C’est acté, depuis début 2015, l’administration fiscale française a accepté de restituer aux contribuables résidant dans un pays de l’Union Européenne (autre que la France) leurs prélèvements sociaux. La nature de ses prélèvements a depuis fait l’objet de nombreux débats, souvent considérés comme injustes. 
Une nouvelle réforme, datant du 25 janvier dernier, a relancé l’épineuse question de l’application de ces prélèvements aux non-résidents. Mais alors, qu’en est-il aujourd’hui du cas des Français expatriés à Dubai ? 
Nous avons demandé à EQUANCE de nous éclairer sur le sujet.
 Pour bien comprendre les enjeux de cette réforme, il est important de redéfinir clairement les termes, le périmètre d’action et le contexte de celle-ci.   La CSG-CRDS, qu’est-ce que c’est ?
   Basées sur un principe de solidarité, la contribution sociale généralisée (CSG) et la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) sont prélevées sur les revenus d'activité (salaires) ; de remplacement (revenus perçus en remplacement de la rémunération liée à son activité) ; du patrimoine (biens immobiliers) et de placement. *   Qui est concerné par ces prélèvements aujourd’hui ?
   L’ensemble des résidents français percevant l’un ou plusieurs des revenus détaillés plus haut, ainsi que l’ensemble des expatriés français résidant dans un pays hors UE.    Pourquoi ces prélèvements sont considérés par certains comme injustes ?   Les contribuables assujettis à un régime de sécurité sociale étranger, donc payant localement des cotisations sociales, doivent également s’acquitter de la CSG-CRDS en France. Ces prélèvements peuvent donc être considérés comme double emploi avec les cotisations déjà payées à l’étranger.     A ce stade, nous pouvons donc nous poser la question suivante : Que se passe t-il pour les Français résidant dans un pays hors UE, tel que Dubai par exemple ?   Que dit la réforme ?

 « Le Conseil d’Etat dans une décision du 25 janvier 2017 vient de décider d’un renvoi à la Cour de justice de l’Union européenne d’une question préjudicielle portant sur la compatibilité de la réglementation fiscale en cause, et notamment le traitement différencié des non-résidents selon leur lieu d’établissement, avec le principe de libre circulation des capitaux. »   En d’autres termes, la situation des contribuables résidant dans un pays hors UE est remise à l’étude. La différence de traitement des non-résidents suivant leur lieu d’établissement est ici avancée comme un argument de poids.  Les suites données à cette réforme devraient ainsi permettre à des milliers de non-résidents, dans l’attente d’une décision sur leur réclamation, de savoir s’ils obtiendront ou non le remboursement de leurs prélèvements sociaux. Affaire à suivre…   Quelles actions mettre en place dès aujourd’hui ?   Vous pouvez effectuer contestation auprès de l’administration fiscale française pour anticiper d’un potentiel remboursement. En effet, il est bon de rappeler que sans réclamation contentieuse préalable, les contribuables situés en Europe n’auraient jamais pu être aujourd’hui remboursés.   Les experts EQUANCE peuvent vous aider à rédiger cette réclamation, approfondir le sujet, ainsi qu’étudier votre cas particulier lors d’un rdv en toute confiance, et ceci, quel que soit votre pays de résidence.   * source : https://www.service-public.fr   Contactez EQUANCE directement au +971 52 911 1334 ou sur emailProtector.addCloakedMailto("ep_2a0745d3", 1); Plus de détails sur leur fiche BAF !   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !                
« L’expérience de la solitude est bénéfique et structurante. Elle favorise la découverte de soi, permet de faire émerger ses envies, ses aspirations, permet la création artistique, ou tout simplement de se ressourcer et de se détendre. » selon Macqueron. Bien que nous adorions tous faire des généralités, je pense qu’il faut se rendre à l’évidence qu’il n’existe pas un seul rapport aux réseaux sociaux mais des rapports aux réseaux sociaux.    L’appétence aux réseaux sociaux exacerbée en expatriation   En arrivant à Dubai, j’ai cependant trouvé l’appétence aux réseaux sociaux très prononcée. Selon les statistiques, 56% des gens utilisent les réseaux sociaux tous les jours de manière très active en y passant en moyenne 3h40 contre 1h20 par jour en France*. Je pense qu’il faut garder en tête que l’expatriation joue un rôle dans ce phénomène bien que la population locale soit aussi très largement consommatrice. Facebook est en tête, suivie par Twitter et Instagram et bien sûr les applications de messagerie instantanées comme WhatsApp.  Il y a de quoi s’interroger…   La société a produit un réseau technologique de connexions qui répond à une demande certaine. Le besoin de se connecter est profondément humain. Nous exposons, tous interconnectés par cette petite zone sous la toile, une forme très idéalisée de nous et de notre vie. Il est évident que personne ne va poster un selfie au moment de se brosser les dents le matin avec les cheveux en pétard !    Non ! C’est la version idéalisée de nous que nous voulons montrer, forme de faux-self où nous gommons les parties que nous ne voulons pas voir et que les autres ne veulent pas voir non plus ! Face à toutes les atrocités qui se passent dans le monde : ne cherchons-nous pas à contrer cet effet par la création collective d’un petit monde virtuel, de perfection ressemblant sans doute à s’y méprendre au « Meilleur des mondes » d’Aldous Huxley ?   Les réseaux sociaux, une entrave à notre solitude nécessaire pour créer et donner du sens   Mais cet effet n’entrave t’il pas notre capacité à rester seuls et donc à se livrer à des activités plus porteuses de sens ?   Il n’est plus possible de rentrer dans un café ou un restaurant sans voir des personnes fascinées par leur tablette, portable, ordinateur. Les smartphones ont définitivement éliminé les moments de transition, ceux où l’on se réjouit d’attendre l’ami que l’on n’a pas vu depuis longtemps ; où l’on se pose sur un banc pour regarder la foule en réfléchissant à sa vie, à ses rêves… Nous n’attendons plus rien, n’y personne d’ailleurs, rivés sur notre portable, fascinés par la vie d’autrui et par la nôtre, celle que nous projetons bien sûr ! La fascination pour le virtuel a remplacé le livre, tout comme la téléréalité a remplacé les films ou débats télévisés : médias qui avaient pourtant la capacité de nous faire réfléchir ou de nous emmener vers de lointaines contrées, à la recherche du temps perdu… Non, nous préférons maintenant savoir comment se passent les vacances d’untel à Katmandou ou les photos de l’ouverture du dernier restaurant à la mode.   C’est l’instantanéité, la gratification immédiate. Nous sommes tous drogués à ce contact virtuel qui finalement nous donne l’illusion de ne plus jamais être seuls.    Ce rapport au virtuel a profondément transformé les rapports humains, on ne se téléphone plus, on se WhatsApp, du coup même en étant hyper-connectés, on peut aussi se sentir parfois très seul.  Il est également amusant de constater comment les réseaux sociaux ont aussi profondément transformé les rapports amoureux. On ne se rencontre plus vraiment, on se Meetic, on se Tinder, on se Facebook… La magie de la rencontre est alors remplacée, par l’image de l’autre et encore une fois sous sa version la plus idéalisée qui sera donnée à travers les premiers échanges écrits pour ne pas dire les premiers… chats !   La place de l’autre parfait et idéalisé pourra très vite s’effacer dès le mirage de la première rencontre… Et quand on se quitte, et bien ? On ne se quitte plus, on s’efface, de Facebook, de Tinder, de WhatsApp, on cherche à éradiquer l’autre de ses pensées, en l’éradiquant virtuellement. Alors mirage ou réalité ?   Que dit de nous notre capacité ou incapacité à être seul ?   La capacité à être seul est une notion psychologique définit par le psychanalyste britannique Donald W. Winnicott (1896-1971). C’est la capacité que le bébé acquiert progressivement en présence de la mère et signe le déclin de la phase symbiotique. Il peut à présent faire quelque chose, seul à ses côtés. Cela le prépare à l’autonomie car plus il grandira, moins sa mère sera en permanence disponible. Il semblerait que la société actuelle nous bombarde sans arrêt d’informations, de publicités, du « toujours plus » qui lentement a détruit cette autonomie des temps anciens… 
Les réseaux sociaux semblent faire revivre l’illusion de cette mère, à jamais symbiotique, sans laquelle nous nous sentions perdus. 
 Il faut cependant ajouter que tout le monde n’a pas ce même rapport au virtuel. Pour certains, cela semble d’ailleurs bien plus problématique que pour d’autres.   Et c’est là que nous pouvons évoquer la pathologie addictive et son cortège de symptômes, dont l’addiction au virtuel ne peut plus être ignorée.  Je parle de ceux dont la relation à leurs parents a été compliquée, dont l’enfance n’a pas toujours été un refuge et qui ne souffrent pas par moment de solitude comme tout le monde, mais d’une intolérance à la solitude signant l’incapacité d’être seul.   Je parle de ces individus fascinés, comme hypnotisés par leur téléphone, tablette, ordinateur, voyant dans le virtuel la réponse absolue aux questions qui ne peuvent pas résoudre dans le réel.    Comment limiter les risques ? Quelle attitude adopter ?   À ce moment là : chercher l’aide d’un psychologue est alors judicieux, car la relation thérapeutique permet de récréer un environnement favorable à un retour sur soi par l’écoute et la présence bienveillante du thérapeute.     C’est dès l’enfance que nous devons être éduqués à cette capacité à être seul ! L’adulte, trop souvent préoccupé par ses propres angoisses, finit par mettre dans les mains de son enfant téléphones, tablettes, ordinateurs portables, car c’est la société qui ne supporte plus l’inactivité.   L’inactivité est elle forcément synonyme d’ennui ? En cherchant en permanence à les occuper, ne détruisons nous pas cette capacité créatrice qui ne peut émerger que d’une forme d’ennui ? La pensée s’origine du négatif… Ce n’est que dans l’ennui que l’enfant peut chercher en lui une solution, laisser place à son imagination, développer sa créativité.  Et plutôt que de les gaver d’images virtuelles qui sur-stimulent leurs cerveaux encore peu prêts à recevoir ce genre de stimulations, donnons-leur des petits personnages, animaux, avec lesquels ils pourront créer des histoires, remettant en scène ce qu’ils ont intégré, des expériences nouvelles qu’ils assimilent au quotidien. C’est en se sentant en bonne compagnie avec lui même que l’enfant pourra plus tard palier ses angoisses par ses propres ressources et non par une forme de fastfood technologique. Il faut sortir de cette pathologie de l’activité qui rend finalement le monde, les parents et les enfants hyperactifs ! Apprendre à s’ennuyer est l’émergence de toute forme de créativité.   En conclusion…   Cet article n’est destiné qu’à faire réfléchir sur peut-être certains de nos comportements. Je pense paradoxalement que les réseaux sociaux ont toute leur place dans notre vie actuelle et ils permettent aussi bien des choses. Je suis sûre qu’ils permettent aussi de s’informer, qu’ils ont provoqué de belles rencontres et qu’ils permettent, aux expatriés que nous sommes, de rester plus facilement en contact avec nos proches. Je dirais que tout est dans le mesure, ils ne doivent pas se substituer à nos désirs et besoins fondamentaux comme l’attente, le désir, le plaisir de la solitude, de la déconnexion, d’être heureux avec soi et avec l’autre que nous pouvons aussi à loisir contempler dans toute son humanité.   * source : www.globalmedia,com et www.blogdumoderateur.com   Vanessa Bokanowski, psychologue,  excerce au sein de la clinique The French Clinic (Dubai Healthcare city) Contact : 04 429 8450 ou 056 948 7372   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter pour recevoir toutes nos actus !               
