’abord, vous pouvez féliciter vos collègues et amis musulmans par un « Ramadan Kareem » ! - Vos horaires de travail vont être adaptés : la loi veut que l’on travaille 2 heures de moins par jour. Ceci est valable pour tous les employés, qu’ils jeûnent ou non.  Les entreprises ne respectant pas ces horaires allégés peuvent être passibles d’une amende (article 65 du code du travail) ; à moins que l’employé lui-même veuille faire des heures supplémentaires, lesquelles seront alors compensées.   - La plupart des restaurants et cafés restent fermés jusqu’au coucher du soleil, n’ouvrant qu’à l’heure de l’Iftar. Il y a des aménagements à ces restrictions afin de ne pas trop troubler les personnes qui ne jeunent pas, notamment les hôtels proposent au moins un restaurant ouvert pendant toute la journée et certains cafés ne servent qu'en interieur à l'abris des regards.   - Vous devez vous abstenir de manger fumer, boire en public, du lever au coucher du soleil. Attention aux aficionados du chewing gum… et oui lui aussi est considéré comme nourriture : tout ce qui entre en contact avec la bouche est interdit ! Cela inclut votre voiture, la rue mais aussi les bureaux où peuvent se trouver des musulmans, à moins que votre lieu de travail ne prévoit une salle spéciale pour manger et boire.  En revanche ce que vous faites dans le cercle privé (maison ou chambre d’hôtel) ne regarde que vous. Attention aux athlètes, hydratez vous bien avant votre séance de sport !    - Au niveau de vos tenues vestimentaires et de votre comportement en public, vous devez rester discrets : pas de décolletés ni de tenues trop sexy. Préférez couvrir vos épaules et évitez les robes trop courtes. D’autant plus pendant Ramadan, les démonstrations d’affection sont prohibées en public. De même évitez les insultes en public, et aussi les disputes : Ramadan est un mois saint et bienveillant… à ce niveau là d’ailleurs, pourquoi s’arrêter au mois du Ramadan !?   Ces restrictions générales ne doivent pas être considérées comme des obligations injustes, imposées et subies.  L’idée ici est celle du respect : les non musulmans sont appelés à respecter leurs voisins musulmans ainsi que leurs croyances et à ne pas les tenter en mangeant et buvant devant eux pendant ce mois d’épreuve.   Le risque si l’on contrevient à ces règles : une bonne amende, voire même, dans certains cas « pour l’exemple » un passage par la case prison pour quelques heures.  Si vous êtes pris en état d’ébriété durant Ramadan en revanche les choses deviennent très sérieuses et vous risquez un minimum d’un mois de prison et une expulsion du pays.   Où sortir pendant Ramadan ?   Tout au long du mois de Ramadan se tiennent des événements et festivités. Notamment des Iftars, organisés un peu partout en ville (dehors, dans les hôtels, aux abords des mosquées etc.)   Il est bon de noter que si les hôtels continuent à servir de l’alcool après le coucher du soleil, ils s’abstiennent de jouer de la musique. La plupart des cafés et “coffee shops” (Costa, Starbuck’s etc.) ainsi que certains restaurants sont ouverts pour des livraisons et acceptent les commandes à emporter.     Le Ramadan : un peu d’Histoire   Quelle est l’origine du Ramadan ?   Le Ramadan est avant tout le nom du 9ème mois du calendrier hégirien musulman, basé sur le calendrier lunaire : chaque mois commence après la nouvelle lune lorsque le premier croissant appelé « hilal » fait son apparition. Ce mois marque le début de la révélation du texte sacré au prophète Mohamed, aujourd’hui retranscrit dans le Coran.    Le Ramadan est l’un des cinq piliers de l’islam, au même titre que la profession de foi, la prière, l’aumône et le pèlerinage à la Mecque. En arabe, la racine du mot ramadan signifie « chaleur intense », celle qui brûle les mauvaises actions et les pêchés.     Que symbolise ce mois ?   La période du ramadan est une période d’introspection où chaque musulman se recentre sur sa foi et la place de la religion dans sa vie. Chacun est appelé à prier et réfléchir aux actions mises en place pour être une personne meilleure dans sa vie et dans la société.   Pourquoi jeûner ?   Durant un mois, les musulmans* doivent pratiquer le jeûne complet, en arabe « saoum », c’est à dire s’abstenir de boire et manger de l’aube jusqu’au coucher du soleil. La consommation de cigarettes et les rapports sexuels sont également prohibés.   Le jeûne est une pratique spirituelle (que l’on retrouve dans d’autres religions) visant à priver le corps afin de réaliser que les besoins essentiels sont avant tout spirituels que physiques. Mais c’est aussi une vertu de solidarité et de charité (on se rapproche des plus pauvres), un défi face à soi même et un moment de communion intense au sein d’une communauté religieuse et familiale. Le jeûne est brisé au moment du coucher du soleil lors de dîners festifs appelés « iftars », partagés tout au long de la nuit ! Pour en savoir plus sur la pratique du jeûne et la santé, lisez notre article Diabète de type 1 : quelques conseils pour un Ramadan sans danger  !   *Les malades ; les femmes enceintes ou qui allaitent ; les femmes ou jeunes filles en période menstruelle ; les voyageurs ; ainsi que tout ceux dont ce jeûne pourrait mettre leur santé en péril en sont exemptés.   Quand détermine-t-on la date du commencement du Ramadan ?   La date du Ramadan peut être fixée par les autorités islamiques locales ou traditionnellement par l'observation de la lune.  Cette année le ramadan devrait commencer le vendredi 26 mai… mais le comité dédié d’observation basé en Arabie Saoudite devrait faire une annonce officielle pour enfin mettre fin au suspens !   Pour aller plus loin et en savoir plus sur l'aprés ramadan, rendez-vous sur notre article Dis mois Latifah, qu'est-ce que l'Eid ?   Call Send SMS Add to Skype You'll need Skype CreditFree via Skype
Dans un monde idéal, pour beaucoup, la santé ne devrait pas avoir de prix… malheureusement l’accès aux soins est parfois difficile pour les plus démunis. Certains tentent ainsi le pari courageux et audacieux de soigner le sourire des plus nécessiteux, une initiative mise en place par la clinique du Dr Roze que nous souhaitions soutenir. Nous avons rencontré David Roze, un homme de cœur et de valeurs, qui nous en dit plus sur « The million smiles ».   Un projet équitable et durable   Le constat est sans appel : aujourd’hui l’accès aux soins dentaires est difficilement envisageable pour la majeure partie de la population de Dubai. Pourtant, au-delà de l’importance de l’hygiène dentaire, le sourire reste un symbole fort de confiance et de valorisation de soi, « C’est avant tout ce que nous voulons offrir à nos patients, quel qu’ils soient. » conclut David. 
Si la couverture médicale mise en place par le gouvernement a permis aux nannies, maids, jardiniers, chauffeurs, workers l’accès aux soins, il n’en reste pas moins que beaucoup n’ont pas les moyens de se payer certaines prestations, très onéreuses aux Emirats. Un vrai problème de santé publique, puisque ce décalage entre les tarifs des soins et le salaire de la main d’œuvre locale tend, de plus en plus, à se creuser. L’effort d’éducation est donc important, « Chacun doit se responsabiliser pour faire sa part du gros travail de prévention à mener… » affirme David.   C’est pourquoi depuis maintenant plus de 2 ans, David Roze et son équipe travaillent sur une initiative permettant d’aider ces personnes à avoir accès à tout type de soins dentaires, du plus élémentaire (nettoyage, détartrage) au plus poussé (dévitalisation, pose d’implants). Pour David le projet est né « d’une réelle volonté d’unir une équipe autour d’un projet fort, qui avait du sens… l’implication de chacun est aujourd’hui nécessaire pour offrir tout type de soin, pour tout type de patient, par le biais d’une action concrète et durable ».   Mais l’initiative va plus loin… l’ambition est de créer une véritable fondation, au statut associatif, englobant d’autres cliniques souhaitant prendre part au projet. Ainsi, le programme prendrait une nouvelle envergure, dans une démarche globale… pour encore plus de résultats ! « On y travaille assidûment, chaque semaine… la création de l’association est en cours auprès des autorités, mais ça prend du temps ! » nous explique David.   Pour regarder la vidéo de présentation : Comment ça marche ?   Le principe est simple : la clinique offre un service de soins pour tous, 2h/par semaine, sur consultation. Les 20 bénévoles (dentistes, hygiénistes et assistantes) participant au programme ne touchent aucune contrepartie. 
En échange, il est demandé au patient une confirmation de son salaire (inférieur à 5000 AED/mois) par son employeur ainsi qu’une participation de 10% des frais pour permettre au programme de se développer et de toucher encore plus de patients (packs de prévention, système de navette etc.)   Au cours des premiers 6 mois d’activite, près de 63 patients avaient déjà été traités grâce à ce service lors de 28 sessions de 2h, majoritairement pour des traitements orthodontiques et la pose d’implants.     Dr Roze : l’humain avant tout.   David et son épouse, Agnès, (dentiste pour enfants, cf Les soins dentaires, que faire et à quel âge ?) sont aujourd’hui installés depuis 14 ans à Dubai, après s’être rencontrés lors de leur etudes dentaires à Rennes, en France. Une tranche de vie qui leur a permis de prendre le recul nécessaire sur leur métier et la manière dont ils voulaient l’exercer ici… En effet, David a rapidement été touché par la dimension humanitaire de sa profession, grâce à l’élaboration d’une thèse (en microchirurgie) lui permettant de partir en Equateur, afin de soigner des Indigènes, au cours de son internat. Aujourd’hui, parents de trois enfants, le couple a ouvert sa propre clinique en s’entourant d’une équipe de professionnels et spécialistes partageant les mêmes valeurs qu’eux : humains, élégants et remarquables… et ils ne comptent pas s’arrêter là puisque d’autres projets sont en cours… A suivre !   Si vous souhaitez en savoir plus sur ce service, rdv sur la page Facebook Fair care Contactez Jate au : +971 56 559 9628 ou au +971 4 388 13 13   David Roze exerce au sein de la clinique dentaire Dr Roze & Associates. Pour prendre rendez-vous, retrouvez toutes les infos et contacts de la clinique sur leur fiche BAF !   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !          \  
Saviez-vous qu’en qualité de non résident, vous devez effectuer votre déclaration d’impôts sur vos revenus (IR) immobiliers ou revenus d’activité exercée en France ? De même si vos biens immobiliers en France représentent une valeur nette de plus de 1,3 millions d’euros, vous devez également déclarer votre impôt sur la fortune (ISF) en France.   Vous avez pour ce faire jusqu’au 23 mai 2017 pour l’IR et jusqu’au 15 juin pour l’ISF.   Compte tenu de l’élection de notre nouveau président, le prélèvement à la source qui devait s’appliquer dès le 1er janvier 2018 va se voir probablement reporté, Emmanuel Macron souhaitant différer son application après une période de test in situ.   Conseils pratiques :  - Vos revenus en tant que non résidents étant fiscalisés à votre tranche marginale d’imposition, n’oubliez pas de reporter vos déficits fonciers (valable 10 ans)  lors de votre déclaration. - Si vous êtes structurellement en positif sur vos revenus fonciers, il convient de réfléchir aux moyens de les réduire pendant votre période d’activité ou de les optimiser en choisissant le régime de location le plus adapté (location nue ou meublée). - En effet, en tant que non résidents, vous n’avez souvent pas de réel besoin de ces revenus locatifs compte tenu de vos revenus aux Emirats. Cependant, dès que vos revenus fonciers sont positifs vous devez régler des impôts (au minimum 20%) et des prélèvements sociaux (15, 5%) et ce même si vous ne serez pas bénéficiaires des prestations sociales auxquelles vous avez cotisé puisque résident à l’étranger !   En conclusion : Si vous vous interrogez sur les modalités de déclaration de vos revenus fonciers et comment les optimiser ?  Si vous vous interrogez sur le choix à retenir entre location meublée et location nue ?  Si vous ne savez pas si vous êtes redevable de l’ISF ? Ou comment le calculer ? Si vous ne savez pas si vous devez effectuer une déclaration compte tenu de votre arrivée récente aux Emirats ?    3AO PATRIMOINE vous propose des entretiens individuels gratuits de 30 minutes entre 8h et 14h pour répondre à vos interrogations fiscales : - Le 16 mai 2017 à Dubai (Level 14, Boulevard Plaza Tower 1 - Sheikh Mohamed Bin Rashid Boulevard - Downtown Dubai) - le 17 mai 2017 à Abu Dhabi dans les locaux du FBG   Afin de nous rencontrer, enregistrez-vous par email aux adresses suivantes :  Cédric MARC : emailProtector.addCloakedMailto("ep_77f40475", 1);  Pierre BRIERE : emailProtector.addCloakedMailto("ep_09f1ddfe", 1);   Cédric MARC et Pierre BRIERE 3AO PATRIMOINE  N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !              