Les études sont unanimes : l’apprentissage de deux langues différentes dès le plus jeune âge est un formidable stimulant pour le cerveau de nos enfants… Cependant, et comme le précise la psychologue américaine Ellen Byalistock, (spécialiste du plurilinguisme) : « les bénéfices du bilinguisme augmentent avec sa durée, plus on pratique mieux c’est ! » 
Ainsi, confier votre enfant dans les premiers mois et premières années de sa vie, à une structure bilingue telle que celle du Petit Poucet présente une réelle opportunité d’entretenir cet atout.  Inscrivez-vous vite !   • Les admissions ouvriront en avril pour la rentrée de septembre 2017 !  La crèche bilingue français/anglais offre un enseignement de haute qualité accueillant des enfants de 6 mois à 4 ans ; et de 4 à 6 ans pour la maternelle. 

La philosophie du Petit Poucet : encourager l’enfant à s’intégrer dans un groupe tout en développant ses qualités personnelles et ses compétences dans des domaines variés, le tout dans un environnement bilingue. 
Cet apprentissage stimulant et en harmonie avec le monde extérieur le prépare à rejoindre, par la suite, les meilleurs systèmes scolaires à différents niveaux (Grade 1, PS, MS, GS ou CP).

 Pour tout renseignement et inscription, appelez le 04 321 9399 ou contactez emailProtector.addCloakedMailto("ep_76153c67", 1);   • Le camp de printemps s’installe du du 26 mars au 6 avril, de 8h à 14h. Ce ne sont pas une, mais deux semaines d’activités prévues cette saison, de quoi occuper et divertir vos enfants durant toutes les vacances ! Ce camp sera axé autour de l’expression artistique et corporelle avec un programme qui s’adaptera à tous les âges. L’ensemble des activités sera dispensé en anglais et en français. Des sorties classes sont également prévues durant ces semaines.   Programme détaillé : - de 8h à 8h30 : arrivée des enfants - de 8h30 à 9h : jeux en playground 
- de 9h à 9h30 : pause snack - de 9h30 à 10h : ateliers créatifs (confections de lampes, papillons en 3D, ballons customisés etc.) - de 10h à 10h30 : jeux collectifs sur le thème de la musique  - de 10h30 à 11h30 : peinture, cuisine, fashion show etc. - de 11h30 à 12h : déjeuner - de 12h à 12h30 : sieste ou temps de repos/activités douces. - de 13h à 13h30 : temps de lecture et activités de psychomotricité - de 13h30 à 14h : exercices de yoga et de relaxation, danse douce, gym douce etc.   Ouvert à tous les enfants de 6 mois à 6 ans. Petit-déjeuner offert, le déjeuner et le transport sont des options proposées uniquement pour les inscriptions hebdomadaires. Tarifs :  - 160 AED/jour et 700 AED/semaine/1300 AED pour 2 semaines, pour toute inscription avant le 16 mars. - 170 AED/jour et 750 AED/1400 AED pour 2 semaines pour toute inscription.
-20 % de réduction pour l’inscription de fratries. Inscrivez-vous directement au + 971 4 321 9399 ou au + 971 50 657 1744.   Quoi de neuf au Petit Poucet ?   Une nouvelle application vient d’être mise en place par Le Petit Poucet afin que tous les parents puissent suivre les actualités de la crèche et le quotidien de leurs enfants. Le but étant d’informer les parents en temps réel et de faciliter l’ensemble des démarches administratives (prises de rdv, paiements, changements d’emploi du temps, absences, organisation de journées spéciales etc.) Pour en savoir plus sur cette application, rdv sur www.thedaycarechanne.com   Et toujours au cœur de la pédagogie, des activités extra-scolaires ludiques et amusantes. Pour en savoir plus, lisez notre article C’est l’heure de se bouger avec les nouvelles activités du Petit Poucet ! De plus, Le Petit Poucet continue d’entretenir son partenariat avec la Paris-Saint-Germain Academy pour garantir une belle progression aux petits champions.   Enfin, Le Petit Poucet continue de s’engager auprès de différentes manifestations autour du thème de l’enfance et de la famille, en participant notamment au Dubai Winter Festival et au Dubai Nursery & Schools show. De plus, la crèche participera à la kermesse de l’école Georges Pompidou ainsi qu’à une grande opération de collecte de fonds lors du Dubai Cares Walk en faveur du soutien à l’éducation des enfants dans le monde.   Pour en savoir plus sur les tarifs et autres modalités d’inscription, rendez-vous sur leur fiche BAF. Tel : + 971 4 321 9399 ou au + 971 50 657 1744. Email : emailProtector.addCloakedMailto("ep_547accc1", 1); Adresse : Villa 1, Rue 12A, Umm Al Sheif, Al Safa 2 N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !            
A peine arrivés et déjà en mal du pays ? Ou simplement envie de retrouver des personnes avec les mêmes références, appartenant à la même communauté et parlant la même langue ? Nous avons fait le point sur les différentes initiatives mises en place pour échanger, partager, s’entraider, et se rencontrer en français !
   
1. Les initiatives et évènements francophones de Dubai   • Les rencontres du French Social Club Dubai Accueil, nouvellement baptisé le French Social Club, est une association à but non lucratif, à caractère apolitique et non-confessionnel. 1er organisme d’accueil des Français à Dubai, Le FSC est membre de la FIAFE (Fédération internationale des Accueils Français et Francophones à l'Etranger) et se compose d’une équipe bénévole. L’association accueille l’ensemble des francophones arrivant à Dubai avec pour missions : aider, informer, divertir, écouter et regrouper les expatriés. Le FSC propose des activités conviviales telles que des sorties culturelles, des cafés-rencontre/déjeuners dans les quartiers, des groupes de marches, des sorties-découvertes de la culture des EAU etc. L'association tient une permanence tous les dimanches matins (hors vacances scolaires françaises) de 9h à 12h au café Vendôme de l'Alliance Française.
   Adhésion 230 AED/an. Pour en savoir plus, rdv sur www.frenchsocialclub.org Rejoignez-les sur leur page Facebook    • Les « French Tuesday » du FBC Le French Business Council rattaché à la Dubai Chamber of Commerce and Industry est l’organisme en charge du développement économique francophone interne et du soutien et aide à l’implantation d’entreprises externes à Dubai. Le FBC organise tous les premiers mardis de chaque mois une soirée networking. Les lieux changent (hôtels) à travers la ville, mais le concept demeure, soit une soirée en deux temps : la première partie de soirée est réservée aux membres et la seconde partie est ouverte à tous. Le principe est simple : se rencontrer et échanger à travers des réseaux communs ou transverses et ainsi nourrir des opportunités professionnelles.   Possibilité de contracter un membership à l'année, plusieurs options possibles. Pour en savoir plus, rdv sur www.fbcdubai.com Rejoignez le FBC sur leur page Facebook   • Les évènements de l’Alliance Française L’Alliance Française est l’organisme en charge du rayonnement culturel français aux Emirats. L’association fait partie d’un réseau international d’Alliances Françaises centenaire, en charge de la promotion culturelle à l’étranger.
 Celle-ci propose donc toute l’année un différent nombre de manifestations culturelles et artistiques (représentations, spectacles, expositions, cours de théâtre) ajoutées à sa mission d’apprentissage du français (cours, accès à une librairie, projections etc.). Son activité  consiste notamment à faire venir des artistes francophones jusqu’à Dubai mais également de tisser des passerelles avec l’art et la culture locale. Ainsi, chaque lundi matin, l’Alliance propose des rendez-vous autour de thématiques différentes (science, culture, lecture, art, etc.)   Pour connaître l’ensemble du programme à venir, rdv sur www.afdubai.com Rejoignez l’Alliance Française de Dubai sur leur page Facebook   • Les spectacles de Culture Emulsion
 Fondé en 2014 par Cécile et Stéphane, Culture Emulsion a pour but d’apporter une French touch culturelle et divertissante à Dubai. Ils présentent donc différents styles de spectacles (pièces de théâtre, festival de comédie etc.) du classique au contemporain, en français. À la recherche de petites pépites, Stéphane et Cécile sillonnent la France l’été pour découvrir de nouveaux talents, et ainsi proposer leurs spectacles aux Emirats la saison prochaine. L’équipe de Culture Emulsion se compose également de professionnels du théâtre qui animent des cours pour adultes et enfants. Chaque année, les élèves se produisent sur scène pour un spectacle ! Lisez notre article Faire du théâtre en français à Dubai : tous en scène !   Possibilité d'abonnement annuel. Pour en savoir plus, rdv sur www.culture-emulsion.net  Pour connaître le programme de la saison, suivez-les sur leur page Facebook   • Les évènements de l'UFE  Fondée en 1927, l’Union des Français de l’Etranger (UFE), association apolitique reconnue d’utilité publique, est un réseau qui regroupe des Français, des francophones et des francophiles à travers le monde. Aujourd’hui, l’UFE compte plus de 170 représentations dans une centaine de pays. Leurs missions principales sont : d’assurer le lien avec la France, de défendre les intérêts des expatriés, d’apporter un réseau d’entraide et de soutien à ceux-ci. Ce réseau donne accès à un certain nombre d’avantages et de réductions à ses membres. L'UFE organise plusieurs évènements tout au long de l’année tels que des diners, des soirées (Beaujolais nouveau, soirée de rentrée etc.), des sorties (trecks, marathons, ski, découverte des Emirats) etc.   Adhésion : 250 AED/an. Pour en savoir plus, rdv sur www.ufe-dubai.com Rejoignez-les sur leur page Facebook
 
 • Les évènements du club des Savoyards Créé il y a 7 ans, le club des Savoyards fait partie de l’entité des Savoyards du Monde regroupant tous les natifs et amoureux de la région. Association à à but non lucratif, à caractère apolitique et non-confessionnel, le club a plusieurs objectifs :
 réunir tous les Savoyards et amis de la Savoie résidant aux Emirats ; d’entretenir les liens avec la région en France à travers les élus et les administrations locales ; d’apporter un soutien logistique et moral à tous ses membres. Des évènements sont ainsi organisés tout au long de l’année tels que des diners, une semaine thématique, des concours de ski, des dégustations régionales etc.   Adhésion : 50 AED/an pour le club et 100 AED/an pour les amis de la Savoie. 