Dans nos sociétés, le couple apparaît comme une évidence.  Il est une tradition culturelle et religieuse, voire biologique, un facteur d’intégration et d’adhésion à un conformisme social, gage absolu de la perpétuation de l’espèce humaine.   Cependant, le couple est traversé de crises au sein desquelles, il doit souvent se redéfinir pour pouvoir subsister : crise économique, éducation des enfants, perte d’un emploi, expatriation, etc.   En effet, l’expatriation est un facteur qui peut mettre le couple à rude épreuve et accentuer tous ces facteurs. Elle force le couple à se redéfinir, ce qui peut engendrer pour certains une crise profonde…  En essayant de comprendre les différentes étapes de la vie d’un couple, je vous propose d’aborder des solutions concrètes pour vivre sereinement les épisodes de turbulences.   Les débuts et l’effet lune de miel !   En réalité, pour beaucoup d’entre nous, le couple est loin d’être une évidence. Même s’il est porteur de rêve, de sécurité, et d’amour éternel… Bien souvent au début d’une relation, un sentiment de complétude nous envahit. C’est la certitude de ne plus jamais être seul, de traverser la vie à deux : échanges, promesse de bonheur.   Notre désir inconscient de fusion, né de l’inévitable séparation d’avec notre mère qui veillait à la satisfaction de tous nos besoins, se manifeste avec force. Nous cherchons alors un « autre », capable de les satisfaire, dans une forme de recherche de ces moments perdus. Les premières années de la vie d’un couple se déroulent donc souvent dans la certitude que tous nos désirs seront à nouveau satisfaits.  C’est l’effet, « lune de miel », né des échanges nouveaux avec l’être aimé. Tout nous semble merveilleux et nous sommes portés par ce couple, investis de la promesse d’être heureux pour toujours.   Le couple et l’inconscient…   Au début, c’est souvent la rencontre de deux inconscients, chacun chargé de son histoire personnelle, c’est le moment des échanges passionnés. La rencontre de deux inconscients… Là se trouve, peut-être, le piège, car on ne choisit jamais son alter ego par hasard, mais bien souvent en fonction de son histoire personnelle. Nous portons en nous un autre couple, celui de nos parents, et la plupart du temps, notre choix se forme en accord ou en désaccord avec ce que nous avons vécu au sein de celui-ci.    Le couple a une fonction réparatrice que nous ne devons pas ignorer. Et cet « effet lune de miel » qui soude les prémices du couple, apporte souvent l’assurance trompeuse que tous nos désirs, frustrations, sentiments d’incompréhensions, blessures d’enfance, seront enfin colmatés à jamais par cette réunion improbable ! Forts de cette nouvelle assurance, nous nous sentons capables de tout ! Plus rien de nous fait peur !    Cependant, ce sentiment de toute puissance initial du couple, ne peut empêcher l’inévitable : la douloureuse rencontre avec l’épreuve de réalité, qui signera, une fois surmontée, l’assurance de la longévité du couple.   Les zones de turbulences : rupture, divorce et trahison ?   Sortis de cette phase de lune de miel, où l’inconscient cède peu à peu la place au conscient, nos yeux sont à présent grands ouverts. Nous nous heurtons alors à la véritable rencontre psychique avec cet « autre » qui tout à coup nous apparaît au grand jour, si différent de nous. Surgit enfin l’épreuve de réalité, et peut-être la véritable rencontre ave son conjoint. Chacun, sorti de son émerveillement, porté par l’alchimie des débuts, se retrouve face à sa solitude et ses lacunes.    Non, cet autre si différent n’a pas de pouvoirs surnaturels, comme dans les contes de fée de notre enfance et ne pourra jamais combler notre vide, nous sauver.   Ce sentiment de vide, qui signe l’incomplétude de la condition humaine, est propre à chacun et c’est à nous et à nous seuls de pouvoir en faire quelque chose.  Nous sommes seuls responsables de notre propre épanouissement, même si évidemment le couple y contribue.   Trop de gens font cette erreur et la multiplication des désillusions et des divorces en ait la meilleure preuve. Ils ne supportent pas la chute douloureuse, fruit de la dissipation de « l’effet de lune de miel ».  Sortis de cette phase symbiotique initiale, où l’autre n’est plus tout, certains choisissent alors la séparation ou la trahison.    Cependant, il est dès lors très probable que ces êtres « inconscients », drogués à l’effet lune de miel, risquent de passer de désillusions en désillusions et de séparations en séparations à la recherche d’une impossible symbiose.    Le couple et la réalité   Et pourtant, nombre d’unions ont résisté à l’épreuve de réalité, nécessaire et salvatrice. La rencontre avec l’autre, différent de nous, est inévitable et la magie des premiers instants doit laisser peu à peu, place à la réalité.    Dans chaque choix de vie, il y a une partie inconsciente, et une partie consciente qui est elle en réelle adéquation avec nos besoins. Plus le degré d’épanouissement a été faible au sein de notre propre cellule familiale, et plus la construction de notre identité a été difficile et chancelante, plus il est probable que notre inconscient ait prit les rênes de notre choix et inversement.  La confrontation à la réalité, malgré l’inévitable deuil qu’elle porte en elle, est une étape nécessaire qui, si elle est dépassée, installera le couple dans la durée.    Nous commençons doucement à désinvestir un peu le « tout à deux » pour retourner vaquer à nos occupations, à ce qui constitue notre moi profond. Investissement dans le travail, nos loisirs, les petites choses qui nous font plaisir à nous.  Parallèlement, nous apprenons à mieux connaître l’autre, dans sa différence qui le fait si particulier, ses défauts qui apparaissent au grand jour et que nous avions diminués, mais aussi ses qualités ! Finalement le prince charmant n’est pas si charmant mais il est tout de même pas mal !    A cela s’ajoute l’apprivoisement de ce lieu commun, l’espace du couple et de toutes ces choses que nous aimons faire à deux. On peut passer de « je » à nous avec une assez grande souplesse et installons progressivement cet équilibre : 1+1=3.  Il y a le « je » et ce que j’aime faire, « l’autre », différent de nous et « l’espace couple ». L’espace couple c’est le week-end ; les soirées romantiques avec son conjoint et avec les amis ; s’occuper des enfants ; les vacances, et toutes ces petites choses que nous aimons particulièrement faire à deux ou en famille   L’identité d’un couple se construit dans l’union et la différence. Le ciment de cette relation est l’élaboration de projets à deux, le partage de projets communs et d’une vision plus ou moins commune de l’avenir et de la vie.    Qu’en est-il du couple en expatriation ?   L’expatriation à Dubai est souvent, comme je l’ai déjà évoqué dans un article précédent (lire l'article Expatriation à Dubai : entre construction et déconstruction), un processus qui peut mettre le couple à rude épreuve. On pourrait dire que le couple, sorti de son quotidien, de ses habitudes et loin de ses proches, se retrouve confronté, à une seconde épreuve de réalité. Lui incombe alors la tâche de se redéfinir, dans un nouvel environnement où tout est à reconstruire.    On se sent très souvent insécurisé loin de chez soi et cela peut créer pour certains un vacillement identitaire.  Les attitudes régressives sont nombreuses et la tentation de considérer l’autre comme un refuge au mépris du changement est importante.  Le couple doit s’approprier un nouveau projet commun, et recréer une forme de cocon de sécurité au sein duquel il pourra s’épanouir.    Ceci peut s’avérer parfois un choix salutaire, un nouveau départ, mais quoi qu’il en soit, il faut s’adapter. Ceci implique un bouleversement, une mobilisation des ressources au sein d’un inconnu à s’approprier.  Les rôles sont parfois à redéfinir, car chaque membre du couple vit une réalité différente. Souvent, l’un des conjoints vient pour une mission, un travail avec à la clé une promotion professionnelle alors que l’autre le vit plus comme un renoncement car il a dû quitté son emploi et faire le choix de rester à la maison pour s’occuper des enfants.   Ces enjeux différents peuvent-être vécus comme un éloignement forcé et mettre le couple à mal. Tout est à refaire et chacun doit s’adapter, mobiliser ses ressources afin de retrouver un équilibre qui lui est propre, pour permettre au couple de s’épanouir.    La thérapie de couple   Dans tous ces enjeux, le couple peut se perdre, il est possible alors qu’il vive une véritable crise identitaire et ne parvienne plus à fonctionner au sein d’un équilibre commun. La thérapie de couple constitue alors un soutien précieux car elle l’aide à revisiter son histoire et sa « préhistoire ». On essaie de comprendre alors ce qui n’a pu être élaboré et qui revient sous la forme de symptômes : crise impossible, mal à revisiter son histoire, envie de se séparer.     La communication devient alors impossible et l’incompréhension demeure. La vie de couple est faite, comme celle de l’individu d’ailleurs, de paliers et de crises au combien nécessaires, permettant au couple de se réajuster tout au long de sa vie.    Cependant, le fonctionnement pathologique peut se cristalliser au sein d’une étape que le couple n’arrive pas à dépasser ce qui peut mener à sa perte. Une thérapie de couple prend alors tout son sens. Le couple pourra au sein d’un environnement consacré à lui seul et avec l’aide du thérapeute, revisiter son histoire et comprendre par son élaboration, pourquoi il se retrouve tout à coup face à une équation devenue impossible à résoudre.   Pour conclure, je dirais qu’il n’y a pas un seul modèle de couple, chaque couple est différent, de par le rapprochement des deux identités qui le constitue.  Si l’espace commun se construit au sein d’un consensus qui respecte l’identité et l’épanouissement de chacun et se base sur l’échange, alors il est possible que celui-ci perdure autant dans ses crises que dans ses rapprochements.  Il est certain que si au sein du couple, la colère et l’incompréhension persistent, il est préférable d’aller consulter. Afin de permettre à l’adage chéri de notre enfance, « et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » de reprendre son sens ou au contraire d’ouvrir aussi la voie à une séparation... Vanessa Bokanowski, psychologue,  excerce au sein de la clinique The French Clinic (Dubai Healthcare city) Contact : 04 429 8450 ou 056 948 7372   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus avant le week-end !            
C’est acté, depuis début 2015, l’administration fiscale française a accepté de restituer aux contribuables résidant dans un pays de l’Union Européenne (autre que la France) leurs prélèvements sociaux. La nature de ses prélèvements a depuis fait l’objet de nombreux débats, souvent considérés comme injustes. 
Une nouvelle réforme, datant du 25 janvier dernier, a relancé l’épineuse question de l’application de ces prélèvements aux non-résidents. Mais alors, qu’en est-il aujourd’hui du cas des Français expatriés à Dubai ? 
Nous avons demandé à EQUANCE de nous éclairer sur le sujet.
 Pour bien comprendre les enjeux de cette réforme, il est important de redéfinir clairement les termes, le périmètre d’action et le contexte de celle-ci.   La CSG-CRDS, qu’est-ce que c’est ?
   Basées sur un principe de solidarité, la contribution sociale généralisée (CSG) et la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) sont prélevées sur les revenus d'activité (salaires) ; de remplacement (revenus perçus en remplacement de la rémunération liée à son activité) ; du patrimoine (biens immobiliers) et de placement. *   Qui est concerné par ces prélèvements aujourd’hui ?
   L’ensemble des résidents français percevant l’un ou plusieurs des revenus détaillés plus haut, ainsi que l’ensemble des expatriés français résidant dans un pays hors UE.    Pourquoi ces prélèvements sont considérés par certains comme injustes ?   Les contribuables assujettis à un régime de sécurité sociale étranger, donc payant localement des cotisations sociales, doivent également s’acquitter de la CSG-CRDS en France. Ces prélèvements peuvent donc être considérés comme double emploi avec les cotisations déjà payées à l’étranger.     A ce stade, nous pouvons donc nous poser la question suivante : Que se passe t-il pour les Français résidant dans un pays hors UE, tel que Dubai par exemple ?   Que dit la réforme ?

 « Le Conseil d’Etat dans une décision du 25 janvier 2017 vient de décider d’un renvoi à la Cour de justice de l’Union européenne d’une question préjudicielle portant sur la compatibilité de la réglementation fiscale en cause, et notamment le traitement différencié des non-résidents selon leur lieu d’établissement, avec le principe de libre circulation des capitaux. »   En d’autres termes, la situation des contribuables résidant dans un pays hors UE est remise à l’étude. La différence de traitement des non-résidents suivant leur lieu d’établissement est ici avancée comme un argument de poids.  Les suites données à cette réforme devraient ainsi permettre à des milliers de non-résidents, dans l’attente d’une décision sur leur réclamation, de savoir s’ils obtiendront ou non le remboursement de leurs prélèvements sociaux. Affaire à suivre…   Quelles actions mettre en place dès aujourd’hui ?   Vous pouvez effectuer contestation auprès de l’administration fiscale française pour anticiper d’un potentiel remboursement. En effet, il est bon de rappeler que sans réclamation contentieuse préalable, les contribuables situés en Europe n’auraient jamais pu être aujourd’hui remboursés.   Les experts EQUANCE peuvent vous aider à rédiger cette réclamation, approfondir le sujet, ainsi qu’étudier votre cas particulier lors d’un rdv en toute confiance, et ceci, quel que soit votre pays de résidence.   * source : https://www.service-public.fr   Contactez EQUANCE directement au +971 52 911 1334 ou sur emailProtector.addCloakedMailto("ep_71b9e071", 1); Plus de détails sur leur fiche BAF !   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !                
« L’expérience de la solitude est bénéfique et structurante. Elle favorise la découverte de soi, permet de faire émerger ses envies, ses aspirations, permet la création artistique, ou tout simplement de se ressourcer et de se détendre. » selon Macqueron. Bien que nous adorions tous faire des généralités, je pense qu’il faut se rendre à l’évidence qu’il n’existe pas un seul rapport aux réseaux sociaux mais des rapports aux réseaux sociaux.    L’appétence aux réseaux sociaux exacerbée en expatriation   En arrivant à Dubai, j’ai cependant trouvé l’appétence aux réseaux sociaux très prononcée. Selon les statistiques, 56% des gens utilisent les réseaux sociaux tous les jours de manière très active en y passant en moyenne 3h40 contre 1h20 par jour en France*. Je pense qu’il faut garder en tête que l’expatriation joue un rôle dans ce phénomène bien que la population locale soit aussi très largement consommatrice. Facebook est en tête, suivie par Twitter et Instagram et bien sûr les applications de messagerie instantanées comme WhatsApp.  Il y a de quoi s’interroger…   La société a produit un réseau technologique de connexions qui répond à une demande certaine. Le besoin de se connecter est profondément humain. Nous exposons, tous interconnectés par cette petite zone sous la toile, une forme très idéalisée de nous et de notre vie. Il est évident que personne ne va poster un selfie au moment de se brosser les dents le matin avec les cheveux en pétard !    Non ! C’est la version idéalisée de nous que nous voulons montrer, forme de faux-self où nous gommons les parties que nous ne voulons pas voir et que les autres ne veulent pas voir non plus ! Face à toutes les atrocités qui se passent dans le monde : ne cherchons-nous pas à contrer cet effet par la création collective d’un petit monde virtuel, de perfection ressemblant sans doute à s’y méprendre au « Meilleur des mondes » d’Aldous Huxley ?   Les réseaux sociaux, une entrave à notre solitude nécessaire pour créer et donner du sens   Mais cet effet n’entrave t’il pas notre capacité à rester seuls et donc à se livrer à des activités plus porteuses de sens ?   Il n’est plus possible de rentrer dans un café ou un restaurant sans voir des personnes fascinées par leur tablette, portable, ordinateur. Les smartphones ont définitivement éliminé les moments de transition, ceux où l’on se réjouit d’attendre l’ami que l’on n’a pas vu depuis longtemps ; où l’on se pose sur un banc pour regarder la foule en réfléchissant à sa vie, à ses rêves… Nous n’attendons plus rien, n’y personne d’ailleurs, rivés sur notre portable, fascinés par la vie d’autrui et par la nôtre, celle que nous projetons bien sûr ! La fascination pour le virtuel a remplacé le livre, tout comme la téléréalité a remplacé les films ou débats télévisés : médias qui avaient pourtant la capacité de nous faire réfléchir ou de nous emmener vers de lointaines contrées, à la recherche du temps perdu… Non, nous préférons maintenant savoir comment se passent les vacances d’untel à Katmandou ou les photos de l’ouverture du dernier restaurant à la mode.   C’est l’instantanéité, la gratification immédiate. Nous sommes tous drogués à ce contact virtuel qui finalement nous donne l’illusion de ne plus jamais être seuls.    Ce rapport au virtuel a profondément transformé les rapports humains, on ne se téléphone plus, on se WhatsApp, du coup même en étant hyper-connectés, on peut aussi se sentir parfois très seul.  Il est également amusant de constater comment les réseaux sociaux ont aussi profondément transformé les rapports amoureux. On ne se rencontre plus vraiment, on se Meetic, on se Tinder, on se Facebook… La magie de la rencontre est alors remplacée, par l’image de l’autre et encore une fois sous sa version la plus idéalisée qui sera donnée à travers les premiers échanges écrits pour ne pas dire les premiers… chats !   La place de l’autre parfait et idéalisé pourra très vite s’effacer dès le mirage de la première rencontre… Et quand on se quitte, et bien ? On ne se quitte plus, on s’efface, de Facebook, de Tinder, de WhatsApp, on cherche à éradiquer l’autre de ses pensées, en l’éradiquant virtuellement. Alors mirage ou réalité ?   Que dit de nous notre capacité ou incapacité à être seul ?   La capacité à être seul est une notion psychologique définit par le psychanalyste britannique Donald W. Winnicott (1896-1971). C’est la capacité que le bébé acquiert progressivement en présence de la mère et signe le déclin de la phase symbiotique. Il peut à présent faire quelque chose, seul à ses côtés. Cela le prépare à l’autonomie car plus il grandira, moins sa mère sera en permanence disponible. Il semblerait que la société actuelle nous bombarde sans arrêt d’informations, de publicités, du « toujours plus » qui lentement a détruit cette autonomie des temps anciens… 
Les réseaux sociaux semblent faire revivre l’illusion de cette mère, à jamais symbiotique, sans laquelle nous nous sentions perdus. 