Pour en savoir plus, rdv sur www.savoyardsauxemirats.org   A Dubai, l'UFE et le club des Savoyards se sont récemment regroupés sous le French Community Club, ayant pour ambition d'accueillir d'autres associations francophones aux intérêts communs.   • Le Meet up « French Connection in Dubai »  Fondé il y a 3 an Meetup.com est un site qui recense des groupes par activités ou centre d’intérêts « French Connection in Dubai » est un meetup francophone, dont l’inscription est gratuite (à la seule condition d’admission est de parler le français). Chaque semaine, des activités diverses (expos, visites, déjeuners) sont organisées avec des récurrences : tous les vendredis matins (petit-déjeuner) ; dimanches soirs (café) ; jeudis soirs (bowling + restaurant).
Les membres viennent des quatre coins du monde : USA, Sri-Lanka, Colombie, Chine, Arabie-Saoudite, Ouzbékistan, Allemagne… et même de France et pays francophones.
 Pour les rejoindre, rdv sur www.meetup.com
   • Les events des Women In Dubai Fondé il y a 3 ans et administré par une équipe 100 % féminine. En dehors de la communauté Facebook, toutes les semaines, des activités sont proposées telles que : - Des repas partagés dans des lieux prestigieux à travers la ville à moindre coûts. En effet, Wafa et son équipe négocient en amont des partenariats avec des hôtels ou restaurants pour faire profiter à chacune d’un bon moment sans se ruiner ! - Des cours de danse (danse orientale), de théâtre, des ateliers divers (développement personnel, coaching etc.) - Des participations à des évènements culturels (expos par exemple) et sportifs (courses, trecks etc.)   Pour en savoir plus sur l’initiative et les projets à venir, lisez notre article Wafa et les WID : une histoire de femmes ! Rejoignez les WID sur leur page Facebook   • Les groupes de parole Bulles de maman Fondé il y a 3 ans et organisé à l’initiative bénévole de Bertille Bouvier (médecin généraliste) et comprenant aujourd’hui une équipe de 4 professionnelles (psychologues, sage-femme, conseillère en lactation). Bulles de maman est un groupe de parole qui favorise les rencontres et les échanges autour de problématiques liées à la vie d’une maman. Ce partage se fait de manière mensuelle sur un thème spécifique, en toute liberté et en toute intimité. Chaque mois, retrouvez une thématique spécifique autour du thème de la parentalité, de l’enfance, de l’adolescence. 
   Participation aux temps d’échange sur inscription, 30 AED/session. Pour en savoir plus sur l’initiative, lisez notre article Bulles de maman vous invite à échanger sur le sujet du mois ! Rejoignez-les sur leur page Facebook • Les Alumni Si vous avez fait une grande école en France, vous pouvez vous rapprochez du responsable Alumni de votre école afin de connaître les initiatives proposées aux Emirats pour les anciens élèves. Chaque année plusieurs soirées sont organisées, regroupant plusieurs écoles internationalement reconnues.   2. Les groupes Facebook
   • Les généralistes LNA - Les Nouveaux Aventuriers Les Frenchy de Dubai  Ze French  Francodubai  Francophones aux Emirats  French Dubai Community   • Les spécialisés Les WID - Women In Dubai (exclusivement féminin) French Ladies Dubai (ventes et petites annonces surtout) Mamans et Papas à Dubai (entraide et échanges autour de la parentalité et petites annonces) • Pour la recherche d'emploi L.F.P.L - Les Frenchies pour l’emploi  Les Frenchy de Dubai  De plus, si ce n'est dèjà fait, nous vous invitons à (re)lire :   - Comment bien préparer son emménagement et déménagement à Dubai ? Pour appréhender votre expatriation en toute sérénité.
 - S’installer et vivre à Dubai : tout ce qu’il faut savoir ! Afin d’avoir une vue d’ensemble sur la vie quotidienne de Dubai.
 - Quel est le coût de la vie à Dubai ? Pour anticiper au mieux votre budget.
 Ensuite, notre rubrique LES FICHES PRATIQUES conçue comme une boîte à outils pour aborder tous les points pratiques de votre installation (nouveaux arrivants) ; de votre visite (touristes) ; ou de la vie pratique dans la ville (expatriés).
   LE BAF (Bottin des Adresses Francophones) vous aidera à trouver la ou les bonnes adresses de professionnels francophones.   Enfin, vous pouvez consulter chaque fin de mois notre AGENDA CULTUREL spécialement concocté pour nos lecteurs et par nos soins, recensant tous les évènements à ne pas manquer ! N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !          
On vous en parlait déjà en janvier dernier (cf notre article Ouverture d’une nouvelle école à Dubai ), suite à quelques ajustements, nous faisons aujourd’hui le point sur la concrétisation de ce projet éducatif novateur. La construction bien avancée, l’école prendra ses quartiers à Al Quoz au début de l’été, pour une ouverture en septembre 2017 pouvant accueillir à terme 1500 élèves francophones.   Les infrastructures : le projet avance t-il dans les temps ?   OUI. Bonne nouvelle ! Après quelques aléas logistiques, la fin des travaux est établie pour juin 2017 et les délais sont en bonne voie pour être respectés. Des visites de chantier (pour les parents des futurs élèves et toute personne désirant visiter le bâtiment) sont également prévues au mois d’avril : de quoi se faire une idée concrète du futur environnement scolaire de vos enfants ! De plus, des portes ouvertes seront bien évidemment mises en place dès la fin du chantier. L’occasion de rencontrer l’ensemble de l’équipe éducative et d’avoir les réponses à toutes les questions que vous pourriez vous poser.   Côté pratique : comment vos enfants vont-ils être pris en charge ?   - Dès leur plus jeune âge : avec une possibilité d’inscrire votre enfant dès l’année de ses trois ans. Dans un premier temps, les classes seront ouvertes de la maternelle au CM1. Des partenariats avec certaines crèches sont en cours pour favoriser l’intégration des petits en maternelle au sein de l’école.   - Dès 7h15 du matin : afin de donner aux parents une plus grande souplesse. Un système de bus scolaires sera également mis en place. Un petit déjeuner pourra être proposé, ainsi qu’un service de livraison de lunch box pour le déjeuner. Les cours démarreront à 8h et finiront à 14h (du dimanche au mercredi) et 12h25 le jeudi.  L’avantage : être flexible au niveau des horaires et permettre à chacun de s’organiser au mieux et sans stress.   - Des petits effectifs dans une architecture adaptée : les classes n’excèderont pas 26 élèves et il n’y aura que 4 classes par niveau. Chaque niveau intègrera un module de 4 classes avec toilettes et salle polyvalente dédiées. L’avantage : bénéficier d’un environnement d’apprentissage optimal dans une atmosphère propice à l’épanouissement de chaque enfant.   - En français, en anglais et en arabe : le cursus suivra celui de l’Éducation Nationale française. Toutes les classes dès la petite section bénéficieront de 3h d’anglais hebdomadaires. Des activités extra-scolaires seront également dispensées en anglais. A partir de la moyenne section s’y ajouteront 2h d’arabe.   Quelles sont les lignes directrices du projet ?   • La communication au centre du trio enfant-parent-professeur   - Flexibilité + adaptabilité  La communication est aujourd’hui facilitée grâce à la mise en place d’un système totalement en ligne facile et pratique d’utilisation. Par exemple lors de l’inscription, une confirmation immédiate vous est envoyée par mail ; vous pouvez également prendre rendez-vous selon vos disponibilités directement via la plateforme. Chaque famille est ensuite (ou préalablement, à sa demande) reçue par l’équipe de direction afin d’apprendre à se connaître pour orienter au mieux le cursus de votre enfant. Les entretiens se font par Skype si la famille réside en-dehors des Emirats-Arabes-Unis.   - Une équipe dédiée et accessible Chaque professeur sera formé, en tenant compte de son parcours initial, au projet éducatif de l’école pouvant se résumer aux valeurs suivantes : autonomie, citoyenneté, épanouissement par la culture et le sport, communication. L’accompagnement et le travail coopératif seront placés au cœur de la pédagogie pour un objectif commun : optimiser les apprentissages et le développement de chaque enfant. Chaque membre de la communauté éducative sera représenté, y compris les élèves avec les délégués de classe.   • Des initiatives sportives et culturelles    L’ouverture d’une bibliothèque/centre de documentation, d’un auditorium, d’une piscine, d’un terrain de foot, d’un terrain multisports, d’une salle de motricité et d’un gymnase, permettront à tous de profiter d’un cadre idéal pour se cultiver et se dépenser. Le sport occupera une place prépondérante puisque 3 séances d’EPS (Education Physique et Sportive) seront dispensées dès le CP conformément aux programmes de l’Education Nationale.   • Une pédagogie positive|   L’équilibre entre les différentes méthodes d’apprentissage sera rigoureusement appliqué. L’insertion progressive du numérique dans les méthodes d’apprentissage est le fruit d’une vraie réflexion autour d’une équipe formée aux technologies. L’équipe enseignante se veut impliquée dans le parcours de votre enfant sans être intrusive. Le but étant de privilégier une relation coopérative où chacun saura trouver sa place, tout au long de sa scolarité.   Pour s’inscrire, rdv dans la rubrique INSCRIPTION ! Suivez toute l'actualité du LFJM sur leur page Facebook. Pour plus de renseignements, contactez le 056 3388 223 ou emailProtector.addCloakedMailto("ep_2c13d158", 1);   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !                