 Il faut cependant ajouter que tout le monde n’a pas ce même rapport au virtuel. Pour certains, cela semble d’ailleurs bien plus problématique que pour d’autres.   Et c’est là que nous pouvons évoquer la pathologie addictive et son cortège de symptômes, dont l’addiction au virtuel ne peut plus être ignorée.  Je parle de ceux dont la relation à leurs parents a été compliquée, dont l’enfance n’a pas toujours été un refuge et qui ne souffrent pas par moment de solitude comme tout le monde, mais d’une intolérance à la solitude signant l’incapacité d’être seul.   Je parle de ces individus fascinés, comme hypnotisés par leur téléphone, tablette, ordinateur, voyant dans le virtuel la réponse absolue aux questions qui ne peuvent pas résoudre dans le réel.    Comment limiter les risques ? Quelle attitude adopter ?   À ce moment là : chercher l’aide d’un psychologue est alors judicieux, car la relation thérapeutique permet de récréer un environnement favorable à un retour sur soi par l’écoute et la présence bienveillante du thérapeute.     C’est dès l’enfance que nous devons être éduqués à cette capacité à être seul ! L’adulte, trop souvent préoccupé par ses propres angoisses, finit par mettre dans les mains de son enfant téléphones, tablettes, ordinateurs portables, car c’est la société qui ne supporte plus l’inactivité.   L’inactivité est elle forcément synonyme d’ennui ? En cherchant en permanence à les occuper, ne détruisons nous pas cette capacité créatrice qui ne peut émerger que d’une forme d’ennui ? La pensée s’origine du négatif… Ce n’est que dans l’ennui que l’enfant peut chercher en lui une solution, laisser place à son imagination, développer sa créativité.  Et plutôt que de les gaver d’images virtuelles qui sur-stimulent leurs cerveaux encore peu prêts à recevoir ce genre de stimulations, donnons-leur des petits personnages, animaux, avec lesquels ils pourront créer des histoires, remettant en scène ce qu’ils ont intégré, des expériences nouvelles qu’ils assimilent au quotidien. C’est en se sentant en bonne compagnie avec lui même que l’enfant pourra plus tard palier ses angoisses par ses propres ressources et non par une forme de fastfood technologique. Il faut sortir de cette pathologie de l’activité qui rend finalement le monde, les parents et les enfants hyperactifs ! Apprendre à s’ennuyer est l’émergence de toute forme de créativité.   En conclusion…   Cet article n’est destiné qu’à faire réfléchir sur peut-être certains de nos comportements. Je pense paradoxalement que les réseaux sociaux ont toute leur place dans notre vie actuelle et ils permettent aussi bien des choses. Je suis sûre qu’ils permettent aussi de s’informer, qu’ils ont provoqué de belles rencontres et qu’ils permettent, aux expatriés que nous sommes, de rester plus facilement en contact avec nos proches. Je dirais que tout est dans le mesure, ils ne doivent pas se substituer à nos désirs et besoins fondamentaux comme l’attente, le désir, le plaisir de la solitude, de la déconnexion, d’être heureux avec soi et avec l’autre que nous pouvons aussi à loisir contempler dans toute son humanité.   * source : www.globalmedia,com et www.blogdumoderateur.com   Vanessa Bokanowski, psychologue,  excerce au sein de la clinique The French Clinic (Dubai Healthcare city) Contact : 04 429 8450 ou 056 948 7372   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter pour recevoir toutes nos actus !               
Les études sont unanimes : l’apprentissage de deux langues différentes dès le plus jeune âge est un formidable stimulant pour le cerveau de nos enfants… Cependant, et comme le précise la psychologue américaine Ellen Byalistock, (spécialiste du plurilinguisme) : « les bénéfices du bilinguisme augmentent avec sa durée, plus on pratique mieux c’est ! » 
Ainsi, confier votre enfant dans les premiers mois et premières années de sa vie, à une structure bilingue telle que celle du Petit Poucet présente une réelle opportunité d’entretenir cet atout.  Inscrivez-vous vite !   • Les admissions ouvriront en avril pour la rentrée de septembre 2017 !  La crèche bilingue français/anglais offre un enseignement de haute qualité accueillant des enfants de 6 mois à 4 ans ; et de 4 à 6 ans pour la maternelle. 

La philosophie du Petit Poucet : encourager l’enfant à s’intégrer dans un groupe tout en développant ses qualités personnelles et ses compétences dans des domaines variés, le tout dans un environnement bilingue. 
Cet apprentissage stimulant et en harmonie avec le monde extérieur le prépare à rejoindre, par la suite, les meilleurs systèmes scolaires à différents niveaux (Grade 1, PS, MS, GS ou CP).

 Pour tout renseignement et inscription, appelez le 04 321 9399 ou contactez emailProtector.addCloakedMailto("ep_ecabcd0d", 1);   • Le camp de printemps s’installe du du 26 mars au 6 avril, de 8h à 14h. Ce ne sont pas une, mais deux semaines d’activités prévues cette saison, de quoi occuper et divertir vos enfants durant toutes les vacances ! Ce camp sera axé autour de l’expression artistique et corporelle avec un programme qui s’adaptera à tous les âges. L’ensemble des activités sera dispensé en anglais et en français. Des sorties classes sont également prévues durant ces semaines.   Programme détaillé : - de 8h à 8h30 : arrivée des enfants - de 8h30 à 9h : jeux en playground 
- de 9h à 9h30 : pause snack - de 9h30 à 10h : ateliers créatifs (confections de lampes, papillons en 3D, ballons customisés etc.) - de 10h à 10h30 : jeux collectifs sur le thème de la musique  - de 10h30 à 11h30 : peinture, cuisine, fashion show etc. - de 11h30 à 12h : déjeuner - de 12h à 12h30 : sieste ou temps de repos/activités douces. - de 13h à 13h30 : temps de lecture et activités de psychomotricité - de 13h30 à 14h : exercices de yoga et de relaxation, danse douce, gym douce etc.   Ouvert à tous les enfants de 6 mois à 6 ans. Petit-déjeuner offert, le déjeuner et le transport sont des options proposées uniquement pour les inscriptions hebdomadaires. Tarifs :  - 160 AED/jour et 700 AED/semaine/1300 AED pour 2 semaines, pour toute inscription avant le 16 mars. - 170 AED/jour et 750 AED/1400 AED pour 2 semaines pour toute inscription.