On ne le répètera jamais assez : prendre soin de vos dents c’est très important puisque le but est de garder vos dents naturelles le plus longtemps possible. Cette prise de conscience commence dès l’enfance, par l’intermédiaire des parents, pour se poursuivre tout au long de votre vie d’adulte. Ainsi, il est toujours bon de se rappeler quelques pratiques préconisées pour un sourire éclatant, symbole d’esthétisme mais surtout de bonne santé ! Nous avons demandé au Docteur Sylvain Mosca, ayant dernièrement rejoint l’équipe de Versailles Dental Clinic, de nous éclairer sur ces quelques points.   Entretenir une bonne hygiène bucco-dentaire ça passe par :   • Un brossage de dents efficace - But : déloger la plaque dentaire de la surface de vos dents (sensation granuleuse au passage de la langue) ainsi que dans les espaces inter-dentaires. La plaque dentaire est propice au développement des bactéries entrainant l’ acidité qui va fragiliser et créer des brèches dans l’émail : bonjour aux caries ! - Fréquence : si possible après chaque repas (3 fois/jour dans l’idéal) et au moins 2 fois par jour (matin et soir). Un brossage efficace est un brossage rigoureux mais souple pour ne pas agresser vos gencives.   - Technique : la technique dite du « rouleau » : 1. Brosser séparément le haut et le bas de la mâchoire. 2. Incliner la brosse à dent ( à 45 degrés). 3. Effectuer des mouvements rotatifs en rouleau pour brosser les dents et la gencive. 4. Suivre un trajet précis pour n’oublier aucune zone à nettoyer.   • Le bon choix de la brosse à dents Le choix de la brosse à dents est très personnel. Avec trois niveaux de souplesse (souples, moyens, durs), à vous de tester le type de brosse à dent manuelle qui vous convient. On s’accordera à dire que les poils souples conviennent à tous et limitent les agressions des gencives dans le cas de brossages toniques.   L’alternative la plus complète reste la brosse à dent électrique, pour un brossage efficace et précis (notamment de zones difficilement accessibles avec une brosse manuelle tels que les interstices gingivaux). Qu’elle soit manuelle ou électrique, la brosse ou tête de brosse doit être changée tous les 2/3 mois.   • Le choix d’un dentifrice adapté Optez pour un dentifrice non agressif (souvent les plus simples, faites abstraction du packaging coloré : c ‘est du marketing !) Il en existe aujourd’hui à toutes les saveurs ; plus naturels aux plantes ; et particulièrement dédiés pour les dents et/ou gencives sensibles. Toutefois, il est préférable d’éviter les dentifrices « blanchissants » en utilisation quotidienne car leur effet est très abrasif. En résumé : on décape l’email ! Pour enlever les tâches (d’où l’impression de dents plus blanches), mais surtout on abîme les dents qui deviennent poreuses et fragiles.   Si vous ne pouvez pas vous en passer, il est conseillé de l’utiliser en intermittence (par exemple 2 fois/semaine) avec un dentifrice classique.   • L’utilisation du fil dentaire/brossettes dentaires C’est un complément indispensable au brossage de dents afin de limiter les caries. En effet, celui-ci permet de déloger les résidus alimentaires potentiellement coincés entre vos dents (là où se forment le plus facilement les zones de caries). Vous pouvez le choisir en soie ou en nylon. Veillez à l’insérer délicatement entre vos interstices dentaires puis le faire glisser sur l’un des côtés pour le retirer. Soyez doux pour éviter de vous blesser les gencives. Le dentiste ou l’hygiéniste pourra vous faire une démonstration très rapide lors de votre visite. Vous pouvez l’utiliser une fois par jour.   • L’utilisation du jet d’eau ou hydropropulseur Son utilisation est plutôt recommandée aux porteurs d’appareils dentaires et de gouttières (type Invisalign, par exemple), permettant sous la pression de l’eau d’éliminer les résidus alimentaires difficilement accessibles avec le fil dentaire. C’est également un complément de nettoyage non substituable au brossage de dents. Aujourd’hui les jets dentaires sont accessibles en grande surface à des prix très abordables.   Gardez bien en tête que l’ensemble de ces conseils et préconisations sont personnalisables en fonction de votre état de santé ; la nature et la sensibilité de vos dents ; vos antécédents dentaires.    C’est pourquoi il est recommandé de consulter votre dentiste 2 fois par an pour : - Contrôler l’état de vos dents (soins et suivi des soins antérieurs) et ainsi éviter les mauvaises (et douloureuses) surprises !  - Faire le point sur leur entretien en fonction de votre mode de vie. - Répondre à vos questions précises.   Docteur Sylvain Mosca, Dentiste et spécialiste des implants. Retrouvez leurs coordonnées dans notre fiche BAF !   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !             
ATTENTION : bien que cette liste des médecins francophones à Dubai ait été élaborée avec grand soin, elle n’est pas exhaustive et peut être sujette à changements ultérieurs.  Nous espérons qu’elle vous rendra service dans vos démarches !   MÉDECINS GÉNÉRALISTES + MÉDECINS INTERNES Dr. Mona Cherif (+ médecin du sport) BR Medical Suites - Dubai Healthcare City 04 275 0900/04 439 2305   Dr. Sonia Ketari (+ médecin interne) The Clinic - DIFC 04 323 0900   Dr. Céline Pons Keith Nicholl Medical Centre - Um Suqeim 04 394 1000   Dr. Carole Chidiac GMC Jumeirah 04 349 4880   Dr. Delphine Dupuis  (+ consultante en lactation) Medicenter - Downtown 04 277 3470   Dr. Sindy Yambo The French Clinic - Dubai Healthcare City 04 429 8450   Dr. Mouzayan Ginzarly - Chahal The French Clinic - Dubai Healthcare City 04 429 8450   Dr. Asma Kossentini City Centre Clinic - Al Barsha 04 205 2777   Dr. Charlotte Zoeller (+ acuponctrice) Grosvenor House - Marina 04 317 6569   Dr. Bertille Bouvier (+ suivi nourrissons et enfants, consultante en lactation) Koster Clinic - Um Suqeim 3 04 388 1887   ALLO DOCTORS French Medical Services - JLT 04 451 5575 PÉDIATRES Dr. Pierre Majdalani  (spécialiste en pneumologie) Kidcare pediatric clinic -Dubai Healthcare City 04 557 9700   Dr. Naila Bittar Dr Sulaiman Al Habib - Dubai Healthcare City 04 429 7777   Dr. Nawar Tayara  The French Clinic – Dubai Healthcare City 04 429 8450   Dr. Azza Rais The Clinic – DIFC  04 323 0900 ORL Dr. Michel Szalay Belhoul European Hospital - Satwa 04 345 4000   Dr. Pierre El Chater Dr. Suleiman Al Habib – Dubai Healthcare City 04 429 7777   Dr. Bassel Chaykhouny Armada Medical Centre - JLT 04 399 0022 GYNÉCOLOGUES-OBSTÉTRICIENS Dr. Saoussen Sayhi Kouteich BR Medical Suites – Dubai Healthcare City 04 439 2305 Medical International Specialist Centre - Jumeirah 04 349 9100   Dr. Yuliya Burmagina Femiclinic – Dubai Healthcare City 04 454 2640   Dr. Mira Bajirova HMC Clinic Jumeira Center - Jumeirah 04 344 5550   Dr. Khalil Michel The French Clinic – Dubai Healthcare City 04 429 8450   Dr. Khaled Kouteich La Familia Medical Center - Tecom 04 443 0700   SAGE FEMMES  Rachelle Ghafary HealthBay Clinic - Mirdif 800 4272   Anne-Cécile Lemesle Koster clinic - Um suqueim 3 04 388 1887   Et aussi : Laure Lewis Accompagnatrice à la naissance et consultante en lactation 050 709 7067 DERMATOLOGUES Dr. Kamil Al Rustom Al Rustom Clinic new center – Al Wasl 04 308 4000   Dr. Simin Ahari Dr Simin Medical Clinic - Jumeirah 04 344 4117   Dr. Carole Lecart Belgium Medical Services - Dubai Healthcare City 04 362 4711   Dr. Malda Al Daoudi Eternel Clinic - Jumeirah  04 344 0008 GASTROENTÉROLOGUES Dr. Rachida Sabrane Dr Rachida Sabrane Clinic – Al Satwa 04 358 7566   Dr. Tarek Saleh Dr. Suleiman Al Habib – Dubai Healthcare City 04 429 7777 ENDOCRINOLOGUES Dr. Hubert Pennickx American Hospital – Oud Metha 04 309 6699   Dr. Rita Nawar The Weight Care Clinic – Oud Metha 04 363 5395   OPHTALMOLOGUES Dr. Yara Lteif Al Rajji Ebsaar Eye Surgery Center – Jumeirah 1 04 344 0122   Dr. Samir Jamal (chirurgie) Belhoul Hospital – Al Satwa 04 345 4000/345 7500   Dr. Naima Ben Moussa Dubai London Clinic - Jumeirah 800 352   OSTÉOPATHES Bassam Husain De Novu Institute - Um Suqeim 2 04 346 6044   Guillaume Dubois Ponsich Alternative Medicine Center - Al safa 2 04 263 8555   PHYSIOTHÉRAPISTES - KINÉSITHÉRAPEUTES Jon Abrego (Spécialiste de la rééducation des sportifs) BR Medical Suites – Dubai Healthcare City 04 275 0900   Marlyne Lopes  Osteopathic Health Centre -- Um Suqeim 04 348 7366   Olivia Faujour  Koster clinic – Um Suqeim 3 04 388 1887   Hafsa Sliman Physio-Art - Jumeirah 04 385 6677   ORTHOPHONISTES  Coralie Hannoteau  Camali Clinic – Dubai Healthcare City 04 276 6064 PSYCHOLOGUES ET THÉRAPEUTES Dr. Vanessa Bokanowski The French Clinic - Dubai Healthcare City 04 429 8450 ou 056 948 7372 http://www.psychologistdubai.ae   Dr. Laurence Moriette The Clinic – DIFC  04 323 0900   Dr. Diana Nahas German Neuroscience Center – Dubai Healthcare City 04 429 8578   Et aussi : Evelyne Thomas Spécialiste de la thérapie de couples 05 5732 9966   CARDIOLOGUES Dr. Kais Mrabet NMC Speciality Hospital – Al Nadha 04 267 9999   Dr. Naji Yazbeck Centre du Dr Suleiman El-Habibi – Dubai Healthcare City 04 429 7777   Dr. Michael Lefkovits Mediclinic Dubai Mall - Downtown 04 449 5111 NEUROLOGUES Dr. Wissam Barada American center of psychiatry and neurology - Jumeirah 3 800 2276   Dr. Tania Tayah Dr Sulaiman Al Habib - Dubai Healthcare City 04 429 7777 Dr. Shadi Sharifi Saudi German Hospital  - Sheikh Zayed Road 04 389 0000 RADIOLOGUES Dr Thouraya Ellouze Advanced Radiology Centre – Um Suqeim 2 04 3790902   Dr. Magdi Samy Al Etihad Diagnostic Center – Um Suqeim 04 395 2231   RHUMATOLOGUES Dr. Gabriel Masson The French Clinic – Dubai Healthcare City 04 429 8450   ANESTHÉSISTES Dr. Piet Bekaert Belgian Medical Services - Dubai Healthcare City 04 362 4711   Dr. Muriel Bertin Mediclinic Welcare Hospital 04 282 7788   Dr. Berengère Autain American Academy of cosmetic surgery - Dubai Healthcare City 04 423 7600   CHIRURGIENS ESTHÉTIQUES  Dr. Afif Kanj Emirates Hospital - Jumeirah 04 349 6666   Dr. Carole Azzam Al Razi Building - Dubai HealthCare City  056 366 3617   Dr. Saba Al Marush Dubai London Clinic - Jumeirah 04 386 2999   Dr. Mohamed Chelbi La Maison de Joelle Clinic -Um Suqeim 04 394 9088   CHIRURGIENS DIGESTIFS  Pr. Rolf Hartung BR Medical suites – Dubai Healthcare City 04 439 2305 04 445 8585   NEUROCHIRURGIENS Dr. Msaddi Neuro Spinal Hospital - Jumeirah 04 342 0000   Dr. Karim Ben Hamouda Neuro Spinal Hospital - Jumeirah 04 342 0000   Dr. Ahmed Bittar Neuro Spinal Hospital - Jumeirah 04 3420000   Dr. Sebouh Kassis Burjeel Hospital - Al Quoz 04 407 0100   DENTISTES CLINIQUE NOMS Spécialité Contact  ALABAMA Dental Center (Um Suqeim) Dr Philippe Tardieu Implant Chirurgie 04 394 8222  The CLINIC (DIFC) Dr Karim Fekih Chirurgien Dentiste 04 323 0900   Dr. Matthieu Gabriele Implant Prothodontiste 04 323 0900  GMC Clinic (Jumeirah Magrudy’s) Dr Bernard Alliot Périodontiste Implant 04 344 0844   Dr. Nizar Ishaq Orthodontie 04 344 9150  Dr Michael Dental Clinic Um Suqeim Dr Omar Aldaoudi Prothodontiste 04 394 9433  Dr ROZE & Associates Dental Clinic- Um Suqeim Dr David Roze Implant 04 388 1313   Dr Fabien Depardieu Orthodontie 04 388 1313  The Children Medical Center- Um Suqeim Dr Agnes Roze Dentiste pédiatrique 04 328 2664  Seven Dental Jumeirah 3 Dr Marc Tournon Chirurgien dentiste 04 395 2177  Versailles Dental Clinic HCC Dr Dominique Caron Chirurgien dentiste 04 429 8288  German Dental & Neuromuscular Clinic (JLT) Dr. Jocelyne Charest Dentiste ATM (mâchoire)+ apnée du sommeil 04 379 4722 BR Medical Suites HCC Dr. Emmanuelle Lerat Chirurgien dentiste 04 275 0900 German Dental Oasis Clinic HCC Dr. Anne-Marie Nasfat Orthodentiste 04 363 5367   EN RAISON DU GRAND NOMBRE DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ SUR DUBAI NOUS NE POUVONS ASSURER L’EXHAUSTIVITÉ DE CETTE LISTE. NOUS NE POUVONS ÉGALEMENT RECOMMANDER AUCUN PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ ET LA RESPONSABILITÉ DE DUBAIMADAME NE SAURAIT ÊTRE ENGAGÉE. N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !              ALABAMA Dental Center (Um Suqeim) Normal 0 false false false EN-US X-NONE X-NONE
Vous avez une proposition à Dubai et vous aimeriez en apprendre plus sur les formalités et la vie quotidienne avant d’accepter ? Ou c’est tout simplement une ville qui vous attire et vous voulez savoir si elle vous correspond avant d’entamer les démarches pour vous y installer ? Ne cherchez plus : voici tout ce qu’il faut savoir avant de sauter le pas !   LES FORMALITÉS    OBTENIR SON VISA Les formalités pour obtenir le visa de résident changent régulièrement. Généralement, l’entreprise qui vous embauche prendra en charge la paperasse et les frais liés à votre visa et celui de votre famille. Avant votre départ, vous devrez cependant faire légaliser certains de vos documents officiels (diplômes, certificat de mariage etc.)   A noter : il y a encore quelques mois, il était possible de faire un visa run : passer 90 jours aux Emirats en visa touristique, puis faire une sortie du territoire pour remettre les « compteurs à zéro » et bénéficier à nouveau de 90 jours en tant que touriste. Désormais, la loi a changé et toute personne originaire d’un pays de l’Espace Schengen ayant passé 90 jours sur le territoire doit en sortir la même durée avant de pouvoir revenir.    Pour obtenir des informations fiables et à jour concernant les visas, nous vous conseillons de vous renseigner directement auprès des différentes entités, comme l’Ambassade de France située à Abu Dhabi ou celle des Emirats Arabes Unis à Paris.  Il est conseillé de s'inscrire auprès du Consulat, une fois résident des Emirats. Une nouvelle plateforme dédiée rapide et pratique est désormais en ligne pour faciliter vos démarches le site du Consulat Général de France à Dubai.   LA VIE PRATIQUE   TROUVER UN LOGEMENT Autre étape essentielle : trouver un logement dans cette gigantesque métropole ! Il faut savoir que beaucoup de choses diffèrent par rapport à la France :   - Le contrat La location se présente la plupart du temps sous la forme d’un contrat de 1 an, qu’il faut payer à l’avance. Certains propriétaires exigent 1 unique chèque pour les 12 mois de loyer qu’ils encaissent directement. Toutefois, après négociation, certains propriétaires acceptent un paiement en plusieurs chèques.   - Les infrastructures Les appartements sont généralement plus spacieux qu’en France. Autre avantage : la plupart des tours et immeubles ainsi que les villas situées dans des résidence sont équipés d’une piscine et d’une salle de sport (tapis de course, vélo d’intérieur, équipements de musculation…) ce qui n'est pas toujours le cas pour les maisons.   - Le courrier A Dubai, le facteur ne passera pas chez vous, et pour cause : il n’y a pas de boîte aux lettres ! Pour recevoir du courrier, vous avez deux solutions : le faire parvenir à votre entreprise, qui est sans doute dotée d’une P.O. Box (boîte postale), ou louer votre propre P.O. Box. Vous pourrez trouver comment procéder sur le site d' Emirates Post Group.   - L’eau et l’électricité Lorsque vous devenez locataire, vous devez ouvrir le réseau d’eau et d’électricité local, DEWA. Pour tout savoir sur les formalités à effectuer, rendez-vous sur notre fiche pratique Comment se connecter au réseau eau et electricité DEWA ?  Concernant la facture, que vous recevrez mensuellement, ne vous étonnez pas si elle est légèrement plus élevée que prévu : elle inclut la taxe d’habitation municipale répartie sur l’année (5% du loyer annuel).   - La colocation Officiellement, la colocation n’est pas autorisée, qu’elle soit entre amis ou entre deux individus en couple et non mariés. Si c’est une pratique assez courante, en partie parce qu’elle rend les loyers plus avantageux, sachez qu’elle reste illégale et que vous vous exposez à des sanctions.   Découvrez les quartiers de Dubai via notre rubrique VIE DE QUARTIERS ! Vous étes à la recherche de mobilier pour équiper votre nouveau logement ou vous souhaitez poster une annonce pour vendre un bien ou proposer des services rendez-vous dans notre rubrique PETITES ANNONCES.   LE TRAVAIL   - Le cadre Travailler à Dubai est une expérience qui peut se révéler à la fois stimulante et éprouvante ! D’une part, la ville est un véritable melting pot et vous serez amené à collaborer avec plein de nationalités différentes : des Européens, des Indiens, des Philippins, des Libanais… Si côtoyer des personnes de tous les horizons constitue une richesse au quotidien, cela peut également demander une grande capacité d’adaptation. Mais en faisant preuve de souplesse et d’ouverture d’esprit, il est très facile de s’intégrer… du moment que vous parlez l’anglais, langue la plus utilisée dans le cadre professionnel comme dans la vie de tous les jours.    - Les horaires Les horaires peuvent varier selon les domaines, mais sachez que les journées de travail sont plus longues qu’en France : ici, les 35h n’existent pas ! Les employés travaillent généralement 8 heures par jour, sans compter les heures supplémentaires qui ne sont pas rares. Autre différence majeure : le week-end a lieu le vendredi (jour saint dans l’islam) et le samedi, et on reprend le travail le dimanche, qui constitue ici le début de la semaine. Dans certains secteurs d’activité, il est fréquent de travailler 6 jours sur 7.   - Le contrat Lorsqu’on est embauché par une entreprise à Dubai, on bénéficie généralement d’un package que l’on soit en contrat local, ou contrat expatrié. Ce qu’il contient dépendra de votre poste et du domaine dans lequel vous travaillez. 
Voici quelques uns des avantages ou « allowances » que vous pouvez négocier :
 - votre billet d’avion et celui de votre famille (un aller-retour par an dans votre pays d’origine) - votre loyer (ou une partie) - vos dépenses téléphoniques  - vos frais de déplacements - vos frais de déménagement ou une allowance pour équiper votre logement  - les frais de scolarité des enfants etc. N’hésitez pas à vous renseigner autour de vous… et préparez-vous à négocier !   LES DÉPLACEMENTS Dubai étant une ville très étendue (près de 70 km du nord au sud), il est primordial de vous renseigner sur les différents modes de transports avant même de choisir le quartier dans lequel vous allez vivre. Il y a plusieurs moyens de circulation à Dubai :   - En transports en commun Les transports en commun sont encore relativement peu développés à Dubai : elle ne compte que deux lignes de métro, un réseau de bus mal relié et un tramway qui couvre 11 stations. Néanmoins, si vous avez la chance de pouvoir vous rendre au travail en transports en commun, vous devrez vous équiper d’une carte rechargeable, appelée NOL Card, d’où sera déduit le montant de chaque trajet. A noter : par souci de propreté, il est interdit de boire ou manger dans les wagons.    - En voiture Le plus pratique pour circuler à Dubai reste la voiture. Pour avoir le droit de conduire, vous devrez faire transférer votre permis français pour obtenir un permis local : toutes les infos concernant les démarches sont dans notre fiche pratique Comment transférer son permis de conduire ? Une fois votre nouveau permis en poche, vous pourrez acheter ou louer votre voiture, mais attention : les accidents de la route ne sont pas rares et, pour plus de sécurité, nous vous déconseillons de choisir une petite citadine.  
Par ailleurs, les bouchons sont fréquents : le matin, c’est du nord au sud que le trafic sera le plus difficile, et le soir du sud au nord, en partie car les nombreux travailleurs de Jebel Ali rentrent en direction de Sharjah à la fin de la journée. Soyez vigilants au moment d’emprunter les sorties sur les grands axes : une erreur vous obligera parfois à rouler sur plusieurs kilomètres pour retrouver le bon embranchement ! 
 Petit point positif malgré tout : l’essence est nettement moins chère qu’en France (en moyenne 45 centimes d’euro le litre).   Enfin, la ville de Dubai est équipée d’un système de péage, appelé Salik. A chaque passage de l’un des 6 points Salik, vous serez automatiquement déduit de 4 dirhams grâce au sticker collé sur votre pare-brise, que vous pouvez vous procurer dans tous les Customer Service Centres de la RTA et dans la plupart des stations services, on vous dit tout dans notre fiche pratique Comment ouvrir un compte péage Salik ?   - En taxi Les taxis sont très nombreux et le prix d’une course reste abordable par rapport à la plupart des grandes villes. Uber existe également à Dubai, et bien que les tarifs soient légèrement plus élevés, les voitures sont généralement plus confortables et les chauffeurs conduisent plus prudemment.    LES TÉLÉCOMMUNICATIONS Ne vous étonnez pas face au montant de vos factures de téléphone mobile et Internet : cela coûte plus cher qu’en France car le marché ne compte que deux fournisseurs concurrents à savoir Du et Etisalat. Aidez-vous de notre fiche pratique Comment ouvrir une ligne mobile ?   - Les téléphones portables Il n’existe pas de forfait mensuel tout compris : le montant de votre facture sera proportionnel à votre consommation, aussi bien pour les sms et les appels que pour Internet. En revanche, il y a la wifi un peu partout, dans les centres commerciaux, les restaurants, les cafés, ce qui vous permettra de faire quelques économies sur votre 4G !    - Internet En ce qui concerne l’utilisation d’Internet chez vous, Du et Etisalat proposent différents packs selon vos besoins et votre consommation. Ils peuvent comprendre la wifi haut-débit, les chaînes TV, le forfait mobile… Pour en savoir plus sur les box Internet et sur les procédures pour obtenir la vôtre, rendez-vous sur la fiche pratique Comment obtenir une box internet + Tv chez soi ?   LA SANTÉ La couverture médicale est obligatoire et doit être comprise dans le package proposé par votre entreprise. Mieux vaut être bien assuré car à Dubai, la santé est un véritable business et il faut souvent y mettre le prix.   Les médecins, généralistes comme spécialistes, et les professionnels de santé installés à Dubai proviennent des quatre coins du monde. Si vous préférez communiquer en français à propos de votre santé ou celle de votre famille, vous trouverez ici La liste des médecins et professionnels de santé francophones à Dubai.