-20 % de réduction pour l’inscription de fratries. Inscrivez-vous directement au + 971 4 321 9399 ou au + 971 50 657 1744.   Quoi de neuf au Petit Poucet ?   Une nouvelle application vient d’être mise en place par Le Petit Poucet afin que tous les parents puissent suivre les actualités de la crèche et le quotidien de leurs enfants. Le but étant d’informer les parents en temps réel et de faciliter l’ensemble des démarches administratives (prises de rdv, paiements, changements d’emploi du temps, absences, organisation de journées spéciales etc.) Pour en savoir plus sur cette application, rdv sur www.thedaycarechanne.com   Et toujours au cœur de la pédagogie, des activités extra-scolaires ludiques et amusantes. Pour en savoir plus, lisez notre article C’est l’heure de se bouger avec les nouvelles activités du Petit Poucet ! De plus, Le Petit Poucet continue d’entretenir son partenariat avec la Paris-Saint-Germain Academy pour garantir une belle progression aux petits champions.   Enfin, Le Petit Poucet continue de s’engager auprès de différentes manifestations autour du thème de l’enfance et de la famille, en participant notamment au Dubai Winter Festival et au Dubai Nursery & Schools show. De plus, la crèche participera à la kermesse de l’école Georges Pompidou ainsi qu’à une grande opération de collecte de fonds lors du Dubai Cares Walk en faveur du soutien à l’éducation des enfants dans le monde.   Pour en savoir plus sur les tarifs et autres modalités d’inscription, rendez-vous sur leur fiche BAF. Tel : + 971 4 321 9399 ou au + 971 50 657 1744. Email : emailProtector.addCloakedMailto("ep_a6bfa122", 1); Adresse : Villa 1, Rue 12A, Umm Al Sheif, Al Safa 2 N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !            
A peine arrivés et déjà en mal du pays ? Ou simplement envie de retrouver des personnes avec les mêmes références, appartenant à la même communauté et parlant la même langue ? Nous avons fait le point sur les différentes initiatives mises en place pour échanger, partager, s’entraider, et se rencontrer en français !
   
1. Les initiatives et évènements francophones de Dubai   • Les rencontres du French Social Club Dubai Accueil, nouvellement baptisé le French Social Club, est une association à but non lucratif, à caractère apolitique et non-confessionnel. 1er organisme d’accueil des Français à Dubai, Le FSC est membre de la FIAFE (Fédération internationale des Accueils Français et Francophones à l'Etranger) et se compose d’une équipe bénévole. L’association accueille l’ensemble des francophones arrivant à Dubai avec pour missions : aider, informer, divertir, écouter et regrouper les expatriés. Le FSC propose des activités conviviales telles que des sorties culturelles, des cafés-rencontre/déjeuners dans les quartiers, des groupes de marches, des sorties-découvertes de la culture des EAU etc. L'association tient une permanence tous les dimanches matins (hors vacances scolaires françaises) de 9h à 12h au café Vendôme de l'Alliance Française.
   Adhésion 230 AED/an. Pour en savoir plus, rdv sur www.frenchsocialclub.org Rejoignez-les sur leur page Facebook    • Les « French Tuesday » du FBC Le French Business Council rattaché à la Dubai Chamber of Commerce and Industry est l’organisme en charge du développement économique francophone interne et du soutien et aide à l’implantation d’entreprises externes à Dubai. Le FBC organise tous les premiers mardis de chaque mois une soirée networking. Les lieux changent (hôtels) à travers la ville, mais le concept demeure, soit une soirée en deux temps : la première partie de soirée est réservée aux membres et la seconde partie est ouverte à tous. Le principe est simple : se rencontrer et échanger à travers des réseaux communs ou transverses et ainsi nourrir des opportunités professionnelles.   Possibilité de contracter un membership à l'année, plusieurs options possibles. Pour en savoir plus, rdv sur www.fbcdubai.com Rejoignez le FBC sur leur page Facebook   • Les évènements de l’Alliance Française L’Alliance Française est l’organisme en charge du rayonnement culturel français aux Emirats. L’association fait partie d’un réseau international d’Alliances Françaises centenaire, en charge de la promotion culturelle à l’étranger.
 Celle-ci propose donc toute l’année un différent nombre de manifestations culturelles et artistiques (représentations, spectacles, expositions, cours de théâtre) ajoutées à sa mission d’apprentissage du français (cours, accès à une librairie, projections etc.). Son activité  consiste notamment à faire venir des artistes francophones jusqu’à Dubai mais également de tisser des passerelles avec l’art et la culture locale. Ainsi, chaque lundi matin, l’Alliance propose des rendez-vous autour de thématiques différentes (science, culture, lecture, art, etc.)   Pour connaître l’ensemble du programme à venir, rdv sur www.afdubai.com Rejoignez l’Alliance Française de Dubai sur leur page Facebook   • Les spectacles de Culture Emulsion
 Fondé en 2014 par Cécile et Stéphane, Culture Emulsion a pour but d’apporter une French touch culturelle et divertissante à Dubai. Ils présentent donc différents styles de spectacles (pièces de théâtre, festival de comédie etc.) du classique au contemporain, en français. À la recherche de petites pépites, Stéphane et Cécile sillonnent la France l’été pour découvrir de nouveaux talents, et ainsi proposer leurs spectacles aux Emirats la saison prochaine. L’équipe de Culture Emulsion se compose également de professionnels du théâtre qui animent des cours pour adultes et enfants. Chaque année, les élèves se produisent sur scène pour un spectacle ! Lisez notre article Faire du théâtre en français à Dubai : tous en scène !   Possibilité d'abonnement annuel. Pour en savoir plus, rdv sur www.culture-emulsion.net  Pour connaître le programme de la saison, suivez-les sur leur page Facebook   • Les évènements de l'UFE  Fondée en 1927, l’Union des Français de l’Etranger (UFE), association apolitique reconnue d’utilité publique, est un réseau qui regroupe des Français, des francophones et des francophiles à travers le monde. Aujourd’hui, l’UFE compte plus de 170 représentations dans une centaine de pays. Leurs missions principales sont : d’assurer le lien avec la France, de défendre les intérêts des expatriés, d’apporter un réseau d’entraide et de soutien à ceux-ci. Ce réseau donne accès à un certain nombre d’avantages et de réductions à ses membres. L'UFE organise plusieurs évènements tout au long de l’année tels que des diners, des soirées (Beaujolais nouveau, soirée de rentrée etc.), des sorties (trecks, marathons, ski, découverte des Emirats) etc.   Adhésion : 250 AED/an. Pour en savoir plus, rdv sur www.ufe-dubai.com Rejoignez-les sur leur page Facebook
 
 • Les évènements du club des Savoyards Créé il y a 7 ans, le club des Savoyards fait partie de l’entité des Savoyards du Monde regroupant tous les natifs et amoureux de la région. Association à à but non lucratif, à caractère apolitique et non-confessionnel, le club a plusieurs objectifs :
 réunir tous les Savoyards et amis de la Savoie résidant aux Emirats ; d’entretenir les liens avec la région en France à travers les élus et les administrations locales ; d’apporter un soutien logistique et moral à tous ses membres. Des évènements sont ainsi organisés tout au long de l’année tels que des diners, une semaine thématique, des concours de ski, des dégustations régionales etc.   Adhésion : 50 AED/an pour le club et 100 AED/an pour les amis de la Savoie. 