     LA FAMILLE ET LE FOYER   - L’éducation des enfants Si vous vous installez à Dubai avec des enfants, sachez que l’éducation est très onéreuse, et ce dès le plus jeune âge. Si vous le pouvez, négociez les frais de scolarité de vos enfants dans le package proposé dans votre contrat de travail. Il n’est pas rare que les écoles, notamment les plus prisées, aient des listes d’attente, c’est pourquoi nous vous conseillons de vous y prendre le plus tôt possible afin que votre enfant obtienne une place dans l’établissement désiré.    A noter : les journées d’école commencent tôt et finissent tôt, entre 13h et 15h selon les établissements. Qui dit après-midi libre dit… activités extra-scolaires ! En plus du coût de l’école, prévoyez un budget pour la pratique d’activités et pour les transports en bus scolaires si vous travaillez à temps plein et que vous ne pouvez pas conduire votre enfant vous-même.   Si vous ne savez pas quelle école choisir pour votre enfant, retrouvez quelques pistes dans notre rubrique SCOLARITÉ. Vous pouvez lire aussi notre article Scolariser ses enfants à Dubai : le choix d'une école française ou internationale.   - Les aides à domicile Embaucher une aide à domicile est une pratique courante chez les expatriés installés à Dubai. Pour ce faire, vous devez répondre à certains critères, notamment en termes de salaire, et respecter quelques conditions pour pouvoir sponsoriser l’employé de maison que vous souhaitez embaucher. Retrouvez tout ce qu’il faut savoir sur les formalités dans notre fiche pratique Tout savoir avant d'embaucher une maid/aide à domicile.   - Les animaux de compagnie  Vous n’envisagez pas votre nouvelle vie à Dubai sans votre animal de compagnie chéri ? Rassurez-vous, nous non plus ! C’est pourquoi nous vous proposons de vous rendre sur la fiche pratique Comment ramener son chat/chien à Dubai ? qui contient les démarches à suivre pour que le déménagement de votre boule de poils se déroule dans les meilleures conditions possibles.     AU QUOTIDIEN   - Le niveau de vie La vie à Dubai peut sembler onéreuse et les dépenses sans fin, surtout lorsqu’on y habite avec toute sa tribu. Notez cependant qu’à poste égal, les salaires sont généralement plus intéressants qu’en France, sans parler des nombreux avantages, cités plus haut, dont jouissent les expatriés.    Pour autant, la situation a pas mal évolué ces dernières années : s’il n’y a pas d’impôt sur le revenu, il y a de nombreuses taxes déguisées, et de nouvelles taxes sont en cours de discussion ou d’adoption ( la TVA sera mise en place à partir de Janvier 2018). D’une manière générale, les prix ont augmenté et le rapport avec l’euro et le dollar est devenu moins avantageux. Conclusion : on peut vivre tout à fait convenablement à Dubai, mais ce n’est pas un eldorado pour tout le monde, comme on l’entend souvent.     - Le climat Vivre à Dubai, entre la plage, le soleil et les palmiers, c’est un peu se sentir en vacances toute l’année… et c’est bon pour le moral. Le week-end, direction la plage pour bronzer, faire du sport, s’amuser en famille… En bref, vous pouvez laisser vos bottes d’hiver en France (avec la grisaille) : ici, c’est sûr, vous n’en aurez aucune utilité !    Entre octobre et mai, le climat est tempéré, le ciel est dégagé et les nuits sont douces. Les températures avoisinent les 25-30 degrés en journée et peuvent descendre jusqu’à 18 degrés en soirée. Il pleut très rarement, mais lorsque cela arrive et que l’averse dure plusieurs heures, c’est un peu le bazar (pour rester polies !) sur les routes qui ne sont équipées d’aucun système d’évacuation. A partir de mai et jusqu’au mois de septembre, le mercure grimpe et peut dépasser les 45 degrés aux mois de juillet et août. Pas de panique cependant : il y a la climatisation partout et tout est pensé pour rendre la chaleur supportable.    - Les courses Supermarchés, pharmacies, coiffeurs, centres commerciaux… : tout est ouvert tous les jours de la semaine et jusqu’à tard le soir. Certains supermarchés restent ouverts 24h/24h et, souvent, les supérettes de quartier livrent à domicile, sans frais supplémentaire. Notez que certains supermarchés comme Spinneys, Waitrose ou encore Choithram disposent d’une « pork room ». Il s’agit d’une section un peu à l’écart, où les musulmans ne pénètrent pas et où vous pourrez acheter des produits à base de porc.   Côté shopping, évidemment, vous ne manquerez de rien, Dubai étant la ville des centres commerciaux par excellence. Vous trouverez un très grand nombre d’enseignes internationales (presque toutes les marques sont présentes à Dubai) des marques de luxe aux enseignes plus abordables.   - La restauration  Le marché de la restauration connaît un véritable boom depuis environ cinq ans, et toutes les cuisines du monde (ou presque) se sont invitées à la fête. Envie d’un resto libanais ? Péruvien ? Japonais ? Indien ? Français ? Si vous aimez la variété, vous ne serez pas déçu. Certains restaurants, qui possèdent la licence nécessaire, servent également de l’alcool et du porc. Dans ce cas, le plat porte une mention le précisant.     Comme pour les courses, la plupart des restaurants proposent la livraison à domicile, parfois à partir d’un certain montant. Ce service est généralement gratuit ou coûte quelques dirhams qui s’ajouteront à la commande.     Pour tout savoir des tendances culinaires de Dubai, rendez-vous dans nos catégories GASTRONOMIE & SORTIR ! Vous retrouverez des articles tels que : Tendance : La cuisine péruvienne cartonne à Dubai ! Vivre Dubai autrement : nos bons plans pour bien manger à mois de 50 AED !   - L'alcool Pour acheter  Vous pouvez vous procurer de l’alcool dans la section duty-free de l’aéroport. Si vous êtes résident à Dubai et que vous souhaitez acheter de l’alcool, vous devez posséder une licence délivrée (sous certaines restrictions) par votre entreprise qu’il faudra renouveler chaque année. Muni de votre licence, vous pourrez acheter de l’alcool dans les magasins de l’un des deux distributeurs officiels, MMI ou African + Eastern.    Pour consommer  Pour pouvoir servir de l’alcool, les bars et restaurants doivent posséder une licence accordée par l’état. C’est généralement le cas des bars/restaurants situés dans les hôtels et des free zones qui possèdent une juridiction indépendante, comme le quartier de DIFC. Vous remarquerez que les prix des boissons sont plus élevés qu’en France, à cause des taxes sur l’alcool et du duopole de distribution.    - La religion Les Emirats Arabes Unis est un pays musulman, où Etat et religion sont indissociables. Vous vous en rendrez vite compte lorsque vous entendrez l’appel à la prière, qui résonne cinq fois par jour depuis les nombreuses mosquées. Néanmoins, le pays et plus particulièrement la ville de Dubai sont très ouverts aux autres cultures. Les Emirats sont d’ailleurs considérés comme progressistes par rapport à la région du Moyen-Orient, notamment en ce qui concerne le droit des femmes, qui sont tout à fait libres de conduire, de travailler, d’aller où bon leur semble, de ne pas porter le voile ou l’abaya…    Bien entendu, il y a certaines règles à respecter pour faciliter votre intégration : éviter les signes d’affection en public, ne pas porter de tenues indécentes, ne pas boire ou être ivre en public… Il est d’autant plus important de se montrer respectueux pendant le Ramadan, période où charité, piété et humilité sont à l’honneur. Pour tout savoir sur le Ramadan à Dubai : Guide pratique du Ramadan !   - La communauté francophone Si vous vous sentez un peu perdu ou que vous êtes effrayé à l’idée de quitter votre pays natal, soyez rassuré : il y a une grande communauté francophone installée à Dubai, qui fait souvent preuve de solidarité. Cette entraide s’exprime particulièrement à travers les réseaux sociaux, où de nombreux groupes et associations ont été créés dans le but de favoriser l’échange entre francophones. Des sorties et activités sont également proposées de temps à autres. Pour les rejoindre, c’est par ici :   - Le French Social Club : FSC - Accueil à Dubai est une association de bénévoles qui accueille les Français et les Francophones à Dubai. Elle est affiliée à la FIAFE. - L'UFE de Dubai et des Emirats du Nord : L'Union des Français à l'Etranger est une association rassemblant les Francais et les Francophones des Emirats dans le but de les fédérer autour d'activités culturelles et sociales. C'est également un réseau d'entraide. - Les Nouveaux Aventuriers
 - Les Frenchy de Dubai - Women in Dubai (uniquement pour les femmes) - Les francophones aux Emirats - Dubai French Connection - Francodubai - L.F.P.E (Les Frenchy Pour l'Emploi) un nouveau groupe totalement dédié à la recherche d'emploi à Dubai !   Nous vous invitons également à faire un tour sur le blog de @miettesdevoyages qui fait le point sur les clichés que l’on retrouve souvent sur la vie à Dubai dans son article Vivre à Dubai : Clichés Vs Réalités !   Suivez aussi sur Facebook :  Le Consulat de France Le French Business Council   Et bien sûr pour suivre toute notre actualité, aimez nous sur Facebook et suivez-nous sur Instagram ! N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir tous les actus de Dubai !                 
Après l’avoir rencontrée pour la première fois autour d’un déjeuner dans son ancien Q.G (cf : La Carte, JLT aujourd’hui fermée), Wafa notre jolie Belge d’origine marocaine, amoureuse de la France, continue son aventure dubaïote avec un dynamisme et une motivation contagieuse ! Nous l’avons donc retrouvée le mois dernier pour échanger sur son parcours et en savoir plus sur les projets futurs de la belle initiative Women In Dubai, comptant aujourd’hui plus de 1500 femmes francophones à Dubai.   Wafa, une aventurière tout-terrain 

Après avoir fait une carrière de plus de 15 ans dans le secteur du tourisme (aérien, agences de voyages) puis s’être spécialisée dans le voyage d’aventure à Paris, Wafa devient experte du monde arabe proposant des circuits sur-mesure dans tout le Moyen-Orient. Pourtant plutôt « vieilles pierres » que buildings, Wafa et son mari décident de quitter la capitale pour s’installer à Dubai en 2014…   L’aventure WID démarre !