Pour en savoir plus, rdv sur www.savoyardsauxemirats.org   A Dubai, l'UFE et le club des Savoyards se sont récemment regroupés sous le French Community Club, ayant pour ambition d'accueillir d'autres associations francophones aux intérêts communs.   • Le Meet up « French Connection in Dubai »  Fondé il y a 3 an Meetup.com est un site qui recense des groupes par activités ou centre d’intérêts « French Connection in Dubai » est un meetup francophone, dont l’inscription est gratuite (à la seule condition d’admission est de parler le français). Chaque semaine, des activités diverses (expos, visites, déjeuners) sont organisées avec des récurrences : tous les vendredis matins (petit-déjeuner) ; dimanches soirs (café) ; jeudis soirs (bowling + restaurant).
Les membres viennent des quatre coins du monde : USA, Sri-Lanka, Colombie, Chine, Arabie-Saoudite, Ouzbékistan, Allemagne… et même de France et pays francophones.
 Pour les rejoindre, rdv sur www.meetup.com
   • Les events des Women In Dubai Fondé il y a 3 ans et administré par une équipe 100 % féminine. En dehors de la communauté Facebook, toutes les semaines, des activités sont proposées telles que : - Des repas partagés dans des lieux prestigieux à travers la ville à moindre coûts. En effet, Wafa et son équipe négocient en amont des partenariats avec des hôtels ou restaurants pour faire profiter à chacune d’un bon moment sans se ruiner ! - Des cours de danse (danse orientale), de théâtre, des ateliers divers (développement personnel, coaching etc.) - Des participations à des évènements culturels (expos par exemple) et sportifs (courses, trecks etc.)   Pour en savoir plus sur l’initiative et les projets à venir, lisez notre article Wafa et les WID : une histoire de femmes ! Rejoignez les WID sur leur page Facebook   • Les groupes de parole Bulles de maman Fondé il y a 3 ans et organisé à l’initiative bénévole de Bertille Bouvier (médecin généraliste) et comprenant aujourd’hui une équipe de 4 professionnelles (psychologues, sage-femme, conseillère en lactation). Bulles de maman est un groupe de parole qui favorise les rencontres et les échanges autour de problématiques liées à la vie d’une maman. Ce partage se fait de manière mensuelle sur un thème spécifique, en toute liberté et en toute intimité. Chaque mois, retrouvez une thématique spécifique autour du thème de la parentalité, de l’enfance, de l’adolescence. 
   Participation aux temps d’échange sur inscription, 30 AED/session. Pour en savoir plus sur l’initiative, lisez notre article Bulles de maman vous invite à échanger sur le sujet du mois ! Rejoignez-les sur leur page Facebook • Les Alumni Si vous avez fait une grande école en France, vous pouvez vous rapprochez du responsable Alumni de votre école afin de connaître les initiatives proposées aux Emirats pour les anciens élèves. Chaque année plusieurs soirées sont organisées, regroupant plusieurs écoles internationalement reconnues.   2. Les groupes Facebook
   • Les généralistes LNA - Les Nouveaux Aventuriers Les Frenchy de Dubai  Ze French  Francodubai  Francophones aux Emirats  French Dubai Community   • Les spécialisés Les WID - Women In Dubai (exclusivement féminin) French Ladies Dubai (ventes et petites annonces surtout) Mamans et Papas à Dubai (entraide et échanges autour de la parentalité et petites annonces) • Pour la recherche d'emploi L.F.P.L - Les Frenchies pour l’emploi  Les Frenchy de Dubai  De plus, si ce n'est dèjà fait, nous vous invitons à (re)lire :   - Comment bien préparer son emménagement et déménagement à Dubai ? Pour appréhender votre expatriation en toute sérénité.
 - S’installer et vivre à Dubai : tout ce qu’il faut savoir ! Afin d’avoir une vue d’ensemble sur la vie quotidienne de Dubai.
 - Quel est le coût de la vie à Dubai ? Pour anticiper au mieux votre budget.
 Ensuite, notre rubrique LES FICHES PRATIQUES conçue comme une boîte à outils pour aborder tous les points pratiques de votre installation (nouveaux arrivants) ; de votre visite (touristes) ; ou de la vie pratique dans la ville (expatriés).
   LE BAF (Bottin des Adresses Francophones) vous aidera à trouver la ou les bonnes adresses de professionnels francophones.   Enfin, vous pouvez consulter chaque fin de mois notre AGENDA CULTUREL spécialement concocté pour nos lecteurs et par nos soins, recensant tous les évènements à ne pas manquer ! N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !          
On vous en parlait déjà en janvier dernier (cf notre article Ouverture d’une nouvelle école à Dubai ), suite à quelques ajustements, nous faisons aujourd’hui le point sur la concrétisation de ce projet éducatif novateur. La construction bien avancée, l’école prendra ses quartiers à Al Quoz au début de l’été, pour une ouverture en septembre 2017 pouvant accueillir à terme 1500 élèves francophones.   Les infrastructures : le projet avance t-il dans les temps ?   OUI. Bonne nouvelle ! Après quelques aléas logistiques, la fin des travaux est établie pour juin 2017 et les délais sont en bonne voie pour être respectés. Des visites de chantier (pour les parents des futurs élèves et toute personne désirant visiter le bâtiment) sont également prévues au mois d’avril : de quoi se faire une idée concrète du futur environnement scolaire de vos enfants ! De plus, des portes ouvertes seront bien évidemment mises en place dès la fin du chantier. L’occasion de rencontrer l’ensemble de l’équipe éducative et d’avoir les réponses à toutes les questions que vous pourriez vous poser.   Côté pratique : comment vos enfants vont-ils être pris en charge ?   - Dès leur plus jeune âge : avec une possibilité d’inscrire votre enfant dès l’année de ses trois ans. Dans un premier temps, les classes seront ouvertes de la maternelle au CM1. Des partenariats avec certaines crèches sont en cours pour favoriser l’intégration des petits en maternelle au sein de l’école.   - Dès 7h15 du matin : afin de donner aux parents une plus grande souplesse. Un système de bus scolaires sera également mis en place. Un petit déjeuner pourra être proposé, ainsi qu’un service de livraison de lunch box pour le déjeuner. Les cours démarreront à 8h et finiront à 14h (du dimanche au mercredi) et 12h25 le jeudi.  L’avantage : être flexible au niveau des horaires et permettre à chacun de s’organiser au mieux et sans stress.   - Des petits effectifs dans une architecture adaptée : les classes n’excèderont pas 26 élèves et il n’y aura que 4 classes par niveau. Chaque niveau intègrera un module de 4 classes avec toilettes et salle polyvalente dédiées. L’avantage : bénéficier d’un environnement d’apprentissage optimal dans une atmosphère propice à l’épanouissement de chaque enfant.   - En français, en anglais et en arabe : le cursus suivra celui de l’Éducation Nationale française. Toutes les classes dès la petite section bénéficieront de 3h d’anglais hebdomadaires. Des activités extra-scolaires seront également dispensées en anglais. A partir de la moyenne section s’y ajouteront 2h d’arabe.   Quelles sont les lignes directrices du projet ?   • La communication au centre du trio enfant-parent-professeur   - Flexibilité + adaptabilité  La communication est aujourd’hui facilitée grâce à la mise en place d’un système totalement en ligne facile et pratique d’utilisation. Par exemple lors de l’inscription, une confirmation immédiate vous est envoyée par mail ; vous pouvez également prendre rendez-vous selon vos disponibilités directement via la plateforme. Chaque famille est ensuite (ou préalablement, à sa demande) reçue par l’équipe de direction afin d’apprendre à se connaître pour orienter au mieux le cursus de votre enfant. Les entretiens se font par Skype si la famille réside en-dehors des Emirats-Arabes-Unis.   - Une équipe dédiée et accessible Chaque professeur sera formé, en tenant compte de son parcours initial, au projet éducatif de l’école pouvant se résumer aux valeurs suivantes : autonomie, citoyenneté, épanouissement par la culture et le sport, communication. L’accompagnement et le travail coopératif seront placés au cœur de la pédagogie pour un objectif commun : optimiser les apprentissages et le développement de chaque enfant. Chaque membre de la communauté éducative sera représenté, y compris les élèves avec les délégués de classe.   • Des initiatives sportives et culturelles    L’ouverture d’une bibliothèque/centre de documentation, d’un auditorium, d’une piscine, d’un terrain de foot, d’un terrain multisports, d’une salle de motricité et d’un gymnase, permettront à tous de profiter d’un cadre idéal pour se cultiver et se dépenser. Le sport occupera une place prépondérante puisque 3 séances d’EPS (Education Physique et Sportive) seront dispensées dès le CP conformément aux programmes de l’Education Nationale.   • Une pédagogie positive|   L’équilibre entre les différentes méthodes d’apprentissage sera rigoureusement appliqué. L’insertion progressive du numérique dans les méthodes d’apprentissage est le fruit d’une vraie réflexion autour d’une équipe formée aux technologies. L’équipe enseignante se veut impliquée dans le parcours de votre enfant sans être intrusive. Le but étant de privilégier une relation coopérative où chacun saura trouver sa place, tout au long de sa scolarité.   Pour s’inscrire, rdv dans la rubrique INSCRIPTION ! Suivez toute l'actualité du LFJM sur leur page Facebook. Pour plus de renseignements, contactez le 056 3388 223 ou emailProtector.addCloakedMailto("ep_1d34fa43", 1);   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !                
On ne le répètera jamais assez : prendre soin de vos dents c’est très important puisque le but est de garder vos dents naturelles le plus longtemps possible. Cette prise de conscience commence dès l’enfance, par l’intermédiaire des parents, pour se poursuivre tout au long de votre vie d’adulte. Ainsi, il est toujours bon de se rappeler quelques pratiques préconisées pour un sourire éclatant, symbole d’esthétisme mais surtout de bonne santé ! Nous avons demandé au Docteur Sylvain Mosca, ayant dernièrement rejoint l’équipe de Versailles Dental Clinic, de nous éclairer sur ces quelques points.   Entretenir une bonne hygiène bucco-dentaire ça passe par :   • Un brossage de dents efficace - But : déloger la plaque dentaire de la surface de vos dents (sensation granuleuse au passage de la langue) ainsi que dans les espaces inter-dentaires. La plaque dentaire est propice au développement des bactéries entrainant l’ acidité qui va fragiliser et créer des brèches dans l’émail : bonjour aux caries ! - Fréquence : si possible après chaque repas (3 fois/jour dans l’idéal) et au moins 2 fois par jour (matin et soir). Un brossage efficace est un brossage rigoureux mais souple pour ne pas agresser vos gencives.   - Technique : la technique dite du « rouleau » : 1. Brosser séparément le haut et le bas de la mâchoire. 2. Incliner la brosse à dent ( à 45 degrés). 3. Effectuer des mouvements rotatifs en rouleau pour brosser les dents et la gencive. 4. Suivre un trajet précis pour n’oublier aucune zone à nettoyer.   • Le bon choix de la brosse à dents Le choix de la brosse à dents est très personnel. Avec trois niveaux de souplesse (souples, moyens, durs), à vous de tester le type de brosse à dent manuelle qui vous convient. On s’accordera à dire que les poils souples conviennent à tous et limitent les agressions des gencives dans le cas de brossages toniques.   L’alternative la plus complète reste la brosse à dent électrique, pour un brossage efficace et précis (notamment de zones difficilement accessibles avec une brosse manuelle tels que les interstices gingivaux). Qu’elle soit manuelle ou électrique, la brosse ou tête de brosse doit être changée tous les 2/3 mois.   • Le choix d’un dentifrice adapté Optez pour un dentifrice non agressif (souvent les plus simples, faites abstraction du packaging coloré : c ‘est du marketing !) Il en existe aujourd’hui à toutes les saveurs ; plus naturels aux plantes ; et particulièrement dédiés pour les dents et/ou gencives sensibles. Toutefois, il est préférable d’éviter les dentifrices « blanchissants » en utilisation quotidienne car leur effet est très abrasif. En résumé : on décape l’email ! Pour enlever les tâches (d’où l’impression de dents plus blanches), mais surtout on abîme les dents qui deviennent poreuses et fragiles.   Si vous ne pouvez pas vous en passer, il est conseillé de l’utiliser en intermittence (par exemple 2 fois/semaine) avec un dentifrice classique.   • L’utilisation du fil dentaire/brossettes dentaires C’est un complément indispensable au brossage de dents afin de limiter les caries. En effet, celui-ci permet de déloger les résidus alimentaires potentiellement coincés entre vos dents (là où se forment le plus facilement les zones de caries). Vous pouvez le choisir en soie ou en nylon. Veillez à l’insérer délicatement entre vos interstices dentaires puis le faire glisser sur l’un des côtés pour le retirer. Soyez doux pour éviter de vous blesser les gencives. Le dentiste ou l’hygiéniste pourra vous faire une démonstration très rapide lors de votre visite. Vous pouvez l’utiliser une fois par jour.   • L’utilisation du jet d’eau ou hydropropulseur Son utilisation est plutôt recommandée aux porteurs d’appareils dentaires et de gouttières (type Invisalign, par exemple), permettant sous la pression de l’eau d’éliminer les résidus alimentaires difficilement accessibles avec le fil dentaire. C’est également un complément de nettoyage non substituable au brossage de dents. Aujourd’hui les jets dentaires sont accessibles en grande surface à des prix très abordables.   Gardez bien en tête que l’ensemble de ces conseils et préconisations sont personnalisables en fonction de votre état de santé ; la nature et la sensibilité de vos dents ; vos antécédents dentaires.    C’est pourquoi il est recommandé de consulter votre dentiste 2 fois par an pour : - Contrôler l’état de vos dents (soins et suivi des soins antérieurs) et ainsi éviter les mauvaises (et douloureuses) surprises !  - Faire le point sur leur entretien en fonction de votre mode de vie. - Répondre à vos questions précises.   Docteur Sylvain Mosca, Dentiste et spécialiste des implants. Retrouvez leurs coordonnées dans notre fiche BAF !   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !             
  1. Les + lus
  2. Les + récents