 Tout commence avec un post Facebook sur l’un des groupes francophones dans lequel est inscrite Wafa : une femme seule est à la recherche de compères dans la même situation qu’elle pour sociabiliser et partager leurs expériences.  Qu’à cela ne tienne ! Pourquoi pas se rencontrer ? Autour d’un café. Au début, elles sont 3 ou 4 puis rapidement le cercle s’agrandit. L’idée mûrit en quelques semaines et une page Facebook dédiée aux femmes francophones qui « suivent » leurs époux, souvent sans travail, venant de tout horizon, est créée par Elizabeth.  Wafa participe alors aux différentes rencontres, puis prendra les rênes du groupe Facebook Women In Dubai que nous connaissons aujourd’hui lorsqu’Elizabeth quittera Dubai, en mai 2015.    Aujourd’hui les Women In Dubai représentent un formidable melting pot féminin. Ce sont des femmes mariées avec enfants ; des working girls ; des célibataires ; des femmes de tout âge et de tout quartier ; en d’autres termes des femmes francophones vivant à Dubai désirant se rencontrer, échanger et partager des activités ensemble. Plus de 50 personnes rejoignent le groupe toutes les semaines ! 
Plus qu’une administratrice (épaulée par son équipe de co-admins) Wafa prend soin de veiller aux principes du groupe telle une deuxième maman !   Les principes et les valeurs des WID : amitié, entraide, authenticité.

 Le principe numéro 1 des WID, que Wafa tient à cœur d’entretenir au quotidien c’est la bienveillance. Depuis plusieurs mois, le groupe se développe « comme on tisse une toile » dans une atmosphère d’entraide et de respect autour de la rencontre entre les personnes. Les principes sont simples : - Etre un groupe d’expression et de partage libre. - Entretenir un réseau et aider à révéler des talents. - Soutenir des projets personnels et professionnels. - Mettre en relation les personnes par des rencontres réelles. 
- Garder un bon état d’esprit, une bonne ambiance et éviter les jugements et les actions malveillantes. - Demeurer une initiative bénévole et non lucrative.   Toutes les semaines, des activités sont proposées telles que : - Des repas partagés dans des lieux prestigieux à travers la ville à moindres coûts. En effet, Wafa et son équipe négocient en amont des partenariats avec des hôtels ou restaurants pour faire profiter à chacune d’un bon moment sans se ruiner ! - Des cours de danse (danse orientale), de théâtre, des ateliers divers (développement personnel, coaching etc.) - Des participations à des évènements culturels (expos par exemple) et sportifs (courses, trecks etc.) 
 Quels nouveaux projets pour 2017 ?   Wafa nous a exprimé sa volonté de structurer le groupe afin de proposer un véritable membership et ainsi renforcer le sentiment d’appartenance à une communauté. Cette adhésion donnerait accès à plusieurs avantages dans différents lieux (hôtels, restaurants, lieux culturels etc.) de la ville.   Du côté des nouveautés : février, marquera la reprise du club de lecture ; mars, la participation au treck de Ras Al Kaimah ; ainsi que plusieurs nouveaux ateliers tout au long de l’année, notamment sur l’intelligence émotionnelle.
 Plus personnellement, Wafa semble déjà penser à une nouvelle aventure entrepreneuriale dans l’univers de la beauté, sa seconde passion ! Affaire à suivre, donc… et d’ici là nous lui souhaitons le meilleur.   Pour rejoindre les WID, rendez-vous sur leur page Facebook Women In Dubai !   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !              
En arrivant à Dubai, j’ai été surprise par la proportion du nombre d’enfants diagnostiqués comme hyperactifs. Je me suis demandé si cela reflétait une réalité ou si ce diagnostic était tout simplement trop souvent posé. En d’autres termes : et s’il n’existait-il pas une tendance à catégoriser tout enfant agité sous le label d’hyperactif ?   Je me suis alors demandée si par hasard, l’expatriation et l’ajustement (changement de pays, d’école, de maison) etant demandés à certains enfants pouvaient être à la base de cette agitation ? Cela me semble cependant étrange car même des enfants habitant là depuis plusieurs années n’échappaient pas à ce diagnostic. Cela serait alors plutôt le reflet d’un manque de consensus entre praticiens ?  Au vu de leur grande hétérogénéité et venant de plusieurs endroits du monde, avec une connaissance pour certains plus ou moins relative du sujet, il se peut qu’un certain nombre d’entre eux, arrivant à Dubaï, aient cédé à un effet de mode, en diagnostiquant peut-être tout enfant présentant une agitation comme hyperactif. Ce diagnostic sonne trop souvent comme un couperet, assimilé à un handicap contre lequel on ne peut rien faire, hormis peut-être des solutions chimiques telles que les médicaments ou des méthodes dites de réadaptation. S’agit-il dés lors d’un enfant handicapé ou d’un enfant en souffrance qui ne demande qu’à être entendu ?   L’hyperactivité, qu’est-ce que c’est ?   L’hyperactivité englobe des éléments cognitifs (liés à la connaissance ou intelligence),  psychomoteurs et psychologiques. Elle peut se prolonger à l’adolescence et à l’âge adulte.  Dans son appellation médicale, le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité ou TDHA est l’un des troubles les plus courants car il touche entre 3 à 5 % de la population des enfants scolarisés avec une prévalence plus prononcée chez les garçons.    Quand il est associé à une hyperactivité, ce trouble se constitue :    - d’un déficit de l’attention : difficulté à se concentrer, l’enfant est constamment distrait par ce qui l’entoure ; - une impulsivité qu’elle se situe au niveau psychique ou moteur : se lever de sa chaise sans raison, couper la parole, etc. - une agitation psychique ou motrice : parler trop vite ou une incapacité à tenir en place, etc. L’hyperactivité  est souvent accompagnée d’un cortège de symptômes tels que l’anxiété, les troubles de l’humeur, de langage et du sommeil. Les troubles du comportement se manifestent aussi bien à l’école qu’à la maison.   Un diagnostic qui fait débat…   Ce diagnostic est à l’origine de nombreuses controverses dans le monde médical. On parle d’hypothèses génétiques et d’un dysfonctionnement cérébral dans la zone frontale qui diminueraient les capacités attentionnelles. D’autres le considèrent comme une forme de dépression masquée dont les causes seraient essentiellement psychologiques.    Hors pourquoi ces hypothèses devraient-elles s’exclure ?   Il est important de faire preuve de la plus grande prudence, et, de ne pas catégoriser « hyperactif », tout enfant faisant preuve à un stade particulier de son développement d’agitation motrice ou de manque d’attention, dans la catégorie « hyperactif ».    Il faut garder en tête que l’enfant ne peut pas verbaliser un malaise temporaire comme l’adulte en disant « je ne vais pas bien et je suis triste ». Il est dès lors fort probable, que toute difficulté passagère comportant des éléments dépressifs ou anxiogènes pour l’enfant soit traduite par une agitation motrice et/ou psychique.    Une société trop stimulante ?   Paradoxalement, l’agitation dérange… Elle dérange l’équilibre familiale, rend les parents coupables et l’enfant peu satisfaisant. Elle dérange l’école qui ne manquera pas de culpabiliser encore davantage les parents, en pointant leur enfant du doigt, au risque d’instaurer un véritable cercle vicieux.    La complexité n’a pas bonne presse, la tendance étant plutôt, est à la catégorisation et à la simplification. Or la souffrance psychique n’est pas rationalisable, elle ne peut être simplifiée, à moins d’être mal comprise et de ce fait mal soignée.   Dans une société de plus en plus dominée par l’agir, à l’ère d’Internet, des réseaux sociaux, nous sommes constamment bombardés de stimulations visuelles, incités à vouloir toujours plus pour être heureux.  Alors que la crise et partout et, la compétitivité règne en maître, n’en demande-t’on pas trop à nos enfants en multipliant les apprentissages et les activités ? Le système ne produit-il pas lui-même des enfants agités et insécurisés ? Dans ce « monde parfait » la tentation de mettre une étiquette sur ce qui dérange et de faire disparaître au plus vite les symptômes par la pharmacologie semble forte.   Je ne peux m’empêcher ici de pointer une similitude avec l’adulte déprimé, qui souvent est tenté de faire disparaitre au plus vite ses symptômes par la prise du seul médicament au sacrifice d’un travail en profondeur sur les causes, par le biais d’une psychothérapie.    L’enfant comme l’adulte, a le droit d’être compris dans ce qu’il vit. Ce n’est pas parce qu’il l’exprime de manière différente qu’il ne peut être entendu dans son mal-être. Les thérapies d’enfants prennent là tout leur sens.  Si l’on y utilise le jeu est le dessin, c’est bien parce que l’enfant ne peut exprimer son vécu affectif de la même manière que l’adulte ! L’enfant mettra, le plus souvent, son symptôme interne à l’extérieur car il est encore trop petit pour poser des mots sur son malaise interne. Il cherche alors à s’auto-calmer en s’agitant dans tous les sens.   Y’a t’il une seule hyperactivité ?   La tentation est grande de regrouper sous le seul label d’hyperactivité des enfants aux histoires si singulières et si différentes.    Je pense qu’il n’existe pas une hyperactivité mais des hyperactivités et si l’enfant a besoin d’exprimer une instabilité émotionnelle à travers une problématique de l’agir, il va falloir comprendre qu’elle a pour chacun une fonction et une signification différente. Que l’hyperactivité existe est indiscutable. Qu’elle est un fondement génétique et neurologique aussi, mais exclure les causes environnementales n’est pas concevable. Celles-ci permettent par ailleurs, de rouvrir le champ des possibles et d’envisager, un traitement adapté pour chaque enfant. Si le médicament peut « contenir » l’enfant, il ne peut le guérir et les symptômes s’ils ne sont pas aussi traités par un travail de fond risquent de ressurgir dès l’arrêt de celui-ci.   Qu’est-ce que l’enfant tente d’exprimer à travers cette agitation ?    Il est possible que l’enfant porte sur ses épaules des troubles survenus dans la sphère familiale, un changement, la dépression ou l’anxiété d’un des deux parents. Un bouleversement comme l’expatriation peut entraîner des problèmes d’adaptation mettant l’enfant et le cercle familial en difficulté. Les consultations thérapeutiques prenant en charge le groupe familial dans son ensemble s’avèrent alors particulièrement pertinentes.   Les enfants hyperactifs sont trop souvent catégorisés comme de mauvais élève qu’on sanctionne, et réprimande, augmentant sans le savoir le symptôme par l’instauration d’un cercle vicieux ayant comme conséquence pour l’enfant l’installation progressive d’une dégradation de l’image de soi.   Son évaluation et son traitement   Comme ce syndrome comporte une composante biologique et psychologique, il nécessite une investigation poussée avant qu’un diagnostic soit posé, prenant en compte la circonstance d’apparition des symptômes, l’efficience intellectuelle et l’analyse des fonctions d’apprentissages (mesurable par l’examen clinique ou le plus souvent par un test de QI),  ainsi que celles, des dimensions familiales et du profil psychologique de l’enfant.    Il existe un large consensus dans le monde médical pour reconnaître que le traitement de l’hyperactivité doit être établi par une prise en charge multidisciplinaire composée d’une intervention éducative comme l’orthophonie ou la psychomotricité, une psychothérapie pour travailler sur le monde émotionnel de l’enfant, une guidance et un soutien familial et enfin un médicament, si besoin.   Le médicament n’est pas à exclure  dans certains cas où l’enfant est si agité que les apprentissages sont mis échec, rendant également très difficile une approche psychothérapeutique.    En d’autres termes, il faut traiter la partie émergée et symptomatique tout autant que les problèmes de fond, à la base de l’apparition du trouble.      En conclusion, l’hyperactivité constitue, un syndrome complexe dont les causes réelles reposent encore sur des hypothèses. L’entourage de l’enfant, ainsi que les soignants ne doivent pas se précipiter sur un diagnostic ou prendre des mesures radicales afin de régler au plus vite le problème, au mépris de sa complexité. L’enfant, quand il est porteur d’un symptôme doit être écouté, entendu. Ce n’est qu’à cette seule condition et à travers la parole rassurante des adultes, que le petit être en devenir pourra développer un sentiment de sécurité et de confiance dans le monde qui l’entoure.    Vanessa Bokanowski, psychologue, excerce au sein de la clinique BR Medical Suites (Dubai Healthcare city) Contact : 04 275 0900 ou 056 948 7372. N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du jeudi pour recevoir toutes nos actus !             
La lecture a un impact considérable sur nos adolescents, dans le sens où elle participe activement à leur construction. C’est ainsi qu’arrivés à l’âge adulte, ils seront plus ou moins « les enfants de leurs lectures ». Malheureusement, cette lecture reste aujourd’hui de plus en plus limitée à des échanges sur les réseaux sociaux où la langue de Molière est souvent assassinée sans pitié. En expatriation, il est d’autant plus important pour vous de contribuer à la transmission du français à la maison (c'est encore plus important si vos enfants sont scolarisés dans un cursus anglophone).

 De plus, avant d’être confronté au monde professionnel, réputé sans concession avec ceux dont l’expression écrite ou orale révèle une instruction incomplète, nos chers ados ont un autre rendez-vous, bien plus proche : je parle bien sûr de la redoutable épreuve de français du baccalauréat ! Outre la faculté à s’exprimer dans un français parfait, nos lycéens seront évalués sur leurs connaissances littéraires. Puisqu’il est évident qu’on ne peut bâtir ce volume de connaissance en s’y prenant trois mois avant la date de l’épreuve, il est important de les initier le plus tôt possible à la lecture.    La lecture peut-elle devenir « super cool » ?   Seriez-vous capable d’apprendre le piano si votre professeur vous faisait répéter sans relâche les gammes d’une mélodie que vous détestez ? De la même façon, pensez-vous que l’on puisse faire d’un adolescent un « fin lettré » en lui confiant des romans aussi soporifiques qu’ennuyeux ? Si vous voulez qu’il (elle) se plonge dans une œuvre de 300 pages, commencez par bien la choisir. Ensuite, sachez la lui vendre.    Avant tout, qu’est ce qu’un roman ?   « Un roman est un miroir que l’on projette tout au long de son chemin » (Stendhal). Evidemment, on suggère ici que c’est le lecteur qui tient ce miroir. C’est pourquoi, si vous voulez que votre enfant se reconnaisse dans les personnages, s’identifie dans les situations et soit ainsi poussé à la réflexion par différents niveaux de lecture, il vous faudra choisir des thèmes qui le touche. Voici trois exemples pour qu’il (elle) commence à prendre du plaisir à lire : On commence avec un roman très facile à bouquiner…. Le genre de livre idéal pour démarrer l’étude des auteurs classiques !    1. « Bel Ami » de Maupassant   Georges Duroy est un arriviste. Il est dénué de tout talent, mais il possède une envie farouche de réussir. Son objectif est simple : quitter sa condition misérable et accéder aux plus hautes marches de la société parisienne. Ce jeune ambitieux n’est pas regardant sur les moyens à employer, et sa moralité n’a d’égale que ses maigres ressources financières. Néanmoins, il possède un seul atout : il est beau, charmeur et peut faire illusion le temps d’un court instant. Son apparence physique et son agréable compagnie lui valent le surnom de « Bel Ami ». Ce roman est écrit dans un français magnifique, ce qui rend sa lecture fluide et très agréable. De plus, le sujet reste d’une incroyable modernité. En effet, votre jeune lecteur comprendra très rapidement que les « Bel(le) Ami(e)» existent toujours. Enfin, ce bouquin est un régal dans le sens où Maupassant a réussi à rendre absolument fascinant le personnage de George Duroy. On passe un excellent moment.   Disponible en français sur Dubai chez Culture&Co (23 AED).   2. « Le hussard sur le toit » de Giono Il est beau, jeune, dévoué, généreux et courageux.. Les jeunes lectrices s’apercevront que ce personnage possède à peu près toutes les qualités ! Néanmoins, Angelo a comme même un gros défaut: il est recherché en Italie pour haute trahison. Pour fuir, ce jeune cavalier hussard traverse les Alpes et s’exile en France où une épidémie de Cholera décime la population. Seul au milieu de l’enfer, il vient en aide aux plus fragiles.  Ce livre relate la métamorphose d’un jeune homme qui, confronté à des situations extrêmement horribles va repousser ses propres limites et ainsi devenir un homme. Les garçons adoreront ce récit épique. C’est aussi une histoire très romantique. La relation entre Angelo et Pauline ne laissera aucune jeune fille insensible. Ce roman est admirablement bien écrit et vous transporte dans une action menée tambour battant. 
 Disponible sur Amazon (à partir de 8 euros en format poche).   3. « La Chartreuse de Parme » de Stendhal         Elle est très belle et excessivement intelligente. Sa liberté de penser et son courage lui confère une indépendance qui la rend aussi charismatique qu’irrésistible. Cette femme ne suit pas le mouvement, elle est le mouvement.    Dans ce roman, Stendhal nous dépeint la femme libre, courageuse et indépendante, telle qu’il l’imagine et la rêve. Les jeunes filles devraient adorer, car la duchesse représente l’idéal de la femme moderne. On note qu’à la suite de ce roman, Stendhal écrivait “L’admission des femmes à l’égalité parfaite serait la marque la plus sûre de la civilisation, et elle doublerait les forces intellectuelles du genre humain. Mesdemoiselles, croyez-nous, la chartreuse de parme est un roman incontournable ! Disponible en français sur Dubai chez Culture&Co (30 ou 42 AED suivant l'édition).   Trop cool ! Mon père (ma mère) m’a trouvé un super bouquin….   Voilà peut-être ce que vous ne tarderez pas à entendre quand votre fils (fille) va décider de se plonger dans la littérature. Nous ne saurions trop vous conseiller de partager les mêmes lectures, dans le but de créer de passionnants échanges. Au fur et à mesure, vous verrez que votre étudiant va acquérir des niveaux de lecture de plus en plus évolués, jusqu’au jour où il vous surprendra en vous expliquant ce que vous-même n’aviez pas perçu. Ce sera le signe qu’il (elle) peut se présenter au baccalauréat avec sérénité. Arrivé à ce stade, ce ne sera plus une épreuve redoutable, mais plutôt une formalité. N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter pour recevoir toute nos actus !            
L’investissement socialement responsable (ISR), qu’est-ce que c’est ? L’ISR consiste à intégrer des critères extra-financiers lors de son investissement, comme par exemple : - la gouvernance d’entreprise et la répartition équitable de la valeur créée entre actionnaires et salariés, la prise en compte des actionnaires minoritaires dans les assemblées générales, - la parité homme femme dans les conseils d’administration,  - la dimension philanthropique de l’entreprise,  - les enjeux environnementaux et la croissance durable,  - le refus parfois d’investir dans des activités telles que le tabac, les armes, les entreprises violant les droits de l’homme, le nucléaire, les OGM….    Ces placements visent à concilier performance économique et impact social et environnemental en finançant les entreprises ou entités publiques contribuant au développement durable quel que soit leur secteur d’activité.  En influençant la gouvernance et le comportement des acteurs, l’ISR favorise une économie responsable.   L'ISR suscite un intérêt grandissant et de plus en plus de produits sont proposés aux investisseurs particuliers.  La gestion ISR en France par exemple a progressé de 30% par an depuis 2014 pour atteindre 746 milliards d’euros fin 2015.   Pourquoi choisir l’ISR ? On choisit l’ISR pour donner du sens à son épargne, pour jouer un rôle plus responsable et actif dans l’économie sans pour autant renoncer à la performance financière. En effet, l’analyse de ces critères permet une limitation du risque sur la performance financière de ses actifs dans la mesure où les risques environnementaux, sociaux et de gouvernance des entreprises sont mieux maitrisés par l’approche ISR. D’autre part, ces investissements sont une opportunité d’investir dans les acteurs qui sont porteurs de solutions et de réponses aux grands enjeux de société.   En outre, l’ISR se développe sur l’idée que la prise en compte de critères sociaux et environnementaux permet de mieux identifier les sociétés performantes, à moyen et long terme.    Prenons un exemple pour illustrer nos propos : Bertille Knuckey, gérante responsable de la recherche ISR chez Sycomore AM, indique que l’intégration de ces critères lui permet de limiter des pertes sur certains investissements. Ayant investi dans le groupe Casino, les critères ISR ont permis de déceler une complexité de la comptabilité trop importante, un manque de transparence du management ainsi qu’un manque de contre-pouvoirs dans la gouvernance. Cette analyse a entrainé leur décision de vendre cette valeur de leur portefeuille limitant ainsi leur perte à -1,8% au lieu de -26%.   Quelles performances au final ?  Les 10 meilleurs fonds ISR depuis 2011 ont performé en moyenne de 54% soit près  de 11% annuels.   Il est important d’accorder une attention particulière à la valorisation du capital humain, premier vecteur de performance. En effet, le bonheur au travail, c’est moins d’absentéisme, moins d’accident au travail, donc plus de productivité. C’est aussi plus de créativité, moins de turn over et donc plus de croissance.   Conclusion : La prise en compte de ces critères n’a donc pas uniquement pour but d’essayer de répondre à un besoin d’éthique et de recherche de sens en rentrant dans une démarche socialement responsable de long terme mais bien également d’approfondir la connaissance des risques et par là même développer la rentabilité de vos investissements.   Si vous souhaitez en savoir d’avantage, contactez :   Cédric MARC  Associé-Gérant  3AO Patrimoine  emailProtector.addCloakedMailto("ep_67c23046", 1);   N’oubliez pas de vous inscrire à notre Newsletter du Jeudi pour recevoir toutes nos actus !                
  1. Les + lus
  2. Les + récents